L’Edito de l’Humanité : « Un crime contre l’humanité est perpétré sous nos yeux à Gaza. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 juillet 2014

 

« Un crime contre l’humanité est perpétré sous nos yeux à Gaza. »

 

Par Jean-Paul Piérot – 21 juillet 2014

 

l'huma210714

  Un crime contre l’humanité est perpétré

  sous nos yeux à Gaza.

  Des enfants sont massacrés, qui n’auront connu

  dans leur brève existence que la prison à ciel ouvert

  et surpeuplée où ils sont nés, à la portée de chars

  de l’armée israélienne.

  La mystification d’une opération militaire qui ne ferait

  que répliquer à des tirs de roquettes du Hamas

  n’a pas résisté longtemps aux images insoutenables

  qui témoignent de l’extraordinaire disproportion

  des forces. La conscience humaine est révulsée,

  mais le monde laisse faire. Ce peuple subit encore

  une occupation militaire et coloniale. Toute forme

  de résistance est flétrie d’emblée, par l’occupant,

de la marque infamante du terrorisme. Cela justifie tout, de la violation des résolutions de l’ONU

depuis 1967 jusqu’au massacre des enfants de Gaza.

La si mal nommée «communauté internationale» n’a pas l’excuse d’ignorer le moyen

de mettre un terme au conflit : la création d’un État palestinien au côté d’Israël, dans le respect

des frontières de 1967.

Yitzhak Rabin et Yasser Arafat avaient en 1993 tracé le chemin vers un processus de paix. Netanyahou

puise sa force dans l’inertie des grandes puissances, qui se refusent à exercer les pressions

diplomatiques pour faire prévaloir le droit. Mais dans ce jeu de Ponce Pilate, le gouvernement français

s’est singularisé en prétendant interdire aux citoyens d’exprimer leur refus des tueries de Gaza,

comme cela a été possible partout ailleurs. Tenter de discréditer des hommes et des femmes, des jeunes,

des familles venues manifester pour la paix et la justice en Palestine en les accusant d’importer en France

le conflit du Proche-Orient est indigne d’un gouvernement qui se réclame de la gauche, donc aussi

de la solidarité internationale. Mais se saisir de la commémoration de la rafle du Vél’d’Hiv, comme l’a fait

Manuel Valls, pour insinuer que ces manifestants pourraient être gagnés par le poison de l’antisémitisme,

est une honte absolue.

 

Publié dans GAZA - PALESTINE, l'Humanité, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

L’Édito de l’Huma : Ceux qui détruisent la gauche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juin 2014

 

Ceux qui détruisent la gauche

 

Par Patrick Apel-Muller  - humanite.fr - 16 juin 2014

 

pcf2

  Dans un alignement de caserne, la presse contrôlée

  par les grands groupes industriels et financiers a repris

  mot à mot les éléments de langage du pouvoir.

  « Il faut savoir arrêter une grève ».

 

  « La gauche peut mourir », a lancé Manuel Valls.

  Comment ne pas en faire le constat quand, malgré le cri de détresse

  et de colère de l’électorat de gauche, un président de la République

  et son premier ministre s’acharnent à en détruire les valeurs,

  à en brouiller les repères, à la dévitaliser ?

 

Élues la rose au poing, les deux têtes de l’exécutif en ont arraché les pétales pour finir

sur un « pas du tout » destiné aux milieux populaires et sur un « à la folie » susurré au Medef. 

Pendant que l’hôte de Matignon tentait de faire peur aux élus socialistes qui rechignent afin qu’ils taisent

leurs indignations, la droite accourait au secours du gouvernement contre les grévistes ! Xavier Bertrand

appelait à la « fermeté » contre une « grève totalement indécente » et des cheminots 

« jusqu’au-boutistes ». Hervé Mariton, un autre des nombreux prétendants à la présidence de l’UMP,

incitait sa formation à avoir « une attitude responsable », à « essayer de faire en sorte que

le gouvernement s’en sorte » en laissant « passer ce texte » au Parlement. Comment, en effet˜, la droite

pourrait-elle refuser que sa politique soit appliquée ? 

Dans un alignement de caserne, la presse contrôlée par les grands groupes industriels

et financiers a repris mot à mot les éléments de langage du pouvoir. « Il faut savoir arrêter une

grève »¹, titre en éditorial le Monde, décalquant l’injonction présidentielle. À sa suite et avec une imagination

de photocopieuse, les grands médias reprennent les clichés sur « la journée noire » et le « refus de la réforme »…

Mais au contraire, les cheminots ont bien une réforme dans leur manche, audacieuse celle-là, défaisant

la dette qui plombe le système ferroviaire, rétablissant l’unité du service public sans laquelle il devient inefficace !

Mais cela, il faut le cacher aux citoyens, rien n’étant plus dangereux, semble-t-il,  que la souveraineté populaire.

C’est pourtant là, dans le coude à coude des luttes, dans les échanges qui éclosent dans la gauche fière

de l’être, dans la construction d’alternatives au libéralisme que l’espoir germera. Pour que la gauche

et notre peuple aient de beaux jours devant eux.

 

 

¹ Dans leur plagiat, ils oublient, ou font semblant d’oublier, la suite de cette citation.

Voici la déclaration de Maurice Thorez dans son intégralité :

«Si le but est d’obtenir satisfaction pour les revendications de caractère économique,

tout en élevant progressivement le mouvement des masses dans sa conscience et son organisation,

alors il faut savoir terminer une grève dès que satisfaction a été obtenue.

Il faut même savoir consentir au compromis si toutes les revendications n’ont pas encore été

acceptées, mais si l’on a obtenu la victoire sur les plus essentielles et les plus importantes

des revendications.» (11 juin 1936) (source)

Publié dans France, l'Humanité, POLITIQUE, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

Dans la nuit, la flamme de l’espoir

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 juin 2014

 

Par Michel Guilloux – 10 juin 2014

 

huma1006

Des idées frémissent, des convergences se cherchent,

avec le souci brûlant de trouver voie commune face

à l’urgence sociale et démocratique.

Le « conseiller de Marine Le Pen à la culture, à la francophonie

et à la liberté d’expression » (sic) avait mis en garde au matin

du 6 juin : gare à celui ou ceux qui chercheraient à « instrumentaliser »

l’événement contre le FN, vitupérant le « complexe médiatico-politique »

et « la propagande historico-politique distillée par une gauche

libérale-libertaire qui a abandonné le peuple et oublié la nation ».

Ouf, si l’on peut dire, tout y était, sauf le père fondateur.

 

Tombant à pic pour rassurer ceux qui s’inquiéteraient dans son camp d’une telle perte de repères historiques. Déjà que l’on ne peut plus utiliser dans une même phrase les mots complot, judéo, maçonnique et bolchevique. Il paraît que Le Pen père rappelle à Le Pen fille que son parti a des racines d’extrême droite, fascistes et antisémites, racines qu’elle aurait mis tant d’ardeur à ripoliner. À la peinture à l’eau. À moins que, pour certains beaux esprits séduits par l’œil du serpent, l’apparence suffise. Par les temps qui courent…

Hier, le président était à Tulle en mémoire des pendus, martyrs assassinés par la division SS Das Reich avant Oradour sur leur chemin vers la Normandie. On attend avec intérêt les communiqués du parti lepéniste. Quant aux propos du chef de l’État, tenus en marge des cérémonies, ils étaient d’une platitude consternante. Comment saluer le martyre de ceux qui étaient mus par l’idéal d’émancipation humaine porté par le programme du Conseil national de la Résistance, lorsque l’on mène une politique d’austérité qui accélère celle de son prédécesseur lui tournant déjà le dos ?

Si certains, jusque dans son parti (d’origine ?), sont « affligés », ils n’en baissent pas les bras pour autant. Des idées frémissent, des convergences se cherchent, avec le souci brûlant de trouver voie commune face à l’urgence sociale et démocratique. Fou qui fait le délicat lorsqu’il s’agit de rallumer la flamme de l’espoir et du changement, la seule à même de mobiliser le peuple. Cette nuit-ci serait-elle plus obscure que celles-là ?

Publié dans l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

L’Édito de l’Humanité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 mai 2014

 

À deux pas du précipice

 

Par Maud Vergnol - humanite.fr – 28 mai 2014 

 

cnr

  Oser rêver comme nos aînés ont eu le courage de le faire

  il y a soixante et onze ans quasiment jour pour jour,

  ce 27 mai 1943, avec la réunion du premier Conseil national

  de la Résistance. Aujourd’hui, c’est à nous qu’incombe

  cette responsabilité. Place au peuple !

 

Le pas est franchi. La crise de régime est bien là, sous nos yeux. Mesurons bien l’ampleur du désastre.

Dimanche, l’extrême droite est portée en tête d’une élection nationale. Le lendemain, la droite sarkozyste se vautre

dans la fange, et décrédibilise un peu plus la parole politique. Le coup de grâce ?

L’accumulation des scandales financiers, jusqu’à la nausée, illustre combien ces puissants se pensent toujours

au-dessus des lois. Pourquoi s’en priveraient-ils quand rien n’a été fait, depuis le retour de la gauche au pouvoir,

pour mettre un terme à ce système oligarchique, dans lequel tout ce beau monde se tient par la barbichette ?

Comment supporter que l’UMP, qui se proclame « le parti des droits et des devoirs » et qui se remplit les poches

en détournant la loi, ose demander aux plus pauvres de se serrer la ceinture, et en silence s’il vous plaît ?

Que dire du moralisateur en chef, Monsieur Copé, qui s’égosille depuis deux ans contre la suppression des peines

planchers ? Alors oui, le peuple français a la rage. Une colère sourde qui ne doit pas se perdre dans l’obscure impasse

du populisme. Car la gauche est mise face à ses responsabilités. Avec son affligeante intervention télévisée,

François Hollande a pris celle de ne pas bouger le petit doigt. Pire, de s’enferrer dans une politique d’austérité,

dont on connaît désormais les ravages sociaux et politiques. Le Parti socialiste semble croire qu’il peut continuer

à jouer à cache-cache avec le Front national. Or il a déjà perdu. Et le précipice se rapproche.

C’est le moment de se réveiller. L’avenir est entre les mains de ceux qui portent un projet alternatif à l’enfer néolibéral.

Ceux qui n’ont pas peur d’utiliser des gros mots : progrès, émancipation, égalité des droits. Bref, d’oser rêver

comme nos aînés ont eu le courage de le faire il y a soixante et onze ans quasiment jour pour jour, ce 27 mai 1943,

avec la réunion du premier Conseil national de la Résistance. Aujourd’hui, c’est à nous qu’incombe cette responsabilité.

Place au peuple !

Publié dans France, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

L’Édito de l’Humanité : L’onde de choc de l’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 mai 2014

 

L’onde de choc de l’austérité

 

L’Éditorial de Patrick Apel-Muller

 

parlement européen

« Les résultats estimés par les instituts de sondage

confirment la violence de la crise politique

qui secoue le pays. ».

Les résultats estimés à 20 heures par les instituts de sondage

confirment la violence de la crise politique qui secoue le pays.

Les formations représentées au gouvernement recueilleraient

moins de 15 % des voix, le Front national atteindrait le quart

des suffrages, le meilleur score jamais recueilli,

l’UMP plafonnerait autour de 20 %.

 

Le mécontentement devant la politique suivie par Nicolas Sarkozy puis par François Hollande ne profite pas

au Front de gauche, qui maintient ses positions, alors que dans d’autres pays d’Europe,

en Grèce en premier lieu mais aussi aux Pays-Bas et en Irlande, les forces de la Gauche unitaire européenne (GUE)

marquent des points. Quant à l’extrême gauche, elle reflue. Les Verts perdent du terrain mais réuniraient près de 9 %.

L’abstention est légèrement moindre que redoutée mais elle concerne presque six électeurs sur dix,

qui ont l’impression que leur voix ne comptera pas et ne sera pas entendue par l’aréopage autoritaire qui domine

l’Europe. C’est d’ailleurs ce sur quoi parient les milieux dirigeants : une démobilisation des citoyens

qui leur laisse les mains libres ou un égarement dans les impasses de l’extrême droite qui se servira des colères

pour diviser ceux qui les éprouvent et les retourner contre eux.

Les dégâts semés par une politique d’austérité qui renie toute référence aux valeurs

de gauche sont à nouveau mesurés après les municipales. La sanction est sans appel ; elle peut prendre

des formes encore plus inquiétantes demain si, comme il l’a proclamé à la veille du scrutin, Manuel Valls ne change rien

à sa politique, quand bien même, constatait-il hier, vivons-nous « un moment grave ».

La constitution d’une alternative à gauche réunissant les forces du Front de gauche, les socialistes mécontents,

les démocrates, les syndicalistes devient un impératif et une urgence.

Rassembler ceux qui veulent mettre au pas la finance et ouvrir une nouvelle ère de progrès social

et démocratique, puiser des forces dans des luttes coude à coude, rassembler passionnément,

c’est l’immense chantier qu’il ne faut pas différer.

Publié dans Elections europeennes, France, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Les sept atouts capitaux du vote Front de gauche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 mai 2014

 

Les sept atouts capitaux du vote Front de gauche

 

ÉLECTIONS EUROPÉENNES, DIMANCHE 25 MAI,

POUR DIRE « STOP » À L’AUSTÉRITÉ

 

huma2305

 

À rebours de commentateurs pour qui l’élection est déjà jouée

en France, entre abstention record et poussée du Front national,

l’Humanité a choisi sept raisons de voter dimanche et de soutenir

une gauche qui, en Europe, incarne une alternative à l’austérité.

Le frémissement de l’indice de participation des Français aux élections

européennes de dimanche, mesuré par plusieurs instituts de sondage

(entre 3 et 4 points supplémentaires en une semaine), témoigne-t-il

d’un regain d’intérêt pour le scrutin ?

Pourtant, tout aura été mis en œuvre pour en détourner les électeurs.

 

Campagne réduite à quelques semaines après les élections municipales, absence de débat sérieux sur les choix

politiques en présence, et cela au moment où l’Europe souffre d’un discrédit jamais vu (seuls 39 % des Français

estiment qu’elle est une bonne chose, selon Ipsos pour le Monde, le Cevipof et Terra Nova), nombre de médias

réduisant la soi-disant « alternative » proposée à un duel entre l’extrême droite xénophobe et europhobe

et le « bloc central » du Parlement européen actuel, incarnant la poursuite de l’austérité qui asphyxie l’Europe.

Comme s’il ne fallait pas ouvrir le débat sur une autre voie possible pour l’Europe, comme il y a neuf ans

quand le camp du oui au référendum avait tenté de l’étouffer.

 

Publié dans Elections europeennes, France, Front de Gauche, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Onze voix européennes réclament un changement de cap et la fin des politiques d’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mai 2014

 

Dans l’Humanité :

des militants de toute l’Europe appellent à un changement de cap

 

Propos recueillis par Bruno Odent – 21 Mai 2014

huma2205

Militants associatifs, syndicaux, politiques ou intellectuels

de différents pays de l’Union Européenne,

ils réclament un changement de cap et la fin des politiques

d’austérité.

Retrouvez dans l’Humanité les paroles de Stavros Konstantakopoulos,

syndicaliste et universitaire grec, d’Aurélie Trouvé membre du conseil

scientifique d’Attac, d’Aurélie Decoens tête de liste du PTB-GO

aux européennes, d’Anne Sabourin, responsable du Parti de la gauche

européenne, Deatricia Tejas, syndicaliste des finances,

d’Alain Guiraudie, cinéaste, d’Axel Gerntke, dirigeant  national

du syndicat allemand de la métallurgie IG Metall, de Claudio Ardizio, coordinateur national des comités

des préretraités sans revenu en Italie, d’Ernestine Ronai, militante pour les droits des femmes, de Tiago Gillot,

de l’association portugaise des Précaires  infleixibles, et de Michael Youlton, ancien coordinateur du mouvement

irlandais contre la constitution européenne.

 

Et sur l’Humanite.fr :

« Les politiques austéritaires emmènent l’Europe dans le mur, Allemagne comprise »

Par Norbert Arndt, dirigeant du syndicat allemand des services, Ver.di à Herne dans la Ruhr

« Pour que l’Europe sociale devienne enfin une réalité, il faut commencer par se libérer des serres de la troïka.

Les politiques austéritaires dictées par les marchés financiers, emmène en effet l’UE toute entière dans le mur,

Allemagne comprise. On avance aujourd’hui que les chiffres du chômage seraient moins élevés chez nous

qu’ailleurs. Mais il faut savoir qu’il y a ici, un nombre considérable de salariés-pauvres et de seniors misérables

qui vivent des situations de précarité insupportables. Je le constate tous les jours autour de moi :

les Minijobs à 400 euros, les contrats intérimaires divers et variés continuent de faire flores.

Les travailleurs allemands qui subissent ce système depuis l’introduction des réformes Hartz au milieu

de la dernière décennie, savent combien il ne profite qu’à une minorité et aux logiques financières

ou expansionnistes de grandes entreprises. C’est cette logique là qui nourrit les difficultés de l’Europe.

Pourtant le besoin de coopérations, de solidarités, de rapprochements n’a sans doute jamais été aussi fort

qu’aujourd’hui. Je me souhaite une Europe qui rende enfin la parole à tous ses citoyens. Cela passe par des pouvoirs

accrus pour le parlement européen. Mais la condition essentielle pour faire grandir l’alternative dont les peuples

européens ont besoin c’est de forger de nouveaux rapports de force. Et pas en misant sur le champ politique de façon

isolée. Je suis persuadé que les convergences sont suffisamment fortes en Europe pour qu’on y travaille

dès maintenant au plan syndical comme avec le mouvement social.»

 

Publié dans Elections europeennes, EUROPE, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

L’Édito de l’Humanité : Petite analyse psycho-tactique…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 mai 2014

 

Petite analyse psycho-tactique…

 

L’éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin – 19 mai 2014

Nous entrons en effet dans une semaine décisive pour l’avenir de l’Europe,

donc de la France, avec le scrutin des élections européennes dimanche 25 mai.

 

valls-ue

  Les « gestes » tardifs laissent toujours une impression d’opportunisme,

  surtout à quelques jours d’une élection. Ainsi procéderions-nous

  intellectuellement s’il fallait établir une analyse psycho-tactique de la décision

  de baisser certains impôts sur le revenu, annoncée par Manuel Valls.

  Accordons-nous sur le fait qu’il convient plutôt de se féliciter

  de cette mesure de rattrapage, qui ne fera que réparer une injustice

puisque des centaines de milliers de foyers très modestes avaient été mis fiscalement à contribution.

Mais ne négligeons pas l’essentiel.

Ce « geste » n’ouvre en rien le chemin du combat social. Car cette petite baisse pèsera peu,

comparée aux augmentations de la TVA et au blocage des retraites et des prestations sociales

qui liquéfieront bientôt la consommation. Ne nous étonnons donc pas des commentaires enthousiastes

des éditocrates du business qui ignorent les nécessités vitales du peuple et oublient un peu vite

qu’une société humaine comme la nôtre reste un amoncellement de mémoire et de poches à rancune.

Et là, ce sera le cas. Des hausses d’impôts bien plus considérables sont encore à venir. Ils le cachent.

Et pour cause…

 

Captureeurope2

Nous entrons en effet dans une semaine décisive

pour l’avenir de l’Europe, donc de la France,

avec le scrutin du 25 mai. Prenons bien la mesure.

Non seulement, nous traversons plusieurs crises majeures

– crise de civilisation, crise de l’économie globalisée, crise

morale, etc. –, mais tout est mis en œuvre pour

nous détourner d’une réelle contestation de la domination de la finance. Peu ou pas de débats,

aucune controverse véritable sur les enjeux sociaux. Comme si les élections européennes n’existaient pas,

ou à la marge, réduites à un passage obligé.

Les libéraux de tout poil espèrent secrètement, sans oser le dire, un fort niveau d’abstention des milieux

populaires afin d’échapper à la sanction qu’ils méritent. Eux le savent : plus nombreux seront

les députés de la Gauche européenne, avec Alexis Tsipras, plus l’austérité reculera.

Publié dans Elections europeennes, EUROPE, France, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Les dangers du Traité transatlantique (l’Humanité)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 mai 2014

 

L’Humanité révèle les dangers du Traité transatlantique

 

Un numéro exceptionnel de l’Humanité ce mercredi 14 mai

 

huma1405

 

En ce moment même, alors que les aspirants députés européens

battent campagne, se négocie un partenariat transatlantique

sur le commerce et l’investissement (TTIP), plus connu

sous le vocable de grand marché transatlantique. Il peut encore

être stoppé.

L’Humanité dévoile ce qui se trame contre les peuples

et l’économie des pays.

Un cahier exceptionnel de huit pages à lire dans l’Humanité

de ce mercredi 14 mai.

 

Si l’on n’y prend garde, la main invisible du marché qui a fait tant de dégâts dans l’Union européenne (UE)

pourrait exécuter ses basses œuvres à une échelle bien plus grande encore.

En ce moment même, alors que les aspirants députés européens battent campagne, se négocie un partenariat

transatlantique sur le commerce et l’investissement (TTIP), plus connu sous le vocable de grand marché transatlantique.

Il peut encore être stoppé.

Les parlementaires issus du scrutin du 25 mai auront à valider ou à repousser ce projet, une fois les négociations

conclues. Les 28 États auront aussi à se prononcer. S’il entrait en vigueur, le TTIP aurait des effets néfastes

sur l’économie, mais aussi sur les droits des travailleurs européens et états-uniens, ballottés au gré du vent

de la concurrence libre et non faussée.

Côté européen, les promoteurs du projet ne cherchent rien d’autre qu’à tester, à plus grande échelle,

ce qui a déjà échoué.

Les négociations se tiennent à huis clos entre les équipes du commissaire Karel De Gucht pour l’UE et

du représentant au Commerce Michael Froman, pour les États-Unis. La prochaine réunion se tiendra le 19 mai,

à six jours des élections européennes, sans que les citoyens ne soient informés de l’état d’avancement des pourparlers.

L’objectif de la Commission est de fonder la plus grande zone de libre-échange au monde, qui pèserait 30 %

du commerce mondial. Celle-ci aurait deux avantages : donner un coup de pouce de 0,5 % du PIB à l’économie

européenne d’ici à 2027 et faire baisser les prix. C’est ce que défend une étude officielle, publiée par la Commission

en septembre. D’autres évaluations sont moins laudatrices, telle celle de la Fondation autrichienne pour la recherche

et le développement, qui estime que ces gains sont limités et pèseront sur les comptes publics : la diminution

des droits de douane entraînerait une perte de 20 milliards d’euros pour le budget européen au cours

des dix prochaines années, et les États devront trouver 1,4 milliard d’euros par an pour faire face

aux dépenses de chômage. En effet, entre 430 000 et 1,1 million de personnes devraient changer d’emploi

du fait des restructurations nécessaires.

Mais le pire n’est pas là.

Lire notre cahier spécial de huit pages de décryptage du projet de traité transatlantique dans l’Humanité de ce mercredi

14 mai.

Publié dans Chomage, droit du travail, ECONOMIE, ETATS-UNIS, EUROPE, l'Humanité, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Tour d’Europe des propositions pour sortir de l’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 mai 2014

 

Les solutions de 5 syndicalistes européens contre l’austérité

Salaires, Smic, emploi, dette… Tour d’Europe des propositions pour sortir de l’austérité

 

Pierre-Henri Lab – 1er mai 2014

manif1mai

 

  Emploi, salaires, protection sociale. La diversité des mots d’ordre,

  d’un pays à l’autre, n’empêchera pas, partout en Europe,

  les salariés d’exprimer le 1er Mai les mêmes préoccupations.

  À 24 jours des élections européennes, les manifestations seront

  aussi l’occasion d’exiger une nouvelle fois une Europe sociale.

 

A lire dans l’Humanité Dimanche ou sur l’Humanité.fr, les points de vue de Luis Casillas, délégué syndical FGTB chez Safran (Belgique); Vincenzo Scudiere, responsable à l’organisation de la CGIL (Italie); Gabriele Bischoff, responsable des questions européennes DGB (Allemagne); Arménio Carlos, secrétaire général de la CGTP (Portugal); Giorgios Koutsoukos, membre du syndicat Poe-Doy (Grèce).

 

Athènes, Bruxelles, Berlin , Lisbonne, Madrid… Des centaines de milliers de salariés sont attendus dans les rues des villes d’Europe à l’occasion du 1er mai. En Belgique, ils défileront contre le projet de réforme de l’assurance chômage qui, s’il est adopté, privera 50 000 demandeurs d’emplois de toute indemnisation.

En Allemagne, ce sont les modalités de mise en œuvre du salaire minimum qui seront au cœur des mobilisations tandis qu’en Italie, les salariés manifesteront en faveur d’un plan de relance et d’investissement.

Derrière ces mots d’ordre différents, on retrouve la mise en cause de la même logique, le refus des politiques d’austérité. Depuis la mise en œuvre du traité de stabilité, de gouvernance et de coordination le 1er janvier 2013, l’Europe s’enfonce dans la crise. Conjugué à la dégradation des finances publiques provoquée par le sauvetage du système financier (1 900 milliards d’euros mobilisés en Europe), l’abaissement de l’objectif de réduction des déficits publics de 3 à 1 dans un premier temps (à terme, l’objectif est l’équilibre budgétaire) a plombé la croissance.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Austerite, CGT, ECONOMIE, EUROPE, Humanite Dimanche, l'Humanité, Liberalisme, Luttes, SOCIAL, Syndicats, Union europeenne | Pas de Commentaire »

1...1112131415...41
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy