Conseil régional : Intervention d’Annick Mattighello sur la suppression des trains corail

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 novembre 2011

Lu sur : PCF Maubeuge - 25 novembre 2011

 

images1.jpgConférence permanente du Conseil Régional du 14 novembre 2011

Intervention de madame Annick Mattighello

sur la suppression des trains corail

“Monsieur le Président, chers collègues, j’ai eu déjà l’occasion d’intervenir ici même sur les problématiques causées à la fois par la mise en œuvre du cadencement, mais surtout par la suppression de quatre allers-retours Maubeuge – Paris à partir du mois prochain. Dans un mois, s’il n’y a pas de réaction, prise de position, le dossier est plié.

Vous êtes venu, Monsieur le Président, récemment, et c’était un grand honneur pour nous, la population et la jeunesse, poser la première pierre de l’université de Maubeuge ; demain, nous aurons, je l’espère, un grand lieu de ressource santé par un tout nouveau et bel hôpital de la Sambre sur Maubeuge. Nous avons une des populations les plus jeunes de la région Nord – Pas de Calais sur la Sambre-Avesnois et au moment où on parle d’écologie, d’application du Grenelle 2 de l’environnement, nous sommes en train de favoriser le retour à la voiture par, notamment, la suppression du ferroviaire et les difficultés que nous avons à mettre, sur la Sambre, un dispositif de SPL pour les transports bus collectifs qui va faire, d’ailleurs, je pense, l’objet d’un débat dans les jours ou les semaines qui viennent au sein de notre région.

Je vous rappelle qu’il y a déjà eu une très grande manifestation sur Aulnoye-Aymeries, avec notamment les élus qui, dans ce schéma, n’ont pas du tout été concertés, nous avons été mis devant le fait du prince, le fait accompli. Nous avons réuni les élus, nous avons réuni, évidemment, les usagers, avec une association qui a une aura régionale, voire nationale, « À fond le train », et, évidemment, une catégorie qu’on oublie un peu dans ces débats, les cheminots eux-mêmes, qui sont directement concernés par la mise en place de ce nouveau dispositif et qui vont certainement essuyer les plâtres en première ligne avec les usagers.

J’entends Monsieur WACHEUX nous dire : « Nous avons fait un recueil de toutes les doléances, nous les avons envoyées », soit, c’est très bien, mais nous aimerions rapidement avoir les réponses et les retours à ces doléances, parce que je le dis, à la même époque au mois de décembre, nous aurons tous assisté à des drames de transports au niveau de notre région, mais au niveau de la Sambre en particulier…”

Publié dans Environnement, Politique régionale, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

TER VG : les élus appellent à la mobilisation pour « permettre aux salariés de l’Avesnois d’aller travailler en métropole. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 novembre 2011

Lu sur : PCF Maubeuge

Le projet de TER GV sur la sellette,

les élus promettent de «ne pas lâcher le morceau»

mardi 22.11.2011 – La Voix du Nord

 Annoncé en 2004, le projet de TER GV devait voir le jour en 2012... PHOTO ARCHIVES BRUNO FAVA

 

Annoncé en 2004,

le projet de TER GV devait voir le jour en 2012…

PHOTO ARCHIVES BRUNO FAVA

 

|  ON EN PARLE |

 

 

 

C’est « le » projet d’aménagement du territoire qui doit désenclaver la Sambre-Avesnois. La mise en place d’une liaison ferroviaire à grande vitesse entre la métropole lilloise et le sud du département porte avec elle les espoirs de développement économique du territoire. Ce projet est aujourd’hui remis en question par Réseau Ferré de France (RFF, lire ci-dessous). Réactions des principaux concernés.

Alain Bertaux, maire de Fourmies.- L’élu, ex-conseiller régional délégué à la desserte de l’Avesnois entre 2004 et 2010, l’affirme : on se fonde sur « de faux éléments. On dit qu’on va dépenser 270 millions pour gagner cinq minutes. Mais ce sont cinq minutes sur le meilleur temps d’aujourd’hui, c’est à dire 52 minutes, et ça concerne deux trains aller-retour par jour. » Ancien cheminot, le maire de Fourmies sait de quoi il parle. « Le temps moyen pour rallier l’Avesnois à Lille, c’est entre 1 h 30 et 2 heures, voire plus en cas de travaux. » Il ne s’agirait donc pas de gagner cinq minutes mais presque quarante. Quant au problème soulevé par le coût de la suppression des passages à niveaux, Alain Bertaux rappelle que certains pourraient disparaître dans la forêt de Mormal, entre Valenciennes et Aulnoye-Aymeries. « Cette partie présente le plus de longues lignes droites, où les trains pourraient circuler à 160-200 km/h. » Déterminé, l’élu affirme vouloir « continuer à (se) battre pour cette desserte rapide. » Il appelle à la mobilisation des élus « pour porter la voix de l’Avesnois ».TER VG : les élus appellent à la mobilisation pour

Rémi Pauvros, maire de Maubeuge.- « Selon RFF, l’investissement ne permettra pas de gagner suffisamment de temps.

Mais ces études datent d’une quinzaine d’années. » Devant le risque d’abandon du dossier TER GV, Rémi Pauvros a obtenu de rassembler les acteurs du projet autour de la table afin d’« examiner les arguments apportés par RFF. S’ils ont décidé de ne plus investir, qu’ils le disent. Mais qu’ils n’invoquent pas des arguments infondés comme les courbes à modifier et les passages à niveaux. Ceux qui posent le plus problème se trouvent à la sortie de Lille. Notre territoire n’a pas à souffrir d’un problème d’aménagement de la métropole lilloise. » La Sambre-Avesnois, parent pauvre du département du fait de son éloignement, le maire de Maubeuge ne peut plus l’entendre. « Boulogne et Dunkerque sont reliés à la métropole par les TER à grande vitesse. » Mais surtout, abandonner la liaison rapide aurait de graves conséquences financières : le renouveau immobilier et économique à Maubeuge comme à Aulnoye-Aymeries passe par la diminution des temps de trajet entre Sambre-Avesnois et métropole. Manifestement très remonté, Rémi Pauvros promet : « Ce projet, on y travaille depuis 2001. Je ne lâcherai pas le morceau. »

Bernard Baudoux, maire d’Aulnoye-Aymeries.- Trop surréaliste pour être vrai, aux yeux de l’élu. « J’ai confiance en la parole du président Daniel Percheron, qui a promis de mettre l’Avesnois à 40 minutes de Lille (…) Les études de la SNCF ne sont pas les nôtres, je ne crois pas que le débat s’arrêtera là. » L’enjeu économique est de taille : « Le bassin d’emploi lillois doit être ouvert sur le territoire, il faut permettre aux salariés de l’Avesnois d’aller travailler en métropole. » « Surpris » que la SNCF revienne sur ses déclarations, Bernard Baudoux estime qu’abandonner le projet TER GV irait « à contre-courant de tout l’aménagement du territoire ».

Gérard Dupagny, président de l’association d’usagers À Fond de train.- « Le coup est dur mais ce n’est pas une surprise. On n’entendait plus parler de ces travaux depuis quelque temps. Je me disais “vu la situation économique, la Région va retirer ses billes”.

Nous y voilà. » Gérard Dupagny avait senti le vent tourner. « Quand on en parlait en comité de lignes, j’avais le pressentiment que la montagne allait accoucher d’une souris. » De 270 millions d’euros annoncés, le projet passerait sur un investissement nécessaire de près de 500 millions. « On aurait pu se rendre compte plus tôt que ces travaux coûteraient plus cher. » Dans le même temps, Gérard Dupagny s’interroge, rejoignant l’argument soulevé par Dominique Plancke, président de la commission transports à la Région : « Faut-il dépenser tant d’argent pour gagner dix minutes ? » Question paradoxale quand on sait que l’association À fond de train a précisément vu le jour en 2007 pour « défendre le principe d’une liaison grande vitesse » entre le sud du Nord et Lille.

Alors que faire aujourd’hui si le projet de trains express régionaux à grande vitesse (TER GV) est abandonné ? « Il faut se battre pour obtenir plus de trains entre ici et Lille. En moyenne, il existe vingt et un aller-retour. Le Valenciennois en possède le double. Ce qu’il faut surtout, c’est un bon cadencement. Et ne pas fermer les gares. » • CÉCILE LEGRAND-STEELAND

Publié dans Politique régionale, SERVICES PUBLICS, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

SNCF : Jacky Hénin sur le paquet ferroviaire

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 novembre 2011

 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Environnement, POLITIQUE, SERVICES PUBLICS, Transports - SNCF, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Sambre-Avesnois : Marche pour le maintien de toutes les liaisons ferroviaires vers Paris

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 novembre 2011

Lu sur PCF Maubeuge9 novembre 2011

Lu dans la presse :

Celles et ceux qui veulent sauver le train Paris-Maubeuge (Maubeuge-Paris)

invités à marcher les 16, 17 et 18 novembre

mercredi 09.11.2011, 05:22 – La Voix du Nord

vdn1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

René Dail, Robert Lacombled et Laurent Courtois (ci-dessus) défendent comme le maire d’Aulnoye B. Baudoux les trains Corail

|  ON EN PARLE |

Le maire d’Aulnoye-Aymeries Bernard Baudoux, un représentant syndical de Sud Rail et des militants du Front de Gauche et du PCF invitent tous les habitants de l’arrondissement à une marche de trois jours à compter du 16 novembre, au départ de Saint-Quentin. Objectif : sauver la totalité des trains dits d’équilibre (anciens trains Corail) sur la ligne Paris-Maubeuge et Maubeuge-Paris et refuser la suppression de quatre d’entre eux annoncée pour le 11 décembre ainsi que des nouveaux horaires pour Paris jugés moins intéressants pour l’usager.

« Injuste, inadmissible » ce sont les mots de Bernard Baudoux. Le maire d’Aulnoye-Aymeries est un élu en colère. Lors de la conférence de presse donnée hier matin au centre administratif aulnésien, il dénonce l’abandon programmé par l’État d’un territoire. Il rappelle aussi l’absence de concertation dans cette affaire. « Le préfet aurait dû réunir un comité de ligne. Ces trains sont financés par une taxe prélevée sur des billets TGV qui rapportent 200 millions d’euros par an tandis qu’ils coûtent 230 millions par an. Nous avons des soutiens de tous les milieux et 2 200 signatures pour la pétition. Si on ne fait rien c’est l’abandon d’un territoire. On va demander à rencontrer le préfet ». Bernard Baudoux a reçu une lettre du ministre des Transports en date du 31 octobre dans laquelle Thierry Mariani lui écrit qu’il ne manquera pas « de l’informer sur les suites qui peuvent être données ».

Laurent Courtois de Sud Rail et carté Front de Gauche est tout aussi consterné par les suppressions annoncées. « On nous met à pied puisque c’est de Saint-Quentin qu’on veut arrêter les trains » en direction vers le nord.

René Dail ancien cheminot est sur la même longueur d’ondes. « Il y aura onze allers-retours pour Saint-Quentin dans un arrondissement comptant 130 000 habitants et seulement cinq dans un bassin de vie de 230 000, celui de la Sambre-Avesnois. Déjà depuis quelques années dans l’Aisne le Corail ne s’arrête plus à Fresnoy-Le-Grand et Bohain. Mais il ne faut pas se leurrer, c’est à terme Saint-Quentin qui sera touché ». Au-delà des quatre trains visés (12 h 37 et 14 h 37 au départ de Paris et 11 h 40 et 14 h 50 au départ de Maubeuge), c’est la desserte sur Paris de l’arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe qui est visée. Sans compter aussi que parmi les horaires modifiés de certains “Corail”, certains sont aberrants. Le 5 h 59 au départ d’Aulnoye pour n’en citer qu’un serait remplacé par le 5 h 35. « Ça fait arriver à Paris à 7 h 20. Les gens ne vont pas le prendre. Ils prendront celui de Lille pour aller à Paris » dit René Dail. Lui, Laurent Courtois, et d’autres opposants à ces mesures ont distribué et fait signer la pétition, en gare, en ville et dans le train. L’accueil disent-ils tous en choeur est « très favorable ». D’où cette marche entre Saint-Quentin et Aulnoye-Aymeries. Une action qui pourrait en appeler d’autres, selon les défenseurs de ces trains et des intérêts des habitants de l’arrondissement. • G. B.

Le détail de la marche : Mercredi 16 : Saint-Quentin – Busigny (16 km), corail 6 h 59 arrivée Saint-Quentin 7 h 32 départ gare de Saint-Quentin jusqu’à la mairie, prise de parole, distribution de tracts 9 h départ marche. Arrivée à Busigny vers 16 h. TER 17 h 30, retour Aulnoye 17 h 56.

Jeudi : Busigny-Landrecies (22 km). Départ Aulnoye TER 7 h 14, arrivée Busigny 7 h 49, 8 h 30 départ marche, 11 h arrêt au musée Matisse du Cateau, rendez-vous avec le maire 16 h arrivée Landrecies, rendez-vous avec le maire. TER 17 h 47, arrivée Aulnoye 17 h 56.

Vendredi : Landrecies-Aulnoye-Aymeries (15 km). Départ Aulnoye TER 9 h 10, arrivée Landrecies 9 h 20, 9 h 30 départ marche, 11 h arrêt festif Maroilles, 15 h, arrêt Leval, 16 h, arrivée gare d’Aulnoye, bilan, remise motions et pétitions collectées aux élus.

 

Publié dans INFOS, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

SNCF : Le 16 juin, une manifestation qui va compter !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 juin 2011

Source : El Diablo17 juin 2011

Source photos : « La Canaille »

20 000 cheminots dans les rues de Paris le 16 juin 2011 :

une manifestation qui comptera !

 

manifs2011061614751600x1200.jpg

manifs2011061614841600x1200.jpg

 

Près de 20 000 cheminots ont manifesté le 16 juin 2011 à Paris, à l’appel des organisations syndicales représentatives à la SNCF, dont 17.000 sous les bannières de la CGT, afin d’exiger des moyens pour le développement du service public SNCF. De nombreux collectifs de défense du service public SNCF, usagers et élus ont soutenu cette manifestation et y ont participé.

Sous les fenêtres du Palais de Iéna, les cheminots ont fait résonner leurs exigences au moment où se tenait un colloque au Conseil Economique et Social et Environnemental (CESE). Portées par une délégation CGT, les revendications des cheminots ont aussi eu droit de cité à l’intérieur du Palais Iéna.

Organisé par la direction de la SNCF, ce colloque sur le thème « Transport ferroviaire de voyageurs : concurrence et cadre social » s’est tenu en présence des Ministres des Transports et du Travail.

Ainsi, la Fédération CGT des cheminots a réaffirmé ses revendications et son opposition aux préconisations d’ouverture à la concurrence des TER du rapport Grignon devant ce parterre de ministres et de dirigeants d’entreprises ferroviaires.

Le mécontentement, les dysfonctionnements, les inquiétudes s’expriment de plus en plus chez les acteurs et les utilisateurs du transport ferroviaire. Ces derniers mois, de multiples actions sont menées sous différentes formes, que ce soit dans ou en dehors de l’entreprise. Du plan local au national, les cheminots, souvent en convergence avec les associations d’usagers et à l’appui de certains élus politiques de proximité, mènent des luttes pour gagner des réouvertures de gares, de guichets, des effectifs et moyens financiers supplémentaires pour répondre aux besoins des populations.

Ces mobilisations et la manifestation nationale ont permis de contraindre la direction de la SNCF à revoir de façon significative le budget 2011.

Lors de la Table Ronde emploi-production du 15 juin 2011, 1 000 embauches supplémentaires ont été annoncées portant le volume de recrutement à 5 500 au lieu des 4 500 initialement prévus.

Déjà le 24 mai dernier, le rassemblement des cheminots à Bruxelles, à l’appel de la section ferroviaire d’ETF, n’est pas resté sans effet puisqu’une majorité de parlementaires européens se sont positionnés pour maintenir les chemins de fer nationaux en entreprises intégrées.

Les cheminots ont raison de se mobiliser et ils font la démonstration de l’utilité de l’action pour gagner.

Cette étape de mobilisation contre l’ouverture à la concurrence du TER doit se prolonger à tous les niveaux afin d’exiger des moyens humains, matériels et financiers permettant un développement du service public SNCF.

La Fédération CGT des cheminots appelle ses syndicats et ses militants à impulser cette activité revendicative dès cet été.

Dans ce cadre, la Fédération CGT des cheminots se félicite de la perspective prise ce jour par la Confédération CGT d’une journée nationale interprofessionnelle de mobilisation à la rentrée sur l’emploi, les salaires, la protection sociale et la promotion des services publics.

Elle appelle les cheminots actifs et retraités à venir renforcer les rangs de la CGT pour amplifier le rapport de force autour de ces rendez-vous revendicatifs.

 

Publié dans France, Luttes, SERVICES PUBLICS, SOCIAL, Syndicats, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

Quand les actes contredisent les paroles…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 mai 2011

Vu sur : PCF Maubeuge – 3 mai 2011

b11.png

 

 


Pour le maintien de la gratuité

du transport scolaire des lycéens

 

Nous relayons ici une pétition  de l’Union Syndicale des Retraités CGT du nord

“Alors que Madame AUBRY s’est offusquée dernièrement de la hausse du coût de la vie invoquant notamment l’augmentation

du prix du gaz qui je cite : « serait inefficace économiquement et injuste socialement » en pénalisant les ménages à hauteur

de 50 € de dépense supplémentaire par an.

Malgré ses affirmations, cela n’empêche pas la communauté urbaine de LILLE dont Martine AUBRY en est la présidente de

décider la suppression de la gratuité des transports scolaires des lycéens en instaurant un tarif unique payant à 18€ par mois

( soit au minimum 144€ par an à charge des familles).

Autant incroyable qu’inadmissible d’autant qu’en supprimant cette gratuité pénalisant les familles, la Communauté Urbaine de

LILLE se privera des subventions de l’État, de la Région et du Département versées au titre de cette gratuité.

De la même manière que les retraités agissent pour obtenir une réduction du coût des transports pour favoriser leurs déplacements,

les retraités ont aussi le soucis de l’avenir et conditions de vie de leurs enfants et petits enfants. “

Veuillez trouvez ci-joint une pétition → Quand les actes contredisent les paroles... dans Education nationale pdf petitiontransports1.pdf reprise par l’USR et également portée par le PCF et Front

de gauche, à utiliser plus que largement pour que les familles et plus encore les lycéens ne soient pas sanctionnés.

A relayer largement et à faire remonter à l’USR”

Bien Fraternellement
LEFEVRE jacques

 

Publié dans Education nationale, PETITION, PRECARITE, SERVICES PUBLICS, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

Fret ferroviaire : Arrêtons le massacre !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mars 2011

12 mars : Manifestation des cheminots CGT à Somain,

 

Fret ferroviaire : Arrêtons le massacre ! dans France img1

« La SNCF ne se positionne pas dans une stratégie de développement,

de conquête de trafic. Au contraire, l’abandon du wagon isolé, par la

mise en place d’une nouvelle donne multilots-multiclients montre

ses premiers effets pervers et négatifs. Nous abandonnons les dessertes

d’entreprises embranchées, il y a de moins en moins de gares ouvertes au

trafic marchandises, le nombre de wagons chargés débranchés décroît… »

David Rotolo, secrétaire du syndicat CGT des cheminots de Somain

 

Jeudi, à l’appel de la CGT, des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes :

Dunkerque : Sauver le fret ferroviaire (lepharedunkerquois.fr)

Manifestation à St. Pierre-des-Corps contre le démantèlement du Fret (L’Hmanité.fr)

Manifestation pour le fret ferroviaire (France 3  Bourgogne – vidéo)

Gevrey-Chambertin : Mobilisation pour sauver le triage (gazetteInfo.fr)

 

Publié dans France, Luttes, SERVICES PUBLICS, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

10 mars 2011 : Mobilisation de tous les cheminots pour l’avenir du FRET SNCF !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 février 2011

Source : CGT Fédération des Cheminots

Le 10 mars, la CGT appelle les cheminots à agir dans différents sites sur tout le territoire pour défendre le Fret ferroviaire SNCF.

 

10 mars 2011 : Mobilisation de tous les cheminots pour l’avenir du FRET SNCF !  dans Luttes affiche_fret

A la SNCF, mais aussi dans les entreprises ferroviaires, la mobilisation des cheminots doit franchir un pas pour contraindre

la Direction de la SNCF et le Gouvernement à changer de politique et créer les conditions d’un développement du fret ferroviaire avec

l’entreprise publique SNCF.

 

pdf dans Syndicats Télécharger le tract [.pdf 240 Ko]



Publié dans Luttes, Syndicats, TRACT, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

Mediator : 15 000 à 20 000 cheminots et ayants droit concernés !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 février 2011

Source : Le blog de Canaille le Rouge31 janvier 2011

médiator chez les cheminots, point de vue d’un militant

Le chiffre est effrayant 15 à 20 000. Pourquoi ce chiffre ? Qui sont les agents concernés, dans quelles catégories de personnels les retrouve-t-on?

L’objet thérapeutique de ce produit considéré comme médicament, coupe faim, outil d’amaigrissement voir anti-diabète va vite cerner les cibles. Si les études sont mises en route, une piste hélas risque à coup sûr de se trouver rapidement sur le devant de la scène : 

Il est évident qu’une vie passée en 3×8, en posté ou décalé, cela dans tous les services de la SNCF, à ne vivre 4 repas sur 5 durant une carrière que de casses-croûtes ou conserves réchauffées vite fait ne créée pas les meilleures conditions pour une alimentation équilibrée, l’hygiène diététique en souffre. Quand les mêmes sont dans les rémunérations les plus basses au pouvoir d’achat laminée, de terribles chances d’y retrouver leur famille.

De même qu’on a très rarement vu les administrateurs des houillères attraper la silicose , ceux des mines d’amiante souffrir d’asbestose, il y a fort à parier que proportionnellement on trouvera beaucoup moins d’agents des états major de direction sous prescription de ce « gère la faim pour travailler plus et gagner moins »  que parmi les agents qui se coltinent aux difficultés de l’entreprise.

La chasse au « sur-poids » organisée dans certains cabinets médicaux de la SNCF a poussé ainsi à une médicalisation du traitement de pathologies dues d’abord à l’organisation du travail sans qu’aucune enquête épidémiologique ait été diligentée.

Ce serait faire payer par la Caisse de Prévoyance des cheminots les conséquences d’une organisation du travail basée sur la diminution des effectifs et l’organisation en 3×8 et autre du travail pour compenser par le travail en continu le manque de moyen matériel et de personnel, l’insuffisance d’investissement.

Ce serait un détournement des missions et des moyens de leur régime de protection sociale financé par les cotisations issues de leur travail.

Données avancées au conditionnel qui doivent correspondre à l’intime conviction de nombre de militants dans l’entreprise.

Cette gestion de la pénibilité physique et du stress par des   »solutions » médicamenteuses individualisées n’est pas nouvelle. Elle a poussé à une culpabilisation, stigmatisant une pseudo mauvaise hygiène de vie pour masquer de plus en plus les déficits en moyens matériels et en personnels, les conséquences des bas salaires et des pensions sur la qualité de l’alimentation des familles cheminotes poussant à des dérèglements pathologiques qui ne sont pas supportables et qui, devant le bilan du Médiator, relève d’un comportement criminel.

[Lire la suite sur : canaille-le-rouge.over-blog.com/]

 

Mediator : 15 000 à 20 000 cheminots et ayants droit concernés ! dans SANTE pdf télécharger le tract de la CGT

110131communiquemediatorchemcopie1.jpg

Publié dans SANTE, Syndicats, TRACT, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

SNCF : La contre-attaque des maîtres-chiens

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 février 2011

Source : laissezpasser.info/le blog de Marie Barbier – 1er février 2011

 

Les maîtres-chiens de la SNCF contre-attaquent

Ils ne comptent pas en rester là. Les trente-huit maîtres-chiens sans papiers de la SNCF qui avaient entamé en octobre 2008 une longue lutte pour obtenir leur régularisation, passent à la deuxième phase de leur action : les poursuites. Hier, ils étaient rassemblés, avec leurs soutiens, devant le conseil des Prud’hommes de Paris où onze sociétés devaient répondre, entre autre, de travail dissimulé. « Des sommes considérables » sont en jeu affirme l’avocat des maîtres-chiens, Xavier Robin, qui regrette un report de l’affaire à une date ultérieure.

L’audience sera certainement fixée après celle du tribunal correctionnel, puisque, suite à la plainte du feu ministère de l’Immigration, le procureur du tribunal de Paris a cité à comparaître, les 3 et 4 mai prochain, les entreprises sous traitantes. Insuffisant selon Dominique Malvaud (Sud Rail) qui regrette que le procureur n’ait pas désigné de juge d’instruction et que la SNCF ne soit citée à comparaître qu’en tant que témoin. « Nous avons des éléments de preuve que des hauts cadres de la SNCF ne pouvaient pas ignorer ce qui se passait ». Anne Quentier, avocate du liquidateur de la société Vigimark (principal sous-traitant) confirme : « La SNCF était parfaitement au courant de la situation depuis 2006, date à laquelle Vigimark lui avait signalé par courrier ses inquiétudes, elle n’a reçu aucune réponse. »

Sud Rail et les salariés sas papiers se sont constitué partie civile. Ils entendent bien faire de ce procès celui de l’externalisation. « En 2004, la SNCF a confié le gardiennage à des sociétés privées, raconte Dominique Malvaud. En quelques mois, on est passé d’emplois protégés à des sans-papiers travaillant au noir pour des sous-traitants en cascade, c’est une dérive complète ». Et la SNCF n’est pas le seule concernée : la lutte actuelle des travailleurs sans papiers soutenue par onze organisations a mis sur le devant de la scène d’autres grosses entreprises comme Bouygues ou Vinci.

Lire aussi :
Deux maîtres-chiens sans papiers de la SNCF en grève de la faim
« Un jour, tu es forcé de te révolter »

Maîtres chiens sans papiers à la SNCF

 

Publié dans Luttes, Sans Papiers - Immigration, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

1...34567
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy