Nouveau dérapage policier contre les Rroms

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 janvier 2013

 

La police gaze des enfants et saccage un camp de roms

 

12 janvier 2013 Par philippe alain
*

Mardi 8 janvier, en fin d’après-midi plusieurs dizaines de policiers font une descente dans un des plus grands

squats de roms de l’agglomération lyonnaise à Saint-Fons.

Tout y est : tenues anti-émeute, casques, boucliers, flash-ball, grenades lacrymogène, taser, chiens d’attaque.

Pendant une heure, ils vont gazer les habitants et saccager le bidonville pour se venger.

Un peu plus tôt dans l’après-midi, selon certains roms, des enfants auraient jeté des cailloux sur une voiture

de police qui s’était introduite sur le parking du terrain privé qu’ils occupent.

Voici donc nos braves policiers en tenue de guerre bien décidés à en découdre avec les

enfants.

[...]

Les dirigeants socialistes et Manuel Valls en particulier portent une très lourde responsabilité dans les dérapages

successifs contre la minorité rom. Depuis l’élection de François Hollande, on assiste à des comportements pire

encore que sous Nicolas Sarkozy : des traques jour et nuit (1), des enfants humiliés et violentés par la police (2),

des bébés en garde à vue (3). La liste est longue. En continuant à stigmatiser les roms, en jetant cette population

à la vindicte populaire et en couvrant de tels agissements de la part de policiers qui sont censés faire respecter

la loi et non la violer, le gouvernement ouvre la porte à des actes beaucoup plus graves. Un vague de racisme

sans précédent se développe actuellement en France contre les roms. On se rend compte à travers ce dérapage

révoltant qu’elle touche également très largement la police.

Valls, qui rêve d’effectuer le même parcours que Sarkozy emprunte les mêmes chemins nauséabonds et racistes

qui ne le mèneront nulle part.

Les Roms ont toujours été les boucs-émissaires idéaux pour détourner l’attention des peuples et leur faire oublier

l’impuissance de ceux qui nous gouvernent à juguler les crises économiques.

[Lire l’article complet sur Rebellyon.info]

 

Publié dans France, Police, Racisme - Xenophobie | Pas de Commentaire »

Tunisie : des cartouches made in Italy utilisées pour la chasse au gibier humain !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 décembre 2012

 

Des cartouches made in Italy utilisées pour la chasse

au gibier humain en Tunisie

Par  Annamaria Rivera

Traduit par  Fausto Giudice

 

« Nobel Sport Italia produit et assemble tous les composants (…) pour réaliser des cartouches d’excellente

qualité aussi bien pour la chasse que pour le tir. La production de ces matières premières, les composants

ainsi qu’un système unique de chargement garantissent la fiabilité des cartouches NSI, qui sont proposées

depuis toujours aux chasseurs et aux tireurs du monde entier » (sic).

 

Tunisie : des cartouches made in Italy utilisées pour la chasse au gibier humain ! dans Italie gal1

« Du producteur au consommateur » : NSI revendique fièrement avoir produit plus de 3,4 milliards de cartouches

C’est ce qu’on peut lire sur le site ouèbe de l’entreprise italienne NSI – dont le siège social est à Milan 

et l’usine à San Giuliano Terme, dans la province de Pise, en Toscane. La publicité pour ses cartouches

« d’excellente qualité » vient d’avoir une sinistre confirmation fin novembre à Siliana, en Tunisie,

où ces produits made in Italy ont pu démontrer toute leur « fiabilité ».

Les policiers qui les ont tirées ont blessé presque 300 manifestants et en ont aveuglé une vingtaine.

Parmi les blessés graves, David Thomson, correspondant de France 24, qui se trouvait dans la foule canardée

par la police : malgré une opération, il garde quarante billes de plomb enkystées à une telle profondeur

dans son corps qu’il a été impossible de les extraire. L’implication de NSI dans cette sinistre affaire est prouvée

non seulement par les témoignages mais aussi par les photos : la marque de fabrique de Nobel Sport Italia

apparaît sur les tubes des cartouches à chevrotines.

Ne pouvant démentir, l’entreprise aurait affirmé que c’est sans doute une armurerie italienne qui les a fournies

à la police tunisienne, après les avoir remplies de plombs. Vous imaginez ça ? L’armurerie au coin de la rue

commerçant avec le ministère de l’Intérieur tunisienne.

Ce n’est pas la première fois que les forces de l’ordre tunisiennes tirent sur des manifestants avec des fusils

de chasse chargés de chevrotines. Elles l’avaient déjà fait les 12 et 13 juin derniers, au cours de la vague

de violences et de heurts qui avaient impliqué des salafistes et des jeunes des quartiers populaires.

[Lire la suite sur Tlaxcala]

Merci à Tlaxcala

Source : http://blog-micromega.blogautore.espresso.repubblica.it/2012/12/07/annamaria-rivera-caccia-ai-cinghiali-umani-in-tunisia-con-l%E2%80%99apporto-del-made-in-italy/
Date de parution de l’article original : 07/12/2012

Publié dans Italie, Police, Tunisie | Pas de Commentaire »

Violences policières, ça continue !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 novembre 2012

 

ÇA CONTINUE

Témoin de violences policières, il en devient victime

Par Eros Sana (14 novembre 2012)

 

Des cris, des coups. Une interpellation policière « musclée » dans le métro parisien. Un photographe

qui tente de prendre des images de la scène. Et se retrouve menacé, insulté, saisi violemment

par les forces de l’ordre. Bilan : 3 jours d’interruption de travail. Au commissariat, les policiers tentent

de le dissuader de porter plainte. Dans la France d’après Sarkozy, mettra-t-on fin un jour

à l’augmentation des violences policières ?

 

Violences policières, ça continue ! dans France coupsMaonghe Mbaitjongue est photographe professionnel.

À 0h50, dans la nuit du 8 au 9 novembre, il se presse

à la gare de Chatelet-Les-Halles pour ne pas rater

le dernier RER B qui doit le ramener chez lui, à Cachan.

Au détour d’un couloir, il entend des cris.

« Je n’ai eu qu’un réflexe de citoyen : si j’entends des cris

je me dirige vers là d’où ils viennent, pour apporter assistance

à une personne éventuellement en danger », explique-t-il.

 

Il est alors témoin d’une interpellation extrêmement violente : un homme, entouré de plus d’une vingtaine

de policiers et d’agents du Groupement de protection et de sécurisation des réseaux (GPSR), l’organe de sécurité

de la RATP, est projeté au sol et reçoit plusieurs coups.

« On est en France ici, arrête de me casser les couilles avec tes droits »

M. Mbaitjongue cherche à prendre une photo de la scène. Un des agents se rend compte de sa présence : les policiers

exigent de voir les photos prises. Calmement, le photographe refuse, arguant que rien ne l’oblige à le faire et

qu’il n’a enfreint aucune loi. Les agents lui demandent de fournir une pièce d’identité, il tend son passeport français.

De nouveau, on lui ordonne de montrer les photos contenues dans son appareil. Refus ferme et répété du jeune homme.

C’est alors que la violence des forces de l’ordre se déchaîne. Brutalement, plusieurs agents se ruent sur le photographe,

le saisissent par ses habits, lui attrapent les bras. Tous essayent de lui prendre violemment son appareil photo des mains.

Les menaces et les insultes fusent. « Si on t’emmène en garde à vue, ça ne sera pas gratuit.

Et je ne te parle pas d’argent ! », lance un des policiers. Maonghe Mbaitjongue rétorque qu’il a des droits

et s’entend dire par l’un des policiers qui vient de menacer de casser son appareil : « On est en France ici,

arrête de me casser les couilles avec tes droits, il n’y a aucun témoin ! Cherche pas ! »

[ Lire la suite sur Basta !]

Photo : © Maonghe Mbaitjongue [Première interpellation qui a provoqué les événements relatés]

Creative Commons License

Publié dans France, Police | Pas de Commentaire »

Espagne : « Ils veulent revenir au temps de Franco »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 juillet 2012

 

Espagne : « Ils veulent revenir au temps de Franco »

 

Par Nathalie Pédestarres

Espagne : « Ils veulent revenir au temps de Franco » dans Espagne arton2535-13b83-300x225Suppressions de droits syndicaux, quotas d’arrestations illégales

à respecter, protocoles et uniformes inspirés de l’armée…

Le premier syndicat de policiers espagnols – le Syndicat unifié

de la police – dénonce une tentative de militarisation des missions

des policiers et de leur corporation. Son secrétaire général

exprime également son soutien au mouvement des Indignés.

« Ils veulent revenir au temps de Franco. Et ça,

on ne va jamais l’accepter. […]

La réforme de la Loi du personnel de la police nous ôte maintenant des droits

que nous avions jusque-là. » José Manuel Sánchez Fornet est le secrétaire général du premier syndicat de

policiers en Espagne (Sindicato Unificado de la Policía, SUP), il est connu pour son franc-parler. Ce qui le rend furieux,

ce sont les derniers amendements de deux lois en discussion à l’Assemblée, concernant la police [1]

« Attirail nazi »

D’abord, l’entrée en vigueur de nouvelles règles protocolaires. Elles sont selon lui inspirées de l’armée et de la Guardia Civil

(à statut militaire) : obligation des policiers de défiler au pas, de chanter l’hymne militaire « La muerte no es el final »

(La mort n’est pas la fin), l’obligation pour les femmes policiers enceintes d’obtenir une prescription médicale pour pouvoir

porter des vêtements civils avant les trois premiers mois de grossesse, imposition d’une longueur règlementaire pour les

coupes de cheveux féminines… Le SUP qualifie même le nouvel uniforme – bâton de commandement, casquettes,

gabardine – « d’attirail nazi » ! Et dénonce une militarisation esthétique de leur uniforme.

Mais c’est surtout la suppression, dans la « Loi du personnel de la police », de tout un chapitre consacré au droit d’information

et de négociation collective qui a déclenché la sonnette d’alarme. Et pas seulement au sein du SUP, mais aussi d’autres

syndicats comme la Confédération espagnole de la police (CEP), deuxième syndicat de policiers, traditionnellement en faveur

des décisions prises par l’actuel gouvernement de droite.

Violations de droits civiques

José Manuel Sánchez Fornet évoque même pour son syndicat la possibilité de « retourner dans la clandestinité ». Fondé en 1978,

alors que débute la transition démocratique après la fin de la dictature franquiste, le SUP a été « hors la loi » jusqu’en 1984 à

cause de son activité syndicale au sein d’une police militarisée et très politique.

« Nous défendions la démocratisation, la Déclaration universelle des droits

de l’homme, la Constitution espagnole… Enfin : une police civile au service

des citoyens et respectueuse de leurs droits. »

[Lire la suite sur Basta!]

Photo : © EFE/Fernando Villar

 

Publié dans Espagne, Police | Pas de Commentaire »

Chômeurs arrêtés au Fouquet’s : « Souvenir d’une sombre époque, les femmes et les hommes ainsi arrêtés ont été séparés. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 mars 2012

 

Chômeurs arrêtés au Fouquet’s : « attaque contre les libertés syndicales »

 

Chômeurs arrêtés au Fouquet's :

Pour protester contre la proposition de Nicolas Sarkozy d’organiser

un référendum anti-chômeurs, les organisations de chômeurs

ont envahi symboliquement le Fouquet’s.

Lors de cette manifestation pacifique, 70 militants ont été arrêtés

et accusés de « vols de petites cuillères » (sic) pour lesquels

ils risquent d’être poursuivis.

Aux cotés de leurs organisations (APEIS, AC et MNCP), je dénonce

cette atteinte au droit à manifester ainsi qu’une nouvelle attaque

contre les libertés syndicales.

Je veux dire mon adhésion totale à leur combat contre ce référendum scandaleux et démagogique.

Les manifestants doivent être libérés immédiatement du commissariat du 18eme arrondissement où ils sont

actuellement retenus.

Par Pierre Laurent, le 07 mars 2012

 

 

  • 70 manifestants arrêtés au Fouquet’s :

un coup de force insoutenable contre la démocratie

 

Communiqué de presse de Ian Brossat, Président du Groupe Communiste et élus du Parti de Gauche

au Conseil de Paris, et Gérald Briant, élus du 18ème Arrondissement, le 7 mars 2012

A l’occasion d’une occupation symbolique du Fouquet’s par des militants de plusieurs organisations de lutte

contre le chômage et la précarité, la police a procédé à une répression impitoyable en plaçant 70 manifestants

en garde à vue dans le 18ème arrondissement, accusés de « vol de petites cuillères ».

Cet acharnement policier contre les chômeurs et précaires est inadmissible. Il illustre une nouvelle fois

la politique menée par le Président de la République et son gouvernement :

le Fouquet’s est réservé aux dîners mondains post-électoraux, mais interdit d’entrée aux chômeurs et aux

précaires qui subissent de plein fouet la casse de l’emploi et des services publics.

Les élus Communistes de Paris s’insurgent contre cette répression indigne d’une démocratie, qui sanctionne

une fois de plus les citoyens les plus fragilisés.

Nous avons écrit ce jour au Préfet de Police de Paris pour exiger la libération immédiate de tous les manifestants,

et le respect absolu du droit de manifestation.

Place au Peuple  7 mars 2012

 

  • Il ne fait pas bon s’attaquer aux symboles de la richesse et du pouvoir !

Au bout d’une demi-heure d’occupation pacifique, après avoir pris la parole, les militants des associations de

chômeurs et syndicalistes présents ont décidé eux-mêmes de sortir du Fouquet’s. Dehors, un nombre

impressionnant de policiers les attendait. Les forces de l’ordre les ont aussitôt encerclés. Puis ils ont arrêté

Abdel, un militant de l’APEIS, accusé de vol avec violence alors qu’il n’avait rien fait. Pour finir, ils ont embarqué

une partie des manifestants en arguant de vol de couverts — si si, de vol de couverts, risible si ce n’était pas

aussi grave !

Souvenir d’une sombre époque, les femmes et les hommes ainsi arrêtés ont été séparés. Un car a embarqué

une vingtaine de manifestantes au commissariat du 11e arrondissement où elles ont été relâchées, une heure

plus tard, après à une mascarade de contrôle d’identité collectif. Une quarantaine de manifestants de sexe

masculin ont, eux, été emmenés au commissariat du 18e arrondissement : mais à cette heure 14h30, ils sont

toujours en garde à vue.

Démonstration est faite que sur les terres de Nicolas Sarkozy, les chômeurs et les précaires sont des délinquants,

sinon des voleurs, et des citoyens de seconde zone qui n’ont pas le droit de s’exprimer.

Nous exigeons la libération immédiate d’Abdel et de tous les manifestants qui n’ont rien fait d’autre que

d’exprimer pacifiquement leur ras-le-bol et leurs revendications.

DERNIÈRE MINUTE : A 16h, ils sont toujours retenus. Les vérifications d’identité bidon s’enchaînent (on leur a demandé au moins

trois fois de présenter leurs papiers).

Selon une source policière reprise par l’AFP, deux employés du restaurant auraient été blessés au moment où la police refoulait

les manifestants : c’est totalement faux, assure le MNCP. Hormis l’assaut des CRS, aucun des participants à cette action pacifique

n’a agressé ni blessé quiconque, et personne n’a dérobé quoi que ce soit au Fouquet’s.

Source :

actuchomage.org/des-chomeurs-et-des-precaires-sinvitent-au-fouquets-pour-faire-entendre-leur-voix

7 mars 2012

 

Publié dans Chomage, Democratie, Police, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Condamnation scandaleuse de 2 étudiants membres des Jeunes Communistes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 mars 2012

 

 Le PCF dénonce la condamnation de 2 jeunes communistes

 

Condamnation scandaleuse de 2 étudiants membres des Jeunes Communistes dans Justice jc_0-300x200C’est avec stupeur et indignation  que nous venons d’apprendre

la condamnation de deux camarades membres du Mouvement

Jeunes Communistes de France à 3 mois de prison avec sursis. 

Mercredi soir dans Paris, les deux étudiants se sont retrouvés

au milieu d’une course poursuite entre des policiers et une

personne dans le métro. Ils se sont alors  retrouvés pris pour

cible par la police, victimes de violences et  emmenés au poste :

sans comprendre les raisons d’une telle garde à vue, ils passent 48 heures au commissariat puis la nuit

de vendredi à samedi au dépôt. Jugé ce samedi, ils viennent d’être condamnés à 3 mois de prison avec

sursis pour outrage à agent. 

Le Parti Communiste Français  apporte tout son  soutien à ces deux jeunes étudiants et  dénonce les violences

policières et la condamnation judiciaire qui permet la mise sous silence de la bavure. Il exige que l’appel de cette

condamnation soit entendu et que toute condamnation soit levée, que les deux jeunes soient rétablis dans leur droit.

Il n’est pas tolérable que des jeunes, dans notre pays, soient à la merci de telles pratiques de coups et d’insultes

policières, dont certaines à caractère raciste. Il exprime sa solidarité avec le Mouvement de la jeunesse communiste

dont les deux jeunes étaient membres et amplifiera son action avec toutes celles et ceux qui le souhaitent pour

le respect des droits et de l’égalité, foulés aujourd’hui au pied quotidiennement par le pouvoir en place.

Source : Site national du PCF  3 mars 2012

Lire également :

Le communiqué du Mouvement Jeunes Communistes de France

 

Publié dans Justice, Police, POLITIQUE, Racisme - Xenophobie | Pas de Commentaire »

Rouen : Puisque leur ministre les couvre, certains policiers « se lâchent » : « Sale pute de gauchiste, on va te niquer »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 janvier 2012

 

 

Arrestations à Rouen: « Sale pute de gauchiste, on va te niquer » 

 

 Rouen : Puisque leur ministre les couvre, certains policiers Le Stardust, café populaire de la place du Vieux-Marché, à Rouen.

Vendredi soir, c’est soirée électro. Quatre DJ locaux doivent s’y succéder.

Musique numérique et bières belges au programme. Tout commence bien.

Il est environ 20h00. Jusqu’à 23h30, rien à signaler. Le bruit est limité,

les gens profitent de leur week-end. La soirée va pourtant dégénérer.

Par Manuel Sanson pour Les inrocks.com.

Vers 23h30, deux clients sortent du bar pour uriner sur une place située en face. Un premier véhicule de police arrive

sur les lieux et interpelle dans le calme les deux contrevenants.«Vous êtes en train d’uriner sur le site historique de Jeanne d’Arc »,

annonce l’un des policiers. Les papiers d’identité sont confisqués, les deux fauteurs de trouble attendent de recevoir leur amende.

Les flics font durer le plaisir.

Pendant une demi heure, les deux clients fautifs « poireautent »… D’autres clients du bar se rapprochent de la scène, demandent

des explications. Le contrôle s’éternise. A ce moment, deux autres véhicules de police arrivent. Les forces de l’ordre annoncent

qu’ils interpellent les deux « pisseurs » pour ivresse manifeste sur la voie publique. Tollé général. Les deux fautifs sont embarqués.

Une dizaine de clients se placent en face d’une des voitures, pour l’empêcher de repartir. Sans violence ni insulte. Mais les policiers

sont nerveux. Ils sortent du véhicule et gazent à bout portant plusieurs personnes. Présent au concert, je me retrouve moi-même,

après m’être manifesté comme journaliste auprès des policiers, pris dans les effluves de lacrymo. Une fois le « ménage »

accompli, les voitures repartent avec les deux délinquants. Fin de l’histoire ? Pas encore…

Plusieurs véhicules restent en faction à 100 mètres du bar, tous feux allumés. Vingt minutes plus tard, sans raison apparente,

l’assaut reprend : une vingtaine de policiers en tenue de « Robocop » arrivent en trombe sur la terrasse du café. Matraques, chiens,

lacrymos… c’est reparti.

Sans distinction, des gens sont frappés, un jeune homme a le crâne en sang. Des grenades sont tirées. Un client du bar, rageur,

jette une bouteille sur l’une des fourgonnettes de police. Au bout d’une heure, c’est le seul acte violent à déplorer côté fêtards.

Les policiers, de leur côté, frappent les quelques femmes venues leur parler pour que cessent les violences. Ils éructent

des insultes sexistes : « Bande de morue, salopes… »

Un des DJ qui repartait avec son matériel est poussé dans le dos par un policier. Il s’étale au sol avec ses affaires. Une jeune

femme est violemment interpellée, traînée par terre, son pull et son tee shirt déchirés. Un policier lance :

« Sale pute de gauchiste, on va te niquer. » La place est finalement « nettoyée ». Il est presque deux heures du matin.

Lire la suite sur le site des Inrocks

Lu sur : Place au Peuple  27 janvier 2012

39479898-avatar_large2 dans Police

 

Publié dans Democratie, Police, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

La Police des polices au cœur d’un scandale – Communiqué de Ian Brossat

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 janvier 2012

Source : Place au Peuple ! 2012 – 11 janvier 2012 – par Ian Brossat

LA POLICE DES POLICES AU COEUR D’UN SCANDALE

A quelques mois de l’élection présidentielle de 2007, l’IGS aurait délibérément voulu mettre en cause plusieurs fonctionnaires de police considérés comme de gauche. En janvier 2011, la justice blanchira finalement ces femmes et ces hommes persécutés pour un saugrenu délit d’opinions supposées.

Car, après avoir constaté des retranscriptions d’écoutes douteuses, des procès-verbaux truqués, et un faux expert, « Le Monde » vient de révéler que les magistrats enquêtent aujourd’hui contre l’IGS – pour « violation du secret de l’instruction », « dénonciation calomnieuse », « violences volontaires » ou encore de « faux en écritures publiques ».

A quelques mois d’une nouvelle présidentielle, cette affaire vient solder les comptes de dix ans de sarkozysme, du ministère de l’Intérieur à l’Elysée. La « République irréprochable » de Nicolas Sarkozy est en vérité une République aux mains sales, où la manipulation, les mensonges et les petits arrangements sont monnaie courante. Il est temps de mettre fin à ces réflexes d’Ancien Régime qui veut une police et une justice aux ordres.

 

Lire également :

lemonde.fr/idees/Police des polices : opacité et impunité

http://www.dailymotion.com/video/xnm44p

 

 

Publié dans France, Police, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Sécurité : Moins de moyens, moins de fonctionnaires mais… davantage de manipulation !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 octobre 2011

Site national du PCF – 3 octobre 2011

Sécurité : le gouvernement pris la main dans le sac

 

Sécurité : le gouvernement pris la main dans le sac

Le Monde révèle dans l’édition de ce lundi deux notes internes aux services de police

particulièrement édifiantes. Pris en flagrant délit de manipulation statistique,

le général Jacques Vignaux, patron de la gendarmerie, y reconnaît que

« les succès précédemment enregistrés [...] marquent le pas » et n’hésite pas à

demander à ses troupes de « viser un bilan favorable de l’évolution de la délinquance

en 2011. » Il recommande de lever le pied en ce qui concerne l’enregistrement des vols

avec violence…

La preuve est faite, et l’on s’en doutait un peu. Le gouvernement maquille les chiffres,

ment sciemment aux français. En vérité, il se comporte comme un délinquant.

Moins de moyens, moins de fonctionnaires – et davantage de manipulation. Ce n’est plus une politique de sécurité,

c’est une arnaque. Le gouvernement est pris la main dans le sac. Les Français méritent mieux.

Ian Brossat, Responsable des questions de sécurité au PCF

 

Publié dans Police, Politique nationale, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Police : 3 nouveaux suicides

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 septembre 2011

Site national du PCFIan Brossat, le 23 septembre 2011

 

Suicides dans la police : n’attendons pas qu’il soit trop tard !

 

n’attendons pas qu’il soit trop tard !

Jeudi matin, trois fonctionnaires de police ont mis fin à leur jour à Paris

et dans le Val de Marne. Depuis plusieurs années, les statistiques

des suicides de policiers sont très inquiétantes. Et il est particulièrement

hypocrite de s’en tenir aux seules motivations personnelles – comme le

fait le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant.

Le métier de policier est en grand danger.

 

Conditions de travail dégradées, éparpillement des missions, logique du chiffre et suppressions de postes.

Alors que Claude Guéant avait annoncé une baisse de 3000 policiers et gendarmes à l’horizon 2012,

le gouvernement balaie d’un revers de main l’exigence de sécurité et par la même, les conditions de travail

des fonctionnaires de police. N’en jetez plus, la coupe est pleine. N’attendons pas qu’il soit trop tard.

Le PCF souhaite au contraire mettre un terme à la chute des effectifs de sécurité et propose l’embauche

de 10 000 personnels afin de reconstituer une police de proximité.

 

Publié dans Police, Souffrance au travail | Pas de Commentaire »

12345...7
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy