Rentrée 2009 : Le service public de l’Education nationale en danger

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 février 2009

L’argument premier des différentes réformes de Xavier Darcos est la lutte contre l’échec. Mais derrière de belles paroles se cache une réalité bien plus sombre et il apparaît que la lutte contre l’échec scolaire est un nuage de fumée destiné à masquer les objectifs réels de cette réforme : faire des économies.
Au plan national : 13 500 suppressions d’emplois à la rentrée 2009 dont 6 000 en primaire et maternelle alors que dans le même temps il y aura 15 000 élèves en plus !

Dans la région : C’est plus de 226 emplois supprimés dans les écoles dont 193 maîtres des RASED (Réseau d’Aide Spécialisé pour les enfants en difficulté).

A Feignies : Un poste de maître G est supprimé dans le RASED. Le maître G est un enseignant spécialisé qui prend individuellement l’enfant qui a des difficultés à aborder les apprentissages scolaires de par son comportement dans la classe. En favorisant l’intégration scolaire de cet élève, il aide ainsi non seulement cet enfant mais aussi la classe.  On voit donc qu’avec la suppression de 1500 postes des RASED, les élèves en difficultés lourdes, comportementales ou psychologiques (incapacité à trouver sa place en tant qu’élève dans l’école, absence de motivation pour apprendre, incapacité à appréhender une notion par des moyens classiques, comportement dangereux…) vont être abandonnés à leur sort, c’est à dire abandonnés dans leur classe sans aide spécialisée. L’enseignant se retrouvera alors devant la double difficulté de gérer cet élève en souffrance tout en faisant cours au reste de la classe. Une équation sans solution.

École maternelle menacée : Les 2 et 3 ans seraient exclus de l’école pour être accueillis par des assistantes maternelles ou en crèches et jardins d’éveil payants, donc à la charge des familles. Les communes et les associations pourront-elles accueillir l’ensemble de ces enfants ? Dans le Nord, la scolarisation des 2/3 ans est passée de 60 % à 40 %.

En lycée : De nombreuses sections disparaîtront. Les remplacements ne pourront pas être assurés dans certaines disciplines (anglais, mathématiques, lettres…) en raison de la suppression de nombreux postes de titulaires-remplaçants. Dans les classes de seconde générale, l’effectif sera de 28 à 33 élèves…

Des économies pour le public… mais pas pour le privé :

 » Je suis le ministre de toutes les formes d’enseignement, [...] C’est pourquoi, dès cette année, un fonds d’intervention spécifique « Espoir banlieues » sera créé sur le budget de l’Education nationale pour permettre le financement des dépenses de fonctionnement des établissements privés qui accepteraient d’ouvrir des classes dans les banlieues.

Je me fixe un premier objectif pour la rentrée 2008, la création de 50 nouvelles classes de l’enseignement privé dans les banlieues et je couplerai chaque fois que possible ces projets d’ouverture de classe avec les internats d’excellence. »

Sous couvert de réformes, on assiste à un véritable sabordage

du service public d’Education

 

Publié dans Education nationale, Infos Feignies, Politique nationale | Pas de Commentaire »

UNIVERSITE : Rétention de notes et de cours à Lille-I

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 février 2009

lu dans l’Humanité- mardi 3 février 2009

En rétention de notes depuis quelques semaines, les enseignants-chercheurs de l’Université de Lille-I sont passés à un niveau supérieur en se mettant en grève.

Le 27 janvier dernier, les professeurs et chercheurs en lutte de Lille-I ont déposé au recteur d’académie les copies de plus d’une centaine d’enseignants (au total 10 333 copies). En mettant en place une rétention de notes et en ne confiant pas ces copies à l’administration, les chercheurs ont montré leur détermination à ne pas accepter le décret de la ministre de l’Enseignement supérieur. Le décret, entre autres, instaure une carrière où le mérite passe par la recherche. « Les chercheurs seront évalués tous les quatre ans, sur la base de leurs recherches. Mais comment quantifier et qualifier de tels travaux ? Et pousser à la performance, comme critère de mérite et d’avancement, c’est accroître la libre concurrence entre les individus et les universités« , s’inquiète Claire Bornais, professeur agrégée en mathématiques à Lille-I et secrétaire adjointe du syndicat SNESup de Lille-I.

Une assemblée générale des enseignants-chercheurs de sciences humaines et sociales a voté la rétention des notes illimitée jusqu’au retrait du projet de décret.

« Le problème, ce n’est pas seulement le décret sur notre statut, mais tout ce que le gouvernement fait subir à l’enseignement supérieur« (Claire Bornais)

Publié dans Education nationale, Politique nationale, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

UNIVERSITE : La Coordination nationale appelle à une grève « illimitée »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 février 2009

lu dans l’Humanité du 03/02/2009

Face au « mépris » et à « l’arrogance » du gouvernement, la Coordination nationale des universités (soit 80 % des universités françaises) a appelé, hier, à une grève « totale, reconductible et illimitée. Ce mot d’ordre témoigne du profond rejet des réformes engagées par la ministre de la Recherche et de l’Enseignement supérieur, Valérie Pécresse.

Réunis en milieu d’après-midi dans l’amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne (Paris IV), les délégués de la cinquantaine d’universités représentées ont rapidement tué le suspense. « Pécresse, Sarkozy, Darcos, démission ! » ont scandé les enseignants-chercheurs en guise d’introduction à leurs débats.  »

MANIFESTATION NATIONALE LE 10 FÉVRIER

La Coordination nationale des universités a annoncé hier une manifestation nationale pour le 10 février, à Paris, appelant les organisations syndicales et intersyndicales « à faire le lien » avec les enseignants du primaire et du secondaire. Par ailleurs, le 13 février, sera organisée, devant chaque rectorat, une « cérémonie nationale » de « non-remise » des maquettes des masters enseignants, ces programmes de formation que les universités sont censées mettre en place en remplacement des IUFM. D’ici là, la Coordination nationale continue d’appeler les enseignants-chercheurs à lancer ou poursuivre la grève administrative (rétention de notes, non-tenue des conseils…). De son côté, le président de l’UNEF, Jean-Baptiste Prévost, a affirmé hier que les étudiants étaient « prêts à rejoindre le mouvement des professeurs ».

 

Publié dans Education nationale, Luttes, Politique nationale, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Enseignement : « Obéissez sinon sanction ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2009

Gêné par le mouvement de contestation des enseignants, le ministère et son administration utilisent la menace.

Dans l’Académie de Lille, le SNUipp signale que des instituteurs lui ont fait part de pressions de la part de quelques IEN  (Inspecteur de l’Education Nationale). Ceux-ci se sont adressés aux collègues, aux directeurs, aux enseignants de CM2 et aux équipes d’écoles. Un seul mot d’ordre : obéissez sinon sanction !

Dans la Manche, suite à la manifestation du 12/01/2009 à SAINT LO, le syndicaliste FSU et militant RESF Pascal Besuelle a été mis en garde à vue le 19 janvier à 10h et libéré à 17h30.

Son témoignage:

« Convoqué à 10 heures au commissariat de Cherbourg, ma mise en garde à vue m’a immédiatement été signifiée. L’officier qui m’a reçu m’indique alors que je suis suspecté d’avoir commis des « violences contre un agent de la force publique » dans le cadre de la manifestation du 12 janvier à Saint Lô. C’est évidemment cette mise en garde à vue qui m’a conduit à contacter un avocat cherbourgeois et non l’inverse comme affirmé par la directrice de cabinet du préfet lors de la rencontre avec l’intersyndicale organisée cet après midi.Ce même officier justifie la garde à vue par le fait que j’aurais pu refuser en l’absence de celle-ci de me rendre à Saint Lô où les auditions devaient avoir lieu.

Je suis emmené ensuite au commissariat de  cette ville et je fais la connaissance pour la première fois de ma vie des « geôles » de cet établissement. Le rituel déstabilisant ne m’est pas épargné : lacets de chaussure, montre, objets personnels confisqués, cellule sans fenêtre, matelas et couverture repoussants.

Trois auditions espacées d’une heure (pour bien réfléchir sans doute) ont lieu durant l’après midi, avec deux officiers différents, reprenant selon une technique éprouvée les déclarations de l’entretien précédent et construisant  un crescendo rôdé dans la délivrance des éléments à charge (photos très vagues et plainte …. de policier).

Tout au long de ces audiences, je n’ai cessé  d’affirmer que je n’avais à aucun moment de la manifestation exercé une quelconque violence que ce soit à l’égard des forces de l’ordre. J’ai souligné d’autre part le rôle modérateur du service d’ordre intersyndical dont je faisais partie à la demande de mon syndicat avec lequel je suis resté jusqu’à la dispersion complète de la manifestation.Le dossier préliminaire va maintenant être transmis au Procureur de la République de Coutances qui décidera ou non des poursuites . Il va sans dire que je remercie du fond du coeur toutes celles et tous ceux qui à Cherbourg, Saint Lô et ailleurs dans la région se sont très rapidement mobilisés pour exprimer leur solidarité. »

Hier, Alain Refalo, premier instituteur à revendiquer la « désobéissance pédagogique », s’est vu signifier un retrait de salaire de deux jours par semaine à compter du 5 janvier.

Publié dans Education nationale, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Désobéissance pédagogique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2009

« Dans l’idée de résistance, il y a, au départ, une obligation de désobéissance à ce qui paraît insupportable. » Lucie Aubrac

La mobilisation des enseignants de l’école primaire prend de l’ampleur. A Paris, 600 professeurs des écoles refusent d’organiser les deux heures hebdomadaires d’aide personnalisée, a annoncé hier une intersyndicale. 280 de ces instituteurs ont rédigé les lettres individuelles de désobéissance et les ont présentées à l’Inspecteur d’académie. En Seine-Saint-Denis, ce sont « plus de 2500 collègues sur les 10 000 instituteurs du département » qui refusent la même chose, précise SUD éducation. Ces refus sont justifiés par le caractère « inadapté » de l’aide personnalisée et parce qu’elle « cache des suppressions de postes, notamment ceux des enseignants spécialisés » dans la lutte contre l’échec scolaire (les RASED), explique le SNUipp-FSU. (d’après L’Humanité du 22 janvier 2009)

Dans Le Monde de jeudi, l’historien de l’éducation Claude Lelièvre estime que :

« Dans le primaire, qui se mobilise toujours davantage que le secondaire, un point de non-retour a été franchi. Le ministre de l’éducation nationale a multiplié les erreurs, en remettant, avec des mots malheureux, la question de la maternelle sur la place publique, mais aussi en touchant le point sensible de l’identité professionnelle des instituteurs.

Contrairement à celle de leurs confrères du secondaire, cette identité n’est pas fondée sur une discipline, mais au fait, toutes disciplines confondues, de savoir enseigner. Et, après l’activisme de Gilles de Robien (ministre de l’éducation de Dominique de Villepin entre juin 2005 et mai 2007) sur les méthodes de lecture, les maîtres ont perçu les nouveaux programmes élaborés par Xavier Darcos comme une remise en question de leur professionnalisme.

La troisième erreur est également liée à cette question d’identité : dire que tous les maîtres peuvent effectuer le travail de soutien des professeurs de Rased (réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté) revient à dire qu’un enseignant généraliste peut faire n’importe quoi, et qu’il est donc n’importe qui. »

Selon lui, le mouvement de contestation révèle « une grande exaspération chez les enseignants. »  « Lorsque Xavier Darcos a voulu supprimer 3 000 postes de Rased, les pétitions lancées ici ou là ont très vite recueilli plus de 200 000 signatures ! C’est très significatif. Les instituteurs qui signent des lettres individuelles pour affirmer qu’ils n’appliqueront ni les programmes ni l’aide individualisée sont plus de mille aujourd’hui… Et ce ne sont pas automatiquement des gauchistes ! »

 

Publié dans Education nationale, SOCIETE | Pas de Commentaire »

ENSEIGNEMENT

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 janvier 2009

COMMUNIQUE DE PRESSE UNSEN CGT Educ’Action – Mel : unsen@ferc.cgt.fr – Site : www.unsen.cgt.fr
Montreuil,le 19 janvier 2009

Réorganisation du Bac :

précipitation, généralisation sans évaluation vaut suspension de la mesure !

La Cgt éduc’ation dénonce une généralisation de ce que X. Darcos nomme la « reconquête du mois de juin ».Il communique comme si les personnels du service public d’éducation ne travaillaient pas auparavant, et ce pour les personnels de lycée, jusqu’au 11 ou 12 juillet, dates des épreuves d’oral de contrôle de l’examen. Cela représente une nouvelle provocation dans le contexte de la reprise annoncée par le président de la réforme du lycée.

Cette décision non concertée, arrivée tardivement par rapport à la fixation du calendrier de l’examen témoigne encore une fois de l’irresponsabilité de l’institution et du ministre.

Effet de manche, tactique de communication pour détourner l’attention et aucune volonté d’envisager les dysfonctionnements constatés lors des expérimentations en 2008 dans les académies et départements test, la CGT tient pourtant à disposition du ministre un bilan catastrophique.

C’est la même stratégie employée lors de la mise en œuvre des évaluations en primaire, alors que certaines questions porteront en janvier sur des parties du programme abordées plus tard dans l’année scolaire.

En effet, le ministre semble ignorer totalement le métier des enseignants.Or,ces derniers mettent en place, dès la rentrée de septembre des progressions annuelles, du travail collectif, des tenues d’examens blancs liées à des périodes définies par un calendrier scolaire, un découpage trimestriel, des projections de dates d examen. La CGT éduc’action s’interroge sur le « mobile » de cette nouvelle mesure : une partie de la réponse se trouve dans l’extrait de la déclaration du ministre ci-joint : « utilisation plus efficace de l’argent public. “Chaque semaine de cours au lycée coûte 250 millions d’euros aux contribuables.”

C’est donc cela, encore une mesure comptable, couplée à une volonté de faire travailler plus sans gagner beaucoup plus (5 euros la copie soit environ 15 euros l’heure !) les enseignants corrigeront désormais les copies tout en assurant leurs cours… Il s’agit donc encore comme dans le 1er degré de casser les repères collectifs du temps de travail, de la définition des missions et des rémunérations.

C’est pourquoi la CGT éduc’action demande au ministre de surseoir à sa décision en 2009 et de mettre en place une réunion (déjà demandée en juin 2008) permettant d’évaluer avec les représentants du personnels les expérimentations réalisés sur ce sujet.

Elle appelle les personnels à se mobiliser sur cette revendication aussi le jeudi 29 janvier grande journée de lutte inter professionnelle et unitaire.

Publié dans Education nationale, Politique nationale, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

17 janvier 2009 : Le monde éducatif dans la rue

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 janvier 2009

Education

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans toute la France pour protester contre les suppressions de postes, dénonçant « une baisse constante du budget pour l’Education et les universités« .

« L’école n’est pas une charge à réduire, c’est un investissement pour l’avenir« , pouvait-on lire sur une large banderole de la fédération de parents d’élèves FCPE d’Ile-de-France, alors que les parents étaient nombreux dans le cortège qui a défilé à Paris de République à Richelieu-Drouot.

« En temps de crise, ce serait plus logique de surinvestir dans l’éducation que de désinvestir », a déclaré le président de la FCPE, Jean-Jacques Hazan.

« C’est ce que font les principaux pays de l’OCDE, en particulier les pays du nord de l’Europe, et c’est ce que (le président élu américain) Barack Obama a proposé« , a-t-il fait valoir.

« Le principal motif de mobilisation est la question des suppressions de postes (13.500 prévues en 2009). Même si le gouvernement a un peu bougé, nous voulons un moratoire« , a souligné le secrétaire général de la FSU, Gérard Aschieri.

« C’est un journée intermédiaire avant celle du 29 janvier« , qui sera une journée d’actions interprofessionnelle, « mais cela montre que la mobilisation est toujours là« , a-t-il ajouté.

Prochain rendez-vous le 29 janvier…

Actus humanite.fr 17.01.2009

Publié dans Education nationale, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Ecole, une seule exigence : la réussite pour tous

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 janvier 2009

arton33769825011.jpg

Les fortes mobilisations pour s’opposer à la réforme des lycées et à la réduction drastique des postes ont contraint dans un premier temps le Ministre Darcos à un recul tactique, mais rien n’est définitivement joué. Sarkozy persiste , il a récemment déclaré que la réforme aurait bien lieu.

 

Soyons clairs, les jeunes, parents et personnels de l’éducation nationale qui manifestent depuis des années ne réclament pas un statu-quo. Oui, le système doit être transformé, afin de lutter efficacement contre l’inégalité et l’échec scolaire, mais est-ce de cela dont il s’agit aujourd’hui ?

 

Sarkozy-Darcos sont engagés dans une refondation néo-libérale de l’école au service du capitalisme mondialisé. Ainsi, s’explique l’empilement de réformes décidées ces dernières années :

  • suppression de la carte scolaire, réforme des programmes,
  • suppression des RASED, réduction d’un an de la préparation au baccalauréat professionnel,
  • suppression des IUFM,
  • mise en extension progressive de l’école maternelle,
  • réforme des lycées

…et à chaque fois, ces réformes s’accompagnent de dizaines de milliers de suppressions d’emplois de toutes catégories de personnels, notamment enseignants. Elles s’inscrivent dans un projet cohérent qui en réalité vise la mise à mort du service public de l’éducation nationale pour laisser place à un système qui renforcera le tri social par la mise en concurrence de tous.

Une culture commune de haut niveau pour tous

Pour répondre aux défis sociaux, économiques et culturels de notre époque il faut réaliser l’égalité des droits et la réussite de tous. Cela suppose d’apporter de profondes réformes au lycée comme à l’ensemble du système éducatif afin de permettre aux jeunes d’acquérir une véritable culture scolaire commune de haut niveau, à l’inverse du socle minimal commun préconisé ces dernières années. Nous pensons que l’avenir de l’école est lié à l’avenir de la société : la formation des jeunes, doit s’inscrire dans une démarche d’émancipation intellectuelle et d’ouverture sur le monde quelles que soient les filières de formation et le niveau atteint. Cela implique de renoncer aux réformes en cours dans l’éducation nationale, comme dans tous les domaines, rien de bon ne pourra se faire sans tenir compte de l’avis des premiers intéressés, les professionnels de l’éducation, les parents et les élèves eux mêmes.

Il faut investir dans l’école !

Cela suppose que ces transformations soient accompagnées par des moyens sans précédent. Le budget de l’éducation nationale doit être augmenté sensiblement, (la proportion de la richesse nationale que la France consacre à son école aujourd’hui est la même qu’il y a 50 ans !). La France a les moyens de s’offrir un système éducatif de qualité pour tous. L’année dernière les profits des seules entreprises du CAC 40 représentaient le double du budget de l’éducation nationale !

 

Alors que la crise économique sert de justificatif pour accélérer les coupes sombres dans les services publics, le PCF propose au contraire un grand plan anti-crise qui permette d’investir massivement dans les services publics, et notamment dans la recherche et l’éducation. Répondre aux besoins tout en relançant l’économie, c’est possible et nécessaire !

Un Front progressiste et citoyen

Pour aller dans ce sens, les communistes poursuivront le débat et soutiendront les actions engagées par les parents, enseignants, lycéens et étudiants de jour en jour de plus en plus nombreux à s’insurger contre la politique Darcos- Sarkozy.

 

C’est le sens de l’initiative que prend le PCF d’ouvrir avec toutes celles et tous ceux qui le souhaitent, des espaces communs pour construire ensemble une véritable alternative de gauche.

Tous dans la rue samedi 17 janvier

Lille 14h30 porte de Paris

Publié dans Education nationale, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Feignies ensemble / Feignies pour tous octobre 2008 / N° 8

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 janvier 2009

Feignies ensemble                                                                              PCF

        Feignies pour tous                                                             octobre 2008 – N°8

 

 

« La société doit être faite pour l’Ecole et non l’Ecole pour la société. »

Gaston Bachelard

 

Quelle école pour nos enfants ? 

                            Quelle société pour cette école ?

 

1. De graves menaces sur le service public de l’Education nationale !

 

-  Emmanuelle Mignon, conseillère de N. Sarkozy : « … je suis pour une privatisation totale de l’Education nationale.« 

 

-  140 000 suppressions d’emplois programmées dans les services publics entre 2002 et 2012.

      . en 2008, suppression de 11 200 postes dans l’Education nationale

      . en 2009, nouvelle suppression de 13 500 postes dont 6000 emplois dans les écoles alors que 15 400 élèves supplémentaires sont attendus en septembre 2009.

 

-  En maternelle, ce sont 40 000 élèves de moins de 3 ans qui sont restés à la porte des écoles en raison de l’insuffisance du nombre de postes. Sans doute est-ce pour cacher ces faits que le ministre Darcos a voulu réduire l’école maternelle à une simple garderie, qui pourrait donc être supprimée.

Quel mépris pour l’école maternelle ! Quel mépris pour ses enseignants compétents qui y développent la curiosité et l’intérêt pour le savoir ! Quel mépris pour les enfants qui y apprennent à vivre en groupe, à écouter, à se concentrer !

C’est dès l’école maternelle que les enseignants peuvent repérer les troubles du langage, de la vue, de l’audition. Ils assurent le « passage » entre la famille et l’école.

 

-  A Feignies :

      . au collège J. Zay, il manquait à la rentrée 2 postes de surveillant (le collège est Zone d’Education Prioritaire !)

      . dans les écoles, suppression du samedi matin, réduction des horaires à 24 h (+ 2 h pour les élèves en difficulté)

→ alourdissement des journées pour ces élèves en difficulté qui peuvent vivre cela comme une punition

→ aucune concertation préalable avec les mairies et les partenaires, « Débrouillez-vous » dit le ministre.

→ suppression des activités culturelles ou de prévention en partenariat avec la mairie ou le Conseil général (théâtre, arts plastiques pour toute une classe pendant l’horaire scolaire, musique, maltraitance…)

→ difficultés accrues pour rencontrer les familles

 

C’est pourquoi les élus communistes ont voté contre la modification des horaires imposée par le ministre Darcos.

Publié dans Education nationale, SERVICES PUBLICS, TRACT | Pas de Commentaire »

Feignies ensemble / Feignies pour tous N° 8 (suite)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 janvier 2009

2.  La société actuelle

 

- Pub, zapping, « maillon faible »…, infantilisation, normalisation, individualisme

 » La publicité court-circuite toute réflexion et exalte le passage à l’acte immédiat. »

 » Maintenant, tout de suite, à n’importe quel prix ! »

« Les professeurs voient leurs élèves arriver en classe avec une télécommande greffée au cerveau… »

« …on se résigne à une idéologie du « maillon faible« « 

Ph. Meirieu

-  L’égalité des chances : une tromperie.

« (..) l’échec scolaire touche particulièrement les enfants des familles à bas revenu. Cette situation est enregistrée dès l’entrée à l’école. Elle tend à s’aggraver au cours de la scolarité. Ainsi, le retard scolaire à l’entrée en 6e est très nettement concentré sur les enfants à bas niveaux de vie ; il en est de même à l’âge de 15 ans, pour le retard scolaire de deux ans et plus. »

Extrait d’un article paru dans Enseignement Catholique Actualités, avril 2004

 Il faudrait parler d’égalité des droits

-  La suppression des secteurs de la carte scolaire : une tromperie.

On fait croire aux parents qu’ils vont pouvoir choisir leur école. Ce sont, en fait, les écoles qui choisiront leurs élèves et elles choisiront les « meilleurs ». Les élèves en difficulté risquent de se retrouver encore plus exclus.

 

3.  Vers une société avec une véritable égalité des droits à l’éducation ?

 

- Une véritable démocratie met en débat ce qu’elle décide d’enseigner à tous ses enfants. Or les nouveaux programmes pour l’école primaire de mars 2008 ont été rédigés à la va-vite et imposés sans concertation.

- Une éducation démocratique :

. essaie vraiment de ne laisser personne au bord du chemin,

. s’efforce d’apporter à chacun ce dont il a besoin, tout en lui permettant de rencontrer les autres.

-  La pratique artistique ne s’apprend pas dans les manuels scolaires ou à travers l’histoire de l’art. Rien ne remplace le contact direct avec des professionnels du théâtre, de la musique, des arts plastiques, dans l’horaire scolaire, en classe complète.

-  Si des parents ont la liberté de choisir l’école privée, d’autres parents doivent avoir la liberté d’envoyer leurs enfants dans une école publique située à proximité de leur domicile et à laquelle on donne les moyens de fonctionner le mieux possible,.

 

Agissons ensemble, soutenons les projets et les actions des enseignants qui oeuvrent pour la réussite de tous les élèves.

 Article rédigé d’après les travaux de Ph. Meirieu, professeur d’université et de P. Frackowiak, ancien instituteur, inspecteur de l’Education nationale dans le Nord.

 

 

     Ces problèmes vous concernent. Venez en débattre avec nous le dernier  vendredi de chaque mois de 

      17h30 à 19h à la salle de réunion derrière  l’église.

 

Publié dans Education nationale, SERVICES PUBLICS, TRACT | Pas de Commentaire »

1...2526272829
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy