Résultats de votre recherche

Vos droits : Accident de trajet, est-ce assimilé à un accident de travail ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 octobre 2016

 

Accident de trajet, est-ce assimilé à un accident de travail ?

 

Capture.PNGaccidenttrajet(Document Infoprud’hommes CFDT)

Vous vous rendez au travail et en revenez,

en cas d’accident ça compte et c’est indemnisé

comme un accident de travail… quel que soit

le moyen de transport.

Selon l’INSEE « de plus en plus de personnes

travaillent en dehors de leur commune de résidence

et toujours plus loin. 80% d’entre elles se déplacent

en voiture. Vous pouvez consulter les données

complètes ici

Qu’en est-il en cas d’accident de trajet domicile/

travail et retour ?

C’est considéré comme un accident du travail selon

l’article du code de la sécurité sociale  L411-2

 

Il en est de même des accidents survenus pour se rendre et revenir du travail au lieu où les salariés prennent

habituellement (et non occasionnellement) leurs repas (restaurant, cantine d’entreprise etc.) et du lieu de formation.

Peu importe le moyen utilisé : véhicule à moteur (auto, moto, scooter etc.), vélo, transport en commun, à pied,

en trottinette et même au moyen du covoiturage.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans droit du travail, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Humour et Politique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 juin 2016

 

Comment manifester sous un gouvernement solférinien ?

manif23juin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture.PNGPlacideCapture.PNGBabousecfdt

Publié dans France, Humour, Luttes, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Communiqué de la CGT : Les salariés s’engagent plus nombreux à l’appel des organisations syndicales

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 mai 2016

 

Les salariés s’engagent plus nombreux à l’appel des organisations

syndicales

 

Capture.PNGCGT26mai

 

La mobilisation contre le projet de loi travail rassemble toujours plus de salariés et s’enracine

durablement. Avec près de 300 000 manifestants mobilisés partout en France, dans les grandes

villes comme dans les localités, le mouvement prend une ampleur inégalée.

A ce chiffre il faut additionner les milliers de salariés sur les barrages et de grévistes qui occupent

leur entreprise pour des revendications de progrès social. Dans certains départements des barrages

filtrants se sont même transformés en manifestation devant l’afflux de salariés venus exprimer leur colère.

L’appel de la CGT de voir le mouvement s’élargir et se durcir a donc été entendu.

La violence des propos tenus par le gouvernement à l’égard du mouvement social, et son entêtement

à ne pas retirer le projet de loi renforce la détermination des salariés déjà engagés depuis plusieurs semaines.

Aujourd’hui ils ont été rejoints par des milliers de nouveaux salariés d’entreprises de toute taille

et de secteurs professionnels très divers comme par exemple :

   ♦ Dans l’agroalimentaire avec l’entreprise VICO en Picardie ou encore la boulangerie industrielle Château Blanc

dans le Nord Pas de Calais,

   ♦ dans la métallurgie avec Arccelor Mital à Dunkerque ou Iveco à Annonay,

   ♦ dans la chimie chez Michelin, même la plateforme Amazon à Douai a été bloquée par un mouvement

de grève CGT/CFDT.

Sans compter bien sur les salariés des secteurs qui ont décidés de reconduire la grève comme dans les raffineries,

les centrales nucléaires, les ports ou d’amplifier comme chez les cheminots ou à la RATP.

Non Monsieur Valls, ce n’est pas une minorité qui s’oppose à la casse du code du travail

mais il s’agit bien d’un rejet massif du projet de loi qui s’étend partout dans le pays

à l’image des 70% de français qui en demande le retrait et qui aspirent à de meilleures

garanties au travail.

Montreuil, le 26 mai 2016

Publié dans CGT, France, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Loi travail : On continue !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 avril 2016

PCF Nord – 5 avril 2016

 

On continue !

 

Capturecgt9avril

 

  Le mouvement de contestation a connu un grand succès

  le 31 Mars dernier. 1 200 000 jeunes et salarié-e-s ont

  défilé dans 260 lieux en France, dont Lille, Dunkerque, Douai ,

  Valenciennes.

 

 

Ces défilés ne sont que la partie immergée de la colère sociale : plus de 70 % des Françaises et Français veulent

le retrait de cette loi de casse du Code du travail.

Les sénateurs communistes, sous les invectives de Manuel Valls et les huées de parlementaires de droite,

d’extrême-droite et socialistes ont brandi dans l’hémicycle des pancartes : Loi Travail non merci !

Le gouvernement avait cru qu’en négociant le ralliement de la CFDT et en multipliant les intimidations policières,

il découragerait le mouvement. C’est raté ! La pression populaire s’amplifie et s’exprimera de nouveau dans la rue

ce mardi 5 avril et le samedi 9 avril prochains.

Rassemblements et manifs samedi 9 Avril :

   ♦ Valenciennes, 10h00 Place d’Armes

   ♦ Lille, 15h00 Porte de Paris

Publié dans France, Luttes, PCF Nord, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Vallourec : Emmanuel Macron a le pouvoir de stopper la casse.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 décembre 2015

 

Vallourec.

Un tube d’acier en moins et tout peut s’écrouler

 

CaptureVallourecBocquet

 

À l’initiative de l’élu nordiste Alain Bocquet,

syndicalistes du groupe industriel Vallourec

et députés se sont rencontrés, hier,

à l’Assemblée.

Une certitude : Emmanuel Macron a le pouvoir

de stopper la casse.

 

 

Hier, à l’Assemblée nationale, s’est tenue une rencontre entre les syndicalistes CGT, FO, CFDT, CFE-CGC du groupe aciériste Vallourec et les parlementaires des circonscriptions concernées par le plan de restructuration en cours. Une initiative du député communiste du Nord, Alain Bocquet, à laquelle ont également participé les députés Christian Bataille (PS, Nord), Laurent Degallaix (UDI, Nord, maire de Valenciennes), Valérie Fourneyron (PS, Seine-Maritime) et Jean Glavany (PS, Hautes-Pyrénées).

Fin avril, l’annonce d’une restructuration en Europe a immédiatement engendré un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) : 151 suppressions de postes à Saint-Saulve (123 à la tuberie et 28 au centre technique et informatique) et 155 à Aulnoye-Aymeries (85 à la tuberie, 44 chez VOGF et 26 chez Vam Drilling) en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Pas de licenciements secs, mais des emplois en moins pour les jeunes, les intérimaires et des conséquences pour les populations et économies locales, les sous-traitants, les commerçants… La direction de Vallourec se dit par ailleurs en discussion pour trouver un partenaire majoritaire censé sauver l’aciérie de Saint-Saulve.

Un groupe de travail mis en place par le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, qui a visité deux sites nordistes, s’est réuni trois fois en huit mois. « Bla-bla, bla-bla », résume l’un des 40 syndicalistes présents.

2 000 suppressions de postes et 67 000 heures de chômage partiel

Beaucoup d’informations précieuses ont été échangées hier pour cerner le problème : 2 000 suppressions de postes et des usines qui ont déjà connu 67 000 heures de chômage partiel cette année. « L’État, actionnaire du groupe, paye la moitié des heures non travaillées et a versé 7,5 millions d’euros tous les ans depuis 2013 à Vallourec au titre du crédit d’impôt compétitivité emploi » (CICE), s’insurgent les syndicalistes, qui rappellent que l’argent de l’État, c’est aussi le leur…

L’inquiétude gagne tous les sites (Saint-Saulve, Aulnoye-Aymeries, Maubeuge, Montbard, Venarey-Les-Laumes, Boulogne-Billancourt, Déville-lès-Rouen, Cosne-sur-Loire et La Charité-sur-Loire). « Jusqu’à maintenant, nous avons été sages », souligne un syndicaliste nordiste, listant les manifs déjà organisées et prévenant que les esprits pourraient s’échauffer. Le sentiment est grand de faire les frais « d’erreurs stratégiques ». Parmi celles-ci figure la production de tubes d’acier dédiée à 70 % aux uniques activités pétrolières et gazières, qui sont elles-mêmes en difficulté. Conserver les compétences sur d’autres marchés comme celui de l’automobile aurait dû être une évidence. « Et l’outil de travail aujourd’hui, faute d’investissements, est maintenu en état de marche avec du scotch et des bouts de ficelle ! » Incohérent pour les salariés d’être jugés « non compétitifs » dans ces conditions.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Voir l’intervention d’Alain Bocquet sur : https://www.facebook.com/LesDeputesDuFrontDeGauche/?pnref=story (16 déc.)

Publié dans ECONOMIE, France, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Appel des syndicats contre l’imposture sociale du FN

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 décembre 2015

 

Les syndicats appellent à faire barrage au FN

 

Capturecgtcontrefn

  Depuis mercredi, les centrales syndicales appellent les électeurs

  à faire barrage au Front national lors des élections régionales

  des 6 et 13 décembre.

  Le Front national est l’ennemi des travailleurs. C’est, en substance,

  le message véhiculé par les centrales syndicales qui, chacune à leur tour,

  ont pris position dans la presse afin de barrer la route au parti d’extrême

  droite dès le premier tour des élections régionales qui auront lieu dimanche.

 

Un parti dont le « programme est basé sur la discrimination et la xénophobie », affirme l’Unsa.

« Nuisible économiquement, socialement et démocratiquement », s’il venait à l’emporter, renchérit

le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger.

« Le discours manipulatoire du FN détourne des vrais enjeux, menace le vivre-ensemble,

le besoin de solidarité entre les citoyens comme la capacité à lutter contre le fanatisme djihadiste,

et est loin de répondre aux enjeux économiques et sociaux par plus de justice sociale », dénonce

de son côté la FSU.

[...]

« Voter FN nuit gravement aux femmes »

Dans son hebdomadaire, paru le 26 novembre, la CFDT démontre en cahier central de quelle manière

« voter FN nuit gravement aux femmes ». Des femmes que l’extrême droite préférerait voir « rester à la maison ».

Alors qu’elles « gagnent en moyenne 24 % de moins que les hommes dans le secteur privé », la CFDT affirme

ne pas trouver « une ligne » sur le sujet dans le programme du FN. Alors que leur position est pourtant bien tranchée :

« Qu’est-ce que vous voulez ? Qu’on égalise les salaires alors que tant de gens sont au chômage ? » résume

la responsable FN des affaires sociales, Marie-Christine Arnautu, dans le mensuel Causette. (…)

[Article complet sur humanite.fr]

 

Publié dans Elections regionales, F-Haine, France, POLITIQUE, Syndicats | 1 Commentaire »

Retraites complémentaires : décryptage d’un accord de régression sociale

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 octobre 2015

 

Arrco, Agirc : décryptage d’un accord de régression sociale

 

Retraités, salariés et plus particulièrement les femmes sont visés par ces mesures d’austérité.

Captureretraites3

 

  Le Medef soumet aux syndicats un texte visant à faire

  reculer à 63 ans l’âge effectif de départ, tout en abaissant

  le niveau des pensions.

  Les critiques se multiplient dans le monde syndical

  et associatif.

  « Oser dire que les salariés ont le choix de partir à 62 ans,

  c’est un mensonge. (…) Comment prétendre qu’un ouvrier

  métallurgiste a le choix de travailler un an de plus

  alors qu’il est usé par ses années de labeur ? »

  À l’image du secrétaire du syndicat CFDT métallurgie des Landes,

  qui, dans une lettre au leader de sa confédération, Laurent Berger,

  dénonce ainsi « un compromis non acceptable »,

 

les critiques se multiplient contre le projet d’accord sur les retraites complémentaires Arrco et Agirc.

Approuvé sur le principe, le 16 octobre, par le patronat et trois syndicats (CFDT, CFTC, CGC), rejeté par la CGT

et FO, il doit faire l’objet, ce vendredi, d’une ultime séance de négociations. Éric Aubin, en charge du dossier

à la CGT, fait état d’une « montée du mécontentement parmi les militants, les salariés, qui découvrent le contenu

de l’accord ».

« Ne signez pas cet accord ! » demandent de leur côté, dans une lettre ouverte aux secrétaires généraux de la CFDT,

la CFTC et la CGC, un ensemble d’associations féministes (voir le texte sur le site humanite.fr) en montrant

combien les « sacrifices » qu’il imposerait aux femmes contredisent leur engagement pour l’égalité professionnelle.

Retraités, salariés, et tout particulièrement parmi ceux-ci les femmes, les seniors, sont tous ciblés par un catalogue

de mesures d’austérité, alors que le patronat pourrait, lui, s’en tirer sans rien débourser… Décryptage.

1. QUELLE FACTURE POUR 
LES RETRAITES ?

Sur un total de 6,1 milliards d’euros d’« économies » prévues, à l’horizon 2020, par l’accord, plus de la moitié

incomberaient aux retraités actuels. Pendant trois ans, leurs pensions seraient sous-indexées, c’est-à-dire

revalorisées de l’inflation moins 1 point. La mesure rapporte 2,1 milliards, et coûte donc autant en pouvoir

d’achat aux retraités. De plus, la date de cette revalorisation ainsi minorée est décalée du 1er avril

au 1er novembre. Une deuxième ponction de 1,3 milliard.

2. COMMENT LES FUTURS RETRAITÉS SONT-ILS IMPACTÉS ?

D’abord par une baisse du rendement des régimes. À l’Arrco et à l’Agirc, les cotisations versées sont converties

en points, selon le prix d’achat fixé. L’accord augmente le prix, ce qui fera automatiquement baisser

le rendement du système (de 6,56 % à 6 %). Pour les futurs retraités, cela annonce une baisse de 8,5 %

de leur pension.

Deuxième mesure : pour toucher sa retraite complémentaire complète, il ne faudra pas seulement remplir

les conditions exigées dans le régime de base de la Sécurité sociale pour bénéficier du taux plein

(âge légal de 62 ans et nombre d’annuités de cotisation obligatoires). Le salarié devra travailler

quatre trimestres de plus. S’il ne veut, ou ne peut pas, il subira un abattement de 10 %

sur sa pension complémentaire pendant 3 ans. Pour un retraité percevant 500 euros

de complémentaire, cela représente une ponction de 600 euros par an.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, l'Humanité, RETRAITES, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Les féministes demandent aux syndicats de ne pas signer l’accord sur les retraites complémentaires

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 octobre 2015

 

Retraites complémentaires :

les féministes demandent aux syndicats de ne pas signer

 

retraite-70ans-humour

 

 

  Plusieurs organisations appellent les syndicats

  à ne pas signer l’accord de principe conclu

  avec le patronat sur les retraites complémentaires

  Agirc-Arrco, qui « aboutirait à pénaliser encore

  plus lourdement les femmes », dans une tribune

  publiée mercredi sur Mediapart.

 

 

Osez le féminisme, le Planning familial, la Fondation Copernic, Attac et les Effronté-e-s, en appellent

à Laurent Berger (CFDT), Carole Couvert (CFE-CGC) et Philippe Louis (CFTC), les responsables

des trois syndicats qui doivent finaliser cet accord vendredi au siège du Medef.

« Le projet d’accord prévoit que sur les 6 milliards de financement nécessaires, l’essentiel (environ 90 %) sera

supporté par les salarié-e-s et les retraité-e-s », écrivent les signataires. « Or, les sacrifices que vous leur imposez

seront particulièrement discriminants pour les femmes ».  »Les femmes en France gagnent toujours 27% de moins

que les hommes, tout temps de travail confondu » et elles ont « des pensions inférieures de 40% à celles des hommes »,

soulignent-elles. « Elles ont encore aujourd’hui des carrières plus courtes que les hommes, elles partent en retraite

en moyenne plus tard » et « toute augmentation de la durée de cotisation exigée pour avoir une pension à taux plein

les pénalise donc plus fortement ».

 [Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, France, RETRAITES, SOCIAL | 1 Commentaire »

Soutien aux salariés d’Air France

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 octobre 2015

 

Capturesyndicalistepasvoyouafficheairfrance

 

 

  A l’appel des syndicats d’Air France de tous les secteurs (sauf CFDT et CFE-CGC), près de 7000 personnes

ont manifesté aux abords de l’Assemblée nationale jeudi 22 octobre.

Paroles de salariés de Dassault-Aviation, de la banque Natixis, de Pôle Emploi, de la SNCF et des Archives

nationales dont le syndicat CGT est à l’origine de la pétition de soutien aux syndicalistes d’Air France en lutte,

licenciés, mis à pied sans salaire et dont cinq ont été interpellés à leur domicile et poursuivis par la justice

après l’affaire des « chemises déchirées »…

Ils comparaîtront au Tribunal de Bobigny le 2 décembre prochain.

Pourquoi ils et elles soutiennent les salariés d’Air France

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitésur youtube

Publié dans France, l'Humanité, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Et maintenant, la retraite à 63 ans ! Au minimum. Et avec des pensions revues à la baisse !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 octobre 2015

 

     Retraites : un recul social imposé sous haute pression

 

retraitesgattaz

 

 

  Après des mois de forcing du Medef,

  et avec le concours du gouvernement,

  les négociations sur l’Arrco et l’Agirc 
se soldent

  par un accord austère allongeant d’un an

  la durée de cotisation, sous peine d’une décote

  dissuasive.

 

 

Et maintenant, la retraite à 63 ans ! Au minimum. Et avec des pensions revues à la baisse.

Dans la série des reculs enregistrés en matière de droit à retraite depuis une vingtaine d’années,

l’« accord de principe » trouvé vendredi entre les organisations patronales et trois syndicats (CFDT, CFTC, CGC)

sur les régimes complémentaires Arrco et Agirc est à marquer d’une pierre noire.

Après le recul de l’âge légal de départ à 62 ans imposé par la droite en 2010, et l’allongement de la durée

de cotisation obligatoire à 43 ans dans le régime de base par Hollande en 2014, c’est une nouvelle vague

de mesures austères qui menace le monde du travail. Vendredi soir, la satisfaction était franche du côté

patronal, mais aussi chez Manuel Valls qui, selon plusieurs témoignages, n’a pas hésité à exercer des pressions

sur des négociateurs syndicaux pour les amener à passer outre leurs réticences et à « s’engager ».

Le chef de file de la délégation du Medef, Claude Tendil, jubilait, parlant d’« un accord historique » (une ultime

séance de discussion pour finaliser le projet est prévue le 3 novembre).

À peine moins enthousiaste, le patron de la CFDT, Laurent Berger, évoquait « un accord équilibré »,

des « mesures justes ». Tandis que Philippe Pihet, de FO, prononçait un « avis défavorable », dénonçant

des efforts déséquilibrés, Éric Aubin, pour la CGT, regrettait « un jour très triste pour les retraités actuels

et futurs ». Qu’on en juge.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, Liberalisme, RETRAITES, SOCIAL | Pas de Commentaires »

12345...28
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy