Pacte de responsabilité : des exigences communes pour laCGT, la CFDT, la FSU et l’Unsa

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 janvier 2014

 

Pacte de responsabilité : les exigences des syndicats

 

lepaon1401Thierry Lepaon, à Matignon, en novembre dernier

 Quatre syndicats, la CGT, la CFDT, la FSU et l’Unsa,

 se sont accordés mardi sur des revendications communes

 notamment sur l’emploi, réclamant la « conditionnalité »

 des aides aux entreprises, et porteront ces demandes

 lors du débat sur le « pacte de responsabilité » proposé par François Hollande.

Dans une déclaration signée par leurs numéros un, les quatre organisations affirment qu’elles « porteront

ces revendications et objectifs communs lors des discussions qui se dérouleront dans le cadre du pacte

de responsabilité ».

Le texte a été publié peu avant la conférence de presse du président François Hollande qui devrait préciser

le contenu de ce pacte, axé sur une baisse de charges contre des embauches. Les quatre centrales revendiquent

« une plus grande clarté et une plus grande cohérence dans le financement et les aides apportés aux entreprises

pour soutenir l’investissement et l’emploi ». Elles réclament également « la généralisation de la conditionnalité

des aides et exonérations fiscales aux entreprises à la mise en œuvre d’objectifs d’investissement économique

et d’investissements sociaux » portant sur « la création d’emplois, la qualification des salariés, des politiques

salariales dynamiques ».

Les quatre centrales demandent, par ailleurs, l’ouverture d’une « négociation interprofessionnelle pour relancer

une dynamique en faveur de l’emploi des jeunes et de l’emploi des seniors » et demandent un « bilan » des dispositifs

déjà en vigueur en faveur des jeunes.

En matière de rémunération, « en articulation avec leur exigence de conditionnalité des aides aux entreprises »,

elles demandent « l’ouverture » de négociations dans des branches « qui n’ont pas négocié et abouti sur ce sujet

depuis moins de 5 ans ». Les objectifs seraient « la reconnaissance de la qualification des salariés, la résorption

des inégalités salariales, notamment entre les femmes et les hommes ». Sur le plan fiscal, elles estiment

« indispensable de réhabiliter l’impôt » et préconisent un « nouveau barème de l’impôt sur le revenu », une « évaluation

des niches fiscales », une « réforme de la fiscalité locale », une « véritable fiscalité écologique », et le « renforcement

des moyens de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire aussi :

Publié dans CFDT, CGT, ECONOMIE, Emplois, F. Hollande, France, FSU, Politique fiscale, Pouvoir d'achat, Salaires, SOCIAL, Syndicats, UNSA | Pas de Commentaire »

Non au transfert de cotisations sur l’impôt !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 janvier 2014

 

FISCALITÉ

Éric Aubin :

  « Nous disons non au transfert de cotisations sur l’impôt »

 

eric_aubin

 

  Dans le cadre du « pacte de responsabilité » avec les entreprises

  annoncé par François Hollande, et au motif de favoriser l’emploi,

  le gouvernement envisage de baisser les cotisations famille

  des entreprises.

  Éric Aubin, dirigeant de la CGT, souligne le risque d’une remise

  en cause de la politique familiale. Il défend une réforme de la cotisation.

 

Jeudi matin, le ministre du Travail, Michel Sapin, ne jugeait pas « légitime » que les prestations familiales soient

financées majoritairement par les entreprises, confirmant ainsi implicitement la perspective d’un transfert

de ce financement sur l’État.

Comment réagissez-vous aux propos 
de Michel Sapin?

Éric Aubin. Les organisations syndicales 
ont leur mot à dire sur la politique familiale. Si on a un transfert

des cotisations famille vers l’impôt, 
c’est l’État qui va avoir la main, 
on met hors jeu les syndicats. 
Et, à terme,

ça remettrait en cause 
notre politique familiale parce qu’on sait 
ce qu’est le budget de l’État. 
Transférer aujourd’hui

le financement 
de la famille sur l’impôt, c’est demain une remise en cause des droits : 
le budget de l’État est

déficitaire,
 et on sait pertinemment que l’étatisation va conduire à une baisse du montant des ressources

pour la politique familiale.

À en croire Michel Sapin pourtant, 
il n’y aurait pas de risque, l’État 
compenserait bien

les pertes 
de recettes pour la branche famille 
de la Sécurité sociale…

Éric Aubin. Oui, mais le budget de l’État, 
ce sont nos impôts ! Le transfert 
de cotisations vers l’État, cela veut dire


au final un transfert vers les ménages, 
ceux qui paient les impôts, ou par le biais de la CSG (dont le rendement est

assuré à plus de 80 % par les ménages – NDLR). Cela signifie donc forcément une baisse 
de pouvoir d’achat

pour l’ensemble 
des ménages.

[Lire la suite sur humanite.fr]

À lire :

 

Publié dans ECONOMIE, F. Hollande, France, POLITIQUE, Pouvoir d'achat, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Entretien avec Mohammed Oussedik, dirigeant confédéral de la CGT en charge de l’industrie (L’Humanité)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 janvier 2014

 

gouvernement

Mohammed Oussedik :

« Faisons la lumière sur l’efficacité des aides aux entreprises »

 

oussedik

 

  Pour le dirigeant confédéral de la CGT en charge de l’industrie,

  la priorité est de remettre à plat les dispositifs existants d’aides

  publiques aux entreprises et de donner aux salariés un droit

  de contrôle.

  Comment accueillez-vous 
la proposition du président 
d’un pacte

  de responsabilité avec les entreprises prévoyant une baisse

  de leurs charges pour augmenter la création d’emplois ?

 

Mohammed Oussedik. François Hollande a pris des mesures très fortes, ces derniers mois, censées restaurer

la compétitivité des entreprises, 
en particulier le crédit d’impôt compétitivité emploi (Cice). Et le crédit d’impôt

recherche a été sanctuarisé dans le budget 2014. Ces deux dispositifs, c’est à peu près 27 milliards d’euros,

neuf fois le budget du revenu de solidarité active (RSA)… Il faudrait déjà se demander s’ils ont permis de restaurer

la compétitivité. Que constate-t-on ? Que 80 % du Cice ne vont pas au secteur industriel, donc à l’exportation,

donc à la compétitivité. En France, il y a 4 500 dispositifs d’aides fiscales aux entreprises !

On n’a jamais autant subventionné les emplois privés. Une étude du Conseil national de l’industrie (CNI) estime

à 110 milliards d’euros les aides publiques aux entreprises, soit 5 points de PIB. Et le CNI relève que l’industrie

n’en touche que 14 %. Plus de 80 % des aides vont donc subventionner des emplois privés 
qui ne sont pas soumis

à la compétition internationale. Quant au crédit d’impôt recherche, la Cour des comptes a publié un rapport

expliquant qu’il est un effet d’aubaine pour les entreprises, qu’il a très peu d’incidences pour la recherche.

Faisons donc d’abord
 la lumière sur l’efficacité de toutes ces aides, procédons à une remise à plat, dans le cadre


de la réforme de la fiscalité. La CGT demande 
ce préalable. Si on écoute simplement 
le patronat qui pleure pour avoir

encore plus d’aides, ce n’est pas de la responsabilité qu’on donne aux entreprises, c’est une fuite en avant.

Concrètement, que revendiquez-vous ?

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans CGT, Competitivite, ECONOMIE, Emplois, F. Hollande, France, POLITIQUE, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Hausse du Smic : 12 euros net par mois et pas un sou de plus !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 décembre 2013

 

Smic : une augmentation de 12 euros net par mois…

 

Capturesapin

  »Cette revalorisation de +1,1% (au 1er janvier) permet d’assurer

 une progression du pouvoir d’achat des salariés dont les rémunérations

 sont les plus faibles » ose déclaré le ministre du Travail, Michel Sapin.

 Ce refus d’un coup de pouce, conforme aux recommandations du groupe

 d’experts, va à l’encontre des attentes des syndicats.

« Une décision qui nuit au pouvoir d’achat et à la croissance » déclare la CGT.

 

Le taux horaire du Smic sera porté à 9,53 euros brut contre 9,43 euros depuis le 1er janvier 2013, la hausse, qui se limite aux mécanismes légaux, porte à 1 445,38 euros le salaire brut mensuel -au lieu de 1 430,22- pour les salariés aux 35 heures, a annoncé le ministre aux partenaires sociaux. En net, pour ces salariés, cette augmentation devrait représenter environ 12 euros par mois, avec un salaire mensuel de 1 113 euros en moyenne. « Cette année, le gouvernement envisage de procéder à une revalorisation fondée sur l’application des mécanismes légaux, sans nouveau coup de pouce« , a déclaré Michel Sapin lors d’une réunion de la Commission nationale de la négociation collective (CNNC). « Cette augmentation préserve le pouvoir d’achat et l’emploi des moins qualifiés (…), alors que s’amorce l’inversion de la courbe du chômage », a ajouté le ministre du Travail. L’inflation sur un an s’élève à 0,6%.

« Se mobiliser pour attendre rapidemment 1 700 euros par mois » (CGT)

Pour la CGT, « le gouvernement s’enferme dans les préconisations du groupe expert sur le SMIC, celui-ci reprenant les thèses patronales qui font des salaires une « charge » nuisant à l’emploi. C’est pourtant par la reconnaissance des qualifications et leur juste rémunération que l’on relancera la consommation et la croissance. » « Le SMIC doit être augmenté immédiatement et atteindre rapidement 1700 euros par mois » précise la CGT dans un communiqué et elle appelle les salariés « à se mobiliser dans l’unité la plus large afin d’obtenir cette augmentation et l’ouverture de négociation sur les salaires. »

Le numéro un de FO Jean-Claude Mailly avait réclamé dimanche un coup de pouce d’ »au moins un point ». Pour lui la hausse légale de 1,1% « est très nettement insuffisante » alors que « près de 30% des salariés à temps partiel sont au Smic et notamment des familles monoparentales ».

La CFTC demandait elle aussi que le gouvernement aille « au-delà de ce que prévoit la loi, contrairement aux recommandations (du groupe d’expert sur le Smic) qui ne prennent pas en compte les augmentations de prix à venir, notamment de l’électricité et des conséquences de la hausse de la TVA ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Lire aussi :

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, Politique nationale, Pouvoir d'achat, PRECARITE, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Le SMIC va passer de 9,43 à 9,53€ BRUT.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 décembre 2013

 

Cliquer sur l’image pour agrandir

richesse2

vu sur Moissac au Coeur

Publié dans Austerite, ECONOMIE, Finance, France, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Voyage dans les six plus grandes fortunes de Bretagne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 décembre 2013

 

PATRONAT

Gros bonnets made in Bretagne

 

gros-bonnnets-rouges

 

Derrière les « bonnets rouges », qui manifestent encore

par milliers ce samedi à Carhaix, les grands patrons bretons,

qui se rangent du côté de la jacquerie antifiscale

plus ou moins ouvertement, s’en sortent très bien.

Leurs fortunes flambent.

 

Dans la Bretagne qui souffre, quelques grands patrons réussissent à s’en sortir. Après avoir fait fortune,

bien souvent, en comprimant les salaires ou en poussant l’agriculture au bord du gouffre, ils n’aiment rien tant

que de se retrouver au sein du très sélect et discret Club des trente. Voyage dans les six plus grandes fortunes

régionales qui, derrière le vernis produit breizh, savent défendre leurs intérêts avant tout.

  • Ravalement chez Pinault père et fils

[...]

entre 2012 et 2013, la fortune familiale – la sixième en France, selon le palmarès annuel

de Challenges – est passée de 6,3 à 11 milliards d’euros (+ 74,6 %).

  • Un « raideur » nommé 
Vincent Bolloré

[...]

septième fortune française – son patrimoine a plus que doublé depuis l’année dernière

pour s’établir à 8 milliards d’euros…

  • Pas de grève chez Daniel Roullier

Il est plutôt inconnu, mais cela ne l’empêche pas d’être la 29e fortune en France (1,8 milliard, + 20 %

entre 2012 et 2013).

[...]

  • La famille Rocher s’en sort bien

[...]

La fortune familiale est estimée à 1,8 milliard d’euros en 2013.

  • Charles Doux sauve ses meubles

[...]

Avec son modèle économique, la famille Doux a, pendant des années, à la fois entraîné l’agriculture bretonne dans la crise, avec une agriculture toujours plus intensive, et bénéficié des milliards d’euros versés par l’Union européenne au titre des « restitutions à l’importation ». En réussissant à céder des parts du capital du groupe, les Doux, qui ont disparu des classements des grandes fortunes, parviennent à sauver les meubles pour eux, et eux seuls. Les centaines d’ouvriers qui ont perdu leurs emplois auront du mal à se réjouir…

  • Michel-Édouard Leclerc reste
le duc

« Leclerc, c’est marche ou crève », disait le paternel, Édouard, souvent présenté comme petit épicier à Landerneau (Finistère) et créateur de supermarchés. Son fils, dont les gazettes économiques vantent les talents de « négociateur » face à des multinationales comme Coca, a une autre image chez les agriculteurs qui l’approvisionnent : celle du duc de Bretagne qui les met à genoux. À la tête d’un patrimoine qui, lui, échappe aux palmarès annuels des fortunes mais qui est estimé à 600 à 700 millions d’euros, (…)

 

[Lire l’article complet sur humanite.fr]

 

Publié dans Agriculture, ECONOMIE, France, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Les effets désastreux de l’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 novembre 2013

 

AUSTÉRITÉ

Document l’Humanité :

la Commission européenne confesse son échec

 

austerite-ue

Dans un document inédit que l’Humanité dévoile ici,

un des économistes en chef de la Commission européenne mesure

les effets désastreux de l’austérité dans les pays de la zone euro.

À cause de ces seules politiques, la France aurait perdu 5 points

de croissance.

C’est la note dont la presse n’a pas parlé, ou presque. Son auteur n’est

pourtant pas le premier venu : Jan In’t Veld est un économiste connu et respecté.

« Il est le modélisateur en chef de la Commission européenne. Toutes les politiques

économiques mises en œuvre par la Commission sont établies sur la base

de ses travaux », rapporte à l’Humanité un de ses confrères.

Dans un document en anglais d’octobre 2013 à l’en-tête de la Commission de Bruxelles et portant

sur « les consolidations budgétaires et ses retombées dans le noyau et la périphérie de la zone euro » (à télécharger

ci-dessous), cet économiste a mesuré les effets sur les pays concernés des mesures d’austérité mises en place

de façon coordonnée dans la zone euro, de 2011 à 2013, avec la bénédiction des commissaires de Bruxelles.

Croissance, taux de chômage, investissement, consommation… : tout est passé au crible et « modélisé », pour isoler

l’effet de l’austérité des autres facteurs économiques. Et le résultat est édifiant.

1,6 points de croissance perdu de 2011 à 2013

Selon ses calculs, l’austérité budgétaire aurait fait perdre, en cumulé, 4,78 % de croissance du produit intérieur brut

(PIB) à la France de 2011 à 2013. Soit une moyenne de 1,6 point de croissance annuelle en moins. Elle n’est pas

la seule touchée : l’Allemagne aurait perdu 2,61 points de croissance, l’Italie, 4,86, l’Espagne, 5,39, et la Grèce,

jusqu’à 8,05 points.

L’effet de l’austérité sur le taux de chômage est aussi saisissant : 1,9 point de plus depuis 2011 lui est imputable

en France et en Espagne, 1,7 point en Allemagne, et jusqu’à 2,7 en Grèce.

Selon l’économiste, cela s’explique par « l’impact négatif des mesures propres à chaque pays » qui est aggravé

par les « effets d’entraînement négatifs des mesures d’assainissement d’autres pays ». En clair : quand l’ensemble

des pays de la zone euro appliquent en même temps les mêmes politiques restrictives, celles-ci interagissent entre

elles et les États en subissent mutuellement les conséquences.

[Lire la suite]

Document à télécharger : Fiscal consolidations and spillovers in the Euro area periphery and core

Lire également : Austérité : enfin, l’aveu !

Publié dans Austerite, CGT, Emplois, EUROPE, l'Humanité, POLITIQUE, Salaires, Union europeenne | Pas de Commentaire »

La CGT lance dans une grande campagne intitulée « Répartir autrement, c’est capital ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 novembre 2013

 

TRAVAIL

Offensive CGT contre le coût du capital

 

Capturecgtcoûtravail

Lundi, l’organisation syndicale a lancé une grande campagne nationale

sur le coût du capital, dictée par la nécessité d’une revalorisation

du travail pour sortir de la crise. 

Combattre le discours sur le coût du travail dont les médias dominants se font

courroie de transmission, c’est l’objectif de la CGT qui a lancé, hier, une grande

campagne nationale sur le coût du capital.

 

 

« Depuis un an, nous en sommes à 1 000 plans sociaux, sans compter les annonces de restructurations,

de dépôts de bilan ou de mises en redressement judiciaire. Et certains experts chiffrent à au moins 150 000

le nombre d’emplois menacés dans les mois qui viennent », a déclaré en préambule Thierry Lepaon, devant la presse.

« Le problème des entreprises, ce n’est pas le coût du travail, mais la sous-valorisation du travail,

de sa reconnaissance et de sa rémunération », a poursuivi le secrétaire général de la CGT. Campagne d’affichage,

diffusion de documents explicatifs, réunions en région, la CGT a mis les moyens au service de la cause :

remettre au centre de la démocratie sociale l’enjeu du coût du capital et son impact sur le travail, pour « être aux côtés

des salariés de façon concrète », insiste Thierry Lepaon.

Au cœur de l’offensive revendicative de la CGT, plusieurs points primordiaux seront illustrés, chacun par une affiche

placardée dans les lieux publics et les entreprises : les salaires, le travail, l’emploi, les services publics et la protection

sociale. À chaque fois un slogan, « Mon travail, ça c’est capital », « Pour la solidarité, la protection sociale, c’est capital »,

« Investir dans l’emploi, c’est capital », ou encore, « Mon salaire pour vivre, c’est capital ».

L’ambition est de marquer les esprits, de rendre visible la bataille pour la revalorisation du travail

quand 79 % des Français déclarent avoir du mal à boucler leurs fins de mois et 70 % estiment que les conditions

pour bien faire leur travail ne sont pas réunies.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Documents à télécharger :

Le site de la CGT

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

PSA : Attaque en règle contre les salariés

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 septembre 2013

 

      PSA : hausse des ventes et baisse des salaires

 

PSA : Attaque en règle contre les salariés dans CGT cgtplanbFlorent Lacaille-Albiges

Le groupe automobile a entamé des négociations

sur « la modération salariale. »

Au menu : baisse des primes et gel des salaires.

« Une attaque en règle contre les salariés »

pour la CGT.

 

« Je prévois que le dernier trimestre enregistre une hausse de part de marché du groupe », déclarait

hier Philippe Varin, président du directoire de PSA, hier dans le Parisien. Pour fêter cet heureux présage,

le groupe automobile a une drôle de façon de remercier ses salariés. Le même jour, la direction a

annoncé son intention de baisser les indemnités de chômage partiel, de supprimer une série de primes

et de geler les salaires en 2014. Les employés sont ainsi encouragés à oublier prime de rentrée

et prime d’ancienneté, ainsi qu’à accepter une importante réduction des primes de nuit et du samedi,

au nom de la compétitivité de la marque.

Objectif annoncé : économiser 100 millions d’euros sur le dos des 100 000 travailleurs

français du groupe.

La CGT a dénoncé dans un communiqué une « attaque en règle contre les salariés » alors que la direction

« n’a pas hésité à voter lors de l’assemblée générale des actionnaires d’avril 2013 une opération

en bourse de rachat annulation d’actions de 340 millions € » Franck Don, délégué syndical CFTC a indiqué

à l’AFP que la direction n’avait donné aucune garantie au sujet des contreparties demandées

par les syndicats : pas de fermeture et le maintien du volume produit en France. « Nous demandons

aussi que cet accord soit limité dans le temps et qu’il corresponde à une situation donnée du groupe

aujourd’hui face à une crise », a ajouté le syndicaliste. Une crise qui n’empêche pas le groupe d’annoncer

sur son site que les dix personnes les plus payées du groupe cumulent des rémunérations de plus

de 6 millions … La CGT doit décider ce vendredi des actions à venir pour « définir la riposte à apporter,

et appeler les salariés à se faire entendre pour empêcher la signature de telles mesures de recul social. »

[Source : humanite.fr]

       Tract CGT PSA Aulnay : Les attaques contre les travailleurs continuent !

Publié dans CGT, Competitivite, ECONOMIE, Salaires, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Thierry Lepaon sur France Inter (28/08/13)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 septembre 2013

 

 

http://www.dailymotion.com/video/x13sfg4

sur dailymotion

Par

*

http://www.dailymotion.com/video/x13sgie

sur dailymotion

Par

Publié dans CGT, Chomage, Emplois, RETRAITES, Salaires, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

123456...16
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy