Associations et partis politiques ont manifesté pour dire « non aux expulsions »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mars 2009

Retour au Sommaire du Site
En ce dimanche 15 mars, fin de la trêve hivernale, plusieurs milliers de manifestants se sont mobilisés dans toute la France pour réclamer l’arrêt des expulsions locatives.

A Paris, ce sont près de 5 000 personnes qui ont répondu à l’appel de nombreuses organisations ( CNL (Confédération nationale du  logement), Dal (Droit au logement), Attac, Coordination anti-démolition HLM,  Ligue des Droits de l’Homme, CGT, Collectif pas touche au livret A, FSU, Verts,  PCF, NPA, etc). En tête du cortège, le professeur Albert Jacquard.

A Toulouse, des militants de l’association Droit au Logement (DAL) ainsi que des chiffonniers d’Emmaüs ont déposé des matelas devant la préfecture pour s’y allonger symboliquement afin de réclamer l’arrêt des expulsions.

Les associations rappellent que les préfets ont autorisé l’an dernier 28 000 expulsions, dont 11 000 ont été effectivement réalisées. C’est deux fois plus qu’il y a dix ans. Alors que la France traverse l’une des pires crises économiques de son histoire, le monde associatif s’occupant du mal-logement dénonce l’absurdité de ces expulsions et exige qu’un moratoire soit mis en place.  Elles n’accordent aucun crédit aux promesses de Christine Boutin. 220 000 personnes sont déjà sous le coup d’une décision d’expulsion.

Jean-Pierre Giacomo, président de la Confédération nationale du logement

« Nous demandons un moratoire des expulsions, il ne faut pas faire partir les gens de chez eux, c’est cela qu’on nous propose ! »

http://www.rfi.fr/player/popUpMultimedia/popUpMultimedia_R.aspx?rubrique=actufr&URL=http://telechargement.rfi.fr.edgesuite.net/rfi/francais/audio/modules/actu/R111/FRA_SON_Jean_Pierre_Giacomo_CNL_TREVE_HIVERNALE&UID=1_156_193447&s=54309&s2=17&xtpage=Actualite::articlesdivers::article_79252.asp&xt_multc=%26×1%3D1%26×2%3D1%26×3%3D%26×4%3D%26×5%3D

Jean-Baptiste Ayrault, président de Droit au logement

« Plusieurs milliers de locataires sont menacés d’expulsion à partir du 16 mars malgré tout ce que dit Mme Boutin. [...] Au mieux il leur sera proposé une solution d’hébergement temporaire. »

http://www.rfi.fr/player/popUpMultimedia/popUpMultimedia_R.aspx?rubrique=actufr&URL=http://telechargement.rfi.fr.edgesuite.net/rfi/francais/audio/modules/actu/R111/03_FRA_SON_DAL_JBaptiste_Ayrault_Fin_treve_hivernale&UID=1_156_193445&s=54309&s2=17&xtpage=Actualite::articlesdivers::article_79252.asp&xt_multc=%2526×1%253D1%2526×2%253D1%2526×3%253D%2526×4%253D%2526×5%253D

source : France-info.com

Emmaüs annonce une « opération coup de poing » lundi  matin, appelant à empiler des matelas place de la République, à l’aube, pour symboliser la violence des expulsions. Le mouvement fait partie du collectif des 32 associations s’occupant  du mal-logement qui a réclamé la semaine dernière « un moratoire des expulsions  locatives« . Selon l’association, « 500.000 ménages sont en situation d’impayés de  loyers » (et donc menacés d’expulsion), une situation qui concerne « majoritairement des ménages modestes ou très modestes qui perçoivent pourtant  une aide au logement« .

Publié dans Politique nationale, PRECARITE, SOCIAL, SOCIETE, Syndicats | Pas de Commentaire »

Tu fais quoi le 19 ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mars 2009

Publié par Liberté
Tu fais quoi le 19 ? dans SOCIAL parap

Grégory Duhaupas, délégué syndical CGT
aux Galeries Lafayette de Lille

.

« Nous informons actuellement sur la journée du 19 mars. Nous expliquons. Comme nous l’avons fait pour la journée intersyndicale de mobilisation du 29 janvier où 25 personnes avaient fait grève. Certaines avaient manifesté, d’autres étaient restés chez eux. Même si la veille et le jour même il y avait eu des pressions de la direction. De même, elle joue la division, invoquant des différences de statut. Car à Lille, nous sommes 180 salariés Galeries Lafayette et environ autant de démonstrateurs salariés par des marques. Moi, en tant que délégué, j’interviens pour tous. Car, les élections de délégué étaient ouvertes à tous. A l’occasion du 19 mars, nous mobilisons à la fois sur des revendications internes et contre la politique menée nationalement par le gouvernement et notamment celle qui incite aux bas salaires. Aux Galeries Lafayette, le salaire moyen est de 1100 euros. Entre 800-900 euros pour les temps partiels. La revendication de 1600 euros bruts par mois est un minimum, notamment au vu des profits réalisés par l’enseigne. Comme nous vendons des produits haut de gamme à longueur de journée j’ai l’habitude de dire qu’il nous faut gagner assez pour avoir les moyens de nous habiller aux Galeries ! D’autant que nous devons financer nous-mêmes notre tenue de travail ! Tout en noir, tous les jours, obligé. C’est l’un des tests réalisés à Lille, où le magasin vient d’ouvrir. Nous sommes magasin- laboratoire. Raison de plus pour nous faire entendre. Dans le même cas que nous, les collègues du Printemps viennent d’aboutir sur la question des vêtements de travail. Sur les questions salariales, les conditions de travail et de formation, nous nous heurtons pour l’instant à un mur. Quand j’interpelle l’employeur, il m’est au mieux répondu que nous avons de la chance d’avoir un emploi en cette période de crise ! Une excuse, servie un peu partout d’ailleurs, qui ne tient pas la route quand on a connaissance des aberrations en matières de répartitions des profits et des stratégies d’entreprise. Autre point qui nécessite que l’on se mobilise, c’est la déréglementation des horaires. Les nôtres sont extensibles. Le magasin ferme à 20h, 21h ou 22h. Il est en projet de nous faire travailler dix dimanches par an au lieu de quatre, sous couvert de Lille labellisée Ville touristique. Alors, pour tout cela, mais aussi autour d’autres questions, comme celle des retraites par exemple, oui, il y aura une banderole et des salariés des « Galerie Lafayette » dans la manif du 19 mars à Lille ».

Recueilli par
Laurence Mauriaucourt

Publié dans SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

19 mars : le secteur privé sera mobilisé

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 mars 2009

Patricia Lejaune/phototheque.org

 

Les fédérations syndicales CFDT, CFTC, CGT, FO et SNB-CFE-CGC des banques et des sociétés financières et de bourse ont lancé un appel à la mobilisation pour le 19 mars. Dans un tract commun, elles demandent de « préserver l’emploi et le pouvoir d’achat » dans leurs professions, d’ »améliorer les conditions de travail devenues insupportables » et de donner aux salariés « les moyens de rendre un service digne de ce nom à la clientèle ».

Jeudi, les cinq syndicats du Crédit Lyonnais ont déjà appelé les salariés du groupe à faire grève jeudi 19 mars.

Dans un communiqué commun, les fédérations syndicales CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT et FO des professionnels de la vente ont appelé « les VRP, technico-commerciaux, cadres de la vente, vendeurs à domicile et autres commerciaux à se mobiliser le 19 mars prochain et à participer aux initiatives et manisfestations ».

-  Les six organisations syndicales de France Telecom ont elles aussi  appelé les salariés du groupe à la grève et à des manifestations. Comme en janvier dernier, elles demandent que la crise ne soit pas « le nouveau prétexte utilisé pour opérer de nouvelles restructurations, poursuivre la sous-traitance et les délocalisations au profit de la rémunération des actionnaires »

12 organisations de gauche ont signé jeudi une déclaration commune appelant à participer massivement à la journée du 19 mars. « La victoire des Guadeloupéennes et des Guadeloupéens en appellent d’autres : face à Sarkozy et au Medef, amplifions la mobilisation », déclarent-elles dans un communiqué diffusé par le PCF.

http://www.pcf.fr/spip.php?article3568

-  Les fédérations syndicales SNJ, SNJ-CGT, USJ-CFDT,  SGJ-FO,  SJ-CFTC et la CGC appellent les journalistes à « faire entendre leurs voix » en cessant le travail et en participant aux manifestations.

-  Les transports seront également perturbés : les syndicats de la SNCF et d’Air France préparent eux aussi la journée du 19 mars.

Publié dans SOCIAL, SOCIETE, Syndicats | Pas de Commentaire »

Continental : Rachat coûteux et OPA hostile

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 mars 2009

1120 licenciements mais…

Derrière la fermeture de l’usine de Clairoix, des opérations boursières douteuses

 

En 2007, Continental AG, bardé de bénéfices importants, rachetait Siemens VOD pour 11,4 milliards d’euros et devenait ainsi le 5e équipementier automobile mondial.

Mais rapidement l’avenir s’est assombri :

  • intégration lente et coûteuse de VOD

  • mévente des pneus neige, spécialité de l’usine

Continental devient alors une proie facile. Le 15 juillet 2008, elle est victime d’une OPA (offre publique d’achat). Le groupe Schaeffler, trois fois plus petit que « Conti », prend le contrôle de la firme au mois d’août.

Mais, pour cette opération, le groupe Schaeffler, spécialiste de raids financiers hyperagressifs, a fait un prêt de 22 milliards auprès d’un groupe de banques allemandes. Ce sont ces banques qui, aujourd’hui, exercent le pouvoir à la tête de Schaeffler.

Dans la période de crise actuelle, ces banques veulent récupérer leur mise rapidement. Elles ont donc décidé de fermer Clairoix car :

  • en Roumanie, sur le site de Timisoara*, un pneu fabriqué coûte moins de 5 euros contre 9,60 euros à Clairoix
  • Clairoix a perdu le marché de Toyota entraînant une baisse de production pour 2009 (5 millions de pneus contre 7 en 2008)

Aux assises de l’automobile, Carlos Ghons, PDG de Renault, pronostiquait une reprise du marché automobile d’ici deux à trois ans. Mais quand cette reprise aura lieu, les « Conti » ne seront déjà plus là !

* « C’est l’argent que nous faisons depuis des années qui a permis de construire l’usine Continental à Timisoara. Aujourd’hui, on a l’impression que nous avons creusé notre propre tombe » (Farid Mania, représentant CFDT au CE)

Publié dans ECONOMIE, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

19 MARS

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 mars 2009

  Bulletin météo par la CGT

meteocgt24aab1.jpgLe printemps revient avec deux jours d’avance dans les rues de nos villes le 19 mars. Des manifs par dizaines pour chasser les nuages qui nous plombent le moral.   

Voir la vidéo de la CGT
Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans Humour, Syndicats | Pas de Commentaire »

POLICE : Sarkozy revient à la « maison »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 mars 2009

Lu dans l’Humanité

POLICE : Sarkozy revient à la L’Élysée met MAM sur la touche. Les policiers suspendent leur manifestation.

En 2001, Daniel Vaillant, alors ministre de l’Intérieur, voyait des milliers de policiers descendre dans la rue. Huit ans ont passé. Entre-temps, Nicolas Sarkozy est passé de la place Beauvau à L’Élysée. Et pas question pour lui de voir se jouer un remake de 2001. Parce que ce chef de l’État qui a loupé une brillante carrière de commissaire, veut encore croire qu’il est toujours le président préféré des flics. Parce qu’il est impensable, pour lui, de voir une nouvelle catégorie dire son mécontentement dans la rue. Et parce que, pour contenir la colère de toutes les autres, ses troupes doivent être le petit doigt sur la couture du pantalon.

Las, deux organisations syndicales, l’UNSA police et le SGP-FO, projetaient de manifester à Paris le 21  mars. Une manifestation qui s’annonçait d’envergure. Et pour cause : ces deux syndicats, majoritaires chez les gradés et les gardiens de la paix, ont assez peu goûté les accords signés entre le ministère et un syndicat minoritaire, Alliance, se traduisant par un certain nombre de reculs en termes d’acquis sociaux. Sans parler de la suppression, d’ici 2012, de près de 10 000 postes dans la police, au nom d’un recentrage de cette dernière sur son « coeur de métier », au bénéfice, entre autre, du privé. « Tout le monde fait des sacrifices en ce moment…« , avait même justifié Michèle Alliot-Marie lors des voeux de l’UNSA police et du SGP-FO.

Face à une telle capacité de dialogue, l’Élysée ne pouvait que réagir en reprenant les négociations en main. Et en virant le directeur de cabinet de MAM. Pour le remplacer par un certain – ça ne s’invente pas – M. Cadot. Avant-hier, le SGP-FO et l’UNSA police ont reçu une lettre de ce dernier, indiquant que « le ministère de l’Intérieur est prêt à engager des discussions ». Car si les accords conclus jusque-là ne sauraient être remis en cause, ils pourraient « faire l’objet d’évolutions » : nouvelle grille indiciaire, paiement majoré des RTT, prise en compte des 17 millions d’heures supplémentaires… Et de préciser : « Les propositions contenues dans ce courrier ne pourraient pas être maintenues dans un contexte de relations partenariales vindicatives. » Hier, alors que MAM dans un courrier leur a proposé un rendez-vous pour le 16 mars prochain, l’UNSA police et le SGP-FO ont décidé de suspendre leur mouvement. Sachant, eux aussi, manier la carotte et le bâton.

Publié dans Police, Politique nationale, Syndicats | Pas de Commentaire »

Heures supplémentaires : Un « travailler plus » néfaste à l’emploi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 mars 2009

dscn3927.jpg

Lu dans Challenges (extraits de l’article de Fanny Guinochet)

La loi Tepa est un frein à l’embauche, et a surtout permis de recycler des primes en heures sup.

C’était un des symboles de la politique économique de Nicolas Sarkozy, la concrétisation du « travailler plus pour gagner plus« . Adoptée en août 2007, la loi Tepa (travail, emploi et pouvoir d’achat) permet aux salariés qui effectuent des heures supplémentaires d’être exonérés de cotisations sociales et de ne pas être imposables sur ce revenu ; les entreprises, elles, bénéficient d’une déduction.

Plus d’un an et demi après, le dispositif est vivement remis en cause.

Pierre Cahuc* et André Zylberberg* dénoncent une mesure « sans effet sur l’activité ». Et effectivement, les chiffres de l’Acoss (la banque de la Sécu), publiés en février, montrent qu’au moment où les destructions d’emplois se multiplient, les heures supplémentaires, elles, progressent.

Pourquoi un tel décalage ?

« L’augmentation des heures supplémentaires contribue à détruire des postes de travail« , répond Alain Vidalies, secrétaire national au travail et à l’emploi du PS.

« Pour les entreprises, il est plus avantageux de demander à ceux en poste de faire des heures sup que d’embaucher. A la SNCF, le rachat des journées de récupération et RTT équivaut à 750 temps pleins. » (Edgar Stemer, CFDT des transports et de l’équipement)

Ces critiques, le gouvernement les balaie. [...]  (mais) si le volume d’heures a tant augmenté, c’est surtout parce que, pour la première fois, les entreprises ont eu un intérêt financier à les déclarer.

« seules les appellations ont changé. Les heures supplémentaires n’ont pas été plus nombreuses.«  (Florence Berthelot, secrétaire générale de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR).

Selon l’Acoss, les exonérations de cotisations sociales sur les 725 millions d’heures supplémentaires réalisées en 2008 ont coûté près de 2,8 millions d’euros.

* Pierre Cahuc et André Zylberberg : économistes français, spécialistes du marché du travail

Publié dans ECONOMIE, Politique nationale, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

CARLSON WAGONLIT laisse l’emploi sur le quai

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 mars 2009

Le leader mondial du voyage d’affaires a annoncé 446 suppressions de

postes, sur environ 3 000 salariés, et la fermeture de deux sites

franciliens.

« Une entreprise qui avait 86 millions d’euros en cash, qui fait 13 millions d’euros de bénéfices en 2008, et qui a versé 11,6 millions d’euros de bonus à ses actionnaires en juin, a plus que les moyens de trouver des solutions respectueuses de ses salariés. » (CGT et Solidaires Tourisme)

 Le plan social prévoit la fermeture d’ici à 2010 de :

  • 297 postes dans le pôle voyage d’affaires,
  • 45 postes dans le réseau de proximité,
  • 70 postes dans le département finances au siège,
  • 10 postes dans le pôle événement,
  • et les sites de Noisy-le-Grand et d’Evry devraient aussi fermer.

Selon Patrice Baulot de la CFDT, l’objectif de la direction est de pousser un maximum d’employés à accepter les mutations internes ou à prendre le guichet des départs volontaires. Comme la CGT et Solidaires, le délégué CFDT affirme : « Il y a de l’argent chez Carlson, mais il est pour les actionnaires. »

source : l’Humanité

Publié dans Politique nationale, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

TOTAL : colère des salariés après l’annonce des 555 suppressions de postes de travail

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 mars 2009

TOTAL : colère des salariés après l'annonce des 555 suppressions de postes de travail dans Politique nationale margerie-220-2

Le PDG sourit : 14 milliards de bénéfice et toute liberté pour licencier !

Les salariés crient leur colère :

« Quand on fait 14 milliards de bénéfice, c’est lamentable de parler de licenciements »

Pour satisfaire les appétits de ses actionnaires, la direction de Total sacrifie les salariés à des fins purement financières.

« Il est urgent que les pouvoirs publics interviennent, affirment ensemble le comité régional CGT de Normandie et l’union départementale CGT de Seine-Maritime, qui exigent que le secrétaire d’Etat Laurent Wauquiez se déplace en Seine-Maritime pour s’expliquer sur la situation. « L’Etat ne peut se contenter de grandes déclarations, aujourd’hui les salariés exigent des réponses innovantes en faveur de l’augmentation des salaires et du maintien de l’ensemble des emplois. »

 

« Face à la flambée des prix du pétrole, il y a ceux qui tirent la langue – les consommateurs – et ceux qui sabrent le champagne : le groupe Total est de cette seconde catégorie… » (France Info 12/02/09)

En février, Total annonçait en effet un bénéfice record de 13,92 milliards d’euros, en progression de 14 % par rapport à l’exercice précédent. Le plus gros profit jamais réalisé par une entreprise française.

Le gouvernement avait alors demandé au groupe pétrolier, le 2e au niveau mondial, un comportement exemplaire en matière d’emploi. « 14 milliards, combien d’emplois supplémentaires ça peut faire dans des activités ? » (Martin Hirsch) Total a montré aujourd’hui sa conception de l’exemplarité en annonçant la suppression de 555 postes de travail en France.

Dans son communiqué de presse du 12 février, le groupe indiquait : « Total aborde 2009 confiant dans sa capacité à traverser une crise économique majeure sans remettre en cause sa capacité d’investissement et son développement pour le long terme. Total est déterminé à maintenir une stratégie équilibrée de croissance pour le bénéfice de ses collaborateurs, ses actionnaires et toutes ses autres parties prenantes.« 

On voit aujourd’hui ce qu’il en est dans la pétrochimie pour les salariés de :

  • Gonfreville : – 130 emplois
  • Carling : – 64
  • Mont/Lacq : – 25
  • le siège social de la Défense : – 33
  • fermeture de Notre-Dame-de-Gravenchon : – 54 postes

Comment justifier une telle mesure ? Philippe Goebel, directeur de TPF (Total Petrochemicals France)  a l’explication : « La pétrochimie  aujourd’hui est prise en étau ; vous savez comme moi qu’on ne trouve plus dans la plupart des magasins de grande distribution de sacs de sortie de caisse. C’est un élément de diminution de consommation qui nous affecte. »!!! (source : France Info ») Pense-t-il nous faire oublier la proposition du Conseil d’administration de porter le dividende à 2,28 euros par action au titre de l’exercice 2008 (hausse de 10%) avec ces balivernes ?

Dans le raffinage, ce sont 249 postes qui vont passer à la trappe :

  • Gonfreville :  – 199 (double peine pour ce site !)
  • le siège social de la Défense : – 50

Total dans SOCIETE

 

 

 

 

 


 

 

Olivier Dartignolles / total : trop c’est trop ! cliquez ici

 

Le 19 mars, exigeons tous

 

ensemble un changement

 

de cap du gouvernement ! 

 

« Il n’y a que deux conduites avec la vie : ou on la rêve ou on l’accomplit ». R.Char 

 

Publié dans Politique nationale, SOCIETE, Syndicats | Pas de Commentaire »

A la Réunion, la grève générale de demain est maintenue

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 mars 2009

Le week-end a été marqué par des opérations coup de poing dans les grandes surfaces pour obliger la grande distribution à négocier.

Au lendemain des plus grandes manifestations de l’histoire sociale de l’île, les Réunionnais ont obtenu l’ouverture de négociations avec les bailleurs sociaux, la grande distribution et le patronat pour discuter des 62 revendications du COSPAR.

Par ailleurs, l’État a fait part de ses réponses. « Les réponses de l’Ètat en date du 7 mars n’apportent en fait rien de nouveau à ce que nous savions déjà, indique le COSPAR, dans un communiqué. Ce document [...] reste souvent une simple déclinaison de la politique gouvernementale largement critiquable et critiquée.« 

Pour le COSPAR, « l’urgence sociale reste posée aujourd’hui comme hier. Les « réponses » n’en sont pas« .

Il a fallu la création d’un collectif de 45 organisations, puis une grève générale et la mobilisation de dizaines de milliers de Réunionnais dans deux manifestations pour arracher l’ouverture de négociations sur les préoccupations immédiates de la population.

La première avancée significative est l’annonce, aujourd’hui, par le préfet, d’une baisse des prix des carburants et du gaz.

La mobilisation, ça paie !

Publié dans DOM-TOM, Luttes, Politique nationale, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

1...888990919293
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy