• Accueil
  • > Recherche : affiche front gauche europeenne

Résultats de votre recherche

L’alternative à l’austérité marche le 15 novembre

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 novembre 2014

 

L’alternative à l’austérité marche le 15 novembre

 

affiche_15_nov_2

  Dans l’Humanité Dimanche.

  « Le temps est venu de passer à l’action »,

  dit Pierre Laurent, secrétaire national du PCF,

  à tous ceux qui refusent l’austérité.

  La marche du 15 novembre, réunissant politiques,

  syndicalistes, associations et citoyens,

  sera une première réponse.

 

Extrait

Avant cette échéance (les prochaines élections départementales, ndlr), les organisations

du Front de gauche, aux liens quelque peu distendus ces derniers mois, ont convenu

d’organiser dans tout le pays « des assises citoyennes de la transformation sociale »

pour faire émerger une alternative.

 « DES ASSISES CITOYENNES DE LA TRANSFORMATION SOCIALE » SERONT

 AUSSI ORGANISÉES POUR CONTRER LA POLITIQUE DE DROITE.

Pour l’heure, difficile de mesurer les convergences possibles avec les autres sensibilités de la gauche.

Le PS, certain de subir une large défaite aux prochaines élections, pèse de tout son poids pour empêcher

les alliances sans lui, afin d’éviter le scénario catastrophe de se retrouver minoritaire à gauche.

Si nombre de contestataires au PS inscrivent leur action dans le cadre du futur congrès du parti

où ils espèrent changer la majorité, les liens continuent de se nouer avec les communistes. Les écologistes,

qui jouent un rôle clé dans l’éventuelle recomposition à gauche, sont pour l’heure sur la réserve,

tiraillés entre une aile droite favorable au gouvernement et une aile gauche qui verrait d’un bon œil

un rapprochement avec le FG.

Mais outre les convergences entre forces politiques, c’est sur le terrain citoyen que le FG veut faire bouger

les choses. La manifestation du 15 novembre « contre l’austérité et pour une alternative sociale, écologique

et politique » sera un signe de l’état des forces mobilisées dans un contexte de mouvement social atone.

À l’appel de 250 personnalités politiques, syndicales ou associatives, une trentaine de manifestations sont

annoncées sur le territoire. Parmi les participants, le Front de gauche, le NPA, Nouvelle Donne…

mais également plusieurs dirigeants écologistes, dont un député (Sergio Coronado) et une députée

européenne (Karima Delli). Les Socialistes affligés de Liêm Hoang-Ngnoc seront également de la partie,

mais seront les seuls représentants socialistes organisés. Côté syndical, des unions départementales et

des fédérations CGT, mais également des syndicalistes SUD ou FSU ont répondu à l’appel. En Loire-Atlantique,

l’intersyndicale CGT-Solidaires-FSU a décidé de se joindre à l’appel, « c’est historique », selon le responsable

départemental du PCF. Au moins une hirondelle en attendant le printemps du peuple.

[Article complet sur humanite.fr]

 

Pour une alternative à l’austérité Hollande-Medef !

Appel de Pierre Laurent à la manifestation du 15 novembre

et à une contre semaine d’actions du 1er au 8 décembre

http://www.dailymotion.com/video/x2a35vc

par Conseil National du PCFsur dailymotion

Publié dans Austerite, France, Front de Gauche, Luttes, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Municipales : le visage anti-social et anti-écolo du Front National

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 mars 2014

 

Municipales : le visage anti-social et anti-écolo du Front National

 

 

Affiche-tentation-FN  par Sophie Chapelle 20 mars 2014

  Avec près de 600 listes validées dans 87 départements, le FN espère

  jouer un rôle d’arbitre dans de nombreuses villes. Et surfe sur le

  « virage social » du parti. Basta ! s’est donc penché sur les récents

  votes des élus frontistes dans les conseils régionaux

  du Nord-Pas-de-Calais, de Rhône-Alpes et de Provence-Alpes-Côte

  d’Azur. Accords commerciaux, gaz de schiste, agriculture, transports…

  Autant de sujets sur lesquels les positions des élus FN contredisent

  les promesses de Marine Le Pen. Y compris lorsqu’il s’agit de soutenir

des ouvriers en lutte contre la fermeture de leurs entreprises.

 

Passer d’un vote « contestataire » à un vote « populaire » est l’un des objectifs affichés du Front National

pour les élections municipales. Mais dans les conseils régionaux – où le FN totalise 118 élus dans 12 régions [1] –

il apparaît toujours comme un parti protestataire. Et incohérent. C’est ainsi que le 25 février, Marine Le Pen affirme

déclarer « la guerre » au futur accord commercial entre l’Union européenne et les États-Unis (voir notre analyse).

Or, quatre jours plus tôt, le groupe FN au conseil régional de Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Paca) a agi en totale

contradiction avec cette déclaration. Les élus frontistes ont en effet voté contre une motion demandant

« l’arrêt des négociations sur le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement ».

[...]

Climatosceptiques convaincus

 

Les questions environnementales, ce n’est vraiment pas la tasse de thé des élus du FN. Ces derniers, assemblée

après assemblée, multiplient les déclarations climatosceptiques. « Nous nous opposons aux frais de communication

qui consistent à annoncer la catastrophe climatique avec toujours de plus en plus de véhémence, alors qu’aucune

étude n’est en mesure de démontrer l’incidence à long terme des émissions de gaz à effet de serre sur l’évolution

du climat », déclare notamment Joël Cheval, élu FN en Rhône-Alpes, en décembre 2011.

« Dire au public qu’il va falloir changer nos habitudes est compliqué, explique leur opposant Pierre Mériaux, conseiller

régional EELV. Électoralement, il est certes bien plus payant de nier la réalité… et de nous mener droit dans le mur ! »

La vision climatosceptique du FN se traduit par son abstention ou son opposition quasi-systématique

sur les délibérations concernant ces questions environnementales. En février 2012, le groupe FN

en Nord-Pas-de-Calais a ainsi voté contre une évaluation de la lutte contre le changement climatique.

Dans un entretien, Eric Dillies, conseiller régional Nord Pas de Calais, décrit la journée type d’un citoyen qui vivrait

sous la présidence de Marine Le Pen. Les propositions contradictoires s’y entremêlent. D’un côté, une agriculture

100 % bio et locale, et des paysages préservés. De l’autre, la construction de nouvelles routes pour réduire

les embouteillages, la construction de dix grandes villes à 150 kilomètres de Paris et la destruction des « cités »

remplacées par des pavillons de deux étages. Difficile avec un tel programme de lutter contre la bétonisation

des terres agricoles… En février 2011, le groupe FN en Nord-Pas-de-Calais s’est d’ailleurs opposé

au Plan Forêt en expliquant que les résultats seraient « de toute manière lamentables, puisqu’une fois

plantées les nouvelles forêts, on ne tardera certainement pas à les raser pour construire de nouvelles

zones pavillonnaires ». Avec une telle conception de l’aménagement du territoire, la France risque d’être

recouverte de bitume d’ici 2050 !

[...]

Le « virage social » du Front national ?

 

Dans sa stratégie de conquête du pouvoir et de « dédiabolisation », Marine le Pen se fait la chantre des victimes

de la crise. Mais dans l’hémicycle de la région Paca, c’est la contradiction totale. Lors de la plénière

du 25 octobre 2013, les élus Front de Gauche ont proposé trois motions, pour soutenir des salariés

de la région Paca menacés de licenciement. Il s’agit des 200 employés du journal Nice-Matin, des Fralib,

qui luttent depuis trois ans pour la reprise de leur usine de thés et tisanes Éléphant en coopérative,

et des Moulins Maurel. Les élus FN se sont abstenus lors de ces trois votes. En juin 2013, ils se sont

aussi opposés à un vœu pour le maintien de l’emploi et des activités industrielles en région Paca,

dans lequel étaient notamment mentionnés la suppression de 600 emplois dans la compagnie maritime

SNCM.

Déjà, en 2010, les 24 élus frontistes du conseil régional de Paca, dont Jean-Marie Le Pen, ont refusé

de voter une motion de « solidarité avec les salariés de Fralib » proposée par la gauche (lire notre article).

[Article complet sur Basta !]

Illustration ajoutée par nous

Publié dans Basta!, Elections municipales, F-Haine, France, POLITIQUE | 1 Commentaire »

PCF : Campagne nationale d’actions pour la justice sociale, contre l’austérité et les licenciements

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 novembre 2013

 

Une semaine d’actions pour la justice fiscale, contre l’austérité

et les licenciements

 

PCF : Campagne nationale d'actions pour la justice sociale, contre l'austérité et les licenciements  dans Austerite affiche-300x200

Par Pierre Laurent, le 12 novembre 2013

L’état social et politique du pays est de plus en plus préoccupant.

D’un côté, les souffrances populaires grandissent. De l’autre,

le capital continue de licencier et de tout faire pour se soustraire

à l’impôt. La politique gouvernementale, qui a renoncé à combattre

la finance, s’enfonce dans l’injustice. Elle est rejetée, la colère

et les cris d’alarme montent de partout.

Et François Hollande n’entend rien, il refuse la moindre inflexion d’un cap qui mène pourtant à l’évidence à l’échec. La droite, le Medef et l’extrême-droite cherchent à en tirer profit en jetant la confusion sur les causes de la crise et sur les solutions nécessaires, en nourrissant un climat de violences. Il n y a rien à attendre de ce côté là dans l’intérêt du peuple. Dans ces conditions, la mobilisation populaire pour imposer de nouveaux choix politiques de justice est indispensable. Des choix qui stoppent les licenciements, répondent aux urgences du pays  par la justice sociale et fassent enfin payer le capital, c’est la seule voie sérieuse de sortie de la crise. La seule voie possible à gauche, car le problème du pays n’est pas le coût du travail mais le coût du capital.

J’appelle, au nom du Parti communiste français, suite aux réunions de notre Comité exécutif national et des secrétaires départementaux, à engager, dans tout le pays et dans la durée, une campagne nationale d’actions politiques pour la justice fiscale et l’arrêt des licenciements; pour la fin de l’austérité et le refus des injonctions européennes; pour la relance sociale, industrielle et écologique. Nous sommes disponibles pour les initiatives d’actions les plus large possibles, associant toutes les forces de gauche, du Front de gauche et au delà, citoyennes, syndicales et associatives  disponibles pour en déterminer ensemble les objectifs. Nous soutiendrons les mobilisations syndicales engagées dans le respect du rôle de chacun, notamment la journée d’ action intersyndicale organisée le 26 novembre pour les retraites, les salaires et l’emploi.

[Lire la suite sur pcf.fr]

Pierre Laurent invité de France inter -

« J’appelle le peuple de gauche à se mobiliser et à marcher le 1er décembre pour la justice fiscale »

http://www.dailymotion.com/video/x173759

sur dailymotion

Par

Publié dans Austerite, France, France Inter, licenciements, Luttes, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

« Le modèle allemand s’est construit grâce à la déconstruction systématique d’acquis sociaux de plusieurs générations »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2013

 

Ce mardi dans l’Humanité :

l’impasse au bout du modèle allemand

 

L’Allemagne, qui vient d’afficher une croissance

négative au quatrième trimestre 2012, est à un

tournant.

Elle commence à subir de plein fouet les effets

récessifs des réformes antisociales

des gouvernements Schröder puis Merkel.

Pour Francis Wurtz, député européen honoraire

du Front de gauche, dans un entretien croisé

avec Gregor Gysi, président du groupe

de la gauche au Bundestag :

« Le modèle allemand s’est construit grâce

à la déconstruction systématique d’acquis

sociaux de plusieurs générations ».

Extrait de l’entretien croisé :

En France, le modèle allemand est donné 
en permanence en exemple, cependant 
qu’en Allemagne

dirigeants de la CDU 
et du SPD s’érigent en juges de l’orthodoxie 
de la rigueur budgétaire.

L’Allemagne est-elle un modèle à suivre ?

Francis Wurtz. Cette notion de modèle allemand s’est construite dans une optique de classe. La référence,

c’est la politique initiée par le gouvernement Schröder (SPD) il y a une dizaine d’années et continuée

par Merkel. C’est-à-dire la déconstruction systématique d’acquis sociaux de plusieurs générations.

Ainsi, aujourd’hui 
en Allemagne il y a 7,5 millions de salariés qui doivent se contenter des « mini-jobs »,

d’un minimum de 15 heures de travail 
par semaine, payés 270 euros par mois¹. 
Des salariés pauvres

qui deviennent 
des retraités pauvres. Les conséquences pour les partenaires de l’Allemagne sont lourdes.

Le tout-export, fondé sur ces sacrifices demandés aux travailleurs allemands, se paye ensuite

par le chômage et les difficultés économiques dans les pays partenaires. 
Nous récusons le modèle allemand.


C’est tout le contraire qu’il faut faire.

Gregor Gysi. L’exemple allemand est mauvais pour l’Europe. De manière unilatérale, il place au centre

des préoccupations 
la compétitivité des États membres 
de l’Union européenne, qui ne peut être obtenue

que par la baisse des salaires 
et des pensions de retraite, une libéralisation du marché du travail

et la démolition 
des standards sociaux. Les Allemands 
sont les premiers à profiter d’une compétition ainsi

conçue. Le poids 
de leur balance commerciale augmente 
et c’est l’une des causes de la crise financière

de l’euro. Une telle politique ne favorise 
pas l’intégration mais une poursuite 
de la désintégration

au détriment 
des pays qui ne sont pas en capacité d’affronter une concurrence ruineuse.

[Lire la suite]

¹ Alors que les pays les plus riches d’Europe ont une proportion de bas salaires autour de 6 ou 7%,

le chiffre monte à 22% pour l’Allemagne. (Source)

 

Publié dans Allemagne, Austerite, Competitivite, ECONOMIE, F. Hollande, France, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaires »

Le Front de Gauche exige un référendum sur le Pacte budgétaire européen

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 juillet 2012

 

Le Front de Gauche exige un référendum

sur le Pacte Budgétaire européen

 

Le Front de Gauche exige un référendum sur le Pacte budgétaire européen dans France austerite_3-300x150Alors que François Hollande a mis à l’ordre du jour

la ratification par la France du Pacte Budgétaire européen,

le Front de Gauche s’élève ce mercredi contre la volonté

du président de la République de faire passer un texte

aux conséquences économiques négatives.

Ses dirigeants demandent l’organisation d’un grand débat

public débouchant sur un référendum, afin d’informer le peuple et de lui laisser le dernier mot.

Pour le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent, ainsi que pour Martine Billard (Parti de Gauche)

et Christian Picquet (Gauche Unitaire), le débat public, l’information du peuple et sa décision finale sur un sujet qui touche

à la souveraineté nationale sont indispensables. Les dirigeants du Front de Gauche souhaitent que cela permette d’éviter

la ratification en l’état d’un traité qui aurait des conséquences néfastes sur l’économie française, tuant notamment

l’investissement public en imposant une austérité drastique.

Pour Pierre Laurent, le Pacte Budgétaire est en effet porteur de mesures très dures, qui risquent de plonger la France

dans l’austérité à l’instar d’autres pays l’ayant ratifié, comme la Grèce qui multiplie actuellement les privatisations pour entrer

dans les clous européens, ou l’Espagne qui poursuit ses coupes dans les dépenses publiques en échange de l’aide

européenne à son secteur bancaire.

« Une austérité généralisée »

Christian Picquet, de Gauche Unitaire, explique que le gouvernement français serait lié par des contraintes budgétaires

encore plus strictes, et ne se donnerait donc aucun moyen de mettre en œuvre les changements politiques pour lesquels

il a été élu : « Signer le Pacte de Stabilité donnerait une trajectoire à la politique gouvernementale pour le quinquennat,

qui serait totalement contraire à ce pourquoi les Français ont voté au printemps. Cela orienterait vers une austérité généralisée

avec une baisse des dépenses publiques, une diminution du coût du travail pour alléger les cotisations patronales,

au moment où les grands groupes affichent des dividendes insolents. Cette trajectoire là, rien ne la justifie ».

Pas de ratification sans référendum

« Il est donc fondamental d’alerter les citoyens sur la situation et les conséquences concrètes de la ratification d’un tel traité »,

estime Martine Billard, du Parti de Gauche. « Il y a urgence, et on va mener cette bataille dès maintenant », poursuit-elle.

Le Front de Gauche lance donc la mobilisation en faveur de l’organisation d’un référendum, estimant qu’il ne peut pas y avoir

de ratification parlementaire sans que les dispositions du traité aient été portées à connaissance des citoyens. Cette thématique

sera placée au cœur des Estivales du parti les 25 et 26 août prochain, et le Front de Gauche promet une mobilisation en masse

à la rentrée si le gouvernement refuse le référendum.

Dans tous les cas, Pierre Laurent a annoncé que ses députés voteraient contre la ratification du traité au Parlement.

Christian Picquet espère que les députés socialistes et écologistes suivront :

« C’est un cri d’alarme en direction de l’ensemble de la gauche : on doit redresser quelque chose qui peut être une trajectoire

mortifère plongeant des pays dans une catastrophe sociale ».

En conclusion, il lance sur un air de défi à François Hollande : « Allez-vous faire passer ça alors que le peuple ne vous en a pas

donné mandat, comme Nicolas Sarkozy avait fait passer le traité de Lisbonne « en fraude » après l’échec du référendum de 2005 ?

Ce serait un suicide politique ».

humanitefr Christian Piquet dans Front de Gauche le 12 Juillet 2012

 

Publié dans France, Front de Gauche, Gauche unitaire, Parti de gauche, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Pierre Laurent : « La confiance se fonde sur les actes »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 juillet 2012

 

Discours de politique générale :

« La confiance se fonde sur les actes »

 

 Pierre Laurent : « La confiance se fonde sur les actes » dans France PCF-Affiches-vie-chereNous avons entendu le Premier ministre nous présenter avec beaucoup

de conviction les 60 engagements du président Hollande rendus publics

au cours de la campagne électorale.

Certaines mesures comme l’annulation de la TVA sociale, le droit

de vote des étrangers, le rétablissement du barème de l’ISF ou la fin

des exonérations de charges sociales sur les heures supplémentaires

sont de bonnes nouvelles.

Jean-Marc Ayrault a cependant manqué de nous convaincre sur les moyens qu’il entend se donner pour réussir une politique

de changement à la hauteur des besoins des Français. La rupture plusieurs fois proclamée par le Premier ministre avec l’austérité

exige d’autres mesures que celles qu’il a annoncées.

A s’en tenir là et en appelant les députés à ratifier le pacte budgétaire européen, qui sera le principal obstacle à la souveraineté

nationale et aux changements voulus par les Français, le Premier ministre sera vite conduit à jeter le gant dans le combat à

mener contre les marchés financiers, les institutions bancaires et une Troïka européenne plus éloignés que jamais des intérêts

populaires.

Je soutiens les parlementaires du Front de gauche dans leur choix de s’abstenir ; la confiance se fonde sur les actes, et c’est

aux actes que ceux qui ont porté la gauche au pouvoir jugeront.

Attentifs à l’appel à mobilisation du Premier ministre, nous jouerons pour notre part tout notre rôle pour que les aspirations

au changement formulées par les Français deviennent réalité.

Par Pierre Laurent, le 03 juillet 2012

Source : Site national du PCF

Publié dans France, Front de Gauche, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaires »

FEIGNIES ENSEMBLE / PCF – Front de Gauche : le billet de la semaine

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 novembre 2011

La Banque centrale européenne (BCE)

dans son fonctionnement actuel impose

la dictature des marchés financiers et du capital

 

♦  Le 20 février 2011, sur Europe 1, M. Trichet, alors directeur de la BCE, demandait le blocage et la baisse

des salaires en Europe. Au même moment, les dividendes versés aux actionnaires dépassaient

les 40 milliards d’euros, soit une hausse de 13 %.

 

♦  L’impôt sur les sociétés, dans les années 1980, était de 50 %. Le taux officiel affiché aujourd’hui est de 33,3 %

mais « leur taux d’imposition implicite (les impôts sur les bénéfices ramenés à l’excédent net d’exploitation)

se situe en effet en moyenne à 18%, soit plus de 15 points de pourcentage en dessous du niveau légal ! »¹

Quant aux grandes entreprises du CAC40, cotées en bourse, elles bénéficient du taux d’imposition

le plus faible : seulement 8 % . Pour Total, la plus grande entreprise de France, c’est 0 % !

Fin 2010, une enquête du Journal du dimanche affirmait qu’une «entreprise du CAC 40 sur quatre n’a pas

payé d’impôt sur les sociétés en 2009». 



♦  Les traités européens interdisent à la BCE de prêter directement aux États. Elle prête aux banques

commerciales, actuellement, « jusqu’à plus soif » à 1 %, en libre-service.

Ces banques prêtent ensuite aux États à des taux qui vont de 10 à 20 %. 

Au Portugal, un plan de sauvetage de 78 milliards d’euros a été accordé. Les banques ont directement

récupéré 54 milliards. Les salaires ont été diminués ainsi que les pensions. Le SMIC est à 485 euros

et la retraite moyenne ne dépasse pas 300 euros.

Dans le même temps, on a augmenté de 17, 18 et 20 % l’eau, le gaz et l’électricité.

Mais le grand capital est sauvegardé !

 

♦  M. Draghi, le nouveau président de la BCE est un excellent serviteur des financiers. Il était vice-président

de la branche européenne de Goldman Sachs, la banque qui a maquillé les comptes de la Grèce

pour permettre son entrée dans la zone euro.

¹ http://www.alternatives-economiques.fr/fiscalite-des-entreprises—les-plus-gros-paient-moins_fr_art_898_47092.html

 

Le Front de Gauche propose de reprendre

le pouvoir aux banques et aux marchés financiers

 

Reprendre le pouvoir aux banques et aux marchés financiers

Le temps est venu de reprendre le pouvoir sur

nos vies, et pour cela, nous voulons demain

un gouvernement qui combattra le diktat financier

des banques et des marchés.

 

♦ Changer les missions de la banque centrale

européenne pour une politique monétaire en faveur de

l’emploi et du développement des services publics.

 

 

♦  Mettre sous tutelle les banques qui spéculent et créer un pôle public financier permettant de réorienter

les critères du crédit vers la production utile, l’emploi, l’innovation et la révolution écologique.

 

♦  Abolir les privilèges fiscaux, notamment les 30 milliards d’euros d’exonération des entreprises et taxer les revenus

du capital au même niveau que ceux du travail.

**********************************************************************************

 Un magasin de la grande distribution industrielle Leclerc à Feignies ?

 

Où en est le dossier ?

Y a-t-il eu concertation avec les commerçants de Feignies ?

Y a-t-il eu une étude des conséquences de cette installation à Feignies ?

 

Selon La Voix du Nord du 1er juillet 2011, M. Jarosz aurait « reçu de Bernard Baudoux, vice président de l’Agglo,

l’assurance que la commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) accepterait le dossier

à la rentrée ». A ce jour, la CDAC n’a toujours pas rendu sa décision et la question n’est pas à l’ordre du jour de

la réunion du 17 novembre prochain.

Pour info, le 14 septembre dernier, la CDAC a accordé à Aulnoye-Aymeries la création d’un ensemble commercial

comprenant un hypermarché « LECLERC ».

 

Publié dans PCF-Front de Gauche Feignies, POLITIQUE | 6 Commentaires »

GUE/NGL : Les décisions de l’UE ressemblent à un cahier de revendications des marchés financiers

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 décembre 2010

Groupe de la Gauche Unitaire Européenne au Parlement européen15 décembre 2010GUE/NGL : Les décisions de l'UE ressemblent à un cahier de revendications des marchés financiers dans Austerite logo

 

Les banques s’en sortent indemnes

alors que les citoyens doivent se protéger de la crise néolibérale

 

« Au lieu de se confronter aux causes profondes de la crise, nous en sommes toujours à traiter les symptômes », a déclaré le président du GUE/NGL Lothar Bisky en insistant sur le fait que « les décisions récentes au niveau de l’UE ressemblent à un cahier de revendications des marchés financiers ».

« Les banques s’en sortent sans dommage et continuent à spéculer à tout-va alors que les risques de leurs activités sont portés par les États. Les paquets d’austérité sauvage forcent les gens à payer pour une crise qu’ils n’ont pas provoquée, et limitent la consommation et empêchent une croissance économique bien nécessaire. « 

« Nous ne pouvons pas simplement nous livrer à du bricolage, un mécanisme permanent pour le maintien de la stabilité financière doit inclure des mesures pour réglementer les activités de marché tels que l’introduction d’une taxe sur les transactions financières et un engagement envers des normes sociales. Il est également important de changer les règles de la BCE afin que les pays puissent contourner les banques et obtenir un crédit direct. Ce serait déjà une première étape, mais ces premières mesures sont attendues depuis longtemps. Une myopie nationale empêche en fait le contrôle des marchés financiers et tout progrès est freiné. « 

Marquant l’anniversaire de « la tragédie grecque de l’effondrement économique », le député du GUE/NGL Nikos Chountis a déclaré que « la participation désastreuse de mon pays avec le mécanisme de « soutien » et le « Mémorandum » avait amené la Grèce à bord de la faillite « , à la fois sociale et économique.

« Le Conseil a l’intention d’adopter un mécanisme permanent qui ne sauvera pas, mais punira les États membres. Il plongera les États dans la récession, le chômage, et annoncera l’abolition des conventions collectives et le traitement préférentiel pour les banques et les grandes entreprises -. Est-ce là la vision européenne à laquelle se réfère M. Barroso? « 

La députée portugaise Ilda Figueiredo a déclaré qu’il n’était «pas acceptable de poursuivre les politiques d’austérité qui augmentent le taux de chômage et frappent les plus vulnérables alors que les institutions financières continuent d’afficher des bénéfices importants ». Elle a demandé des changements de statuts de la BCE, des taxes sur les mouvements de capitaux et des restrictions à la spéculation et aux paradis fiscaux. Son collègue João Ferreira a déclaré que l’UE, dans la décennie à venir, ne devrait pas accepter les niveaux de régression sociale qu’on a pu observer au cours de la dernière décennie».

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, Union europeenne | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy