Grève à La Redoute contre les externalisations

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 janvier 2014

 

Les salariés de La Redoute en lutte contre les externalisations

 

la redoute

  Des salariés de La Redoute ont bloqué ce vendredi

  le site de « Tourcoing 5″ (Nord), chargé de traiter

  les retours de marchandises (textiles et meubles),

  afin de protester contre l’externalisation de leur activité

  prévue dans le plan social.

 

Une centaine de salariés de différents secteurs ont débrayé pour se rassembler sur le site et venir soutenir

leurs collègues, a indiqué à l’AFP Jean-Christophe Leroy, délégué syndical CGT. Les salariés chargés de décharger

les camions et de monter les meubles défectueux étaient tous en grève et « aucun camion n’a pu être déchargé

ce matin », ce qui perturbe également l’activité expéditions car les remorques doivent être vidées avant de partir

à l’expédition, selon Jean-Christophe Leroy.

Externalisations

Ce dernier explique : « Ils sont en grève pour dénoncer le plan prévu. Mercredi, on est un peu rentré

dans les détails, le projet prévoit de les externaliser et de les envoyer sur le site d’Anzin (Nord) à trois quarts

d’heure de route, ce qui représente 2.500 km par mois. Vu les petits salaires qu’on a à La Redoute, c’est pas

possible et donc ça veut dire le licenciement pour un grand nombre. On est là pour dénoncer ce plan, qui prévoit

1.178 suppressions d’emplois et un grand nombre de licenciements. C’est une première action déclenchée

par les salariés, il y aura d’autres actions de ce type dans les prochains jours. »

Les futurs repreneurs de La Redoute, l’un des leaders français de la vente à distance, ont annoncé jeudi un plan

de suppression de 1.178 postes sur 3.437 (en France et à l’étranger) en quatre ans.

Nathalie Balla et Eric Courteille pourraient officiellement prendre les rênes de l’entreprise mi-avril,

après des « procédures d’information-consultation sur le projet de cession » qui « s’ouvriront les 15 et 16 janvier »,

selon un communiqué de La Redoute.

A lire aussi :

Publié dans ECONOMIE, France, licenciements, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Nouvelle saignée à La Redoute

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 janvier 2014

 

EMPLOI

Dégraissage massif à La Redoute

 

laredoute

 

  1 178 emplois seront supprimés en quatre ans

  dans l’enseigne. Les salariés refusent de payer

  les erreurs de gestion du groupe Pinault.

 

 

Le couperet est tombé pour les salariés de la Redoute. Jeudi, à l’issue d’un comité d’entreprise à Roubaix (Nord), les futurs repreneurs de l’enseigne de vente par correspondance, Nathalie Balla et Éric Courteille, ont annoncé qu’ils prévoyaient de supprimer un tiers des effectifs, soit 1 178 postes sur 3 437, en quatre ans. Pour tenter de minimiser cette bombe sociale, ils ont également précisé que les départs contraints seraient inférieurs aux 672 du dernier plan social en 2008. La plupart des salariés pourraient prétendre à des mesures d’âge, des plans de départs volontaires et des préretraites…

Paravents à Pinault

Pour Fabrice Peeters, élu CGT au CE, «cet effet de communication n’adoucit pas le choc, et rien ne dit qu’il y aura des volontaires pour les départs. En plus, nous allons être repris par l’actuel PDG de La Redoute, en poste depuis 2008, Nathalie Balla, et par Éric Courteille, secrétaire général de Redcats, maison mère de l’entreprise et de Relais colis qui ont déjà contribué à mettre l’entreprise en difficulté et servent de paravents à Pinault».

Le 4 décembre 2013, Kering, ex-Pinault-Printemps-La Redoute (PPR), détenteur de l’entreprise depuis 1994, avait choisi d’entrer en négociations exclusives avec ces deux personnes pour leur céder la structure déficitaire depuis huit ans. Cette holding s’est seulement engagée à financer la transformation économique et industrielle de La Redoute à hauteur de 315 millions d’euros, ainsi que les mesures sociales comme les préretraites via une fiducie.

Pour Fabrice Peeters, « c’est à Pinault, responsable de ce qui se passe, de payer l’addition, pas aux salariés ». L’intersyndicale CFDT, CGT, SUD et CFE-CGC, mobilisée depuis le mois d’octobre, organise des rassemblements ce vendredi à Roubaix et Wattrelos.

A lire aussi :

Cécile Rousseau

Source : humanite.fr

 

Publié dans ECONOMIE, Emplois, France, licenciements, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Goodyear Amiens-Nord : Face aux revendications légitimes des salariés, la réponse du gouvernement : les CRS

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 janvier 2014

 

Goodyear : la rage au cœur

 

goodyear1  par Stéphane Aubouard

  Les deux cadres de l’usine d’Amiens-Nord ont été

  laissés libres. Cible d’une droite et d’un Medef

  déchaînés, la CGT appelle les salariés à occuper

  l’usine pour obtenir des indemnités décentes.

 

Amiens, envoyé spécial. Les camions de police sont finalement apparus hier après-midi sur le parking de l’usine Goodyear de la zone industrielle d’Amiens-Nord. Suite logique aux cris d’orfraie de la droite qui, depuis vingt-quatre heures, n’ont cessé de se répandre sur les ondes des radios et les écrans de télévision.

Le Medef avait décoché ses flèches dès lundi, qualifiant de « violente, totalement contraire aux principes du dialogue et du droit » l’action menée par les salariés du fabricant de pneumatiques.

Pour certains cadors de l’UMP, la lutte syndicale s’apparenterait même à du terrorisme religieux. « Quand une église est attaquée et profanée, le gouvernement doit faire respecter l’État de droit. Mais c’est vrai aussi dans une entreprise », a ainsi déclaré, hier matin, Jean-Pierre Raffarin sur les ondes d’Europe 1. Quelques heures plus tard, le président UMP du conseil général des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, en appelait même à « utiliser la force publique pour libérer ces deux dirigeants », allant jusqu’à qualifier les syndicalistes de la CGT « d’extrémistes qui manipulent des syndicats archaïques ».

La messe était dite. Et quelques heures plus tard, ces nouveaux « conseillers » du gouvernement socialiste étaient entendus avec l’arrivée des camions de la force publique. L’image fera frémir à coup sûr dans les chaumières de l’UMP et du Medef  : entourés de policiers et sous les cris de : « Les voyous, c’est pas nous » d’ouvriers à bout de nerfs, le directeur de production, Michel Dheilly, et le directeur des ressources humaines, Bernard Gessler, sont raccompagnés à la sortie de l’usine. « Ils ont eu à manger et à boire. Ils pouvaient joindre leur famille. On se connaît depuis longtemps vous savez. M. Gessler a même eu droit à la visite du Samu qui a constaté une santé excellente. Il n’y a eu aucune violence de notre part », affirmait Reynald Jurek, délégué syndical CGT de l’usine, plus tôt dans la matinée.

En effet, à entendre et à regarder de plus près les ouvriers de Goodyear, qui se sont succédé dans l’usine depuis vingt-quatre heures, la violence a d’autres traits. « On nous accuse de terrorisme, reprend le syndicaliste, mais nous, cela fait sept ans qu’on nous violente. Aujourd’hui, j’ai l’impression que personne ne nous a écoutés : ni la direction, ni les pouvoirs locaux, ni les médias, ni l’État. » À côté de lui, Alain, cinquante-cinq ans, l’interrompt, le ton amer : «Vous voyez, il y a pas deux ans (montrant une place de parking), c’est ici même que le candidat Hollande se tenait. Pour nous promettre quoi ? Qu’il ferait une loi pour interdire les licenciements dans les entreprises qui font du bénéfice! Et aujourd’hui, vous voyez où on en est ! Hollande nous a trahis ! Je ne voterai plus jamais pour quiconque. On n’a plus rien à sauver ; ce qu’on veut maintenant, c’est une compensation décente. »

« Il y a derrière cela une colère légitime »

Depuis lundi, les quelque 200 salariés retenant les deux cadres de Goodyear avaient décidé de frapper fort pour dénoncer des indemnités de départ jugées indécentes: «Moi, cela fait dix-huit ans que je travaille dans cette boîte, explique Pascal, ouvrier sur la section pneus de tourisme, aujourd’hui je gagne 1 500 euros par mois, vous croyez qu’avec 20 000 euros d’indemnités, je vais partir avec le sourire ?» À ses côtés Renaud, la soixantaine, travaille pour une société de maintenance proche d’Amiens: «On parle des 1 173 ouvriers et ouvrières qui vont perdre leur emploi à Goodyear. Mais on oublie les 2 000 emplois qui risquent de disparaître dans les boîtes de sous-traitance de la région. Chez nous, nous sommes 4 ouvriers, quand Goodyear va fermer, le patron va sans doute en licencier un ou deux !»

Une réalité que Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a été l’un des rares à rappeler: «Je les soutiens depuis le premier jour, ce sont des gens qui n’ont plus de revenus, les plus âgés ne vont pas retrouver d’emploi», rappelle-t-il, ajoutant quant à la méthode: «On ne peut pas faire ça partout, mais il y a derrière cela une colère légitime. (…) Ils ont enrichi le pays. Ils ont travaillé pour la France.» Un détail de l’histoire que le président Hollande a oublié.

Les ouvriers de Goodyear ont en tout cas bien l’intention de se rappeler à la mémoire de leurs employeurs. Après avoir laissé partir les deux cadres, la CGT a appelé les salariés à occuper le site : 300 000 pneumatiques y sont enfermés depuis plusieurs semaines. Un coup dur pour le porte-monnaie de la direction.

A lire aussi :

 

Pierre Laurent sur BFMTV le 7 janvier 2014

http://www.dailymotion.com/video/x19btbh

sur dailymotion

par BFMTV

Publié dans ECONOMIE, France, licenciements, Luttes, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, SOCIAL, UMP | 1 Commentaire »

Lutte ouvrière rejoint la manifestation du Front de gauche du 1er décembre

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 novembre 2013

 

Marche pour la justice fiscale

Lutte ouvrière manifestera avec le Front de gauche

le 1er décembre

 

CaptureN.Arthaud

 

Lutte ouvrière (LO) se joint à l’appel des formations du Front de gauche

pour manifester  contre la hausse de la TVA, pour la taxation du capital

et « aussi pour l’interdiction des licenciements ».

 

 

« Les agriculteurs, les camionneurs et de nombreuses catégories sociales ont récemment exprimé leur colère contre la politique gouvernementale. Mais les salariés, qui sont les principales victimes de l’austérité et du chômage, n’ont jusqu’ici pas fait entendre leur voix », a écrit Lutte ouvrière dans un communiqué. « Pourtant, face aux coups redoublés du patronat et du gouvernement, il est vital que la classe ouvrière mette en avant ses propres revendications ».

Le parti Lutte Ouvrière rejoindra donc dimanche les rangs du Front de Gauche, à l’origine de cette manifestation : « pour une révolution fiscale, la taxation du capital et l’annulation de la hausse de la TVA ». Lutte Ouvrière estime également « que l’augmentation de la TVA est une attaque de plus contre le niveau de vie des couches populaires ». LO ajoute à son appel à manifester « l’interdiction des licenciements, l’augmentation des salaires et leur indexation sur les prix, et pour le contrôle des travailleurs sur les comptes des grandes entreprises ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans France, licenciements, Luttes, POLITIQUE, Politique fiscale, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Mory Ducros en faillite : plus de 5 000 emplois menacés

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 novembre 2013

 

Mory Ducros en redressement judiciaire :

               des milliers d’emplois dans la balance

 

CaptureMory

La direction du transporteur Mory Ducros, a officiellement annoncé vendredi

avoir demandé son placement en redressement judiciaire. L’entreprise tient

ce vendredi un CCE extraordinaire, les syndicats redoutent un large plan

social pouvant menacer 3000 emplois.

 

 

Pas moins des deux tiers des effectifs de l’entreprise, le n°2 du transport de messagerie en France qui compte

5200 salariés, seraient donc menacés selon la CFDT, 7000 en prenant en compte les emplois indirects.

Mory Ducros se trouve en cessation de paiement: « la société a décidé de solliciter auprès du Tribunal de commerce

de Pontoise l’ouverture d’une procédure collective », a annoncé la direction dans un communiqué.

« Cela correspond à une procédure de redressement judiciaire », a précisé une porte-parole du transporteur, jointe

par l’AFP. Selon Fabian Tosolini, secrétaire national de la Fédération des transports de la CFDT, « le CE a démarré

dans une ambiance glaciale » avec « une direction très tendue ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

TRACT CFDT CGT L APOCALYPSE SOCIAL MORY DUCROS

« Il y a potentiellement 84 Florange en France », avertit la CGT de Mory Ducros en dépôt de bilan

 

Publié dans CFDT, CGT, ECONOMIE, Emplois, France, licenciements, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Secteur associatif : 40 000 suppressions d’emplois en 2014

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 novembre 2013

 

ÉCONOMIE SOCIALE

40 000 suppressions d’emplois en 2014 :

ce plan social invisible qui frappe le secteur associatif

 

asso-citoyennes

par Nadia Djabali 18 novembre 2013

Les associations ont souffert sous la présidence Sarkozy.

Vont-elles expirer avec Hollande ?

30 000 à 40 000 emplois devraient être supprimés en 2014,

dans un secteur associatif qui en compte 1,8 million.

Les raisons de cette gigantesque vague de licenciements :

la baisse des budgets des collectivités locales,

qui n’ont plus les moyens de soutenir les associations. Et la politique de l’État qui oriente ses subventions

et ses appels d’offre vers les plus grosses structures, transformées en prestataires de services.

Une politique jugée « aveugle et suicidaire » par nombre de représentants du secteur. Enquête.

 

Le 1er janvier 2014, il n’y aura plus aucun éducateur dans les rues d’Orléans, de Montargis ou de Pithiviers pour aller à la rencontre des collégiens et des ados. Le département du Loiret a annoncé cet été qu’il ne financerait plus la prévention spécialisée, jugée inefficace par ses services. L’enveloppe départementale représente 80% du budget des deux associations en charge de cette prévention : 50 éducateurs, dont 40 équivalents temps plein viendront donc gonfler les effectifs de Pôle emploi.

En Seine-Maritime, même processus. Le nombre d’éducateurs de rue est divisé par deux suite à la décision du conseil général de réduire les subventions de 6,8 millions d’euros à 3,5 millions d’euros. Cette coupe budgétaire a un impact immédiat sur les associations de prévention, financées à 90% par le département : 74 emplois supprimés sur les 140 que compte le secteur. Une rallonge de 500 000 euros du conseil général servira à solder les licenciements.

La prévention spécialisée n’est pas la seule touchée. En Isère, le Planning familial est dans une situation très difficile depuis l’annonce par le conseil général d’une diminution des subventions de 98 000 euros. Plus de la moitié des centres sont concernés, avec à la clé la fermeture du centre d’Eybens, près de Grenoble.

Un plan social invisible

On ne compte plus les associations dont les comptes virent au rouge, plombés par les mesures d’austérité. Décidées au niveau national, ces coupes dégringolent en cascade jusqu’aux finances locales. Au bout de la chaîne, des associations mettent la clé sous la porte ou se séparent de leurs permanents. « Entre 2010 et 2012, le secteur associatif a perdu 11 000 emplois alors qu’il représente aujourd’hui un emploi sur dix du secteur privé », confirme Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative.

Ce n’est que le début. L’année 2014 s’annonce très rude.

[Lire la suite sur Basta !]

Creative Commons License

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

Publié dans Austerite, ECONOMIE, Emplois, France, licenciements, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

PCF : Campagne nationale d’actions pour la justice sociale, contre l’austérité et les licenciements

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 novembre 2013

 

Une semaine d’actions pour la justice fiscale, contre l’austérité

et les licenciements

 

PCF : Campagne nationale d'actions pour la justice sociale, contre l'austérité et les licenciements  dans Austerite affiche-300x200

Par Pierre Laurent, le 12 novembre 2013

L’état social et politique du pays est de plus en plus préoccupant.

D’un côté, les souffrances populaires grandissent. De l’autre,

le capital continue de licencier et de tout faire pour se soustraire

à l’impôt. La politique gouvernementale, qui a renoncé à combattre

la finance, s’enfonce dans l’injustice. Elle est rejetée, la colère

et les cris d’alarme montent de partout.

Et François Hollande n’entend rien, il refuse la moindre inflexion d’un cap qui mène pourtant à l’évidence à l’échec. La droite, le Medef et l’extrême-droite cherchent à en tirer profit en jetant la confusion sur les causes de la crise et sur les solutions nécessaires, en nourrissant un climat de violences. Il n y a rien à attendre de ce côté là dans l’intérêt du peuple. Dans ces conditions, la mobilisation populaire pour imposer de nouveaux choix politiques de justice est indispensable. Des choix qui stoppent les licenciements, répondent aux urgences du pays  par la justice sociale et fassent enfin payer le capital, c’est la seule voie sérieuse de sortie de la crise. La seule voie possible à gauche, car le problème du pays n’est pas le coût du travail mais le coût du capital.

J’appelle, au nom du Parti communiste français, suite aux réunions de notre Comité exécutif national et des secrétaires départementaux, à engager, dans tout le pays et dans la durée, une campagne nationale d’actions politiques pour la justice fiscale et l’arrêt des licenciements; pour la fin de l’austérité et le refus des injonctions européennes; pour la relance sociale, industrielle et écologique. Nous sommes disponibles pour les initiatives d’actions les plus large possibles, associant toutes les forces de gauche, du Front de gauche et au delà, citoyennes, syndicales et associatives  disponibles pour en déterminer ensemble les objectifs. Nous soutiendrons les mobilisations syndicales engagées dans le respect du rôle de chacun, notamment la journée d’ action intersyndicale organisée le 26 novembre pour les retraites, les salaires et l’emploi.

[Lire la suite sur pcf.fr]

Pierre Laurent invité de France inter -

« J’appelle le peuple de gauche à se mobiliser et à marcher le 1er décembre pour la justice fiscale »

http://www.dailymotion.com/video/x173759

sur dailymotion

Par

Publié dans Austerite, France, France Inter, licenciements, Luttes, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Les salariés de La Redoute se mobilisent

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 novembre 2013

 

Les salariés de La Redoute se mobilisent

 

Les salariés de La Redoute se mobilisent dans ECONOMIE capturelaredoute-300x91

Les salariés de la Redoute, menacés par un lourd plan

social prévoyant la suppression d’au moins 700 emplois,

se mobilisent. Une manifestation est prévue à Lille

ce jeudi 7 novembre, le PCF appelle à soutenir

largement cette riposte.

« On est toujours sous l’effet du coup de massue que l’on a reçu mais on veut et on va se battre », a déclaré lundi à Reuters Fabrice Peeters, délégué CGT du célèbre site de vente par correspondance. « Maintenant, il faut se battre pour que le plan intègre du recours au temps partiel et des départs en préretraite, pas des licenciements secs. »
Les syndicats CGT et SUD disent s’attendre à l’externalisation des activités de logistique et de relation-client et préparent la manifestation de jeudi en compagnie de salariés d’autres entreprises et de salariés belges. Selon les scénarios, entre 700 et 1500 emplois seront supprimés.

Se battre pour des départs dans de bonnes conditions et dénoncer l’attitude de la famille Pinault, proprétaire de Kering, sont les deux axes de mobilisation des salariés des deux sites nordistes de La Redoute. « Pinault, un patron responsable et social ? Ça, c’est le vernis, la réalité c’est ce qui vient de se passer avec La Redoute et ce qui va se passer demain, on va montrer qui est Pinault », souligne Fabrice Peeters.

Fabien Roussel, Secrétaire Départemental du PCF Nord, interpelle également le patron, « monsieur Pinault, qui a grandi et a été formé dans les écoles publiques de la métropole lilloise, a aussi fait fortune dans notre région, grâce au textile. Sa fortune a augmenté de 4,7 milliards d’euros en 2012 après avoir filialisé ou vendu durant 20 ans une grande part de l’activité et divisé par 2 les effectifs de la Redoute depuis 2008. Il doit faire face à ses responsabilités. »

« Les élus locaux ne sont pas là pour payer la casse sociale »

La maire de Lille Martine Aubry a sollicité un rendez-vous avec François Pinault. « Dans la région, 6.000 emplois directs et indirects sont liés à la Redoute », a-t-elle expliqué au JDD. « La société dirigée par François Pinault a laissé La Redoute s’enfoncer. » L’élue a émis des doutes sur les efforts et les financements déployés par le groupe pour tenter de sauver La Redoute. « C’est irresponsable de se comporter ainsi ».

Fabien Roussel renchérit : « Les élus locaux ne sont pas là pour payer la casse sociale! Nous appelons l’ensemble des élus, dans la diversité de leurs opinions, les représentants des salariés, les acteurs économiques locaux à s’unir pour dire non à ce nouveau plan social dans la métropole lilloise et à mettre le groupe Kering face à ses responsabilités. »

La Redoute emploie 2.500 personnes, dont 1.300 dans les opérations logistiques et 1.200 au sein de son siège de Roubaix. Le groupe employait encore quelque 5.000 salariés en 2008, avant de faire l’objet de plusieurs plans de restructuration.

La Fédération du PCF-Nord soutient les Salariés de La Redoute

Mobilisation, jeudi 7 novembre, à La Redoute : « Notre avenir est en jeu : L’action continue continue ! » (CFDT, CGT, SUD)

La Redoute taille dans les emplois

En 2008, La Redoute supprimait déjà 672 emplois

Publié dans ECONOMIE, Emplois, France, licenciements, Luttes, PCF Nord, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Manifestations bretonnes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 novembre 2013

 

Manifestations bretonnes dans ECONOMIE capturecarhaix-300x181capture d’écran

Carhaix : 3 000 manifestants battent le pavé

PDF - 228.3 ko
Le télégramme

 

 

 

 

Lu sur PCF Maubeuge

Manifestations bretonnes, point de vue de Marie-Andrée…

 

De Jack BOUGOUIN, Secrétaire général de l’Ufros CGT

Cher(e)s camarades,

Ci-dessous le point de vue de Marie Andrée BERNARD -membre du secrétariat de l’Ufros- sur les manifestations bretonnes, notamment celle de Carhaix dont les médias ont peu ou pas du tout parlé !!!
En effet les médias « portes voix » zèlés des thèses libérales ont pratiqué leurs amalgames habituels pour détourner l’attention des citoyens sur les véritables problèmes de la Bretagne…Problèmes  qui ne doivent rien à l’Ecotaxe  » Borloo », mais tout au dumping social qui a entrainé la perte de milliers d’emplois !!!
________________________________

Quelle était belle dans sa dignité notre manifestation, ce 2 novembre, à CARHAIX, emmenée par la CGT, drapeaux au vent, à laquelle s’étaient joints la FSU et Solidaires, le PCF, Le Front de Gauche, Les Alternatifs, EELV et d’autres encore… 3.000 manifestants ont défilé dans les rues de CARHAIX pour la sauvegarde et le maintien de l’emploi en Bretagne, en particulier dans le Finistère où les salariés de nombreuses entreprises de l’agroalimentaire subissent  de plein fouet les politiques néo-libérales de la crise actuelle, démontrant que le « modèle agricole breton » est aujourd’hui une faillite économique, sociale et environnementale.

Pendant ce temps à QUIMPER, soutenus par le MEDEF, la FDSEA, la droite, salués par le Front National, avec la complicité de FO, ceux-là même qui licencient et ferment des entreprises, les patrons, la grande distribution…, ceux-là même qui n’ont pour objectif que de diminuer leurs coûts et de se dédouaner de toutes leurs responsabilités, exploitant la colère et le désespoir d’une grande partie de la population (engendrés par les suppressions massives d’emplois) à des fins politiciennes, mettent en cause l’intégrité et l’indépendance des salariés dans un combat qui n’est pas le leur.

Nombre d’entre eux se sont laissés enfumer par un amalgame scandaleux, activé également par les médias.

Comme l’a écrit Henri KRASUCKI « Rien ne fait plus mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse : renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement. ».

VIVE LA CGT!
Marie-Andrée

voir également  : Esprit de l’éco-taxe, es-tu là ?

***************************************

Pour Michel Bourdon, délégué CGT à La Janais (Ille-et-Vilaine), touchée par la crise de l’industrie automobile, « le mouvement des bonnets rouges se sert de la misère actuelle dans l’agroalimentaire, mais ce sont des patrons qui mènent la bataille. S’ils se battaient pour l’emploi en Bretagne, on n’y verrait pas les mêmes têtes ». Et Noël Alix, secrétaire CGT à La Janais, ajoute : « On se sert de certains symboles pour agiter des bannières qui ne sont pas dans l’intérêt de tous. A l’origine, la révolte des bonnets rouges, c’était une révolte du peuple qui crevait de faim, pas de petits patrons qui s’énervent d’avoir des impôts à payer. Ils ne font que profiter du climat de ras-le-bol. » (Source)

***************************************

Karl Marx et les bretons !

« La loi qui maintient constamment l’équilibre entre la surpopulation relative, ou l’armée industrielle de réserve, et l’ampleur et l’énergie de l’accumulation, rive beaucoup plus fermement le travailleur au capital que les coins d’Héphaistos ne clouèrent jamais Prométhée à son rocher. Elle implique une accumulation de misère proportionnelle à l’accumulation du capital. L’accumulation de richesse à un pôle signifie donc en même tempsà l’autre pôle une accumulation de misère, de torture à la tâche, d’esclavage, d’ignorance, de brutalité et de dégradation morale pour la classe dont le produit propre est, d’emblée, capital. […]

Le capital est semblable au vampire, ne s’anime qu’en suçant le travail vivant et sa vie est d’autant plus allègre qu’il en pompe davantage. »

Karl Marx, Le Capital, Livre 1 (1867)

Source :  PCF Villeneuve-le-Roi

 

Publié dans ECONOMIE, Emplois, Extreme-droite, France, licenciements, Luttes, Manipulation, POLITIQUE, SOCIAL, SOCIETE, Syndicats | Pas de Commentaire »

CGT Goodyear Amiens-Nord : Nouveau « coup de bluff » du PDG de Titan

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 novembre 2013

 

Pour la CGT de Goodyear :

        « L’objectif de Titan est de pousser les mecs à bout »

 

CGT Goodyear Amiens-Nord : Nouveau

Le délégué du site Goodyear d’Amiens-Nord, Mickaël Wamen,

excédé par les derniers propos du PDG de Titan Maurice

Taylor qui souhaite redémarrer l’usine Goodyear d’Amiens-Nord

avec « zéro employé », a dénoncé samedi un « coup de bluff »

et assène que la CGT « ne tombera pas dans le panneau ».

« Tout cela est un énorme coup de bluff, le seul but est de faire péter la cocotte, ils savent

que les gars ont énormément d’orgueil et surtout qu’ils sont fatigués par les 6 ans de lutte »,

s’est offusqué Mickaël Wamen, représentant CGT dans l’usine d’Amiens-Nord, dans un communiqué.

« Nous ne tomberons pas dans ce panneau« , a-t-il ajouté.

Le PDG du fabricant américain de pneus agricoles Titan International, Maurice Taylor, a dit

dans un entretien au Monde que la CGT et Goodyear devaient d’abord « se mettre d’accord

sur des indemnités de départ ». « Si tous les salariés les acceptent, le projet d’achat de l’usine

démarre avec zéro employé », a-t-il expliqué.

Titan International a fait un retour inattendu en octobre dans les discussions autour de l’usine

Amiens-Nord d’Amiens, menacée de fermeture. Le ministre du Redressement productif Arnaud

Montebourg avait annoncé le retour du groupe américain, qui a tenté sans succès à plusieurs

reprises de mettre la main sur une partie du site d’Amiens, et serait prêt désormais à reprendre

333 emplois dans l’usine (sur 1 173), dont le maintien serait garanti pendant quatre ans.

>>> Lire : Maurice Taylor, le patron de Titan un pneu gonflé

« Taylor est piloté par Goodyear à 3000% », a estimé Mickaël Wamen. « L’objectif est de pousser

les mecs à bout, ça explose, l’usine brûle et Goodyear se débarrasse du seul site qui le gêne au monde »,

a-t-il poursuivi. « Taylor garde son accord avec Goodyear, toutes les licences, et il va fabriquer les pneus

à Sao Paulo comme il en rêve depuis des années ». « Goodyear a déjà tout vendu à Titan, Titan n’a jamais

voulu de notre usine, l’idéal pour lui est que les mecs la brûlent ! Ou détruisent les machines ! », s’est

encore scandalisé le délégué de la CGT.

[Source]

Lire aussi :

Publié dans CGT, ECONOMIE, Emplois, licenciements, SOCIAL | Pas de Commentaire »

1...34567...16
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy