Rythmes scolaires : Le gouvernement serait bien inspiré de revoir sa copie.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 janvier 2013

 

Réformes des rythmes scolaires :

Le gouvernement serait bien inspiré de revoir sa copie.

 

Rythmes scolaires : Le gouvernement serait bien inspiré de revoir sa copie. dans Education nationale ecole2

Olivier Dartigolles  22 janvier 2013

Aujourd’hui à Paris, les enseignants du primaire

et des écoles élémentaires expriment massivement

leur mécontentement sur le fond et sur les conditions

de la mise en œuvre de la réforme des rythmes

scolaires. Dans de très nombreuses communes,

les dernières semaines ont été marquées

par des expressions, venant de professeurs, d’agents

des collectivités intervenant dans les écoles et de

leurs organisation syndicales, de parents d’élèves, d’élus,

qui témoignent de réelles préoccupations

dont le gouvernement doit tenir compte.

Les zones d’ombres qui subsistent, alors que le ministre ne cesse de mettre la pression pour qu’un maximum

d’écoles raccourcissent les journées de la semaine et adoptent la semaine des quatre jours et demi

dès la prochaine rentrée scolaire, donnent aujourd’hui le sentiment d’une réforme bâclée, pour correspondre

au tempo de l’acte 3 de la décentralisation.

Sans vision claire concernant les missions de l’éducation Nationale et celles des communes, elle risque

d’aggraver les inégalités territoriales, d’avoir comme conséquences l’externalisation et la privatisation rampante

d’une partie des enseignements, voire leur disparition.

Ces logiques sont au cœur de la réforme. Car interpréter l’échec scolaire en termes de « rythmes », c’est faire

des enfants les responsables, auxquels l’école ne pourrait que proposer des objectifs inégaux, plus ou moins

rapides selon leurs acquisitions extrascolaires, alors que l’école peut permettre à chacun d’acquérir ce qui est

nécessaire à la réussite scolaire.

Penser en termes de « rythmes », c’est supprimer du temps de classe dans chaque journée pour transférer

ces missions en direction des collectivités ou du privé, alors que l’on peut créer les conditions pour que l’école

se fasse à l’école.

Si cette modification des rythmes scolaires provoque de telles réactions, c’est qu’elle est jugée, à ce stade,

comme une nouvelle dégradation des conditions de travail des enseignants et des autres personnels.

Les conditions du débat ne sont pas réunies pour une application de cette réforme dès la prochaine rentrée.

Le gouvernement serait bien inspiré de revoir sa copie en commençant par une tour de table réunissant

tous les acteurs concernés.

Publié dans Education nationale, POLITIQUE | 1 Commentaire »

Rythmes scolaires : mobilisation « historique » à Paris

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2013

 

Rythmes scolaires : la mobilisation en pleine refondation

 

Rythmes scolaires : mobilisation Les enseignants de Paris sont appelés aujourd’hui

à la grève contre la réforme 
des rythmes scolaires,

en attendant la mobilisation nationale du SNUipp-FSU,

mercredi.

C’est le premier test social pour le ministre de l’Éducation

nationale, Vincent Peillon.

 

Alors que le projet de loi sur la refondation de l’école sera présenté mercredi en Conseil des ministres,

les syndicats enseignants du primaire appellent demain à une journée de mobilisation à Paris. Avec,

en sujet numéro un de mécontentement, les rythmes scolaires.

Aujourd’hui, à l’initiative du SNUipp-FSU Paris, premier syndicat du primaire, une large intersyndicale

appelle à une grève pour exiger le report de la mise en œuvre de la semaine de 4,5 jours, prévue

à la rentrée 2013 dans la capitale.

« Cette réforme n’améliorera pas la vie des élèves tout en dégradant nos conditions

de travail », souligne Jérôme Lambert, secrétaire départemental du SNUipp-FSU.

Le mouvement s’annonce massif avec « plus de 90 % de grévistes » et « plus de 290 écoles

fermées recensées », sur un total de 662, assure l’intersyndicale, qui réunit également le Snudi-FO,

le SE-Unsa, SUD éducation, la CNT-STE et la CGT Éduc’action. Le cortège partira à 14 heures

du métro Temple, près de République, et se rendra à l’Hôtel de Ville.

Les grévistes réclament un report de la mise en œuvre de la réforme et l’organisation, avec la Ville

de Paris, d’états généraux de l’école.

Une revendication appuyée par le groupe PCF-PG au Conseil de Paris. Il a appelé hier le maire,

Bertrand Delanoë, à renvoyer à 2014 l’application de la réforme des rythmes scolaires

dans la capitale. « Cette modification suscite un mécontentement général, explique Ian Brossat,

le président du groupe. Elle dégrade sensiblement les conditions de travail des enseignants.

Elle ne répond en rien aux attentes des parents d’élèves. Surtout, rien n’indique qu’elle permettra

de lutter contre les inégalités scolaires qui existent à Paris comme ailleurs. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :

SNUipp : Rythmes scolaires – Il faut consulter les conseils d’écoles !

fsu 23 jv : La refondation de l’École sans les enseignants, c’est NON !

Publié dans Education nationale | Pas de Commentaire »

« Pour une école innovante et ambitieuse ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 janvier 2013

 

Lettre ouverte du MJCF et du PCF au Ministre de l’éducation nationale :

Pour une école innovante et ambitieuse ! 

 

Le Mouvement Jeunes Communistes de France

et le Parti Communiste Français ont tenu à

interpeller le ministre de l’Éducation Nationale,

Vincent Peillon, au moyen d’une lettre ouverte

sur la loi d’orientation et de programmation pour

la refondation de l’école de la République

qu’il présentera mercredi en conseil des ministres.

Nous avons voulu lui faire part de nos inquiétudes

quant aux premiers éléments dont nous disposons.

 

Un projet se fondant sur l’égalité des chances, ne peut que nourrir les inégalités qui préexistent à l’école.

Ce n’est pas de « chances » de réussir, mais de droit à réussir dont les élèves ont besoin !

Quant au devenir du lycée, son absence du projet de loi, ne nous rassure pas plus. Déconnecter les collèges

et lycées, ne fera qu’accroître la gare de triage qui existe déjà partiellement à la fin collège. Surtout qu’en

matière d’orientation, la volonté marquée du ministre de rapprocher école et entreprise, développera d’autant

plus les inégalités entre établissements et donc entre les élèves eux-mêmes.

Nous ne pouvons pas envisager que le gouvernement actuel, qui cible l’orientation subie comme une des raisons

de la mise en échec de certains, propose malgré cela que nos formations soient soumises au patronat.

Nous devons réaffirmer le rôle essentiel mais trop malmené des conseillers d’orientation-psychologues. Renvoyer

l’orientation aux régions, c’est casser le cadre national de l’éducation. C’est ne pas entendre nombre

d’économistes qui affirment qu’une adéquation entre formation initiale (3 à 5 ans) et les besoins des entreprises

(forcément à court terme) est un mythe.

Ce n’est pas considérer non plus que le parcours d’un jeune se construit dans la mobilité et non sur un territoire

unique. C’est oublier que 59% des jeunes ne travaillent pas dans les secteurs professionnels pour lesquels

ils ont été formés.

Chaque élève doit pouvoir choisir son parcours de formation, pour pouvoir choisir

son parcours professionnel.

L’école n’est pas une marchandise,

Notre orientation ne doit pas être une variable d’ajustement aux intérêts du patronat !

[Lire la suite sur jeunes-communistes.org]

Publié dans Education nationale, Jeunes Communistes, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Dans la tête des enseignants

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 octobre 2012

 

Sondage Ugict-CGT/Opinionway

Dans la tête des enseignants

 

http://www.dailymotion.com/video/xtwz6z

sur dailymotion

Par

La CGT des ingénieurs, cadres, techniciens a rendu public ce 26 septembre une enquête

sur l’état d’esprit des enseignants en cette rentrée.

Les enseignants sont motivés. C’est ce que révèle ce sondage, dont les résultats cassent

les idées reçues. Le sacrifice budgétaire de l’école, associé à la suppression de la formation

et à la réforme du recrutement n’ont pas ébranlé le désir des enseignants et leur ambition

d’éducation, même s’ils sont confrontés à une forte dégradation des conditions d’exercice

du métier et de son sens. Souvent proches des cadres dans leurs critiques et leurs aspirations,

ils expriment haut et fort leur volonté de travail bien fait.

[Lire l’enquête sur cgt.fr]


Publié dans CGT, Education nationale, France | Pas de Commentaire »

Campagne du PCF pour une École de l’égalité (pétition)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 septembre 2012

 

 

Campagne du PCF pour une École de l'égalité (pétition) dans Education nationale thomas_0

Nos enfants ne peuvent pas attendre :

un collectif budgétaire est nécessaire

 

Nos enfants ne peuvent pas attendre :

un collectif budgétaire est nécessaire pour que la rentrée

scolaire se fasse dans de bonnes conditions.

Avec la défaite de Nicolas Sarkozy, l’étau qui enserrait l’enseignement

public vient de se desserrer un peu. Mais changer un homme ne suffit

pas, il faut changer de politique. L’école a besoin d’une loi d’orientation,

élaborée avec tous les acteurs de l’éducation. Mais sans attendre,

il faut préparer les conditions d’une rentrée scolaire qui soit meilleure

que les précédentes. Les personnels l’exigent, les enfants en ont besoin.

Et pour cela, il faut des moyens tout de suite !

C’est pourquoi nous demandons la mise en place

d’un collectif budgétaire : il faut attribuer des moyens nouveaux

à l’éducation sans attendre, pour assurer la rentrée prochaine dans de bonnes conditions.

Priorité au combat contre l’échec !

Il faut recréer les 2500 postes des RASED supprimés cette année en proposant aux enseignants mutés sur des postes

ordinaires de réintégrer leur poste dans les équipes RASED et en recrutant les jeunes qui attendent sur liste complémentaire.

Il faut relancer dès maintenant la formation des enseignants et des personnels. Pour commencer, il faut rétablir l’année le stage

à mi-temps pour les lauréats du concours 2012, ce qui implique de créer environ 6 500 postes sous statut de la fonction publique

d’État. Une politique de formation, avec un cadrage national et une coopération entre les universités et l’éducation nationale est

nécessaire pour organiser et encadrer ce stage dans de bonnes conditions.

Enfin, iI faut mettre en place dès la rentrée prochaine le pré-recrutement des futurs enseignants, pour reconstruire un vivier

et démocratiser l’accès au métier.

Il faut rétablir pour la rentrée les postes supprimés dans la dernière vague, sous statut de la fonction publique d’État, en recrutant

sur liste complémentaire. Le rattrapage des suppressions des années précédentes devra se faire au cours des rentrées prochaines.

Priorité aux REP, aux zones rurales, et aux lycées professionnels, qui ont été les plus touchés.

L’école doit être gratuite !

Interdisons toute forme de demande de contribution financière des familles au frais de scolarité (sorties, etc.).

La France doit se donner les moyens d’une politique de progrès pour l’éducation. Nous n’accepterons pas que ces moyens soient

prélevés sur un budget de l’État constant, donc au détriment des autres services publics (santé, justice, police de  proximité,

recherche, écologie, etc.). Ce serait injuste et inefficace : si l’ensemble de la vie sociale est fragilisée, l’école en souffrira

nécessairement.

Il faut donc créer des ressources nouvelles, en réformant la fiscalité. Il faut rompre avec les politiques d’austérité imposées

par les marchés financiers et l’Union européenne. Les dépenses publiques doivent sortir des mains des marchés financiers.

Au prochain sommet européen, la France doit réclamer la création d’un fonds européen solidaire, social et écologique à gestion

démocratique et abondé directement par la Banque centrale européenne, institution publique, pour financer les services publics

de façon solidaire, partout en Europe.

            je signe la pétition

 

Publié dans Education nationale, PCF, PETITION, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Une école gratuite qui coûte très cher !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 août 2012

 

École

Où donc est passée la gratuité scolaire ?

 

Une école gratuite qui coûte très cher ! dans Education nationale rentree_0-300x150Alors que l’école gratuite est inscrite dans la constitution,

les dépenses imposées aux familles grèvent de plus en plus

leur budget. Cantine, fournitures, livres, clés USB, sorties…

Face aux exigences grandissantes du système éducatif,

le porte-monnaie des familles est de plus en plus sollicité.

Le principe de gratuité, inscrit dans la Constitution,

reste un combat à mener.

Cette année encore, le coût de la rentrée scolaire fait les gros titres des médias. La semaine dernière, l’association Famille

de France a fait part d’une progression de 2,9 % en 2012 par rapport à l’année dernière. Tandis que le ministère de l’Éducation

nationale concluait, de son côté, à une « hausse modérée » de 1,9 %. Ce matin, ce sera au tour de la Confédération

syndicale des familles (CSF) de livrer son analyse (lire notre entretien ci-contre). Un verdict que l’on n’imagine guère plus

optimiste.

Cette avalanche de chiffres, banalisés dans les JT où se bousculent les images de fournitures scolaires, ferait presque oublier

un principe tout bête : l’école n’est pas que laïque et obligatoire, mais aussi gratuite…

«  Aujourd’hui, cette école gratuite coûte très cher !»

L’obligation, établie depuis 1881, est inscrite au cœur de la République. On la retrouve dans le Code de l’éducation (articles

L. 132-1 et L. 132-2), dans l’article 26 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, dans l’article 28 de la Convention

internationale sur les droits des enfants et dans le préambule de la Constitution française du 27 octobre 1946 ! Seulement

voilà, du principe à la réalité, le fossé ne cesse de se creuser. « On peut même dire aujourd’hui que cette école gratuite coûte

très cher ! » ironise Jean-Jacques Hazan, le président de la FCPE.

Il y a les fameuses listes de fournitures de rentrée, parfois pléthoriques, qui débarquent de plus en plus tôt dans la scolarité

de l’enfant. Mais pas seulement. L’école ne s’arrête pas fin septembre. « À 5 euros le repas à la cantine, ça me fait 80 euros

à la fin de chaque mois et 800 euros à la fin de l’année, calcule Elsa, une maman croisée à l’entrée d’une grande surface

des Yvelines. Il y a aussi le transport en bus, la coopérative, une ou deux sorties… Franchement, je ne sais pas exactement

mais ça fait beaucoup ! »

Au jeu des dépenses, toutes les filières et niveaux d’études ne se valent pas. Les coûts de scolarité s’accroissent au fur et à

mesure : modérés en primaire, ils s’alourdissent au lycée, où la gratuité des livres n’est plus obligatoire, et culminent dans

les filières professionnelles et technologiques qui nécessitent l’acquisition de matériels spécifiques.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire aussi :

Publié dans Education nationale, France, Pouvoir d'achat, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Participez aux 10 km de la Fête de l’Humanité !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 août 2012

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube.com

Participez aux 10 km de la Fête de l'Humanité ! dans France pixel-vfl3z5WfW

Publiée le  1 août 2012 par

Dimanche 16 Septembre 2012
Parc départemental Georges Valbon
La Courneuve à 9h15 – ESPACE SPORT

Tarif : Course + accès à la Fête les 14, 15 et 16 septembre 2012 = 20€ !

Inscriptions : http://www.topchrono.biz/evenement_1827-10km-de-l-Huma-La-Courneuve

Attention : Clôture des inscriptions en ligne le 09/09/2012 à minuit !

ou sur :

http://www.humarathon.fr

 

Publié dans France, l'Humanité, Sport - EPS | Pas de Commentaire »

Législatives : Les 5 bonnes raisons de voter Front de gauche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 juin 2012

 

 

Législatives : Les 5 bonnes raisons de voter Front de gauche dans Democratie une-leg-img

 

Les premiers pas de François Hollande et du nouveau gouvernement ont ouvert l’espace

pour une réorientation des politiques publiques. Seul un groupe parlementaire solide

du Front de gauche peut garantir les changements attendus. Décryptage.

 

Publié dans Democratie, Education nationale, EUROPE, Front de Gauche, Legislatives 2012, POLITIQUE, RETRAITES | Pas de Commentaire »

Vincent Peillon : “le privé sera concerné par les 60 000 postes que nous comptons déployer dans les cinq années à venir” !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mai 2012

 

Peillon qui roule pour le privé,

c’est des postes en moins pour l’école publique !

 

Vincent Peillon : “le privé sera concerné par les 60 000 postes que nous comptons déployer dans les cinq années à venir” !  dans Education nationale tumblr_m4w41kz8mL1r238uv-300x208Hollande avait une promesse forte, une promesse majeure :

revenir sur les suppressions de poste dans l’éducation nationale.

Pour cela, 60 000 postes devaient être crées. Certes, ce chiffre

est très en dessous des besoins réels, très en dessous des dizaines

de milliers de postes “évaporées” chaque année depuis 2002.

Mais 60 000, c’est toujours bon à prendre pouvait-on entendre.

Cela donne un cap lisait-on. C’est la preuve qu’avec un président

de la république “socialiste”, un ministre de l’éducation “socialiste”,

le service public de l’école serait mieux, bien mieux traité. A gauche pour de vrai! on avait un sérieux doute sur le sérieux

de cette proposition. On ironisait en espérant avoir tort.

Sauf que depuis, le ministre de l’éducation “socialiste”, Vincent Peillon, en a dit un peu plus sur la nature réelle de ces 60 000

créations de postes et prouve que nous avions malheureusement raison de douter. Ils n’iront pas tous au service public

d’éducation ! Mais alors, où donc un gouvernement “socialiste” peut-il bien créer des postes d’enseignants, d’infirmières

scolaires, d’assistantes sociales ? Dans le secteur privé ! Vous ne nous croyez pas ? C’est vrai, c’est difficile à avaler. Alors

voici la preuve de la bouche même de Vincent Peillon :

“le privé sera concerné par les 60 000 postes que nous comptons déployer dans les cinq années à venir”.

Et oui, l’État français, dirigé par un président “socialiste” va venir au secours du secteur privé en ponctionnant une partie des

60 000 postes promis en faveur de l’éducation NATIONALE vers des établissements souvent non laïcs, à but souvent lucratif,

qui emploient des enseignants avec des contrat de droit privé, si souvent en CDD, si souvent en situation de précarité.

En clair, et sans décodeur, Vincent Peillon, ministre de François Hollande, n’entend pas stopper la mise en concurrence entre

le secteur public d’éducation et le secteur privé qui tourne si souvent à l’avantage du privé. Et on sait vraiment de quoi on parle

A gauche pour de vrai! pour siéger au conseil d’administration du collège public de notre commune. Surtout, Vincent Peillon

ministre “socialiste” de François Hollande entend caresser dans le sens du poil tous ces électeurs chrétiens démocrates

à la veille des élections législatives.

Déjà en 2008, lors du congrès socialiste de Reims, nous entendions Vincent Peillon, ministre de François Hollande, prêcher pour

un rapprochement politique avec le Modem de François Bayrou, vous savez, le démocrate chrétien du Béarn. En 2009 il déclarait

même que le Modem était de gauche. Entre temps, 75% des électeurs chrétiens démocrates ont voté Sarkozy le 6 mai 2012 !

Mais Vincent Peillon, le ministre “socialiste” de l’éducation de François Hollande, ne s’est pas contenté d’annoncer la subvention

du secteur privé d’éducation par un gouvernement “socialiste” avec de l’argent public, il a également annoncé le retour des profs

retraités pour renforcer les équipes au sein des établissements.

Si Luc Châtel, ministre de droite de l’éducation de Nicolas Sarkozy avait annoncé dans la même interview vouloir subventionner

le secteur privé d’éducation avec de l’argent public et renforcer les équipes pédagogiques par des professeurs à la retraite,

la vague provoquée aurait été gigantesque, avec raison. Venant d’un ministre de “gauche” sous une présidence de “gauche”,

la vague devrait se transformer en tsunami ! Seulement voilà, après 5 ans de Sarkozy, tout paraît soft. Seulement voilà, pour un

gouvernement qui prétend vouloir défendre le service public d’éducation c’est hard !

Visiblement, le changement, c’est pas encore maintenant !

Sydne93

Source :  A gauche pour de vrai !  31 mai 2012

 

Publié dans Education nationale, France, POLITIQUE | 1 Commentaire »

Rythmes scolaires : communiqué du SNUipp-FSU

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mai 2012

 

Rythmes scolaires : communiqué du SNUipp-FSU dans Education nationale siteon0-2ac1c

Révision des rythmes scolaires :

tout mettre sur la table, vraiment tout !

 

Le premier ministre vient de confirmer que la révision des rythmes scolaires, annoncée pour la rentrée 2013 par le nouveau ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, donnerait lieu à une concertation avec la communauté éducative.

Pour le SNUipp-FSU, un processus de discussion transparent et cadré par un calendrier et des points d’étape est effectivement incontournable pour la qualité et la sérénité du débat et des prises de décisions qui en découleraient.

Les défauts de l’organisation scolaire actuelle ont été unanimement pointés. Chacun les connait : journées trop longues et trop chargées (notamment pour les plus fragiles, aux heures de classes desquels peut s’ajouter du temps d’aide personnalisée), année scolaire resserrée, arythmie des temps de classe et de vacances… Il faut donc revoir le calendrier et le contenu de la journée, de la semaine et de l’année.

Mais, il faut aussi admettre que le chantier est complexe et difficile. Les rythmes de vie des enfants sont loin d’être identiques. Ils varient en fonction des contraintes professionnelles et personnelles des familles, de leurs lieux d’habitation (fréquentation de la restauration scolaire, de l’étude, de la garderie, temps passé dans les transports,…).

Les ressources financières et la volonté politique des collectivités locales constitueront également un point crucial si on ne veut pas que les modifications à venir ne génèrent de nouvelles inégalités dans la prise en charge des enfants. La concertation devra nécessairement aborder les questions d’articulation des temps scolaires, du temps périscolaire et de leurs qualités et pour cela, réunir tous les acteurs concernés (enseignants, familles, collectivités…)

Enfin, faire progresser l’école ne dépend pas uniquement des rythmes scolaires. C’est aussi une question de contenus d’enseignement, de formation des enseignants et d’organisations pédagogiques. Un tel chantier ne pourra aussi se faire sans prendre en considération les conditions d’exercice du métier. Si les enseignants sont prêts à voir se mettre en place des évolutions, ils attendent aussi des améliorations de leurs conditions de travail et notamment la reconnaissance des temps hors la classe consacrés à la réussite des élèves : temps de préparation, lien avec les familles, travail en équipe…

Le SNUipp-FSU demande que tous ces sujets soient au coeur de la concertation à venir.

Paris, le 18 mai 2012

 

Publié dans Education nationale, France, FSU, POLITIQUE, SNUipp, Syndicats | Pas de Commentaire »

1...45678...29
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy