• Accueil
  • > Recherche : affiche cgt 2010

Résultats de votre recherche

« Si je déclare mon accident du travail, je perds 250 euros ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 février 2013

 

« Si je déclare mon accident du travail, je perds 250 euros ! »

 

« Si je déclare mon accident du travail, je perds 250 euros ! » dans ECONOMIE btp

Spie Batignolles, poids lourd du BTP français,

se vante d’avoir mis en place avant tout le monde

une politique de « zéro accident du travail ».

Ses chantiers affichent des taux deux fois

inférieurs à la moyenne du secteur.

En fait, tout est fait pour inciter les salariés

accidentés à garder le silence, comme le prouvent des documents internes que nous publions.

C’est le genre de publicité dont Spie Batignolles se serait volontiers passé. Le 4 février, un ancien salarié

du groupe a porté plainte devant les prud’hommes de Boulogne-Billancourt. Son avocat accuse ce poids

lourd du BTP (2,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 8300 salariés) d’avoir mis sur pied un véritable

« système » de dissimulation des accidents du travail. L’histoire est aussi simple que brutale. Embauché

comme coffreur dans une filiale du groupe en novembre 2010, le salarié est déclaré inapte par la médecine

du travail moins d’un an après. Motif ? Une dégénérescence des tendons au coude droit. En mars 2012,

il finit par être mis à la porte de l’entreprise, après avoir refusé un nouveau poste à 200 kilomètres

de son domicile. Selon son avocat, la principale faute du coffreur aura été de déclarer à la CPAM

(caisse primaire d’assurance maladie) sa maladie professionnelle…

A Spie Batignolles, pourtant, on ne plaisante pas avec la sécurité des salariés. C’est du moins ce qu’affirme

le groupe, qui se vante d’avoir mis en place dès 2001 une politique de « zéro accident » sur ses chantiers.

Depuis, ces derniers affichent généralement des statistiques exemplaires : en général, Spie revendique

des taux d’accidents deux à quatre fois inférieurs à la moyenne de ses concurrents.

Impressionnant, dans un secteur qui compte plus de 100 000 accidents du travail par an et où un ouvrier

meurt tous les trois jours. Ces chiffres flatteurs font d’ailleurs régulièrement l’objet de cérémonies,

au cours des quelles le groupe remet lui-même des trophées à ses filiales les plus méritantes.

Pourtant, les syndicats dénoncent depuis des années les méthodes pratiquées par le groupe pour atteindre

l’excellence.

« Quand un salarié est accidenté, tous les moyens sont bons pour l’inciter à ne pas se déclarer,

assure Bruno Cornet, responsable à la FNSCBA*-CGT. Un responsable sécurité vient le voir, lui conseille

de se reposer quelques jours chez lui, en lui assurant que l’entreprise le paiera pendant ce temps. En cas

de refus, le ton se fait plus menaçant : on explique au gars qu’il n’aura plus jamais d’augmentation

ou qu’on lui fera faire systématiquement le sale boulot sur les chantiers ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

Voir les documents :

 

Publié dans ECONOMIE, Emplois, l'Humanité, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Jean-Luc Mélenchon sur France Info : « On ne discute pas avec le chef d’état-major de la réaction qu’est Laurence Parisot. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 août 2012

 

Mélenchon :

« On ne discute pas avec le chef d’état-major de la réaction

qu’est Laurence Parisot. »

 

Interrogé ce mercredi matin sur France Info, Jean-Luc Mélenchon « désapprouve absolument »

la visite de Jean-Marc Ayrault à l’Université du Medef.

Il revient également sur les contrats aidés et la tentative de baisser les prix des carburants.

Qu’on discute avec des chefs d’entreprises, c’est normal, c’est nécessaire. Mais qu’on aille parler avec le Medef,

« qui prétend parler au nom de l’économie, ce n’est pas une bonne idée, c’est un signe de faiblesse » explique Mélenchon.

En outre, il déplore que Jean-Marc Ayrault ait choisi, symbole de la rentrée politique du gouvernement,

d’aller à l’université du Medef. « On ne discute pas avec le chef d’état-major de la réaction qu’est Laurence Parisot.

On ne peut pas s’afficher dans ce genre d’évènement. Est-ce que le Premier ministre va aller au congrès de la CGT ? »

Jean-Luc Mélenchon revient aussi sur les mesures visant à limiter les prix des carburants. Pour le co-président du Parti

de gauche, ce n’est pas à l’État de baisser ses taxes. « C’était un excellent prétexte pour leur dire : ou bien vous baissez

les prix séance tenante, ou je renationalise tout de suite Total ». Rappelant que la constitution d’un pôle public de l’énergie

était dans le programme du Front de gauche.

« Distribuer du salaire n’est pas contre-productif au contraire c’est une mesure de relance »[…]. « Mais là ce qu’on est en train

de faire, c’est d’organiser une nouvelle forme de précarité ». Il souligne la durée des contrats trop limitée, rappelant qu’un CDD

d’un an pour un jeune sans formation, n’est pas suffisant pour se former.

Mélenchon critique les « risettes au Medef » d’Ayrault

http://www.dailymotion.com/video/xt4sfa

sur dailymotion

Par FranceInfo

Jean-Luc Mélenchon sur France Info : le 29 Août 2012

Publié dans Front de Gauche, Jean-Luc Melenchon, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Bernard Thibault : les salariés souhaitent des décisions rapides qui modifient leur quotidien

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 mai 2012

 

Thibault :

les salariés veulent « des décisions les plus rapides et les plus concrètes »

 

Bernard Thibault : les salariés souhaitent des décisions rapides qui modifient leur quotidien dans CGT thibault-jma-300x150Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault,

s’est entretenu ce mardi avec le Premier ministre.

Il l’a informé de l’ »impatience » des salariés, de leur

souhait de mesures « rapides », « qui modifient le quotidien ».

Le leader de la centrale syndicale s’est affiché plutôt

satisfait au sortir de cet entretien.

« On n’est pas mécontents que ce ne soient pas les mêmes interlocuteurs » et « on a même la faiblesse de penser qu’on y est

pour quelque chose », a même ajouté Bernard Thibault après sa rencontre avec Jean-Marc Ayrault à Matignon. La CGT avait

appelé à faire battre Nicolas Sarkozy. Bernard Thibault a aussi invité le gouvernement à s’appuyer « sur les forces vives

qui ont souhaité le changement ».

« Déjà sur la méthode, l’ambiance change, c’est déjà important ». « Nous avons un gouvernement qui affirme haut et fort sa

volonté de dialogue et de concertation avant toute décision. Nous ne pouvons que nous en féliciter (mais) ça ne veut pas dire

pour autant que par avance nous allons nous féliciter de toutes ses décisions », a-t-il averti.

Les priorités sociales

« On n’a pas caché l’impatience qu’il y avait chez les salariés d’avoir des décisions les plus rapides et les plus concrètes (…)

qui modifient le quotidien », a-t-il déclaré à la presse. « C’est une majorité de salariés qui a contribué au changement », a insisté

M. Thibault. Ce premier contact officiel a permis selon lui « un tour d’horizon » des sujets à ses yeux prioritaires : salaires, Smic,

obligations des entreprises, mise à plat des aides publiques, rétablissement de l’Allocation équivalent retraite et retour

à la retraite à 60 ans pour les salariés ayant commencé à travailler tôt.

Sur le décret en préparation sur les retraites, « la porte n’est pas totalement fermée à une modification du champ d’application »

du décret « mais on ne peut pas vous en dire plus aujourd’hui. Le gouvernement nous a entendus », a-t-il dit.

45 000 emplois menacés

Bernard Thibault a confié au Premier ministre une liste de 45000 emplois actuellement menacés dans 46 entreprises en

France. Au-delà de « l’urgence de se pencher sur certaines situations », il réclame une loi pour « permettre aux salariés de

contrarier la décision des gestionnaires lorsqu’il n’y a pas de bien-fondé économique aux licenciements ».

Parmi les entreprises citées figurent le constructeur automobile PSA, le groupe pharmaceutique Sanofi, Carrefour ou Fralib,

filiale du géant anglo-néerlandais Unilever ainsi que le distributeur de presse Presstalis.

 

Source :  humanitefr Bernard Thibault dans ECONOMIE le 29 Mai 2012

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, Emplois, Politique nationale, RETRAITES, Salaires, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Grand meeting des cheminots ce mercredi 4 avril 2012 à Paris

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 avril 2012

 

La CGT cheminot : un meeting haut en couleurs

Grand meeting des cheminots ce mercredi 4 avril 2012 à Paris      dans CGT m1_1-300x224

Les agents de la CGT Cheminots en plein meeting à la Gare de Lyon

débattent de l’avenir du fret et du transport des passagers.

La SNCF comme service public est bien évidemment au centre des discussions.

 

Voir les autres photos

 

 

SNCF

Les cheminots en appellent à la reconquête du fret

 

affiche_040412 CGT cheminots dans SyndicatsCe mercredi, 10 000 agents sont attendus à midi près de la gare de Lyon,

à Paris, à l’appel de la fédération CGT des cheminots. Un meeting national

pour défendre le service public SNCF, en particulier pour le transport

des marchandises.

Si on parlait enfin politique des transports en ce printemps électoral et tandis que les alertes

à la pollution se multiplient ? La CGT cheminots répond oui, en organisant un meeting national

ce mercredi 4 avril, place Henri-Frenay, près de la gare de Lyon, à Paris.

Quelque 10 000 cheminots, actifs et retraités, sont attendus pour appeler au développement

du service public SNCF et en particulier dans le domaine du transport des marchandises.

 

Entre 2000 et 2011, on est passé de 55 milliards de tonnes de marchandises transportées au kilomètre par la SNCF à seulement

20 milliards. Économie d’énergies fossiles, lutte contre le rejet de produits polluants dans l’atmosphère : en 2007, le grenelle de

l’environnement fixait un objectif de 25 % pour le rail à l’horizon 2022. En réalité, la part du ferroviaire dans le transport de

marchandises, qui était de 30 % en 1984, et encore de 16,6 % en 2000, est tombée à 8,3 % en 2010.

« En trois ans, ce sont plus de 2,5 millions de camions en plus sur les routes », affirme la CGT. En France, 84,6 %

des marchandises circulent aujourd’hui par la route, y compris via la filiale routière de la SNCF !

En ayant officiellement abandonné en 2010 l’activité de « wagon isolé », jugée non compétitive par rapport à la route, qui permettait

aux PMI-PME de choisir le train, y compris pour de faibles volumes, la SNCF porte sa part de responsabilité.

19 % du marché français détenus par les privés

Les syndicats cheminots s’étaient alors insurgés, mais aussi des élus locaux, des populations et une partie du patronat.

[...]

Si la politique libérale portée par Nicolas Sarkozy a encouragé le retour du fret sur la route, à gauche aussi ça déraille.

« Dans les régions, le PS et les Verts disent qu’ils sont hostiles à la libéralisation, mais au Parlement européen, ils votent pour les

directives ou, au mieux, s’abstiennent », dénonçait un porte-parole de la CGT cheminots, dans le dernier numéro de l’Humanité

Dimanche, tout en remarquant que « seul le Front de gauche est cohérent ».

Concernant le fret, le message de Jean-Luc Mélenchon est effectivement on ne peut plus clair  :

« Il faut faire remonter les camions sur les rails ! »

[Lire l’article complet]

 

Publié dans CGT, Syndicats, Transports - SNCF | Pas de Commentaires »

L’imposture sociale du FN

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 avril 2012

 

Le Front National : «  du côté de ceux qui souffrent  » ?

 

L'imposture sociale du FN dans F-Haine Affiche-Anti-FNDans ses meetings, Marine Le Pen se proclame l’amie et la protectrice des travailleurs.

Elle fustige en Sarkozy le « roi des riches » qui a gouverné au service exclusif

« des plus forts » contre « les plus faibles ». Elle attaque les banques, les grandes

multinationales et le « talon de fer du capitalisme mondialisé ». Elle se permet même

de rendre hommage, si on peut dire, aux Communards de 1871.

Madame Le Pen aime les travailleurs, mais elle déteste leurs organisations.

Par exemple, elle affirme que le Front National est désormais pour le droit au départ

à la retraite à 60 ans ; mais le 22 octobre 2010, à l’apogée de la grande lutte contre

la remise en cause de la retraite à 60 ans, elle déclarait :

«  Ensemble, gouvernement et syndicats jettent la France dans le chaos. Voilà deux semaines que la France

s’installe dans le chaos, entre grèves, manifestations et blocus [...] La tolérance zéro doit s’appliquer à tous

les émeutiers ».

Lorsqu’il manifeste ou fait grève pour défendre ses conditions de vie, le travailleur devient un « émeutier » qu’il faut

châtier sans ménagement. Bruno Gollnish, membre du Bureau politique du FN, était à l’époque encore plus précis :

« Le sabotage de l’économie française caractérise l’action de la CGT […] Ces blocages frappent avant tout les salariés

qui se rendent à leur travail […]. La CGT doit être rendue pénalement responsable et ses dirigeants doivent en répondre ».

Sans leurs organisations, sans leurs syndicats, les salariés ne seraient qu’une matière brute livrée à l’exploitation.

Voilà comment Marine Le Pen aime les travailleurs : désarmés, atomisés, complètement soumis à l’arbitraire patronal.

C’est ce qu’elle appelle des « patriotes » ; nous appelons cela des esclaves. Les attaques du FN contre les banques et

les multinationales ne s’accompagnent d’aucune mesure concrète visant leurs intérêts. C’est de la démagogie

électoraliste pure et simple. Le FN est un parti pro-capitaliste de la tête aux pieds. Il est l’ennemi juré des travailleurs.

La réalité de son programme, ce n’est pas l’hommage hypocrite et insultant aux héros de 1871. C’est la casse de tous

les droits sociaux, la baisse des salaires, une réduction drastique des dépenses publiques dans l’éducation, la santé et

la culture, la destruction des services publics, la discrimination raciale et une remise en cause générale des droits

démocratiques les plus élémentaires, à commencer par les droits de manifester, de faire grève et de se syndiquer.

Marine Le Pen n’en parle pas dans ses meetings. Cela ne figure pas sur les tracts de son parti. Mais c’est son vrai

programme et il est entièrement conforme aux intérêts de la classe capitaliste.

Comment combattre le FN ?

[Lire la suite]

Source : La Riposte  2 avril 2012 par Jérôme Métellus 

 

Publié dans F-Haine, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Portugal : grève générale contre les mesures d’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mars 2012

 

En grève générale, les Portugais résistent à la casse du code du travail

 

Portugal : grève générale contre les mesures d'austérité dans Austerite greve-portugal-300x150Un grafiti montrant Coelho, le Premier ministre portugais,

embrassant le postérieur d’Angela Merkel

Importante journée de grève générale et de manifestations

ce jeudi au Portugal à l’appel du principal syndicat qui espère

une forte mobilisation contre les mesures d’austérité

du gouvernement responsables de la récession et du chômage.

« Manif », « Grève générale », « Basta » peut-on lire à Lisbonne sur les très nombreuses affiches, collées les jours précédents

par les militants de la CGTP, le principal syndicat portugais.

« Nous sommes convaincus que nous aurons un taux de participation significatif », a assuré Arménio Carlos, le leader de la CGTP

qui rassemble quelque 600 000 sympathisants. Beaucoup de Portugais se disent en effet solidaires des grévistes. Et ce malgré

le fait que la CGTP se soit lancée seule dans la bataille, sans le soutien de l’autre grande centrale syndicale, l’UGT, qui l’avait

pourtant épaulée lors deux précédentes grèves générales de novembre 2010 et novembre 2011.

La CGT est restée inflexible contre la réforme du code du travail qui prévoit l’assouplissement du marché du travail en matière

d’horaires et de licenciements et la suppression de jours fériés et de jours de congés, ce que l’UGT avait accepté.

Les mesures d’austérité du gouvernement ont provoqué un ralentissement de l’économie portugaise qui, selon des prévisions

officielles, devrait, cette année, se contracter de plus de 3% tandis que le taux de chômage devrait s’établir à 14,5%.

[Lire la suite sur humanite.fr/]

 

Publié dans Austerite, Chomage, Luttes, Portugal, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Fret SNCF : communiqué de la CGT cheminots / meeting du 4 avril à Paris

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mars 2012

 

L’ancien directeur du Fret SNCF condamné !

 

Fret SNCF : communiqué de la CGT cheminots / meeting du 4 avril à Paris dans CGT logo_fede_cheminots1La Fédération CGT des cheminots a porté plainte le 28 avril 2010 pour prise illégale d’intérêts et recel de prise

illégale d’intérêts après avoir incidemment été informée que M. Luc NADAL avait confié, alors qu’il était directeur

général adjoint du pôle transport ferroviaire de la SNCF, une mission d’études pour un montant de 191.510 € HT,

au cabinet conseil dirigé par son frère, et dont il avait lui-même été un des associés avant de rejoindre la SNCF.

Interpellé par écrit, le Président de la SNCF M. PEPY a refusé de se constituer partie civile au nom et pour

le compte de la SNCF dans ce dossier, alors même que M. le Procureur de la République avait requis le renvoi de MM.

NADAL frères devant le Tribunal correctionnel.

Cette étude s’inscrivait dans un contexte d’ouverture à la concurrence avec un plan fret décidé par la direction de la SNCF et

le gouvernement pour casser cette activité, avec à la clé 5 000 suppressions d’emplois, la fermeture de gares Fret et de triages,

l’abandon du wagon isolé, le transfert de 2,5 millions de camions sur la route.

Lors de l’audience, M. Luc NADAL a d’ailleurs confirmé qu’il avait agi sur mandat du gouvernement et de la direction SNCF

pour appliquer ce plan Fret contesté notamment par la CGT.

[Lire la suite]

 

affiche_040412 Fret dans JusticeGrand meeting des cheminots

mercredi 4 avril 2012 à Paris 

POUR :

  • la défense du Fret SNCF
  • le développement du Service Public ferroviaire
  • l’amélioration des conditions sociales des cheminots

Depuis 2003, la CGT n’a de cesse de dénoncer la casse du Fret SNCF.
*

Les multiples plans Fret imposés par le Gouvernement et la Direction ont entrainé un gâchis

social, économique, financier, qui est constaté par tous. […]

RENDEZ-VOUS A PARIS PLACE HENRI FRESNAY, GARE DE LYON, A PARTIR DE 12H.

Lire la suite [.pdf 420 Ko]

 

Publié dans CGT, Justice, Syndicats, Transports - SNCF | Pas de Commentaires »

Bonne nouvelle chez Albany-Cofpa de Saint-Junien : le projet de fermeture de l’usine ‎n’est plus d’actualité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 mars 2012

 

Albany renonce à fermer l’usine de Saint-Junien ‎

 

Bonne nouvelle chez Albany-Cofpa de Saint-Junien : le projet de fermeture de l'usine ‎n'est plus d'actualité dans CGT albany1-300x148Explosions de joie chez les 133 salariés de l’usine d’Albany-Cofpa,

après que les propriétaires aient annoncé l’abandon du projet

de fermeture de celle-ci au premier trimestre 2012,

à l’issue d’une réunion avec les représentants du personnel.

 

 

« Daniel Haftemeyer (président Albany Europe) nous a annoncé qu’il n’y a plus de projet » de fermeture, a déclaré le représentant

de la CGT, Christophe Sardin, tandis que la préfecture indiquait que le projet n’était « plus du tout d’actualité » et que l’entreprise

avait l’intention de « tout remettre à plat ». L’annonce faite par les représentants des syndicats à plusieurs dizaines de salariés

massés devant la préfecture de Limoges, où la réunion était organisée, a provoqué une explosion de joie, certains pleurant

même d’émotion.

Le site de Saint-Junien, une usine fabriquant des tissus techniques notamment pour la papeterie, était à l’arrêt depuis le 23

février, date de l’annonce de sa fermeture à Sélestat (Bas-Rhin), siège d’Albany France, appartenant à Albany International,

dont le siège social est aux Etats-Unis. La direction avait cadenassé les machines jusqu’à mardi, précisant que la fermeture

était prévue pour le premier trimestre 2012, sans respecter l’obligation de consultation des salariés, selon les syndicats. Depuis,

la décision, annoncée en pleine campagne présidentielle, a mobilisé les politiques : Arnaud Montebourg (PS), Olivier Besancenot

(NPA), Eva Joly (EELV) se sont rendus sur place et, jeudi, le numéro 1 du Parti communiste, Pierre Laurent, a traité les dirigeants

d’Albany de « voleurs » et de « voyous ».

Pour justifier son projet, Albany invoquait une « détérioration de la conjoncture », justifiant de concentrer sa production à Sélestat,

plus proche de l’un de ses principaux marchés, l’Allemagne. Les syndicats jugeaient l’explication irrecevable :

le site de Saint-Junien affiche « 22% de rentabilité en 2010, avec 21 millions d’euros de chiffre d’affaires (…), 4,6 millions d’euros

de bénéfices » et des carnets de commandes remplis, avait encore souligné Jean-Pierre Nicolas, de la CGT.

 

 

 

Publié dans CGT, Luttes, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Fralib : La lutte continue

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 juin 2011

Source : cgt.fralibvivra


compositionfinal800x800.jpg

  • Rassemblement devant le TGI le 15 juin 2011

Ce matin, le rassemblement devant le TGI de Marseille a une nouvelle fois été un grand succès,

cela montre bien l’importance de notre lutte dans la région.

Après les plaidoiries des avocats, pour ceux qui ont pu y assister (notamment les nombreux salariés de Fralib présent), ils ont pu vérifier la légitimité de notre action et de nos demandes.

Notre avocat a démontré une nouvelle fois avec brio, qu’Unilever n’a toujours pas respecté les obligations légales en termes de consultation du CE et que le trouble manifestement illicite persiste ; qu’Unilever n’a pas communiqué – comme l’avait indiqué le juge aux termes de son ordonnance rendue le 4 février dernier – l’ensemble des éléments manquants dans le cadre de la 1ère procédure et donc que notre demande au juge de casser cette procédure est légitime.

Pour ce qui concerne l’Avocate de Fralib, toujours la même stratégie, que des artifices pour tenter de faire croire qu’ils sont blancs comme neige ,qu’ils ont tout communiqué aux élus, allant même jusqu’à dire que la fermeture du site est incontournable et qu’il faut le faire rapidement au risque même de mettre en péril la présence du groupe UNILEVER en Europe de l’Ouest (rien que ça !!!).

Fralib continue dans la déloyauté affichée depuis l’annonce de la fermeture de l’usine, il persiste à se moquer des salariés, de leurs représentants et maintenant de la justice.

La décision du Juge sera rendue le 29 juin prochain.

[Lire la suite]

 

  • Rencontre avec Jean-Luc Mélenchon à FRALIB

 

Lundi 20 juin nous recevrons à Fralib le soutien du Front de Gauche avec la présence de Jean-Luc Mélenchon, ainsi que de Pierre Dharréville, Jean-Marc Coppola, Jacques Lerichomme et d’autres personnalités. Bien sur une rencontre est prévue avec les organisations syndicales pour faire le point sur notre lutte, mais aussi à partir de 15h00 une rencontre avec les salariés de Fralib auquel se joindront certainement ceux de Net Caco, Lyondell Basell, Panzani, Lustucru, Panavie etc…

Encore un moment fort pour la lutte des Fralibs, pas question pour nous de renoncer à la lutte.

 

Nous ne lâchons rien et nous continuons à lutter toujours avec la même détermination et la même volonté :

contre la fermeture de l’usine, pour le maintien de l’emploi et la poursuite de l’activité. 

ENCORE ET TOUJOURS :

CONTINUONS LE BOYCOTT DE LIPTON    

NOUS NE LAISSERONS PAS PARTIR LE THE DE L’ELEPHANT DE PROVENCE

Hasta la victoria siempre !

 

Pour signer la petition, clic ici

 

Publié dans ECONOMIE, Emplois, Luttes, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

NON à la « loi Besson » et à la xénophobie !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 mars 2011

Source : http://nonalapolitiquedupilori.org/

 

Non à la « loi Besson » et à la xénophobie !

 

Publié le par ldh

Les organisations soussignées qui, réunies dans le Collectif « Non à la xénophobie et à la politique du pilori », ont mobilisé le 4 septembre 2010 plus de

cent cinquante mille citoyennes et citoyens, appellent à des rassemblements dans toute la France mercredi 9 mars (à Paris, à 18h30, place Edouard-Herriot,

à côté de l’Assemblée nationale) contre la « loi Besson », qui traduit en actes l’orientation xénophobe du « discours de Grenoble ».

Le nouveau cas de déchéance de nationalité discriminant les Français d’origine étrangère, le déni de droit d’asile par la création de « zones d’attente fictive »,

l’allongement de la durée de rétention et les entraves au contrôle du juge, la mesure de bannissement sous la forme d’une « interdiction de retour »,

la chasse aux Roms et aux étrangers malades, la mise en place d’un internement administratif de très longue durée de « présumés terroristes » aggravent

la politique de la peur et du rejet, qui fait des étrangers des boucs émissaires alors qu’ils vivent ici, travaillent ici et partagent notre vie de tous les jours.

Nous soutenons pour cette raison le mouvement des travailleuses et travailleurs sans papiers en grève pour leur régularisation, et demandons que les

gouvernants respectent les textes et les engagements pris.

Nous appelons l’ensemble des forces démocratiques à exiger qu’au lieu de faire des étrangers les cibles d’une politique discriminatoire, les gouvernants

actuels, qui n’ont que trop coopéré avec les despotes dans la chasse aux migrants, répondent enfin à l’urgence de solidarité internationale avec les

peuples libérés sur l’autre rive de la Méditerranée.

Ce monde n’a pas besoin que des lois renforcent les peurs et les haines xénophobes, il a besoin que des politiques ouvertes sur l’avenir fassent triompher

les valeurs universelles qui doivent être celles de la République : celles de la démocratie, de l’égalité en droits et en dignité des êtres humains, de la liberté

pour tous les peuples.

 

58 organisations signataires :

AC !, Acort, Actit, ADDE, AIDES, Les Alternatifs,  Asdhom , Arac,  ATF, ATMF,  Attac,  Cedetim, CGT, Cimade, Collectif l’égalité d’abord, Collectif La journée sans immigres : 24h,

Comede, Cran, Crid, Dal,  Droit solidarité, Emmaüs France, Emmaüs international, Euromarches, Europe Ecologie – Les Verts, Fase, Fasti, Fédération Sud éducation,

Fédération générale des PEP, Fondation Copernic, France terre d’asile, FSU, FTCR, Gauche cactus, Gauche unitaire, Gisti, Ipam, Ligue des droits de l’Homme, Mrap,

Mouvement des objecteurs de croissance, Mouvement de la paix, Parti de Gauche, Parti socialiste, PCF, PCOF, République et Socialisme, RESF, Sos racisme,

Organisation Femmes égalité, SAF, Snesup-FSU, SNJ-CGT, Syndicat de la magistrature, Ufal, Unef,  Union juive française pour la paix, Union syndicale Solidaires, USP.

 

TÉLÉCHARGEZ le Tract Non à la loi Besson et à la xénophobie

 

Publié dans Politique nationale, Racisme - Xenophobie, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaires »

1234
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy