• Accueil
  • > Recherche : banque populaire autonome

Résultats de votre recherche

La mise en concurrence des salariés nuit gravement à leur santé

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 septembre 2012

 

La mise en concurrence des salariés nuit gravement à leur santé dans Justice Affiche_stress-2C’est ce qu’a estimé ce mardi le tribunal de grande instance de Lyon.

Celui-ci a interdit à la Caisse d’Epargne Rhône Alpes Sud (CERA) de

conserver son organisation du travail fondée sur le « benchmark »,

ou mise en concurrence permanente de ses salariés, qui compromet

« gravement » leur santé.

La Caisse d’Epargne Rhône-Alpes a fait appel de cette décision, la qualifiant

dans une déclaration à l’AFP de « particulièrement injuste et disproportionnée ».

Contrairement au tribunal, elle ne trouve rien à redire à ce type de fonctionnement

conforme au  »principe constitutionnel de liberté d’entreprendre », et explique

que « l’objectif d’un benchmark est d’identifier les processus les plus efficaces

et professionnels pour aider l’organisation à atteindre ses objectifs ».

La direction affirme au contraire  »qu’il n’y a pas de lien de causalité

entre le benchmark et les risques psychosociaux ».

« Stress permanent »

Le TGI de Lyon estime lui au contraire qu’avec ce système, « le seul objectif qui existe est de faire mieux que les autres »

et « tout est remis en question chaque jour ce qui crée un stress permanent ». Des médecins du travail, des assistantes sociales

et l’inspection du travail avaient alerté la direction sur ces risques.

« Véritable terreur »

Fin 2007, la direction de la CERA avait mis en place ce système de gestion des performances des salariés, consistant en

une évaluation permanente des uns par rapport aux autres au sein de chaque agence, et aussi des agences entre elles. La part

variable de la rémunération de chaque salarié dépend directement des résultats du « benchmark » puisqu’elle est fonction

des résultats de son agence.

Le syndicat SUD du groupe Banque populaire-Caisse d’Epargne (BPCE), dénonçant la « véritable terreur » que fait régner

le « benchmark », avait saisi la justice en mars 2011 et une audience a eu lieu le 30 mai dernier.

D’autres recours à venir ailleurs ?

La justice interdit aux Caisses d’Epargne de la région Rhône-Alpes Sud de recourir à ce système, sans toutefois fixer d’astreinte,

et condamne la société à payer à SUD 10.000 euros de dommages et intérêts. Dans un communiqué, le syndicat s’est félicité

de cette décision, qui s’impose aussi selon lui aux autres Caisses d’Epargne sur le territoire, et au-delà peut inciter d’autres

salariés à engager des recours.

« Ce jugement ne concerne en aucune façon les autres Caisses d’Epargne, qui sont totalement autonomes les unes par rapport

aux autres pour définir notamment leur système de management de la performance commerciale », a contredit la caisse d’Epargne

Rhône-Alpes.

Source : humanite.fr  5 septembre 2012

Publié dans Justice, SANTE, Souffrance au travail, Sud, Syndicats | Pas de Commentaires »

La Banque Populaire Autonome Zapatiste (Banpaz) : Une banque anticapitaliste au coeur du Chiapas

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 janvier 2010

Publié sur : http://www.tlaxcala.es/entree.asp?lg=fr – 1er janvier 2010 – Gloria MUÑOZ RAMIREZ

 

 

Une insolite banque anticapitaliste dans la Jungle Lacandone

Un projet de l’autonomie zapatiste

La Banque Populaire Autonome Zapatiste (Banpaz) : Une banque anticapitaliste au coeur du Chiapas dans Amerique latine auteur_103

AUTEUR :  Gloria MUÑOZ RAMIREZ

Traduit par  Philippe Cazal

aniversario1 dans Monde

En ce 1er janvier 2010, 16ème anniversaire de l’insurrection zapatiste, Tlaxcala salue ses frères et soeurs qui continuent leur combat exemplaire pour construire des alternatives au Chiapas.

gal_6697 dans Peuples indigenes

« Il ne s’agit pas de faire des affaires. Il s’agit seulement de répondre à un besoin des villages et jusqu’à présent tout le monde est satisfait parce qu’on voit que ça marche et que l’on résout les problèmes de façon collective. »

 

La Realidad, Chiapas. Les villages zapatistes affrontent chaque jour de nouveaux défis pour rendre réelle l’autonomie de leurs territoires. C’est une histoire de succès et d’obstacles, de création, d’invention et de mise en pratique d’idées nouvelles. Il s’agit pour eux de perdre la peur de se tromper sur un chemin emprunté en 1994, qu’ils ont balisé avec la création des gouvernements autonomes en 2005 et qu’ils continuent à tracer tous les jours. Et tout cela sous la pression du harcèlement des militaires et des paramilitaires, de l’acharnement policier et des projets du gouvernement qui visent à diviser les communautés ; à quoi vient s’ajouter la pénurie à grande échelle que subissent les plus de 40 communes autonomes en résistance. L’autonomie se construit presque à partir de rien. Et c’est à partir de rien qu’est née, il y a plus d’un an, l’insolite Banque Populaire Autonome Zapatiste (Banpaz), dans la région de la jungle frontalière (1).

Lire la suite sur : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=9655&lg=fr

Publié dans Amerique latine, Monde, Peuples indigenes | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy