Exclusif : La base de travail du projet d’accord de libre-échange transatlantique sur Humanite.fr

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mai 2013

 

EXCLUSIF

Humanite.fr publie les bases de travail pour l’accord

de libre-échange transatlantique

 

Exclusif : La base de travail du projet d’accord de libre-échange transatlantique sur Humanite.fr dans Culture textecommission1

Cliquez sur l’image pour lire le document (en anglais)

Le document que l’humanite.fr s’est procuré, datant du 12 mars,

est actuellement discuté par les Parlementaires européens

et les gouvernements nationaux. C’est une base de négociation

sur l’accord de libre-échange transatlantique, déjà passé

en commission au Parlement, et ses amendements seront votés

ce jeudi 23 mai. S’il était adopté, cet accord frapperait tous les pans

de la société européenne. Document.

 

La base de travail pour l’accord de libre-échange transatlantique que l’humanite.fr s’est procuré

et que nous publions est clair : José Manuel Barroso, le Président de la Commission européenne, est prêt

à satisfaire les envies des États-Unis de renforcer leur présence économique et commerciale sur le continent

européen. Barack Obama a donné son feu vert à cet accord dans son discours sur l’état de l’Union en février,

et le 12 mars, la Commission faisait circuler le projet de texte. Actuellement soumis au Parlement européen,

qui l’amende, avant d’être présenté aux 27 chefs d’États et de gouvernements (le Conseil européen),

ce projet souligne les potentialités d’un accord entre l’UE et les États-Unis en matière de développement

économique.

La Commission annonce des gains économiques significatifs : de 119,2 milliards de dollars pour l’UE

et de 94,2 milliards de dollars pour les États-Unis… à condition d’éliminer toutes les « entraves »

au libre-échange, barrières non tarifaires pour commencer (voir notamment page 7, point 9).

Ce projet comporte donc aussi, et surtout, de nombreux risques. Tout d’abord, pour qu’il y ait accord,

les Européens devront renoncer à un grand nombre de leurs normes (juridiques, environnementales,

sanitaires, culturelles…).

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Lire aussi

 

Publié dans Culture, ECONOMIE, ETATS-UNIS, EUROPE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Récession : « ce déni de réalité doit s’arrêter » (Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 mai 2013

 

RÉCESSION :

« ce déni de réalité doit s’arrêter »

 

Récession :

Par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF

Les indices économiques publiés par l’INSEE sont terribles. La récession

est confirmée (-0,2% du PIB au premier trimestre 2013). Le pouvoir d’achat

des ménages dévisse : -0,9% en 2012, c’est une première depuis près de

30 ans. Quant à la consommation des ménages, elle suit la même

tendance (-0,4) . Derrière ces chiffres, c’est un pays qui souffre, qui va de

plus en plus mal.

 

 

Face une situation aussi dégradée et douloureuse, le président de la République se présente

devant les commissaires européens pour les rassurer sur les engagements de la France à suivre à la lettre

les recommandations de Bruxelles pour toujours plus d’austérité et de rigueur.

A Paris, Pierre Moscovici explique tranquillement que l’entrée de la France en récession n’est « pas une surprise »

et qu’elle est « largement due à l’environnement de la zone euro ». Bref, on s’enfonce mais c’était prévu.

Frisant le ridicule, le ministre de l’économie maintient « à la fois » sa prévision de croissance de +0,1% en 2013

et son objectif d’inverser la courbe du chômage d’ici la fin de l’année. Ce déni de réalité doit s’arrêter !

Preuve est faite que cette politique de rigueur conduit le pays à la catastrophe. Toutes les économies de la zone

euro qui font le choix de subir les règles stupides et récessives de la commission européenne obtiennent

ce même résultat : la ruine de leur économie.

Le réel, c’est quand on se cogne disait Lacan. Là, c’est le pays qui va dans le mur. Plus que jamais, il est urgent

de changer de cap et de politique. Urgent d’engager le changement.

 

Lire également :

Publié dans Austerite, ECONOMIE, EUROPE, F. Hollande, France, POLITIQUE, SOCIAL, Union europeenne | Pas de Commentaire »

La culture n’est pas une monnaie d’échange

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 mai 2013

 

La culture, une exception essentielle,

l’éditorial de Paule Masson

 

La culture n'est pas une monnaie d'échange dans Audiovisuel huma1505

«Un poète, et tout sera sauvé», disait Jean Vilar. Le créateur

du Festival d’Avignon s’est battu toute sa vie pour la création

d’un grand service public de la culture aussi essentiel

à la civilisation que l’eau, le gaz ou l’électricité.

Il disait à sa manière que la culture mérite investissement et

doit se tenir loin, très loin, des esprits boutiquiers, des normes

comptables, de la logique marchande.

À l’heure où s’ouvre le Festival de Cannes, les cinéastes tiennent

un premier rôle dans la défense d’une conception de la culture

qui ne démissionne pas devant les forces du marché.

La pétition « L’exception culturelle n’est pas négociable », signée

par les plus grands réalisateurs, a déclenché l’alarme et alimenté

un mouvement qui pourrait bien empêcher l’Europe

de céder à la tentation de la libéralisation de la culture.

L’enjeu est de taille. Avant l’été, des négociations officielles doivent s’ouvrir entre la Commission européenne

et les États-Unis sur un accord de libre-échange qualifié par le commissaire en chef José Manuel Barroso

de « plus grand accord commercial du monde ». À la suite de l’échec, en 2006, de la ronde de négociations menée

sous l’égide de l’Organisation mondiale du commerce sur la « libéralisation du commerce international »,

Bruxelles et Washington avancent dans la mise en place d’un marché transatlantique. Outre que l’Europe sociale

aurait peu à gagner d’un accord de libre circulation marchande de tous les biens et les services, 
le projet de mandat

intègre les services audiovisuels 
et cinématographiques aux négociations.

Le même Barroso, qui se payait le luxe d’affirmer que « la réponse à la crise, c’est la culture », s’est autorisé

à piétiner un principe né en Europe il y a vingt ans, sous impulsion française, quand l’Union européenne a fait exclure

des négociations sur l’AGCS (accord général sur le commerce des services) les biens culturels. Face à l’exception

culturelle, campée sur l’idée que seul le soutien public permet de protéger la diversité, le modèle nord-américain

s’inscrit dans une logique purement financière qui pousse à la standardisation. La négociation ne s’annonce donc pas

de tout repos. En exclure la culture s’impose comme 
un préalable, que va défendre vendredi Aurélie Filippetti,

avec treize de ses pairs, lors d’une réunion des ministres européens de la Culture.

[Lire la suite]

 

Lire également :

Le cinéma européen accuse Bruxelles de vouloir sacrifier l’exception culturelle


petition cinéma dans CinemaPétition lancée par les frères Luc et Jean-Pierre Dardenne,

deux fois lauréats de la Palme d’or à Cannes.

Publié dans Audiovisuel, Cinema, Culture, ETATS-UNIS, EUROPE, PETITION, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Retraites : Pour le Medef, c’est la casse finale !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 mai 2013

 

Retraites en mauvais ordre.

L’éditorial de Patrick Apel-Muller

 

Retraites : Pour le Medef, c'est la casse finale ! dans Austerite huma1405

 

 

L’appétit vient en mangeant. Copieusement servie

par la loi sur la flexibilisation de l’emploi, la présidente

du Medef veut pousser l’avantage.

Laurence Parisot réclame un passage à 43 du nombre

des annuités nécessaires pour prendre sa retraite

à taux plein d’ici à 2020 et de repousser l’âge légal

au-delà de 65 ans.

On se rappelle le mot de Jaurès dénonçant le patronat

qui « use ses ouvriers jusqu’au squelette dans une lutte

inégale ».

 

 

 

Pas de « tabou », ose la madone des marchés. Sauf un : l’augmentation des cotisations patronales.

Les géants du CAC 40 ne sont pas inquiets. « Nous disons que le gouvernement a eu le courage de dire

qu’il fallait à nouveau une réforme des retraites, il faut désormais qu’il ait la capacité pédagogique de dire

pourquoi et vers quelles modifications il faut aller », précise la patronne des patrons en matière de feuille

de route pour Jean-Marc Ayrault, qui semble avoir pour elle la plus grande complaisance.

Le quinquennat de Nicolas Sarkozy a pourtant vacillé jusqu’à chuter sous les coups de l’immense foule

des manifestants contre sa réforme des retraites, qui lui ont fait payer dans les urnes son passage en force.

Ils ne voulaient pas se laisser entraîner sur un chemin de régressions sociales. Croit-on à l’Élysée

que les Français ont la mémoire si courte ? Ils se souviennent que le candidat socialiste en 2012 promettait

« le retour de la liberté de prendre sa retraite à partir de 60 ans », même s’il l’assortissait de bémols.

Ils savent que l’allongement de la durée de cotisation les conduirait jusqu’à la limite de l’espérance de vie

en bonne santé – 62 ans pour les hommes et 63 ans pour les femmes – et que ces dernières années

de travail tireraient trop rudement sur des corps usés. La France est en effet un des pays où l’intensité

du travail et la productivité sont les plus fortes.

Bruxelles l’avait réclamé, François Hollande semble s’exécuter en poussant à la mise en place à marche

forcée d’une réforme qui réduirait le droit à la retraite, diminuerait les pensions, notamment en abandonnant

leur indexation sur l’inflation, supprimerait les avantages accordés aux parents de trois enfants et plus…

Les commissaires européens devant lesquels le président français se présentera demain seront sans doute

frappés par sa « merkellisation » et n’hésiteront pas à forcer la dose dans les « recommandations »

qu’ils adresseront le 29 mai à notre pays.

[Lire la suite]

Lire aussi :

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, POLITIQUE, RETRAITES, SOCIAL, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Accord commercial entre Canada et UE : menace les interdictions de la fracturation hydraulique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 mai 2013

 

mercredi 8 mai 2013

L’accord commercial entre le Canada et l’UE menace les interdictions de la fracturation hydraulique

 

Accord commercial entre Canada et UE : menace les interdictions de la fracturation hydraulique dans Canada canada-bdace

Alors que les états membres de l’Union Européenne (UE) analysent les conséquences

environnementales du développement du gaz de schiste par la fracturation hydraulique,

des négociations sont en cours pour un Accord Économique et Commercial Global (AECG)

entre le Canada et l’Union Européenne.

Controversé, ce dernier permettrait aux investisseurs de contester la décision

des gouvernements de réguler ou d’interdire la fracturation.

Ce document met en relief le débat public entourant la fracturation ; les intérêts

des compagnies pétrolières et gazières dans les réserves de gaz de schiste

en Europe et les conséquences que la clause regardant la protection

des investissements inclue dans l’AECG pourrait avoir sur le pouvoir des gouvernements de réglementer

ou d’interdire la fracturation.

Télécharger le rapport au format pdf (718 ko)

[Lire la suite sur stopaugazdeschiste07.org]

 

Publié dans Canada, Democratie, ECONOMIE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

La face cachée du modèle allemand : précarisation des travailleurs et paupérisation des plus fragiles

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 mai 2013

 

Les 10% d’Allemands les plus fortunés se partagent 53% de la richesse nationale.

Les 50% les plus pauvres ne possèdent que 1% de la richesse du pays,

contre 3% il y a 10 ans.

Un Allemand sur sept est menacé de pauvreté

Le nombre de travailleurs pauvres est passé de 4,8% à 7,5%, et le taux de pauvreté

parmi les chômeurs a explosé de 41% à 68% entre 2004 et 2010.


AUSTÉRITÉ

Le modèle allemand, un poison pour… les Allemands

 

La face cachée du modèle allemand : précarisation des travailleurs et paupérisation des plus fragiles dans Allemagne pauvreteallemagnepar Bruno Odent

L’austérité et les réformes antisociales, imposées

aux citoyens allemands et de l’UE, ont un effet

boomerang sur la croissance, qui ne dépassera

pas 0,5 %, cette année, outre-Rhin.

Depuis la mi-2012 l’économie allemande stagne.

Elle affichait même au dernier trimestre de l’an dernier

un recul spectaculaire (– 06 %) du PIB. Et le rebond,

espéré par les autorités au début de l’année 2013,

ne sera pas au rendez-vous. La Bundesbank, la banque centrale allemande, a ramené ses précisions

de croissance pour cette année à 0,4 % du PIB et le gouvernement lui-même vient de faire savoir

qu’il tablait sur une hausse de seulement 0,5 % de l’activité.

Si on veut bien y regarder d’un peu plus près, c’est le « modèle » choisi par Berlin et imposé à ses partenaires

de la zone euro qui est lui-même à l’origine de cette grosse fatigue de la première économie de la zone euro.

Elle subit un double effet boomerang. D’une part, les politiques de déflation salariale adoptées depuis le début

de la décennie 2000 pèsent sur le marché intérieur et, d’autre part, les purges austéritaires imposées

aux États membres de la zone euro par le biais, notamment, du traité budgétaire, réduisent ses débouchés

à l’export.

Les salariés allemands ont subi un recul moyen de leurs rémunérations de 4,2 % sur la décennie 2000,

selon une enquête de l’institut de conjoncture DIW (alors que les revenus du capital ont affiché, eux,

une croissance à deux chiffres). Et les réformes antisociales du gouvernement de Gerhard Schröder,

poursuivies par Angela Merkel, commencent maintenant à faire sentir d’autres effets dévastateurs.

captureallemagne allemagne dans Austerite

L’Allemagne est rattrapée par la pauvreté, d’après les plus récentes

enquêtes d’Eurostat. Les minijobs à 400 euros, les travaux d’utilité publique

à 1 euro de l’heure et la réforme Hartz IV de la couverture chômage

qui fait basculer, après seulement un an, les personnes privées d’emploi

vers le régime de l’aide sociale, sont passés par là. D’où une précarité

de masse qui plombe la consommation. Quant à la crainte toujours

plus répandue de plonger dans la misère à l’âge de la retraite à la suite

des réformes successives de l’assurance vieillesse,

elle n’incite pas vraiment les ménages à puiser dans leur épargne.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Allemagne, Austerite, ECONOMIE, Pauvrete, PRECARITE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Stupéfiante déclaration du « pape des Verts européens » au Parlement européen

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 avril 2013

 

L’écologie pétrogazière de Cohn-Bendit

 

Stupéfiante déclaration du par Michel Soudais

Stupéfiante déclaration de Daniel Cohn-Bendit au Parlement européen.

Le président du groupe des Verts pense que l’exploitation du pétrole

et du gaz en Méditerranée va sauver Chypre.

Mercredi, le Parlement européen débattait de la situation

de Chypre. Intervenant au nom du groupe Verts/ALE qu’il préside

Daniel Cohn-Bendit s’adresse à Olli Rehn, commissaire européen

aux Affaires économiques et monétaire, pour présenter

deux « perspectives économiques »pour sortir l’île de la catastrophe

économique.

 

La première consiste à réunifier l’île, pour « donner la possibilité à des investisseurs de l’économie

la plus dynamique dans la région – la Turquie ! – d’investir ». Plus tard, il expliquera que ce qui « est valable

pour l’économie de Chypre, c’est valable pour l’économie grecque ».

La seconde est plus stupéfiante venant d’un écologiste, même de Marque déposé. Lisez plutôt :

« Que cela nous plaise ou non en tant qu’écologistes, la perspective première de l’économie pour Chypre,

c’est évidemment le gaz et le pétrole. Les questions qui se posent sont les suivantes : qui et comment ?

On les aide parce que c’est une perspective. Il y a donc le tourisme, le gaz et le pétrole. »

Je n’invente rien, tout est consigné dans le recueil des débats mis en ligne vendredi après-midi (page 18).

[Lire la suite sur Politis.fr]

 

Publié dans Chypre, ECONOMIE, EUROPE, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Les Européens vivent plus longtemps mais malades

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 avril 2013

 

Santé

Les Européens vivent plus longtemps mais malades

 

Les Européens vivent plus longtemps mais malades  dans Austerite retraites4

Une étude montre que l’espérance de vie

en bonne santé stagne dans l’Union

européenne. Pourtant, ce n’est pas

un indicateur pris en compte

par les institutions européennes

quand elles prônent des réformes

des systèmes de retraite.

Le bien-fondé de certaines «réformes structurelles» prônées par Bruxelles est remis en cause

par une étude, publiée mercredi. L’espérance de vie augmente en Europe. Mais l’espérance de vie

en bonne santé, elle, stagne. Depuis 2005, l’espérance de vie à 65 ans a augmenté de 1,3 an

pour les hommes et de 1,2 pour les femmes. C’est l’argument employé pour repousser l’âge de départ

en retraite.

La progression de l’espérance de vie sans incapacité, elle, n’a progressé dans la même période

que de 0,2 an pour les hommes. Pis, pour les femmes, elle diminue même de 0,2 an.

L’espérance de vie en bonne santé est, à 65 ans, de 8,8 ans pour les hommes et de 8,6 ans

pour les femmes. « Cela signifie que les années de vie supplémentaires sont vécues avec des limitations

d’activité », traduit pour l’AFP Jean-Marie Robine, directeur de recherche à l’Inserm et coordinateur

de l’Action européenne conjointe sur les années de vie en bonne santé.

Une politique désastreuse

Bénéficier de quelques années de retraite en bonne santé, les institutions européennes n’en ont que faire.

Elles continuent à promouvoir une hausse de l’âge du départ en retraite. On retrouve cet objectif

dans divers documents de l’Union européenne. Dans ses objectifs de politiques économiques adoptés

en 2010 par les chefs d’État et de gouvernement tout d’abord. Ainsi, la stratégie UE 2020 estime

que « l’assainissement budgétaire et la viabilité financière à long terme devront aller de pair

avec d’importantes réformes structurelles, notamment dans le domaine des retraites ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

Zoom sur la France.

La France compte parmi les pays d’Europe où «l’espérance de vie à 65 ans» a le plus augmenté

d’après l’indicateur de l’espérance de vie sans incapacité (EVSI). Selon les chiffres rendus publics

mercredi, les femmes auraient gagné 1,8 an et les hommes 1,6 an entre 2005 et 2011.

Si l’espérance de vie atteint 88,8 ans en tout pour les femmes et 84,3 ans pour les hommes,

la France ne déroge pas à la règle et voit son espérance de vie en bonne santé stagner

sur la même période : + 0,3 an pour les femmes, un chiffre considéré comme « non significatif »,

et 1,2 an pour la population masculine, ce qui est en revanche nettement supérieur à la moyenne

européenne.

A lire aussi :

Publié dans Austerite, EUROPE, F. Hollande, POLITIQUE, RETRAITES, SANTE, Union europeenne | 1 Commentaire »

Chypre : L’Eurogroupe laisse Nicosie dans les mains de la troïka avec son cocktail de mesures libérales

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 mars 2013

 

L’Eurogroupe livre l’île aux Dr Mabuse de la troïka

 

Chypre : L’Eurogroupe laisse Nicosie dans les mains de la troïka avec son cocktail de mesures libérales dans Austerite chypretroika

L’accord trouvé entre les ministres de l’Économie

de la zone euro et le président, Nicos Anastasiades,

organise la restructuration du système bancaire

et appelle des règles d’austérité.

Par ailleurs, une poussée nationaliste s’est exprimée.

 

Nicosie (Chypre), envoyé spécial. Sur les écrans plasma placés sur les terrasses des restaurants et cafés,

les conférences de presse ont remplacé les matchs de basket. Flanqués entre un drapeau européen

et un drapeau chypriote, les dirigeants de Chypre justifient l’accord trouvé, à cinq heures du matin,

entre les ministres de l’Économie de la zone euro et le président de la République, Nicos Anastasiades,

qui aurait menacé pendant la nuit de démissionner.

Bonne banque, mauvaise banque

Le pays a évité la faillite et a assuré l’avenir des nouvelles générations », assurait hier le ministre de

l’Économie, Michalis Sarris. « La faillite maintenant ou dans un mois » Avec cet accord, Chypre obtient

de la zone euro un prêt de 10 milliards d’euros qui servira uniquement à financer sa dette, pas le renflouement

des banques.

Le cœur de l’accord survenu hier concerne en effet l’avenir des deux plus grandes banques du pays, plombées

par leur exposition à l’économie grecque et l’annulation d’une partie de la dette hellène. Conformément à la loi

sur les restructurations bancaires votée vendredi, la banque Laiki, la deuxième en taille, sera transformée

en « mauvaise banque » et progressivement liquidée. Les dépôts inférieurs à 100 000 euros, garantis

par la législation de l’UE, et les prêts recouvrables seront placés dans une « bonne banque », qui intégrera

prochainement la Banque de Chypre, la première du pays. Celle-ci récupérera 9 milliards d’euros de dettes

de Laiki.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Austerite, Chypre, EUROPE, FMI "affameur des peuples", Union europeenne | Pas de Commentaire »

La Commission européenne veut jeter la SNCF en pâture au marché

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 mars 2013

 

Nous nous opposons 
à la libéralisation totale du rail

 

La Commission européenne veut jeter la SNCF en pâture au marché dans EUROPE s-n-cf

Par Jacky Hénin, Marie-Christine Vergiat, Younous Omarjee,

Patrick Le Hyaric, députés au Parlement européen (GUE/NGL).

Janvier 2013 a été une nouvelle fois l’occasion de voir les prix

des transports ferroviaires exploser pour les usagers. Refusant de

prendre en considération les conséquences des premières étapes

de la libéralisation, faite dans le prétendu intérêt des consommateurs

pour faire baisser les prix, la Commission européenne persiste et

signe. Elle vient de proposer, avec le quatrième paquet ferroviaire,

la libéralisation totale du rail pour 2019.

 

 

La Commission européenne néglige les conséquences désastreuses des premiers paquets ferroviaires,

pourtant frappantes. La libéralisation du fret ferroviaire (deuxième paquet, 2004) a conduit à une baisse

catastrophique du fret ferroviaire au profit du transport par la route, ayant un impact environnemental lourd.

La libéralisation du transport ferroviaire international (troisième paquet, 2007) a fait flamber les prix

pour les usagers. À titre d’exemple, un Paris-Bruxelles en Thalys de 1 h 15 coûte désormais 99 euros (soit près

d’un euro la minute !), la ligne ordinaire ayant été supprimée.

Ces libéralisations successives ont également entraîné une dégradation généralisée des conditions de travail

pour les salariés des entreprises ferroviaires publiques et des conditions de sécurité, qui se dégradent.

La division entre opérateurs de transports et gestionnaires de réseaux permet aux entreprises de profiter

des parts de marché, alors que la gestion du réseau de rails, coûteuse, reste bien sûr à la charge de l’État

et donc du contribuable. Symptômes classiques du capitalisme :

la privatisation des profits et la socialisation des pertes.

Comble, la SNCF lance désormais Ouigo, des trains formules charters, low-cost, avec des conditions limitées

de bagages et des trains desservant en priorité des gares en périphérie de grandes villes,

comme Marne-la-Vallée par exemple. Que les plus modestes aillent donc prendre le train en banlieue !

C’est là le signal qui est lancé.

Le train devient un luxe alors qu’il est le moyen de transport le plus écologique.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans EUROPE, France, Parti de la Gauche européenne, POLITIQUE, Privatisation, SERVICES PUBLICS, Transports - SNCF, Union europeenne | Pas de Commentaire »

1...7891011...36
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy