• Accueil
  • > Recherche : 3 000 000 chomeurs france

Résultats de votre recherche

Nouveau record historique du chômage dans la zone euro

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 mars 2013

 

Le chômage dans la zone euro atteint un nouveau record historique

 

Nouveau record historique du chômage dans la zone euro dans Austerite chomage2 humanitefr dans Chomage le 1er Mars 2013

Résultat des politiques d’austérité menées

en Europe, avec une hausse de 0,1% par

rapport au chiffre enregistré en décembre

2012, le taux de chômage dans la zone euro

a inscrit un nouveau record en janvier,

à 11,9% de la population active, montrent

les statistiques publiées vendredi par l’office

européen de statistiques Eurostat.

Il était grimpé à 11,8% en décembre, mois où

les données ont été révisées à la hausse. Au mois

de janvier, 201.000 personnes supplémentaires

se sont retrouvés sans emploi dans la zone euro,

portant le nombre total de chômeurs à 18,998 millions,

selon des données publiées ce vendredi par Eurostat.

 

 

Pour l’ensemble de l’Union européenne, Bruxelles a

recensé 26,217 millions de demandeurs d’emploi, soit un taux de chômage de 10,8% contre 10,7% en décembre.

En comparaison, le taux de chômage était de 7,9% en janvier aux Etats-Unis et s’est établi à 4,2% au Japon,

où les dernières données disponibles datent de décembre.

Sans surprise, c’est la Grèce qui affiche le taux de chômage le plus élevé, à 27,0%, devant l’Espagne (26,2%)

et le Portugal (17,6%).

En revanche, les taux de chômage les plus bas ont été enregistrés en janvier en Autriche (4,9%), en Allemagne

et au Luxembourg (5,3% chacun) et aux Pays-Bas (6%).

Avec un taux de chômage mesuré à 10,6% en janvier par Eurostat, la France se situe juste en dessous

de la moyenne de l’Union.

Lire aussi :

Publié dans Austerite, Chomage, EUROPE, Union europeenne | 1 Commentaire »

Nouveau drame du chômage

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 février 2013

 

La privation d’emploi conduit au drame

 

Nouveau drame du chômage dans Chomage poleemploiPar Hervé Bramy, le 15 février 2013

Ce matin à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis,

un chômeur en fin de droit a tenté de mettre fin

à ses jours en s’immolant. La privation d’emploi

et la déconsidération sociale conduisent à nouveau

au drame. Comment une personne peut-elle se sentir

exclue à un tel point qu’elle en vient à décider de mettre fin à ses jours ?

Ce geste, impensable et inintelligible, est un cri d’effroi, un signal d’alarme terrible pour notre société.

Alors que la France n’a jamais été un pays aussi riche, les plans de licenciement chez Goodyear, Air France,

Sanofi, PSA… se multiplient, les chiffres du chômage explosent, les chômeurs en fin de droits sont rayés

des listes, on ne donne pas les moyens aux agents de Pôle emploi de mener à bien leurs missions

de service public, et les politiques d’austérité, tant au niveau de l’État qu’au niveau des communes, limitent

les possibilités d’interventions pour compenser la crise. Ce système marche sur la tête, les communistes

veulent remettre l’Humain au centre des préoccupations ! La priorité doit être de donner à Pôle emploi

les moyens humains et financiers lui permettant accompagner et de trouver un travail à tous les privés

d’emplois.

La transposition, en l’état, dans la loi de l’ANI sur une prétendue « sécurisation de l’emploi » serait

un mauvais signal adressé à tous les salariés, en facilitant les plans de licenciements, en démantelant

le CDI ou en autorisant des accords de « compétitivité » au détriments des salariés.

A cette précarisation accrue du travail, le Parti communiste oppose sa proposition de Sécurité d’Emploi et

de Formation (SEF), qui permettrait à un salarié, tout au long de sa vie, qu’il soit en activité ou qu’il perde

son emploi, de conserver ses droits sociaux, son salaire et de se former pour retrouver un emploi.

Ce dispositif peut-être mis en œuvre, c’est une question de choix de société !

Pour éviter les drames comme celui de ce matin, ou d’il y a deux jours, permettons à toutes et tous

de vivre dignement de leur travail.

PCF

Lire également :

Suicide d’un chômeur à Nantes : « Aujourd’hui, le chômage tue »

Immolations en série

L’après Djamal

Publié dans Chomage, France, PCF, POLITIQUE, SOCIAL | 1 Commentaire »

Chômage : « un répit » en trompe-l’oeil

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 janvier 2013

 

Chômage de décembre :

une explosion des radiations bien mystérieuse…

 

S’il n’y a eu que 300 chômeurs de catégorie A en plus — 10.200 au total avec les catégories B

et C de France métropolitaine —, on note en revanche plus de 20.000 sorties de listes

supplémentaires, totalement inexpliquées !

 

Chômage :

Vaguement étonnée mais toujours aussi moutonnière

(et indigente), la presse écrite ou télévisée

s’empresse de titrer sur une « stabilisation » du chômage…

Personne n’a cherché à comprendre pourquoi ce « répit »

(Michel Sapin compris), sauf certains qui connaissent

la musique ou font preuve de conscience professionnelle,

tels Marc Landré du Figaro et Jean-Baptiste Chastand

du Monde.fr qui ont tout de suite pointé cette anomalie.

En effet, quand on regarde de plus près la dernière note mensuelle de la Dares/Pôle Emploi,

on s’aperçoit que les radiations ont explosé : +24,5% de «radiations administratives» et +6% de

«cessations d’inscriptions pour défaut d’actualisation» (voir détail plus bas au chapitre des sorties).

Des variations très surprenantes qui ont tout de même permis d’escamoter ponctuellement plus de

20.000 inscrits.

Le phénomène n’est, hélas, pas nouveau. Les «évolutions particulièrement erratiques et inexpliquées

de certains chiffres» sont récurrentes. En novembre, une grossière erreur du même acabit a visiblement

été commise au chapitre des «offres collectées par Pôle Emploi» avec un écart assez délirant

(voir plus bas). Même remarque pour les «demandeurs d’emploi ayant un droit payable au RSA». 

En outre, si l’on élargit aux catégories ABC, c’est-à-dire à l’ensemble des demandeurs d’emploi

«tenus d’accomplir des actes positifs de recherche», ce ne sont pas 300 mais tout de même 10.200

chômeurs supplémentaires qui se sont inscrits le mois dernier à Pôle Emploi en métropole ; +3.700 de

catégorie A et +12.600 en ABC avec les DOM.

Donc pas de quoi se réjouir : ce « répit » n’est qu’un trompe l’œil. Le chômage a augmenté

pour le 20e mois consécutif, et ce n’est pas terminé. 2012 fut une année noire et 2013 le sera

aussi, quoique certains en disent.

Passons à notre décryptage mensuel.

[Lire la suite sur Moissac au Coeur]

Article original

Publié dans Chomage, ECONOMIE, France, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Rapport de la Cour des comptes sur le marché du travail : une offensive générale contre l’emploi !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 janvier 2013

 

Rapport Cour des comptes :

une offensive générale contre l’emploi !

 

Rapport de la Cour des comptes sur le marché du travail : une offensive générale contre l'emploi ! dans Chomage chomage

Dans un contexte où le chômage atteint en France

des records, où le président de la République a fait

de l’inversion de la courbe du chômage l’essentiel

de son objectif pour 2013, la Cour des comptes

vient de rendre public son rapport sur le marché du travail.

Clairement inscrit dans les accords de sécurisation

de l’emploi refusés par la CGT et FO, mais entérinés

par les organisations patronales, MEDEF en tête, la CFDT,

la CFTC et la CFE-CGC, le rapport vise à inciter

à l’adaptation de cette politique publique de l’emploi

aux mesures préconisées dans cet ANI du 11 janvier 2013.

Chaque élément clé de cet accord interprofessionnel y est traité, alors même qu’il doit faire l’objet

d’une transposition dans la loi et donc faire l’objet d’un débat parlementaire par la représentation nationale.

En réalité, la Cour des comptes fournit avec ce rapport une trame très orientée contre les chômeurs et l’emploi

aux futures renégociations de la convention Unédic.

Dans le même temps, le rapport s’inquiète de l’explosion du chômage en France, qui rend déjà caduc la promesse

de François Hollande sur l’inversion de la courbe du chômage à la fin de l’année. Et il recherche par tous

les moyens à freiner le niveau des dépenses d’indemnisation des chômeurs d’ores et déjà prévisible, au nom de

la maitrise des déficits publics. A la grande joie du patronat.

Après les accords de sécurisation de l’emploi, ce rapport ouvre un front supplémentaire dans la grande offensive

menée par le patronat contre l’emploi et les chômeurs. On regrette une fois de plus l’appui que lui donne

le gouvernement. Les français n’ont pas voté pour cela en mai dernier.

Communiqué du PCF

Lire également :

Mise en condition des esprits pour un nouveau dépeçage de l’assurance chômage

Droits rechargeables pour les chômeurs, c’est du pipeau !

 

Publié dans Chomage, Emplois, France, POLITIQUE, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Le Ministre et la lutte des classes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 janvier 2013

 

Le Ministre et la lutte des classes

Par Camille Peugny pour Alternatives Economiques

 

Le Ministre et la lutte des classes dans IDEES - DEBATS - PHILO austerit

Visiblement, pour le Ministre du Budget, parler

de « classes sociales » semble constituer le comble

du ridicule. En affirmant fièrement, face à Jean-Luc

Mélenchon, lors d’un débat télévisé, qu’il n’avait

jamais cru à la « lutte des classes », Jérôme Cahuzac,

croyant sans doute faire assaut de modernité, a en

réalité révélé l’incapacité des socialistes à penser

la conflictualité du social, ou du moins à la traduire

en choix politiques.

 

Inutile, ici, de jouer aux exégètes de Marx : l’essentiel

est ailleurs.  Chacun sait que loin de diminuer, le nombre

d’employés et d’ouvriers augmente, même si leur

proportion diminue légèrement au sein de la population active.

Sans même comptabiliser les chômeurs ou les retraités, la France comptait en 2009 treize millions d’employés

et d’ouvriers en emploi (51% des actifs occupés) contre 11,9 millions en 1989 (55% des actifs occupés).

Certes, cette vaste catégorie des « salariés d’exécution » rassemble en son sein des situations contrastées.

Certes, il existe toute une stratification interne aux classes populaires, en termes de revenus, de capital

culturel, d’âge ou d’origine. Mais parmi eux, nombre de « perdants » de la mondialisation, insuffisamment

dotés en ressources permettant de faire face à la concurrence de tous contre tous dans une économie

mondialisée : ouvriers de ce qu’il reste de l’industrie, employés des services à la personne qui œuvrent

dans l’ombre des vainqueurs qui achètent leur temps de travail, etc.

Évidemment, tous ne défilent pas dans la rue pour réclamer la mise à mort des contribuables les plus fortunés.

Pour autant, comment ne pas voir que la société française demeure une société de classes, au sens

où coexistent en son sein des groupes sociaux inégalement dotés et ayant des intérêts objectivement

divergents ?

[Lire la suite sur Moissac au Coeur]

 

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaires »

Le Medef veut passer le Code du travail à la moulinette

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 décembre 2012

 

Travail

Le Medef casse le Code du travail

(Décryptage)

 

Le Medef veut passer le Code du travail à la moulinette dans CFDT codetravail-300x150

Alors qu’a repris la négociation sur la sécurisation de l’emploi,

le Medef franchit encore un cap dans sa volonté de flexibiliser

les salariés.

Décryptage d’un document qui passe à la moulinette

le Code du travail.

 

La négociation sur la sécurisation de l’emploi est mal engagée. Alors que s’est ouvert

une nouvelle séance de discussions hier entre syndicats et patronat, c’est le dialogue de sourds.

Il y a deux semaines, les organisations patronales ont soumis un texte jugé « provocateur » par la CGT, la CFDT,

la CFTC, FO et la CFE-CGC, qui l’ont unanimement rejeté.

Pour Maurad Rabhi, membre de la délégation de la CGT : « Au lieu de sécuriser l’emploi, il précarise encore plus

le marché du travail, contrairement à ce que demandait le gouvernement. Sur la lutte contre la précarité, les syndicats

s’accordent pour taxer les contrats courts. Au lieu de ça, le patronat propose la dégressivité des allocations

pour les chômeurs, un comble vu la situation explosive du chômage en France ! » Le Medef a aussi remis sur la table

ses accords de compétitivité-emploi, de modulation du temps de travail et du salaire pour le salarié, et évoqué

la simplification du licenciement économique.

Anne Braun, juriste à la CGT, constate que ce document « est la liste au père Noël du Medef. Toutes les vieilles lunes

patronales réapparaissent : flexibilité du CDI, facilités pour licencier, évitement du juge… C’est un texte de régression

sociale. Là, on ne les a jamais vus aller aussi loin ».

Un chantage à l’emploi

Dans la négociation, les syndicats ont pourtant posé leurs revendications en matière de sécurisation de l’emploi, sans succès.

La CGT propose un droit de veto pour les représentants des salariés au comité d’entreprise (CE). « Nous avons des exemples

concrets. Chez Electrolux, le patron veut licencier, alors que l’entreprise est rentable, les représentants du personnel doivent

pouvoir s’y opposer », explique Maurad Rabhi. Le syndicat prône aussi l’expérimentation de la sécurité sociale professionnelle

dans un territoire avec des droits attachés à la personne en matière de formation, protection sociale… Pour sécuriser à la fois

les salariés et les entreprises, la CGT souhaiterait mutualiser les cotisations des employeurs pour aider les entreprises

en difficulté.

Mais le patronat préfère rester agrippé aux accords de compétitivité-emploi. La CGT et FO rejettent ce chantage à l’emploi.

Sur cette question, la CFDT, la CFTC et la CGC se disent ouvertes à la négociation. Dans tous les cas, entre le patronat

et les syndicats, on est bien loin d’arriver au « compromis historique » voulu par François Hollande d’ici à la fin de l’année.

Décryptage du document

[Lire la suite]

humanite code du travail dans CGT le 30 Novembre 2012

Publié dans CFDT, CGT, Chomage, Emplois, F. Hollande, FO, France, licenciements, POLITIQUE, Salaires, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Chômeurs et précaires : le changement, c’est quand ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 décembre 2012

 

Les chômeurs et les précaires appellent « à la résistance »

 

Chômeurs et précaires : le changement, c'est quand ? chomeurs_2

Comme tous les ans depuis 10 ans, le premier

samedi de décembre, date anniversaire

de la création du RMI, les chômeurs et

les travailleurs précaires manifestent.

Hier, ils étaient 2 500, à l’appel

des organisations représentatives

(AC! APEIS, MNCP, et CGT chômeurs)

à  battre le pavé parisien pour réclamer le « changement » de leur situation et une revalorisation

des allocations.

« Nous attendions de voir ce que l’on avait annoncé sur le changement c’est maintenant« , mais « tous nos contacts,

que ce soit avec les cabinets ministériels, Pôle emploi ou les autres organismes ne nous rassurent pas », ont indiqué

dans une déclaration commune les quatre organisations de chômeurs. « Nous n’en sommes plus à nous lamenter

chaque mois à l’annonce de l’augmentation du chômage, nous n’en sommes plus à pleurer sur les 8 millions

de personnes sous le seuil de pauvreté en France et 100 millions en Europe (…) nous appelons à la résistance« ,

ont affirmé ces organisations.

A l’appel des organisations représentatives de chômeurs et de précaires (AC! APEIS, MNCP, et CGT chômeurs),

les 2 500 manifestants ont défilé de la place Stalingrad à la place de Clichy, certains venus en famille d’autres régions

que l’Ile-de-France, notamment du Nord et de Lorraine. Parmi les revendications des manifestants figuraient notamment

la revalorisation du RSA, le revenu de solidarité active qui a remplacé le RMI, et qui est actuellement de 417,94 euros

pour une personne disposant d’une aide au logement.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire aussi :

Porte-parole de l’Apeis

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Renault tente d’imposer en France « l’accord de la peur » signé en Espagne.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 novembre 2012

 

Aujourd’hui dans l’Humanité : Renault donne le LA

 

Renault tente d'imposer en France

Le constructeur automobile pousse les feux

de la flexibilité du travail. Il tente d’imposer

en France « l’accord de la peur » signé

en Espagne. C’est une véritable offensive,

un chantage, selon les mots de Maurice Ulrich

qui signe l’éditorial.

Renault a commencé son opération en Espagne et la

poursuit désormais en France. C’est 
un chantage,

il n’est pas d’autre mot. Alors que l’Espagne comptera

bientôt 6 millions de chômeurs, le groupe avait la partie

belle pour, en échange de quelques centaines d’embauches,

obtenir une baisse générale des salaires de 27,5 %

et une généralisation de la flexibilité. Il ne s’agit pas

de mesures propres à la situation espagnole.

Il prend appui sur cette bataille gagnée pour mener

sa bataille de France et a dévoilé ses batteries voici quelques jours.

Le maintien 
des sites de production contre des renoncements en matière de salaires, de contrats de travail, etc.

C’est de ce point de vue, à juste titre, que le président du groupe communiste à l’Assemblée nationale pose

cette question : quelle est la position du gouvernement alors que l’État est actionnaire de Renault à 15 % ? On peut aussi

se souvenir que Louis Schweitzer, qui a été lui-même le patron 
de Renault, déclarait, voici quelques jours, que le coût


du travail n’était pas le seul critère de la compétitivité.

Mais, au fond, ce n’est pas vraiment 
la compétitivité qui est en jeu. C’est le profit.
 Il n’y a pas un cas Renault, spécifique

à la situation 
de l’automobile en France. Nous sommes sous 
le coup d’une offensive du capitalisme absolument sans

précédent, en France, 
où elle est revendiquée par le Medef, et à l’échelle 
de l’Europe. Elle vise 
à faire baisser, on vient

de le voir, le coût du travail d’une manière drastique. À exploser la notion même de contrat de travail 
et les limitations

horaires, à généraliser la liberté de licencier. Ils appellent cela faire sauter les verrous.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans Austerite, Competitivite, ECONOMIE, Espagne, Exploitation, France, l'Humanité, POLITIQUE, Politique industrielle, SOCIAL, Union europeenne | Pas de Commentaires »

Renault : Plan d’austérité pour les salariés assorti d’un chantage à l’emploi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 novembre 2012

 

CHANTAGE À L’EMPLOI

Comment Renault se prépare à démanteler ses usines en France

 

Renault : Plan d'austérité pour les salariés assorti d'un chantage à l'emploi dans Austerite renaultPar Ivan du Roy (15 novembre 2012)

Officiellement, la direction de Renault s’engage

à ne pas fermer d’usines en France

si les syndicats acceptent de conclure un nouvel

accord sur la compétitivité. Un accord qui ressemble

davantage à un véritable plan d’austérité

pour les salariés, assorti d’un chantage à l’emploi.

Ou comment mettre en concurrence ses ouvriers

français, espagnols, britanniques ou roumains,

pour promouvoir des régressions sociales

généralisées.

De leur côté, les dirigeants et les actionnaires, dont l’État, continuent d’en profiter.

La direction de Renault « pourrait s’engager à ne pas fermer d’usine en France, malgré un marché européen

sans véritable croissance ». Le communiqué, publié ce 13 novembre [1], est repris tel quel par plusieurs médias,

avec plus ou moins de nuances. Et place les syndicats devant un choix cornélien : accepter les exigences

de la direction en matière de compétitivité et de précarité – et espérer préserver les emplois – ou refuser

le chantage et risquer le démantèlement des usines françaises. En jeu : l’avenir des 37 000 salariés de la firme

au losange dont, en première ligne, deux tiers d’ « agents de production » – ouvriers en langue managériale –

et de techniciens.

Pour mettre en concurrence ses sites de production, Renault profite pleinement de sa nouvelle dimension internationale.

Qu’importe si les salariés refusent ici les nouvelles règles. D’autres les accepteront ailleurs aux dépens des premiers.

C’est ce qui est en train de se passer en Espagne. La direction de Renault a proposé aux 7 000 salariés de ses trois

usines espagnoles (Palencia, Valladolid et Séville) d’assurer la fabrication d’un nouveau modèle qui sortira au printemps

2013 et d’augmenter les capacités de production pour la fabrication de la Mégane et de boîtes de vitesses. Avec, à la clé,

promet-on, l’embauche de 1 300 personnes. Une aubaine dans un pays qui compte désormais 25% de chômeurs.

Ces Français qui coûtent trop cher

Mais il existe un revers à cette médaille. En échange, la direction demande aux syndicats d’accepter un gel des salaires

pendant trois ans tout en augmentant la durée annuelle de travail de 5 jours, de réduire de moitié les primes

pour le travail de nuit, le samedi et les jours fériés, et de payer les nouveaux employés à 65% du salaire initial.

Bref, un véritable plan d’austérité, assorti d’un chantage à l’emploi, imposé aux salariés. Un accord en ce sens a été

signé le 8 novembre avec les trois syndicats majoritaires (UGT, Commissions ouvrières et la Confédération des cadres).

 

[Lire la suite sur Basta !]

Photo : DR

Creative Commons License

Publié dans Austerite, Chomage, ECONOMIE, Emplois, Exploitation, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaires »

14 novembre : Communiqué commun des organisations syndicales régionales Nord Pas-de-Calais

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 novembre 2012

Reçu par courriel

 

Communiqué commun des organisations syndicales régionales Nord Pas-de-Calais

CFDT – CGT – FSU – SOLIDAIRES – UNSA

*

Le 14 novembre sera une journée d’action à l’appel de la Confédération Européenne des syndicats pour l’emploi et la solidarité en Europe.

Avec l’ensemble du syndicalisme européen, les organisations syndicales régionales du Nord Pas de Calais expriment leur ferme opposition aux mesures d’austérité qui font plonger l’Europe dans la stagnation économique, voire la récession.

Ces mesures, loin de rétablir la confiance, ne font qu’aggraver les déséquilibres et créer des injustices. Elles mettent à mal le modèle social européen par ailleurs mis en cause par la concurrence et parfois le dumping dans les domaines de la fiscalité, du coût du travail et des conditions sociales.

En France, c’est un nombre de chômeurs qui ne cesse de croître depuis 17 mois avec encore une hausse record en septembre. Notre région n’est pas épargnée avec 375 000 demandeurs d’emplois. Les plans de licenciements se multiplient. La précarité s’accroît, des millions de salariés n’accèdent à l’emploi qu’en CDD pour des durées de plus en plus courtes. 11 millions de personnes sont touchées par l’exclusion ou la pauvreté dont de nombreux retraités. Les salaires dans le privé et le public stagnent, tout comme les retraites et les pensions.

Les traitements de choc infligés aux travailleurs conduisent à la destruction des droits sociaux.. La cohésion sociale, les services publics, le dialogue social et le respect des valeurs garanties par la Charte des droits fondamentaux sont mis en cause. Cette situation est insupportable et menace la construction européenne elle-même.

L’Europe doit bâtir ses politiques sur la solidarité et garantir les moyens du progrès social.

Avec la Confédération Européenne des syndicats, nous exigeons :

• une véritable coordination des politiques économiques et des mesures de solidarité concrètes avec les pays les plus en difficulté en intégrant systématiquement la dimension sociale aux décisions européennes 

• la négociation d’un « Contrat social » revendiqué par la CES au niveau européen, incluant des mesures mettant fin à la concurrence sociale entre les Etats, en instaurant des standards sociaux européens, en particulier un salaire minimum dans chaque pays ;

• des mesures de relance au plan européen afin de renouer avec une croissance durable et favoriser l’emploi ;

 

Les organisations syndicales régionales CFDT, CGT, FSU, SOLIDAIRES, UNSA s’inscrivent pleinement dans la grande journée de mobilisation interprofessionnelle rassemblant les salariés du privé et du public, les retraités et les chômeurs pour manifester leur volonté de voir apporter des réponses concrètes aux difficultés que vivent tous les travailleurs en France et en Europe.

Elles appellent à un RASSEMBLEMENT à 10H15 à LILLE Grand Palais -à l’occasion de la tenue du World forum, suivi d’une MANIFESTATION RÉGIONALE.

Des prises de paroles de syndicalistes précèderont le départ de la manifestation.

Lille, le 31 octobre 2012

Publié dans Austerite, CFDT, CGT, EUROPE, FSU, Luttes, SOCIAL, Solidaires, Syndicats, UNSA | Pas de Commentaires »

123456...13
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy