• Accueil
  • > Recherche : affiche organisation du travail

Résultats de votre recherche

Loi travail : Le 28 avril, il faut mettre le paquet !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 avril 2016

 

Loi « Travail ». Rendez-vous dans la rue le 28 avril

 

Pierre-Henri Lab – l’Humanité Dimanche – 24 avril 2016

Captureaffiche28avril

 

 

  L’intersyndicale appelle à une nouvelle

  journée de grèves et de manifestations

  pour le retrait du projet de loi, le 28 avril,

  avant un 1er Mai de lutte.

  Objectif :

  mettre la pression sur les députés

  qui examinent le texte à partir du 3 mai.

 

  On veut obtenir le retrait du projet El Khomri,

  c’est maintenant qu’il faut mettre le paquet !

  CGT, FO, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL appellent

  les salariés, les étudiants et les lycéens

  à « se mobiliser à nouveau par la grève

  et à participer massivement aux manifestations »

  le 28 avril et, dans la foulée, le 1er Mai.

 

 

 

Les manœuvres du gouvernement pour tenter de diviser l’intersyndicale en donnant en partie satisfaction à l’UNEF

sur ses revendications sur l’insertion professionnelle ont échoué. Le syndicat étudiant, comme les autres organisations,

continue de revendiquer le retrait du texte. À défaut d’être entendus par le gouvernement dont ils dénoncent

« l’entêtement », les syndicats veulent mettre la pression sur les députés alors que l’examen du texte débutera

à l’Assemblée nationale le 3 mai.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, France, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

La mobilisation des jeunes et de la population peut mener au retrait de la loi travail

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 avril 2016

Communiqué du PCF – 11 avril 2016

 

maniflycee

 

  Suite aux discussions engagées avec les syndicats

  étudiants et lycéens, le Premier ministre a annoncé

  un plan de 11 mesures pour améliorer la situation

  des jeunes.

  Des mesures parmi lesquelles :

 

 

♦  l’augmentation du montant des bourses lycéennes et étudiantes dont le périmètre sera élargi

et qui les prolongent après l’obtention du diplôme ;

♦  l’amélioration de la rémunération salariale des apprentis ;

♦  l’accès facilité au logement et à la couverture maladie universelle ;

♦  l’augmentation du nombre de places dans certaines filières de formation ;

♦  la taxation plus lourde des CDD…

Autant de mesures qui sont portées par l’ensemble des 23 organisations de jeunesse dans leur plate-forme

unitaire lancée contre la loi « travail » début mars, plate-forme de revendications concernant l’ensemble

des jeunes confrontés à la précarité.

Alors que la jeunesse était affichée comme la priorité du quinquennat de François Hollande, il aura fallu

une mobilisation massive des jeunes pour que ce gouvernement les écoute et agisse.

Si ces annonces sont à considérer comme un pas en avant pour les jeunes, le Premier ministre

n’a rien cédé sur la logique du projet de loi « travail » qui fragilise et précarise l’ensemble

des salarié-es dont les jeunes.

La mobilisation des jeunes peut mener, avec l’ensemble de la population, au retrait de la loi travail.

Publié dans ECONOMIE, France, PCF, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Prud’hommes : « mise au pas » de la justice sociale par Macron et Rebsamen, les valets du Medef

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 novembre 2014

 

Prud’hommes :

l’OPA de Macron et Rebsamen sur la justice sociale

 

conseil-de-prud-hommes

  Bien qu’il soit question de justice, c’est bien

  le ministère du Travail qui, conjointement

  avec celui de l’Économie, annonce une reforme

  du fonctionnement de la justice prud’homale,

  disqualifiant les représentants des salariés

 à l’unique bénéfice de ceux qui bafouent le droit

du travail.

 

La suppression des élections prudhomales par ordonnance et le projet de loi

« Macron » visant, entre autres, à reformer le fonctionnement des prud’hommes

en réduisant à peau de chagrin le rôle des représentants des salariés,

constituent  une double attaque contre le droit du travail, directement inspirée

par des préconisations patronales.

 

1 Suppression des élections

 

« Quand on veut tuer son chien, on l’accuse d’avoir la rage », s’exclame Jean-Pierre Gabriel, responsable du pôle droits, libertés et actions juridiques de la CGT, déplorant le récent vote par le  Sénat du projet de loi Rebsamen portant sur la désignation des conseillers prud’hommes et le report des mandats jusqu’à fin 2017.

Ce projet premier de loi, présenté en procédure accélérée, et que les députés sont invités à voter (ou pas !) le 20 novembre, prévoit notamment que le gouvernement puisse supprimer par ordonnance l’élection au suffrage universel des conseillers prud’hommes au profit d’une simple « désignation ».

Une véritable « usine à gaz », complètement inapplicable, dénonce Jean-Pierre Gabriel qui explique qu’il sera « impossible de désigner concomitamment des représentant des salariés et des employeurs en se basant sur une représentativité qui n’est pas la même, ni en terme de calendrier, ni en terme de géographie des circonscriptions ! Du même coup, les chômeurs ne seraient plus comptabilisés donc plus représentés ! »

Pour  Gérard Filoche, ancien inspecteur du travail, il s’agit bel et bien d’un « déni de démocratie »

 

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitéyoutube

Image de prévisualisation YouTube

*

2  Le projet de loi Macron : désarmer les prudhommes pour « sécuriser » les patrons !

 

Le 15 décembre le conseil des ministres devrait valider le projet de loi Macron dont la partie concernant les prud’hommes est inspiré d’un rapport « à charge »  rendu en juillet par Alain Lacabarats, président de chambre à la Cour de cassation. (L’avenir des juridictions du travail : Vers un tribunal prud’homal du XXIème siècle, document à télécharger)

Christiane Taubira, la garde des sceaux, et François Rebsamen, le ministre du travail, ont évoqué cette « réorganisation des Prud’hommes »présenté le 6 novembre lors d’un déplacement à  Orléans. Le même jour, Le président du Medef avait appelé à « sécuriser juridiquement le CDI », jugeant que la crainte des patrons de « se trouver devant les prud’hommes s’ils rompent le contrat » était « un des principaux freins à l’embauche ».

Car derrière l’ambition affichée d’une « meilleure formation » des représentants des salariés aux conseils des prud’hommes, se cache une  « mise au pas » de la justice du travail marqué par « l’obsession du rendement et de l’évacuation des dossiers au prix d’une justice au rabais, rendue par un juge qui abdique le cœur même de sa mission » dénonce Patrick Henriot, du syndicat de la magistrature.

Si cette loi, dont l’Humanité s’est procuré un pré-projet (projet_de_loi.doc) était mise en application, alors c’est tout un pan de la justice sociale qui serait aboli, (…)

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

 

Publié dans droit du travail, ECONOMIE, France, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaires »

« Les salariés ne peuvent pas se contenter d’être déçus, il faut réagir » (Bernard Thibault)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 novembre 2014

 

Bernard Thibault :

« Les salariés ne peuvent pas se contenter d’être déçus, il faut réagir »

 

Entretien réalisé par Clotilde Mathieu

B.Thibault

 

  Élu au conseil d’administration de l’Organisation

  internationale du travail, l’ancien secrétaire général

  de la CGT Bernard Thibault revient sur l’offensive

  patronale contre le Code international du travail.

 

 

Cette semaine, Pierre Gattaz a lancé une nouvelle offensive, en demandant à la France

d’abroger la convention 158 de l’Organisation internationale du travail (OIT)

qui oblige un employeur à motiver le licenciement. Vous êtes actuellement élu comme

représentant des travailleurs français au conseil d’administ ration de l’OIT.

Comment réagissez-vous ?

BERNARD THIBAULT Dans de nombreux pays, les entreprises peuvent licencier sur un claquement

de doigts. Cette convention, ratifiée par la France en 1989, protège les salariés. Si le CPE (contrat

première embauche – NDLR) est mort dans la rue, après quatre mois et demi de mobilisations,

et c’est grâce à cette convention que nous avons pu obtenir le retrait du CNE (contrat nouvelles

embauches – NDLR) fin 2007, consécutivement à un avis de la commission des experts de l’OIT.

La France est un des pays qui a ratifié le plus de conventions de l’OIT, nous pouvons en être fiers.

Il n’est donc pas surprenant que l’offensive patronale soit forte en France dans la mesure

où notre pays est en avance sur d’autres en ce domaine.

Après le travail du dimanche, les seuils sociaux, cette nouvelle sortie témoigne d’un Medef

avec, à sa tête, un Pierre Gattaz totalement décomplexé…

BERNARD THIBAULT Je suis convaincu que Pierre Gattaz et le Medef sont bien décidés à tirer

à son maximum les bénéfices d’un gouvernement qui est à son écoute permanente. 

Lorsqu’un gouvernement qui s’affiche à gauche permet des réformes jusqu’alors impossibles

avec un gouvernement de droite, autant, pour le Medef, pousser l’avantage jusqu’au bout.

C’est ce qui est en train de se produire : sur le travail du dimanche, sur le temps de travail,

sur les perspectives d’un contrat de travail unique, etc.

Vous avez appelé en 2012 à voter pour François Hollande, n’êtes-vous pas déçu d’avoir pris

cette décision ?

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, l'Humanité, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Fonction publique : journée nationale d’action le 15 mai

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 avril 2014

 

Fonction publique : journée nationale d’action le 15 mai

fonction publique

Les organisations syndicales CFDT – CGT – CFTC – FSU – SOLIDAIRES – UNSA- FA-FP, dénoncent une nouvelle fois, l’absence de négociations salariales dans la Fonction publique et la dégradation de la qualité de l’emploi public.

La politique d’austérité salariale menée par le gouvernement à l’égard des agents publics aboutit à une baisse incessante de leur pouvoir d’achat. Pourtant son amélioration est un objectif affiché du nouveau gouvernement.

Le contentieux salarial s’accumule et la poursuite du gel du point d’indice est inacceptable !

Les agents de la fonction publique jouent un rôle déterminant dans notre société. La qualité des services rendus aux usagers est leur préoccupation majeure.

La reconnaissance de leur travail ne peut donc plus attendre.

Le gouvernement doit ouvrir sans délai de réelles négociations sur les rémunérations et garantir des emplois publics de qualité correspondant aux besoins.

Les organisations syndicales exigent une revalorisation immédiate du point d’indice, la refonte de la grille indiciaire permettant la revalorisation de tous les métiers et des mesures de rattrapage.

Elles appellent les agents des trois versants de la Fonction publique à une journée nationale d’action et de mobilisation le 15 mai prochain, journée qui pourra prendre des formes diversifiées (rassemblements, manifestations, grèves, arrêts de travail…).

Paris, le 08 avril 2014

 

Publié dans CFDT, CFTC, CGT, Fonction publique, FSU, Luttes, SOCIAL, Solidaires, UNSA | Pas de Commentaires »

La CGT lance dans une grande campagne intitulée « Répartir autrement, c’est capital ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 novembre 2013

 

TRAVAIL

Offensive CGT contre le coût du capital

 

Capturecgtcoûtravail

Lundi, l’organisation syndicale a lancé une grande campagne nationale

sur le coût du capital, dictée par la nécessité d’une revalorisation

du travail pour sortir de la crise. 

Combattre le discours sur le coût du travail dont les médias dominants se font

courroie de transmission, c’est l’objectif de la CGT qui a lancé, hier, une grande

campagne nationale sur le coût du capital.

 

 

« Depuis un an, nous en sommes à 1 000 plans sociaux, sans compter les annonces de restructurations,

de dépôts de bilan ou de mises en redressement judiciaire. Et certains experts chiffrent à au moins 150 000

le nombre d’emplois menacés dans les mois qui viennent », a déclaré en préambule Thierry Lepaon, devant la presse.

« Le problème des entreprises, ce n’est pas le coût du travail, mais la sous-valorisation du travail,

de sa reconnaissance et de sa rémunération », a poursuivi le secrétaire général de la CGT. Campagne d’affichage,

diffusion de documents explicatifs, réunions en région, la CGT a mis les moyens au service de la cause :

remettre au centre de la démocratie sociale l’enjeu du coût du capital et son impact sur le travail, pour « être aux côtés

des salariés de façon concrète », insiste Thierry Lepaon.

Au cœur de l’offensive revendicative de la CGT, plusieurs points primordiaux seront illustrés, chacun par une affiche

placardée dans les lieux publics et les entreprises : les salaires, le travail, l’emploi, les services publics et la protection

sociale. À chaque fois un slogan, « Mon travail, ça c’est capital », « Pour la solidarité, la protection sociale, c’est capital »,

« Investir dans l’emploi, c’est capital », ou encore, « Mon salaire pour vivre, c’est capital ».

L’ambition est de marquer les esprits, de rendre visible la bataille pour la revalorisation du travail

quand 79 % des Français déclarent avoir du mal à boucler leurs fins de mois et 70 % estiment que les conditions

pour bien faire leur travail ne sont pas réunies.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Documents à télécharger :

Le site de la CGT

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Pour une rentrée combative

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 août 2013

 

Fête de l’Humanité 2013

Les communistes préparent une rentrée combative

 

Pour une rentrée combative dans France fete31_0

Fête de l’Humanité 2013.

Les militants du PCF s’activent au cœur 
de l’été

pour préparer les rendez-vous à venir,

mobilisation pour 
les retraites

et Fête 
de l’Humanité en tête.

 

fete-2013 dans l'Humanité

Alors que l’été bat son plein, les militants communistes s’affairent

pour préparer la rentrée. L’enjeu est de taille, assurent-ils. En tête,

la réforme des retraites que le gouvernement examinera le 18 septembre

en Conseil des ministres.

« Cette bataille sera la grande question des prochaines semaines »,

a lancé Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, à l’occasion du traditionnel

rendez-vous du PCF autour de la vignette-bon de soutien à l’Humanité

qui a eu lieu la semaine dernière, sur les bords du canal Saint-Martin,

à Paris.

Et pour cause ! « C’est la première fois depuis que je suis née

que je ne pars qu’une semaine en vacances », témoigne Annick,

militante communiste des Hauts-de-Seine. Et ce, du fait du niveau

trop faible de sa pension de retraite.

Alors les pistes avancées par le gouvernement sur l’allongement de la durée de cotisation ou l’augmentation

de la CSG ne sont pas de nature à la rassurer. Ce sont « les mêmes recettes que le gouvernement précédent »,

déplore Éric Corbeaux, responsable des questions sociales du PCF. Une politique pour l’emploi et les salaires

redonnerait, elle, du « souffle » au système : « Air France ou PSA annoncent de nouvelles suppressions

d’emplois et, dans le même temps, on va demander aux gens de travailler plus longtemps… »

Pour autant, le PCF continue d’afficher un objectif : œuvrer au « rassemblement le plus large possible

à gauche ». En la matière les Jeunes communistes ne sont pas en reste et animent, avec d’autres organisations

de jeunesse, le collectif La retraite, une affaire de jeunes. « Quand la droite était au pouvoir, nous avons résisté

ensemble, explique Nicolas Bescond, membre de la direction du MJCF. Aujourd’hui, nous voulons non seulement

ne pas voir nos droits régresser, mais en obtenir de nouveaux. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans France, l'Humanité, PCF, POLITIQUE, RETRAITES | Pas de Commentaires »

Entretien avec Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 avril 2013

 

Dans l’Humanité Dimanche cette semaine :

entretien avec Thierry Lepaon

 

Entretien avec Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT dans CGT hd2504

 

 

Plus de 100 manifestations son prévues dans toute

la France pour fêter ce premier 1er Mai du quinquennat

de François Hollande alors que les promesses

du changement ont tourné court.

Chômage et précarité explosent et à l’Assemblée,

les parlementaires viennent d’entériner un projet de loi

estampillé MEDEF qui démantèle le code du travail.

Dans ce contexte, Thierry Lepaon, le secrétaire général

de la CGT dessine l’État sociale de la France et avance

des propositions pour sortir de la crise. Extraits.

 

 

 


HD. Dans un contexte difficile pour les salariés, on n’a jamais eu autant besoin d’un 1er Mai dynamique.

Peut-on l’espérer ?

Thierry Lepaon. Au Congrès confédéral de la CGT, j’ai lancé aux autres organisations syndicales un appel

à l’unité le 1er Mai, sans pour autant passer sous silence nos désaccords. En France, afficher une division

syndicale au moment où le MEDEF a les dents longues et l’oreille du gouvernement, c’est lui faire un cadeau

extraordinaire. Lors de ce congrès, j’ai écouté les camarades des délégations internationales. La situation

des salariés dans le monde appelle le syndicalisme à intervenir à l’échelle mondiale et à la solidarité

entre les salariés. Certains nous ont expliqué qu’ils avaient été emprisonnés, privés de droits et de travail.

Le 1er Mai, c’est l’occasion d’affirmer notre solidarité avec ces syndicalistes qui, partout, dans le monde

se battent pour leurs droits. Les syndicats français, ensemble, leur devaient au moins cela.

Plus que jamais il y a aussi un besoin de réaffirmer une solidarité des travailleurs en Europe. La CFDT, par exemple,

renvoie la responsabilité de la division sur la CGT, estimant avoir été insultée par des militants au cours du congrès…

Un congrès confédéral, c’est un lieu d’expression des syndicats de la CGT. Les camarades expriment avec leurs mots

ce qu’ils ressentent. Et ils ont vécu comme une agression le fait de voir la CFDT signer si rapidement un accord

aussi nocif. S’ils ne l’expriment pas lors du congrès, où le feront-ils ? Cela n’empêche pas que la démarche

du « syndicalisme rassemblé » ait été confirmée par plus de 85 % des syndicats réunis en congrès. Et puis, je veux

bien recevoir des leçons mais pas de tout le monde et pas n’importe quand. Que chacun balaye devant sa porte.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Propos recueillis par Cyprien Boganda, Pierre-Henri Lab et Dominique Sicot

Publié dans CGT, Chomage, Humanite Dimanche, Luttes, Presse - Medias, SOCIAL | Pas de Commentaires »

7 et 8 juin Alter Sommet à Athènes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 mars 2013

reçu par courriel7 et 8 juin Alter Sommet à Athènes  dans Democratie altersommet1

Alter Sommet :

Construisons ensemble une campagne de terrain

pour une autre Europe !

 

altersommet dans ECONOMIE

par

  • 7 et 8 juin : ensemble vers un Alter Sommet à Athènes !

Le collectif pour un audit citoyen se mobilise dans une campagne pour un autre sommet,

un «alter sommet» qui se tiendra à Athènes les 7 et 8 juin 2013. Ce rassemblement est organisé

par de nombreuses organisations syndicales, associatives, réseaux en lien avec le mouvement

social grec (consulter ici la liste des membres).

L’objectif : affirmer haut et fort qu’une rupture avec les politiques actuellement menées en Europe

est nécessaire, que les alternatives existent et que les mouvements sociaux européens se battront

pour les imposer !

Au programme, un tour d’Europe des luttes à l’occasion d’un grand évènement public introductif à

Athènes le 7 juin, qui permettra de présenter les alternatives portées par les mouvements sociaux

européens à travers un manifeste des peuples (dont voici une version de travail) qui sera présenté

à Athènes.

altersommet2 dans EUROPE

Cet évènement sera suivi le 8 juin d’échanges

à l’occasion d’assemblées sur les moyens de mettre

en œuvre des actions communes sur les questions

de l’austérité, des biens communs, de l’extractivisme,

ou encore de la lutte contre l’extrême-droite.

Ces échanges seront suivis d’une grande manifestation

européenne à Athènes (plus d’information ici).

[Lire la suite]

 

Publié dans Democratie, ECONOMIE, EUROPE, Grece, Luttes, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Conditions de travail désastreuses, salaires de misère… : le lot quotidien des ouvriers des sous-traitants de Mattel

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 décembre 2012

 

INDUSTRIE DU JOUET

La poupée Barbie aurait-elle des penchants esclavagistes ?

 

Conditions de travail désastreuses, salaires de misère... : le lot quotidien des ouvriers des sous-traitants de Mattel dans CGT barbie

Par Ivan du Roy, Nolwenn Weiler

Salaires de misère, heures supplémentaires

excessives, exposition à de multiples produits

toxiques… Les conditions de travail

dans les usines chinoises fabriquant des jouets

pour le groupe Mattel – Barbie ou Fisher Price –

sont jugées indignes par des organisations

chinoises et européennes, qui ont enquêté sur place.

Ce qui n’empêche pas le leader mondial du secteur

de prétendre que ses produits sont conçus dans des conditions socialement responsables.

Visite virtuelle dans une usine chinoise.

Oh, la belle chambre de princesse pour la nouvelle poupée Barbie ! Ah, la jolie caserne de pompiers

de Fisher Price ! Alors que Noël approche, si vous souhaitez rester en contemplation devant les cascades

de jouets, ne pas gâcher votre plaisir et celui de vos enfants au pied du sapin, ni perdre vos illusions

consuméristes, Basta ! vous conseille d’arrêter ici la lecture de cette article.

Car la « compétitivité » de l’industrie du jouet à un prix. Un prix cher payé par le consommateur occidental,

vu les tarifs affichés, mais aussi par les ouvrières qui ont fabriqué et assemblé les composants de ces charmants

bibelots en plastique. En tout cas pour les ouvrières chinoises qui travaillent pour Mattel, leader mondial

de la conception, fabrication et vente de jouets. Le groupe états-unien commercialise notamment les marques

Barbie et Fisher price, et possède les licences pour les figurines de Superman et des Simpson.

En 2011, l’entreprise a réalisé 4,8 milliards d’euros de revenus et 590 millions d’euros de bénéfices. Une large

part des produits de Mattel sont fabriqués en Chine, où le groupe possède quatre de ses neuf usines, et où sont

basés la majorité de ses autres fournisseurs.

Santé et sécurité ? Connaît pas

Vous avez rêvé un jour de fabriquer une poupée Barbie ? Pas de problème ! Direction Foshan ou Shenzhen,

dans la région de Hong-Kong. Mattel n’est-elle pas, selon le magazine américain Fortune, l’une des

« 100 meilleures entreprises dans lesquelles travailler » ? Après avoir signé un contrat de travail quasi-vierge,

où parfois le salaire n’est même pas spécifié ni la date d’entrée dans l’entreprise, vous aurez droit à un briefing

d’environ quatre heures, histoire de vous mettre au courant des règles disciplinaires et de confidentialité

en vigueur dans l’usine. Côté santé et sécurité, bien que vous soyez amené à manipuler des produits chimiques,

une petite heure de formation suffira.

 

barbie1 China Labor Watch dans Chine

La loi chinoise prévoit bien trois jours de formation à la santé

et sécurité, mais cela nuit à la compétitivité. De toute façon,

il n’y a pas de gants pour manipuler les peintures et autres

cires chimiques, ni de masques pour les aérosols.

A l’usine Mattel de Foshan [1], au Nord de Macao, où se fabriquent

des Fisher Price, « les travailleuses chargées de nettoyer les jouets

avec des diluants chimiques toxiques ne sont pas autorisées

à porter des gants de protection ».

 

Et c’est parti ! Vous voilà sur une chaîne de production d’éléments pour les jouets. Vous travaillez avec une douzaine

de collègues. Objectif : fabriquer entre 109 et 136 pièces par heure. Vous avez intérêt à être endurant : légalement,

la journée est de 8h, mais les heures supplémentaires sont quasi systématiquement la règle, surtout lors des pics

de production. Ce sera donc plutôt 11h par jour, 26 jours par mois.

Ici, on travaille plus pour gagner plus : le week-end, l’heure supplémentaire est censée être payée 2,14 € (selon la loi).

Mais attention, le comptable de l’usine se trompe souvent. Dans l’usine d’un de nos fournisseurs, à Shenzhen

(près de Hong-Kong) [2], c’est plutôt 1,25 € l’heure. Si vous avez une réclamation, déposez-là auprès du comité

de représentation des travailleurs, s’il en existe un.

14 jours de travail, 1 jour de repos

[Lire la suite sur Basta !]

Lire également :

Signez l’appel lancé par Peuples solidaires, la CGT et CLW

Publié dans CGT, Chine, CONSO, ECONOMIE, Exploitation, SOCIAL, Souffrance au travail | Pas de Commentaires »

123
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy