• Accueil
  • > Recherche : alter sommet juin

Résultats de votre recherche

Reconstruire une alternative majoritaire à gauche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 juin 2014

 

Cette gauche qui veut reprendre des couleurs

 

Frédéric Durand
 et Sébastien Crépel

humanite.fr -10 Juin 2014

 

gauche

  Les convergences se cherchent à gauche

  entre les mécontents de la politique d’austérité

  gouvernementale.

  Samedi, une nouvelle initiative a rassemblé

  des « Socialistes affligés », le Front de gauche

  et les écologistes, dessinant les contours

d’une possible alliance « rouge-rose-verte ».

Privé de tout appui populaire – un récent sondage OpinionWay pour le Figaro indiquait que seuls 3 % des Français

désiraient voir François Hollande se représenter en 2017 – le président de la République a également rompu les liens

avec ses partenaires traditionnels à gauche. Les Verts se sont retirés du gouvernement et le Front de gauche n’y a

jamais participé. Les profonds désaccords politiques ont creusé un sillon qui traverse désormais le Parti socialiste

lui-même. L’isolement au sommet de l’État et le refus de discuter avec sa propre majorité – la rencontre du président

avec les parlementaires a été ajournée – fragilisent chaque jour un peu plus l’hôte de l’Élysée et, mécaniquement,

ouvre de nouveaux espaces de débat pour trouver une issue et une alternative aux orientations jugées « suicidaires »

du gouvernement.

À l’instar du colloque organisé, samedi, à Paris, par le club des Socialistes affligés. Symbole d’une élite de gauche

en rupture avec les desseins de l’exécutif, le think-tank créé par l’ancien député européen Liêm Hoang-Ngoc

et le chercheur Philippe Marlière tente de jeter une passerelle entre le PS et le reste de la gauche.

« Parce que la gauche est en danger », souligne Philippe Marlière et parce que s’installe « une lecture nationaliste

et ethnique des dominations sociales ». Car le constat est là que l’effondrement du Parti socialiste aux dernières

élections n’a pas profité aux autres formations de gauche mais suscité une abstention massive et une forte poussée

de l’extrême droite. Et, adossé à cette réalité, l’échec cuisant du gouvernement sur les questions structurantes

comme l’emploi, le pouvoir d’achat, la fiscalité, l’éducation…

Autrement résumé, la gauche au pouvoir « mène une politique de droite ».

Au-delà du verdict, désormais partagé, proposer une alternative clairement identifiée à gauche suppose de convenir

d’un contenu et d’une stratégie pour changer la donne. Car la situation est dorénavant évoquée en termes crus

chez les socialistes, bien au-delà du cercle des Socialistes affligés. « Énervés », voire « ulcérés » semblerait d’ailleurs

convenir davantage à leur état d’esprit, face à ce qu’ils considèrent comme un véritable hold-up sur le sens du vote

des Français de 2012 et, au-delà, sur celui de leur engagement au PS et au sein de la gauche.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Europe Ecologie les Verts, France, Front de Gauche, POLITIQUE, socialistes affliges | 1 Commentaire »

7 et 8 juin Alter Sommet à Athènes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 mars 2013

reçu par courriel7 et 8 juin Alter Sommet à Athènes  dans Democratie altersommet1

Alter Sommet :

Construisons ensemble une campagne de terrain

pour une autre Europe !

 

altersommet dans ECONOMIE

par

  • 7 et 8 juin : ensemble vers un Alter Sommet à Athènes !

Le collectif pour un audit citoyen se mobilise dans une campagne pour un autre sommet,

un «alter sommet» qui se tiendra à Athènes les 7 et 8 juin 2013. Ce rassemblement est organisé

par de nombreuses organisations syndicales, associatives, réseaux en lien avec le mouvement

social grec (consulter ici la liste des membres).

L’objectif : affirmer haut et fort qu’une rupture avec les politiques actuellement menées en Europe

est nécessaire, que les alternatives existent et que les mouvements sociaux européens se battront

pour les imposer !

Au programme, un tour d’Europe des luttes à l’occasion d’un grand évènement public introductif à

Athènes le 7 juin, qui permettra de présenter les alternatives portées par les mouvements sociaux

européens à travers un manifeste des peuples (dont voici une version de travail) qui sera présenté

à Athènes.

altersommet2 dans EUROPE

Cet évènement sera suivi le 8 juin d’échanges

à l’occasion d’assemblées sur les moyens de mettre

en œuvre des actions communes sur les questions

de l’austérité, des biens communs, de l’extractivisme,

ou encore de la lutte contre l’extrême-droite.

Ces échanges seront suivis d’une grande manifestation

européenne à Athènes (plus d’information ici).

[Lire la suite]

 

Publié dans Democratie, ECONOMIE, EUROPE, Grece, Luttes, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Construire l’Europe des peuples

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 novembre 2012

 

Dans l’Humanité, l’autre Europe repart de l’avant

 

Construire l'Europe des peuples dans EUROPE huma1211

Après quatre jours d’échanges à Florence,

en Italie, dix ans après le premier Forum

social européen, syndicats, associations,

réseaux altermondialistes et partis

de gauche tracent, dans la crise,

un chemin de convergence antilibérale.

 

 

A lire dans l’Humanité de ce lundi :

  • Notre reportage à Florence
  • Atterrés de toute l’Europe, unissez-vous !

Les économistes critiques de différents pays

ont décidé de créer un réseau européen

à la disposition des mouvements sociaux

  • « Nous devons sortir de notre faiblesse »,

le point de vue du secrétaire général

du syndicat des employés CSC de Belgique

  • « Faire bouger les lignes »

 

 

Athènes, en juin prochain, un Alter Summit a l’ambition de « constituer un premier pas vers un front social européen ».

Envoyé spécial. «L’Alter Summit a la volonté de construire un rapport de forces pour changer les politiques

de destruction des droits sociaux », se félicite Jean-Michel Joubier (CGT). Il y a urgence, tout le monde l’accorde,

et il faut se donner des priorités communes. C’est ce rôle que le processus de ce « sommet alternatif » entend jouer :

initiées, il y a quelques années, au sein d’une coalition semi-ouverte dans laquelle des syndicats (CGT, FSU, Solidaires,

les Belges de la FGTB et de la CSC, les CCOO espagnoles, les Portugais de la CGTP, etc.) occupent une place de choix,

tout comme les Attac d’Europe et le réseau Transform !, des réunions se tiennent régulièrement à Bruxelles,

avec la participation de la Confédération européenne des syndicats (CES). « Nous avons des différences qu’il faut

respecter, mais qu’il faut aussi dépasser, invite Patrick Itschert, secrétaire général adjoint de la CES, présent

à Florence. On a fait des grandes mobilisations, mais c’est vrai qu’on n’a pas réussi à faire bouger les lignes. »

Grèce, laboratoire des alternatives

À Florence, les promoteurs de l’Alter Summit, soit la quasi-totalité des participants, ont inauguré le processus en public.

Des messages de soutien de ­Syriza, du PGE, du groupe GUE-GVN au Parlement et des Verts européens ont été lus

pendant la présentation. Et le premier sommet aura lieu début juin, à Athènes. « Si la Grèce a été le laboratoire de

l’austérité, elle pourrait aussi être le laboratoire de la résistance et des alternatives, souhaite Natacha Theodorakopolou

(Fondation Nikos Poulantzas). L’Alter Summit peut constituer un premier pas vers un front social européen… »

Pour Aurélie Trouvé, coprésidente d’Attac France, il s’agit maintenant de se rapprocher des populations. « Pour que

l’Alter Summit permette de construire concrètement l’Europe des peuples que nous désirons, on peut, comme en

France, compter sur les comités locaux pour l’audit citoyen de la dette, profiter du tour d’Europe des économistes

critiques, imaginer un tribunal des fauteurs de la crise à l’échelle européenne, des caravanes qui sillonnent

le continent pendant quelques semaines avant d’arriver à Athènes… »

 

Publié dans EUROPE, l'Humanité, POLITIQUE, Presse - Medias, Syndicats | Pas de Commentaires »

Rio+20 : Nouveau raté sur la question environnementale

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 juin 2012

 

Rio + rien (ou presque)

 

Rio+20 : Nouveau raté sur la question environnementale dans Environnement rio_20_by_jdpena_1-9513f-300x199

par Sophie Chapelle| 22 juin 2012

Vingt ans après le sommet initial qui avait jeté les bases

de la notion de développement durable, Rio+20 sonne

comme un échec retentissant. Après la Conférence sur

le climat de Copenhague en 2009, c’est un nouveau raté

sur la question environnementale. Dans lequel se confirme,

au passage, la « bascule géopolitique » qui voit les pays

émergents prendre toute leur place parmi

les puissants de la planète.

 

Les signes ne manquent pas autour du centre de conférence des Nations Unies sur le développement durable pour marquer

la présence des 130 chefs d’État et de gouvernement du 20 au 22 juin. Alors que la police anti-émeute est alignée devant l’entrée

principale et que des troupes armées patrouillent dans des canots sur le lac voisin, les frégates marines dessinent l’horizon.

Dans cette enclave sécuritaire située à une vingtaine de kilomètres du Sommet alternatif organisé par la société civile, personne

ne cache sa déception autour du texte adopté le 19 juin par l’ensemble des négociateurs. Pas même Ban Ki Moon, le secrétaire

général des Nations unies, pour qui « nos efforts n’ont pas été à la mesure des défis qui nous attendent. La nature n’attend pas.

Elle ne négocie pas avec les humains ».

Intitulé « le futur que nous voulons », ce texte de 49 pages était censé déterminer une feuille de route sur la mise en

œuvre d’une « économie verte », définir des « objectifs de développement durable » (ODD) clairs, et s’accorder sur la

mise en place d’un cadre institutionnel ambitieux pour ce faire.

[Lire la suite sur regards.fr]

Photo :  »le peuple gouverne! », mercredi 20 juin, à Rio, une manifestation a réunit 80 000 personnes

selon les organisateurs (photo : Jean de Peña – Collectif à-vif(s)

Lire également :

 

Publié dans Environnement | Pas de Commentaires »

« L’économie verte, c’est la marchandisation de la nature »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 juin 2012

 

Geneviève Azam d’Attac :

« L’économie verte, c’est la marchandisation de la nature »

 

Geneviève Azam, économiste et membre du conseil scientifique

d’Attac nous explique l’importance du Somment des Peuples,

qui se tiendra du 15 au 23 juin à Rio. Cette rencontre se veut

une alternative réelle et constructive au Rio+20.

Droit des peuples, critique de l’économie verte, ce sommet anti

lobby propose une autre voie.

L’Humanité.fr : Comment est né le Sommet des peuples ?

Geneviève Azam : Le Sommet des peuples est un sommet alternatif au Rio+20. Nous connaissons déjà une grande partie

des résultats du sommet. Des brouillons des conclusions qui vont être données ont circulé et nous savons qu’il n’y aura pas

d’avancée significative. Au sein du Sommet des peuples, nous voulons réfléchir et émettre des déclarations communes,

énoncer des positionnements politiques qui nous feront avancer vers la transition énergétique.

Qu’est-ce qui ne va pas dans Rio+20 ?

Le sommet de la Terre est parasité par une présence très forte de lobbys industriels, peut-être plus que jamais jamais dans

un sommet de l’ONU. Il y a une critique partagée parmi tous les participants au Sommet des peuples (même si l’on observe

des nuances) de l’économie verte. L’économie verte, c’est la marchandisation de la nature. Nous refusons que s’exerce un droit

de propriété sur la nature, qui ne peut pas être gérée de manière rationnelle. Les services écosystémiques sont rendus

gratuitement. C’est l’une des principales critiques que l’on peut faire du Rio+20.

Comment se positionne le Sommet des peuples par rapport au Rio+20 ?

Le Sommet des peuples n’est pas contre le Sommet de l’ONU. C’est pour cette raison que de nombreuses associations seront

à la fois présente au Sommet de la terre et au Sommet des peuples. Il faut faire le lien entre les deux sommets.

Quels sont les thèmes qui seront spécifiquement abordés pendant le Sommet des peuples ?

Les droits humains, les droits de la terre, les droits sociaux ou les droits écologiques seront abordés. Globalement, le Sommet

des peuples est là pour réaffirmer des droits et tenter de les protéger. C’est d’ailleurs normalement ce qu’on devrait pouvoir

attendre du Sommet de la terre.

Au Brésil, en quoi ces problématiques sont plus importantes qu’ailleurs ?

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Bresil, Environnement | Pas de Commentaires »

2012 : PCF – L’heure des choix : Non au « marchandage de sommet » ! / Non à l’OPA du PG sur le PCF, ses forces militantes et… ses finances !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 juin 2011

Accueil

30mai 2011 – Sébastien Crépel, Christophe Deroubaix, 
Jean-Paul Piérot

 

  • PCF : le poids du « cœur » et de la « raison»

À quelques jours du choix de la stratégie et des candidatures aux élections de 2012, le point du débat

des communistes vu par le prisme de trois conférences départementales.

Les communistes sont dans la dernière ligne droite avant la désignation des candidats qui les représenteront

à la présidentielle et aux législatives de 2012. La conférence nationale du PCF, convoquée à la fin de la semaine,

du 3 au 5 juin, a pour tâche d’arrêter la (ou les) proposition(s) sur lesquelle(s) l’ensemble des communistes

sont appelés à se prononcer par un vote, les 16, 17 et 18 juin.

Un grand nombre de fédérations du PCF ont profité de ce dernier week-end pour élire leurs délégués à la

réunion nationale. L’occasion de faire le point sur les questionnements et les débats des communistes.

Bouches-du-Rhône

Dans ce département, le nom du candidat qui portera les couleurs du Front de gauche à la prochaine élection

présidentielle n’a provoqué ni psychodrame ni interminable débat. Un militant de Marseille a résumé :

« Chassaigne est le candidat du cœur. Mélenchon, celui de la raison. »

Les conditions de cette candidature ont été discutées. Dans les sections, l’accent a été mis sur la nécessité

« que la direction nationale du PCF prenne toute sa place dans la direction de la campagne », comme l’a rapporté

Pierre Dharréville, secrétaire départemental.

Mais « l’enjeu est plus large » que cette candidature, a rappelé Alain Hayot :

« La question centrale c’est l’absence de crédibilité, de perspectives politiques. Une dynamique ne peut

se contenter d’un cartel d’organisations même élargi. Il faut que le Front de gauche trouve le moyen

d’un élargissement populaire. »

« Nous sommes encore trop dans le rapport d’organisation malgré les efforts du projet partagé pour

dépasser ce carcan », a constaté Gaëtan Fernandez de Miramas.

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

 

Le blog d'André Chassaigne

 

 

 

http://andrechassaigne.over-blog.com/ – 31 mai 2011

 

  • Le choix n’est pas entre le coeur et la raison

Depuis sa création, à la veille des élections européennes de 2009, le Front de Gauche a réalisé des résultats

électoraux encourageants, matérialisant ainsi un réel besoin de propositions transformatrices pour la société

et d’horizon nouveau pour la gauche. A l’initiative de ce rassemblement, les communistes partagent majoritairement

l’idée que le Front de Gauche est un outil qui doit chercher à rassembler largement à gauche.

Je pense, pour ma part, qu’il ne doit pas se limiter à une stratégie d’alliance électorale de forces et structures

politiques constituées. Il doit prioritairement viser un enjeu essentiel : être le moyen d’implication populaire

dans le débat politique et le lieu d’élaboration collective des contenus de la transformation sociale et écologique

que nous entendons porter. Il faut donc nous tourner davantage vers celles et ceux qui luttent, qui espèrent,

qui s’engagent, mais aussi vers celles et ceux qui doutent, qui ne nous entendent pas, qui ont perdu confiance

dans toute perspective d’un changement de société. Nous concrétiserons ainsi une autre pratique politique et

redonnerons en quelque sorte « ses lettres de noblesse à la politique ».

J’en suis en effet convaincu : le choix de l’implication populaire, associé aux luttes, est déterminant pour matérialiser

pas à pas le changement de société que nous envisageons. A la veille des échéances de 2012, les conditions du débat

démocratique s’inscrivent toujours plus profondément dans une dérive présidentialiste de la Vème République,

que les communistes ont toujours combattue. La personnalisation à l’extrême rend quasiment inaudible la construction

d’autres démarches politiques misant sur l’intelligence collective, le travail commun, la reprise en main de leur avenir

par les citoyens, alors même que cette aspiration à faire autrement trouve aujourd’hui un écho retentissant en Europe,

que ce soit en Espagne, au Portugal, en Grèce ou même au Royaume-Uni. Dans ce contexte, même si [Lire la suite]

 

  • Écho des débats dans le Nord

Source : Communistes - Supplément à l’Humanité du 1er juin 2011 

 

Prolonger l’élan des cantonales

par Patrice Falguier

Le 21 mai, 120 communistes du Nord étaient réunis en conférence départementale pour poursuivre le débat engagé

dans les sections. La base de la discussion ? La synthèse des procès-verbaux issus des 35 assemblées locales.

Pour Fabien Roussel, secrétaire de la fédération, cette mise en commun a permis de dégager quelques idées fortes et

surtout une ambition. Après le succès des candidats du Front de Gauche aux cantonales, les communistes du Nord

entendent aller à la bataille des sénatoriales, des législatives et à la présidentielle avec le même esprit rassembleur

et offensif qu’au printemps dernier. C’est ce qui conduira la conférence à prendre une première décision :

celle de retourner voir, dans les prochains mois, les dizaines de milliers de familles rencontrées lors de la campagne

des cantonales.

L’objectif : leur présenter les propositions du PCF contre la vie chère et débattre avec elles des choix politiques à

mettre en oeuvre pour changer vraiment la vie.

Deuxième idée : Attachés au Front de gauche et à une démarche de rassemblement capable de construire une

alternative crédible, y compris avec d’autres forces politiques, les communistes du Nord regrettent la façon dont se

construit l’accord politique pour 2012. Il est vécu par beaucoup de militants comme un « marchandage de sommet »,

une sorte de « donnant/donnant » qui risque, selon eux, de réduire la dynamique de la démarche.

Aussi, pour les législatives où l’objectif départemental est de passer de 9,6 % à 12 ou 13 %, la démarche, le contenu

des propositions, de la campagne et les candidatures devront, pour être crédibles, être construits de bout en bout

par les militants et les populations concernées.

Enfin, concernant la candidature à la présidentielle, peu de débats, les communistes étant plus attachés au contenu

qu’aux noms, « d’autant qu’en l’état, les propositions avancées ne suscitent pas un grand enthousiasme

dans le département ».

 

Source : PCF Béziers

 

  • Le Parti de Gauche se voit déjà comme le fossoyeur du PCF

ou la fable de la grenouille qui se voyait plus grosse que le boeuf

2012 : PCF - L'heure des choix : Non au

La réalité des objectifs de Mélenchon et du Parti de Gauche apparait de plus en plus clairement. Le communiqué du 30 mai du PG retraçant ses exigences pour un accord du Front de Gauche sont un coup de canon contre les communistes qui va détruire toutes les illusions de ceux qui croyaient avoir affaire à un partenaire cherchant à élargir un rassemble populaire.

Le PG soumet 10 conditions à un accord dont certaines sont déjà connues, comme la candidature de Mélenchon aux présidentielles, mais dont certaines contredisent tous les discours tenus par la direction du PCF aux militants communistes pour les convaincre de renoncer à choisir eux-mêmes leur candidat.

En résumé, le FG n’est plus une alliance, mais une nouvelle force politique fusionnant PCF, PG et GU, présentant ses candidats sous son seul nom FG et globalisant ses finances avec sa propre association de financement.

Lire la suite… »

Publié dans Democratie, France, IDEES - DEBATS - PHILO, Parti de gauche, PCF, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaires »

Front de Gauche : plan de travail et initiatives

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 juillet 2010

Site national du PCF 

Parti communiste français – Paris, le 12 juillet 2010.

 

Le Front de Gauche met en place son plan de travail

et annonce des initiatives

Front de Gauche : plan de travail et initiatives  dans Front de Gauche

L’analyse faite par les composantes du Front de Gauche lors de son « sommet » de juin est plus que jamais d’actualité. Chaque jour qui passe délégitime en effet un peu plus la politique de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement. La droite au pouvoir est plongée dans une crise politique profonde, qui révèle sa collusion avec les puissances financières. Il faut les empêcher de toute destruction nouvelle des droits sociaux et démocratiques.

Dans les mobilisations notamment sur la question des retraites mais aussi en préparant une véritable alternative de gauche à la politique du gouvernement et du MEDEF. Voilà ce que le Front de Gauche entend poursuivre en inscrivant son action dans les luttes et dans les échéances électorales à venir.

Le comité de liaison permanent s’est réuni déjà deux fois à cet effet pour mettre en place le plan de travail conçu lors de ce sommet.

Il a d’abord décidé de coordonner des initiatives de soutien aux nombreuses et diverses luttes menées dans le pays. Il lance notamment à partir du 13 juillet une pétition demandant le retrait du projet de loi gouvernemental sur les retraites et appuyant le projet alternatif soutenu par le Front de Gauche et déposé par les parlementaires du PCF et du PG.

Il sera de tous les rassemblements unitaires initiés partout en France sur la base du retrait du projet gouvernemental, par les syndicats ou les organisations démocratiques en juillet, en août et à la rentrée. Il appelle notamment à se joindre aux rassemblements unitaires appelés par les organisations syndicales ce même 13 juillet.

À télécharger

Le Front de Gauche réaffirme également son combat pour « bousculer » la donne à gauche. Il entend rassembler dans le pays une nouvelle majorité à gauche sur la base d’un programme de gouvernement en rupture avec la logique dominante d’un système capitaliste et des modèles productivistes dont la crise actuelle ne fait que confirmer le nécessaire dépassement.

Dans cette optique, à la Fête de l’Humanité, le Front de Gauche lancera un processus d’élaboration d’un « projet partagé » au travers d’initiatives multiples locales et nationales. Ce processus permettra de forger un programme ambitieux pour notre pays, pour son rôle dans le monde, et tourné vers la satisfaction des besoins humains et non de ceux de la finance.

Dans la même optique il annonce l’organisation de plusieurs débats publics à commencer par :

-  La refonte de nos institutions pour mettre fin à la monarchie présidentielle et à la personnalisation de la Vème République.
-
 Les solutions à mettre en œuvre pour dépasser la crise européenne, refuser les plans d’austérité et l’utilisation de l’argent tel que la conçoivent les mentors de cette Europe libérale.

Ce chantier, le Front de Gauche entend largement l’ouvrir tant nationalement que localement aux formations politiques désireuses de s’associer à cette démarche, mais aussi à toutes les citoyennes et les citoyens, en particulier les militantes et militants syndicaux et associatifs qui s’investissent dans la même recherche d’une société qui refuse la mise aux normes économiques de rentabilité de toute activité humaine, pour lui substituer des valeurs d’égalité, de solidarité et d’humanisme qui sont le véritable patrimoine de la gauche dans notre pays.

Rendez-vous à la Fête de l’Humanité avec le Front de Gauche.

Publié dans Front de Gauche, PCF, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaires »

Congrès du PCF

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 juin 2010

 
l’Humanite.fr/ – 18 juin 2010 - Sébastien Crépel

Les débats sur le Front de gauche ouvrent le bal du

congrès

Le 35e Congrès du PCF, qui se tient jusqu’à dimanche, à la Défense, s’est ouvert, vendredi, avec le débat sur la poursuite de la stratégie de Front de gauche dans les luttes et aux élections de 2012. Les délégués ont insisté sur le besoin de donner un véritable ancrage populaire au rassemblement.

Les premières interventions entendues, vendredi après-midi, au 35e Congrès du PCF, réuni jusqu’à dimanche, à la Défense (Hauts-de-Seine) démentent d’entrée de jeu l’idée véhiculée dans les médias que les communistes enterreraient leur parti. « Crise systémique », « dépassement du capitalisme » : les communistes ne renoncent ni à leurs analyses ni à leurs ambitions. Un congrès en prise avec les luttes du monde du travail, aussi, à l’instar de l’intervention d’un délégué du Nord réclamant que le Congrès s’exprime pour condamner « les licenciements boursiers » à la suite de la confirmation, jeudi, de l’intention de la direction de Total de fermer sa raffinerie des Flandres, à Dunkerque.

Dès l’ouverture de leurs travaux, les délégués sont entrés dans le vif des débats sur l’évaluation et la poursuite de leur
stratégie mise en œuvre dans le cadre du Front de gauche, aux européennes des 2009, puis aux régionales de mars dernier. Consacrée à l’évaluation de la stratégie décidée au 34e Congrès de décembre 2008, la discussion a mis en lumière le besoin de ne pas en rester au « statu quo » pour être à la hauteur de la réponse à la crise, comme y a invité Robert Injey, membre de la coordination nationale du Parti, dans l’introduction générale des débats.

« Ce qui est à l’ordre du jour c’est bien de transformer radicalement cette société. [.] Lors de ces deux scrutins, nous avons pu mettre en ouvre la démarche du Front de gauche, et cela se traduit par des aspects positifs mais aussi de nombreuses limites. » Si les congrès départementaux partagent cette « appréciation positive » et la volonté de « renforcer » et de « prolonger » cette démarche, la principale limite pointée par les communistes est « son manque d’ancrage populaire et le fait qu’elle apparaît trop comme un cartel d’organisation », a rapporté Robert Injey.

Un ancrage populaire dont la plupart des délégués ont réclamé la mise en pratique. Certains appelant à « rompre avec toute démarche de sommet électoraliste », comme Yves Dimicoli, de Paris, d’autres, à l’instar de Daniel Cirera, de Seine-Saint-Denis, dénonçant une politique de « fait accompli » après la tenue du sommet du Front de gauche du 9 juin. Ce débat se doublant d’un autre sur l’élection présidentielle, la plupart plaidant pour que le principe d’une candidature de rassemblement ne soit pas opposé à ce que celle-ci puisse être issue du PCF. Le député du Rhône, André Gerin, proposant pour sa part de consulter les communistes avant la fin de l’année sur une candidature communiste en 2012.

 

Le débat en direct reprendra demain dès 9 h :

http://www.alternatv.fr/35eme-congres-du-pcf-le-direct/a-la-une

Publié dans PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

PCF : Le Front de gauche fait débat

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 juin 2010

Sébastien Crépel et Bruno Vincens

Le Front de gauche fait débat

Les communistes ont achevé les discussions préparatoires au 35e Congrès qui s’ouvre vendredi. Gros plan sur quatre départements aux débats contrastés sur la stratégie du Front de gauche.

Côtes-d’Armor

La conférence des Côtes-d’Armor réunie, samedi, à Trégueux, s’est conclue par le vote unanime d’un appel « aux citoyens, aux forces politiques et sociales de gauche » pour la « mise en place de moments et de lieux de rencontre largement ouverts pour construire collectivement du neuf à gauche ». Un appel à faire « front à gauche » qui n’est qu’en apparence contradictoire avec le choix d’une liste d’union de toute la gauche validée à 78 % par les communistes du département aux régionales. Si les délégués ont exprimé leur « étonnement » et leur refus de se laisser « manœuvrer » suite à la réunion nationale « au sommet » du Front de gauche à quelques jours du congrès, un accord s’est exprimé, par-delà les choix des uns et des autres aux régionales, pour estimer que le Front de gauche s’est ancré dans le paysage politique mais qu’il doit franchir une « nouvelle étape » pour permettre aux citoyens de l’investir. Dans cette perspective, l’hypothèse de candidats du Front de gauche aux prochaines élections peut être bénéfique, ont jugé les délégués.

Haute-Garonne

Parmi la centaine de militants communistes haut-garonnais qui participaient à la conférence fédérale, de nombreuses voix ont exprimé un désaccord avec les modalités sur lesquelles s’établit le Front de gauche. Pour beaucoup, cette stratégie n’est pour l’heure qu’un front électoral, et non pas un front social, intellectuel… Ce Front de gauche, regrettent de nombreux militants, manque de propositions, de contenu programmatique. Il faut donc lui donner une substance beaucoup plus forte. La question des retraites peut en être l’occasion. Alors que le texte sur la poursuite des fronts est jugé trop vague, le PCF doit développer son projet pour rassembler, être en phase avec les travailleurs et les habitants des quartiers populaires. Certains affirment la nécessité, pour le PCF, de faire apparaître « des axes forts », notamment la nationalisation de l’énergie et des moyens de production. Un certain nombre de militants fustigent « un recul démocratique » au PCF, considérant que les modalités du Front de gauche sont décidées par la seule direction nationale.

Isère

La conférence de l’Isère, samedi, avait lieu moins de deux semaines après le premier tour de la législative partielle dans la 4e circonscription, où le candidat communiste Laurent Jadeau et sa suppléante du Parti de gauche ont réalisé une percée. Le tandem triple le score du PCF de 2007 (6,8 % contre 2,1 %) et, surtout, progresse des deux tiers en voix en dépit d’une abstention de + 30 points (70,1 %). Pour les délégués, si la dynamique est là, le Front de gauche doit s’élargir pour toucher les abstentionnistes, très nombreux dans l’électorat populaire. Certains s’interrogent d’ailleurs sur l’origine de la progression électorale  : est-ce l’effet du Front de gauche, ou de la dynamique des propositions des communistes  ? Au final, les délégués se prononcent pour un « parti fort dans un Front fort ». Ils ont exprimé leur préférence pour un « front multiforme » investie dans les luttes en commençant par les retraites, plutôt qu’une structure avec « adhésions directes » non pertinente à leurs yeux.

Seine-St-Denis

Quelle gauche a-t-on l’ambition de construire avec le Front de gauche  ? C’est l’une des questions qui s’est trouvée au cœur de la conférence du PCF de la Seine-Saint-Denis, réunie à Villetaneuse. Aux partisans d’une rupture entre une gauche d’adaptation et une autre de transformation, ont répondu ceux, majoritaires, d’un Front refusant l’enfermement dans une « petite gauche » mais s’adressant à tous ceux qui cherchent des solutions alternatives. Sur cette base, la conférence propose d’élargir le Front de gauche en travaillant, aux côtés des élus, avec les syndicats, associations, mouvements, dans les luttes sur les retraites, le logement, la formation, le service public, le Grand Paris, etc. Pour les cantonales, la conférence propose de présenter des candidats du Front de gauche dans les vingt cantons renouvelables en 2011, dont des communistes ou apparentés en titulaires dans les quatre sortants et les six perdus aux consultations précédentes. Avec l’objectif déclaré de reconquérir la présidence du conseil général, communiste jusqu’en 2008.

PCF : Le Front de gauche fait débat dans Front de Gauche Nouveau-35  moton797522501.jpg

Publié dans Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Taxe sur les transactions financières

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 juin 2010

l’Humanité – 1er juin 2010 

Taxe sur les transactions financières :

associations et syndicats lancent une pétition

 

Plusieurs associations et syndicats français, dont la CGT et la CFDT, ont lancé une pétition pour réclamer l’instauration d’une taxe sur les transactions financières à l’échelle mondiale au bénéfice d’actions contre la pauvreté, les pandémies et le changement climatique.

Figurent également parmi les initiateurs de la pétition l’association altermondialiste Attac, l’organisation non gouvernementale Oxfam France, le principal syndicat de la fonction publique FSU et l’organisation de défense de l’environnement WWF.

Les auteurs estiment que « même à un faible taux, la taxation de ces transactions dégagerait chaque année des centaines de milliards de revenus à redistribuer et contribuerait à dissuader les comportements les plus spéculatifs », selon un communiqué publié mardi.

Le texte de la pétition est en ligne sur les sites respectifs des associations et syndicats signataires, ainsi que sur le site www.makefinancework.org/ ?lang=fr/.

Cet appel est lancé en amont du prochain sommet du G20, qui aura lieu les 26 et 27 juin à Toronto au Canada.

La taxe sur les transactions financières est aussi appelée taxe Tobin, du nom de l’économiste et prix Nobel James Tobin qui en avait élaboré le principe dans les années 70. Elle consiste à prélever sur les transactions financières un pourcentage minime des montants traités.

Régulièrement évoquée, l’idée a été relancée début novembre par l’ancien Premier ministre britannique Gordon Brown. Elle semble néanmoins avoir été écartée depuis au profit d’une taxe sur les établissements financiers, qui fait davantage consensus.

Interrogé mardi, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, s’est dit favorable à ce que les Européens défendent l’idée d’une taxe sur les transactions financières lors du prochain G20, tout en admettant qu’existent des « doutes considérables » quant aux chances de succès d’une telle initiative.

Son homologue française, Christine Lagarde, a considéré que les transactions financières « pourraient ne pas être le moyen le plus efficace de calculer une taxe ou un impôt ».

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans ECONOMIE | Pas de Commentaires »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy