« La Poste transforme les facteurs en militants du Front national »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 mars 2014

 

Des facteurs parisiens refusent d’être transformés

en militants du FN

 

Capturefacteur

  À quelques jours du premier tour des municipales,

  des postiers du 7e arrondissement de Paris ont refusé

  ce matin de distribuer un tract du Front national.

  Motif : il figurait dans un lot de publicités non mis

  sous pli, selon les syndicats CGT et SUD.

  « Que la Poste distribue ainsi de la propagande politique

  pose un réel souci. Notre règlement intérieur stipule

  que nous n’avons pas le droit de faire de la propagande »,

  observe Emmanuel Cottin, du syndicat CGT.

« D’ordinaire, la communication politique est masquée sous pli opaque », en déambulant ainsi avec des tracts du FN

sous le bras, « les facteurs risquent d’être interpellés au cours de leur tournée », « il y a un danger pour leur intégrité

physique et morale », estime-t-il.

Selon le syndicaliste SUD, Olivier Rosay, sur la quarantaine de facteurs qui travaillaient lundi sur l’arrondissement,

« au moins une douzaine ont retiré le tract avant de partir faire leur tournée ». En leur mettant entre les mains

« ostensiblement de la propagande politique du Front national », « La Poste transforme les facteurs en militants

du Front national », s’indigne le syndicat. Seul le 7e arrondissement est concerné, précise-t-il. Le tract est celui

de la candidate du Front national et du Rassemblement bleu marine aux élections municipales dans l’arrondissement,

Bernadette de la Bourdonnaye.

Principe de neutralité de La Poste selon la direction

De son côté, La Poste met en avant le « principe de neutralité ». « La Poste et Médiapost (filiale du groupe) distribuent

la propagande électorale des partis politiques lors de chaque élection. Dès l’instant ou le parti qui s’exprime n’est pas

interdit, La Poste doit les traiter avec équité », affirme le groupe. La Poste peut refuser de diffuser un contenu

seulement si celui-ci « est contraire à l’ordre public ou aux bonnes mœurs ». « La Poste ne peut refuser, ou soumettre

à des conditions particulières comme la mise sous enveloppe, le message d’un parti politique », ajoute la direction

de La Poste.

Lors d’assemblées générales lundi matin, SUD a lancé un appel « à l’objection de conscience et à la désobéissance »

et la CGT a demandé aux postiers « de ne pas toucher aux plis en attendant d’avoir des réponses de la direction ».

Selon les deux syndicats, la direction a envoyé à l’aube un huissier au centre de distribution, délocalisé dans le 15e

arrondissement, pour contrôler la préparation des documents.

Les syndicats rapportent « une très forte pression de l’encadrement ».

[humanite.fr]

 

Publié dans CGT, Elections municipales, France, La Poste, POLITIQUE, Sud | Pas de Commentaire »

SNCF : Journée nationale d’action le 12 décembre 2013

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 novembre 2013

 

Réforme ferroviaire :

quatre syndicats appellent à la grève le 12 décembre

 

greves-sncf

 

La CGT, l’Unsa, Sud-Rail et FiRST, hostiles au projet de réforme

ferroviaire, accusent la SNCF « de tenter de mettre en œuvre

la réforme » avant le débat prévu au Parlement au premier

semestre 2014.

 

 

« Les présidents de la SNCF et de RFF mettent en œuvre la réforme avant la réforme, c’est insupportable, ils ne doivent pas s’affranchir du débat démocratique », a expliqué à l’AFP Gilbert Garrel, secrétaire général de la fédération CGT-cheminots. Selon les syndicats, les plans « Excellence 2020 » à la SNCF et « Réseau 2020″ à RFF sont des « tentatives de mettre en oeuvre la réforme » en « s’attaquant aux métiers, à la sécurité et aux conditions de travail des cheminots ». Les syndicats estiment en outre que le projet de réforme est « non financé ». « Le financement du projet se fera sur le dos des cheminots » par la recherche de gains de productivité qui « dégradera les conditions sociales et de travail des cheminots », avance Gilbert Garrel.

[...]

Le préavis déposé par la CGT, l’Unsa et Sud-Rail, rejoints par FiRST, court du mercredi 11 décembre à 19 heures au vendredi 13 décembre à 8 heures.

[Article complet sur humanite.fr]

Lire aussi :

Publié dans CGT, France, Luttes, Sud-Rail, Syndicats, Transports - SNCF, UNSA | Pas de Commentaire »

Un délégué syndical dans la ligne de mire d’Apple

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 mai 2013

 

C’est un scandale !

Un délégué syndical dans la ligne de mire d’Apple

 

Un délégué syndical dans la ligne de mire d’Apple dans licenciements apple

Un employé d’ Apple, militant SUD, est menacé de sanctions

pour avoir travaillé 
vingt minutes de trop.

Vingt minutes de travail en trop. Tel est le motif de l’entretien

préalable au licenciement auquel a été convoqué lundi

Thomas Bordage, vendeur à l’Apple Store d’Opéra, à Paris,

et militant syndical SUD.

 

L’accusation paraît d’autant plus absurde que, selon lui, terminer son travail plus tard que prévu est une pratique

habituelle dans l’entreprise. « Il est tout à fait fréquent qu’un employé déborde sur ses horaires de travail.

Interpeller ainsi un salarié, sans avertissement ni discussion préalable, est vraiment inédit », explique-t-il.

Pour lui, ce reproche incongru et l’hostilité de la direction sont directement liés à ses activités militantes.

 

sud-apple apple dans SOCIAL

capture d’écran

Cliquez sur l’image pour agrandir

En septembre dernier, il a été désigné délégué syndical SUD

et a été à l’initiative d’une grève contre la dégradation

des conditions de travail chez Apple. Une mobilisation qui n’a

pas été massive, mais très médiatisée.

Par la suite, le syndicat SUD a mené une action en justice

contre le travail de nuit, qui a débouché à la mi-mars

sur un jugement du tribunal de grande instance de Paris

interdisant le travail de salariés après 21 heures

dans sept filiales de la firme.

« Apple n’a pas digéré ce jugement, la convocation de Thomas

Bordage à l’entretien est clairement une mesure de rétorsion »,

estime Laurent Degousée, de SUD commerce, qui rappelle

qu’un autre syndiqué SUD a déjà été convoqué à un entretien

préalable au licenciement, sans suite.

En deux ans, les effectifs d’Apple en France sont passés de 500 à 1 500 salariés, et le nombre de magasins

de quatre à une vingtaine, selon SUD. « Chez Apple, il n’y a aucune information qui circule et personne n’est

disponible pour parler des problèmes dénoncés », explique Thomas Bordage, qui regrette le manque

de communication et décrit un climat d’entreprise « oppressant » et peu propice à la négociation.

« En tant que syndicalistes, nous sommes vus comme les bêtes noires de l’entreprise », (…)

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans licenciements, SOCIAL, Sud | Pas de Commentaire »

« Port-Royal, retour sur un drame annoncé »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 février 2013

 

Ce mercredi dans l’humanité :

Port-Royal, retour sur un drame annoncé

 

Dans cette « usine à bébés » parisienne, où près

de 6 000 femmes accouchent chaque année,

les dysfonctionnements et les incidents sont

quotidiens. Rançon du manque de moyens et de

la logique de l’hôpital entreprise.

Notre enquête.

Pour la secrétaire de l’Usap-CGT, Rose-May Rousseau :

« 1 000 emplois sont sacrifiés tous les ans

dans les hôpitaux de Paris ».

 

 

 

 

La direction 
de l’AP-HP a annoncé un nouveau plan d’économies de 150 millions d’euros pour 2013.

Pour vous, c’est l’équivalent 
de 1 000 emplois supprimés ?

Rose-May Rousseau. Après un plan de 91 millions d’économies en 2012, c’est une nouvelle saignée !

C’est d’autant plus honteux que ce plan va servir pour sa grande part à rembourser les frais financiers

de la dette de l’AP-HP vis-à-vis des banques (100 millions par an). Mais ces 150 millions d’euros d’économies,

c’est encore sur le personnel qu’ils vont peser. C’est la seule marge de manœuvre, alors qu’on est déjà

dans une situation explosive. Et chaque année, c’est pareil. Depuis cinq ans, on assiste à un véritable plan

de casse sociale : 1 000 emplois sont sacrifiés tous les ans. Faites le calcul. On arrive à 5 000 suppressions

d’emplois et des personnels à bout et épuisés. Tous les indicateurs sont au rouge. On estime la dette sociale

à plus 
de 1,4 million de jours non pris par les agents, soit l’équivalent de plus de 6 000 emplois, sans parler

de la multiplication des accidents de travail, des arrêts maladie, 
des risques psychosociaux…


Les conditions de travail 
sont tellement difficiles qu’on n’arrive même plus à recruter ; les soignants,

notamment les infirmières, fuient. Et ils ont raison d’avoir peur car, au bout du compte, c’est leur diplôme

qui est mis en cause en cas de problème.

Lire la suite de cet entretien dans l’Humanité de mercredi 20 février.

[humanite.fr]

 

Publié dans Austerite, CGT, Emplois, FO, SANTE, Sud | Pas de Commentaire »

Nouveau drame à La Poste : assez de discours, des actes !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 novembre 2012

 

SUICIDE A LA POSTE : ASSEZ DE DISCOURS, DES ACTES !

 

Nouveau drame à La Poste : assez de discours, des actes ! dans CGT suicide_postePar Bernard Dupin, administrateur CGT du groupe La Poste

Un nouveau drame vient de se dérouler au sein même de La Poste

de La Fère dans l’Aisne où un postier âgé de 55 ans a mis fin

à ses jours en allant se pendre dans son bureau le mercredi

31 octobre après midi.

Il est intolérable qu’un agent, quel que soit son grade, sa catégorie

ou  son service n’ait d’autres recours pour se faire entendre

que d’attenter à ses jours.

Combien de drames faudra-t-il encore supporter pour que le processus

destructeur qui génère un épuisement physique et psychique des postiers soit

enfin stoppé.

 

La Poste traverse une grave crise sociale et managériale.

Humiliations et burn-out, désorganisation de l’activité, injonctions paradoxales, pathologies de surcharge :

la décision de supprimer massivement les emplois et de réorganiser sans contrôle la conduite de l’entreprise

est à l’origine d’une conduite du changement pathogène et de la dégradation de l’état de santé physique

et psychique des postiers.

D’autre part, en guise de dialogue social, La Poste connait le flicage des consignes et des activités quotidiennes,

les sanctions disciplinaires ou l’exclusion des agents qui ne peuvent suivre le rythme, la chasse aux syndicalistes

qui défendent une autre politique, l’humiliation des cadres qui refusent de faire de l’abattage.

Parallèlement, des « réorganisations » successives désorganisent l’activité et font baisser au total la qualité

de service de 50 %.

Il y a aujourd’hui plus qu’une situation d’urgence à prendre en compte à La Poste et qui nécessite des mesures

concrètes alors que les postiers sont confrontés à des discours de bonnes intentions de la part des dirigeants

de La Poste ou a un mutisme complet du ministère de tutelle qui est pourtant le premier actionnaire du Groupe.

La Direction de La Poste et les deux actionnaires que sont l’État et la Caisse des dépôts et Consignations 

doivent prendre toutes leurs responsabilités au niveau social et humain en changeant de politique et de mise

en œuvre de leur  stratégie.

[Lire la suite sur le blog de Bernard Dupin]

 

Lire également :

Nouveau suicide à La Poste : les syndicats appellent le gouvernement à intervenir

La Poste : Le Grand Dialogue a échoué (Sud PTT)

 

Publié dans CGT, France, La Poste, Souffrance au travail, Sud, Syndicats | Pas de Commentaire »

Congrès PS de Toulouse : les Sanofi en tête de cortège réclament le changement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 octobre 2012

 

Congrès PS de Toulouse :

les Sanofi en tête de cortège réclament le changement

 

Congrès PS de Toulouse :  les Sanofi en tête de cortège réclament le changement  dans CFDT inesben-0690_0_0-300x150

Des centaines de salariés, syndicats et politiques de gauche

ont manifesté devant le congrès du PS, à Toulouse.

« Le changement, c’est pour quand ? » demandait la banderole

de tête.

 

A Toulouse, en marge du congrès du parti socialiste où se trouvent de nombreux ministres dont Jean-Marc

Ayrault, près de 1200 manifestants ont défilé pour demander au gouvernement socialiste :

« Le changement c’est pour quand ? ». C’était en tout cas la question posée par la banderole de tête tenue

à la fois par des syndicalistes de la CGT, de la FSU et de SUD et par des militants politiques du Front de Gauche

ainsi que du NPA ou d’Attac.

4861536-7255023-300x219 Sanofi dans CGT

L’intersyndicale (CFDT-SUD-CGC-CGT-FO) de Sanofi était en tête

du cortège avec près de 300 des salariés du laboratoire pharmaceutique

qui luttent depuis juillet contre la menace d’une fermeture

de leur établissement toulousain. Les mots d’ordre y étaient plus

syndicaux, même si on voyait une pancarte :

« Montebourg assume ton ministère! ».

 

Plusieurs dizaines de salariés de France3 Midi-Pyrénées s’étaient joint au défilé pour dénoncer un plan

d’économies qu’ils jugent suicidaire. « Sauvons les régions » et « France 3 plus loin de chez vous », clamaient

leurs banderoles.

Le gros du reste de la manifestation était composé de militants du Front de gauche –membres du Parti de Gauche

ou gauche unitaire. Pendant ce temps une délégation du parti communiste français,  conduite par la présidente

du groupe CRC au Sénat Eliane Assassi, remettait une lettre de Pierre Laurent au nouveau secrétaire national

des socialistes, Harlem Désir.

Les manifestants ont défilé en ville dans un quartier proche du Parc des expositions où le congrès socialiste

se déroule en présence de nombreux ministres, mais ils n’ont pas tenté de s’en approcher trop près.

Lire également :

Congrès PS : Emmanuel Maurel veut « mettre tous les débats sur la table »

humanitefr Toulouse dans FO le 27 Octobre 2012

Vidéo France3 Midi-Pyrénées

Publié dans CFDT, CGT, FO, France, FSU, Luttes, POLITIQUE, PS, Solidaires, Sud, Syndicats | Pas de Commentaire »

La mise en concurrence des salariés nuit gravement à leur santé

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 septembre 2012

 

La mise en concurrence des salariés nuit gravement à leur santé dans Justice Affiche_stress-2C’est ce qu’a estimé ce mardi le tribunal de grande instance de Lyon.

Celui-ci a interdit à la Caisse d’Epargne Rhône Alpes Sud (CERA) de

conserver son organisation du travail fondée sur le « benchmark »,

ou mise en concurrence permanente de ses salariés, qui compromet

« gravement » leur santé.

La Caisse d’Epargne Rhône-Alpes a fait appel de cette décision, la qualifiant

dans une déclaration à l’AFP de « particulièrement injuste et disproportionnée ».

Contrairement au tribunal, elle ne trouve rien à redire à ce type de fonctionnement

conforme au  »principe constitutionnel de liberté d’entreprendre », et explique

que « l’objectif d’un benchmark est d’identifier les processus les plus efficaces

et professionnels pour aider l’organisation à atteindre ses objectifs ».

La direction affirme au contraire  »qu’il n’y a pas de lien de causalité

entre le benchmark et les risques psychosociaux ».

« Stress permanent »

Le TGI de Lyon estime lui au contraire qu’avec ce système, « le seul objectif qui existe est de faire mieux que les autres »

et « tout est remis en question chaque jour ce qui crée un stress permanent ». Des médecins du travail, des assistantes sociales

et l’inspection du travail avaient alerté la direction sur ces risques.

« Véritable terreur »

Fin 2007, la direction de la CERA avait mis en place ce système de gestion des performances des salariés, consistant en

une évaluation permanente des uns par rapport aux autres au sein de chaque agence, et aussi des agences entre elles. La part

variable de la rémunération de chaque salarié dépend directement des résultats du « benchmark » puisqu’elle est fonction

des résultats de son agence.

Le syndicat SUD du groupe Banque populaire-Caisse d’Epargne (BPCE), dénonçant la « véritable terreur » que fait régner

le « benchmark », avait saisi la justice en mars 2011 et une audience a eu lieu le 30 mai dernier.

D’autres recours à venir ailleurs ?

La justice interdit aux Caisses d’Epargne de la région Rhône-Alpes Sud de recourir à ce système, sans toutefois fixer d’astreinte,

et condamne la société à payer à SUD 10.000 euros de dommages et intérêts. Dans un communiqué, le syndicat s’est félicité

de cette décision, qui s’impose aussi selon lui aux autres Caisses d’Epargne sur le territoire, et au-delà peut inciter d’autres

salariés à engager des recours.

« Ce jugement ne concerne en aucune façon les autres Caisses d’Epargne, qui sont totalement autonomes les unes par rapport

aux autres pour définir notamment leur système de management de la performance commerciale », a contredit la caisse d’Epargne

Rhône-Alpes.

Source : humanite.fr  5 septembre 2012

Publié dans Justice, SANTE, Souffrance au travail, Sud, Syndicats | Pas de Commentaire »

Pour les ouvriers de PSA Aulnay, « le changement, c’est maintenant ! » et « aucune usine ne doit fermer ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 juin 2012

 

Les ouvriers de PSA Aulnay s’invitent au meeting du PS

 

Pour les ouvriers de PSA Aulnay, Alors que les 3300 emplois de PSA Aulnay sont toujours

menacés, les salariés s’impatientent. A l’occasion

d’un meeting national du PS hier, ils ont à nouveau exigé

du nouveau gouvernement une réunion tripartite avec

la direction du groupe.

 

Seule une partie des personnes massées devant les portes du Zénith (Paris) hier, où était sur le point de se tenir le meeting

du PS, scandait haut et fort : « Le changement, c’est maintenant ! ». Et le mot d’ordre n’émanait pas des militants socialistes.

Au slogan de campagne du vainqueur à la présidentielle était en effet adjoint un autre mot d’ordre :

« aucune usine ne doit fermer ! ».

Derrière les banderoles, une centaine de salariés de PSA Aulnay en bleus de travail étaient venus se rappeler au bon souvenir

de la majorité présidentielle. « Le slogan, c’est pour lui claquer, à François Hollande ! », explique Farid, délégué CGT

dans l’usine dont l’avenir semble toujours aussi compromis. Sous une pluie battante, les ouvriers de trois syndicats qui avaient

débrayé dans l’après-midi – CGT, CFDT, Sud – distribuent des tracts aux militants et sympathisants PS venus assister au meeting.

L’accueil varie du soutien à l’indifférence. « Je suis d’accord avec eux, il faut durcir les lois contre les licenciements boursiers »,

affirme par exemple Nathan, 16 ans, militant MJS, dans la file d’attente.

« Notre manifestation n’est pas hostile aux militants socialistes », précise le délégué CGT central Jean-Pierre Mercier, qui insiste

qu’il s’agit surtout « d’adresser un message à un gouvernement qui traîne des pieds », en marge d’un événement auquel était

notamment présent le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

« Pendant l’entre-deux tours, avant son débat télévisé avec Nicolas Sarkozy, François Hollande nous avait promis de nous recevoir

immédiatement s’il était élu, il ne l’a toujours pas fait », dénonce Farid, qui se dit « déjà déçu » d’avoir voté aux deux tours pour

le candidat PS.

Pas question d’attendre le plan social

Alors que la direction du groupe automobile ne semble toujours pas disposée à accorder la production d’un nouveau véhicule

au site de Seine-Saint-Denis – en remplacement de la Citroën C3 dont l’assemblage n’est prévu que jusqu’en 2014 à Aulnay –

le nouveau gouvernement n’est pas encore intervenu sur ce dossier industriel brûlant. Et les salariés en lutte s’impatientent.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CFDT, CGT, Emplois, F. Hollande, Luttes, PS, SOCIAL, Sud, Syndicats | Pas de Commentaire »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy