• Accueil
  • > Recherche : billard feignies

Résultats de votre recherche

Les « socialistes affligés » veulent reconstruire la gauche en rose, rouge et vert (Basta!)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 décembre 2014

 

Où va la gauche ?

Les « socialistes affligés » veulent reconstruire la gauche

en rose, rouge et vert

 

par Agnès Rousseaux 5 décembre 2014

liemhoangngoc

 

  Le Parti socialiste a-t-il encore un avenir ?

  François Hollande « impose sans débat

  à toute la gauche un putsch idéologique »

  en voulant administrer un « choc de

  compétitivité » au pays.

 

Manuel Valls joue les « pyromanes » en versant de l’huile sur le feu, et « l’incendie dévaste

désormais toute la gauche ». Tels sont les constats posés par Liêm Hoang Ngoc, économiste

et animateur du collectif des « Socialistes affligés ». Mais « il ne faut pas se détourner

de la gauche au motif qu’un gouvernement qui s’en réclame l’incarne si mal », affirme

l’ancien député européen PS. Car « il existe une majorité rose-rouge-verte prête à soutenir

un changement de cap ». Entretien.

Basta ! : Vous venez de publier, avec Philippe Marlière, l’ouvrage La gauche ne doit pas mourir !,

dans lequel vous analysez le virage à droite du gouvernement et l’échec des politiques menées,

ainsi que les tensions qui traversent la gauche. Le Parti socialiste va-t-il survivre à ce quinquennat ?

Liêm Hoang Ngoc [1] : Sans changement de cap d’ici 2017, la gauche risque de ne pas être au deuxième

tour de l’élection présidentielle. Un congrès du Parti socialiste a lieu en juin 2015. La bataille va être menée

par la gauche du parti, qui s’est réunie samedi dernier. « Vive la gauche » fédère toutes les composantes

de l’aile gauche du PS, allant même jusqu’aux aubryistes [2].

Allons-nous réussir à former un gros môle pour peser sur la ligne du parti ? Tout dépend de Martine Aubry.

Est-ce qu’elle va entrer en sécession pour fédérer la gauche du parti ? Ou bien y aura-t-il des motions

éclatées, ce qu’a toujours cherché à susciter la direction du parti, pour évider une forte opposition ?

Martine Aubry a toujours cultivé l’ambiguïté. Le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis,

cherche à l’inclure dans une grande motion allant jusqu’aux vallsistes, pour préparer un éventuel changement

de Premier ministre mais sans véritable changement de cap.

Vous avez organisé le 19 novembre une rencontre avec les autres forces de gauche – EELV,

Parti de gauche et Parti communiste – à laquelle ont participé notamment Jean-Luc Mélenchon,

Martine Billard, Pierre Laurent… Qu’en est-il ressorti ? Qu’attendez-vous de ces échanges ?

Que faisons-nous si nous perdons le congrès, s’il n’y a pas de changement de cap ? Si l’aile gauche échoue

à infléchir la ligne du PS et du gouvernement, la question se posera très vite de savoir si elle continue

à servir de caution en 2017 à un candidat qui sera comptable du bilan du gouvernement, donc du virage

à droite de la gauche au pouvoir.

[Lire la suite sur Basta !]

Creative Commons License

bandeaubasta

Publié dans Basta!, France, IDEES - DEBATS - PHILO, POLITIQUE, PS, socialistes affliges | Pas de Commentaires »

Riposte à l’obscurantisme

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 février 2014

 

Ce lundi dans l’Humanité : riposte à l’obscurantisme

 

huma0302

 

Pour la défense de l’IVG et des droits des femmes,

des dizaines de milliers de personnes ont défilé samedi

à Paris, Madrid et un peu partout en France et en Europe.

Une première réplique d’ampleur aux ultraréactionnaires.

  ♦ La foule, déterminée mais inquiète, a battu le pavé.

Toutes générations confondues, les manifestants ont haussé

le ton contre le retour d’un ordre moral et réactionnaire.

  ♦ Reportage à la manifestation parisienne

 

 

  ♦ Les points de vue de Maya Surduts, fondatrice de la coordination des associations pour le droit à l’avortement,

de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, de MArtine Billard, co-présidente du PG, et d’Olivier Besancenot,

porte-parole du NPA

  ♦ Entretien avec Annie Ernaux. Elle revient sur l’avortement clandestin qu’elle avait subi en 1964 et raconté 

dans son livre « l’Événement ». L’écrivaine alerte sur ce que veut dire absence de loi et ce que signifie être

totalement dans l’illégalité.

  ♦ Reportage à Madrid : « En Espagne aussi, les femmes ne sont pas qu’un utérus »

[Lire la suite]

Sommaire

Publié dans avortement, Droits des femmes, Espagne, EUROPE, France, l'Humanité, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Solidaires des femmes espagnoles, treize femmes politiques françaises appellent Mariano Rajoy à retirer son projet de loi sur l’avortement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 janvier 2014

 

« Nous, femmes politiques françaises, appelons Mariano Rajoy

  à retirer son projet de loi sur l’avortement »

 

CaptureLillemanifdroitavortement   capture d’écran – Lille 18/01/13

  Marie-George Buffet, Anne Hidalgo ou encore

  Rama Yade… Treize femmes politiques et militantes

  féministes françaises, de gauche comme de droite,

  lancent un appel au gouvernement espagnol pour

  qu’il renonce à son projet de loi anti-IVG.

 

« Solidaires des femmes espagnoles, nous, femmes politiques françaises, appelons le gouvernement espagnol à retirer son projet de loi sur l’avortement », écrivent les signataires de ce texte, initié par Anne Hidalgo, candidate PS à la mairie de Paris et d’origine espagnole, demandant aux femmes de « se mobiliser pour ce combat fondamental ».

« C’est l’Espagne qui a montré à l’Europe la voie en matière de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. C’est l’Espagne qui a inspiré la loi française de 2010 instaurant l’ordonnance de protection et créant le téléphone grand danger pour les femmes victimes de violence. L’Espagne ne peut être aujourd’hui le pays du grand retour en arrière », estiment les signataires de l’appel visible sur le site du monde.fr.

« Le droit des femmes à disposer de leur corps n’est pas un supplément d’âme dans une société qui se targue de construire l’égalité. Il s’agit d’un droit fondamental, c’est le socle de l’égalité. C’est le signe principal de l’émancipation des femmes dans la société », affirment-elles encore, rappelant que dans le monde « une femme meurt toutes les neuf minutes d’un avortement clandestin ».

Outre Anne Hidalgo, ont co-signé cet appel Clémentine Autain (féministe, directrice d’édition), Roselyne Bachelot (ancienne ministre UMP de la Santé), Michèle Barzach (ancienne ministre RPR de la Santé), Martine Billard (ancienne députée, Parti de Gauche), Jeannette Bougrab (ex-secrétaire d’Etat à la Jeunesse, UMP), Marie-George Buffet (députée de Seine-Saint-Denis, PCF), Caroline de Haas (féministe), Catherine Coutelle (députée PS, présidente de la délégation de l’Assemblée nationale des droits des femmes), Michèle Sabban (vice présidente PS de la région Ile-de-France), Yvette Roudy (ex-ministre du droit des femmes de François Mitterrand), Dominique Voynet (maire EELV de Montreuil) et Rama Yade (ancienne secrétaire UMP d’Etat chargée des affaires étrangères et des droits de l’homme).

manif droit avortement

En France, une manifestation est déjà prévue pour le 1er février

en soutien aux féministes espagnoles qui défendent l’avortement

à l’appel du mouvement « La marche mondiale des femmes »,

qui se rendra devant l’ambassade d’Espagne.

« Le combat des femmes, des forces démocratiques et associatives

espagnoles pour ce droit fondamental est le nôtre (…)

car il est le combat de celles et ceux qui veulent l’égalité

entre les femmes et les hommes », a souligné

« La marche mondiale des femmes » (MMF) dans un communiqué.

 

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans avortement, Droits des femmes, Espagne, France, SOCIETE | Pas de Commentaires »

La gauche sommée de choisir son « pacte »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 janvier 2014

 

Présidence

            La gauche sommée de choisir son « pacte »

 

huma1401

  François Hollande doit s’expliquer, ce soir, sur le «pacte»

  qu’il propose au Medef. Une initiative qui divise et accroît

  le désarroi à gauche.

  Le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, propose

  une autre voie : celle d’un «pacte de solidarité».

  Simple «outing» (aveu public, en bon français), selon le porte-parole

  des députés PS, Thierry Mandon, ou «tournant social-libéral assumé»,

  pour la coprésidente du Parti de gauche (PG), Martine Billard,

  au fond peu importe. L’essentiel est que le pli est pris, l’orientation bel

  et bien adoptée, laquelle devrait être confirmée et explicitée, ce soir,

lors des vœux du président de la République à la presse.

 

voeux présidebtiels

  Depuis le 31 décembre, jour où François Hollande a, tout à la fois,

  proposé de conclure un « pacte de responsabilité » avec le patronat

  (« moins de charges sur le travail, moins de contraintes »

  contre « plus d’embauches et plus de dialogue social ») et fustigé les « excès »

  et les « abus » de la Sécurité sociale comme aucun responsable de gauche

  ne l’avait fait avant lui, les lignes de partage du débat politique se sont

  soudainement déplacées.

  L’évolution la plus spectaculaire est à mettre au compte du Medef qui, 

  pour la première fois du quinquennat, a remisé au second plan ses critiques

contre la politique fiscale du gouvernement pour se ranger aux côtés du chef

de l’État en se posant en gardien vigilant de l’application du « pacte de responsabilité ». Du moins pour ce qui

concerne la partie des engagements que l’État a pris à son égard. Quant aux « contreparties » attendues en retour,

le président de l’organisation patronale, Pierre Gattaz, l’a dit tout net, hier :

la création d’un million d’emplois avancée au lendemain de l’annonce du pacte est davantage

« un objectif que nous nous sommes donné » qu’un « engagement ferme et juridique ».

Bref, pour les résultats attendus en échange de la « trentaine de milliards d’euros » d’allégement

de cotisations escomptés, on verra plus tard…

[Lire la suite sur humanite.fr]

À lire :

Publié dans Austerite, F. Hollande, France, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Immunité de Dassault : la colère gronde chez les sénateurs de gauche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 janvier 2014

 

Immunité de Dassault : vers la fin du secret du vote

 

Capturedassault1PNG  capture d’écran – dessin de Xavier Delucq (Le Huffington Post)

  Suite au refus du bureau du Sénat de lever l’immunité

  du sénateur Serge Dassault dans le cadre d’une enquête

  sur des achats présumés de voix dans la ville de Corbeil-

  Essonnes, la colère gronde chez les sénateurs de gauche.

  Les prochains votes concernant les levées d’immunités

  parlementaires pourraient se dérouler à mains levées.

 

 

« Devant cet inexplicable résultat, les sénateurs communistes ont demandé la fin du vote secret sur la levée

de l’immunité. Le président a donné son avis le lendemain. La justice va pouvoir présenter une nouvelle

demande, qui aurait alors de meilleures chances… » a déclaré Michelle Demessine, sénatrice PCF,

à la Voix du Nord. Elle veut comprendre pourquoi, dans ce bureau composé pourtant de 14 élus de gauche

et de 12 de droite, il a manqué 2 voix pour lever l’immunité de Serge Dassault. Elle-même, membre du bureau

du Sénat avec deux autres élus communistes, a « voté pour cette levée d’immunité parlementaire, comme lors

de la précédente saisine du Bureau, le 3 juillet dernier. »

Au PG, Martine Billard met les pieds dans le plat : « ce rejet de la levée de l’immunité ne peut venir

que de la défaillance d’un élu se disant de gauche. La droite, quant à elle, a voté unanimement pour l’impunité

de son copain. Qu’elle ne vienne pas demain se plaindre du rejet de la classe politique par les citoyens,

ni de la montée du vote FN. »

Face à la gêne suscitée par ce vote, Jean-Pierre Bel, Président du Sénat a proposé que les futurs scrutins

concernant l’immunité parlementaire se déroulent à main levée.  Une proposition également soutenue

par les sénateurs et sénatrices écologistes. « Le vote du bureau du Sénat mercredi 8 janvier 2014 refusant

la levée de l’immunité parlementaire de Serge Dassault a provoqué l’indignation dans notre groupe et a donné

une image désastreuse de la Haute Assemblée et plus largement de la démocratie », ont écrit les sénateurs

du groupe écologiste dans un communiqué. Favorables à « la transparence des votes » quand il s’agit d’immunité,

ils « soutiennent donc tout naturellement la proposition du président du Sénat de procéder au vote à main levée,

au bureau du Sénat, pour les prochains votes concernant la levée de l’immunité parlementaire ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

À lire :

Lettre ouverte aux sénateurs membres du bureau du Sénat par Lionel Granier 

 

Publié dans France, Justice, POLITIQUE, Senat | Pas de Commentaires »

Mélenchon parti de la Gauche Européenne (Regards)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 décembre 2013

 

Mélenchon parti de la Gauche Européenne

 

Union-fait-la-forcePar Guillaume Liégard| 16 décembre 2013

 Il y a des jours, franchement, où la moutarde vous monte au nez.

 Et bien c’est mon cas. Depuis mercredi 11 décembre, je suivais

 les travaux du congrès du Parti de la Gauche Européenne réuni

 à Madrid. Créé en 2004 à Rome, le PGE regroupe des partis

 communistes, socialistes ou Rouge et Vert d’une vingtaine de pays

 européens. Et dans l’ensemble je trouvais que cela se passait bien,

très bien même.

 

D’abord parce que le congrès a décidé de choisir Alexis Tsipras comme candidat à la présidence de la Commission européenne. C’est un signal fort, celui de la résistance sans concessions aux politiques d’austérités. C’est aussi un encouragement à nos amis grecs qui peuvent demain porter au pouvoir, avec Syriza, un parti qui n’entend pas se plier aux diktats de la troïka.

Ensuite le dimanche 15 décembre, la motion [1] sur l’écosocialisme portée par cinq organisations [2] a été adoptée avec 48% de votes pour et 43% de votes contre. Au regard des traditions productivistes de bon nombre de partis communistes, ce résultat représente une petite surprise et c’est une belle victoire, notamment pour le PG qui a fait de l’écosocialisme, le cœur de son projet politique. Il faut souligner que les partis à l’initiative de ce texte ont la particularité d’être des formations relativement récentes et, à l’exception du PG, elles sont le regroupement de plusieurs forces politiques d’histoires différentes.

Évidemment, tout cela était trop simple et le congrès devait aussi élire le président du PGE. Dans son intervention à la tribune, Martine Billard co-présidente du PG a mis en avant « le refus d’une image brouillée » pour annoncer que la délégation du PG voterait contre la candidature de Pierre Laurent. Jusque là rien de bien nouveau sous le soleil, la divergence politique est connue, sa traduction par un vote de défiance était logique et attendue. Mais après la réélection de Pierre Laurent à la tête du PGE, le Parti de Gauche dans un communiqué a annoncé qu’il suspendait sa participation au PGE (…)

[Lire la suite sur regards.fr]

Lire également : Front de gauche : il est encore temps

 

Publié dans Jean-Luc Melenchon, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Mélenchon ravive les dissensions au sein du Front de gauche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 décembre 2013

 

GAUCHE

Le Parti de gauche relance la polémique électorale

 

pierrelaurentpge

La formation de Jean-Luc Mélenchon a annoncé

la «suspension» de sa participation au Parti

de la gauche européenne qui a reconduit

Pierre Laurent à sa tête. Elle ravive ainsi

les dissensions au sein du Front de gauche

en vue de 2014 et laisse ses partenaires dubitatifs.

Le Parti de gauche a ravivé ce week-end la discorde au sein du Front de gauche à l’occasion du congrès du Parti de la gauche européenne (PGE). Si son opposition à la reconduction à la tête du parti européen du secrétaire national du PCF, Pierre Laurent (réélu à 78 %), était attendue, s’y est ajoutée l’annonce surprise de la « suspension » de sa participation au PGE « jusqu’aux élections municipales ». Deux décisions qui relancent les spéculations sur l’avenir du Front de gauche, déjà en proie à de vifs débats. Depuis la fin des élections de 2012, le mouvement s’est retrouvé à plusieurs reprises uni dans la rue et ses « assises citoyennes » du 16 juin dernier avaient élargi le rassemblement à l’aile gauche du PS et à Europe Écologie-les Verts. Mais la contradiction s’y est aussi aiguisée, entre la volonté du PCF d’obtenir un changement de cap politique par le rassemblement des forces anti-austérité, et celle du PG, entre stratégie du recours et rupture totale avec « les solfériniens » en vue des prochaines élections.

La dissension s’est cristallisée sur les municipales. Et c’est encore une fois la situation parisienne que le PG a utilisée pour justifier sa prise de distance. « La clarté de notre campagne des européennes ne doit pas être mise en danger par la stratégie portée par Pierre Laurent de rejoindre la liste du PS aux municipales à Paris », a-t-il avancé dimanche dans un communiqué. Pourtant, la formation partage nombre d’orientations arrêtées par le congrès. « Nous nous félicitons des avancées sur les textes comme l’affirmation de la nécessaire rupture en Europe et non pas seulement de sa réorientation », note sa coprésidente, Martine Billard. Une réalité qui fait écho aux origines du Front de gauche, constitué en 2009 pour représenter aux européennes d’alors la gauche du non au référendum de 2005. Ce même scrutin, en 2014, aurait ainsi pu permettre le rassemblement du mouvement mais celui-ci risque d’achopper. « On ne pourra pas mettre quelqu’un qui a soutenu Anne Hidalgo », a expliqué François Delapierre, bras droit de Jean-Luc Mélenchon, à propos de la candidature en Île-de-France où le sortant, Patrick Le Hyaric, est communiste. Alors que la plupart de ses partenaires souhaitaient être prêts avant Noël, le PG joue la montre dans l’espoir que sa stratégie marque plus de points aux municipales. À cet égard, le sondage partiel de l’Ifop publié par le Journal du dimanche a de quoi inquiéter la formation qui n’obtiendrait que 6 % dans le 14e et 2 % dans le 15e arrondissement parisien.

« L’avenir du Front de gauche n’est pas assuré », aurait également confié François Delapierre. Un pari risqué sur lequel le PCF appelle à ne pas miser. « Le Front de gauche doit impulser cette dynamique (d’unité et de rassemblement – NDLR) en entrant le plus vite possible en campagne pour mettre la gauche anti-austérité en tête aux européennes », a-t-il réagi, jugeant que « la décision du Parti de gauche est incompréhensible et incohérente ». Un avis partagé par Clémentine Autain (Fase Ensemble) qui s’est dite « inquiète pour l’avenir » du Front de gauche, estimant que le « mauvais choix du PCF à Paris (n’est) pas une raison suffisante pour alimenter le climat de division ». « Nous avons la responsabilité, poursuit-elle, de construire le rassemblement pour permettre l’alternative à cette pseudo-gauche gouvernementale. » Même tonalité chez Christian Picquet (Gauche unitaire), qui juge l’attitude de son partenaire « incompréhensible alors que (nous) partageons la même volonté de refonder l’Europe », mais qui se veut rassurant. « Rien d’irréparable pour l’instant, estime-t-il, d’autant que personne n’a d’alternative au Front de gauche en son sein. »

Lire aussi :

Julia Hamlaoui

Publié dans EUROPE, Front de Gauche, Parti de gauche, Parti de la Gauche européenne, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Amnistie des syndicalistes : toutes les organisations du Front de gauche manifesteront mercredi devant le Sénat

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 février 2013

 

Le Front de gauche au Sénat mercredi pour l’amnistie sociale

 

Amnistie des syndicalistes : toutes les organisations du Front de gauche manifesteront mercredi devant le Sénat  dans F. Hollande amnistie

Toutes les organisations du Front de gauche

manifesteront mercredi devant le Sénat

où doit passer la proposition de loi du groupe CRC

sur « l’amnistie des syndicalistes et des militants

associatifs condamnés » en justice.

 

« L’amnistie sociale, nous devons l’arracher. Elle ne sera

pas concédée. Nous avons cru un temps (qu’il y aurait une)

marque de reconnaissance du nouveau gouvernement

et de cette gauche sociale-libérale… Maintenant nous savons qu’ils ne veulent pas », a souligné vendredi

Jean-Luc Mélenchon, le coprésident du Parti de gauche, en écho au communiqué du Front de gauche

annonçant la tenue du rassemblement devant le Sénat mercredi prochain.

Avant mercredi, Pierre Laurent participera lundi à un meeting de soutien pour l’amnistie des syndicalistes

à Paris.

Une centaine de personnes

« C’est une demande de loi d’amnistie pour tous les militants victimes de la répression », a précisé Martine Billard,

coprésidente du PG, pour qui une centaine de personnes sont concernées, entre des syndicalistes

ou des militants de causes diverses condamnés sous la précédente présidence.

« On est dans un contexte de répression qui nous fait mieux comprendre pourquoi il n’y a pas l’amnistie,

soit pour les militants syndicalistes ou pour les militants qui ont arraché les OGM, que ce soient les militants

de Notre-Dame-Des-Landes ou les militants qui se battent contre tous ces projets inutiles, comme des centres

commerciaux massifs qui prennent des terres agricoles un peu partout », a-t-elle dit.

>>> A lire: deux ans de sursis pour un jet d’oeuf sur les pandores

 

http://www.dailymotion.com/video/xxos84

Par Parti de Gauche

Publié dans F. Hollande, France, Front de Gauche, Jean-Luc Melenchon, Justice, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, Syndicats | Pas de Commentaires »

PSA Aulnay : Rassemblement de soutien aux militants menacés de licenciement et poursuivis

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 février 2013

 

 

PSA Aulnay : Rassemblement de soutien aux militants menacés de licenciement et poursuivis dans Luttes capture19Capture d’écran

Fidèle à sa réputation, PSA privilégie la répression

à la négociation et au dialogue !

Les salariés en grève ont organisé un rassemblement

de soutien politique et syndical le plus large possible

pour condamner cette politique de répression le

05 février 2013 sur le parking de l’usine de PSA Aulnay.

 

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

 

 

PSA, Renault, Pétroplus, Virgin…

vous avez raison de trembler salauds de patrons !

 

meetingpsa meeting de soutien dans SOCIAL

Ça y est ! La peur change de camp !

Face à la montée des mouvements sociaux,

l’oligarchie commence à craindre une « implosion »,

selon son zélé serviteur Manuel Valls, sinistre

de l’Intérieur. Il a raison de s’apeurer le fourbe.

Je reviens de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois et,

malgré le froid, je peux vous assurer

que l’ambiance est chaude parmi les salariés

des entreprises en lutte. Alors que 5 de nos camarades de PSA sont menacés de licenciements

après avoir été convoqués par la Police nationale (!), nous étions plus de 500 rassemblés devant

les grilles fermées de Citroën.

meetingpsa1 PSA Aulnay

Il y avait là les camarades de Goodyear, Virgin,

Air France, Renault, Presstalis

Il y avait Xavier Mathieu. Il y avait Nathalie Arthaud

de LO, Besancenot du NPA, Marie-Georges Buffet

qui ne donne aucune prise à la fatigue alors qu’elle

mène un combat dantesque contre la réaction

à l’Assemblée nationale, Pierre Laurent, secrétaire

national du PCF… Pour le Parti de Gauche,

j’accompagnais Laurence Sauvage et Philippe Juraver

du Front des luttes ainsi que Martine Billard, notre co-présidente. Bref, ce que BFM appelle « de nombreux

leaders d’extrême-gauche » (note for self : nationaliser BFM quand on arrivera au pouvoir). Le député de

la circonscription, Daniel Goldberg (parti dit « sérieux »), avait annoncé sa venue. De retour chez moi

pour rédiger cette note, on ne l’a pas vu.

En vrai, nous nous sommes gelés mais le cœur battait et il y avait une sacrée chaleur humaine. Pendant

près de deux heures, élus et responsables syndicaux ont alterné au micro pour expliquer les raisons

de se battre et de mettre les luttes en convergence.

[Lire la suite sur Le Cri du Peuple.org]

Bonus diaporama : les photos du rassemblement devant l’usine PSA d’Aulnay le 5 février 2013.

Lire également :

Les pouvoirs publics abandonnent-ils PSA ?

Publié dans Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

PSA Aulnay : « Face à la solidarité patronale, les grévistes opposent la solidarité ouvrière et citoyenne. Et ça marche ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 février 2013

 

Automobile

À la répression de PSA s’oppose la solidarité générale

 

PSA Aulnay :

Ce mardi après-midi, un grand rassemblement

de soutien aux syndicalistes poursuivis se tient

sur le parking de l’usine d’Aulnay.

Fermeture temporaire du site décidée unilatéralement

par la direction – une pratique ressemblant furieusement

à un lock-out –, tentative de faire entrer de nouveaux

intérimaires pour remplacer les grévistes sur leurs postes, mobilisation de vigiles extérieurs, de cadres et

d’agents de maîtrise, instrumentalisation des journalistes encouragés à fredonner la petite musique de la

« casse », plaintes à la police contre certains des salariés identifiés comme des meneurs ou des organisateurs,

convocations dans les services de la sûreté départementale, mise à pied conservatoire et procédures

de licenciement… Depuis trois semaines, la direction de PSA multiplie les attaques afin de tuer dans l’œuf

le mouvement de grève reconductible qui paralyse l’usine d’Aulnay-sous-Bois. Mais rien n’y fait :

toutes les armes utilisées se retournent contre elle.

À la solidarité patronale – le constructeur automobile peut compter sur le soutien de l’UIMM et du Medef

où ses hommes font depuis toujours la pluie et le beau temps –, les grévistes opposent la solidarité ouvrière

et citoyenne. Et ça marche!

Catastrophe sociale

Les dons commencent à affluer au fonds de soutien au mouvement dans l’usine d’Aulnay-sous-Bois. Des élus

participent à cet élan. Et certaines villes vont beaucoup plus loin. À l’initiative de François Asensi, le maire

Front de gauche de Tremblay-en-France où 62 familles seraient directement touchées par la fermeture de l’usine

PSA, le conseil municipal a adopté à l’unanimité la décision de verser une aide de 20 000 euros aux grévistes

d’Aulnay-sous-Bois.

« La fermeture du site d’Aulnay-sous-Bois, reconnu par les experts pour la qualité de sa production,

constituerait une véritable catastrophe sociale et économique dans un département touché durement

par le chômage, la crise financière, les discriminations territoriales », justifie le maire, dans un communiqué.

Soutien politique et syndical

Ce mardi, à 13 h 30, sur le parking de l’usine PSA, se tient un rassemblement de soutien aux militants menacés

de licenciement pour faits de grève. Parmi les personnalités politiques attendues, on trouve Pierre Laurent et

Marie-George Buffet (PCF), Martine Billard (PG), Nathalie Arthaud (LO), Olivier Besancenot (NPA), un député

socialiste et une sénatrice Europe Écologie. Et du côté syndical, Annick Coupé (Solidaires), Philippe Martinez

(fédération CGT de la métallurgie), Xavier Mathieu, ex-porte-parole des Conti en lutte, et Mickael Wamen,

délégué CGT de Goodyear à Amiens, sont attendus.

Réunis en assemblée départementale, les communistes de Seine-Saint-Denis ont adopté une motion condamnant

la « voie de la criminalisation du fait de grève et de l’action syndicale » que PSA emprunte aujourd’hui :

« Cette volonté tend aujourd’hui à se généraliser pour étouffer le mouvement social. Afin de stopper cette

opération patronale, il y a urgence à ce que soient adoptées la loi d’amnistie des militants syndicalistes et la loi

interdisant les licenciements boursiers. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :

Non à la liquidation de notre appareil productif

Publié dans France, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy