• Accueil
  • > Recherche : article partage richesses

Résultats de votre recherche

Manifestation du 1er mai 2015 : « Pour un autre projet social ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 mai 2015

 

Manifestation unitaire du 1er mai 2015

Image de prévisualisation YouTube

MyCGTsur youtube

La pluie qui tombait sur la France n’aura pas découragé les manifestants à participer aux nombreuses initiatives, très souvent unitaires, organisées, le vendredi 1er mai 2015.

A travers tout le territoire, 301 initiatives ont rassemblé plus de 110 000 manifestants pour exiger un autre projet social.

 

 

humanite.fr

Un premier mai pour planter l’idée d’augmenter les salaires

 

Laurence Mauriaucourt – 1er mai

 

Capture1ermai2015Paris

 

  Augmenter les salaires, embaucher

  pour enfin partager mieux les richesses

  et enrayer toutes les formes de pénibilité

  imposée aux salariés, tels étaient

  les préoccupations du cortège parisien

  ce vendredi 1er mai.

 

 

Malgré le pont, la pluie et les récentes mobilisations, il y avait fierté à être présent sur le pavé à l’occasion

de cette journée internationale des droits des travailleurs à l’appel de la CGT, de la FSU, de l’UNSA

et de Solidaires de la place de la République à celle de la Nation.

La CGT, qui formait le gros du cortège, ne s’y est pas trompée plaçant « la réussite » de « cette journée de lutte »

sous le signe de l’engagement réitéré contre « la loi Macron » et pour « l’augmentation des salaires et des pensions,

la création d’emplois qualifiés ». Des propos que chacun des manifestants avec qui nous avons échangé porte

sans équivoque.

Pour exiger une autre politique, « un autre projet social », le syndicat dirigé par Philippe Martinez avance

la proposition de lancer « un plan d’investissement pour une vraie relance économique, la promotion des services

publics, une autre répartition des richesses et une protection sociale de haut niveau ».

Soit « autant de revendications auxquelles les projets gouvernementaux et patronaux comme le Pacte de

compétitivité, la loi Macron, le projet de loi sur le dialogue social ou le projet de loi Santé tournent le dos :… »

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Gérard Filoche : « A la fin, ce sont les militants qui gagnent »

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitésur youtube

Gérard Filoche, membre du bureau national du PS mais également syndicaliste, est très vite monté en puissance contre le projet de loi Macron.

Si les salariés connaissaient les 106 articles de la loi Macron, ils seraient par millions à cette grande manifestation du 1er mai 2015 souligne t-il.

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitésur youtube

Marie George Buffet, députée PCF de la Seine Saint-Denis s’est associée à la grande manifestation de ce 1er mai 2015.

Elle nous livre son jugement de la politique gouvernementale et assure qu’il est temps d’obtenir des propositions alternatives et une autre politique de gauche.

*

Dans son édition de lundi, l’Humanité reviendra en détail sur les motivations des manifestants issus d’entreprises en lutte dans diverses régions de France.

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, FSU, Luttes, SOCIAL, Solidaires, UNEF, UNSA | Pas de Commentaires »

Élections européennes : Site de campagne de Jacky Hénin, tête de liste Front de Gauche dans le grand Nord-Ouest

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 avril 2014

 

FDG

http://europe.lhumaindabord.fr/

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Faisons des élections européennes un référendum contre l’austérité

La marche du 12 avril pour dire « Maintenant ça suffit ! Marchons contre l’austérité?, pour l’égalité et le partage des richesses » a lancé la campagne du Front de Gauche pour les élections européennes.

Lors de ces élections, le Front de gauche rassemblé dans le Nord-Ouest? autour de Jacky Hénin se fixe comme ambition d’envoyer un maximum d’élus au Parlement européen? pour y être une force de résistance à l’austérité? et souhaite envoyer un avertissement clair à François Hollande : les politiques d’austérité? mises sur les rails par Nicolas Sarkozy, ça suffit !

Nous voulons faire des élections européennes un référendum contre les politiques d’austérité? à travers l’Europe, et contre sa déclinaison en France, le Pacte de responsabilité.

[Lire la suite]

 

Voir nos Candidats aux élections européennes

Analyser Résister à l’austérité

Publié dans Elections europeennes, France, Front de Gauche, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Municipales 2014 : « Ils se retrouvent candidats sur des listes FN sans le savoir »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 mars 2014

 

Municipales 2014 : Colistiers du FN malgré eux

 

FN4

 

  Ils n’ont rien demandé, mais se retrouvent

  dans la campagne des municipales. Certains habitants

  de communes se retrouvent candidats, sans le savoir,

  sur des listes du Front National. Les têtes de listes FN

  auraient recruté, à leur insu, des personnes parfois

  âgées ou vulnérables.

 

 

Au Grand-Quevilly, commune de Seine-Maritime, fief de Laurent Fabius, le Front national aurait enrôlé des colistiers

contre leur gré dans la course aux municipales.

C’est du moins ce que prétendent des colistiers de cette agglomération de Rouen. À leur grande surprise, quinze

personnes ont appris qu’elles figuraient dans la liste FN de Pascal Bignaux, fait savoir L’Express.

Impossible de s’enlever de la liste

Pensant signer une pétition, ces habitants de la commune ont en fait signé le formulaire officiel

d’inscription pour faire partie de la liste.

« Deux personnes sont venues chez moi il y a un mois. Elles m’ont demandé si je voulais bien signer un document

afin qu’ils puissent se présenter à l’élection municipale. Nous sommes en démocratie, j’ai accepté. Ensuite, c’est

un ami qui s’est étonné de me voir engagé avec le FN. J’ai alors compris la supercherie », explique Jean-Pierre

Verdeaux, 60 ans, au quotidien Paris-Normandie.

Jean-Pierre Verdeaux et les 14 autres « candidats » ne peuvent être enlevés de la liste, sauf si Pascal

Bignaux choisit de se retirer et d’en créer une nouvelle. Seulement, ces habitants se sont aperçus de la supercherie

mercredi, à la veille de la date butoir de dépôt des candidatures (ce jeudi 6 mars, à 18 heures).

En signe de protestation, ils ont envoyé un courrier au Front national. Les services de la préfecture en charge

de l’enregistrement des listes ont également été prévenus, explique L’Express.

Une affaire qui n’est pas isolée

[Lire la suite sur PCF Arras]

Source illustration : Moissac au Coeur

Capturelexpress

Municipales à Nevers :

la candidate FN, le drapeau nazi et les SS

 

 

Publié dans Elections municipales, France, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

« Sommes-nous devenus plus cons que des rats ? »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 décembre 2011

Lu sur : 13 décembre 2011

publié par reineroro (Démineuse De Tapettes à Gruyère et Pourfendeuse De Cornichons.)

 

Sommes nous devenus plus cons que des rats ?

Auteur : tgb - Source : rue affre

rats.jpg

Des expériences menées à l’université de Chicago par l’équipe de Jean Decety, publiées dans la revue Science ont montré, que des rats avaient ingénieusement libéré un autre rat, sans aucune récompense à la clef. Mieux encore, ces mêmes rats (les femelles particulièrement) choisissaient de libérer leur congénère plutôt que de se consacrer à ouvrir une boîte contenant du chocolat, préférant partager le contenu plus tard, plutôt que de s’en accaparer le profit immédiat.

Leur motivation première ? une étonnante empathie.

Face à un problème donné, dans ce cas la détresse d’un autre membre de l’espèce, il est démontré que la réponse des rats n’est pas individuelle mais avant tout sociale. C’est en faisant passer d’une manière altruiste, leur intérêt personnel après l’intérêt général, par le partage et la collaboration, qu’ils résolvent les difficultés, ne considérant pas l’assistanat comme une tare mais comme une valeur protégeant le groupe.

Un plébiscite pour ‘l’état providence’.

Cette singulière observation nous permet d’en déduire que, non seulement le sentiment d’empathie n’est pas un caractère réservé à l’homme, mais qu’en ces temps obscurs de compétitivité exacerbée entre les individus, de concurrence libre et non faussée entre les peuples, Nicolas Baverez est bien plus con qu’un rat.

rats-mod.jpg

Car si chez les rats visiblement, l’on fait plus confiance à l’intelligence collective qu’aux bas instincts individuels pour perpétuer la race, chez les zélotes de Milton Friedman au contraire seuls, l’égoïsme, l’accumulation des richesses et le profit immédiat contribuent à « une mondialisation heureuse », illustrée par ce simple et lumineux axiome :

« c’est en sacrifiant l’espèce humaine et la planète que nous travaillerons à la survie des marchés ».

Si, chez le rat pestiféré, le mot d’ordre semble être « aidons nous les uns les autres » et chez l’expert néolibéral, « exploitons nous de concert », cela nous permet logiquement d’en déduire qu’à l’heure actuelle, la société des rongeurs paraît plus civilisée que la nôtre.

[Lire la suite sur rue-affre]

Publié dans Sciences, SOCIAL, Solidarite | Pas de Commentaires »

Propositions du Front de Gauche pour sortir de la crise

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 novembre 2011

 

bc.png

 

Face à la crise, les gouvernements de l’Union européenne appliquent partout les mêmes recettes. Pourtant, loin de s’atténuer la crise ne cesse de s’aggraver et les peuples payent chaque jour un tribut de plus en plus important.

L’exemple de la Grèce est particulièrement terrible. Voilà maintenant plus d’un an et demi que les plus grandes instances européennes et internationales (Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) interviennent directement pour « sauver la Grèce ». Le peuple grec a déjà subi plus de 8 plans d’austérité. Pourtant les conditions de vie ne cessent de se dégrader. L’économie grecque n’est toujours pas relancée et la dette s’est creusée.

Dans son programme l’Humain d’abord, le Front de Gauche propose d’engager une nouvelle politique capable de sortir de la crise.

 

Gouverner face aux banques et aux marchés financiers

Lutter contre la spéculation

  • Interdire les mécanismes spéculatifs (ventes de gré à gré, vente à découvert, achat de CDS (contrat d’assurance) par des institutions financières qui ne possèdent pas le titre assuré etc.)
  • Séparer les banques de dépôts et les banques d’affaires
  • Contrôler et les mouvements de capitaux et taxer voire interdire les mouvements spéculatifs (circulation d’argent ne correspondant à aucune contrepartie dans l’économie réelle)

Desserrer l’étau de la finance et des banques privées

  • Autoriser la BCE à racheter des titres de dette publique.
  • En attendant la réforme de la BCE, permettre à la Banque de France de racheter les titres publics
  • Créer un pôle public bancaire y compris par “la nationalisation de banque et de compagnies d’assurance”
  • Obliger les banques et les institutions financières à détenir dans leurs fonds propres des titres de dette publique afin de contribuer au financement du pays

Ne pas rembourser toute la dette

  • Réaménagement négocié des dettes publiques, l’échelonnement des remboursements, la baisse des taux d’intérêts les concernant et leur annulation partielle.
  • Moratoires et audits sous contrôle citoyen.


S’affranchir du traité de Lisbonne

  • Conformément au mandat qui nous aura été donné par le peuple français pour mettre en place une politique de gauche dans notre pays, nous refuserons d’appliquer des directives contradictoires à nos engagements. Notre désobéissance fera tache d’huile dans l’Union et dans la zone euro d’autant plus que le traité de Lisbonne interdit toute politique efficace contre la crise.
  • Permettre à la BCE de racheter la dette publique ou recourir à la Banque de France si la BCE n’est pas réformée ou en attendant qu’elle le soit (désobéir à l’article 123 TFUE qui l’interdit)
  • Défendre la souveraineté budgétaire de la France :
  • Ne pas faire voter la “règle d’or” (donc désobéir au dernier sommet)
  • Ne pas appliquer le “pacte Euro +” et le “semestre européen” (contrôle du budget national par la Commission avant son examen par le Parlement)
  • Ne pas appliquer les directives de libéralisation des services publics
  • Lutter contre le libre-échange : instaurer une taxe kilométrique et des prélèvements nationaux concertés sur les importations de productions délocalisées (désobéir à l’article 206 TFUE sur la “suppression des restrictions aux échanges internationaux“)

Relancer l’activité par le partage des richesses et la planification écologique

Alors que toute l’Europe s’enfonce dans la récession et que l’austérité aggrave la crise, il faut relancer l’activité :

  • par l’augmentation des salaires et du SMIC
  • par des investissements publics financés par des hausses d’impôts sur les plus riches et les grandes entreprises (revenu maximum, passage de 5 à 14 tranches d’impôt sur les revenus, suppression des niches fiscales et des exonérations de cotisations sociales etc.)
  • par la bifurcation du système productif par la planification écologique
  • par la relocalisation des productions

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, Front de Gauche, PCF, Politique fiscale, Presidentielle 2012, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Qui a donné le pouvoir aux rapaces de la finance ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 août 2011

Quelques rappels historiques


Depuis le milieu des années 1980, les États ont créé des structures  pour permettre la libéralisation

internationale des marchés des capitaux et la mondialisation. Ces structures ont restreint la marge

de manoeuvre des politiques publiques.

Le « socialisme de gouvernement », en France et en Europe, a une écrasante responsabilité dans

la création de ces structures.

1986 : loi de déréglementation des marchés financiers, présentée par Pierre Bérégovoy. Avec cette

loi, l’État est donc intervenu pour abolir le contrôle de l’État !

1988 : la directive Delors-Lamy fixe pour l’été 1990 la réalisation de la pleine mobilité intra-

européenne des capitaux, entre les États membres et les États extérieurs à l’Union. C’est l’article 63

du traité de Lisbonne ! Le « marché financier européen devient un terrain vague de la finance ouvert

à tous les vents ! » Les actifs avariés des États-Unis ont ainsi pu voyager en toute liberté pour infester

les banques européennes en 2007-2008.

1990 : Bérégovoy diminue fortement la fiscalité sur les revenus du capital.

1998 : Strauss-Kahn instaure un régime fiscal douillet pour les stock-options des dirigeants des

grandes entreprises.

2001 : Laurent Fabius lance le Plan partenarial d’épargne salariale volontaire, germe de fonds de

pension à l’américaine. L’épargne individuelle remplacerait peu à peu le système de répartition par

solidarité, avec les cotisations de tous.

Janvier 2008 : Jacques Attali, un « expert » ancien conseiller de F. Mitterand, remet un rapport à

N. Sarkozy. Il y écrit : « Le renforcement de la croissance viendra de la capacité du pays à

investir dans les secteurs porteurs, comme la finance. » Or la grande crise financière est

évidente depuis avril 2007 !

 

Extraits de : « Les années d’hiver 1980-1985″ de Félix Guattari, paru en 1986

« Après leur victoire électorale quasi accidentelle, les cadres socialistes s’installèrent dans les trous

du pouvoir, sans aucune remise en question des institutions existantes, sans l’ombre d’une

proposition pour rebâtir une société humaine dans le présent désastre. »

  »Force nous est de constater que les socialistes français ont perdu la mémoire du peuple. »

 Jean Jaurès, fondateur de L’Humanité

  »Entre les deux classes, c’est une lutte incessante du salarié, qui veut élever son salaire, et du

capitaliste, qui veut le réduire ; du salarié qui veut affirmer sa liberté et du capitaliste qui veut

le tenir dans la dépendance. »

En conclusion (provisoire) :

Incarner la gauche, c’est se préoccuper du sort des catégories populaires.

Pourquoi toujours vouloir « rassurer les marchés, les banques, les financiers ? »

Il est urgent que la gauche cherche essentiellement à rassurer la majorité des catégories populaires,

par des propositions claires sur :

  • le partage des richesses produites par les salariés
  • les protections sociales
  • le rôle de l’État qui garantit une place à chaque citoyen
  • le contrôle véritable des financiers par des responsables politiques progressistes

 

Zoltan F., d’après La crise de trop de Frédéric Lordon – chez Fayard

 

la crise de trop

Frédéric Lordon est un économiste directeur de recherche au CNRS, spécialiste du capitalisme

financiarisé.

Il développe également un programme de recherche spinoziste en sciences sociales.

Dans ce livre, il analyse rapidement les mécanismes de la crise systémique de 2007-2008

pour se concentrer sur ses causes profondes et les réformes structurelles à engager.

 

 

 

 

guattari.1255608460.jpg

« Parmi les thèmes récurrents dans ces pages, on trouve une critique, plus que jamais actuelle,

du sempiternel discours de la « crise », qui est devenu depuis plusieurs décennies un formidable

instrument de « gouvernance » et de « normalisation ». Dès l’introduction, Guattari nous rappelle

que la « crise » (les « crises » multiples que les sociétés capitalistes connaissent sans cesse,

et dont celle que nous vivons aujourd’hui n’est que la dernière en date) ne sont pas des fatalités

inéluctables, mais les conséquences directes de choix d’ordre économique, soutenus par des

stratégies politiques ultralibérales à l’échelle planétaire.

On ne cesse ainsi de « prendre l’effet pour la cause » et de justifier des arbitrages politiques par les dures nécessités

d’une économie qui échapperait désormais à tout contrôle étatique, en feignant d’oublier que la dérégulation de

l’économie et de la finance à l’échelle planétaire n’a été rendue possible que par des choix politiques préalables. »

(Source : Manola Antonioli, colblog.blog.lemonde.fr)

 

Publié dans ECONOMIE, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Conférence nationale du PCF : Conclusions – Réactions

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 juin 2011

  • Source : Conférence nationale du PCF : Conclusions - Réactions dans France humanitefr le 5 Juin 2011

La conférence nationale du Parti communiste français (PCF), réunie à Montreuil depuis vendredi, a voté

ce dimanche midi à 63,6% (36,39% contre) en faveur de la résolution proposant aux communistes

la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle, couplée à l’accord global qui porte

sur les présidentielles et les législatives.

  • Trois noms sur un bulletin

Cette proposition sera soumise au vote des militants dans deux semaines, du 16 au 18 juin. Pour ce faire,

la conférence nationale a décidé à 79,9% (20,09% contre) le principe de faire figurer sur le bulletin de vote

les noms des trois candidats en lice: André Chassaigne (PCF) et Jean-Luc Mélenchon, dans le cadre du

Front de gauche, et Emmanuel Dang Tran, opposé au Front de gauche.

André Gerin choisi lui de retirer sa candidature juste avant le vote de ce midi.

« Nous sommes attachés à ce que chaque communiste puisse s’exprimer avec l’ensemble des options

qui ont été portées dans le débat. Le bulletin de vote comportera donc toutes les candidatures déclarées et leurs

motivations », explique le texte de la résolution adoptée. 

  • Un programme bien partagé

Par ailleurs, le programme « populaire et partagé » adopté propose un « partage des richesses », une « reprise

du pouvoir aux banques et aux marchés financiers », un « affranchissement du traité de Lisbonne » et la « construction

d’une autre Europe », un changement du « cours de la mondialisation », ou encore la constitution d’une « VIe République ».

L’accord sur les législatives (répartition des circonscription) est « en voie de finalisation ».

Le PCF espère qu’une réunion le 10 juin sera conclusive.

 

 

Premières remarques sur la Conférence Nationale du PCF

 

arton1632-9cf4c dans PCF

La Conférence Nationale du PCF s’est prononcée pour la candidature de

Jean-Luc Mélenchon, à 63,6 % des voix. Ce n’est pas une surprise.

La composition de la Conférence assurait d’avance une majorité à la

direction nationale du parti. Le seul élément d’incertitude concernait

le bulletin de vote qui sera soumis au suffrage des militants, les 16, 17

et 18 juin. Plusieurs dirigeants nationaux, dont Pierre Laurent, s’étaient

prononcés contre le principe d’une « primaire » pour départager

les candidatures de Chassaigne et Mélenchon.

Autrement dit, de ces deux noms, seul celui Mélenchon devait figurer sur le bulletin de vote.

Cette hypothèse était renforcée (…)   Lire la suite

 

A lire également :

Publié dans France, PCF, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaires »

Prise en charge de la dépendance

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 février 2011

Courriel FSU – mardi 15 février 2011  

 

Dépendance : Nicolas Sarkozy n’écarte aucune piste …sauf celle des solidarités !


Le discours de Nicolas Sarkozy devant le Conseil Économique Social et Environnemental confirme les inquiétudes de la FSU. En effet derrière des propos généraux à visée consensuelle,

il a laissé apparaître des orientations extrêmement dangereuses.

Loin de rappeler la nécessité d’une prise en charge par la société de son financement et de la qualité de son organisation, il écarte a priori la plupart des hypothèses de financements

solidaires pour avancer essentiellement la piste de l’assurance privée dont tous les sondages d’opinion, montrent que les français n’en veulent pas. La prudence de son propos

dissimule mal la réalité de ses intentions.

Sous couvert de préserver le « travail » alors que les entreprises bénéficient d’exonérations massives de cotisations qui n’ont fait aucunement la preuve de leur efficacité en terme d’emploi,

il refuse par principe toute modification des prélèvements sur le travail pour financer cette solidarité. Il feint d’ignorer combien la stagnation des salaires et le chômage privent la sécurité

sociale des ressources nécessaires.

Il « oublie » combien les ressources de l’État sont ponctionnées par les réformes successives de la fiscalité et notamment le bouclier fiscal et l’exonération des heures supplémentaires.

Il se garde de rappeler comment les départements qui gèrent notamment l’APA sont aujourd’hui asphyxiés par les transferts de charge : son discours construit donc une logique qui

débouche sur une contribution accrue des familles et ouvre la voie aux assurances privées. Derrière Nicolas se profile Guillaume, thank you, brother !

Pour la FSU, ce dossier, comme celui des retraites, est un enjeu social qui suppose un débat large sur le partage des richesses, et non des pistes étroites, bornées quoiqu’en dise le président

de la république par des choix idéologiques qui veulent soumettre la protection sociale au marché pour le plus grand profit des assurances privées.

Pour la FSU, la prise en charge de la perte d’autonomie relève de la Sécurité sociale avec un financement solidaire à la hauteur des besoins ; elle doit s’appuyer sur des personnels qualifiés

et correctement rémunérés, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Pour la FSU, la réflexion devrait aussi porter sur la création d’un service public qui coordonnerait l’ensemble des politiques

publiques, facilitant à la fois la vie des personnes âgées et celle des personnes en perte d’autonomie.

 

 

Publié dans Politique nationale, SANTE, SOCIAL, Solidarite, Syndicats | Pas de Commentaires »

Intersyndicale du 8 novembre : « Un mouvement social légitime et conforté »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 novembre 2010

Source : CGT

« Un mouvement social légitime et conforté »

 Intersyndicale du 8 novembre :

Déclaration commune

des organisations syndicales

CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA

 

lundi 8 novembre 2010

Le mouvement social est légitime et conforté

Après plusieurs semaines de mobilisation et malgré les moyens déployés par le gouvernement pour tenter d’accréditer l’idée que « la page retraite » est tournée, ce sont 1,2 million de salariés qui ont manifesté le 6 novembre dans 243 villes contre cette réforme des retraites injuste et inefficace.

Si chacun a conscience que la loi sur les retraites est susceptible d’être promulguée dans les prochains jours, l’heure n’est pas à la résignation. Les organisations syndicales continueront d’agir pour la réduction des inégalités, une véritable reconnaissance de la pénibilité et d’autres alternatives pour le financement du système de retraites par répartition. Elles réaffirment leur attachement au maintien de l’âge légal de départ en retraite à 60 ans et de l’âge du taux plein à 65 ans.

Elles constatent que la situation économique et sociale reste très dégradée et toujours préoccupante pour les salariés, les retraités, les chômeurs et les jeunes qui subissent toujours durement les conséquences d’une crise qui dure.

Les organisations syndicales considèrent que la mobilisation d’un niveau exceptionnel depuis plusieurs mois a mis en lumière l’insatisfaction criante des salariés et leurs revendications en matière d’emploi, de salaires, de conditions de travail, d’inégalité entre les femmes et les hommes, de fiscalité et de partage des richesses. Elles décident d’approfondir leurs analyses et propositions sur ces questions afin d’interpeller le gouvernement et le patronat.

Les organisations syndicales décident de poursuivre la mobilisation dans l’unité en faisant du 23 novembre une journée nationale interprofessionnelle de mobilisation par des actions multiformes. Ces actions doivent répondre aux préoccupations des salariés et permettre la participation du plus grand nombre. Elles demandent aux organisations territoriales et professionnelles d’en préciser les modalités (rassemblements, manifestations, meetings, arrêts de travail…).

Des initiatives dans les territoires et les entreprises sont déjà prévues. Les organisations syndicales veilleront à assurer leurs réussites.

Les organisations syndicales s’engagent dès à présent à participer activement à la journée d’action Européenne du 15 décembre pour s’opposer aux plans d’austérité qui se multiplient en Europe.

Les organisations se reverront le 29 novembre 2010.

 

Publié dans Luttes, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Bernard Thibault pour l’Humanité : « Les salariés ne veulent pas en rester là»

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 novembre 2010

Bernard Thibault pour l’Humanité : « Les salariés ne veulent pas en rester là»  dans Luttes 6 novembre 2010 – Entretien réalisé 
par Paule Masson

bernard_thibault dans RETRAITES

 

«toutes (les lois) sont révisables en permanence».

«Le mouvement social entre dans une nouvelle

séquence qui ne peut pas être celle du renoncement»

 

 

Pour Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, le mouvement de contestation de la réforme des retraites est profondément installé dans le pays. Les salariés ne veulent pas en rester là. La nouvelle séquence qui s’ouvre ne peut pas être faite de renoncement.

Certains syndicats 
considèrent que la journée 
de manifestation d’aujourd’hui est décisive pour la poursuite du mouvement. Est-ce votre sentiment ?

Bernard Thibault. Ce n’est pas la question. Même si la plupart des médias ont tiré le rideau, le mouvement est profondément installé dans le pays. Il y a donc besoin de moments où on se retrouve tous ensemble. La journée de manifestation d’aujourd’hui représente un nouveau temps fort. Il y en aura d’autres. Nous l’avons toujours dit : la CGT ira jusqu’au bout.

Depuis début septembre, le mouvement compte sept manifestations, qui ont chaque fois rassemblé entre deux et trois millions de salariés. Le mécontentement n’est-il pas plus large que la seule question des retraites ?

Bernard Thibault. Le mouvement part des retraites. Mais peut-on aborder cette question sans parler d’emploi, de conditions de travail, de déroulement de carrières ou de salaires, de pénibilité du travail, du sort réservé aux seniors ou aux jeunes. En quelque mois, le travail syndical qui a été réalisé est considérable. Alors que le gouvernement a présenté une réforme comptable, nous sommes parvenus à imposer un débat de société sur la place du travail, les conséquences de la crise économique, sur la nécessité d’un nouveau partage des richesses. Les salariés se rendent bien compte qu’on leur demande des efforts financiers en matière de retraite alors que les banques, qui ont été soutenues par l’État, sont en train de réafficher des résultats considérables. C’est ce qui explique l’ampleur du mouvement, son assise inégalée en France et au plan international.

Les observateurs internationaux s’intéressent effectivement à ce qui se passe en France….

Bernard Thibault. Tous les syndicats du monde sont confrontés à la même crise économique. Il y a des mouvements sociaux dans d’autres pays, en Grèce, en Espagne, au Portugal, en Allemagne aussi, mais je constate, une fois de plus, que la résonance de ce qui se passe en France est plus importante qu’ailleurs. La CGT répondra présente pour la journée européenne d’action contre les plans d’austérité le 15 décembre.

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

 

Publié dans Luttes, RETRAITES, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy