• Accueil
  • > Recherche : ani securisation emploi

Résultats de votre recherche

Philippe Martinez : « La modernité, c’est le progrès social, pas la loi travail ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 mai 2016

 

« La modernité, c’est le progrès social, pas la loi travail ! »

 

Capture.PNGPhilippeMartinez

  Par Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT

 

  Depuis l’annonce de son projet de loi dit travail,

  le gouvernement a refusé toute forme de concertation

  avec l’ensemble des organisations syndicales

  et singulièrement la CGT.

  Une réunion sur des sujets très larges et puis… plus rien !

 

  D’ailleurs, la première version de ce texte n’a pas été remise

  en premier lieu aux organisations syndicales mais à la presse.

  La CGT dénonce un gouvernement qui impose des reculs sociaux

  successifs par la loi de sécurisation de l’emploi ou la loi Macron.

 

 

La CGT dénonce un gouvernement qui se radicalise en bafouant d’abord la démocratie sociale, puis la démocratie

politique avec l’utilisation du 49-3 à l’Assemblée nationale.

La CGT dénonce un gouvernement qui se radicalise alors que 74 % de l’opinion publique se dit opposée au projet

de loi travail.

La CGT dénonce un gouvernement qui se radicalise alors qu’un mouvement social porté par quatre organisations

syndicales de salariés et trois organisations de jeunesse dure depuis plus de deux mois. Sans compter le fait

qu’un cinquième syndicat de salariés conteste de nombreux articles du projet de loi, dont l’inversion de la hiérarchie

des normes.

Plusieurs ministres, dont le premier d’entre eux en tête, refusent le dialogue et le débat de fond et ont fait le choix

délibéré de l’invective et de l’autoritarisme en ciblant le premier syndicat de France, la CGT, et ouvrant ainsi

la voie à la surenchère et aux insultes de la droite et de l’extrême droite.

Le président de la République, le premier ministre et le ministre de l’Économie font la preuve qu’ils sont bien engagés

dans un combat, mais un combat loin des réalités sociales du pays et des préoccupations des citoyens,

celui de la candidature à l’élection présidentielle en 2017.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Salariés, voilà à quelle sauce vous serez mangés cette année !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 avril 2015

 

Dialogue social, contrat de travail, licenciements… La feuille de route 2015 est prête

 

Dominique Sicot – Humanité Dimanche – 10 avril 2015

valls1

  Révélations.

  Salariés, voilà à quelle sauce vous serez

  mangés cette année !

  L’Humanité Dimanche « s’est procuré le projet

  du programme national réformes 2015 »

  que le gouvernement va transmettre

  à Bruxelles dans quelques semaines.

  Le Medef peux se lécher les babines !

 

 

«Recommandation 2 : réduction du cout du travail » : « (…) à réduire encore, d’une manière neutre sur le plan budgétaire, les coûts salariaux, en particulier aux niveaux les plus bas de l’échelle des salaires ».

« Recommandation 6 : marché du travail, dialogue social et formation » : «(…) prendre des mesures supplémentaires pour lutter contre la rigidité du marché du travail et plus particulièrement prendre des mesures pour reformer les conditions des accords de maintien de l’emploi en vue d’accroitre leur utilisation par les entreprises en difficulté ; prendre des mesures supplémentaires pour reformer le système d’assurance chômage ». Voilà quelques morceaux choisis du projet du « programme national de reformes 2015 » que le gouvernement français va transmettre en mai à la Commission européenne.

[...]

L’AUTO SATISFECIT EST TOTAL

Mais les recettes pour y parvenir s’inscrivent dans le cadre des politiques d’austérité que François Hollande s’était engagé à remettre en cause lors de sa campagne électorale de 2012, sans même s’y essayer une fois élu. La feuille de route présentée par le gouvernement français pour 2015 vise donc à réduire toujours plus les dépenses publiques et la protection sociale solidaire, à libéraliser et flexibiliser à tout va.

Dans ce projet de programme, le gouvernement français tient d’abord à rappeler à quel point jusqu’ici il a fait le job. (…)

II se félicite ainsi que, grâce au pacte de responsabilité et de solidarité, « les cotisations sociales versées par les employeurs (…) soient désormais quasi nulles au niveau du salaire minimum ». Et qu’en ajoutant le crédit d’impôt pour l’emploi et la compétitivité (CICE) et la non revalorisation du SMIC, «le coût du travail au niveau du SMIC » ait « progressé moins vite que le niveau moyen des salaires » et soit désormais proche de celui de l’Allemagne.

L’OCDE CONSEILLE LA FRANCE

Captureloimacron1

  II rappelle aussi, avec satisfaction, le gel du point d’indice (base de calcul

  du salaire des fonctionnaires) de la fonction du publique ; l’« assouplissement

  des régies d’ouverture du dimanche » prévu par la loi Macron ;

  la loi dite de « sécurisation de l’emploi» de 2013 qui a permis d’« apporter

  plus de souplesse et de sécurité juridique aux entreprises » – soit en clair

  de licencier plus vite et de limiter les recours en justice contre

  les « plans de sauvegarde de l’emploi». Tous les intéressés apprécieront !

 

L’OCDE, qui vient de prodiguer ses « conseils » à la France – simplifier et raccourcir les procédures de licenciement, instaurer un contrat de travail unique cassant les droits des CDI, réduire la durée d’indemnisation du chômage… -, et le MEDEF, en grande campagne sur le « poids » du Code du travail et «la peur d’embaucher » – prônant la fusion des instances représentatives du personnel et un contrat de travail incluant dès l’embauche des « motifs incontestables de licenciement » -, peuvent en revancher se réjouir. Le gouvernement s’apprête à satisfaire leurs désirs.

Les premières salves vont tomber dans la loi de « modernisation du dialogue social » qui sera présentée le 22 avril en Conseil des ministres, d’autres seront saupoudrées, dans les mois qui viennent, dans différents textes sous couvert d’« améliorer » la loi de sécurisation de l’emploi de 2013.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, France, Humanite Dimanche, Liberalisme, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Les droits des salariés dans le viseur patronal et gouvernemental

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 février 2015

 

Les droits des salariés dans le viseur patronal et gouvernemental

 

Kareen Janselme – l’Humanité – 23 février 2015

 

Loi sur la sécurisation de l’emploi, loi Macron, négociation sur le dialogue social :

aucun texte n’épargne les comités d’entreprise. Soixante-dix ans après leur naissance,

ils sont toujours craints des patrons alors qu’ils peuvent apporter des solutions alternatives

pour développer l’entreprise.

CaptureMarcelPaulAmbroiseCroizat

  Alors que la négociation sur la modernisation

  du dialogue social s’est soldée par un échec

  au mois de janvier, la CGT, FO et la CFE-CGC

  refusant de signer le texte patronal,

  le gouvernement reprend la main sur cette réforme

  à haut risque.

  Le premier ministre, Manuel Valls, reçoit

  les organisations syndicales et patronales mercredi

  dans le but d’élaborer une « loi travail », qui pourrait

  abonder dans le sens du Medef de fusionner

les instances représentatives du personnel – IRP – (délégués du personnel – DP –, comité d’entreprise – CE –,

comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail – CHSCT) en un conseil d’entreprise.

La perspective d’un possible laminage des droits et prérogatives de ces instances est sur la table, l’année même

où les comités d’entreprise, nés le 22 février 1945, fêtent leurs soixante-dix ans.

Menacé, le CE n’a pas encore passé l’arme à gauche malgré les attaques incessantes du patronat.

Parce que le CE n’est pas juste un distributeur de spectacles à prix réduits, le patronat a toujours voulu limiter

son influence. Contrôle des comptes de l’entreprise, expression des salariés : voici les incontestables prérogatives

qui, depuis la naissance de l’institution, inquiètent malheureusement beaucoup de chefs d’entreprise.

Malheureusement, car cette IRP a été conçue pour aider à mieux diriger l’entreprise… et non freiner sa croissance

comme le font croire les organisations patronales, mais aussi le gouvernement aujourd’hui. Pour preuve, après la loi

dite de « sécurisation » de l’emploi votée en 2013, qui a réduit les délais de consultation et d’expertise,

la loi Macron a voulu restreindre la publicité des comptes et a réussi à dépénaliser le délit d’entrave au comité

d’entreprise…

[...]

Les CE arrivent à stopper et à retarder les procédures de licenciements collectifs.

Ainsi, en 1995, le plan social d’Éverite, filiale de Saint-Gobain, est frappé de nullité par la Cour de cassation

pour « manque d’indications sur le nombre et la nature » des reclassements proposés. En 1997, l’arrêt Samaritaine

va plus loin. Non seulement le plan social prononcé en 1993 est annulé mais la Cour de cassation somme l’enseigne

de réintégrer les salariés licenciés. En 2011, la cour d’appel de Paris annule le plan social de Viveo et cette fois-ci

pour absence de motifs économiques, suite à la démonstration des données fournies par l’expertise du CE. La Cour

de cassation reviendra sur cette décision affirmant que les juges ne peuvent pas annuler un PSE pour défaut

de cause économique puisque ce n’est pas inscrit dans la loi. La haute juridiction ferme la porte à de nombreux

recours possibles qui inquiétaient sensiblement les grands patrons. Il est clairement signalé aux comités d’entreprise

qu’ils ne peuvent que retarder ou améliorer un plan de sauvegarde de l’emploi. Et pourtant…

[...]

Dans les entreprises, les menaces de la loi Macron et les propositions patronales actuelles

pour rénover le dialogue social inquiètent :

« Deux fois par an, nous mandatons un expert pour étudier les comptes annuels, les investissements, les choix

stratégiques, rapporte Maël Le Goff. L’expert obtient des chiffres qui ne nous sont pas communiqués en CE.

Si la publication des comptes n’était plus autorisée comme a essayé de le faire la loi Macron au nom du secret

des affaires, le comité d’entreprise n’aurait plus de raison d’être ! Nous sommes tous dubitatifs par rapport à la loi

sur la modernisation du dialogue social à venir, suite à l’échec des négociations. Les salariés sont très inquiets

de la volonté de créer une instance unique qui entraînerait la disparition du CHSCT (comité hygiène sécurité

et conditions de travail). » Plutôt que de réduire les droits, l’évolution de l’entreprise (mondialisation,

course à la rentabilité, etc.) commanderait plutôt d’en élargir l’accès, d’accorder par exemple

la possibilité aux élus du CE de posséder un « droit de veto » sur les décisions stratégiques.

[Article complet sur humanite.fr]

 

Publié dans droit du travail, ECONOMIE, France, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Les droits rechargeables, une arnaque !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 octobre 2014

 

ASSURANCE CHÔMAGE

L’arnaque des droits rechargeables des intermittents

 

Cécile Rousseau – 2 octobre 2014

 

droits rechargeables2

 

  Salariés et précaires ont manifesté hier aux abords

  du ministère du Travail. Ils exigent toujours

  l’abrogation de la convention 
Unedic et dénoncent

  leurs supposés nouveaux droits.

 

 

 

Mercredi 1er octobre. Des huées fusent à côté du ministère du Travail. Des centaines d’intermittents, intérimaires et chômeurs défilent aux abords du 127, rue de Grenelle dans le 7e arrondissement de Paris, pour exiger l’abrogation de la convention d’assurance chômage signée par la CFDT, FO et la CFTC le 22 mars dernier. Sous un soleil radieux, les manifestants, lunettes de soleil sur le nez et banderoles « Droits sociaux en berne, ça suffit ! » en main, défilent en direction de Palais-Royal. La date n’a pas été choisie au hasard. Elle coïncide avec une nouvelle séance de concertation sur le régime des intermittents. Mais aussi avec l’entrée en vigueur de certaines mesures, comme les droits rechargeables et la refonte de l’activité réduite, qui permet de cumuler emploi à temps partiel et allocation chômage.

Des indemnisations lissées, 
donc moins élevées

Avec 830 millions d’euros d’économies réalisées sur leur dos dans le cadre de la convention, les demandeurs d’emploi vont voir leurs allocations diminuer. Et les droits rechargeables, présentés comme une contrepartie positive dans la loi dite de « sécurisation de l’emploi » et comme un progrès pour l’indemnisation des chômeurs, vont, en réalité, aggraver leur situation. Si, par exemple, une personne au chômage n’ayant pas épuisé ses droits retrouve un emploi d’au moins un mois (150 heures), lorsqu’elle retournera s’inscrire à Pôle emploi à la fin de ce contrat, ce nouveau droit à l’indemnisation gagné en retravaillant s’ajoutera bien au reliquat d’allocation chômage de la période précédente. La durée d’indemnisation sera ainsi prolongée, mais son montant sera lissé et donc moins élevé.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Cliquer sur les images pour lire.

CapturedroitsrechargeablesCapturedroitsrechargeables1

Assurance chômage et droits rechargeables : Pour tirer le vrai du faux 

 

Publié dans Austerite, CGT, Chomage, ECONOMIE, Espagne, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Appel intersyndical à une mobilisation massive le 18 mars 2014

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 février 2014

 

Déclaration intersyndicale

Appel à une mobilisation massive le 18 mars 2014

 

Capturesyndicats

 

 

 

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires se sont rencontrées le 21 février 2014.

Face à la situation sociale vécue par les salariés du privé et du public, les privés d’emploi et les retraités de notre pays, elles décident de faire du 18 mars une journée interprofessionnelle de mobilisation massive. Elles les appellent à prendre toute leur place dans cette journée d’action tant sur leur lieu de travail que dans les territoires.

Elles invitent à rechercher l’unité d’action la plus large pour exiger des mesures urgentes en faveur des salaires, de l’emploi, de la protection sociale et du service public.

La stagnation du SMIC et le gel du point d’indice des fonctionnaires sont intolérables et handicapent gravement la relance économique. L’augmentation des salaires dans le public comme dans le privé est donc une priorité.

Les entreprises reçoivent plus de 172 milliards d’aides publiques sous la forme d’allègements ou d’exonérations fiscales et sociales, sans aucune conditionnalité ni évaluation de l’efficacité de ces aides en matière d’emploi et d’investissements, et sans contrôle. L’ensemble de ces aides doit être remis à plat et évalué économiquement et socialement.

La relance de l’emploi passe par un plan socialement utile, d’investissements industriels, de sécurisation de l’emploi pour les salariés, de création d’emplois de qualité, de relance du pouvoir d’achat et de développement des services publics.

Nos organisations considèrent que les annonces liées au « Pacte de responsabilité », et en particulier les 50 milliards d’euros d’économies programmées, répondent d’une logique inacceptable d’austérité et attaquent inévitablement le financement des services publics, de la protection sociale et de la solidarité nationale alors que les besoins sociaux augmentent.

Nos organisations réaffirment que la protection sociale est un droit universel. Celle-ci est partie intégrante du salaire socialisé. Supprimer la cotisation des entreprises à la branche famille conduit de fait à le diminuer. Elles s’opposent au transfert du financement de la branche famille des entreprises vers la fiscalité des ménages (y compris par la fiscalité locale). Elles réaffirment leur attachement aux droits familiaux financés par la branche famille de la sécurité sociale. C’est un des éléments qui concourt à l’égalité entre les femmes et les hommes en favorisant l’accès au travail des femmes.

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires appellent l’ensemble des salariés, chômeurs et retraités à se mobiliser et à participer massivement aux actions interprofessionnelles de manifestations, rassemblements et grèves du 18 mars.

Paris, le 21 février 2014

Publié dans Austerite, CGT, FO, France, FSU, Luttes, Pouvoir d'achat, Salaires, SOCIAL, Solidaires, Syndicats | Pas de Commentaires »

Jeux Olympiques et Coupe du monde : terrains de jeux d’un néolibéralisme de choc (Basta !)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 février 2014

 

Pas très sportif

     Jeux Olympiques et Coupe du monde :

     terrains de jeux d’un néolibéralisme de choc

 

JO

  par Olivier Petitjean 6 février 2014

  Les grandes compétitions sportives planétaires coûtent

  de plus en plus cher. Surtout, le Comité international

  olympique et la FIFA, qui commercialisent ces produits

  phares du divertissement mondial, sont devenus

  de véritables holdings sans aucun contrôle.

 

Résultat : présomptions de corruption, optimisation fiscale, violations du droit du travail, expulsions des populations pauvres pour laisser place à des infrastructures souvent inutiles et remise en cause de la démocratie accompagnent ces évènements. Pour le plus grand profit de ces holdings et de leurs sponsors, et sous les acclamations des stades.

Le Comité international olympique et la Fifa ? Des « holdings transnationales dotées des statuts d’une amicale bouliste », estime Fabien Ollier, directeur de la revue Quel Sport et l’un des contributeurs du livre La coupe est pleine ! Les désastres économiques et sociaux des grands événements sportifs [1]. Les produits phares de ces holdings ? Les JO d’été et d’hiver pour le CIO, la Coupe du monde de football pour la FIFA. Afin d’organiser ces évènements et les vendre à la planète entière, tout, ou presque, est désormais permis. Considérés comme des moments festifs et consensuels, ces grands moments de compétition sportive sont devenus synonymes de débauche d’argent public, d’expulsions massives de pauvres urbains, de dégradation des conditions de travail dans le secteur des travaux publics, d’hyper sécurisation des espaces publics et d’inondation publicitaire à grande échelle.

coupe du monde

  La FIFA comme le CIO n’ont aucun compte à rendre ni aucune obligation

  de transparence financière. Basée à Zurich, en Suisse, comme la plupart

  des instances sportives internationales, la FIFA emploie environ 300 personnes

  et a réalisé en 2012 un bénéfice de 89 millions de dollars.

  Ses réserves financières, sur lesquelles elle n’est pas imposable du fait

  de son statut d’organisation à but non lucratif, s’élèveraient à

   1,378 milliard de dollars.

L’opacité de son fonctionnement interne et de sa gouvernance est régulièrement critiquée, notamment par l’ONG Transparency international.

« Un moindre niveau de démocratie est parfois préférable »

La FIFA a pourtant été impliquée dans plusieurs scandales de corruption, de trucage et de détournement de fonds.

[Lire la suite sur Basta !]

250-000 EXPULSIONS… l’autre visage de la Coupe du Monde au Brésil/

Publié dans droit du travail, Exploitation, Liberalisme, LIBERTES, Qatar, SOCIAL, Sport - EPS | Pas de Commentaires »

Loi de sécurisation de l’emploi : loi qui envoie toujours plus de salariés à Pôle emploi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 janvier 2014

 

Sécurisation de l’emploi

            La loi qui envoie plus de salariés à Pôle emploi

 

ani_2  par Cécile Rousseau

 

  Lors d’une table ronde à l’Assemblée

  nationale, des juristes et salariés ont

  dressé un premier bilan négatif de la loi

  sur la sécurisation de l’emploi adoptée

  en juin dernier. 

 

La loi de sécurisation de l’emploi à l’heure du premier bilan. Mercredi, lors d’une table ronde organisée

par le groupe gauche démocrate et républicaine (GDR) à l’Assemblée nationale, des experts ont décortiqué

les effets négatifs de la loi du 14 juin 2013.

Présentée par le gouvernement à la fois comme un instrument de souplesse pour les entreprises

et de sécurisation pour les salariés, elle a au contraire facilité les licenciements, le chantage

à l’emploi via les accords de maintien dans l’emploi, ainsi que les mobilités forcées.

Hervé Tourniquet, avocat spécialisé en droit du travail, cite un exemple concret de ces dérives.

  « Chez Mahle Behr, équipementier automobile en Alsace, 162 salariés ont refusé un accord

   de maintien dans l’emploi (cinq jours de RTT en moins et le gel des salaires jusqu’en 2015,

   en contrepartie de zéro suppression de postes pour deux ans – NDLR) ; du coup, ils seront

   licenciés individuellement pour motif économique. Cette loi a permis d’éviter de payer

   un plan social au lieu de conserver des postes ! »

L’entreprise Air liquide a aussi sauté sur l’occasion pour dégraisser plus vite. Christian Granday, délégué

syndical central CGT, égrène :

   « 110 emplois sont supprimés dans le soudage, 191 chez Alfi, la plus grande filiale du groupe…

   Nous craignons que les réorganisations ne se banalisent. Par exemple, dans la filiale France industrie,

   après des échanges bien encadrés d’une durée de trois mois, la direction a appliqué unilatéralement

   son plan social. »

De fait, les entreprises se sont jetées sur la nouvelle procédure simplifiée de plan de sauvegarde

de l’emploi (PSE). Deux tiers des PSE sont aujourd’hui « négociés » avec les syndicats et ensuite validés

par l’administration, ce qui rend plus difficile leur contestation en justice. La négociation collective, censée

être un facteur de progrès social, est ici détournée de sa fonction.

 [Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Assemblee nationale, droit du travail, ECONOMIE, Emplois, France, Liberalisme, licenciements, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Accord sur la réforme de la formation professionnelle

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 décembre 2013

 

Formation professionnelle : ce que contient le nouvel accord

 

formation professionnelle

 

Exceptés la CGT et la CGPME, les syndicats

et représentants du patronat se sont entendus

dans la nuit de vendredi à samedi sur un projet

d’accord sur la réforme de la formation professionnelle.

Voici les principaux points de cet accord, qui sera

transposé dans un projet de loi par le gouvernement :

 

 

  • Un compte personnel de formation « universel »

Le compte personnel de formation, dont le principe avait été acté par la loi de sécurisation de l’emploi de juin 2013, est la pierre angulaire de cette réforme. Opérationnel à partir du 1er janvier 2015, il peut être ouvert dès l’âge de 16 ans et suit la personne tout au long de la vie, même si elle se retrouve au chômage ou change d’emploi (contrairement au dispositif précédent, le DIF). Il est alimenté dès lors qu’on a le statut de salarié.

Celui-ci bénéficie d’un nombre d’heures annuel crédité sur son compte, à hauteur de 150 heures maximum sur 9 ans. Au-delà de ces 150 heures, des abondements peuvent être effectués par l’employeur, le salarié, Pôle emploi ou encore via un accord d’entreprise.

Les formations éligibles sont « obligatoirement des formations qualifiantes correspondant aux besoins de l’économie à court ou moyen terme ». Sauf exceptions, le salarié devra demander l’accord de l’employeur s’il souhaite effectuer sa formation sur son temps de travail. Pour les chômeurs, pas besoin d’autorisation de Pôle emploi.

[Lire la suite sur humanite.fr]

A lire aussi :

Publié dans ECONOMIE, France, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Plus de mille chômeurs supplémentaires, PAR JOUR ! (CGT)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mai 2013

 

Plus de mille chômeurs supplémentaires, PAR JOUR !

 

Les chiffres parlent inexorablement

La hausse du chômage, due principalement aux fins de CDD et à la chute de l’intérim, est

significativement marquée par le sous-emploi des jeunes : 6 millions de jeunes européens

sont au chômage dont plus de 700 000 en France, soit plus d’un jeune sur quatre.

100 000 emplois ont été détruits en 2012 et la même tendance se poursuit cette année.

Les prévisions économiques annoncent, en outre, une aggravation du chômage jusqu’en 2014.

Malheureusement, l’analyse de la Cgt sur la situation désastreuse de l’emploi, se vérifie. En effet,

les pansements sur la politique de l’emploi n’y remédient nullement :

  • 17 347 contrats emplois d’avenir  signés sur les 100 000 escomptés en fin d’année 2013,

 

  • les contrats de génération peinent à voir le jour,

 

  • l’effet réel de la loi dite « de sécurisation » de l’emploi ne consiste qu’à fragiliser l’emploi.

Sous prétexte, d’améliorer la croissance, la Commission Européenne préconise aujourd’hui une série

de mesures prioritaires à prendre par la France, parmi lesquelles la réforme des retraites, la baisse

du coût du travail, mais aussi la réforme du système d’indemnisation des chômeurs :

alors qu’actuellement, un chômeur sur deux, seulement, est indemnisé, il est « recommandé »

de diminuer encore les indemnisations.

Plus de mille chômeurs supplémentaires, PAR JOUR ! (CGT) dans Austerite austerite

Or, il est désormais prouvé que l’austérité n’améliore

pas la croissance d’un pays. Ceux qui l’ont tentée

continuent à s’enfoncer dans le chômage, la misère

et le désespoir.

Lors de la Conférence sociale des 20 et 21 juin prochains,

la CGT maintiendra ses propositions de mesures visant

à la croissance par le développement de l’emploi

et l’augmentation des salaires.

 

 

  • Dans le cadre de la campagne syndicale européenne, les organisations CFDT, CFTC, CGT,

UNSA appellent à participer au rassemblement qu’elles organisent PARIS, le 19 juin,

jour de la rencontre de la secrétaire générale de la CES (Confédération Européennes des Syndicats)

et des secrétaires généraux et présidents des organisations syndicales françaises avec le Président

de la République.

Communiqué de la CGT

Publié dans Austerite, CGT, Chomage, Emplois, France, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Manifestations du 1er Mai dans le Nord

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 avril 2013

 

Manifestations du 1er Mai dans le Nord dans CGT 1ermai2013

La CGT, la FSU et Solidaires ont appelé

à manifester mercredi 1er mai, journée

internationale du travail, sous le signe du refus

du projet de loi sur la sécurisation de l’emploi,

qui est, selon les trois syndicats, « la copie conforme des exigences du Medef » et « un recul historique ».

258 manifestations et rassemblements sont recensés sur 92 départements.

Les appels unitaires sont majoritairement CGT, FSU et Solidaires. Il faut noter dans des départements,

des appels plus larges avec d’autres organisations syndicales de salariés.

 Lire :  Un 1er Mai de solidarité et d’exigences

Les manifestations dans notre département

Ville : AULNOYE-AYMERIES
Lieu : Manifestation départ face à l’Hôtel de Ville
Heure : 11h00
Organisation : CGT
Ville : CAMBRAI
Lieu : Manifestation départ face à l’Hôtel de Ville
Heure : 10h30
Organisation : CGT
Ville : DENAIN
Lieu : Manifestation départ face à la salle Louis Aragon, rue de Villars
Heure : 09h00
Organisation : CGT
Ville : DOUAI
Lieu : Manifestation départ place Carnot
Heure : 10h00
Organisation : CGT
Ville : DUNKERQUE
Lieu : Manifestation départ face au bâtiment l’Avenir
Heure : 10h00
Organisation : CGT
Ville : FOURMIES
Lieu : Manifestation départ place Georges Coppeaux
Heure : 09h00
Organisation : CGT, CFE-CGC
Ville : LILLE
Lieu : Manifestation départ Porte des Postes
Heure : 10h30
Organisation : CGT, FSU, SOLIDAIRES
Ville : MAUBEUGE
Lieu : Manifestation départ de l’union locale Espace Victor Hugo, rue Jeanne d’Arc
Heure : 09h30
Organisation : CGT
Ville : ROUBAIX
Lieu : Manifestation départ place Carnot
Heure : 09h30
Organisation : CGT
Ville : SECLIN
Lieu : Manifestation départ face à l’union locale, place Saint Piat
Heure : 09h30
Organisation : CGT
Ville : VALENCIENNES
Lieu : Manifestation départ place d’Armes
Heure : 10h00
Organisation : CGT

Publié dans CGT, France, FSU, Luttes, SOCIAL | 1 Commentaire »

123456
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy