• Accueil
  • > Recherche : 3 000 000 chomeurs france

Résultats de votre recherche

Chômeurs, à vos poches !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 janvier 2016

 

Rapport de la Cour des Comptes / Chômeurs à vos poches !

 

A quelques semaines des négociations sur la convention d’assurance chômage, et le jour même

où François Hollande présentait son plan pour l’emploi, la Cour des Comptes a dévoilé ses recettes

pour combler le déficit du régime d’assurance chômage.

Au menu : baisse du taux de remplacement (montant de l’allocation par rapport au dernier salaire,

réduction de la durée d’indemnisation pour les chômeurs âgés et pour l’ensemble des demandeurs d’emploi…..).

Le montant estimé du déficit est de 30 milliards fin 2016, 35 milliards en 2018. Juste le même montant

que le CICE (crédit d’impôt compétitivité emploi) dont on sait qu’il a servi, pour l’essentiel, à nourrir

les dividendes et autres spéculations. Ce chiffre-là, la Cour des Comptes ne le voit pas. Comme beaucoup d’autres.

 

chomage5

 

 

  Au moment où le Président de la République présentait son énième plan

  pour l’emploi, la Cour des Comptes dévoilait, pour appuyer les propos

  de celui-ci, quelques-unes de ses propositions afin de réduire le déficit

  de l’assurance chômage.

  Pas de réelle surprise. Dans le viseur, l’indemnisation des chômeurs

  jugée trop longue, trop élevée, trop coûteuse, qu’il convient de diminuer.

 

 

 

Après le coût du travail, le coût du chômage !

Et de comparer, pour bien prouver la solidité de ses arguments,la situation des chômeurs d’autres pays

européens loin de bénéficier d’autant de largesses que leurs homologues français.

Cette attaque n’est pas nouvelle. Elle revient régulièrement avant chaque mauvais coup porté au monde

du travail et chaque renégociation de la convention d’assurance chômage. Pour le coup, la Cour des Comptes

joue tout de même petit bras ! Sûr qu’en cherchant bien, elle trouverait des pays, en dehors de l’Europe,

où le chômage est encore moins indemnisé, voire pas du tout ! Pourquoi se gêner ? C’est bien connu,

il y a toujours plus malheureux et plus pauvres que soi ! Plus riches aussi !

Les privilégiés ne sont pas chez les privés d’emploi

Car au moment où le Président de la République présentait son énième plan pour l’emploi et la Cour des Comptes

sa proposition de réduire les allocations chômage, OXFAM (ONG spécialisée dans la lutte contre la pauvreté

et pour la justice sociale) révélait, elle, dans son rapport annuel, que les inégalités dans le monde ont atteint,

en 2015, des sommets inégalés.

62 ultra-riches possèdent plus que 3,5 milliards de personnes dans le monde, soit 1760 milliards

de dollars (en augmentation de 44% depuis 2010). 1% de la population mondiale détient un patrimoine

supérieur à celui des 99 autres.

Et la France n’est pas en reste. 10 % des plus riches se sont accaparés plus de la moitié

de l’augmentation des richesses depuis l’an 2000.

L’étrange cécité de la Cour des Comptes

Curieusement ces chiffres-là, la Cour des Comptes ne les voit pas !

Pas plus que les 200 milliards d’aides diverses versées aux entreprises dont on attend toujours le bilan

de leur utilisation. Pas plus que les 50.5 milliards d’euros de dividendes versés en 2014 aux actionnaires

par les sociétés non financières. Pas plus que les 3,49 millions de personnes, sur les 6,13 millions inscrites

à Pôle emploi qui ne perçoivent aucune indemnité chômage, et que l’on ne peut décidément pas accuser

de vider les caisses de l’UNEDIC !

[Lire la suite sur  PCF Nord]

 

Publié dans Chomage, France, PCF Nord, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Détonateur, l’éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 octobre 2015

 

         Détonateur

 

L’Humanité – 19 octobre 2015

Captureaffichecgt

  « Les Français ne sont pas stupides :

  ils savent que les violences économiques

  méritent d’être considérées au minimum

  avec le même statut que les coups de sang

  qu’elles engendrent. »

  Alors quoi ? Il faudrait s’asseoir à une table,

  avaliser toutes les politiques régressives

  et se goinfrer des plats tels des aliénés ?

  C’est donc ça, une conférence sociale ?

  C’est donc ça, la France des « relations sociales »

  version Hollande-Valls-Macron ?

  Du bidouillage médiatique rehaussé d’arrogance

  verbale, des provocations, des génuflexions

  devant les puissants, des mots encore des mots,

et puis des décisions libérales qui tombent comme des hachoirs sur le corps social, au mépris des travailleurs,

des plus faibles, des chômeurs, des retraités…

Capturemedefdialoguesocial

 

  L’ordre du jour et les conditions

  de cette rencontre au sommet sont

  une véritable flétrissure d’État !

  Le constat du secrétaire général de la CGT

  se veut sans appel. « Cette conférence sociale,

  c’est uniquement de la communication, explique

  Philippe Martinez. On ne va pas écouter

  une grand-messe d’experts patronaux

et participer à des tables rondes avec des ministres qui viennent se faire valoir. »

Quant à François Hollande, Philippe Martinez achève cruellement le sens de sa politique : « Il est dans la continuité

de son prédécesseur sur le plan social. »

Comment ne pas lui donner raison ? Et comment accuser la CGT de pratiquer la « chaise vide » quand la chaise

en question est à bascule et orientée vers le vide ?

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, France, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

L’éditorial de Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 octobre 2015

 

Turbulences aériennes !

 

CaptureHD482

 

 

  « Dialogue social », encore une expression qui ne dit rien

  des réalités d’aujourd’hui. Comment en effet oser baptiser

  « dialogue » une convocation d’instances représentatives

  pour toujours demander aux organisations syndicales

  d’accepter ce que l’employeur a déjà décidé et annoncé

  par voie de presse plusieurs jours avant ?

  À Air France, il s’agit d’un nouveau plan de suppression

  de 3 000 postes après un précédent de 5 000 et avant

  un nouveau, encore caché, d’encore 3 000.

 

 

 

Où est le social là-dedans ? C’est de l’antisocial à l’état pur ! Que ces procédures soient désormais

baptisées de ce drôle de nom de « plan de sauvegarde de l’emploi » n’y change rien. Défense de rire !

Les penseurs du capitalisme sauvage twistent les mots pour cacher la profondeur des maux qu’ils sèment

dans les familles. Jamais la violence physique n’a fait avancer la cause ouvrière. À Air France, elle va encore

la desservir. Le complexe médiaticopolitique s’en donne à cœur joie. Les donneurs de leçons qui n’ont pas

à souffrir des fins de mois difficiles sont de sortie. Le chef de la droite, toujours aussi modéré dans ses propos,

n’hésite pas à parler de « chienlit », quand le chef d’un gouvernement qui se prétend de gauche appelle

à de lourdes sanctions contre des travailleurs syndiqués, baptisés « voyous ». En conséquence de quoi,

la police est dépêchée au petit matin à leur domicile pour les arrêter comme de dangereux criminels

devant leur famille, leurs enfants effarés, pour les placer en garde à vue. Inadmissible et révoltant !

Rien que cela !

Au fait, quel qualificatif doit-on employer pour celles et ceux qui sont jetés comme des éponges

dans la nuit d’errance de 6 à 8 millions de chômeurs ? Là est la véritable violence ! Là est l’insupportable !

Cet opprobre, lancé devant les caméras contre quelques salariés qui n’en peuvent plus, sert à bien empêcher

et à camoufler le débat de fond qui devrait s’instaurer sur le devenir de l’un de nos fleurons nationaux.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

 

Publié dans France, Humanite Dimanche, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

France : Espérance de vie en baisse

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 juin 2015

 

La hausse de l’espérance de vie est un phénomène qui a ses propres causes, parfaitement identifiables.

Prendre du recul donne les moyens de mesurer l’évolution probable de notre longévité,

et surtout d’expliquer pourquoi elle stagne et risque fort de baisser dans les années et décennies à venir.

 

Captureespérancedevie

Cliquer sur l’image pour lire l’article

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extraits :

 

Inégalité de classes devant la mort

 

Selon les rares enquêtes produites sur la question, le taux de mortalité chez les chômeurs

est radicalement supérieur à la moyenne. Le phénomène n’est pas nouveau, mais il s’aggrave.

D’après une étude longue publiée par l’Insee il y a quinze ans, le risque relatif de mortalité est passé

de +3,5% entre 1975 et 1980 à +5,1% entre 1990 et 1995. Ce phénomène s’est depuis alourdi.

Selon Pierre Meneton, chercheur à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Insem),

le chômage tue « entre 10.000 et 20.000 personnes par an ». Son étude, réalisé entre 1995

et 2007 et portant sur 6.000 volontaires âgés de 35 à 64 ans, montre une « surmortalité très importante ».

Etre privé d’emploi a « des effets majeurs sur la survenue d’accidents cardiovasculaires et de pathologies

chroniques ».

[…]

En France, seule la comparaison géographique permet d’entrevoir les inégalités de classe devant la mort.

Les études faites par « catégories socioprofessionnelles », qui mélangent dans une même ligne tous les patrons

et artisans sans prise en compte du nombre d’employés, ne permettent en aucun cas une distinction

des classes sociales. Néanmoins, les données montrent chez les cadres et les « artisans, commerçants,

chefs d’entreprise » (sic) le plus gros écart d’évolution, ces catégories gagnant respectivement 5,5 et

5,2 années d’espérance de vie, là où les « inactifs non retraités » déjà les moins bien lotis, ne gagnent

que 2,7 ans. Ce dernier groupe avait donc une espérance de vie moyenne de 65,4 ans sur la période

2000-2008, contre 82,2 ans pour les cadres.

[...]

Selon les données recensées entre 2010 et 2012, l’espérance de vie diffère largement selon les départements.

Chez les hommes, le trio de tête est Yvelines, Paris et Hauts-de-Seine, tous au-dessus de 80,3 ans.

En queue de classement, le Nord et la Guyane sont autour de 75,5 ans tandis que le Pas-de-Calais

pointe à 74,4 ans. Soit six ans et demi de moins, en moyenne, que les Hauts-de-Seine. La différence

chez les femmes est moins flagrante mais réelle, allant de 82 ans et demi dans le Nord-Pas-de-Calais

à plus de 86 ans dans la capitale française.

[…]

Le Royaume-Uni est un exemple de liberté économique pour les grands propriétaires français. Le système

de sécurité sociale, quasiment inexistant, oblige selon les tenants du capitalisme à se forger un destin

par soi-même, sans assistance. Ce refus de la solidarité nationale est également ravageur. C’est à Glasgow

qu’a été mesurée l’espérance de vie la plus basse d’Europe, en-dessous des moyennes nationales des pays

« pauvres » de l’Est. Les hommes de la capitale économique écossaise affichaient en 2008 une longévité

de 70 ans, en prenant compte des quartiers d’affaires. Ceux du quartier ouvrier de Calton présentaient

quant à eux une espérance de vie de 53,9 ans. Sur place, les bourgeois et leurs perroquets imbéciles

répètent que les pauvres cherchent eux-mêmes à se détruire la santé par leur surconsommation d’alcool,

de tabac et de fish and chips. Ils préféraient ne pas mettre l’accent sur les 30% de chômage

et 38% de foyers sans revenu recensés cette même année dans le quartier.

 

Capturefaujour2

En France, le sujet n’intéresse pas le grand patronat

et ses délégués politiques, de droite ou socialistes,

qui rêvent de reproduire dans l’hexagone les conditions

de la croissance britannique. Ils ont de quoi se réjouir,

car c’est exactement ce vers quoi nous nous orientons.

Le modèle de liberté et d’efficacité économique qu’ils sont

en train de nous imposer, par force réformes structurelles

et coupes budgétaires, est pour le moins singulier.

 

Cet idéal, bientôt réel, sert définitivement plus la liberté pour le gros employeur de ne pas respecter

de « contraintes » de sécurité et d’hygiène trop « strictes », plutôt que la liberté pour le travailleur

moyen de profiter d’une vie en bonne santé. (…)

 

Publié dans ECONOMIE, France, POLITIQUE, SANTE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

L’Édito de l’Humanité du 4 mai 2015 : « L’emploi, mais quel emploi ? »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 mai 2015

 

L’éditorial de Paule Masson – l’Humanité – 4 mai 2015

 

« La bataille pour l’emploi ne peut pas être porteuse de perspectives

si elle s’identifie à la destruction des droits sociaux. »

 

Capturehumourpatrons

 

  La Grande-Bretagne est devenue un pays riche

  plein de pauvres. Dans le temple du libéralisme

  européen, les conservateurs se targuent d’avoir

  remis le pays sur pied « grâce » à l’austérité.

  Le chômage est, il est vrai, à son plus bas niveau

  depuis 2008 (5,6 %). L’emploi repart, mais à quel prix ?

 

 

Là est peut-être la seule question qui vaille. Car la croissance britannique repose sur un océan de précarité.

Les contrats à zéro heure ont prospéré sur le dos de la crise. L’employeur ne craint pas d’embaucher

puisqu’il ne garantit aucun travail, aucun horaire stable au travailleur, qui n’est rémunéré qu’en fonction

des missions acceptées et à un taux nettement inférieur aux contrats classiques. Des jobs de la misère,

funeste baume sur les statistiques du chômage qui alimentent comme jamais l’exclusion sociale

alors que Londres s’enorgueillit d’être la capitale des milliardaires.

precaire

  Quand la reprise d’un travail ne permet pas de vivre

  dignement, l’objectif de l’inversion de la courbe

  du chômage devient un indicateur stérile.

  Peu de chômeurs, beaucoup de pauvres…

  La sentence nourrit aussi l’optimisme des libéraux

  en Allemagne, où le taux de sans-emploi a été ramené

sous la barre des 5 %, tandis que la pauvreté est

à son plus haut niveau depuis la réunification.

Les mini-jobs ont contribué à dévaster les garanties entourant le contrat de travail :

15 heures hebdomadaires payées 400 euros… Du sous-emploi à revendre pour ce pays érigé en « modèle »

de compétitivité en Europe.

La bataille pour l’emploi ne peut pas être porteuse de perspectives si elle s’identifie à la destruction

des droits sociaux. Outre-Rhin, les manifestations du 
1er Mai ont porté la défense du salaire minimum.

En France, même sous la pluie, les cortèges ont bruissé d’inquiétudes face à la désocialisation de l’emploi.

La piqûre de rappel est toujours fortifiante pour ceux qui résistent à l’austérité.

 

Publié dans Allemagne, Chomage, Emplois, EUROPE, Grande Bretagne, Liberalisme | Pas de Commentaires »

Tous dans la rue ce 1er mai contre le capitalisme prédateur et ses larbins

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 avril 2015

 

Des salaires du CAC40 à la manif du 1er mai

 

Gérard le Puill – 30 avril 2015

 

CaptureViehbacherChristoppher Viehbacher, le patron le mieux payé en 2014

Chômage en hausse, pouvoir d’achat en baisse,

grands patrons qui se goinfrent et larbins du capital

qui s’en enthousiasment, les travailleurs ont

de bonnes raisons de battre le pavé en 2015

le jour de la fête du travail.

Le début de semaine précédant les manifestations

du 1er mai dans toute la France aura été riche

en informations qui en disent long sur l’état de notre pays

rongé par les inégalités sociales, les injustices en tous genres

et le chômage de masse.

Le lundi 27 avril, nous apprenions  que le pays comptait en mars 15.5400 demandeurs d’emploi de plus

qu’en février.  Au 31 mars, la France métropolitaine comptabilisait 3.509. 800 chômeurs n’ayant pas

travaillé une seule heure durant le mois écoulé. Mais le nombre de gens inscrits à pôle emploi atteignait

5.290.50O en comptant ceux et celles qui avaient occupé un boulot précaire à temps trop partiel

pour être rayés de Pôle emploi. Le 30 avril, l’INSEE publiait son étude mensuelle indiquant que les dépenses

des ménages avaient reculé de -0,6% en mars, ce qui n’est pas de nature  à relancer l’emploi.

Mais tout ne va pas mal pour tout le monde.

Le 28 avril,  étaient rendus publics les salaires perçus en 2014 par les patrons du C40, les 40 plus grosses

entreprises françaises cotées en Bourse. Au sein d’une fourchette comprise entre 3,9 millions d’euros

et 1,16 million pour 39 de ces 40 nantis, le salaire moyen annuel atteignait 2.267.811€ par individu,

soit une moyenne mensuelle de 188.984€. Le quotidien « les Echos » publiait ce palmarès individuel

avec des graphiques à l’appui pour nous montrer que la part variable du salaire de ces PDG était souvent

plus élevée que la part fixe. Mais, comme cette part variable dépend à la fois du taux de profit au moment

de la clôture du bilan annuel et de l’évolution du prix de l’action en Bourse, faire pression sur les salaires

du plus grand nombre et licencier du personnel sans connaître de difficultés économiques

sont les deux moyens utilisés pour augmenter le salaire des patrons. Ce second moyen a encore été

utilisé pour l’année 2015 le 28 avril par les dirigeants suédois de Renault Trucks en annonçant 

591 suppressions d’emplois lors de la présentation des « perspectives 2015 ». Ce qu’un syndicaliste du groupe

a qualifié de « politique financière à court terme initiée par le fonds de pension Cevian».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

cgt 1-mai-20151er_mai

 

Publié dans ECONOMIE, France, Liberalisme, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Journée du 9 avril : 300 000 manifestants contre l’austérité, les Sambre et Meuse y étaient !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 avril 2015

 

Capture9avril7

capture9avril4

captures d’écran

 

Ils étaient 300 000, ce jeudi, à battre le pavé dans 86 villes de France, pour la journée intersyndicale d’action contre l’austérité. Dans les cortèges, travailleurs du public et du privé, précaires, chômeurs, jeunes, retraités ont convergé, rejetant les divisions et exigeant une politique de relance des salaires et des services publics.

« A manifesté ! » ainsi Lise, annonce fièrement sur Facebook, tel un acte citoyen, sa participation à l’une des quelque 86 manifestations anti-austérité (1) organisées jeudi dans tout le pays et notamment à Paris à l’appel de la CGT (très massivement mobilisée), de FO, de la FSU et de Solidaires. Quelque 300 000 personnes ont répondu à cet appel à la grève active lancé par 800 syndicats d’entreprises publiques et privées et ont permis de mesurer que la colère n’est pas moins vive au soleil, pourtant bien présent. Bien au-delà de sombres constats, ce sont des revendications claires qui ont été portées par les dirigeants des organisations syndicales en tête du cortège parisien qui a rassemblé près de 120 000 hommes et femmes entre la place d’Italie et les Invalides. Pour la première fois à Paris depuis 2010, la tour Eiffel et de nombreux musées étaient fermés pour cause de grève. (Lire la suite sur humanite.fr)

 

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitésur youtube

Près de 300 000 manifestants ont défilé en France contre l’austérité, selon la CGT,  jeudi 9 avril, dont 120 000 à Paris. Les policiers parlent eux de 32 000 manifestants dans la capitale. Les protestataires répondaient à l’appel de quatre syndicats – CGT, FO, FSU, Solidaires – et de plusieurs centaines d’entreprises publiques et privées.

 

Les Sambre et Meuse y étaient

Capturesambreetmeuse9avril

Capture9avril

(captures d’écran)

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Fédération CGT Métallurgiesur youtube

CGT 9 avril – Un succès retentissant qui prépare d’autres mobilisations

Image de prévisualisation YouTube

MyCGTsur youtube

Publié dans Austerite, CGT, ECONOMIE, FO, France, FSU, Luttes, SOCIAL, Solidaires, Syndicats | Pas de Commentaires »

La colère sociale gagne la rue, Manuel Valls manœuvre (l’Humanité)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 avril 2015

MOBILISATION

La colère sociale gagne la rue, Manuel Valls manœuvre

 

Alexandra Chaignon 
et Sébastien Crépel – l’Humanité – 9 avril 2015

 

austerite4

À la veille de la journée nationale d’action

contre l’austérité à l’appel de la CGT, FO, la FSU

et Solidaires, le premier ministre a présenté

son « plan pour l’investissement ».

Dérisoire et à côté de la plaque, répondent

les salariés qui se mobilisent aujourd’hui,

entreprises en lutte en tête.

Les colères et les idées neuves vont battre le pavé

aujourd’hui. La grève et les manifestations organisées

partout en France peuvent faire date dans le quinquennat

de François Hollande.

 

À l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, Solidaires et FSU, salariés du privé et du public, chômeurs, retraités,

grévistes de Radio France et salariés en lutte sont invités « à faire converger leurs revendications et à exiger

du gouvernement et du patronat qu’ils y répondent ».

Les annonces faites hier par Manuel Valls, censées répliquer à la défiance des Français exprimée

dans les urnes le 29 avril, confortent l’exigence du retour d’un mouvement social d’ampleur pour « permettre

la création d’emplois en changeant de politique économique, de garantir et promouvoir le service public,

d’augmenter les salaires », comme l’expriment différents dirigeants syndicaux dans nos colonnes. Car derrière

des affichages creux visant à acheter le silence dans les rangs de la majorité, le premier ministre

a clairement réaffirmé hier son entêtement libéral. Défiscalisations, cadeaux aux grands

actionnaires : la stratégie de l’échec assuré en termes de créations d’emplois.

Pourtant les idées ne manquent pas, comme le démontre aussi l’économiste Nasser Mansouri dans nos colonnes,

pour relancer l’économie et créer des emplois stables.   

Le premier ministre avait promis, au soir de la défaite de son camp aux départementales, d’en tirer les leçons

avec « de nouvelles mesures en faveur de l’investissement public et privé » comme réponse à la « colère »

des électeurs et à « leur exigence de résultats concrets » face à la montée du chômage.

Une colère qui devrait s’exprimer côté syndical, aujourd’hui, avec la journée nationale d’action unitaire

interprofessionnelle contre l’austérité et pour l’emploi, les salaires, les retraites et les services publics,

à l’appel de la CGT, FO, la FSU et Solidaires.

Le premier ministre espérait-il désamorcer la contestation sociale en annonçant, à la veille de cette journée,

son plan pour l’investissement ? En ce cas, l’effet risque d’être à l’inverse de celui espéré. Non seulement

les mesures présentées hier par Manuel Valls ne traduisent pas d’infléchissement de la politique économique

du gouvernement, mais elles la poursuivent, voire l’accentuent.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, France, Luttes, POLITIQUE, Politique nationale, Syndicats | Pas de Commentaires »

Quand la droite dite républicaine facilite la politique antisociale du FN

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 mars 2015

 

  Le Front national parasite déjà les pensées de la droite

 

 Grégory Marin – L’Humanité – 18 mars 2015

fn_1

La gestion sociale des villes

que le Front national dirige

ou soutient préfigure

ce qu’il en serait de leur conduite

au plan départemental.

Dans quelques collectivités locales,

l’application de leur programme

antisocial se trouve facilitée

par l’action bienveillante

d’une partie de la droite.

« On ne vise pas d’alliance avec l’UMP ni avec des partis avec qui nous ne partageons pas de valeurs

ni de projet pour la France », promettait mardi le vice-président du Front national, Florian Philippot,

sur Public Sénat. Voilà pour les mots. Dans les faits, les « valeurs » sont assez largement partagées

par une partie de la droite, qui pourrait signer la « charte de cinq ou six engagements de fond

sur les compétences départementales », proposée par le parti d’extrême droite. Quant aux alliances,

elles sont sinon en cours, du moins envisagées. Le même jour, à Avignon, la députée FN du Vaucluse,

Marion Maréchal-Le Pen, ne prévoyait-elle pas que « certains candidats ou élus UMP non inféodés à Paris

appelleront à faire barrage à la gauche car l’adversaire principal, c’est la gauche » ?

En lieu et place de la « tambouille UMPS », dénoncée par Philippot, les intérêts bien sentis entre FN

et droite ont déjà permis aux idées d’extrême droite et à son personnel politique de s’imposer sur le terrain.

Marine Le Pen disait, en début de semaine sur France Info, vouloir faire la démonstration que « nous sommes

capables, dans un département, de faire nos preuves comme nous l’avons fait dans les municipalités ».

Afin de mesurer la crainte de voir appliquer au plan départemental les politiques promises par le Front national,

il faut en effet se tourner vers les villes officiellement gérées par lui.

♦ À Beaucaire (Gard) par exemple, les « 1,64 million d’euros d’économies » affichées par le maire, Julien Sanchez,

tiennent surtout à la fermeture de la Maison du vivre-ensemble et à la traque des « profiteurs des cantines » :

haro sur « la population en difficultés sociales », dénonce Laure Cordelet, animatrice du Rassemblement citoyen.

♦ À Villers-Cotterêts (Aisne), le maire, Franck Briffaut, est candidat à la présidence d’un département qui place

le FN à 41 % d’intentions de vote au premier tour, selon un sondage Odoxa pour le Parisien publié le 16 mars.

Dans sa ville, il a mis fin à la cantine pour les enfants de chômeurs : « Une personne au RSA peut venir chercher

son enfant à l’école car elle ne travaille pas », arguait-il.

♦ À Béziers, où le maire, Robert Ménard, est soutenu par le FN, la réduction du budget des centres sociaux

(un marqueur de l’action municipale frontiste) atteint les 20 %, ciblant prioritairement le quartier défavorisé

à forte population d’origine immigrée de la Devèze. La liste n’est pas exhaustive.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans F-Haine, France, POLITIQUE, UMP | Pas de Commentaires »

Chômage : la bataille a été perdue, parce qu’elle n’a pas été menée

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 janvier 2015

 

Chômage :

la bataille a été perdue, parce qu’elle n’a pas été menée

 

Olivier Dartigolles

 

chomage_1_4

  Avec la publication des chiffres du chômage du mois de décembre,

  on mesure, une nouvelle fois, l’étendue du désastre social

  et humain qui frappe notre pays.

  Avec de tels chiffres pour l’année 2014, comment le gouvernement

  peut-il maintenir une politique aussi désastreuse ?

  Avec les nouveaux inscrits de décembre, on frôle aujourd’hui le seuil

  des 3,5 millions de chômeurs avec une explosion du nombre

  de personnes inscrites en catégorie B et C.

 

Toutes catégories confondues, on enregistre une augmentation de plus de 49 000. Du jamais vu depuis l’été 2012. La durée moyenne d’inscription atteint une année et demie. La situation des jeunes, des seniors, des chômeurs de longue durée se dégrade encore. La radiation administrative est le motif de sortie de Pôle emploi qui progresse le plus.

La bataille de l’emploi a été perdue par F.Hollande et ses équipes gouvernementales. Depuis son élection, le pays compte 553.900 chômeurs de plus, avec un rythme d’un millier par jour sur la dernière période. Cette bataille a été perdue car elle n’a tout simplement pas été menée. Les armes ont été déposées au pied de la commission européenne et d’A.Merkel, du patronat et des marchés financiers.

C’est cette réalité et son lot de souffrances, de privations et de désespérance qui nourrit le FN et les fractures dans notre société. Comment redonner de l’éclat aux belles valeurs républicaines avec, mois après mois, une telle saignée. Comment proposer d’une main un débat national sur le vivre ensemble, l’avenir des quartiers populaires, de la jeunesse, et, de l’autre, ne rien changer à une politique en échec total sur l’une des urgences pour reconstruire une espérance collective, permettre à de millions de gens, et avec eux leur famille, de vivre, de se sentir considérés, de retrouver confiance en eux.

F.Hollande et Manuel Valls doivent rendre des comptes. Dans un moment où le peuple grec vient d’ouvrir la brèche, les forces de gauche anti libérales ne peuvent plus attendre pour engager l’offensive politique porteuse de solutions en France et en Europe.

Publié dans Chomage, France, Liberalisme, PCF, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

12345...13
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy