• Accueil
  • > Recherche : affiches cgt

Résultats de votre recherche

Mobilisation du 9 avril

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 avril 2015

 

La mobilisation du 9 avril se prépare activement

 

Clotilde Mathieu – l’Humanité – 3 avril 2015

 

affiches-9-avril

  Les appels à la grève et les initiatives

  se multiplient en vue de la journée d’action

  intersyndicale.

  Retour de la loi Macron au Sénat, mardi, nouvelles

  mesures économiques et sociales attendues, mercredi…

  Pendant que le gouvernement maintient son cap

  et se veut inflexible, les syndicats CGT, FO, FSU,

  Solidaires s’activent pour préparer la journée de grève

  interprofessionnelle du 9 avril.

  Et d’après Pascal Joly, membre du bureau confédéral

  de la CGT et coresponsable de l’organisation de la journée,

  « tout se prépare vraiment bien. Nous recevons de très

  bons échos qui nous parviennent de province et

  d’Île-de-France ».

Le constat est identique chez Force ouvrière.

Les initiatives se multiplient en province dans l’unité syndicale

Selon le dernier décompte, environ 234 bus ont été réservés pour atteindre l’objectif fixé par la CGT :

100 000 personnes à Paris. D’autres viendront par le rail, même si « la SNCF a du mal à nous fournir

des trains spéciaux pour Paris », dénonçait, jeudi, le secrétaire général de la centrale, Philippe Martinez,

dans l’Humanité Dimanche.

Au-delà de cette manifestation, dont le rendez-vous est fixé à 13 heures, les initiatives se multiplient

en province dans l’unité syndicale. Soixante et une sont pour l’instant programmées.

[Lire la suite surhumanite.fr]

 

10 bonnes raisons de se mobiliser le 9 avril

 

Bus pour Paris :

 UL CGT Valenciennes : 5 bus - UL CGT Denain : 1 bus - UL CGT St Amand Les Eaux :1 bus - 

UL CGT Maubeuge : 2 bus - UL CGT Dunkerque : 2 bus - UL CGT Armentières : 2 bus - 

EDF Lille Métropole : 2 bus -  UL de Douai : 3 bus – .UL CGT Roubaix : 2 bus - 

Région Mines Energie : 1 bus -..Organismes Sociaux : 1 bus -.UL CGT Seclin : 2 bus – UL CGT

 Lille : 3 bus –  UL CGT Tourcoing : 1 bus – UL CGT Cambrai : 2 bus -

 Port Autonome de Dunkerque : 1 bus - Pechiney : 1 bus - Copenor : 1 bus -

 EDF Gravelines : 1 bus - Arcelor : 1 bus – UL CGT Halluin : 1 bus - CHR Lille : 1 bus - 

UL CGT Aulnoye Aymeries : 1 bus -…

Publié dans Austerite, CGT, ECONOMIE, FO, France, FSU, Liberalisme, Luttes, SOCIAL, Solidaires, Syndicats | Pas de Commentaires »

Conditions de travail désastreuses, salaires de misère… : le lot quotidien des ouvriers des sous-traitants de Mattel

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 décembre 2012

 

INDUSTRIE DU JOUET

La poupée Barbie aurait-elle des penchants esclavagistes ?

 

Conditions de travail désastreuses, salaires de misère... : le lot quotidien des ouvriers des sous-traitants de Mattel dans CGT barbie

Par Ivan du Roy, Nolwenn Weiler

Salaires de misère, heures supplémentaires

excessives, exposition à de multiples produits

toxiques… Les conditions de travail

dans les usines chinoises fabriquant des jouets

pour le groupe Mattel – Barbie ou Fisher Price –

sont jugées indignes par des organisations

chinoises et européennes, qui ont enquêté sur place.

Ce qui n’empêche pas le leader mondial du secteur

de prétendre que ses produits sont conçus dans des conditions socialement responsables.

Visite virtuelle dans une usine chinoise.

Oh, la belle chambre de princesse pour la nouvelle poupée Barbie ! Ah, la jolie caserne de pompiers

de Fisher Price ! Alors que Noël approche, si vous souhaitez rester en contemplation devant les cascades

de jouets, ne pas gâcher votre plaisir et celui de vos enfants au pied du sapin, ni perdre vos illusions

consuméristes, Basta ! vous conseille d’arrêter ici la lecture de cette article.

Car la « compétitivité » de l’industrie du jouet à un prix. Un prix cher payé par le consommateur occidental,

vu les tarifs affichés, mais aussi par les ouvrières qui ont fabriqué et assemblé les composants de ces charmants

bibelots en plastique. En tout cas pour les ouvrières chinoises qui travaillent pour Mattel, leader mondial

de la conception, fabrication et vente de jouets. Le groupe états-unien commercialise notamment les marques

Barbie et Fisher price, et possède les licences pour les figurines de Superman et des Simpson.

En 2011, l’entreprise a réalisé 4,8 milliards d’euros de revenus et 590 millions d’euros de bénéfices. Une large

part des produits de Mattel sont fabriqués en Chine, où le groupe possède quatre de ses neuf usines, et où sont

basés la majorité de ses autres fournisseurs.

Santé et sécurité ? Connaît pas

Vous avez rêvé un jour de fabriquer une poupée Barbie ? Pas de problème ! Direction Foshan ou Shenzhen,

dans la région de Hong-Kong. Mattel n’est-elle pas, selon le magazine américain Fortune, l’une des

« 100 meilleures entreprises dans lesquelles travailler » ? Après avoir signé un contrat de travail quasi-vierge,

où parfois le salaire n’est même pas spécifié ni la date d’entrée dans l’entreprise, vous aurez droit à un briefing

d’environ quatre heures, histoire de vous mettre au courant des règles disciplinaires et de confidentialité

en vigueur dans l’usine. Côté santé et sécurité, bien que vous soyez amené à manipuler des produits chimiques,

une petite heure de formation suffira.

 

barbie1 China Labor Watch dans Chine

La loi chinoise prévoit bien trois jours de formation à la santé

et sécurité, mais cela nuit à la compétitivité. De toute façon,

il n’y a pas de gants pour manipuler les peintures et autres

cires chimiques, ni de masques pour les aérosols.

A l’usine Mattel de Foshan [1], au Nord de Macao, où se fabriquent

des Fisher Price, « les travailleuses chargées de nettoyer les jouets

avec des diluants chimiques toxiques ne sont pas autorisées

à porter des gants de protection ».

 

Et c’est parti ! Vous voilà sur une chaîne de production d’éléments pour les jouets. Vous travaillez avec une douzaine

de collègues. Objectif : fabriquer entre 109 et 136 pièces par heure. Vous avez intérêt à être endurant : légalement,

la journée est de 8h, mais les heures supplémentaires sont quasi systématiquement la règle, surtout lors des pics

de production. Ce sera donc plutôt 11h par jour, 26 jours par mois.

Ici, on travaille plus pour gagner plus : le week-end, l’heure supplémentaire est censée être payée 2,14 € (selon la loi).

Mais attention, le comptable de l’usine se trompe souvent. Dans l’usine d’un de nos fournisseurs, à Shenzhen

(près de Hong-Kong) [2], c’est plutôt 1,25 € l’heure. Si vous avez une réclamation, déposez-là auprès du comité

de représentation des travailleurs, s’il en existe un.

14 jours de travail, 1 jour de repos

[Lire la suite sur Basta !]

Lire également :

Signez l’appel lancé par Peuples solidaires, la CGT et CLW

Publié dans CGT, Chine, CONSO, ECONOMIE, Exploitation, SOCIAL, Souffrance au travail | Pas de Commentaires »

Portugal : grève générale contre les mesures d’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mars 2012

 

En grève générale, les Portugais résistent à la casse du code du travail

 

Portugal : grève générale contre les mesures d'austérité dans Austerite greve-portugal-300x150Un grafiti montrant Coelho, le Premier ministre portugais,

embrassant le postérieur d’Angela Merkel

Importante journée de grève générale et de manifestations

ce jeudi au Portugal à l’appel du principal syndicat qui espère

une forte mobilisation contre les mesures d’austérité

du gouvernement responsables de la récession et du chômage.

« Manif », « Grève générale », « Basta » peut-on lire à Lisbonne sur les très nombreuses affiches, collées les jours précédents

par les militants de la CGTP, le principal syndicat portugais.

« Nous sommes convaincus que nous aurons un taux de participation significatif », a assuré Arménio Carlos, le leader de la CGTP

qui rassemble quelque 600 000 sympathisants. Beaucoup de Portugais se disent en effet solidaires des grévistes. Et ce malgré

le fait que la CGTP se soit lancée seule dans la bataille, sans le soutien de l’autre grande centrale syndicale, l’UGT, qui l’avait

pourtant épaulée lors deux précédentes grèves générales de novembre 2010 et novembre 2011.

La CGT est restée inflexible contre la réforme du code du travail qui prévoit l’assouplissement du marché du travail en matière

d’horaires et de licenciements et la suppression de jours fériés et de jours de congés, ce que l’UGT avait accepté.

Les mesures d’austérité du gouvernement ont provoqué un ralentissement de l’économie portugaise qui, selon des prévisions

officielles, devrait, cette année, se contracter de plus de 3% tandis que le taux de chômage devrait s’établir à 14,5%.

[Lire la suite sur humanite.fr/]

 

Publié dans Austerite, Chomage, Luttes, Portugal, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Les Fralib appellent au boycott du thé Lipton pour sauver leurs emplois

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 décembre 2010

Source : cgt.fralibvivra29 décembre 2010

compositionfinal800x800.jpg

LA DÉTERMINATION S’AFFICHE AU GRAND JOUR

 
 fralib220mlt.jpgLes salariés de Fralib à Gémenos ont officiellement lancé hier une campagne appelant au boycott d’une des marques du groupe Unilever.

Les salariés de Fralib, l’usine de thé de Gémenos menacée de fermeture, viennent de franchir un nouveau pas dans leur mobilisation pour la sauvegarde de l’emploi. Ils appellent en effet au boycott d’une des marques de leur groupe, à savoir le thé Lipton et notamment les sachets « pyramides ».

« Une nouvelle phase dans notre mobilisation »

Le lancement officiel de la campagne de boycott a été effectué hier aux alentours  de l’usine mais également dans les zones industrielles de Gémenos et d’Aubagne par une  quarantaine de salariés reconvertis pour l’occasion en colleurs d’affiches. « Nous entrons dans une phase de dénonciation de notre situation auprès des consommateurs » explique Olivier Leberquier, délégué syndical (CGT) de l’usine.

« Notre mobilisation va aller de manière croissante ».

L’action a été ciblée. Pas question d’appeler au boycott de l’ensemble des marques de la multinationale. « Nous nous concentrons sur les sachets pyramide » précise Olivier Leberquier. « Nous voulons faire mal au chiffre d’affaires » annonce d’emblée Gérard Cazorla, le secrétaire (CGT) du comité d’entreprise.

Les sachets « pyramides » comme principale cible

boycottimp.jpgDepuis plusieurs années, les salariés de Fralib estiment que leur usine a été délibérément écartée des plans d’investissement du groupe. Unilever mise actuellement sur la production de sachets de thé de format « pyramide ». Une catégorie que la direction du groupe ne souhaite pas faire produire à Gémenos.

« Nous avons été sacrifiés pour que la direction fasse encore plus de fric » résume un ouvrier de l’usine, balai et saut de colle à la main. Et des sacrifices ils estiment en avoir déjà faits assez. « Pour une boîte de thé vendue entre 1,60 et 2,60 euros dans le commerce, la part de la totalité des salaires (des 182 employés, cadres et dirigeants) représente à peine 15 centimes. Toutes cotisations salariales et patronales comprises » précise le délégué syndical. « Ils veulent quoi ? Qu’on vienne travailler pour encore moins ? Qu’on leur coûte 6 centimes comme en Pologne ? » 

« Nous envisageons d’autres actions à l’avenir »

Ce que les salariés dénoncent ce sont « les marges faites sur chaque boîte vendue ». Unilever France a versé plus d’un milliard à ses actionnaires en deux ans.

Les Fralib annoncent « d’autres actions fortes dans  les jours à venir » mais espèrent déjà que « le boycott marquera les esprits ». 

Plus de 10.000 affiches entendent y contribuer, dans tout le pays. 182 emplois et l’avenir industriel du site sont à la clé.

 

Signer La pétition :

clic ici http://www.lapetition.be/en-ligne/Pour-le-maintien-de-l-emploi-industriel-et-de-l-activite-a-FRALIB-Gemenos-8938.html

 

Publié dans Luttes, SOCIAL, Solidarite | Pas de Commentaires »

Un mouvement de contestation qui se durcit

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 octobre 2010

Accueil 22 octobre 2010
Un mouvement de contestation qui se durcit dans Luttes grandpuits

 

Le coordinateur CGT du groupe Total, Charles Foulard, a dénoncé une « entrave au droit de grève », après la réquisition de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) qui, selon lui, va créer un « électrochoc ».

 

 

 

Un mouvement de contestation qui se durcit

 

Malgré les congés de la Toussaint, la mobilisation ne faiblit bien au contraire avec le blocage de plusieurs raffineries, l’appel de l’Unef à une nouvelle journée d’action mardi prochain pendant qu’au Sénat on vote la réforme dans la précipitation.

18h00. La grève à la raffinerie de Feyzin reconduite « sans date butoir ». La grève lancée le 13 octobre à la raffinerie Total de Feyzin (Rhône), près de Lyon, a été reconduite vendredi « sans date butoir » lors d’une assemblée générale.

17h45. Le plus grand centre de traitement de déchets de France bloqué. L’accès au centre de traitement de déchets d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), le plus important de France, est bloqué depuis jeudi soir par des opposants à la réforme

17h15. Raffinerie de Grandpuits : « évacuation scandaleuse » (PCF), « guerre sociale » (PG). Le PCF a dénoncé vendredi « l’évacuation scandaleuse » et « violente » des salariés de la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne), le Parti de gauche estimant que Nicolas Sarkozy, en « ami décomplexé du Medef, assume désormais sa guerre sociale« .

Cette « évacuation scandaleuse« , « violente » et « la réquisition de salariés constituent une très grave remise en cause du droit de grève, qui est pourtant un droit constitutionnel« , écrit le PCF dans un communiqué.

« Depuis plusieurs jours, Sarkozy – qui aime à se dire en guerre – a multiplié les déclarations agressives contre les blocages pacifiques mis en oeuvre par les salariés qui sont pourtant largement soutenus dans la population« , poursuit-il, estimant que « le pouvoir est pris dans une fuite en avant répressive dangereuse« .

« Le Front de gauche appelle le gouvernement à revenir à la raison et à ne pas entraîner le pays dans la violence en jouant sur des mécanismes de répression/provocation« , poursuit-il.

17h00. Plusieurs centaines de personnes ont défilé pour la défense des retraites et en soutien à l’hôpital Tenon, en grève depuis 4 semaines.
Parti de l’hôpital Tenon (20e arrondissement), le cortège, dont la banderole de tête était tenue par des salariés de l’hôpital, comprenait des membres de la fédération CGT des cheminots et de la RATP, ainsi que des militants de Solidaires, FO, la FSU et de l’organisation altermondialiste Attac.

16h10. Pour Didier Le Reste, secrétaire général de la CGT-Cheminots,  les départs en vacances vont « se passer pas trop mal »« perturbations limitées », sauf en cas de « provocations » de la part de la SNCF. avec des

15h20. L’Unef appelle les étudiants à une journée d’action mardi. L’UNEF a appelé les jeunes et les étudiants à une journée d’ »actions partout en France » mardi, avec notamment des rassemblements et des sit-in, pour montrer que la mobilisation se poursuit pendant les vacances de la Toussaint, lors d’une conférence de presse vendredi. « Mardi, on appelle les jeunes et les étudiants à multiplier les initiatives de mobilisation lors d’une journée nationale« , a déclaré le président du premier syndicat étudiant, Jean-Baptiste Prévost.

Cette mobilisation, qui intervient avant la journée interprofessionnelle de jeudi, prendra la forme d’ »actions partout en France: rassemblements devant les permanences parlementaires, sièges locaux du Medef, sit-in, actions coup de poing, actions en lien avec l’intersyndicale de salariés localement…« , a-t-il détaillé.

Les vacances de la Toussaint « ne sont pas une parenthèse dans la mobilisation. On va se donner les moyens de la poursuivre« , a-t-il ajouté

15h10. Grand Ouest : dépôts de carburant et grandes surfaces ciblés. Les manifestants du Grand Ouest contre la réforme, qui ciblaient déjà les dépôts de carburant, les dépôts de bus ou encore les ports, ont commencé à s’en prendre aux entrepôts des grandes surfaces comme en Basse-Normandie, où deux étaient bloqués vendredi.

14h30. La grève à la raffinarie Total de Donges reconduite pour une semaine. La grève lancée le 12 octobre à la raffinerie Total de Donges (Loire-Atlantique) a été reconduite en assemblée générale jusqu’au vendredi 29 octobre, a annoncé vendredi la CGT, qui promet aussi des actions symboliques en réponse au déblocage de la raffinerie de Grandpuits (Seine-Maritime).

france-total-greve-20100221 dans POLITIQUE

 

14h00. La commission mixte paritaire (CMP) Assemblée-Sénat se réunira lundi matin (Sénat)

13h15. Des manifestants envahissent le hall de la gare de Bordeaux. Une centaine de manifestants ont envahi le hall de la gare de Bordeaux vendredi à la mi-journée.

13h05. La police repousse des manifestants près de Clermont-Ferrand. La police a repoussé les manifestants qui bloquaient depuis vendredi matin une plate-forme logistique à Cournon d’Auvergne, dans le Puy-de-Dôme, à proximité d’un dépôt de carburant.

12h55. Réquisition à la raffinerie de Grandpuits : « un interdit pur et simple du droit de grève » pour la CGT. Le syndicat s’est indignée de la réquisition des salariés de la raffinerie de Grandpuits par le préfet de Seine-et-Marne, un acte qui constitue, selon elle, « un interdit pur et simple du droit de grève garanti par la Constitution ».

Selon un communiqué de la confédération de Bernard Thibault, « bousculés par la mobilisation massive des salariés contre leur réforme, le président de la République et le gouvernement se murent dans une posture de déni et dérivent vers une politique de répression et de violences policières« .

La CGT « condamne cet acte juridiquement illégal et politiquement insensé » que constitue « la réquisition des 169 salariés en grève à la raffinerie de Grandpuits« .

Elle estime que l’ordonnance de réquisition « détourne le contenu de la loi du 18 mars 2003 sur la sécurité intérieure, fortement encadrée par des décisions du Conseil constitutionnel et du Conseil d’Etat« .

En effet, affirme-t-elle, « l’arrêt de la production dans cette raffinerie ne porte en aucun cas atteinte à la sécurité ni à la santé publique« . « Il s’agit d’un interdit pur et simple du droit de grève garanti par la Constitution, en l’occurrence exercé au sein d’une entreprise privée dans un cadre démocratique et pacifique« , ajoute la CGT.

« La Confédération se joint à l’action juridique demandant l’invalidation de cette réquisition« , précise le communiqué.

Haussant nettement le ton, la CGT accuse le gouvernement « d’opérer un amalgame intolérable entre les manifestations et quelques actes de violence intervenus dans certaines villes« .

« Des militants sont poursuivis, arrêtés, placés en garde à vue, simplement pour avoir collé des affiches comme à Roanne! Les CRS chargent des queues de manifestations, sans aucune raison, comme à Lorient« , affirme-t-elle.

« La CGT appelle les salariés, les grévistes, à la vigilance du fait de la présence de provocateurs dans les initiatives syndicales« , déclare encore le communiqué.

12h40. La gare de La Rochelle bloquée par des manifestants. Environ 300 manifestants, au plus fort de l’action, bloquaient vendredi à la mi-journée la gare de La Rochelle, provoquant des perturbations sur le trafic ferroviaire

12h30. Débloge en force de la zone industrielle d’Amiens.

Le reportage de notre correspondant.

 

Lire la suite… »

Publié dans Luttes, POLITIQUE, RETRAITES, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

France Télécom : Bilan accablant pour l’entreprise et ses méthodes d’organisation

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 mars 2010

Malgré les engagements nationaux, les conditions de travail chez France Télécom ne semblent guère s’être beaucoup améliorées. Pour preuve les 8 suicides et les 3 tentatives de suicides dénombrés par les syndicats depuis le début de l’année 2010. Deux des huit salariés qui ont mis fin à leurs jours travaillaient sur le site lensois de France Télécom. A l’appel de l’intersyndicale (CGT, SUD et CFDT), leurs collègues du site de Boulogne ont débrayé ce matin en signe de solidarité. Les syndicats dénoncent la suppression de 47 000 emplois en dix ans mais avec la même charge de travail !

 

L’Humanité – OLIVIER MAYER

L’organisation du travail en cause chez France Telecom

Le cabinet Technologia a remis hier un rapport sur la prévention des risques psychosociaux à France Télécom. Le management à l’oeuvre dans les groupes capitalistes et aujourd’hui dans les entreprises publiques est mis en accusation.

La crise est profonde et elle ne pourra « se résoudre sans un travail ambitieux, précis, récurrent et qui mettra l’homme et la qualité de son travail au centre des process  ». C’est ce qu’a voulu signifier le cabinet Technologia, hier, à la direction de France Télécom. Chargé par l’opérateur de remettre en mai un plan de prévention en matière de santé et de sécurité au travail après la vague de plus de 40 suicides en deux ans chez les salariés du groupe, le cabinet d’expertise a souhaité présenter une « note d’étape intermédiaire » dès maintenant en mettant en avant deux raisons. D’une part, entre 7 et 9 suicides, selon les sources, ont eu lieu chez France Télécom depuis le début de l’année 2010. D’autre part, le nouveau directeur général Stéphane Richard n’a, selon le cabinet, « ni passé ni passif France Télécom. Il dispose de quelques semaines pour impulser un changement radical ».

PRESSION SUR LES SALARIÉS

La note de Technologia pointe un certain nombre d’éléments de diagnostic de la crise qui dessinent un bilan accablant pour l’entreprise et ses méthodes d’organisation : « Complexité, voire opacité de l’organisation matricielle », « réorganisations sans raison d’être pour les salariés », « destruction des collectifs de travail et parfois des outils de travail », « mise en concurrence des salariés »… Les « clivages permanents entre les objectifs affichés et les objectifs réels perçus » conduisent au sentiment de « perte d’efficacité », à la « perte de sens du travail ».

 
[Lire la suite]

Publié dans SOCIAL, Souffrance au travail | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy