Électricité : Linky va faire flamber les factures d’électricité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 septembre 2013

 

« L’arrivée du compteur Linky va faire disjoncter le portefeuille

des consommateurs »

 

Électricité : Linky va faire flamber les factures d'électricité  dans Energie linky-150x150

Selon une étude de l’UFC-Que Choisir publiée ce mardi, la généralisation

en France, d’ici 2020, du compteur électrique « intelligent » Linky alourdira

la facture des ménages en raison notamment des changements

d’abonnements induits pour plus de 15 millions de clients.

 

« L’arrivée du compteur Linky va faire disjoncter le portefeuille des consommateurs », a dit le président

de l’association de consommateurs Alain Bazot, en présentant à la presse les conclusions d’une étude

menée pendant un an auprès d’un panel représentatif de 201 foyers. Il en ressort que plus de la moitié (55%)

des ménages souffriraient d’un « mal-abonnement » : 5 millions payent un abonnement d’une puissance

supérieure à leurs besoins, et à l’inverse, 10 millions ont souscrit une puissance inférieure à celle réellement

utilisée. « C’est possible du fait de la tolérance des compteurs actuels, qui ne disjonctent pas systématiquement

lorsque la puissance appelée dépasse celle de l’abonnement », a expliqué M. Bazot. Or le compteur Linky

devrait mettre fin à cette situation. D’un côté, grâce aux informations transmises par ce compteur innovant,

les 5 millions de foyers sur-tarifés pourront enfin connaître la puissance maximale qu’ils utilisent et prendre

un abonnement moins cher, leur faisant économiser 35 millions d’euros par an. Mais, à l’inverse, les 10 millions

de ménages « sous-tarifés » seront poussés, selon l’UFC, à souscrire des abonnements plus puissants et donc

plus chers, car Linky, beaucoup plus sensible à la puissance utilisée, disjoncte quasi systématiquement

lorsqu’elle dépasse le niveau souscrit.

L’association chiffre le surcoût annuel pour ces ménages à 308 millions d’euros.

« Le compteur ne sera pas gratuit »

En outre, chaque changement de puissance est facturé 36 euros par le distributeur d’électricité ERDF (filiale d’EDF),

une « double peine » pour l’UFC qui estime que le gestionnaire de réseau, à l’origine du projet de compteur intelligent,

va ainsi empocher 724 millions d’euros.

Selon l’association, il est injuste de facturer de tels frais aux consommateurs alors que la loi oblige

les fournisseurs à leur conseiller un abonnement adapté. « Les ménages devraient faire l’objet d’un choix éclairé

et conseillé. Mais le conseil tarifaire est aux abonnés absents », a dénoncé M. Bazot.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Lire aussi :  Linky, compteur pas si économe

Publié dans Energie, Pouvoir d'achat, SOCIETE | Pas de Commentaire »

L’avenir commence maintenant !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 septembre 2013

L'avenir commence maintenant ! dans Austerite editohd

 

          L’avenir commence maintenant !

 

pouvoir-dacahat Patrick Le Hyaric dans ECONOMIEpar Patrick Le Hyaric – 29/08/13

Au-delà de la simple opération de communication

politique sans lendemain, un débat citoyen

approfondi sur un nouveau projet pour la

« France en 2025 » est nécessaire.

 

 

Il est en effet indispensable de sortir du court-termisme et de retrouver l’essence même de la politique.

Celle qui consiste à fixer un cap pour que cela aille mieux pour chacune et chacun, pour sécuriser l’avenir.

Celle qui renoue avec le progressisme à la française et veut contribuer à changer le monde. Malheureusement,

le gouvernement ne s’est pas fixé cet objectif avec le séminaire qu’il a tenu.

Un regard lucide sur le présent permet aisément de voir que, dans notre pays, les familles populaires

connaissent, pour la première fois depuis la fin de la seconde Guerre mondiale, une sérieuse régression

de leur niveau de vie. C’est là une nouvelle donnée historique. Les décisions prises sous les deux derniers

quinquennats de la droite, tout comme, depuis un an, celles prises par le gouvernement socialiste-

écologiste, vont produire de nouvelles dégradations de la vie quotidienne, de nouvelles insécurités sociales

et environnementales, de nouveaux reculs des droits humains et sociaux, alors que les puissances d’argent

sont sécurisées. Ceci n’a rien à voir avec un projet progressiste !

L’acceptation de ce que l’on appelle « le pacte budgétaire européen » ou la « loi de flexibilité du travail » va

produire de terribles effets négatifs dont on ne mesure sans doute pas encore toute la portée. Le refus du

gouvernement de donner une impulsion pour un nouveau partage des richesses, à commencer

par une augmentation des salaires, alors que les prix des produits de première nécessité continuent d’augmenter,

est porteur de graves dangers pour l’avenir, tout comme le refus d’une vraie réforme progressiste de la fiscalité

et du crédit. Il en est de même pour le projet en débat de réforme des retraites.

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, Humanite Dimanche, POLITIQUE, Pouvoir d'achat, RETRAITES, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Retraités, une facture de plus en plus salée

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 septembre 2013

 

Réforme des retraites

Retraités, une facture de plus en plus salée

*

 

Retraités, une facture de plus en plus salée  dans Austerite retraites0409

Le gel des pensions pendant six mois

chaque année, prévu par la réforme

Ayrault, s’ajoute, entre autres,

à la désindexation des complémentaires

imposée par le patronat en mars dernier.

Au total, une ponction de près de 5 milliards

d’euros.

«On fait douter les retraités : veut-on d’eux dans cette société ? » François Thiery-Cherrier ne digère

toujours pas le mauvais coup. C’est la première fois, fait observer le secrétaire général de l’Union

confédérale des retraités CGT, qu’une réforme des retraites impactera non seulement les actifs

mais aussi les pensionnés. Le projet Ayrault veut les mettre doublement à contribution.

D’une part en retardant de six mois, du 1er avril au 1er octobre, la date de la revalorisation annuelle

des pensions en fonction de la hausse des prix. Alors que le chef du gouvernement s’était vanté

d’avoir refusé la proposition du rapport Moreau d’une désindexation sur l’inflation, cette mesure

représente bel et bien un gel des pensions, qui perdront du pouvoir d’achat pendant six mois –

et même dix-huit pour la première application de cette disposition : entre le 1er avril 2013

et le 1er octobre 2014. Selon les chiffres officiels, elle entraîne une « économie » de 1,4 milliard d’euros

(en 2020) pour les régimes de retraite, et donc une ponction d’autant sur le porte-monnaie

des 15 millions de retraités. Seul bémol concédé par la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine :

le minimum vieillesse (allocation de solidarité aux personnes âgées) continuera d’être revalorisé en avril.

La seconde mesure consiste à soumettre à l’impôt la majoration de pension de 10 % versée aux retraités

ayant élevé trois enfants et plus. Soit un prélèvement supplémentaire, pour les retraités imposables,

de 1,3 milliard d’euros. Et, au passage, un nouveau signal négatif en matière de politique familiale,

après les baisses du quotient familial décidées avant l’été.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

greve1009 dans CGT

CGT, FO, FSU et Solidaires, appellent à participer

à la mobilisation du 10 septembre pour obtenir

du gouvernement qu’il revienne sur les deux ponctions

infligées aux pensionnés.

Communiqué intersyndical

Publié dans Austerite, CGT, ECONOMIE, France, Pouvoir d'achat, PRECARITE, RETRAITES | Pas de Commentaire »

Dans l’Huma d’aujourd’hui : Dangers pour les retraites

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 juin 2013

 

Dans l’Humanité ce jeudi :

Dangers pour les retraites

 

Dans l'Huma d'aujourd'hui : Dangers pour les retraites   dans Austerite huma0606

Travailler plus longtemps, surtaxer les pensions,

toucher moins de retraite… 

Le texte de la Commission d’experts est une boîte

à outils dans laquelle le gouvernement entend

piocher pour la réforme des retraites. 

Sans mobilisation des salariés et des retraités,

le pire est à craindre. Lire nos pages événement.

L’édition numérique de l’Humanité

Au sommaire également :

Événement RÉGRESSION

Jaurès, réveille-toi !, l’éditorial de Jean-Emmanuel

Ducoin.

Parfois les mots perdent de leur substance et n’ont

qu’un lointain rapport avec l’originelle …

Les fonctionnaires dans le collimateur

Gilles Oberrieder. C’est une vieille idée. Nous n’étions pourtant jamais allés jusque-là ! En …

Des pistes pour imposer l’austérité aux retraités

C’est une potion très amère qu’a concoctée la commission pour l’avenir des retraites, groupe …

« un traitement déloyal », dit la CGT

Sur la forme, comme sur le fond, la réforme des retraites est pour le moins mal engagée. Éric …

[Lire la suite]

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, Politique nationale, Pouvoir d'achat, RETRAITES, SOCIAL | Pas de Commentaire »

22 ans de décrochage scandaleux du RMI/RSA en trois graphiques

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 juin 2013

 

22 ans de décrochage scandaleux du RMI/RSA

en trois graphiques

 

Par Jean Gadrey in Alternatives économiques

Le premier graphique représente l’évolution comparée du RMI/RSA (montant pour une personne seule)

et du « revenu disponible brut des ménages par habitant » (RDB, définition en annexes),

tous les deux en euros courants, base 100 en 1990. On peut cliquer sur les graphiques pour les agrandir.

22 ans de décrochage scandaleux du RMI/RSA en trois graphiques dans ECONOMIE graphrevenu

Le résultat est clair : le RMI devenu RSA

(courbe du bas) se traîne derrière le RDB

par personne, et l’écart se creuse encore

plus nettement à partir de 2000.

Le premier a progressé de 50 % en euros

courants depuis 1990, le second de 80 %.

Quant à la hausse des prix à la consommation

(voir annexe 4), elle a été de 43,5 % au cours

de ces 22 ans.

Le pouvoir d’achat du RMI/RSA a progressé

de moins de 5 % en 22 ans (voir graphique 3), pendant que celui du RDB par personne augmentait de 24,6 %.

 

graphrevenu1 Jean Gadrey dans France

Le second graphique représente l’évolution

du RMI/RSA (montant pour une personne seule)

en pourcentage du RDB par habitant.

On est passé de 33,4 % en 1990 à 27,9 % en 2012.

On constate à nouveau que la plongée la plus forte

se produit à partir de 2000.

Si les choses se stabilisent voire s’améliorent un

peu au cours des dernières années, c’est « grâce »

à la crise : le RSA n’a bénéficié d’aucun

« coup de pouce » (il a progressé à peu

près comme l’inflation), mais entre 2007

et 2012 le RDB par tête a progressé moins vite que l’inflation (6,7 % en cinq ans contre 8,7 % pour l’inflation).

[Lire la suite sur Moissac au Coeur]

Article original

Publié dans ECONOMIE, France, Pouvoir d'achat, PRECARITE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

À lire dans « La Terre » : Vacances en danger

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 mai 2013

 

Cette semaine dans La Terre :

les vacances en danger

 

À lire dans

Intentions de départ, durée de séjour, budgets :

tous les voyants sont au rouge.

Le droit à des vacances accessibles à tous va-t-il

faire les frais des politiques d’austérité ?

Retrouvez également dans notre dossier sur les vacances

en danger : des solutions pour partir pas trop cher.

À lire également :

« Comment manger différemment pour produire autrement ».

 

[Lire la suite]

 

Retrouvez le numéro de La Terre du 14 au 20 mai 2013

en numérique

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, La Terre, Pouvoir d'achat, Presse - Medias, Salaires | Pas de Commentaire »

Étude INSEE : des pauvres de plus en plus pauvres et des riches toujours plus riches

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 avril 2013

 

INÉGALITÉ

Un Français sur deux vit avec moins de 1610 euros par mois

 

Étude INSEE : des pauvres de plus en plus pauvres et des riches toujours plus riches dans ECONOMIE secourscatholiqueCampagne du Secours catholique dans le métro

parisien en 2012

Trois études de l’Insee publiées aujourd’hui

montrent que, sous l’effet de la crise, le niveau

de vie de la majorité de la population stagne

ou recule, tandis que les plus riches continuent

de s’enrichir.

Le taux de pauvreté dépasse les 14 %.

 

En brossant un paysage des inégalités en termes de niveau de vie, en France, en 2010, une des trois études

que l’Insee rend publiques aujourd’hui (1), valide par les chiffres une réalité subie par les plus fragiles.

Même si 2010 signe, après le recul de 2009, une légère reprise de l’activité économique, « le niveau de vie

de la majorité de la population stagne ou baisse », introduit l’Insee. Et la persistance des inégalités

entre les ménages les plus riches et les ménages les plus modestes reste criante. Ainsi, le taux de pauvreté

monétaire, c’est-à-dire le nombre de personnes vivant dans un ménage dont le niveau de vie est en dessous

du seuil de pauvreté (964 euros/mois) est passé de 13,5 % en 2009 à 14,1 % de la population en 2010,

soit 440 000 personnes de plus. Cette hausse de la pauvreté, qui impacte à plus forte raison les retraités,

les étudiants et les chômeurs, « touche particulièrement les familles », rappelle l’Insee, qui chiffre à 2,7 millions

le nombre d’enfants qui grandissent dans des familles pauvres, en hausse de 278 000.

Moins de 10 430 euros par an pour les plus pauvres

Par ailleurs, le niveau de vie médian, au-dessus et en dessous duquel se situent 50 % des Français, a chuté

de 0,5 % (et seulement 0,3 % pour les plus riches) entre 2009 et 2010, pour atteindre 19 270 euros annuels

(1 610 euros/mois).

Les 10 % les plus pauvres survivent avec moins de 10 430 euros par an quand les 10 % les plus riches cumulent

au moins 36 270 euros annuels. Un rapport de 1 à 3,5.

En comparant les effets de la crise actuelle à ceux des précédentes, l’Insee souligne que, si « le précédent

ralentissement économique au début des années 2000 avait également pesé sur le niveau de vie du plus

grand nombre, la crise actuelle affecte cette fois plus spécifiquement les personnes modestes ».

Les 1 % les plus riches, eux, continuent de s’enrichir, grâce, entre autres, aux revenus de leur patrimoine,

qui expliquent, en partie, la hausse de près de 5 % de leur niveau de vie en 2010.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire aussi :

 

Publié dans ECONOMIE, France, Pauvrete, Pouvoir d'achat, RETRAITES, Salaires, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Pouvoir d’achat : 79% des Français estiment qu’il a baissé en 2012 et 77% s’attendent à ce qu’il diminue encore en 2013

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 avril 2013

 

Consommation :

les Français face à la fracture du pouvoir d’achat

 

Pouvoir d'achat : 79% des Français  estiment qu'il a baissé en 2012 et 77% s'attendent à ce qu'il diminue encore en 2013 dans Austerite capturepouvoirachat

capture d’écran

Une grande majorité des Français se prépare

à réduire ses dépenses cette année plus encore

qu’en 2012, selon 60 millions de consommateurs.

Les plus modestes ne sont plus les seuls

en première ligne face à la perte de pouvoir d’achat.


Le sondage 60 millions de consommateurs/Mediaprism publié ce lundi montre les conséquences au quotidien

de la crise économique couplée à des politiques austéritaires. Selon cette étude d’opinion, 79% des Français

estiment que leur pouvoir d’achat a baissé en 2012 et 77% s’attendent à ce que celui-ci diminue encore en 2013.

Une bien mauvaise nouvelle pour le gouvernement, qui espère toujours 0,1% de croissance en 2013

quand tous les autres prévisionnistes tablent sur une année de récession.

Remises en cause drastiques

« L’heure n’est plus aux petits ajustements, elle est aux remises en cause plus drastiques. Les Français ont déjà

réduit leurs achats plaisir, leurs dépenses inutiles, en 2013, ils vont resserrer leur ceinture d’un nouveau cran

et taper dans l’essentiel », souligne Thomas Laurenceau, rédacteur en chef de 60 millions de consommateurs.

En cause : l’augmentation des impôts et taxes, citée par 71,6%, mais également la hausse de prix de plusieurs

dépenses contraintes comme l’énergie (85,6%), les produits de grande consommation (72,9%)

et le carburant (69,5%).

Résultat : près d’un quart des Français déclare avoir désormais « de plus en plus de mal à joindre les deux bouts

en fin de mois » (48,4% chez les personnes gagnant moins de 1.500 euros), et plus de quatre sur dix annoncent

« avoir supprimé certaines dépenses et se priver plus qu’avant ».

Pacte social rogné

Ce sentiment de devoir rogner sur tout devrait particulièrement se faire sentir chez les plus modestes.

« Il y a désormais une vraie fracture entre ceux qui ont encore un peu de marge de manœuvre, et les autres

qui ont déjà réduit tout ce qu’ils pouvaient et qui vont désormais devoir tailler dans les besoins de base »,

souligne Thomas  Laurenceau.

Parmi les personnes gagnant moins de 1.500 euros par mois, 91% déclarent avoir déjà profondément modifié

leurs habitudes de consommation, réduisant aussi bien leurs dépenses d’alimentation (65,3%) que celles

de santé (33,4%). En 2013, elles vont encore accentuer cette tendance. Alors que seules 5% des ménages

gagnant plus de 3.000 euros envisagent de réduire ses dépenses de santé, elles sont 32% chez celles

en dessous du Smic.

« Dans les ménages les moins aisés, une personne sur deux (52%) renonce à préserver sa santé : elle n’en a

pas les moyens », remarque Thomas Laurenceau. « On est loin de la chasse aux dépenses futiles.

Derrière la question du pouvoir d’achat, ce sont désormais des éléments constitutifs de notre pacte

social qui se jouent », conclut-il.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Austerite, CONSO, ECONOMIE, France, Pauvrete, Politique nationale, Pouvoir d'achat, PRECARITE, SANTE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Danger sur les tarifs réglementés du gaz

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 avril 2013

 

Danger sur les tarifs réglementés du gaz dans ECONOMIE gazCliquez sur l’image pour agrandir.

L’ouverture à la concurrence du marché du gaz

en 2007 ne lui suffit pas.

L’Autorité de la concurrence propose ce jeudi

au gouvernement de mettre fin aux tarifs

réglementés du gaz, soit la dernière trace

de feu le service public de l’énergie.

Selon son avis publié ce jeudi, il en va du bon

fonctionnement du marché du gaz dont, soit dit en

passant, l’ouverture à la concurrence

le 1er juillet 2007, n’a jamais permis une baisse des tarifs. Bien au contraire.

Selon l’Autorité de la concurrence, ce dysfonctionnement de la concurrence n’est pas dû à l’échec

de cette même concurrence, mais au dernier filet de règlementation conservé par le législateur :

les tarifs réglementés ! Il est vrai que ceux-ci ont permis à de nombreux consommateurs

de ne pas voir leurs factures s’envoler.

Offres plus compétitives

« Le maintien des tarifs réglementés du gaz a une influence défavorable sur le fonctionnement

de la concurrence sans pour autant contribuer positivement à la compétitivité des entreprises

françaises ni au pouvoir d’achat des ménages », souligne la docte institution dans un communiqué.

L’Autorité recommande à l’exécutif que cette suppression, qui devrait s’étaler sur plusieurs années,

s’applique en premier lieu aux grands clients industriels, puis aux PME-PMI et enfin aux particuliers.

Tout cela bien sûr, afin de « permettre le développement d’offres plus compétitives, au bénéfice

des consommateurs », soit le même argument usé pour justifier l’ouverture du marché en 2007.

Augmentation des prix

Le consommateur risque d’attendre longtemps un quelconque bénéfice de cette mesure.

[Lire la suite sur humanite.fr]

A lire aussi :

S.G.

Publié dans ECONOMIE, Energie, France, Pouvoir d'achat, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Croissance en berne en 2014 – Les Français perdants-perdants !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 avril 2013

 

AUSTÉRITÉ

En 2014, croissance en berne, on serre encore la ceinture

 

Croissance en berne en 2014 - Les Français perdants-perdants ! dans Austerite pouvoirdachat

La «stabilité», au menu du Conseil des ministres

ce mercredi. Une nouvelle baisse des dépenses

publiques pour faire face à des perspectives

de récession en 2013.

 

 

En «2014, ça va être une année où il va falloir continuer à faire des efforts», a confirmé, hier,

la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem. Elle anticipait, sur BFM TV, le Conseil

des ministres de ce matin, qui présente le « programme de stabilité » censé ramener le déficit public

de la France sous la barre symbolique des 3 % de PIB. Objectif affiché : 2,9%. Ambitieux, si l’on en

croit le haut conseil des finances publiques, qui prévoit « un léger recul du produit intérieur brut

en 2013 », sans compter une croissance sensiblement inférieure à 1,2 % en 2014.

Le Fonds monétaire international (FMI) s’est montré tout autant pessimiste sur la situation

de la France, évoquant dans ses nouvelles prévisions, une légère récession, avec une contraction

de 0,1% du PIB par rapport à 2012. Si ce scénario s’avérait juste, ce serait la première récession

depuis 2009.

[Lire la suite surhumanite.fr]

Lire aussi :

Publié dans Austerite, ECONOMIE, FMI "affameur des peuples", France, POLITIQUE, Pouvoir d'achat, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

123456...10
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy