Retour à l’emploi des chômeurs de longue durée : le point de vue de la CGT

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 mai 2014

 

Retour à l’emploi des chômeurs de longue durée :

« Refuser le tour de passe-passe et choisir l’alternance »

 

emplois

Contrairement à ce qu’a récemment prétendu le gouvernement,

  encore une fois sous la pression d’un patronat à l’affût

  de nouvelles baisses de « charges » tous azimuts, ce n’est pas

  l’apprentissage qui peut répondre au défi du retour à l’emploi

  des chômeurs de plus de 50 ans, mais le renforcement et la mise

  en œuvre effective de dispositifs de professionnalisation

  comme l’alternance

   Derrière un effet d’annonce qui ressemble davantage à

  du « charity business » qu’à une politique cohérente

et concertée pour l’emploi durable, un tour de passe-passe

se dessine : on assiste ainsi au retour des préconisations du Rapport Boissonnat qui, à la fin des années 90,

proposait la mise en place d’un contrat d’activité, avec un revenu garanti sur 5 ans, contre la possibilité

de prêt de salariés entre entreprises autant que de besoin…

Face à la pénurie de main-d’œuvre liée aux transitions démographiques, énergétiques, technologiques

et environnementales, le patronat cherche, encore une fois, à mettre en place un nouveau type contrat de travail

si possible moins rémunéré, ou payé par les collectivités locales, afin de capter un salariat précarisé et l’enfermer

dans un sous-contrat de travail.

Dans cette tentative, il rencontre, de nouveau, l’oreille bienveillante d’un gouvernement qui, depuis le début

du quinquennat, entretient de graves confusions entre la formation initiale et la formation tout au long de la vie et,

par répercussion, sur la place et le rôle des différents contrats existants.

La CGT rappelle que le contrat d’apprentissage est en effet un contrat relevant de la formation initiale,

en complémentarité avec la voie scolaire d’enseignement professionnel. Son but est d’amener un jeune

en formation à une certification professionnelle, facilitant son insertion professionnelle comme sa poursuite d’études.

Ouvrir l’apprentissage aux privés d’emploi de longue durée en dénaturerait la fonction. Laisser faire renforcerait

encore la confusion entretenue par le Ministère du Travail entre formation initiale et continue, en portant préjudice

aux deux systèmes de formation.

Si le projet du gouvernement voyait le jour, quel serait, dès lors, le rôle des contrats de professionnalisation,

également appelé « formation en alternance », dont le but est justement l’insertion dans l’emploi ?

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, Chomage, ECONOMIE, Emplois, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Chiffres du chômage : « Rompre avec cette politique qui conduit le pays dans le mur »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 avril 2014

 

Chiffres du chômage :

« Rompre avec cette politique qui conduit le pays dans le mur »

(Olivier Dartigolles)

 

Alors que le chômage vient d’atteindre un nouveau record,  le nouveau ministre du Travail, F. Rebsamen, assure que le gouvernement Valls « va diminuer le nombre de chômeurs » sans préciser à quel horizon. Il est vrai que F. Hollande, lui-même, après s’être cassé les dents en promettant « une inversion de la courbe du chômage » pour la fin 2013, renvoie désormais à 2017 et à la fin du quinquennat toute évaluation en ce domaine.

Ces prophéties font le pari que la croissance mondiale va tirer, via les exportations, l’activité nationale et l’emploi, malgré une austérité renforcée. Pourtant, si on note une certaine accélération de la conjoncture en zone euro, en France, au contraire, l’indicateur du climat des affaires s’est tassé en avril, revenant au niveau auquel il stagne depuis décembre 2013, six points en dessous de sa moyenne historique. 

Le second pari postule que, grâce aux 30 milliards d’euros de baisses de cotisations sociales patronales accordées dans le cadre du « pacte de responsabilité » et du Crédit d’impôt compétitivité, les entreprises créeraient quelque 800 000 emplois supplémentaires d’ici à 2017. Cette façon de prétendre améliorer l’emploi en baissant le « coût du travail » est depuis longtemps un fiasco. 

Cette prétendue médication contre le chômage ne fait qu’accroître les profits disponibles, immédiatement absorbés par le « coût du capital » en dividendes, intérêts et placements financiers. Elle torpille le « modèle social français » en déresponsabilisant toujours plus les entreprises et en reportant sur le dos des salariés et de leurs familles le poids du financement des déficits. L’insuffisance de la demande et des qualifications que cela entraîne mine l’appareil productif et accélère les délocalisations.

Il faut rompre avec cette politique qui conduit le pays dans le mur et la gauche à l’échec. Cela exige de mobiliser l’argent des profits, des fonds publics et du crédit bancaire, jusqu’à la Banque centrale européenne, pour un nouvel essor des investissements matériels et de recherche conditionné par des objectifs chiffrés d’emplois et de formations correctement rémunérés, sous le contrôle des salariés et des populations.

Publié dans Austerite, Chomage, ECONOMIE, France, Liberalisme, PCF, SOCIAL | Pas de Commentaire »

12 avril : Marchons contre l’austérité pour l’égalité, et le partage des richesses.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 mars 2014

 

Une marche contre l’austérité, pour l’égalité et le partage des richesses

Marche du 12 avril contre l’austérité : « Maintenant ça suffit ! »

 

austerite4

Texte collectif.

Syndicalistes en grand nombre, animateurs

de mouvements associatifs, acteurs très divers

du monde de la culture, universitaires,

responsables et élus de formations politiques

de gauche, ce sont 200 personnalités qui,

ensemble, ont signé cet appel et organisent

une marche nationale le 12 avril prochain à Paris,

de République à Nation.

 

 

Une marche qui portera la colère contre l’austérité et exigera l’abandon du pacte de responsabilité,

et qui portera aussi l’espoir d’un rassemblement nouveau pour des alternatives.

Nous n’en pouvons plus de voir la droite et l’extrême droite battre le pavé avec leurs cortèges de haine de l’autre, d’intolérance, de racisme, de sexisme, d’homophobie et d’intégrisme.

En France, comme dans toute l’Europe, la rigueur budgétaire et l’austérité imposées par la Commission européenne, François Hollande et le gouvernement pour satisfaire les marchés financiers nourrissent ce climat malsain. Les conséquences sont là : services publics démantelés, acquis sociaux mis à mal… Le chômage monte, la précarité s’étend, les jeunes galèrent, les salaires et les retraites sont en berne. Les inégalités se creusent tandis que les grandes entreprises versent aux actionnaires des dividendes insolents. Partout ces politiques provoquent indignation, colère et désespoir. Elles nous révoltent.

Elles s’accompagnent du recul général des droits : à l’éducation, à l’emploi, à un revenu correct, à la santé, à un logement stable et décent. Les inégalités d’emploi et de rémunération attaquent plus durement les droits des femmes et des migrants. La répression s’abat sur les sans-papiers, les Roms, les plus précaires et celles et ceux qui les défendent. Alors que des choix politiques résolument à gauche devraient s’imposer face à la crise, les renoncements du gouvernement devant les exigences du Medef et de la droite en matière sociale, environnementale, familiale et sur le droit de vote des étrangers… scandalisent.

Avec l’assentiment enthousiaste du Medef, le président de la République veut désormais faire du pacte de responsabilité le cœur de sa politique. Au patronat, il octroie 35 milliards d’allégement de cotisations. Qui peut croire que ce nouveau cadeau permettra de lutter contre le chômage ? Devant un Medef qui refuse de s’engager sur des créations d’emplois, le gouvernement Ayrault s’engage, lui, à réduire les dépenses publiques de 50 milliards d’euros. Dans la ligne de mire, la Sécurité sociale et les services publics. Mais ce sont aussi les collectivités territoriales asphyxiées, les associations étouffées, la culture sacrifiée. Ce n’est décidément pas cela que nous voulions, nous qui, par millions, avons contribué à chasser Sarkozy.

Personnalités morales, acteurs et actrices du monde de la culture et des arts, du monde du sport, responsables syndicaux, associatifs, politiques, nous sommes divers par nos engagements. Mais ensemble, nous voulons construire une dynamique pour une alternative sociale, démocratique, écologique et féministe, fondée sur la solidarité. Nous appelons le samedi 12 avril à Paris à une marche nationale d’espoir à gauche, contre l’extrême droite, pour l’abandon du pacte de responsabilité, pour une juste distribution des richesses. Cette marche ne restera pas sans lendemain.

Voir la liste complète des signataires  

Publié dans Austerite, Chomage, droit du travail, Emplois, EUROPE, France, Liberalisme, POLITIQUE, Pouvoir d'achat, RETRAITES, Salaires | Pas de Commentaire »

Chômage : forte hausse en février

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 mars 2014

 

Municipales 2014

Des chiffres du chômage qui font mal

 

Capturechomagefev14   Cliquer sur l’image pour agrandir

  Selon les statistiques mensuelles publiées

  hier soir, le nombre de privés d’emploi a

  bondi au mois de février.

  Mais le gouvernement persiste et signe :

  le pacte de responsabilité va « amplifier

  la dynamique de création d’emplois ».

 

Comme si ça ne suffisait pas pour le gouvernement dans une séquence municipale très mal engagée, il y avait hier

soir la publication des chiffres du chômage… Et ils sont très mauvais ! Même le ministère du Travail, qui déploie

chaque mois des trésors d’ingéniosité pour repeindre en rose ce calvaire mensuel pour François Hollande qui avait

promis d’« inverser la courbe », n’y arrive pas cette fois-ci.

« Après un ralentissement puis une quasi-stabilisation à la fin de l’année 2013, le nombre d’inscrits à Pôle emploi

présente une progression marquée en février », admet-on au cabinet de Michel Sapin. Le nombre de demandeurs

d’emploi sans activité (en catégorie A) a bondi, avec 31 500 nouveaux inscrits en métropole (+ 0,9 %),

pour atteindre le niveau record de 3,34 millions de chômeurs.

La progression des effectifs des demandeurs d’emploi seniors « explique la quasi-totalité de la hausse », selon

le ministère. En février, la hausse pour les plus de 50 ans atteint 1,3 %. Sur un an, + 12,1 %, il s’agit

d’une véritable explosion. La situation est aussi très alarmante sur le front des chômeurs de longue durée :

ils étaient plus de 2 millions à la fin du mois dernier (+ 0,6 % sur un mois, + 11,4 % sur un an).

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire aussi :

 

Publié dans Chomage, ECONOMIE, France, Liberalisme, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Le Medef en guerre contre les intermittents

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 février 2014

 

Unedic

Le Medef rêve d’intermittents payés au chapeau…

 

Captureintermittents

L’avant-dernière séance de négociations

sur la convention de l’assurance chômage

s’ouvre ce jeudi.

Une journée placée sous le signe de la mobilisation

avec de nombreux rassemblements à Paris,

devant le siège du Medef, et en province. 

 

 

 

« Êtes-vous favorable à la proposition du Medef d’en finir avec le régime des intermittents du spectacle ? » propose le Point dans un sondage à l’adresse de ses lecteurs. En 2003, un intermittent du spectacle, croisé dans une des nombreuses manifestations, brandissait une pancarte sur laquelle il avait écrit : « Pour faire des économies, tue un clown ! » Si les arguments du Medef n’ont pas varié d’un pouce depuis, la situation n’est plus tout à fait la même qu’il y a dix ans tant les salariés intermittents ont élaboré des contre-propositions.

 

Voir la vidéo :

Les propositions pour le régime des intermittents du spectacle (annexes 8 et 10)

présentées par le comédien Samuel Churin

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

[ ]

Un Medef qui se fait de plus en plus arrogant 

Il est évident que la réforme de 2003, adoptée par le Medef et la CFDT, n’a en rien résolu le déficit d’alors (estimé aux alentours de 800 millions, chiffre tout aussi invérifiable). Car ce n’était pas son propos. L’objet de cette réforme était bien de durcir les conditions d’entrée à l’assurance chômage pour les artistes et techniciens (507 heures sur 10 mois pour les techniciens, sur 10 mois et demi pour les artistes. Ce qui eut pour effet immédiat l’exclusion de dizaines de milliers d’artistes et de techniciens du système). Dix ans plus tard, le bilan est bien là : sur plus de 254 000 salariés intermittents qui ont cotisé en 2011, seuls 43 % ont bénéficié d’une journée d’indemnisation. Vous avez dit privilégiés ? En 2011, le salaire annuel moyen de ces mêmes salariés (artistes et techniciens confondus) est de 8 503 euros. Celui des seuls artistes de 4 869 euros. Quant au salaire annuel médian de l’ensemble des intermittents du spectacle, il est de 2 762 euros… Vous avez dit privilégiés ?

Voir la vidéo :

pourquoi le déficit des annexes 8 et 10 des intermittents du spectacle n’existe pas

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

Le 17 décembre 2013, Pierre Gattaz, actuel patron des patrons, déclarait sur le sujet : « Rien n’est tabou. Tout est à mettre sur la table. » Le passage à l’acte ne s’est pas fait attendre puisque au cours des négociations actuelles sur l’Unedic, le Medef n’a pas hésité à proposer la suppression des annexes 8 et 10 et, dans la foulée, celle de l’annexe 4 dont dépendent les intérimaires. Une provocation de plus de la part d’un Medef de plus en plus arrogant ? On peut penser que, de son point de vue, cette proposition est dans le droit fil de son raisonnement purement libéral. Dans la logique du Medef, il faut en découdre avec le système de l’assurance chômage. Les intermittents, et les intérimaires, deviennent dès lors les boucs émissaires d’un système à bout de souffle du fait de l’explosion du chômage. Selon la logique patronale, l’Unedic est déficitaire… à cause des chômeurs. Étonnant, non ? Et comme on ne peut pas tous les virer, commençons par nous attaquer aux plus fragiles, donc aux intermittents. Mais le Medef ne veut pas en rester là. Non content de vouloir faire basculer les intermittents dans le régime général, niant la spécificité de leurs métiers, il propose que le manque à gagner de ce scénario (estimé à quelque 300 millions) soit financé par l’État. Et non plus par la solidarité interprofessionnelle. Au (faux) prétexte mille fois brandi par le Medef : « Ce n’est pas à l’assurance chômage de financer la culture ! »

[Article complet sur humanite.fr]

Lire également :

 

Captureintermittentsmarseille  capture d’écran – Manif de Marseille

  Plusieurs milliers d’intermittents ont défilé aujourd’hui à Paris

  et en province, à l’appel de la CGT-Spectacle, de FO,

  de la coordination des intermittents et précaires, et du Syndeac

  afin de dénoncer un « projet violent et provocateur ».

Ils étaient 800 à Marseille, plus de 400 à Lille.

 

A Paris, ce cortège devait se joindre à celui des salariés du régime et des demandeurs d’emploi pour finir

devant le siège du Medef (7e arrondissement).

La représentation de « Madame Butterfly » à l’Opéra Bastille et la soirée de ballets « Cullberg/De Mille » à l’Opéra Garnier

ont été annulées, jeudi, en raison d’un préavis de grève. Des tournages à Paris, Lyon ou Marseille ont également

été interrompus pour cause de grève.

 

Publié dans Chomage, Culture, France, Liberalisme, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Intermittents : et si on supprimait le Medef

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 février 2014

 

Intermittents : et si on supprimait le Medef

 

intermittent

21.000 signatures (près de 26 000 aujourd’hui, ndlr) .

C’est ce qu’a récolté en cinq jours une pétition « humoristique »

lancée par un intermittent pour dénoncer la proposition faite

par le patronat de supprimer le régime spécial d’indemnisation

chômage des intermittents du spectacle.

C’est une pétition coup de sang. Un coup de colère ressenti

par un chef monteur lui-même intermittent après la proposition lancée

par le Medef de supprimer purement et simplement le régime d’assurance

chômage des professionnels du spectacle afin de résoudre les problèmes

de financements du régime général de l’Assurance chômage.

L’oukaze patronal a provoqué la mobilisation du monde de la culture, qui a poussé la ministre de la Culture

Aurélie Filippetti à tancer l’organisation patronale.

Romain Cazeaux, lui, a réagi à cette affaire à sa façon, en lançant une pétition en ligne vendredi dernier,

avec pour mot d’ordre : « Intermittents du spectacle et sympathisants, nous demandons la suppression du MEDEF,

qui lui aussi coûte trop cher ».

La pétition prend le parti de retourner les arguments du Medef. « Que représente un déficit de 320 millions d’euros

assurant la survie de plus de 100.000 intermittents du spectacle, face aux 20 milliards de crédit d’impôt

aux entreprises sans effet sur la politique de l’emploi », peut-on lire en sous-titre du texte soumis à signature.

Voir l’article de l’humanite.fr

 

Publié dans Chomage, ECONOMIE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Le Medef veut réduire massivement les droits des demandeurs d’emploi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 février 2014

 

Unedic

Assurance chômage :

        le Medef met sur la table son texte boulet de canon

 

chomeurmanif

 

  Alors que le patronat et les syndicats se retrouvent

  aujourd’hui pour la suite des négociations Unedic,

  le projet patronal s’avère ultrarégressif

  pour les chômeurs.

 

Le patronat a précisé sa thérapie de choc pour les comptes de l’assurance chômage. Révélé sur le site Internet des Échos, le texte qui a été communiqué, hier, aux syndicats propose comme remède au déficit de 4 milliards de l’Unedic de réduire massivement les droits des demandeurs d’emploi. Comme le Medef le laissait déjà pressentir il y a quinze jours, il s’attaque aux régimes des intermittents et aux intérimaires, prétendument trop généreux. Il envisage de les aligner sur le régime général d’indemnisation et « demande à l’État de prendre en charge, s’il considère qu’il relève de l’intérêt général de mieux indemniser les demandeurs d’emploi de l’annexe 8 et 10 (…), le surcoût ».

Respecter les engagements pris au festival d’Avignon

Les intermittents, par la voix de la CGT spectacle, n’ont pas tardé à réagir, estimant « qu’une riposte rapide est indispensable. Il est urgent de rappeler les engagements pris par Michel Sapin et Aurélie Filippetti devant les députés lors du Festival d’Avignon ». Ensuite, l’activité réduite, cumul d’un emploi précaire et d’une allocation, génératrice de trop-perçus pour les chômeurs, est aussi dans la ligne de mire du patronat. Soi-disant pour inciter la reprise d’un emploi, le Medef propose de réduire l’indemnisation, en supprimant le seuil de travail de 110 heures et le plafond de 70 % du salaire antérieur pour en bénéficier, tout comme le plafond de 15 mois pour la durée d’indemnisation. Et envisage aussi que le cumul entre revenu d’activité et allocations soit limité à 80 % de l’ancienne rémunération.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Le représentant de la CGT aux négociations, Eric Aubin, a déchiré ce jeudi devant les caméras le projet de réforme du patronat, qu’il a jugé « inacceptable », à son arrivée au siège du Medef pour une troisième séance de négociation. « La CGT appelle les salariés, les précaires, les demandeurs d’emploi, les intérimaires, les intermittents à se préparer à un rapport de force« , a lancé, Eric Aubin.

CaptureCGTspectacleCliquer sur l’image pour agrandir

1ère riposte des professionnels du spectacle

 

 

 

 

 

 


Lire aussi dans l’Huma :

Publié dans CGT, Chomage, ECONOMIE, France, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaire »

François Hollande prend des leçons auprès de celui qui a cassé les droits des chômeurs en Allemagne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 janvier 2014

 

François Hollande inspiré par le dérégulateur social Peter Hartz

 

CapturePeterHartz   capture d’écran

  François Hollande a bel et bien rencontré Peter Hartz,

  le père de la dérégulation du marché du travail en Allemagne.

  L’Élysée dément que l’inspirateur de Gerhard Schröder ait rang

  de conseiller auprès du président français sur la lutte

  contre le chômage.

 

L’entourage du président français a démenti que Peter Hartz le conseille, comme l’a affirmé un quotidien régional

allemand ce mardi, mais reconnaît que François Hollande l’a vu à l’Élysée il y a deux mois « comme d’autres visiteurs ».

« Peter Hartz voulait inviter le président de la République à un colloque. Le reste, c’est de l’affabulation », explique-t-on

de même source.

 

« Quelqu’un d’intéressant »

 

CaptureHartzIV

  Cette visite n’est pourtant pas si anodine, alors que le gouvernement a échoué

  à tenir sa promesse d‘inverser la courbe du chômage en 2013.

  L’ancien conseiller du chancelier social-démocrate Gerhard Schröder a inspiré

  les réformes menées de 2003 à 2005, dont la baisse des allocations chômage,

  qui sont aujourd’hui considérées comme un modèle du genre par la droite

  française. Mais pas que. Interrogé sur le sujet sur France Inter, le ministre

  du Travail, Michel Sapin, estime :

 

 

CaptureAllemagne  capture d’écran

  « C’est quelqu’un qui est intéressant (…)

  Qu’on l’écoute, qu’on parle avec lui,

  qu’on regarde quelle était l’expérience,

  ça me paraît être la moindre des choses. »

  Ajoutant cependant : « On a le droit d’ouvrir

  les oreilles, d’ouvrir les yeux, on n’est pas

  obligé de suivre pour autant ».

 

 

 

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Chomage, Competitivite, droit du travail, ECONOMIE, F. Hollande, France, Liberalisme, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Emploi : le pari raté du gouvernement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 janvier 2014

 

Dans l’Humanité de ce mardi :

          emploi, le pari raté du gouvernement

 

huma2801

 

En 2013, le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 6 %.

La preuve 
de l’inefficacité de la politique de baisse

du «coût du travail», que le gouvernement veut pourtant

aggraver avec le pacte de responsabilité.

Le président de la République n’aura pas tenu son pari.

Le 9 septembre 2012, sur le plateau du JT de TF1, François Hollande

promettait d’inverser la courbe du chômage d’ici à fin 2013. Objectif raté.

Les chiffres publiés hier soir par le ministère du Travail pour le mois

de décembre sont sans appel.

 

Le chômage continue de grimper inexorablement depuis mai 2011. En catégorie A, les chômeurs n’ayant pas travaillé sont 10 200 de plus sur le mois et en hausse de 5,7 % sur l’année, soit 177 800 personnes. Toutes catégories confondues (A, B et C), le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 0,5 % sur le mois et de 6 % sur l’année, ce qui représente 278 700 inscrits en plus. Au total, il y a plus de 5,5 millions de chômeurs en France.

Seul 0,8 % de croissance pour 2014

Face à ce constat d’échec, le ministère du Travail, dans un communiqué, en est réduit à se féliciter que 2013 « soit marquée par un net mouvement d’amélioration », comprendre que la hausse du chômage a été moins forte qu’en 2012 ! De son côté, Pierre Moscovici, le ministre de l’Économie, reste aussi optimiste : « La France va mieux. Il y a maintenant cette amélioration de la situation de l’emploi, une croissance qui repart mais il faut faire plus. » Pourtant, la situation ne devrait pas s’améliorer. Selon les estimations des économistes, la croissance ne devrait pas excéder 0,8 % en 2014. Or, pour créer de l’emploi, le seuil minimum de croissance est de 1,5 %. Alors que la négociation sur l’assurance chômage vient de débuter, laissant planer la menace d’une baisse d’indemnisation des demandeurs d’emploi, l’Unedic table déjà sur une hausse de 63 200 chômeurs en catégorie A.

[Lire la suite]

Sommaire

Publié dans Austerite, Chomage, ECONOMIE, Emplois, France, l'Humanité, Liberalisme, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Assurance chômage : Quand le chômage flambe, le patronat se planque…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 janvier 2014

 

Chômage

Assurance chômage : une négociation à haut risque

 

pole_emploi3_6

  Alors que s’ouvrent ce vendredi les négociations

  sur l’assurance chômage, le patronat refuse

  de mettre un euro de plus pour son financement,

  laissant craindre une diminution des droits

  des demandeurs d’emploi.

 

«Ce n’est pas à un moment de chômage élevé qu’il faut réduire les droits des chômeurs», avait lancé François Hollande lors de sa conférence de presse mardi dernier. Un message en direction du patronat avant l’ouverture des négociations sous tension sur l’assurance chômage. Aujourd’hui les syndicats – CGT, CFDT, FO, CFTC et CFE-CGC – et le patronat – le Medef, la CGPME et l’UPA –, se donnent rendez-vous pour rediscuter les règles d’indemnisation et réduire le déficit des comptes de l’Unedic. Les finances de l’instance de gestion paritaire de l’assurance chômage sont dans le rouge. Le déficit atteindra 4 milliards d’euros en 2013 et sa dette s’élève à 17,8 milliards. Elle devrait dépasser les 22 milliards en 2014. Un record.

Quand le chômage flambe, le patronat se planque

Avec plus de 5,5 millions d’inscrits à Pôle emploi et une hausse quasi continue du chômage depuis plus de deux ans, la stabilisation de la courbe annoncée par François Hollande a du plomb dans l’aile. Avec une prévision de croissance de l’activité économique de 0,8 % en 2014, l’Unedic table sur 63 200 chômeurs de plus en catégorie A, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas du tout travaillé. « Nous avons 18 milliards de dettes et, si nous ne faisons rien, nous risquons d’arriver à 40 milliards », s’était lamenté Pierre Gattaz, président du Medef. Mais quand le chômage flambe, le patronat se planque.

 

chomage3

Le Medef refuse tout net d’augmenter les cotisations pour réduire

le gouffre de l’assurance chômage. Plutôt que d’inciter le patronat

à donner plus, le président de la République a choisi de lui offrir

des cadeaux fiscaux, soi-disant pour inciter les entreprises à l’embauche.

Ces derniers mois, Pierre Gattaz avait fait part de son souhait de rétablir

la dégressivité des allocations pour les chômeurs.

Mais mercredi, le président du Medef s’est refusé à aborder cette question,

soucieux de ne pas froisser le gouvernement, particulièrement bien

disposé à son égard.

 

Les syndicats contre une baisse de l’indemnisation

[Lire la suite sur humanite.fr]

Des mesures alternatives existent pour protéger les salariés et les emplois

Publié dans Chomage, ECONOMIE, France, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

123456...21
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy