Répression syndicale à la Poste

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 février 2015

 

Sanctionnés pour engagement syndical :

    quand la Poste entrave les libertés fondamentales

 

par Sophie Chapelle 11 février 2015

Capturehuma1

La répression syndicale bat son plein à la Poste.

Mises à pied, tentatives de licenciements et…

révocation de fonctionnaire. Cette sanction gravissime

n’y avait pas été prononcée depuis un demi-siècle.

Un délégué syndical de Sud vient d’en faire les frais.

Son crime : ne pas avoir demandé l’autorisation

de la direction avant de s’exprimer devant des salariés.

Pour entraver l’exercice du droit syndical, la direction

 de La Poste profite du flou juridique qui entoure

l’entreprise publique devenue société anonyme.

Dans un contexte de restructuration permanente : en moyenne, 6 000 emplois sont supprimés

chaque année depuis dix ans.

Le 13 janvier, un postier, Yann Le Merrer, s’est vu notifier sa révocation par la Poste. C’est la plus lourde sanction qui puisse frapper un fonctionnaire. Du jamais vu depuis 1951, quand deux syndicalistes de la CGT avaient été révoqués [1]. Son délit ? Des faits liés à son activité syndicale dans le conflit qui a agité les Hauts-de-Seine au premier semestre 2014. Au terme de 173 jours de mobilisation, les grévistes ont notamment obtenu la titularisation de trois salariés, qui enchainaient les contrats précaires.

A l’issue de cette grève, la direction de l’entreprise publique a lancé de multiples procédures disciplinaires. Gardes à vue, mutations d’office, mises à pieds, licenciements… Face à l’arsenal des mesures disciplinaires déployées par la Poste, le cas de Yann Le Merrer, secrétaire département adjoint chez Sud PTT, est emblématique. « Il y a un principe en cas de grève, c’est celui d’aller avec les grévistes faire la publicité de la grève dans d’autres centres, souligne le postier, c’est à dire de travailler à la convergence des luttes. Et ça c’est le truc qu’ils ne supportent pas, c’est cela qu’ils attaquent aujourd’hui et c’est pour cela que je suis révoqué. » [2]

Quand la Poste ne respecte pas le Code du travail

Capturelapostesanction

Depuis 2009, aucun texte ne régit l’exercice du droit syndical à La Poste, laissant place au fait du prince. Pour les représentants des salariés, pénétrer dans un établissement peut être considéré comme un délit ! Selon la notification de sanction à l’encontre de Yann Le Merrer consultée par Basta !, six motifs ont été notifiés par la direction : « Intrusions répétées pendant des heures de service dans plusieurs établissements postaux », « prises de parole non autorisées », ou encore « absence d’information préalable des directeurs d’établissement à l’occasion de ses venues ».

[Lire la suite sur Basta !]

Creative Commons License

Publié dans Basta!, CGT, France, La Poste, LIBERTES, SERVICES PUBLICS, Sud, Syndicats | Pas de Commentaire »

Révoqué parce que syndicaliste

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 janvier 2015

 

Révoqué de La Poste pour son engagement syndical

 

Cécile Rousseau – L’Humanité – 20 janvier 2015

 

huma2001

Yann Le Merrer, militant SUD PTT

dans les Hauts-de-Seine

et fonctionnaire, a été destitué.

Une exclusion définitive pour faits

syndicaux. Du jamais-vu depuis 1951,

signant un durcissement de la répression

antisyndicale dans une entreprise

en pleine mutation.

 

Le 13 janvier 2015, Yann Le Merrer, quarante-trois

ans, fonctionnaire et secrétaire départemental

adjoint SUD PTT des Hauts-de-Seine, s’est vu

notifier chez lui par huissier sa révocation par La Poste

pour faits de grève. Du jamais-vu depuis 1951.

 

À cette époque, Georges Frischmann, secrétaire général de la fédération CGT des PTT, et un autre

syndicaliste CGT, René Duhamel, avaient été révoqués pour avoir signé une déclaration en faveur

de la paix pendant un voyage en RDA ! Si La Poste est coutumière des méthodes expéditives et brutales

envers les représentants du personnel, un cap vient d’être franchi en matière de discrimination antisyndicale.

Car les faits reprochés à Yann Le Merrer relèvent simplement de l’exercice de son mandat :

intrusions répétées pendant les heures de service dans plusieurs établissements postaux, prises de parole

non autorisées, refus de quitter les locaux en dépit des injonctions.

 «Choqué » par cette décision, le syndicaliste, coutumier des représailles de La Poste, ne pensait pas

que la direction franchirait cette ligne rouge. « Depuis 2010, je n’ai travaillé que 14 mois, j’étais mis à pied

pour mon activité syndicale ou exclu. Mais là, la révoc’, c’est le pire pour un fonctionnaire. Je ne peux même

plus trouver un poste dans la fonction publique. Cela a une charge symbolique très forte. »

Depuis la fin de la grève de 173 jours des postiers des Hauts-de-Seine, cet été, la plus longue de l’histoire

de La Poste, les sanctions tombent. Quatre syndicalistes ont été licenciés. D’autres attendent encore

leur passage en conseil de discipline. Au terme d’un conflit très tendu, les grévistes avaient arraché le report

des restructurations et l’embauche des personnes en contrat professionnel.

Pour Régis Blanchot, administrateur de SUD PTT, « avec cette révocation, un tabou est tombé. Il devient

presque impossible de mener une action syndicale à La Poste. Il faut prévenir 48 heures à l’avance

pour ­distribuer un tract, sinon on vous interdit d’y entrer ! L’ensemble des organisations se plaignent

de la répression ». Yann Le Merrer soupire : « C’est dans notre pratique d’aller voir les agents de centre

en centre, d’intervenir en cas d’urgence. Comme La Poste nous interdit tout, nous sommes en faute

en permanence. L’entreprise ne veut plus des militants de terrain, elle veut les éliminer. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

Pétition pour la réintégration de Yann Le Merrer

Publié dans France, La Poste, Luttes, Sud, Syndicats | Pas de Commentaire »

Répression antisyndicale à La Poste

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 octobre 2014

 

 La répression antisyndicale bat son plein à La Poste

 

  par Cécile Rousseau - 29 octobre 2014

postepactesocialrecalé  

  Mercredi, Sud-PTT donnait une conférence

  de presse pour alerter sur la multiplication

  des cas de sanctions de syndicalistes

  pour faits de grève.

  La discrimination antisyndicale monte encore d’un cran

  à La Poste.

 

 

Ce mercredi, Sud-PTT alertait la presse sur la montée de la criminalisation des représentants des salariés

au sein du groupe. Pour Régis Blanchot, administrateur Sud-PTT, la situation n’a jamais été aussi tendue.

« Il y a des dizaines d’agents qui passent en conseil de discipline pour faits de grève, surtout du côté

des syndicats les plus offensifs, c’est-à-dire Sud et la CGT. L’entreprise laisse pourrir les conflits

et ensuite sort la matraque. Pire, La Poste refuse même aujourd’hui toute critique de sa stratégie,

qu’elle soit constructive ou non. »

Le cas de Yann Le Merrer est  inédit. Ce fonctionnaire, secrétaire départemental adjoint du syndicat

dans les Hauts-de-Seine, passera en conseil de discipline le 30 octobre. Il risque la révocation

pour des prises de parole en public lors de la grève qui a duré 173 jours dans le département pour réclamer

la titularisation de leurs collègues en contrats aidés et dénoncer les restructurations à venir.

« Maintenant, quand on veut intervenir auprès des agents, il faut prévenir la veille, donner le motif…

La Poste est dans le refus du dialogue social ! », déplore-t-il. Si la sanction allait jusqu’au bout, ça serait

une première depuis 1953 et la révocation de Georges Frischmann, secrétaire de la CGT !

Pas moins de sept grévistes des Hauts-de-Seine sont déjà passés en conseil de discipline.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, France, La Poste, Liberalisme, SOCIAL, Sud | Pas de Commentaire »

Réforme ferroviaire : André Chassaigne, invité de LCP (17/06/14)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 juin 2014

 

Invité de LCP dans l’émission « çà vous regarde », le 17 juin 2014

Projet de loi de réforme ferroviaire

http://www.dailymotion.com/video/x1zpzgz

sur dailymotion – par LCP

 

Pour un service public unifié du transport ferroviaire

 

A l’Assemblée (16/06/14)

Image de prévisualisation YouTube

sur youtubeDéputés du Front de gauche

Publié dans André Chassaigne, CGT, ECONOMIE, France, Liberalisme, Luttes, PCF, POLITIQUE, SOCIAL, Sud-Rail, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

Cheminots : la lutte continue

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 juin 2014

 

soutien-aux-cheminots

 

  Les cheminots ont de nouveau reconduit leur grève

  mardi pour 24 heures. 3500 cheminots ont manifesté

  à Paris près de l’Assemblée nationale

  pour « faire pression sur les députés », et dans plusieurs

  villes en France, à l’appel de la CGT et SUD-Rail.

 

 

CapturecheminotsparisClic sur l’image (capture d’écran) pour voir la vidéo

  Ce matin, à l’appel de la CGT et de Sud Rail, des centaines

  de cheminots se sont rassemblés à Paris, près de l’Assemblée

  nationale pour dire non à la réforme ferroviaire

  dont l’examen a commencé cet après-midi.

 

D’autres manifestations ont eu lieu à Nantes , Strasbourg, Metz, Lille…

Lille, ce matin

CapturecheminotslilleCapturecheminotslille2

Photos Marc Dubois – CGT Nord

Près de 200 cheminots Sud Rail et CGT ont manifesté devant la gare Lille-Flandres avant de se rendre

à l’hôtel de ville et de voter, à l’unanimité, la poursuite de la grève.

 

SNCF : l’autre réforme que défendent les grévistes

 

Capturecheminotslille1   Lille, ce matin (phto Marc Dubois)

  Alors que le projet ferroviaire entame son parcours

  parlementaire à l’Assemblée nationale, et que la grève

  des cheminots, lancée 
depuis une semaine, a été

  reconduite pour 24 heures, la CGT oppose au texte

  gouvernemental sa propre réforme du rail.

  Décryptage.

 

Voici les propositions pour un réel service public qui devraient être discutées au parlement. 

Aux prises avec des mouvements sociaux d’une ampleur inédite depuis 2012, le pouvoir n’entend pas

lâcher sur ses « réformes ». La bataille du rail devrait entrer dans une nouvelle phase avec la présentation,

à partir d’aujourd’hui, du projet de réforme ferroviaire devant l’Assemblée nationale, que le gouvernement

a refusé de reporter, ne serait-ce que de quelques jours, ce qui aurait permis de donner des chances

à la négociation d’aboutir avec les cheminots.

Il espère ainsi porter un coup décisif à un mouvement que ni la campagne de dénigrement de la grève

relayée médiatiquement auprès de l’opinion, ni la désinformation sur le prétendu « conservatisme »

des cheminots n’ont réussi à enrayer. L’exécutif a-t-il fait le bon calcul ? Rien n’est moins sûr, car le débat

dans l’Hémicycle pourrait aussi permettre de faire la lumière sur les enjeux et les dangers, encore largement

méconnus du grand public, de la réforme gouvernementale, et sur les propositions alternatives

dont les cheminots sont porteurs.

Contrairement aux affirmations rassurantes du gouvernement sur l’unité préservée du service public,

l’UMP et l’UDI ont d’ailleurs bien compris le parti qu’ils pouvaient tirer d’un texte qui « n’est qu’une étape »

vers la « séparation des infrastructures et de la mobilité » (le rail et le train), dixit le député Laurent

Furst (UMP).

En clair, « la préparation de l’éclatement du système » à des fins de « libéralisation complète

du rail », explicite André Chassaigne (PCF-Front de gauche), qui y voit motif à « installer tous les garde-fous

possibles pendant toute la discussion du texte ».

D’où, aussi, la nécessité d’un débat public autour de la réforme et des alternatives en présence dont celle

défendue par la CGT-Cheminots, car elle concerne, au-delà des personnels, la sécurité de l’ensemble

des usagers des chemins de fer.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

 

Didier Le Reste, ancien secrétaire national de la CGT Cheminots, sur Europe 1

http://www.dailymotion.com/video/x1znphj

sur dailymotionpar Europe1fr

*

Pour Gérard Filoche, membre du bureau national du PS et ancien syndicaliste de la CGT,

les grévistes « défendent le service public pour les usagers ».

« Tous les gens ont leurs transports en jeu derrière cette grève ».

Capturegérardfilochelci

Clic sur l’image pour voir la vidéo

*

La SNCF pour les nuls : Quelques évidences sur la SNCF, les cheminots, la grève,… en vidéo !

Image de prévisualisation YouTube

sur youtubelaveritay

Pétition :  Soutien aux cheminots

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Liberalisme, Luttes, PETITION, SOCIAL, Sud-Rail, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

Réforme ferroviaire : les raisons d’une grève massive

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juin 2014

 

Réforme ferroviaire : les raisons d’une grève massive

 

Marion d’Allard - humanite.fr – 6juin 2014

 

cheminots1

 

  Sixième jour de grève pour les cheminots

  contre le projet de réforme ferroviaire.

  Le texte doit être présenté demain à l’Assemblée.

  La CGT et SUD rail appellent à amplifier le mouvement.

 

 

Frédéric Cuvillier voulait croire à une « sortie de crise » jeudi soir, à l’issue de sa rencontre avec les syndicats

de cheminots. Les maigres engagements pris par le secrétaire d’État aux Transports ne suffiront pas.

« Pour la première fois, lors de notre rencontre avec Frédéric Cuvillier, la question du financement du système

a été évoquée », relevait, vendredi soir, Gilbert Garrel, secrétaire général de la CGT des cheminots.

Mais évoquer n’est pas régler. Pour le reste, le secrétaire d’État a mis sur la table certaines propositions pouvant

faire l’objet d’amendements lors du vote du projet de loi que le gouvernement continue de vouloir présenter

demain à l’Assemblée nationale.

Des propositions « qui comportent de nombreuses failles », résument la CGT et SUD rail qui ont appelé

les cheminots « à poursuivre et à amplifier le mouvement ». « Le gouvernement affirme que les réponses apportées

dans ce texte proposé à la signature sont de nature à répondre aux légitimes préoccupations des usagers

et des cheminots. (…) il est évident que ce ne sont pas des engagements de Monsieur Cuvillier sur des amendements

soumis à une validation éventuelle des parlementaires qui peuvent permettre de mettre un terme à ce conflit »,

écrivent Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT, et Gilbert Garrel, dans une adresse à François Hollande.

Gouvernement et direction de la SNCF ont beau communiquer à l’envi sur une réforme permettant la « réunification »

d’un système éclaté depuis 1997 et la création de RFF, en mettant en place deux établissements publics (Épic)

chapeautés par un troisième dit « Épic de tête », le projet de loi propose, de fait, de réunifier deux entreprises

en en créant trois.

« Le gestionnaire du réseau (RFF – NDLR) et le transporteur (SNCF – NDLR) seraient deux entreprises distinctes

avec chacune leur propre conseil d’administration, des contrats distincts avec l’État et une production séparée

qui ne permettra pas d’assurer un transport ferroviaire de qualité tout en réalisant les travaux utiles sur les voies »,

rappelle la CGT.

Par ailleurs, le projet de loi n’aborde pas la question du désendettement du système ferroviaire lesté de plus de

40 milliards d’euros de dette en grande partie contractée par l’État lors du développement des lignes à grande

vitesse dans les années 1980, se bornant à en « stabiliser » le montant. Une question du financement pourtant

primordiale en ce qu’elle conditionne le volet social de cette réforme.

En grève reconductible depuis six jours, les cheminots se battent aussi pour ne pas devenir la variable

d’ajustement d’un système
 à l’asphyxie.

***********************************************************************************************

 

Extrait de l’entretien accordé par  Marnix Dressen, spécialiste des conditions de travail

des agents du rail, à Médiapart

« En fait, derrière toutes ces polémiques, se joue bien autre chose : ce que beaucoup reprochent

aux grévistes de la SNCF, c’est de résister, de ne pas se laisser plumer et ravaler au niveau

de leurs camarades cheminots des sociétés ferroviaires privées comme Euro Cargo Rail,

premier concurrent de la SNCF dans le fret ferroviaire.

Toutes ces querelles faites aux cheminots évoquent le passé. De tous côtés, même Nicolas Sarkozy

ne s’en était pas privé, on célèbre, un siècle après sa mort, le grand homme qu’a été Jean Jaurès.

Eh bien écoutons-le affronter Clemenceau le 13 mars 1906, et on percevra peut-être mieux les luttes

des cheminots, même si Jaurès ne pensait pas particulièrement à eux.

« Ces hommes donc, quand ils luttent sont des forces de civilisation.

Et ce qu’il y a de beau chez eux, ce qu’il y a de grand, et d’admirable,

c’est qu’ils ne luttent pas que pour eux-mêmes, c’est qu’ils luttent

pour tous leurs camarades, pour toute leur classe, c’est souvent

qu’ils luttent, qu’ils continuent le combat, sentant bien qu’eux-mêmes

vont être vaincus mais sachant aussi qu’ils préparent pour des efforts

nouveaux et pour des générations nouvelles, des conditions d’existence

meilleures. » »

[mediapart.fr/article/offert/]

 

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Liberalisme, Luttes, SOCIAL, Sud-Rail, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

SNCF : Grève reconduite pour 24 h

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 juin 2014

 

SNCF : la CGT reconduit la grève et demande un débat télévisé

 

Capturecgtcheminots1 Clic sur l’image pour agrandir

 

En grève depuis mardi soir, les cheminots ont décidé

de reconduire le mouvement pour 24 h.

Ils exigent de « vraies négociations » pour reprendre

le travail.

La CGT et Sud-Rail demandent un débat télévisé

avec Frédéric Cuvillier

 

 

 

Rassemblés localement, ce matin, en assemblées générales, les cheminots ont décidé de reconduire

la grève contre le projet de réforme ferroviaire pour 24 heures. Frustrés et insatisfaits de leur rencontre

avec le secrétaire d’Etat aux transports, Frédéric Cuvillier, la CGT Cheminots et SUD-RAIL ont appelé

à « poursuivre et amplifier le mouvement », lancé depuis mardi 10 juin.

La grève est reconduite pour 24 heures dans la majorité des assemblées générales, et « jusqu’à lundi

dans certains ateliers techniques »,  a précisé Thierry Nier, porte-parole de la CGT cheminots, premier syndicat

au sein de la SNCF. Quant à l’organisation syndicale FO, elle a fait part de son  »de son soutien indéfectible

aux assemblées générales de cheminots qui réclament le retrait du projet de loi ».

Trains à l’arrêt, gares fermées, les cheminots ne reprendront pas le travail tant que de « vraies négociations »

ne seront pas engagées avec le gouvernement. Alors, « la balle est dans le camp du gouvernement », précisent

la CGT et SUD-RAIL.

En attendant des modifications en faveur d’une « vraie réforme ferroviaire pour un service public de qualité »,

ils reconduisent le mouvement (…)

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Luttes, SOCIAL, Sud-Rail, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

Grève des cheminots : reconduction votée partout en France

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 juin 2014

 

Grève reconduite pour 24 h à la SNCF

 

Capturecgtcheminotslille Cliquer sur l’image pour agrandir

Avec près de 50% de salariés en grève, la mobilisation à la SNCF

est forte. C’est le signe de la détermination des cheminots

à combattre une réforme qui n’améliorera en rien le système

et le service public ferroviaire.

La CGT cheminots a annoncé la reconduction de la grève

pour 24 h. «Nous demandons à tous les cheminots de s’inscrire dans le mouvement pour mettre la pression»,

a indiqué Thierry Nier, porte-parole national du syndicat.

De même SUD-Rail « appelle tous les travailleurs du rail à amplifier le mouvement et à participer massivement

aux Assemblées Générales qui auront lieu demain ! »

La grève se prolonge pour l’instant au jeudi 12 juin mais pourrait aussi se poursuivre vendredi si le gouvernement

ne prend pas en compte les revendication des cheminots.

Pour la CGT (voir  le tractcgtcheminots) « sans réponse allant dans le sens des revendications

sur la réunification et le financement du  système, sur la mutualisation des moyens humains et matériels,

sur le volet social, sur l’emploi  et les salaires, portées unitairement par les Fédérations CGT et SUD-Rail,

gouvernement et  direction porteront la responsabilité de la poursuite de ce mouvement de grève.    

Si Fréderic Cuvillier confirme la tenue d’une rencontre anticipée avec les organisations  syndicales, les fédérations

CGT et SUD-Rail s’y rendront en portant les revendications des  cheminots. »

 

Publié dans CGT, France, Luttes, SOCIAL, Sud-Rail, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

Grève des cheminots pour une réunification du ferroviaire autour de la SNCF

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 juin 2014

 

Réforme ferroviaire : « la lutte contre le démantèlement

du service public est l’affaire de tous»

 

mort-sncf

 

  Un large mouvement de grève s’annonce demain à la SNCF.

  Le PCF apporte tout son soutien aux revendications portées par les cheminots

  mobilisés pour le retrait de la réforme ferroviaire qui sera présentée à l’Assemblée

  le 17 juin prochain.

 

  Ce texte, qui prétend réunifier RFF et SNCF afin de réduire les coûts d’une structure en doublon, prépare en réalité

l’élargissement de l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire exigée par l’Union Européenne.

Le gouvernement entend en effet créer une société unique en façade, mais trois entités dans les faits, pour renforcer

la séparation entre gestion des infrastructures et exploitation du réseau.

Le scénario est écrit à l’avance. L’exploitation des voies, éminemment rentable, sera captée par le marché privé

tandis que les infrastructures seront laissées à la seule responsabilité du secteur public, qui se retrouvera seul

à rembourser la dette de 44 milliards d’euros qui devait financer un réseau ferré public et de qualité.

Avec le libéralisme, c’est toujours la même rengaine : privatisation des profits et nationalisation des pertes.
 

[Lire la suite sur PCF.fr]

 

Les cheminots revendiquent une réunification du ferroviaire

autour de la SNCF

Préavis de grève contre la réforme du ferroviaire

 

Sarah Sudre – 10 juin 2014

cheminots

  Les cheminots ont lancé un préavis de grève,

  reconductible par période de 24h à partir de 19h,

  mardi soir. Dénonçant fermement la réforme

  ferroviaire qui prévoit la scission en trois parties

  de la SNCF, les organisations syndicales (CGT,

  SUD-RAIL et UNSA) exigent «une autre réforme,

celle de la réunification du système autour de l’entreprise mère, la SNCF ».

« Les cheminots ne se laisseront pas faire », prévenaient les organisations syndicales (CGT Cheminots, SUD-RAIL

et UNSA) le 22 mai dernier, lors de la grande manifestation contre la réforme ferroviaire du gouvernement,

qui a réuni plus de 22 000 cheminots à Paris. Alors, à une semaine de l’examen par l’Assemblée nationale du projet

de réforme ferroviaire proposé par le secrétaire d’État aux Transports Frédéric Cuvillier, les entités syndicales

des cheminots reviennent à la charge en annonçant « un énorme mouvement de grève des salariés du rail »,

reconductible par période de 24 heures, à partir de 19 heures, ce soir.

L’objectif ? Faire entendre au gouvernement qu’une autre réforme du ferroviaire est possible, qui garantisse

l’avenir d’un véritable service public de transport ferroviaire « avec une convention collective alignée

sur la réglementation SNCF, nivelée par le haut », détaille Nathalie Bonnet de SUD-Rail.

Conscients qu’une réforme ferroviaire est nécessaire pour l’avenir de la plus grande entreprise nationale de France,

aujourd’hui noyée par les dettes, les cheminots déplorent « une loi fraichement taillée pour faire du business

à travers le monde mais certainement pas pour organiser le service public ferroviaire, de voyageurs

et de marchandises à l’échelle du territoire national », précise la CGT Cheminots. 

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Liberalisme, Luttes, SOCIAL, Sud-Rail, Syndicats | Pas de Commentaire »

Réforme ferroviaire : les cheminots passent à la vitesse supérieure

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 juin 2014

 

  • Cheminots : appel unitaire à la grève reconductible

       contre la réforme ferroviaire à partir du 10 juin

 

humanite.fr – 5 juin 2014

 

Capturemanif cheminots capture d’écran

  Après les actions de grève du 13 juin et du 12 décembre 2013

  ainsi que la puissante manifestation nationale unitaire du 22 mai

  dernier qui a vu plus de 22 000 cheminots envahir les rues de Paris

  afin d’exiger une autre réforme du système ferroviaire,

  le gouvernement et la direction de la SNCF font le choix de ne pas

  répondre aux légitimes revendications des cheminots.

  Le gouvernement a repoussé au dernier moment la rencontre avec les organisations

  syndicales qui était initialement prévue le 4 juin, tout en annonçant une nouvelle

  rencontre le 12 juin 2014 ! Il s’agit pour lui de gagner du temps en tentant d’étouffer

  la mobilisation des cheminots !

 

La Fédération CGT des cheminots, dans l’unité revendique :

 

  • Une réelle réunification du système ferroviaire public par une unicité économique, sociale et technique

autour d’une entreprise publique intégrée : la SNCF.

  • Le retour à la mutualisation des moyens de la production pour plus d’efficacité, de réactivité

et une meilleure qualité du système ferroviaire.

  • Que la dette du système soit placée dans une structure de défaisance pour ne plus peser

sur les investissements nécessaires à la modernisation du réseau et au renouvellement du matériel qui doivent

demeurer un bien public national

  • La réhumanisation des gares et des trains
  • Des conditions sociales de vie et de travail de haut niveau pour les cheminots.

 

Les Fédérations CGT et SUD-Rail appellent l’ensemble des cheminots de tous collèges

et toutes fonctions à cesser le travail dans le cadre d’une grève reconductible par période de 24 heures

à compter du Mardi 10 juin 2014, 19h00 afin d’obtenir des réponses favorables à nos revendications.

 

  • Réforme ferroviaire : Les cheminots haussent le ton

 

Marion d’Allard  - humanite.fr – 5 juin 2014

 

Le projet de loi gouvernemental entame pour sa part son parcours parlementaire

avec une première lecture à l’Assemblée, les 17, 18 et 19 juin.

La CGT et SUD rail devraient être reçus par Frédéric Cuvillier le 12 juin prochain.

 

La mobilisation contre le projet de réforme gouvernemental, qui prévoit non pas la réunification du système

ferroviaire mais bien son éclatement en trois établissements publics, passe à la vitesse supérieure.

La CGT cheminots et SUD rail ont lancé, mardi, un préavis de grève reconductible à compter du 10 juin, 19 heures.

L’Unsa, composante jusqu’ici de l’intersyndicale cheminote, a quant à elle brisé l’unité en demandant à la direction

de la SNCF une concertation immédiate et en laissant planer le doute quant à sa participation à la grève.

[Lire la suite]

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Liberalisme, Luttes, SOCIAL, Sud-Rail, Syndicats, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy