Solidarité avec les enseignants de Joué-lès-Tours

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 avril 2014

 

logo_fille_garcons

 

  Une enseignante de Joué-lès-Tours qui a été gravement diffamée

  par le mouvement réactionnaire « Journée de retrait de l’école » (JRE)

  reçoit le soutien du SNUipp-FSU.

 

 

Cette nouvelle tentative d’instrumentalisation de l’école n’empêchera pas les enseignants de continuer leur lutte contre tous les stéréotypes et discriminations.

En fin de semaine dernière, une enseignante de Joué-lès-Tours (Indre et Loire) a été gravement diffamée par le mouvement réactionnaire « Journée de retrait de l’école ». Dans une vidéo en ligne elle était accusée d’avoir contraint des élèves à des attouchements mutuels dans sa classe de maternelle. Dès vendredi soir, le SNUippFSU 37 a contacté l’IA pour apporter son soutien aux équipes (audiences, dépôt de plainte, déplacement dans l’école…) et est resté présent tout au long de cette période difficile. Suite à la mobilisation des enseignants, des syndicats et de l’administration, la vidéo a été retirée d’internet.

Poursuivre la lutte contre les discriminations

Cette accusation mensongère et scandaleuse relève d’une nouvelle tentative d’instrumentalisation de l’école à des fins partisanes. Dans son offensive contre les ABCD de l’égalité et l’école publique, les mouvements réactionnaires s’en prennent directement et personnellement aux enseignant-es, tentant de jeter la suspicion sur la profession et de saper la confiance des familles. Le SNUipp-FSU poursuivra son engagement pour que l’école joue pleinement son rôle en matière de lutte contre tous les stéréotypes et discriminations.

A consulter :

- Le communiqué de presse du SNUipp-FSU 37

- Le courrier de soutien du SNUipp-FSU à l’équipe enseignante

 

Envoyer un mail de soutien aux enseignants de l’école via la boîte mail du SNUipp-FSU 37 :

- snu37@snuipp.fr

Publié dans Education nationale, FSU, Luttes, SNUipp, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Rythmes scolaires : communiqué SNUipp-FSU (12/02/14)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 février 2014

 

Rythmes scolaires : le SNUipp-FSU rend son « contre rapport »

 

Le SNUipp-FSU rend public son « contre-rapport »sur la réforme des rythmes.

Une enquête qui dresse un bilan de la mise en place 2013 et de la préparation de 2014.

Il fait des propositions concrètes pour faire avancer le dossier, dont la nécessaire réécriture du décret.

 

Cliquer sur les images pour agrandir.

reforme1

reforme2

Une bonne réforme, une réforme réussie, c’est une réforme qui s’appuie sur ceux qui sont chargés de la faire

vivre au quotidien : les enseignants des écoles. Or, que ce soit pour 2013 ou que ce soit pour la préparation

du passage à 2014, cette réforme se fait sans les enseignants, parfois contre eux et n’a pas été articulée

avec des mesures significatives pour le métier en terme de temps, de salaires et de formation continue.

Pour faire avancer ces sujets, le SNUipp-FSU a décidé de leur donner la parole. Il rend public aujourd’hui

le point de vue de 8 000 enseignants et équipes d’écoles dans un « contre-rapport » remis au ministre

ce 12 février au sein du Comité national de suivi de la réforme.

[Lire la suite]

Source illustrations

Télécharger :

- Le contre rapport

- L’analyse du SNUipp-FSU

Publié dans Education nationale, France, SNUipp | Pas de Commentaire »

Pour le SNUipp-FSU, la priorité au primaire, ce doit être du concret et ce doit être maintenant !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 novembre 2013

 

Du concret, et très vite !

 

snuipp

Le 20 novembre, les enseignants des écoles venus de toute la France

seront rassemblés devant le ministère à l’appel du SNUipp-FSU pour demander

la remise à plat de la réforme des rythmes et des mesures concrètes

qui améliorent vraiment leur quotidien professionnel

Effectifs dans les classes trop chargés, élèves en difficulté insuffisamment aidés,

formation continue inexistante, injonctions de toutes sortes et caporalisme,

direction d’école sous tension…

L’exaspération des enseignants des écoles monte crescendo, alors que le dossier des rythmes scolaires agit

comme le révélateur d’une réelle lassitude professionnelle.

[Lire la suite sur SNUipp.fr]

 

Publié dans Education nationale, FSU, SNUipp | Pas de Commentaire »

Sébastien Sihr (SNUipp-FSU) : « Il faut revoir la copie des rythmes scolaires »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 octobre 2013

 

ÉDUCATION

Sébastien Sihr : « Il faut revoir la copie des rythmes scolaires »

 

Sébastien Sihr (SNUipp-FSU) : Capture d’écran

Mis en place dans seulement 20 % des communes,

les nouveaux rythmes scolaires peinent à convaincre.

Sébastien Sihr, du SNUipp-FSU, propose

des améliorations concrètes.


Premier syndicat du primaire, le Snuipp-FSU a lancé une pétition pour « réécrire » le décret

sur les rythmes scolaires. Sébastien Sihr, son secrétaire général, s’en explique.

Pourquoi cette pétition ?

Sébastien Sihr. Parce que la réforme ne répond pas à plusieurs objectifs essentiels : l’égalité

de l’offre périscolaire, aujourd’hui fortement malmenée ; l’adhésion des parents et des enseignants,

visiblement absente ; la possibilité de s’adapter aux réalités locales, encore insuffisante.

Résultat : seulement 20 % des communes ont choisi de se lancer dès 2013. C’est très peu.

Les premières semaines d’application montrent aussi des difficultés réelles. Il faut donc se remettre

autour de la table.

Des ajustements seront-ils suffisants ou la question d’une suspension de la réforme

se pose-t-elle ?

Sébastien Sihr. Non, ce n’est pas d’actualité. Il faut penser aux parents qui se sont organisés

pour ce passage à quatre jours et demi d’école. On ne peut pas leur dire maintenant qu’on arrête tout.

Idem pour les communes qui ont embauché des animateurs pour l’année.

Alors comment l’améliorer ?

Sébastien Sihr. Il y a trois axes forts. D’abord, l’adhésion. Nous plaidons pour que l’avis du conseil

d’école soit obligatoirement pris en compte. Cela permettra de trouver un consensus entre élus,

parents et enseignants sur les horaires d’ouverture, la durée de la pause du midi ou le contenu

des activités périscolaires.

Deuxième point, les possibilités de dérogation. Les neuf demi-journées d’école nous semblent plus

être une charge qu’une opportunité d’avancer. Pourquoi ne pas développer des modèles qui fonctionnent,

comme à Poitiers ou à Toulouse, où on a libéré un mercredi matin sur trois ? Les enseignants y utilisent

ce temps pour travailler en équipe et cela permet de ne pas trop surcharger les communes

avec le périscolaire. Autre possibilité : concentrer ces activités sur une après-midi par semaine,

ce qui évite un morcellement

préjudiciable à leur qualité.

Troisième point : l’égalité. Elle n’était guère assurée avant la réforme, elle l’est encore moins après.

Surtout parce qu’on ne sait pas si les fonds censés accompagner la réforme seront pérennisés

après 2014. Le gouvernement doit clarifier sa position.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Entretien réalisé par Alexandre Fache

Rythmes scolaires : le stress comme matière principale

Peillon piégé par les rythmes scolaires

 

Lire également :

 

Publié dans Education nationale, FSU, SNUipp, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Négociations salariales : Vincent Peillon choisit « ses » syndicats !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 mai 2013

reçu par courriel

Communiqué FSU

Négociations salariales : Vincent Peillon choisit « ses » syndicats !

 

La FSU est « oubliée » et les heureux syndicalistes agréés sont priés de venir négocier pieds et poings liés…

Monsieur le Président de la République,

Nous tenons, par la présente, à vous alerter sur la manière pour le moins surprenante et de toute évidence

inadmissible dont le dialogue social est actuellement mené au ministère de l’Éducation nationale.

Au moment où doivent s’ouvrir des discussions relatives aux mesures catégorielles pour les personnels

liées à la refondation de l’école, la FSU a découvert le document ministériel par la presse et sur le site

d’organisations syndicales qui en disposaient déjà.

La FSU est « oubliée » et les heureux syndicalistes agréés sont priés de venir négocier pieds et poings liés…

Monsieur le Président de la République,

Nous tenons, par la présente, à vous alerter sur la manière pour le moins surprenante et de toute évidence

inadmissible dont le dialogue social est actuellement mené au ministère de l’Éducation nationale.

Au moment où doivent s’ouvrir des discussions relatives aux mesures catégorielles pour les personnels

liées à la refondation de l’école, la FSU a découvert le document ministériel par la presse et sur le site

d’organisations syndicales qui en disposaient déjà.

 

Cette méthode est inacceptable.

 

La FSU, première fédération de l’Éducation nationale, avec une représentativité de plus de 40%, porte

l’exigence d’un dialogue social transparent et équitable, respectueux de l’ensemble des organisations

qui tiennent leur légitimité du vote des personnels. Ce n’est pas au Ministre de choisir ses partenaires

sociaux. C’est une condition même de respect des personnels.

En outre, le Ministre de l’Éducation nationale demande aux organisations syndicales une signature

pour entrer en discussion : quelle curieuse méthode que celle qui consiste à exiger des organisations

syndicales d’approuver un protocole d’accord avant même d’avoir commencé à discuter et a priori

dans un cadre contraint !

[Lire la suite sur 59.snuipp.fr ] ou sur :  [FSU.fr ]

 

Publié dans Education nationale, F. Hollande, FSU, SNUipp | Pas de Commentaire »

Pour l’école publique : manifestation nationale du 6 avril

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mars 2013

 

Pour l'école publique : manifestation nationale du 6 avril dans Education nationale manif-6-avril

 

Publié dans Education nationale, FSU, Luttes, Politique nationale, SNUipp | Pas de Commentaire »

Rythmes scolaires

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mars 2013

 

Lille et Amiens repoussent la réforme à 2014

 

Rythmes scolaires   dans CGT Education

Après Lyon ou Montpellier, les villes de Lille

et Amiens vont elles-aussi opter pour la mise

en place de la réforme des rythmes scolaires

à la rentrée de septembre 2014.

 

 

Des décisions lourdes de sens pour le ministre de l’Éducation Vincent Peillon, qui espérait

qu’un maximum de grandes villes allaient basculer vers la semaine des quatre jours et demi

dès la rentrée 2013.

En communiquant sa décision ce lundi matin, la maire de Lille a voulu déminé le terrain pour Vincent

Peillon. Expliquant vouloir « prendre le temps de la concertation », Martine Aubry a souligné que la date

d’application n’était « pas un enjeu, ce qui est important, c’est le contenu ». « Je partage totalement

son projet, il (Vincent Peillon, ndlr) a tout mon soutien », a-t-elle insisté. La première édile doit

communiquer sa proposition au conseil municipal, qui procédera à un vote lundi soir.

École le samedi matin

« L’objectif, c’est la réussite et l’émancipation de chaque enfant, d’en faire de véritables citoyens »,

a-t-elle poursuivi. L’ancienne première secrétaire du PS s’est prononcée pour l’école le samedi matin,

un maintien en l’état de la pause méridienne (déjeuner) et un raccourcissement mesuré de la journée

scolaire.

« Cela n’a pas de sens de mettre trois quarts d’heure de périscolaire le soir. Autant accompagner

les enfants qui ont des difficultés. Nous préférons avoir des périodes plus longues pour mettre en place

les nouveaux apprentissages », a-t-elle expliqué.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Delanoë défend sa décision face aux critiques notamment

du Front de gauche

 

delanoerythmes Amiens dans Education nationale

réunion du 25 février sur les rythmes scolaires

Le maire de Paris Bertrand Delanoë a défendu

mardi sa décision d’appliquer dès 2013

la réforme contestée des rythmes scolaires

face aux critiques de l’UMP et du Front de

Gauche qui dénoncent un « entêtement

incompréhensible » et une action unilatérale

prise dans une « tour d’ivoire ».

« Je respecte la démocratie, c’est mon rôle de proposer après une très longue concertation de plusieurs

mois, et le Conseil de Paris est souverain et décidera lundi prochain si cette réforme s’appliquera en

septembre 2013″, a déclaré Bertrand Delanoë sur Itélé. « Aujourd’hui, j’ai le sentiment d’avoir dégagé

une ligne et des moyens efficaces pour la réussir, pour ce que soit un progrès pour tous dès septembre

prochain », a-t-il ajouté.

L’élu socialiste a annoncé lundi avoir obtenu l’accord des Verts sur le calendrier de mise en place de

cette réforme qui prévoit le retour à la semaine de quatre jours et demi, ouvrant la voie à une adoption

de cette mesure lundi prochain par le Conseil de Paris.

[Lire la suite]

Lire également : Peillon sur un mauvais rythme?

+ d’infos sur la réforme des rythmes scolaires sur http://59.snuipp.fr/

 

L’intersyndicale SNUipp-FSU, SNUDI-FO, SE-UNSA, SUD Education, CGT Educ’Action et CNT-Ste

a appelé les enseignants parisiens à faire grève lundi prochain à l’occasion de l’examen de la réforme

au Conseil de Paris. Les syndicats dénoncent un nombre insuffisant d’animateurs formés avant

septembre pour gérer les activités périscolaires et redoutent des inégalités croissantes entre les écoles

concernant ces activités.

 

FR3 Nord Pas-de-Calais a sondé 231 villes de plus 4 000 habitants :

Publié dans CGT Education, Education nationale, France, SNUipp, Syndicats | 1 Commentaire »

Prime de 400 euros aux professeurs des écoles : l’entourloupe de Peillon ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 février 2013

 

Prime de 400 euros aux professeurs des écoles :

l’entourloupe de Peillon ?

 

Prime de 400 euros aux professeurs des écoles : l’entourloupe de Peillon ? dans CGT Education capture14Vincent Peillon se dirait prêt à faire un geste financier en faveur

des professeurs des écoles. Pour les aider à digérer la réforme

des rythmes scolaires, les 300 000 enseignants pourraient toucher

une prime annuelle de 400 euros… Financée par une prime annuelle

du même montant non reconduite.

Selon Les Echos¹, une information non confirmée par le ministre de l’Éducation, une indemnité annuelle

pourrait être versée aux 300.000 enseignants du primaire, sur le modèle de l’indemnité de suivi et

d’orientation des élèves (Isoe) que perçoivent aujourd’hui ceux du secondaire. Elle serait dans un premier

temps de 400 euros annuels.

Cette prime viserait à rapprocher un peu ce que gagnent les enseignants du primaire² et ceux

du secondaire, comme l’a souhaité à plusieurs reprises le ministre.

[...]

Une bonne partie de cette prime « nouvelle » pourrait être financée par la prime de 400 euros accordée

aux enseignants de CE1 et de CM2 qui font passer des évaluations. Cette prime n’a pas été reconduite,

mais a été budgétée.  L’autre piste de financement avancée par Les Echos serait la non-reconduction

des stages de remise à niveau d’été, payés en heures supplémentaires.

[Article complet sur humanite.fr]

¹   Conclusion de l’article des Echos :

« Autrement dit, déshabiller Pierre et Paul pour habiller l’ensemble des professeurs des écoles… »

²   Un « professeur des écoles » gagne environ 25 000 euros par an, son homologue allemand 42 000 euros,

l’anglais 34 000 euros.  (document OCDE)

 

Lire également :

Rythmes : qui paiera la facture ?

Rythmes scolaires: la semaine de 4,5 jours officialisée

Rythmes scolaires : un vrai-faux débat ?

SNUipp-FSU : 12 février Journée de grèves,de manifestations et de rassemblements

 le tract d’appel de la CGT-Éduc’action

Le tract d’appel de l’interfédérale de l’éducation

Publié dans CGT Education, Education nationale, FSU, Politique nationale, Salaires, SNUipp | Pas de Commentaire »

Rythmes scolaires : les appels à repousser l’application de la réforme à Paris se multiplient

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 janvier 2013

 

Rythmes scolaires :

les appels à repousser l’application de la réforme

à Paris se multiplient 

 

Rythmes scolaires : les appels à repousser l’application de la réforme à Paris se multiplient dans Education nationale ecole11Face aux nombreuses incertitudes

et imprécisions qui entourent cette

réforme, la communauté éducative

mais aussi le Front de gauche

demandent à la mairie de  Paris

de renoncer à appliquer la refonte

des rythmes scolaires dès la rentrée 2013.

En signe d’«apaisement», ils réclament  le report de l’application de la réforme pour

permettre de mener sereinement le débat et de clarifier le projet éducatif.

La réforme des rythmes scolaires en primaire prévoit d’ajouter une demi-journée d’école et d’imposer

un maximum de 5h30 de cours par jour. Si la nécessité de revoir ces rythmes scolaires ne fait pas débat,

c’est le manque d’ambition et les incertitudes entourant l’application du projet qui ont poussé

la communauté éducative mais aussi le Front de gauche à demander à la mairie de Paris de renoncer

à appliquer la réforme à Paris dès 2013.

« J’appelle l’exécutif municipal à choisir la voie de l’apaisement », a déclaré le président du

groupe Front de gauche au conseil de Paris Ian Brossat. « Les élus PCF/PG présenteront dès la semaine

prochaine des vœux dans les différents conseils d’arrondissement demandant le report de la mise en œuvre

de la réforme à septembre 2014. Ce report permettrait à la Ville de Paris de mener un grand débat

sur l’avenir de l’école dans la capitale et sur son projet éducatif ».

Apaisement également réclamé par le syndicat SNUipp-FSU, majoritaire dans le premier degré à Paris.

« L’apaisement est indispensable dans l’intérêt tout d’abord des élèves, mais plus largement dans l’intérêt

de l’ensemble de la communauté éducative ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Une manifestation est prévue le 2 février de la Sorbonne à l’Hôtel de Ville.

*

Retrouvez dans l’Humanité des débats de ce vendredi Rythmes scolaires : un vrai-faux débat ?

Une table ronde entre

Stéphane Bonnéry, maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université Paris-VIII,

Yves Careil, maître de conférences en sociologie à l’IUFM de Bretagne

et Jean-Jacques Hazan, président de la FCPE.

Publié dans Education nationale, France, Front de Gauche, FSU, Luttes, PCF, POLITIQUE, Senat, SNUipp | Pas de Commentaire »

Rythmes scolaires : communiqué du SNUipp-FSU

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mai 2012

 

Rythmes scolaires : communiqué du SNUipp-FSU dans Education nationale siteon0-2ac1c

Révision des rythmes scolaires :

tout mettre sur la table, vraiment tout !

 

Le premier ministre vient de confirmer que la révision des rythmes scolaires, annoncée pour la rentrée 2013 par le nouveau ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, donnerait lieu à une concertation avec la communauté éducative.

Pour le SNUipp-FSU, un processus de discussion transparent et cadré par un calendrier et des points d’étape est effectivement incontournable pour la qualité et la sérénité du débat et des prises de décisions qui en découleraient.

Les défauts de l’organisation scolaire actuelle ont été unanimement pointés. Chacun les connait : journées trop longues et trop chargées (notamment pour les plus fragiles, aux heures de classes desquels peut s’ajouter du temps d’aide personnalisée), année scolaire resserrée, arythmie des temps de classe et de vacances… Il faut donc revoir le calendrier et le contenu de la journée, de la semaine et de l’année.

Mais, il faut aussi admettre que le chantier est complexe et difficile. Les rythmes de vie des enfants sont loin d’être identiques. Ils varient en fonction des contraintes professionnelles et personnelles des familles, de leurs lieux d’habitation (fréquentation de la restauration scolaire, de l’étude, de la garderie, temps passé dans les transports,…).

Les ressources financières et la volonté politique des collectivités locales constitueront également un point crucial si on ne veut pas que les modifications à venir ne génèrent de nouvelles inégalités dans la prise en charge des enfants. La concertation devra nécessairement aborder les questions d’articulation des temps scolaires, du temps périscolaire et de leurs qualités et pour cela, réunir tous les acteurs concernés (enseignants, familles, collectivités…)

Enfin, faire progresser l’école ne dépend pas uniquement des rythmes scolaires. C’est aussi une question de contenus d’enseignement, de formation des enseignants et d’organisations pédagogiques. Un tel chantier ne pourra aussi se faire sans prendre en considération les conditions d’exercice du métier. Si les enseignants sont prêts à voir se mettre en place des évolutions, ils attendent aussi des améliorations de leurs conditions de travail et notamment la reconnaissance des temps hors la classe consacrés à la réussite des élèves : temps de préparation, lien avec les familles, travail en équipe…

Le SNUipp-FSU demande que tous ces sujets soient au coeur de la concertation à venir.

Paris, le 18 mai 2012

 

Publié dans Education nationale, France, FSU, POLITIQUE, SNUipp, Syndicats | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy