Après le 15 mars 2014, ERDF-GRDF pourrait couper le gaz et l’électricité à 750 000 foyers

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 mars 2014

 

ERDF-GRDF pourrait couper le gaz et l’électricité à 750 000 foyers

 

Captureprécaritéénergétique

 

Après le 15 mars 2014, ERDF-GRDF pourrait couper le gaz

et l’électricité à 750 000 foyers

Suite aux nombreuses tempêtes de ces derniers mois, les agents

d’ERDF-GRDF se sont mobilisés pour rétablir l’électricité et le gaz

à des milliers de foyers. Paradoxalement, les directions

des entreprises « réquisitionnent » maintenant leurs techniciens

d’intervention pour se tenir prêts à couper le gaz et l’électricité

à 750 000 familles en situation de précarité sociale.

 

 

En effet, la première trêve hivernale d’énergie s’achèvera le 15 mars prochain.

Pouvoir s’éclairer et se chauffer sont des droits fondamentaux, l’énergie un bien essentiel et légitime.

La précarité énergétique a des conséquences sur la santé physique et mentale, sur les conditions

de logement, sur la vie quotidienne. Elle marque trop souvent le début de l’exclusion sociale.

Cinq millions de ménages cumulent des contraintes financières, un habitat mal isolé, sans pouvoir

choisir ni leur source d’énergie ni leur type de chauffage. Les mesures d’aide restent insuffisantes

et compliquées à obtenir. En outre, elles ne parviennent que rarement à régler les impayés :

ainsi, la dette moyenne s’élève à 1 900 €.

Selon le Syndicat CGT Énergies 33 et l’INDÉCOSA-CGT Coordination Atlantique, les moyens existent

pourtant. Si, pour ces familles dans le besoin (comme d’ailleurs pour tous les salariés, secteur privé

et services publics confondus), les rémunérations stagnent, parallèlement, côté actionnaires, les dividendes

explosent. Pour preuve, en 2012, les montants alloués aux actionnaires s’élevaient à 4 900 millions

d’euros, chiffre à mettre en rapport avec celui de 130 millions d’euros correspondant au total des aides versées

pour financer les fameux tarifs sociaux du gaz et de l’électricité.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, Energie, France, Liberalisme, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Électricité : Linky va faire flamber les factures d’électricité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 septembre 2013

 

« L’arrivée du compteur Linky va faire disjoncter le portefeuille

des consommateurs »

 

Électricité : Linky va faire flamber les factures d'électricité  dans Energie linky-150x150

Selon une étude de l’UFC-Que Choisir publiée ce mardi, la généralisation

en France, d’ici 2020, du compteur électrique « intelligent » Linky alourdira

la facture des ménages en raison notamment des changements

d’abonnements induits pour plus de 15 millions de clients.

 

« L’arrivée du compteur Linky va faire disjoncter le portefeuille des consommateurs », a dit le président

de l’association de consommateurs Alain Bazot, en présentant à la presse les conclusions d’une étude

menée pendant un an auprès d’un panel représentatif de 201 foyers. Il en ressort que plus de la moitié (55%)

des ménages souffriraient d’un « mal-abonnement » : 5 millions payent un abonnement d’une puissance

supérieure à leurs besoins, et à l’inverse, 10 millions ont souscrit une puissance inférieure à celle réellement

utilisée. « C’est possible du fait de la tolérance des compteurs actuels, qui ne disjonctent pas systématiquement

lorsque la puissance appelée dépasse celle de l’abonnement », a expliqué M. Bazot. Or le compteur Linky

devrait mettre fin à cette situation. D’un côté, grâce aux informations transmises par ce compteur innovant,

les 5 millions de foyers sur-tarifés pourront enfin connaître la puissance maximale qu’ils utilisent et prendre

un abonnement moins cher, leur faisant économiser 35 millions d’euros par an. Mais, à l’inverse, les 10 millions

de ménages « sous-tarifés » seront poussés, selon l’UFC, à souscrire des abonnements plus puissants et donc

plus chers, car Linky, beaucoup plus sensible à la puissance utilisée, disjoncte quasi systématiquement

lorsqu’elle dépasse le niveau souscrit.

L’association chiffre le surcoût annuel pour ces ménages à 308 millions d’euros.

« Le compteur ne sera pas gratuit »

En outre, chaque changement de puissance est facturé 36 euros par le distributeur d’électricité ERDF (filiale d’EDF),

une « double peine » pour l’UFC qui estime que le gestionnaire de réseau, à l’origine du projet de compteur intelligent,

va ainsi empocher 724 millions d’euros.

Selon l’association, il est injuste de facturer de tels frais aux consommateurs alors que la loi oblige

les fournisseurs à leur conseiller un abonnement adapté. « Les ménages devraient faire l’objet d’un choix éclairé

et conseillé. Mais le conseil tarifaire est aux abonnés absents », a dénoncé M. Bazot.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Lire aussi :  Linky, compteur pas si économe

Publié dans Energie, Pouvoir d'achat, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Blocage du centre EDF de Sannois/Argenteuil (95) pour éviter les coupures d’électricité : opération réussie !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 avril 2013

 

Blocage du centre EDF de Sannois/Argenteuil (95) pour éviter les coupures d'électricité : opération réussie !  dans CGT edf1Le Front de gauche a participé, aux côtés de la CGT

et des « Robin des bois », au blocage du centre EDF

de Sannois/Argenteuil afin d’éviter la sortie des véhicules

ayant pour mission de couper l’électricité à des usagers

en retard de paiement.

Plusieurs dizaines de familles étaient concernées

par ces coupures.

edf4 centre EDF de Sannois/Argenteuil dans Energie

Action réussie : les véhicules sont restés au centre (photos Daniel Hommeau)

Publié dans CGT, Energie, Front de Gauche, Luttes, Pauvrete, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Danger sur les tarifs réglementés du gaz

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 avril 2013

 

Danger sur les tarifs réglementés du gaz dans ECONOMIE gazCliquez sur l’image pour agrandir.

L’ouverture à la concurrence du marché du gaz

en 2007 ne lui suffit pas.

L’Autorité de la concurrence propose ce jeudi

au gouvernement de mettre fin aux tarifs

réglementés du gaz, soit la dernière trace

de feu le service public de l’énergie.

Selon son avis publié ce jeudi, il en va du bon

fonctionnement du marché du gaz dont, soit dit en

passant, l’ouverture à la concurrence

le 1er juillet 2007, n’a jamais permis une baisse des tarifs. Bien au contraire.

Selon l’Autorité de la concurrence, ce dysfonctionnement de la concurrence n’est pas dû à l’échec

de cette même concurrence, mais au dernier filet de règlementation conservé par le législateur :

les tarifs réglementés ! Il est vrai que ceux-ci ont permis à de nombreux consommateurs

de ne pas voir leurs factures s’envoler.

Offres plus compétitives

« Le maintien des tarifs réglementés du gaz a une influence défavorable sur le fonctionnement

de la concurrence sans pour autant contribuer positivement à la compétitivité des entreprises

françaises ni au pouvoir d’achat des ménages », souligne la docte institution dans un communiqué.

L’Autorité recommande à l’exécutif que cette suppression, qui devrait s’étaler sur plusieurs années,

s’applique en premier lieu aux grands clients industriels, puis aux PME-PMI et enfin aux particuliers.

Tout cela bien sûr, afin de « permettre le développement d’offres plus compétitives, au bénéfice

des consommateurs », soit le même argument usé pour justifier l’ouverture du marché en 2007.

Augmentation des prix

Le consommateur risque d’attendre longtemps un quelconque bénéfice de cette mesure.

[Lire la suite sur humanite.fr]

A lire aussi :

S.G.

Publié dans ECONOMIE, Energie, France, Pouvoir d'achat, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Comment peut-on mourir de froid chez soi, dans la France du XXIe siècle ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 mars 2013

 

PAUVRETÉ

  • Mort de froid après une coupure d’énergie

 

Comment peut-on mourir de froid chez soi, dans la France du XXIe siècle ? dans Energie energie_0

Montpellier (Hérault), correspondance.

En décembre, à Marseillan (Hérault), un homme est

retrouvé chez lui, mort d’hypothermie. Faute d’avoir

pu payer ses factures EDF, il venait de se faire

couper l’électricité.  Aujourd’hui, la famille tente

de comprendre cet enchaînement fatal.

Le 11 décembre 2012, la gendarmerie de Florensac intervient au domicile d’un homme vivant à Marseillan

(Hérault) et découvre le corps sans vie de Jean-Baptiste Bessière, cinquante-deux ans. « Les gendarmes

m’ont affirmé qu’il était mort d’hypothermie depuis quatre à dix jours », explique Martine Bessière, la sœur

du défunt. Il semble qu’il ait été victime d’une gastro-entérite foudroyante provoquant un malaise.

Mais la question demeure : comment peut-on mourir de froid chez soi, dans la France du XXIe siècle ?

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

  • La précarité énergétique explose en France

 

En dix ans, le nombre des coupures aurait été multiplié par dix. 3,8 millions de ménages sont

en situation de précarité énergétique.

Obtenir des chiffres officiels sur les coupures d’énergie pour impayés n’est pas forcément chose facile.

Car ni les fournisseurs ni les gestionnaires de réseau, comme ERDF ou GRDF, ne se bousculent

pour les communiquer. Créé en 2007, le médiateur national de l’énergie permet toutefois de se faire

une idée. Dans son dernier rapport, il relève qu’en 2012, près de 580 000 foyers ont été l’objet de coupures

ou de restrictions d’énergie, en raison d’impayés. Et plus des deux tiers de ces procédures concernaient

l’approvisionnement en électricité.

De son côté, l’association Droit à l’énergie-Stop aux coupures, qui regroupe, notamment, les Robins des bois,

ces agents EDF qui rétablissent l’électricité chez des usagers pauvres, évoque une multiplication par dix

des coupures d’énergie depuis 2004 (lire notre entretien ci-dessous). Elle aussi en première ligne

sur ce dossier, la Fondation Abbé-Pierre comptabilise, elle, près de 3,8 millions de ménages en situation

de précarité énergétique (c’est-à-dire consacrant plus de 10 % de leurs revenus à ce poste de dépenses).

Et confirme l’explosion du nombre de coupures dans les cinq dernières années.

[Lire la suite]

 

Publié dans Energie, France, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Ce jeudi dans l’Humanité : la précarité énergétique tue toujours

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 mars 2013

 

Ce jeudi dans l'Humanité : la précarité énergétique tue toujours dans Energie huma2103

En décembre, à Marseillan (Hérault), un homme

est retrouvé chez lui, mort d’hypothermie.

Faute d’avoir pu payer ses factures EDF, il venait

de se faire couper l’électricité. Aujourd’hui, la famille

tente de comprendre cet enchaînement fatal.

Retour sur un drame qui ne doit rien à la fatalité.

Entretien avec le président de l’association

Droit à l’énergie-Stop aux coupures, Jean-Louis

Mespoulès, qui défend les « remises en énergie »,

un « acte illégal mais légitime ».

 

 

Avez-vous constaté une augmentation 


des coupures d’énergie ces dernières années  ?

 

Jean-Louis Mespoulès. Oui. Le phénomène s’est beaucoup aggravé, pour deux raisons essentielles :

la flambée des prix sans précédent, due à la déréglementation 
du secteur, et la baisse du niveau de vie


et des rémunérations. Ces deux facteurs 
ont fait basculer des millions de familles 
dans la précarité

énergétique. Depuis 2004, les coupures ont été multipliées par dix. Nous en sommes à 580 000 par an,

en incluant les baisses de puissance d’électricité. 
Dans ce dernier cas, la consommation est divisée

par 6 ou 9, ce qui empêche d’allumer deux radiateurs en même temps…

Quelles sont les familles concernées ?

Jean-Louis Mespoulès. Nous avons constaté un changement de caractéristique sociale. Jusqu’en 2005,

les coupures d’énergie concernaient des foyers en exclusion sociale, habitués aux « parcours solidaires ».

Depuis cette date, les cas 
de coupures chez des familles salariées, 
qui voient leurs revenus et la pérennité


de leur emploi détériorés, se sont multipliés. Car ces familles ne savent bien souvent pas à quelle porte frapper,

elles éprouvent une certaine honte face à leur situation. Il s’agit d’une réaction tout à fait humaine.

[Lire la suite]

 

Publié dans Energie, Pouvoir d'achat, PRECARITE, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

La loi Brottes adoptée à l’Assemblée nationale

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 mars 2013

 

La loi Brottes sur l’énergie adoptée par un ultime vote

de l’Assemblée nationale

 

La loi Brottes adoptée à l'Assemblée nationale  dans André Chassaigne chauffage

Le Parlement français a adopté définitivement

dans la nuit de lundi à mardi la proposition de loi

socialiste sur l’énergie qui prévoit la mise en place

au 1er janvier 2015 d’un mécanisme de bonus-malus.

Elle avait été rejetée en octobre par le Sénat

du fait d’une motion d’irrecevabilité déposée

par une sénatrice communiste.

Les députés ont examiné le texte en soirée, signé du président de la commission des Affaires économiques

François Brottes (PS), pour statuer définitivement, comme l’a souhaité le gouvernement qui le soutient.

Les députés du Front de gauche ont voté contre de même que ceux de l’UMP et l’UDI. Ce texte instaure

un bonus-malus sur la facture d’énergie, à compter de 2016, afin de favoriser la sobriété énergétique.

Il a été largement revu par rapport à la version initiale déposée en septembre. Son premier passage à

l’Assemblée avait été marqué par le départ fracassant en pleine nuit des députés communistes et de

l’opposition, mécontents de voir arriver des amendements gouvernementaux sur l’éolien. Sans compter que

le Front de gauche estime depuis le début qu’il y a atteinte au principe de péréquation tarifaire issu

du Conseil national de la résistance.

« Au final, il y aura la satisfaction de l’avoir voté, mais je ne suis pas certain qu’il y aura

une application« , a lancé, sceptique, André Chassaigne, président des députés Front de Gauche.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Rappel :

Le nombre de familles en situation de précarité énergétique ne cesse d’augmenter :

3,8 millions, selon les derniers chiffres.

Publié dans André Chassaigne, Assemblee nationale, Energie, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Électricité : les tarifs devraient flamber d’ici 2017

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 février 2013

 

Électricité :

vers une « hausse raisonnable » des tarifs de 30% de 2012 à 2017

 

Électricité : les tarifs devraient flamber d'ici 2017 dans Energie facture-edf

Vendredi dernier, Henri Proglio, le président d’EDF,

parlait d’une « hausse raisonnable des tarifs

dans les années à venir ».

Ce lundi, la Commission de régulation de l’énergie

(CRE) a confirmé sa prévision d’une hausse

de l’électricité, tablant sur une progression de 30%

des tarifs réglementés de 2012 à 2017, notamment à cause de l’essor des énergies renouvelables

et des investissements dans les réseaux.

La CRE, qui avait déjà dit tabler il y a un an sur une augmentation de 30% des prix du courant de début

2012 à fin 2016, a présenté ses projections actualisées pour la période allant de mi-2012 à mi-2017 dans

un rapport publié lundi, aboutissant strictement aux mêmes conclusions. En effet, elle y explique s’attendre

à une hausse moyenne de 30,1% des factures d’électricité pour les clients au tarif dit bleu,

avec des projections de +23,7% pour les clients au ‘tarif jaune’ et de +16% pour les clients au ‘tarif vert’.

Cette forte hausse « sera due pour plus du tiers à l’augmentation de la CSPE (taxe qui finance entre autres

l’énergie solaire et éolienne, ndlr), laquelle s’explique pour l’essentiel par le développement des énergies

renouvelables », prévient la CRE dans son rapport.

[la suite sur humanite.fr]

Pauvreté et précarité énergétique :

4 à 5 millions de ménages sont déjà en situation de précarité énergétique. Quand on sait

«que chaque augmentation de 20% du prix de l’énergie fait tomber 10% de la population en plus dans

la précarité énergétique», combien seront-ils en 2017 ? Mais cette augmentation prévisible de la précarité

semblera sans doute « raisonnable » au PDG d’EDF dont la rémunération globale est passée de

639 480 euros en 2005 à 1 588 000 euros  en 2011 !

 

edf EDF dans France

capture décran

Clic sur l’image pour voir le reportage

Publié dans Energie, France, Pouvoir d'achat, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Le Sénat vote la loi Brottes sans le bonus/malus

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 février 2013

 

ÉNERGIE

Adoption de la loi Brottes au Sénat :

« Les députés ne pourront pas ignorer ce vote »

 

Le Sénat vote la loi Brottes sans le bonus/malus dans Energie schurch

Pour Mireille Schurch, sénatrice communiste de l’Allier, le texte adopté

hier sur la tarification progressive de l’énergie, après avoir en avoir

expurgé les mesures critiquées par les communistes, est le fruit

d’un long travail de négociations au sein de la majorité de gauche,

dont l’Assemblée nationale doit maintenant tenir compte.

 

 

Entretien réalisé par Audrey Loussouarn

Qu’est-ce qui a fait pencher la balance dans l’adoption de la loi Brottes par le Sénat ?

Mireille Schurch. L’ensemble de l’article premier, concernant les bonus-malus sur la tarification, a été

rejeté et la cinquantaine d’amendements supprimée. Un grand nombre de sénateurs la jugeaient

d’une complexité extraordinaire, impossible à mettre en place, écologiquement non rentable et très

inégalitaire. Le médiateur de l’énergie était lui-même interrogatif sur cet article. Le malus aurait été

fixé après la consommation, donc le dispositif nous semblait incompréhensible. Cet article ne prenait pas

les choses en amont. Il faut d’abord conseiller sur la rénovation thermique avant de punir doublement

les citoyens. Ils auraient payé un malus en plus de régler de grosses factures d’énergie.

Que changera l’adoption de la loi pour les citoyens ?

Mireille Schurch. Ce sont des mesures très attendues, notamment parce qu’elle élargit l’accès aux tarifs

sociaux à 8 millions d’individus. L’interdiction des expulsions pendant la trêve hivernale est également

en question dans ce texte. Ce qui n’est pas négligeable. La création d’un nouveau service public

de la performance énergétique donnera, lui, le moyen de trouver des interlocuteurs aux citoyens qui

envisageraient la rénovation de leur habitat. On a également interdit la résiliation des contrats d’énergie.

Les foyers, privés de moyens de se chauffer, pourront ainsi se tourner vers EDF comme recours d’urgence.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :

Proposition de loi Brottes : le Sénat vote le texte sans le bonus/malus

Publié dans Energie, PCF, Senat | Pas de Commentaire »

Gaz de schiste : le grand boum international

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 février 2013

 

ENVIRONNEMENT

Gaz de schiste : le grand boum international

 

Gaz de schiste : le grand boum international  dans Energie capture-gaz-de-schiste

Emmenée par les États-Unis, la course

aux hydrocarbures paraît officiellement

lancée à l’échelle internationale.

Disposant de réserves estimées non

négligeables, la France n’est pas sans

porter un certain intérêt à l’affaire.

C’est peut-être l’une des plus importantes

offensives opérées dans le secteur privé énergétique

depuis la révolution pétrolière : les gaz de schiste

et plus globalement les hydrocarbures non

conventionnels reviennent de manière

détonante sur le devant de la scène.

Emmenée par les États-Unis, dont la production de gaz de schiste – shale gas, dit-on là-bas – est passée

de 1 %, au début des années 2000, à près de 35 % en 2011, la course paraît officiellement lancée entre

des nations qui voient dans cet hydrocarbure new age l’opportunité d’une redistribution des cartes

géopolitiques. Avec toujours une même menace en toile de fond : explosif économiquement, le grand rush

des gaz de schiste pourrait l’être également écologiquement.

[...]

Les industriels privés mènent le bal.

Point commun à ces situations ? Ce sont, dans tous les cas de figure, les industriels privés

qui mènent le bal. Exxon en Amérique du Nord, Shell en Asie, Chevron en Lituanie ou en Argentine :

les industriels sont à l’offensive, visant chaque marché, draguant chaque pays prêt à lui vendre

ses ressources. (…)

Et la France dans tout cela ? Elle n’est pas sans manifester d’intérêt au potentiel dont l’a affublée l’EAI.

Selon les pronostics de l’Agence américaine, l’Hexagone disposerait de 5 300 milliards de mètres cubes

de gaz de schiste techniquement récupérables, un volume qui la placerait au premier rang des pays

producteurs européens, devant le Royaume-Uni, la Pologne et la Norvège.

La perspective n’est pas sans faire mouche du côté des politiques. Arnaud Montebourg, ministre

du Redressement productif, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangère, et même Michel Rocard,

ancien premier ministre et actuel « ambassadeur des pôles », ne masquent pas leur enthousiasme

vis-à-vis d’une perspective, qui, affirment-ils, pourrait permettre à la France de se désempêtrer

de sa dépendance chronique aux importations de gaz naturel, notamment de Russie.

Encore faut-il que les projections de l’IEA se réalisent. En Pologne, alors qu’elle estimait à 5 290 milliards

de mètres cubes les ressources techniquement récupérables, le Polish Geological Institute les a évaluées,

après prospection, entre 350 et 700 milliards de mètres cubes.

[...]

La confusion entre ressources et réserves

Encore faut-il, enfin, que l’exemple américain ne soit pas qu’un feu de paille. « Tout le monde se lance

dans le rush des gaz de schiste comme dans une chasse à l’or, mais, pour le moment, ce sont

surtout les vendeurs de pelles qui font fortune », reprend le président de l’Aspo. Car le boum a aussi

ses travers, et pour accroître la production de gaz, il en a également fait baisser le cours. De 12 dollars

l’équivalent baril en 2008, le prix a chuté à moins de 4 dollars en 2012. Le gaz de schiste n’y paraît plus

aussi avantageux qu’affirmé. La société Cheasapeack, premier producteur et premier propriétaire de réserve

estimée en 2009, a revendu et se retrouve, trois ans après, endettée d’une dizaine de milliards de dollars.

Dans le Dakota du Nord, où les puits se sont multipliés comme des petits pains tous les cinquante mètres,

les compagnies se réorientent vers la production d’huile de schiste et en viennent à torcher 40 % du gaz

produit.

La faute à la confusion entretenue entre ressources et réserves exploitables. La faute, surtout,

à des compagnies que la production de gaz n’intéresse que lorsqu’elle génère un profit optimal.

Une démonstration de mauvais augure pour qui cherche à sécuriser sa production énergétique.

[Article complet sur humanite.fr]

 

Publié dans Energie, Environnement | Pas de Commentaire »

123
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy