Pouvoir d’achat en berne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 avril 2013

 

Notre « pov’ » pouvoir d’achat s’est « cassé »

 

Pouvoir d'achat en berne dans Austerite peperepar Denis THOMAS

La composition du mortel cocktail était connue : chômage, stagnation

des salaires. En rajoutant une nouvelle dose de pression fiscale,

le pouvoir d’achat déjà malmené par celui qui s’était présenté en 2007

comme « son président » s’est cassé net. Pour la première fois depuis

1984, et ce n’est pas fini.

Les chiffres publiés mercredi par l’Insee, pourtant souvent sujets à caution,

sont aussi désolants qu’attendus. Dans ses comptes nationaux, l’institut

estime que le pouvoir d’achat des Français a fléchi de 0,8%

au quatrième trimestre et de 0,4% sur l’ensemble de l’année.

Ramenée à un niveau individuel (par « unité de consommation ») la baisse est encore plus marquée à 1%

après un recul de 0,1% du pouvoir d’achat individuel en 2011.

Le chiffre vient s’ajouter à celui de la croissance, qui a connu en 2012 la stagnation avec trois trimestres

négatifs (sauf les mois d’été où ceux qui ont pu partir en congés ont permis un léger rebond en consommant).

Le quatrième trimestre, nous le savons, n’a pas été glorieux avec une baisse de 0,3 du Produit Intérieur Brut.

Les analystes, dans leur ensemble, pointent la hausse des impôts engagée par le gouvernement Hollande.

L’impact fiscal sur le pouvoir d’achat a été particulièrement cruel au quatrième trimestre 2012 avec en fer

de lance la contribution exceptionnelle sur la fortune (on s’en console) mais surtout avec les réévaluations

liées au barème de l’impôt sur le revenu.

Là, ça tape dur et partout puisque ces dernières ont induit une augmentation générale et de très douloureux

chèques libellés au nom du Trésor.

[Lire la suite sur Le Grand Soir]

Article original

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, F. Hollande, Pouvoir d'achat, PS | Pas de Commentaire »

Hausse du chômage, baisse du pouvoir d’achat… Il est urgent de changer de politique !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 mars 2013

Hausse du chômage, baisse du pouvoir d’achat, croissance nulle…

Et si on changeait de politique ?

 

Hausse du chômage, baisse du pouvoir d'achat... Il est urgent de changer de politique ! dans Austerite chomage_2

La dernière livraison de l’INSEE est sans appel.

L’économie française a eu une croissance nulle

pour 2012 et les prévisions de croissance

pour 2013 et 2014 sont tout aussi sombres.

Mais comment pourrait-il en être autrement ?

La politique d’austérité et de baisse des coûts

salariaux se traduit par une pression sur l’emploi

au nom de la compétitivité, qui fait exploser

le chômage au point de presque atteindre

les records de 1997.

Elle contribue à transférer le poids de la fiscalité des entreprises sur celle des ménages (10 milliards d’euros

par le CICE) ce qui réduit d’autant leur pouvoir d’achat et pèse sur leur consommation. Elle diminue

la dépense publique en ponctionnant les services publics nationaux et locaux, au point de les empêcher

de fonctionner, de répondre aux besoins de la population et de financer l’activité locale. Autant de mesures

qui enferment de fait la France dans la stagnation.

Hausse du chômage, baisse du pouvoir d’achat, croissance nulle… Et si on changeait de politique ?

Demain soir, lors de son intervention télévisuelle, François Hollande ne peut se contenter d’un exercice

d’autopromotion d’une orientation économique et sociale qui conduit droit à l’échec. Il est possible et urgent

de faire autrement. C’est pourquoi avec ses partenaires du Front de gauche, le PCF veut ouvrir sur l’alternative :

  • Face à la « flexicurité », avançons la lutte pour une sécurisation de l’emploi et de la formation

construite sur la conquête de nouveaux pouvoirs des salariés et une expansion de la dépense de formation ;

  • Face à la baisse du « coût du travail », travaillons à la baisse du coût du capital, plutôt que

la baisse des « charges sociales » optons pour celle des charges financières du crédit aux entreprises,

avec la lutte pour un Pôle financier public et un nouveau crédit sélectif pour les investissements créateurs

d’emplois et de formations ;

  • Face au pacte budgétaire (TSCG), opposons la lutte pour le financement d’une relance massive

des services publics grâce à la création monétaire de la BCE, via un Fonds social, solidaire et écologique

de développement européen et une réforme radicale de fiscalité ;

  • Face à l’augmentation de la CSG, obtenons une refonte des prélèvements obligatoires notamment

par une nouvelle fiscalité incitatives à l’essor de l’emploi, des qualifications, des salaires et pénalisant

les placements financiers ;

  • Face aux privatisations, engageons la lutte pour une nouvelle maîtrise sociale des entreprises

publiques et la promotion de Pôles publics d’impulsion et de coopération favorisant un redressement

des filières industrielles et de service.

Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF

Publié dans Austerite, Chomage, Competitivite, France, PCF, POLITIQUE, Pouvoir d'achat, Privatisation, Salaires, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Retraites complémentaires : la CFDT signe l’accord qui entérine la baisse du pouvoir d’achat des retraités

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 mars 2013

 

Retraites complémentaires : l’accord devrait passer

 

Retraites complémentaires : la CFDT signe l'accord qui entérine la baisse du pouvoir d'achat des retraités dans CFDT retraites_2_0

Après la CFTC et FO, c’est au tour de la CFDT¹

d’annoncer son intention de signer l’accord

sur les retraites complémentaires.

Ces syndicats entérinent donc la perte

du pouvoir d’achat des retraités que seule

la CGT continue de dénoncer.

 

« Le bureau national de la CFDT a décidé à l’unanimité de la signature du projet d’accord sur les régimes

de retraite complémentaire », indique l’organisation syndicale dans un communiqué.

Selon la CFDT, « le projet d’accord partage les efforts entre les actifs, les retraités et les entreprises ».

Elle « considère qu’il s’agit d’un accord nécessaire qui donne une bouffée d’oxygène à ces régimes de retraite ».

Cet accord « consolidera financièrement l’Arrco (retraite complémentaire des salariés du privé) et l’Agirc

(retraite complémentaire des cadres du privé), très malmenés par la crise économique ».

Toutefois, la CFDT juge que « la question de leur financement à moyen terme n’est (…) pas totalement réglée ».

Outre la CFDT, la CFTC et FO ont également décidé de signer. Ce qui devrait permettre à l’accord de passer,

puisqu’il obtiendrait ainsi la signature de 3 des 5 syndicats. Il devrait donc s’appliquer comme prévu au 1er avril.

A cette date, les retraites complémentaires seront moins revalorisées que l’inflation, ce qui amputera le pouvoir

d’achat des 11 millions de retraités concernés. Les pensions seront ainsi augmentées de +0,8% pour l’Arrco

et +0,5% pour l’Agirc, alors que l’inflation a été revue à +1,2% par le gouvernement pour 2013. Par ailleurs,

les taux des cotisations, acquittées à 60% par les entreprises et à 40% par les salariés, seront augmentés de

0,1 point en 2014, comme en 2015.

[Lire la suite sur humanite.fr]

¹  Lire le billet de Robert Mascarell du 2 février 2013

Lire aussi :

Retraites complémentaires : la CGT alerte le gouvernement

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Vidéo l’Humanité

Publié dans CFDT, CGT, ECONOMIE, France, Pouvoir d'achat, RETRAITES, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Ce jeudi dans l’Humanité : la précarité énergétique tue toujours

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 mars 2013

 

Ce jeudi dans l'Humanité : la précarité énergétique tue toujours dans Energie huma2103

En décembre, à Marseillan (Hérault), un homme

est retrouvé chez lui, mort d’hypothermie.

Faute d’avoir pu payer ses factures EDF, il venait

de se faire couper l’électricité. Aujourd’hui, la famille

tente de comprendre cet enchaînement fatal.

Retour sur un drame qui ne doit rien à la fatalité.

Entretien avec le président de l’association

Droit à l’énergie-Stop aux coupures, Jean-Louis

Mespoulès, qui défend les « remises en énergie »,

un « acte illégal mais légitime ».

 

 

Avez-vous constaté une augmentation 


des coupures d’énergie ces dernières années  ?

 

Jean-Louis Mespoulès. Oui. Le phénomène s’est beaucoup aggravé, pour deux raisons essentielles :

la flambée des prix sans précédent, due à la déréglementation 
du secteur, et la baisse du niveau de vie


et des rémunérations. Ces deux facteurs 
ont fait basculer des millions de familles 
dans la précarité

énergétique. Depuis 2004, les coupures ont été multipliées par dix. Nous en sommes à 580 000 par an,

en incluant les baisses de puissance d’électricité. 
Dans ce dernier cas, la consommation est divisée

par 6 ou 9, ce qui empêche d’allumer deux radiateurs en même temps…

Quelles sont les familles concernées ?

Jean-Louis Mespoulès. Nous avons constaté un changement de caractéristique sociale. Jusqu’en 2005,

les coupures d’énergie concernaient des foyers en exclusion sociale, habitués aux « parcours solidaires ».

Depuis cette date, les cas 
de coupures chez des familles salariées, 
qui voient leurs revenus et la pérennité


de leur emploi détériorés, se sont multipliés. Car ces familles ne savent bien souvent pas à quelle porte frapper,

elles éprouvent une certaine honte face à leur situation. Il s’agit d’une réaction tout à fait humaine.

[Lire la suite]

 

Publié dans Energie, Pouvoir d'achat, PRECARITE, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Blocages sur les retraites complémentaires : le patronat responsable selon les syndicats

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 mars 2013

 

Retraites complémentaires :

les négociations toujours bloquées, les syndicats pessimistes

 

Blocages sur les retraites complémentaires : le patronat responsable selon les syndicats dans Austerite retraites3

Les partenaires sociaux se sont séparés jeudi soir

sur un constat de désaccord avec le patronat

sur le financement des régimes Arrco et Agirc.

La CGT estime que si le Medef ne revoit pas

ses dernières propositions, le prochain rendez-vous

sera inutile.

« On avait cru comprendre qu’il y aurait une ouverture (…)

On se retrouve avec un texte en retrait par rapport

à celui de ce matin », a dit à la presse le négociateur de

Force ouvrière, Philippe Pihet, président de l’Arrco.

« La négociation s’arrête là. Nous avons une prochaine date,

le 13 mars dans l’après-midi », a-t-il ajouté. « Mais en l’état

actuel des négociations, en tout cas pour ce qui concerne

mon organisation, je ne vois pas comment on pourrait

arriver à un accord qui soit constructif. »

De son côté, Eric Aubin, en charge des retraites à la CGT a indiqué que les syndicats étaient ouverts

à une hausse des deux taux combinés mais, selon lui, le patronat “a refusé“. Il a par ailleurs estimé que

si le Medef ne revoyait pas ses dernières propositions, le rendez-vous de mercredi prochain serait inutile.

Désindexation partielle

Un compromis avait pourtant paru à portée de main en fin d’après-midi, après ce qui semblait être

un rapprochement sur une hausse des cotisations et une revalorisation inférieure à l’inflation des prestations

Arrco et Agirc, à titre temporaire. Mais après une interruption de séance de trois heures, la délégation

patronale, conduite par le Medef, est revenue avec un projet d’accord jugé par les organisations

syndicales plus dur que celui qu’elle avait présenté le matin.

Dans son projet, le Medef propose de n’augmenter que de 0,95% les prestations de l’Agirc et de 1,17% celles

de l’Arrco au 1er avril, soit une revalorisation inférieure à la hausse de l’indice des prix (1,8%).

Cette désindexation partielle serait portée à un point en dessous de l’inflation pour les deux régimes en 2014

et 2015. Le salaire de référence servant au calcul des points retraite subirait la même évolution, jugée trop

brutale par les syndicats.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Le point sur les négociations avec le Medef sur les retraites complémentaires, avec Eric Aubin,

dirigeant de la CGT.

 

retraites2 Agirc dans CGT

capture d’écran

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

Publié dans Austerite, CGT, FO, France, Pouvoir d'achat, PRECARITE, RETRAITES | Pas de Commentaire »

Électricité : les tarifs devraient flamber d’ici 2017

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 février 2013

 

Électricité :

vers une « hausse raisonnable » des tarifs de 30% de 2012 à 2017

 

Électricité : les tarifs devraient flamber d'ici 2017 dans Energie facture-edf

Vendredi dernier, Henri Proglio, le président d’EDF,

parlait d’une « hausse raisonnable des tarifs

dans les années à venir ».

Ce lundi, la Commission de régulation de l’énergie

(CRE) a confirmé sa prévision d’une hausse

de l’électricité, tablant sur une progression de 30%

des tarifs réglementés de 2012 à 2017, notamment à cause de l’essor des énergies renouvelables

et des investissements dans les réseaux.

La CRE, qui avait déjà dit tabler il y a un an sur une augmentation de 30% des prix du courant de début

2012 à fin 2016, a présenté ses projections actualisées pour la période allant de mi-2012 à mi-2017 dans

un rapport publié lundi, aboutissant strictement aux mêmes conclusions. En effet, elle y explique s’attendre

à une hausse moyenne de 30,1% des factures d’électricité pour les clients au tarif dit bleu,

avec des projections de +23,7% pour les clients au ‘tarif jaune’ et de +16% pour les clients au ‘tarif vert’.

Cette forte hausse « sera due pour plus du tiers à l’augmentation de la CSPE (taxe qui finance entre autres

l’énergie solaire et éolienne, ndlr), laquelle s’explique pour l’essentiel par le développement des énergies

renouvelables », prévient la CRE dans son rapport.

[la suite sur humanite.fr]

Pauvreté et précarité énergétique :

4 à 5 millions de ménages sont déjà en situation de précarité énergétique. Quand on sait

«que chaque augmentation de 20% du prix de l’énergie fait tomber 10% de la population en plus dans

la précarité énergétique», combien seront-ils en 2017 ? Mais cette augmentation prévisible de la précarité

semblera sans doute « raisonnable » au PDG d’EDF dont la rémunération globale est passée de

639 480 euros en 2005 à 1 588 000 euros  en 2011 !

 

edf EDF dans France

capture décran

Clic sur l’image pour voir le reportage

Publié dans Energie, France, Pouvoir d'achat, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Mauvaise nouvelle pour les ménages : nouvelles hausses rétroactives du gaz. Merci la privatisation !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2013

 

Prix du gaz : encore une augmentation en vue

 

Mauvaise nouvelle pour les ménages : nouvelles hausses rétroactives du gaz. Merci la privatisation ! dans Energie gazMauvaise nouvelle pour les ménages français,

le Conseil d’État a donné raison à GDF Suez

et ses concurrents en annonçant mercredi

l’annulation de trois arrêtés qui gelaient

ou plafonnaient les tarifs du gaz en 2011 et

2012, imposant au gouvernement d’appliquer

des hausses rétroactives des factures payées

par leurs clients.

Les 11 millions de consommateurs de gaz en France

vont se voir facturer de nouvelles hausses

rétroactives à compter du 1er juillet 2013 alors que le nombre de familles en situation de précarité

énergétique ne cesse d’augmenter (3,8 millions, selon les derniers chiffres).

La ministre de l’Énergie Delphine Batho avait déjà dit s’attendre à une telle décision du Conseil d’État et

avait indiqué que si un nouveau rattrapage était accordé à l’opérateur, il serait de nouveau étalé

sur un an et demi, comme celui qu’il avait déjà dû octroyer à GDF Suez l’été dernier, après une décision

similaire du Conseil d’État.

Dans le détail, cette décision porte sur les périodes du 1er juillet 2011 au 1er octobre 2011,

du 20 juillet 2012 au 28 septembre 2012, et du 29 septembre 2012 au 1er janvier 2013.

Les ministres chargés de l’économie et de l’énergie devront prendre de nouveaux arrêtés de fixation

des tarifs pour les périodes concernées dans un délai d’un mois, a précisé le Conseil d’État.

Un tel rattrapage « ne sera pas surprenant et ce sera le dernier », avait ainsi assuré jeudi dernier Delphine

Batho, ajoutant que « cela permettra de solder le passif (avec GDF Suez) et de partir sur de nouvelles bases ».

Le Conseil d’État avait été saisi par GDF Suez lui-même, ainsi que par l’Anode, association rassemblant

plusieurs fournisseurs alternatifs, et l’Uprigaz, une organisation professionnelle qui comprend à la fois

GDF Suez et des opérateurs concurrents.

Lire aussi :

Publié dans Energie, Pouvoir d'achat, PRECARITE, Salaires | Pas de Commentaire »

Lancement de la « campagne contre l’austérité » : revivez le meeting du Front de gauche à Metz

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 janvier 2013

 

Lancement de la campagne « L’alternative à l’austérité, c’est possible »

 

Retrouvez les interventions des salariés d’ArcelorMittal, de Sanofi ou de Virgin

ainsi que celles de Clémentine Autain, Christian Picquet, Myriam Martin,

Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent au meeting de Metz


Interventions des salariés et discours de Jean-Luc Mélenchon

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

CNPCF

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

CNPCF

Clémentine Autain de la FASE

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

CNPCF

Christian Picquet de la Gauche unitaire

*

Myriam Martin de la Gauche anticapitaliste

 

 

Publié dans Austerite, Emplois, France, Front de Gauche, Gauche unitaire, Jean-Luc Melenchon, Luttes, Parti de gauche, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, Pouvoir d'achat, Salaires, Syndicats | Pas de Commentaire »

Suivez en direct le meeting du Front de gauche à Metz ce soir

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 janvier 2013

 

Campagne contre l’austérité

Meeting à Metz ce soir :

le Front de gauche et les salariés en lutte joignent leurs voix

 

Suivez en direct le meeting du Front de gauche à Metz ce soir dans Austeritepar Julia Hamlaoui

Dès 19 heures 30, l’Humanité.fr diffuse

le meeting du Front de gauche contre

l’austérité à Metz, avec les interventions

de Pierre Laurent, Myriam Martin,

Christian Picquet et Clémentine Autain

et Jean-Luc Mélenchon.

 

 

Le mouvement lance, ce soir, sa campagne pour rassembler autour de « l’alternative à l’austérité »,

à l’occasion d’un meeting à Metz.  Au-delà des forces politiques, l’invitation s’adresse aux salariés

mobilisés. Ce soir, ils auront la parole.

Augmentation du Smic à minima, ratification du traité budgétaire européen, pacte de compétitivité,

adoption d’un budget de rigueur… Alors que les signes d’une politique d’austérité émanant du gouvernement

se multiplient, le Front de gauche a décidé de relever les manches. C’est le sens de la campagne

– « L’alternative à l’austérité, c’est possible » – que le mouvement lance, ce soir,

par un meeting au parc des expositions de Metz (Moselle), à partir de 19 heures.

« Nous voulons non seulement rassembler à gauche, mais aussi au-delà des forces politiques, en particulier

ces centaines de milliers de syndicalistes acteurs du mouvement social qui aujourd’hui se battent mais

attendent une autre perspective », a prévenu Christian Picquet (Gauche unitaire), lors d’une conférence

de presse à Paris la semaine dernière. Sans attendre, le Front de gauche est donc passé aux travaux

pratiques. À l’instar du Front des luttes, qui lui a permis lors de la campagne électorale de nombreux

échanges avec les salariés mobilisés, le mouvement a décidé de donner la parole ce soir à des travailleurs

et syndicalistes en pleine bataille chez ArcelorMittal, Sanofi ou encore Virgin, avant les interventions

de plusieurs de ses membres, dont l’ancien candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon.

Ces salariés y voient d’abord une tribune pour leur combat, mais « la bataille que nous menons pour

le maintien de l’industrie, de nos emplois participe de la lutte contre l’austérité », estime Jacky Mascelli,

de la CGT Arcelor à Gandrange. Et de détailler ce lien « évident » : « La politique d’ArcelorMittal pour 2013,

c’est aucune augmentation générale de salaires alors que les actionnaires vont empocher plus de 1 milliard

de dividendes. Depuis 2007, ce sont 19 milliards qui auraient pu aller aux salaires, à la formation,

à l’investissement productif… »

Même constat chez Sanofi, confie Laurence Millet, syndicaliste SUD, qui montera ce soir à la tribune :

« L’austérité que le gouvernement a choisi de mener dans le secteur public, elle s’applique aussi dans le privé.

Sanofi se porte très bien du côté de l’actionnariat, par contre, dans notre quotidien de salariés, on connaît

des restrictions à tous les niveaux. »

C’est une autre dimension du problème que relève Yaël Konforti, qui s’exprimera au nom des salariés en lutte

de Virgin : « Le lien de cause à effet n’est sans doute pas direct, prévient-elle, mais l’austérité se répercute

sur nous, car si le pouvoir d’achat est réduit, la consommation aussi, et donc nous avons moins d’activité. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

Retransmission en direct également sur placeaupeuple.fr et pcf.fr

Publié dans Austerite, Emplois, France, Front de Gauche, Gauche unitaire, Jean-Luc Melenchon, l'Humanité, Luttes, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, Politique industrielle, Pouvoir d'achat, Salaires, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

2013, année sombre pour le pouvoir d’achat

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 décembre 2012

 

2013, année sombre pour le pouvoir d’achat selon la CLCV

 

2013, année sombre pour le pouvoir d'achat dans ECONOMIE economie

La CLCV ( Consommation, logement et cadre de vie)

souligne les nombreuses hausses des dépenses

contraintes qui attendent les consommateurs à partir

de janvier pour affirmer que l’année 2013 pourrait

être « au moins aussi difficile » que 2012 concernant

la baisse du pouvoir d’achat.

Selon l’association de consommateurs, « les dépenses

contraintes augmentent plus vite que l’inflation et pèsent

d’autant sur notre pouvoir d’achat ».

Elle rappelle ce lundi qu’à partir du 1er janvier, les prix

du gaz et de l’électricité vont augmenter de respectivement

2,4% et 2,5%, et que les tarifs du fioul ont eux, doublé

depuis 2008.

« A un moment où l’on pointe 4 millions de ménages en

situation de « précarité énergétique », l’accès aux énergies

pour tous ne peut plus être garanti par les seuls tarifs

sociaux dont le pouvoir solvabilisateur s’érode au fil des augmentations tarifaires », estime la CLCV.

Le constat est identique pour les prix des assurances, qui devraient prendre entre 2 et 7% d’augmentation

en 2013, et des transports qui « augmentent ces dernières années beaucoup plus vite que l’inflation ».

Ainsi au 1er janvier, les tarifs des billets de trains vont progresser de 1,9%, ceux de la RATP de 2,4%,

tandis que les courses en taxis seront revalorisées de 2,6%.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Ce qui va augmenter au 1er janvier (liste non exhaustive, hélas)

  • Impôt sur le revenu : + 2% pour les redevables (barème gelé)
  • Énergie : + 2,4% pour le gaz ; +2,5% pour l’électricité
  • Automobile : malus pour les voitures émettant entre 135 et 149 g de CO2/km : 100
  • Redevance Télé : 131 € (85 € en outre-mer)
  • RATP : + 2,4% (moyenne)
  • Timbre : lettre prioritaire : 0,63 € ; lettre verte : 0,58 €

….

Publié dans ECONOMIE, Energie, France, Pouvoir d'achat, Salaires | Pas de Commentaire »

1...34567...10
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy