Huma TV : Audrey Pulvar : « La violence économique touche les femmes de plein fouet

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 novembre 2014

 

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitéyoutube

Pour Audrey Pulvar, qui, dans son ouvrage Libre comme Elles, rend hommage

aux femmes qui l’ont guidées dans son parcours personnel et professionnel,

la journée internationale contre les violences faites aux femmes permet

de mettre en lumière le drame des femmes battues ou maltraitées.

Mais « une journée ne suffit pas », affirme la journaliste qui tient à dénoncer

« la  violence économique, plus insidieuse, mais non moins grave dont les femmes

sont les premières à payer le lourd tribut. Leur corps est trop souvent réduit

à une marchandise, par la publicité ou, pire, par la prostitution souligne-t-elle.

Et, elles sont particulièrement concernées par le travail à temps partiel non choisi

tout comme le fait d’élever seules des enfants avec de faibles ressources. »

Publié dans l'Humanité, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Industrie : Comment fabriquer des emplois en France, sans pétrole ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 novembre 2014

 

Image de prévisualisation YouTube

Laurence Mauriaucourtsur youtube

Total a fermé la Raffinerie des Flandres à Dunkerque en 2009. Qu’à cela ne tienne !

Avec la CGT, les salariés portent depuis des années un projet de transformation de l’eau en hydrogène.

Le projet paraissait fou, mais voilà que Toyota et Volkswagen annoncent qu’ils commercialiseront

des voitures à hydrogène dès 2015. Et qui est en place en Allemagne pour vendre l’hydrogène ?

TOTAL !

Cet hydrogène peut être produit en France, les hommes et leurs savoir-faire tout comme l’unité

de production sont prêts, à Dunkerque dans le Nord. 

Comment fabriquer des emplois et générer de l’indépendance énergétique sans pétrole en France ?

Un film d’animation intitulé « Energie à revendre ! », réalisé par Frédéric Touchard

et Shiraz Bazin, pour la CGT, nous explique.

Publié dans ECONOMIE, Emplois, France, l'Humanité | Pas de Commentaire »

Nous avons besoin de l’Humanité, l’Humanité a besoin de nous

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 novembre 2014

 

L’heure est à une grande mobilisation pour aider l’Humanité à faire face à ses besoins.

Une souscription pour faire face à nos besoins financiers

 

lhumasouscription

  L’heure est à une grande mobilisation

  pour aider l’Humanité à faire face

  à ses besoins. Nous sommes convaincus

  que cet appel au secours sera entendu.

  À la fin de l’éditorial fondateur de l’Humanité,

  Jean Jaurès déclarait que :

 

« Faire vivre un grand journal sans qu’il soit à la merci d’aucuns groupes d’affaires est un problème

difficile, mais non pas insoluble ». 

Ce défi, depuis cent-dix ans, des générations de salariés et de militants de l’Humanité l’ont relevé,

au prix d’efforts et de sacrifices considérables.

L’idée a pu s’installer que le journal, puisqu’il s’en était toujours sorti, continuerait à franchir les obstacles. 

Rien n’est moins sûr aujourd’hui. 

Regardons les choses en face !

Aucun quotidien, aucun hebdomadaire n’est en bonne santé. Toute la presse écrite dans le monde

entier connaît une crise profonde. Pas une semaine sans que soit annoncée une longue liste de restrictions

de moyens de pagination, de regroupements de journaux et de nouvelles concentrations, de plans

de réduction d’effectifs, de dépôt de bilan, voire même de  fermetures pures et simples.

Les concentrations, les rachats de titres par des secteurs industriels et bancaires se multiplient.

Qui peut croire que leur objectif  est de développer le pluralisme de l’information, l’accès à la culture

et le libre arbitre des lecteurs ? Personne !

Ils sont à la recherche d’un modèle économique où à partir d’un média, ils s’assurent à la fois une forc

e d’influence, des activités lucratives et une main mise idéologique. Pour y parvenir, ils s’appuient

sur les questions réelles que pose la transition numérique qu’ils entendent détourner à leur seul profit.

[Lire la suite]

Comme les précédentes fois, chaque don versé avec un chèque libellé à notre partenaire

« presse et pluralisme pour l’Humanité » d’ici le 31 décembre bénéficiera d’une exonération fiscale de 66%.

 Pour faire un don : télécharger le formulaire de souscription ou faire un don en ligne

Document à télécharger: nouvelle_souscription_a4.pdf

 

 

Publié dans l'Humanité, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

« Et si on rétablissait l’esclavage ? »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 novembre 2014

 

Macron et les esclaves

 

cabanes_0  L’éditorial de Claude Cabanes

  Jeudi, devant les micros d’une station de radio,

  l’économiste Jacques Sapir lançait :

  « Et si on rétablissait l’esclavage ? » C’était une boutade.

  Il réagissait ainsi aux informations qui s’accumulent,

  dont les révélations de l’Humanité, sur les grandes

  manœuvres du pouvoir pour soumettre, sans limite,

le monde du Travail au monde du Capital…

 

Ainsi des historiens vous expliquent que, il y a des siècles, le sacrifice de dizaines de milliers d’esclaves

a été bien triste, mais on lui doit la splendeur des pyramides d’Égypte… Le nouveau servage,

que le ministre Macron organise, serait lui aussi bien malheureux, mais il serait le prix à payer pour,

selon ses propres termes, « libérer l’activité »… Mais monsieur le ministre aurait tort de s’arrêter

en si bon chemin… Et si pour « libérer l’activité » de M. Dassault on lui épargnait l’humiliante comédie

de sacs de plastique bourrés de billets en provenance de la Suisse, déposés en douce dans son bureau

par un commissionnaire. Après tout, il devrait pouvoir disposer de ses avions en toute tranquillité.

Et si pour « libérer l’activité » d’importants personnages de la BNP on cessait de leur chercher

des poux dans la tête en les soupçonnant de « délits d’initiés »… Après tout, les banques françaises

planquent un tiers de leurs activités internationales dans des paradis fiscaux… Et puis une banque

est une banque, n’est-ce pas ? Lui mettre des bâtons dans les roues, c’est mettre des bâtons

dans les roues de la France. Et si pour « libérer l’activité » des supermarchés Leclerc on fermait les yeux

sur ces stagiaires en provenance de Pôle emploi, non rémunérées bien sûr, à qui on promet un CDI,

qui ne vient jamais… Virées, soit. Mais le marché est instable et mouvant n’est-ce pas ? Assez joué.

Les fondés de pouvoir du Capital gouvernent. Leur libéralisme pur et dur ne réglera rien :

il ajoutera de la décomposition à la décomposition.

Publié dans France, l'Humanité, Liberalisme, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Les jeunes et les enfants, grandes victimes de la crise

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 novembre 2014

 

Infographie. Les jeunes et les enfants, grandes victimes de la crise

 

Extrait

Capturepauvretéenfants

 

 2,6 millions d’enfants de plus ont

 été plongés dans la pauvreté

 depuis 2008, dans les 41 pays

 les plus riches.

 Cela fait 76,5 millions enfants

 pauvres au total.

 

La France compte environ 440 000 enfants pauvres supplémentaires.

 

Les pays de l’OCDE dans lesquels la pauvreté des enfants a le plus augmenté pendant la crise.

Ce sont les enfants de la récession comme les appelle l’Unicef

CaptureenfantsdelarecessionCapturechili

 

Jeunes (15-29 ans) en risque de pauvreté et d’exclusion sociale

Capturejeunesenrisquedepauvreté

 

Captureannéesprogrèsperdues

 

Entre 2008 et 2012, les ménages grecs

ont perdu l’équivalent de 14 années

de progrès ;

l’Irlande, le Luxembourg et l’Espagne ont

quant à eux perdu une décennie.

 

Dans 29 des 41 pays les plus riches,

les sondages révèlent que de plus en plus

de familles n’ont pas assez d’argent

pour nourrir leur famille.

 

 

 

(humanite.fr)

 

 

 

 

Publié dans Droits de l'Enfant, EUROPE, l'Humanité, Pauvrete, SOCIETE | Pas de Commentaire »

« Les salariés ne peuvent pas se contenter d’être déçus, il faut réagir » (Bernard Thibault)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 novembre 2014

 

Bernard Thibault :

« Les salariés ne peuvent pas se contenter d’être déçus, il faut réagir »

 

Entretien réalisé par Clotilde Mathieu

B.Thibault

 

  Élu au conseil d’administration de l’Organisation

  internationale du travail, l’ancien secrétaire général

  de la CGT Bernard Thibault revient sur l’offensive

  patronale contre le Code international du travail.

 

 

Cette semaine, Pierre Gattaz a lancé une nouvelle offensive, en demandant à la France

d’abroger la convention 158 de l’Organisation internationale du travail (OIT)

qui oblige un employeur à motiver le licenciement. Vous êtes actuellement élu comme

représentant des travailleurs français au conseil d’administ ration de l’OIT.

Comment réagissez-vous ?

BERNARD THIBAULT Dans de nombreux pays, les entreprises peuvent licencier sur un claquement

de doigts. Cette convention, ratifiée par la France en 1989, protège les salariés. Si le CPE (contrat

première embauche – NDLR) est mort dans la rue, après quatre mois et demi de mobilisations,

et c’est grâce à cette convention que nous avons pu obtenir le retrait du CNE (contrat nouvelles

embauches – NDLR) fin 2007, consécutivement à un avis de la commission des experts de l’OIT.

La France est un des pays qui a ratifié le plus de conventions de l’OIT, nous pouvons en être fiers.

Il n’est donc pas surprenant que l’offensive patronale soit forte en France dans la mesure

où notre pays est en avance sur d’autres en ce domaine.

Après le travail du dimanche, les seuils sociaux, cette nouvelle sortie témoigne d’un Medef

avec, à sa tête, un Pierre Gattaz totalement décomplexé…

BERNARD THIBAULT Je suis convaincu que Pierre Gattaz et le Medef sont bien décidés à tirer

à son maximum les bénéfices d’un gouvernement qui est à son écoute permanente. 

Lorsqu’un gouvernement qui s’affiche à gauche permet des réformes jusqu’alors impossibles

avec un gouvernement de droite, autant, pour le Medef, pousser l’avantage jusqu’au bout.

C’est ce qui est en train de se produire : sur le travail du dimanche, sur le temps de travail,

sur les perspectives d’un contrat de travail unique, etc.

Vous avez appelé en 2012 à voter pour François Hollande, n’êtes-vous pas déçu d’avoir pris

cette décision ?

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, l'Humanité, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaire »

La dernière lettre de Kader Ortakaya, une jeune combattante kurde assassinée par l’armée turque.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 novembre 2014

 

    La lettre d’une Kurde assassinée par l’armée d’Erdogan

 

Ce lundi dans l’Humanité, la lettre de Kader Ortakaya, une jeune combattante kurde

près de Kobané, assassinée par l’armée turque.

 

Suruç (frontière turco-syrienne), envoyé spécial.

lettreKaderOrtakaya 

  Elle avait vingt-huit ans. Elle s’appelait Kader

  Ortakaya. Elle rêvait d’un monde de paix,

  de liberté, de justice sociale. Kurde de Turquie,

  elle n’a jamais accepté l’injustice faite

  à son peuple, la répression policière,

  les arrestations, les tortures.

 

 

Jeune femme engagée, elle se démenait sans compter pour soutenir la résistance de Kobané face

aux obscurantistes, aux barbares de l’organisation de l’« État islamique ». Depuis près d’un mois,

avec d’autres membres de son mouvement, le Parti de l’initiative pour la liberté sociale (TÖPG),

elle se trouvait dans le village de Mahser, à la frontière entre la Turquie et la Syrie, à une portée

de pierres de Kobané. Une veille active qui visait à empêcher toute tentative de passage des éléments

de l’« État islamique » dans cette zone et à développer la solidarité avec ses sœurs et ses frères kurdes

de l’autre côté de cette ligne de partage tracée par les colonisateurs français et britanniques

il y a un siècle et qui a divisé les populations. Jeudi, sa vie s’est arrêtée. Avec un groupe de jeunes

elle a tenté de franchir pacifiquement cette frontière. L’armée turque, qui n’a pas un geste pour arrêter

l’afflux de djihadistes, a ouvert le feu. Ortakaya est tombée, le crâne transpercé par une balle

alors que son regard était tourné vers Kobané.

 

La dernière lettre de Kader Ortakaya

Quelques semaines avant d’être abattue par les gendarmes d’Erdogan, Kader Ortakaya, vingt-huit ans,

avait écrit une lettre poignante à ses parents expliquant les enjeux de son engagement.

« Ma chère famille, Je suis à Kobané. Cette guerre n’est pas seulement la guerre du peuple

de Kobané mais une guerre qui nous concerne tous. Je rejoins ce combat pour ma famille

bien-aimée et pour l’humanité. Si nous ne saisissons pas aujourd’hui que cette guerre est

aussi la nôtre, alors, demain, nous serons seuls quand les bombes frapperont nos maisons.

Gagner cette guerre signifie la victoire des pauvres et des exploités. »

Lire l’intégralité de la lettre de Kader Ortakaya dans l’Humanité lundi 10 novembre 2014

Publié dans l'Humanité, Monde | Pas de Commentaire »

Édito web de l’HUMA TV (24/10/2014) : Et maintenant, Manuel Valls veut supprimer les CDI (Patrick Apel-Muller)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 octobre 2014

 

Patrick Apel-Muller :

Et maintenant, Manuel Valls veut supprimer les CDI

 

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitésur youtube

« Détruire le CDI et les protections qu’il prévoit pour les salariés » est, selon Patrick  Apel-Muller, directeur de la rédaction de l’Humanité,  » la nouvelle petite musique qui fait fureur au TOP 50 des mesures libérales ». Il précise : la partition n’est pas nouvelle, « le fait nouveau, c’est interprète ! Désormais, c’est le Premier ministre ». Il ajoute « Rien, je dis bien, dans les expériences des autres pays, ne montre que le passage à un CDD pour tous crée des emplois. En revanche, il précarise tous les salariés en les rendant corvéables à merci ».

Réalisation : Abrahim Saravaki 

Publié dans France, l'Humanité, Liberalisme, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

L’Édito de l’Humanité (29/09/14)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 septembre 2014

 

Derrière les marais de la Bérézina

 

Éditorial de Patrick Apel-Muller :

senat

 

 

« La droite ramasse le Sénat comme

le fruit tombé de trop de trahisons,

d’infinies déceptions et de sourdes

colères. »

 

 

 

La défaite était attendue après la sévère sanction des municipales ; elle a tourné hier à la Bérézina.

La droite ramasse le Sénat comme le fruit tombé de trop de trahisons, d’infinies déceptions et de sourdes

colères. L’installation du gouvernement Valls 2, la pétaudière qu’il entend installer dans les institutions locales

au détriment de la souveraineté citoyenne ont parachevé une retraite en débâcle, accompagnée par l’entrée

au Palais du Luxembourg de deux séides de Marine Le Pen. Il ne s’agit pas seulement de l’onde de choc

d’un scrutin passé, mais du reflet de la défiance du pays qui est tout sauf une confiance votée à l’UMP

et à l’UDI. La confusion des genres entre la droite et le petit appareil politique qui gouverne est au cœur

de la crise politique. Comment voir un homme de gauche dans ce premier ministre qui se targue de sa

« fermeté » face à une grève des salariés contre la délocalisation d’Air France et un statut low cost ?

La Bruyère pointait déjà ces grands de la cour : « À quelques-uns l’arrogance tient lieu de grandeur,

l’inhumanité de fermeté ; et la fourberie d’esprit »…

 

sarkozy-hollande

  Le tandem gouvernant, le président et son premier

  ministre, a à ce point rallié le libéralisme qu’en entendant

  Nicolas Sarkozy à Lambersart jeudi, on se disait qu’ils avaient

  été pour lui une rampe de lancement.

  Les uns dénonçaient les chômeurs ? L’autre traque l’assistanat.

  Matignon veut autoriser le travail le dimanche ? Neuilly veut

  que les Français travaillent plus (sans gagner plus, désormais)

et entend ratiboiser ces jours fériés, ces RTT, ces congés qui seuls compteraient aux yeux du menu peuple.

Valls flatte le Medef ? Sarkozy le cajole. « Être aliéné, écrivait Gramsci, c’est avoir les idées de l’ennemi

dans la tête. » Pauvre François Hollande… La fin de la parenthèse d’une majorité de gauche au Sénat

était attendue. L’occasion a été gâchée de s’appuyer sur les deux Chambres pour décider de réformes

progressistes audacieuses. Désormais, il faut s’atteler à reconstruire une alternative de gauche,

émancipée des libéralismes siamois.

Publié dans Elections senatoriales, France, l'Humanité, POLITIQUE, Senat | Pas de Commentaire »

L’Édito de l’Huma (18/09/14) : Hollande au pupitre : un exercice sinistre

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 septembre 2014

 

         Hollande au pupitre : un exercice sinistre

 

hollandecouchemedef  par Patrick Apel Muller

 

  Alors que son quinquennat fait entendre

  des craquements sinistres, le président a

  annoncé que son cap resterait inchangé

  et a confessé que son grand homme,

  son modèle était Gerhard Schröder,

  d’abord social-démocrate, puis libéral et

  enfin stipendié par la multinationale Gazprom.

  Ça fait rêver.

 

 

Quel laborieux plaidoyer ! Quel exercice ennuyeux ! A entendre la défense pâlotte de son bilan

par François Hollande, on pensait à Chamfort* :

               «Il est plus facile de légaliser certaines choses que de les légitimer». 

Alors que son quinquennat fait entendre des craquements sinistres, le président a annoncé que son cap

resterait inchangé et a confessé que son grand homme, son modèle était Gerhard Schröder,

d’abord social-démocrate, puis libéral et enfin stipendié par la multinationale Gazprom. Ça fait rêver.

Pour le reste, n’attendez pas la vie en rose, a-t-il martelé. Il a pour azimut le Pacte de responsabilité,

c’est-à-dire des cadeaux pour le grand patronat et 50 milliards d’austérité pour les autres. Celui qui s’est

révélé avec Manuel Valls le plus grand commun diviseur de la gauche, a prétendu qu’il voulait rassembler…

mais pour ne tendre de perche qu’à la droite.

Allez, concédons une seconde de suspense quand il s’est lancé dans l’exercice périlleux

d’identifier la politique qu’il pratique et ses engagements de campagne. Et patatras, il chuta.

Sa conférence rituelle, organisée en sollicitant toujours les mêmes journalistes dans un défilé de questions

programmées, n’aura convaincu personne et n’aura pas réhabilité son parcours. Un homme élu

par la gauche qui fait et pense à droite, ça ne se digère pas dans un pays aussi politique que la France.

« A l’instant où le gouvernement usurpe la souveraineté, le pacte social est rompu», écrivait Jean-Jacques

Rousseau. Nous y sommes.

Sa seule annonce était funeste, l’ordre donné aux avions français de frapper en Irak,

sous les ordres des États-Unis qui ont mis le feu à la région, sans accord de l’ONU,

dans une coalition hétéroclite où les amis des jihadistes sont légions, avec des buts de guerre

imprécis ou masqués. A la remorque, toujours, de Barak Obama, d’Angela Merckel, de l’OTAN…

 Pas un souffle, pas un zéphyr même pour animer la politique internationale de la France. Il lui restait

les digressions sur la pluie et le beau temps à l’Ile de Sein. Pendant ce temps-là, la France populaire souffre.

 

*Sébastien-Roch Nicolas, qui prit par la suite le nom de Chamfort, né probablement à Clermont-Ferrand le 6 avril 1740

et mort à Paris le 13 avril 1794, est un poète, un journaliste et un moraliste français

Publié dans F. Hollande, France, l'Humanité, Liberalisme, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

1...89101112...41
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy