L’ « ivresse sondagière » de Sarkozy : 264 sondages pour un montant de 6,35 millions d’euros !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 mai 2012

 

Plus de 6 millions d’euros de sondages pour Sarkozy en 2 ans

 

Miroir, mon bon miroir, dis moi que je me marie avec la plus belle ! C’est, entre autre, ce qu’à

demandé le président Sarkozy avec une frénésie maladive (264 en 2 ans) à des instituts de

sondage pour une facture de plus de 6 millions d’euros.

Raymond Avrillier, militant écologique grenoblois, bien connu dans sa région pour avoir fait tomber l’ancien maire de Grenoble

Alain Carignon (UMP) en son temps, s’est intéressé aux sondages commandés par le président Sarkozy entre juin 2007 et

juillet 2009. Au cours de cette période, 264 sondages pour un montant de 6,35 millions d’euros. L’élu EELV s’est exprimé lundi

au cours d’une conférence de presse, parlant « d’ivresse sondagière » de Nicolas Sarkozy. « Ces documents montrent

une addiction sondagière, une conduite à la petite semaine, au GPS des sondages », a insisté Raymond Avrillier.

« Uniquement en 2007, les prestations de conseils et les sondages payés sur fonds publics ont atteint 1,194 millions d’euros.

C’est une somme énorme », a-t-il détaillé s’appuyant sur des documents que lui a remis l’Elysée sur injonction du tribunal

administratif de Paris. « Certains ont été clairement utilisés par l’UMP notamment en vue de l’élection présidentielle de 2012″,

a ajouté l’ex-élu écologiste, qui assure n’avoir « obtenu que 134″ de ces 264 sondages.

Et de donner comme exemple : « Pour chacune des personnalités suivantes diriez-vous qu’elle ferait un(e) bon(ne) candidat(e)

à l’élection présidentielle ? », interroge en décembre 2008 l’un de ces sondages énumérant uniquement des personnalités du

Parti socialiste, ce que confirme l’AFP qui a pu le consulter.

Autre exemple amusant, dans les quatre cartons de documents reçu, Raymond Avrillier pointe de « nombreux » sondages

commandés en 2008 concernant la liaison du président avec sa future épouse. « Que pensez-vous de son mariage possible

avec Carla Bruni ? », interroge l’un d’eux. Encore un exemple montrant que ces sondages « ne relèvent pas de la conduite de

l’Etat ». Heureusement qu’à l’été 2009 le président a oublié de commander un sondage pour demander :

« Les Français accepteraient-ils que je nomme mon fils sans diplôme à la tête de l’Epad ? »,(…)

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Pour le guérir de cette addiction, un seul remède :  la retraite à 57 ans !

L'

 

Publié dans POLITIQUE, UMP | Pas de Commentaire »

1er mai : »Stupeur, colère – il ose faire ça ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 avril 2012

 

1er-Mai, alerte à l’imposture !

 

1er mai  :Par Annie Ernaux

Stupeur, colère – il ose faire ça ! -, ma première réaction à la proclamation

de Nicolas Sarkozy de fêter «  le vrai travail » le 1er mai sur la place de la

Concorde. Puis la sensation d’une blessure. Celle infligée à la mémoire

des luttes de plus d’un siècle, partout dans le monde, pour l’obtention de

droits sociaux, d’un temps de travail défini et limité, huit heures par jour,

quarante-huit heures par semaine, contre un patronat sûr de la légitimité

de sa domination, qui ne voulait aucune règle. Des luttes qui, répétées,

tenaces, aboutiront en France au Front populaire, changeant la vie de la majorité des gens. Mais aussi des luttes dans lesquelles

des ouvriers ont été blessés, sont morts :

le 1er mai 1891, à Fourmies, dans le Nord, un homme, quatre garçons et quatre filles entre 14 et 20 ans ;

le 1er mai 1906 – l’année de naissance de ma mère qui travaillera dans une usine dès l’âge de 12 ans -, deux morts à Paris.

Même si sa signification s’est affadie, même s’il est surtout accueilli comme la chance d’un jour férié, si les défilés et

rassemblements sont plus ou moins nombreux, le 1er-Mai est un « lieu de mémoire « , tel que l’a défini l’historien Pierre Nora,

c’est-à-dire de fête, d’emblème, de monument, etc., où s’incarne la mémoire nationale. Autant qu’un symbole de la lutte

internationale des travailleurs, il est un lieu de la mémoire sociale des Français et il n’est, je crois, personne qui ne le ressente

comme associé à l’idéal républicain de liberté, d’égalité, de fraternité. A preuve, le 1er mai 2002, qui a vu un million et demi de

citoyens descendre dans les rues pour manifester leur attachement à ces valeurs.

Le propre de ce gouvernement a été d’oser tout. De nous surprendre en osant tout. D’avoir toujours un temps d’avance sur ce

qu’on pouvait imaginer. En ces derniers jours de son mandat présidentiel, Nicolas Sarkozy aux abois s’empare sans vergogne

de la fête du 1er-Mai, la confisque à son profit pour faire coup double : occuper le terrain dans tous les sens du terme à la place

des syndicats et de la gauche, passer sur ces corps intermédiaires dont il souhaite la suppression, qu’il méprise ouvertement -

« quand il y a une grève en France, personne ne s’en aperçoit », s’est-il vanté naguère – faire l’événement du jour et se rallier les

électeurs de Marine Le Pen, voire d’autres, que ce slogan du «  vrai travail » séduirait, comme il y a cinq ans celui de

« remettre la France au travail ».

Lire la suite

Source : PCF Grésivaudan  30 avril 2012

 

Publié dans POLITIQUE, Presidentielle 2012, UMP | Pas de Commentaire »

Détournement du 1er mai par la droite : une dérive inquiétante

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2012

 

Droite

L’historien Stéphane Sirot :

« Une forme d’instrumentalisation inédite dans l’histoire »

 

Détournement du 1er mai par la droite : une dérive inquiétante dans POLITIQUE 8g3nx-203x300Stéphane Sirot pointe une dérive inquiétante, sans précédent, de la part

de la droite républicaine : la dénonciation systématique et violente

des syndicats.

L’opération politique consistant à détourner le 1er Mai n’est pas une

nouveauté dans l’histoire…

Stéphane Sirot. Ce qui n’est pas nouveau, c’est que le 1er Mai s’invite dans un processus

électoral. En 1936, entre les deux tours des législatives qui ont porté Blum au pouvoir,

il a déclenché la vague de grèves que l’on connaît. Le 1er Mai 1950, de Gaulle a organisé

un grand rassemblement à Bagatelle, avec un discours sur la question de la participation.

L’habitude prise par le Front national de se réunir le 1er mai pour fêter soi-disant Jeanne d’Arc

remonte au 1er mai 1988, lendemain de la présidentielle où Jean-Marie Le Pen avait fait près de

15 %. Et le 1er Mai 2002, on se souvient de ces manifestations au lendemain de la qualification de Le Pen pour le second tour.

Ce qui est beaucoup plus particulier, c’est qu’on n’a jamais eu cette forme d’instrumentalisation entre les deux tours de l’élection

par le candidat de la droite républicaine, organisant une espèce de contre-manif qui vise à être un contrepoids aux syndicats.

C’est inédit, et ça s’inscrit dans le contexte de la poursuite et de la radicalisation du discours que porte déjà, depuis le début de

sa campagne, Nicolas Sarkozy à propos de la dénonciation très violente du rôle des contre-pouvoirs, des syndicats en particulier,

et au lendemain d’un premier tour où le FN a fait 18 %. Cela me semble être une dérive inquiétante, surtout dans un contexte où

on sent bien que le champ politique français, particulièrement celui de sa partie droite, dérive vers une démarche 
à l’autrichienne.

Quand l’UMP se recommande 
de la défense du «vrai travail», 
cela n’évoque-t-il pas une période sombre

de l’histoire ?

Stéphane Sirot. Le dernier chef 
de l’État qui, en France, a cherché, de cette façon-là, à instrumentaliser le 1er Mai, c’est Pétain

en 1941 avec la « Fête du travail 
et de la concorde sociale ».
 Sans avoir besoin d’aller jusqu’à une comparaison historique, c’est

tout à fait logique puisque 
la démarche n’est pas tellement 
de s’inscrire dans une tradition 
– on n’est plus sous Pétain. Mais à partir

du moment où on veut attirer un électorat d’une extrême droite dont la rhétorique est volontairement marquée historiquement, alors,

on en arrive à tenir ce propos.

Ne faut-il pas rappeler l’origine historique du 1er Mai ?

[Lire la suite]

Publié dans humanite 1er mai dans Presidentielle 2012 du 25 Avril 2012

 

Publié dans POLITIQUE, Presidentielle 2012, UMP | Pas de Commentaire »

Sarkozy remet en cause l’accès libre à la contraception pour les mineures

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 avril 2012

 

« Non à l’autorisation parentale pour la contraception des mineures »

 

Le PCF s’insurge contre les propos tenus par Nicolas Sarkozy qui tendent à demander l’autorisation

des parents pour que les jeunes filles mineures obtiennent le droit à la contraception. C’est, pour elles,

la remise en cause de l’anonymat et du libre accès à ce droit.

Pendant ces cinq années de gouvernance, le Président de la République a orchestré une politique de

casse des centres IVG, baissé les subventions des Plannings familiaux et désormais il emboîte le pas

de Mme Le Pen qui, au nom de l’ordre moral, veut remettre en cause le droit à l’avortement.

Trop, c’est trop. Nous devons, au contraire, développer les campagnes d’information en milieu scolaire,

ce qui suppose d’arrêter la casse de l’Éducation nationale, en redonnant les moyens nécessaires aux

Plannings familiaux et surtout en respectant le droit des femmes à la maîtrise de leurs corps.

Le 6 mai nous mettrons la dynamique du Front de Gauche au service des droits des femmes en votant

François Hollande pour battre Nicolas Sarkozy afin que de telles mesures ne voient jamais le jour.

Par Laurence Cohen, le 27 avril 2012

Source : Site national du PCF

Lire également :

  • le communiqué du planning familial :

Campagne présidentielle : la sexualité des jeunes en épouvantail

  • le Communiqué d’ Osez le féminisme :

Quand Nicolas Sarkozy nie aux mineures le droit à une contraception anonyme et gratuite

Publié dans Droits des femmes, POLITIQUE, UMP | Pas de Commentaire »

ATD Quart Monde : Pauvreté, immigration, assistanat, fraude… : cassons les idées reçues

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 avril 2012

Reçu par courriel

Bonjour,

Le pourcentage élevé de voix accordées au Front National lors du premier tour des élections présidentielles nous peine

beaucoup. Boussois mais aussi les villages qui l’entourent ont placé Marine Le Pen en tête. Dans l’Avesnois seules les

plus grandes villes résistent à cette tendance lourde.

C’est pourquoi nous vous faisons suivre volontiers ce message de la délégation nationale d’ATD Quart Monde car nous

souhaitons à notre niveau, contribuer à « casser les idées reçues ». cf. pièce jointe.

Bien à vous,

Michèle et Didier

Pauvreté, immigration, assistanat, fraude… : cassons les idées reçues

Chers amis membres d’ATD Quart Monde et d’organisations partenaires,

Les personnes en situation de pauvreté et les personnes étrangères sont devenues un enjeu des derniers débats

de notre campagne électorale. Comme elles n’ont guère de droit de réponse, de nombreuses idées fausses sur elles

s’installent sans être corrigées.

Nous pensons de notre responsabilité de vous communiquer ce document sur les idées reçues sur la pauvreté

et l’immigration créé en partenariat avec la MRIE (Mission Régionale d’Information sur l’Exclusion de Rhône Alpes) et

de vous demander de le diffuser le plus largement possible à vos carnets d’adresses électroniques.

Ainsi vous contribuerez à ce que l’opinion publique ne se construise pas une représentation erronée des personnes

en situation de pauvreté ou étrangères, qui met en danger durablement le respect de l’égale dignité de chacun,

l’estime que nous nous devons les uns aux autres et notre capacité à vivre ensemble.

Nous vous remercions.

Véronique D., Bruno T.

Délégation Nationale ATD Quart Monde en France

 

Atd Quart Monde : Les idées fausses, ça suffit !

 

PDF - 1.4 Mo
Téléchargez quelques idées reçues en pdf haute définition pour les imprimer ou les afficher
PDF - 220 ko
Une sélection d’idées reçues en 4 pages

Publié dans Extreme-droite, F-Haine, France, POLITIQUE, PRECARITE, Presidentielle 2012, Sans Papiers - Immigration, SOCIAL, SOCIETE, UMP | Pas de Commentaire »

Chômage en mars : 16 600 « vrais travailleurs » sont devenus 16 600 vrais chômeurs !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 avril 2012

 

Chômage :

plus d’un million de chômeurs supplémentaires sous Sarkozy

 

Chômage en mars : 16 600 Le chômage en France a augmenté pour le onzième mois

consécutif en mars.

Des mauvais résultats, très symboliques, puisque ce sont

les derniers qu’on aura sous ce quinquennat, qui a vu

le nombre de chômeurs en France augmenter de plus

d’un tiers.  

Xavier Bertrand avait prévenu ce jeudi matin : «  »On aura une situation

qui restera difficile, chacun s’en doute… ».

Avec les départements d’Outre-mer, le nombre de demandeurs d’emploi

en catégories A, B et C s’inscrit à 4.582.000. Ce qui nous fait, depuis

l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007,

1.077.800 de chômeurs de plus (+33,4%).

Au mois de mars, la hausse est de 16600 chômeurs de la catégorie A (0,6 %), auxquels il faut ajouter  30700 demandeurs

d’emploi (+0,7%) des catégories B et C.

Plus d’un jeune sur deux connaît le chômage lors des trois premières années de vie active

Des chiffres que permet d’affiner l’enquête trisanuelle « Génération » du Cereq. Il en ressort que parmi les 739000 jeunes sortis

de formation initiale en 2007, une majorité (62%) a commencé sa vie active par une période de chômage.  Au bout de trois

ans, la trajectoire dominante parmi huit « trajectoires types » identifiées est celle d’un accès rapide et durable à l’emploi (58%).

L’analyse des trajectoires montre cependant que 12% ont connu un accès « différé », 10% sont en « décrochage »

et 9% connaissent un chômage persistant ou récurrent. Ainsi, parmi ceux ayant connu un chômage précoce, 20% n’ont jamais

réussi à décrocher un poste dans les trois ans.

Autre enseignement : « L’emploi précaire est devenu la norme pour les premiers emplois occupés », souligne également

le Cereq, avec 31% des premières embauches réalisées sur des emplois à durée indéterminée.

 

Source : humanitefr Sarkozy dans ECONOMIE le 26 Avril 2012

Source illustration : actuchomage.org  27 avril 2012

Lire également :

 

« Le Vrai travail », réjouissant numéro d’amnésie du candidat Sarkozy

http://www.dailymotion.com/video/xqed4d

sur dailymotion.com/video/xqed4d

par nadysarko

 

Publié dans Chomage, ECONOMIE, Emplois, POLITIQUE, SOCIAL, UMP | Pas de Commentaire »

La charge ultraconservatrice du candidat de la droite révulse les républicains, du Modem à l’UMP.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 avril 2012

 

Les républicains de droite ne veulent pas aller au bout de Le Pen

 

Photo : Die Linke dw sur FlickR

La charge ultraconservatrice du candidat de la droite révulse les républicains, du Modem à l’UMP. dans POLITIQUE sarko-flickr-dielinkebw_0-300x150Pour de nombreux militants et personnalités du centre

et de droite, la fin ne justifie pas les moyens. C’est que

les valeurs portées comptent au moins autant que

le programme. Et la charge sordide ultraconservatrice

et islamophobe du candidat de la droite révulse

les républicains, du Modem à l’UMP.

Le journaliste Jean-François Kahn, soutien de François Bayrou à la présidentielle, a ouvert le bal en appelant clairement mardi,

« tous les républicains et tous les démocrates » à « barrer la route » à Nicolas Sarkozy.

« Pour la première fois depuis des lustres, on entend un discours ouvertement

pétainiste sortir de la bouche d’un président de la République encore en place.

(…) Quoi qu’on pense de son challenger social-démocrate [François Hollande],

l’hésitation n’est plus possible, plus tolérable. (…) Tous les républicains,

tous les démocrates qui refusent, par patriotisme, le discours de guerre civile

et de lacération de notre Nation commune, qu’ils se réclament de Jaurès,

de Clemenceau, de De Gaulle, de Mendes France ou de Robert Schuman, doivent

voter de façon à barrer la route à l’apprenti sorcier et à permettre qu’on

tourne cette page. »

Le candidat François Bayrou ne prand pas parti ouvertement. Mais il dit : « Aborder la question de l’immigration en validant la

thèse du FN et en prétendant que les déséquilibres des comptes sociaux étaient dus aux immigrés, c’est un reniement

d’un demi-siècle de politique sociale en France. C’est un reniement du gaullisme aussi bien que des démocrates-chrétiens et

humanistes ». Et comme « le courant politique que j’anime s’est toujours défini par des valeurs qui sont d’abord humanistes »…

Le patron du Modem laisse à ses militants le soin de compléter et de faire preuve d’un peu de logique.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans POLITIQUE, Presidentielle 2012, UMP | Pas de Commentaire »

Les unes de l’Humanité et de Libération provoquent la colère de l’UMP

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 avril 2012

 

L’Humanité et Libération accusés de « terrorisme intellectuel »

 

Les unes de l'Humanité et de Libération provoquent la colère de l'UMP dans F. Hollande 3535392-2Visiblement, les « Unes » de l’Humanité et de Libération

de ce matin ont provoqué un tollé à droite.

Le ministre de l’Économie, François Baroin n’a pas pu retenir

sa colère contre les deux quotidiens au micro d’Europe 1

parlant de « terrorisme intellectuel ».

« Ils mettent Sarkozy à côté de Pétain. C’est un scandale »,

a-t-il déclaré à propos de la Une de l’Humanité.

Xavier Bertrand, a vivement critiqué Libération, assurant

que le PS n’a plus besoin de tracts, et a lancé :

« autant l’imprimer en rose ! »

L’Humanité qui s’élève contre la volonté du chef de l’État de tenter

« une OPA sur la fête des travailleurs pour draguer les voix du

Front national » et parle aussi d’ »un discours aux relents pétainistes

dénoncé par la gauche et les syndicats » n’a pas hésité à mette en Une deux photos de Nicolas Sarkozy

et Philippe Pétain, accompagnées de deux citations parallèles attaquant les syndicats à 72 ans d’écart. Comparaison

vivement critiquée à droite notamment par le ministre de l’Économie, François Baroin s’est dit « indigné » par

« la presse de gauche ».

« Je trouve inacceptable la Une de L’Humanité, ils mettent Sarkozy à côté de Pétain. C’est un scandale », a-t-il déclaré

au micro d’Europe 1, ce matin.

« Nous avons toujours combattu le Front national », a assuré le ministre de l’Économie. Il a accusé L’Humanité de

« terrorisme intellectuel », mettant Libération dans le même sac. En effet, le quotidien a fait sa « Une » avec une image

de Nicolas Sarkozy et une citation du président-candidat : « Le Pen est compatible avec la République ».

md0.libe_.com_-234x300 Baroin dans FranceDe son côté, Xavier Bertrand, le ministre du Travail qui commentait la une du jour

sur Canal+ : une photo en noir et blanc du président-candidat avec la citation :

« Le Pen est compatible avec la République », Nicolas Sarkozy, 24 avril 2012, a

vivement critiqué le quotidien. « Rue de Solférino, ils n’ont plus besoin d’imprimer

les tracts,  Libération, ça suffit! », s’est exclamé le ministre du Travail. « Il y a la Une,

mais à l’intérieur, même les tracts du PS n’en font quasiment pas autant. C’est leur

droit, mais autant afficher la couleur, autant l’imprimer en rose, ce sera beaucoup

plus simple! », a lancé M. Bertrand. « A l’intérieur il y a des mensonges sur l’emploi,

c’est du jamais vu », a accusé l’élu de l’Aisne. Il a affirmé continuer à lire le journal,

« comme ça, je sais ce que pense le PS ».

Auparavant, Jean-François Copé s’en était déjà pris, dans un communiqué, à la Une du journal, l’accusant de

« désinformation » pour avoir travesti, affirme le secrétaire général de l’UMP, les propos de Nicolas Sarkozy sur le FN.

François Hollande, interrogé lors de son point-presse mercredi sur le tollé de la droite contre les Unes des deux

quotidiens sur Nicolas Sarkozy, a refusé de « juger la presse ». « Est-ce que je vais commenter toutes les unes qu’il y a

eues sur moi ? Je n’accablerai pas un organe de presse, cet organe de presse est libre et il peut en faire autant qu’il

en voudra et dans tous les sens », a poursuivi M. Hollande. « Ne comptez pas sur moi pour faire un procès à la presse »,

a-t-il dit. « Ce type de polémique n’est pas utile », a-t-il tranché.

 

Publié dans F. Hollande, France, l'Humanité, POLITIQUE, Presidentielle 2012, Presse - Medias, UMP | Pas de Commentaire »

Succès du Front de Gauche – Et maintenant, chassons Sarkozy !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 avril 2012

 

Succès du Front de Gauche – Et maintenant, chassons Sarkozy ! dans F-Haine siteon0Le candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, a obtenu 11,1 %

des suffrages exprimés lors du premier tour de l’élection présidentielle.

Cet excellent résultat est à l’image d’une campagne exemplaire qui,

pendant plusieurs mois, a mobilisé les énergies de dizaines de milliers

de militants du PCF, du Parti de Gauche et des organisations syndicales, en particulier de la CGT. Sans rien enlever au

dévouement et à l’effort collectif colossal de cette masse de militants, le rôle personnel de Jean-Luc Mélenchon mérite également

d’être souligné. Par la force avec laquelle il a porté les idées et les revendications du Front de Gauche, il a réussi à galvaniser de

larges masses de jeunes et de travailleurs. Des centaines de milliers de personnes ont assisté aux meetings et rassemblements

organisés autour de sa candidature.

Le score qu’il a obtenu est en dessous du soutien réel qui existe pour le Front de Gauche. Toute notre expérience au cours de

la campagne atteste de ce fait. De nombreux électeurs acquis aux idées du Front de Gauche se sont laissés impressionner par

la propagande des dirigeants socialistes sur le soi-disant « vote utile ». On les retrouvera plus tard, sans doute. Toujours est-il

qu’on n’a jamais vu une mobilisation aussi massive et enthousiaste autour d’un candidat de gauche depuis la campagne de

François Mitterrand en 1981. Cela marque un tournant dans l’histoire de la gauche française. Incontestablement, la campagne du

Front de Gauche a eu un impact majeur sur la couche la plus consciente et militante de la classe ouvrière. Elle ne manquera pas

de donner un nouvel élan à l’ensemble du mouvement ouvrier et aux luttes qu’il aura à mener dans les mois et les années à venir.

A droite, le fait le plus marquant est le score très élevé du Front National. Il aurait été plus important encore si le Front de Gauche

n’avait pas accordé une place centrale au combat contre les idées racistes et réactionnaires du FN, pendant la campagne.

Le soutien accordé au FN est une expression du profond malaise social qui existe en France. La crise du capitalisme est en train

de broyer les vies et les conditions d’existence d’une fraction sans cesse croissante de la population. La candidate du FN a

sciemment alimenté les préjugés et la haine à l’égard des « étrangers », tout en dénonçant les élites et « le système » en général.

Cette démagogie « contestataire » du Front National a rencontré un écho chez de nombreuses victimes du capitalisme empêtrées

dans la pauvreté, la précarité et le désespoir. Sarkozy et ses acolytes ont eux aussi utilisé le racisme pour semer la confusion et

dresser les travailleurs les uns contre les autres, et ce non seulement pendant la campagne, mais depuis de nombreuses années,

ce qui n’a fait que renforcer l’impact de la propagande lepéniste.

[Lire la suite]

 

Publié dans F-Haine, Front de Gauche, Jean-Luc Melenchon, POLITIQUE, Presidentielle 2012, UMP | Pas de Commentaire »

Dernière provocation du héraut du bouclier fiscal opportunément reconverti en « candidat du peuple »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 avril 2012

 

1er mai : Éric Coquerel dénonce la « guerre aux travailleurs »

que veut livrer Sarkozy

 

Dernière provocation du héraut du bouclier fiscal opportunément reconverti en Par Raymond Kargar

Le Front de Gauche s’élève contre la véritable déclaration

de guerre de Nicolas Sarkozy aux travailleurs.

Distancé par François Hollande et avec un FN à 18%,

le candidat UMP appelle à un « grand rassemblement »

le 1er mai pour « fêter le vrai travail. [...] Pas le statut, le travail ».

Une provocation dans la continuité de ses attaques contre les « corps intermédiaires » et en forme

d’appel du pied aux électeurs frontistes.

Eric Coquerel (Front de Gauche) a fustigé ce lundi la dernière provocation en date de Nicolas Sarkozy qui a déclaré, plus tôt

dans la journée, vouloir organiser pour le 1er mai « la fête du travail, mais la fête du vrai travail, de ceux qui travaillent dur, […]

et ne veulent plus que quand on ne travaille pas on puisse gagner plus que quand on a travaillé », rassemblement qui aurait

lieu au Champ de Mars.

Pour le conseiller de Jean-Luc Mélenchon, le choix du lieu n’est pas anodin :

« Le Champ de Mars, ça veut dire vraiment qu’il déclare la guerre aux travailleurs ». S’élevant contre un discours « incroyable de

hargne de classe et de mépris », Eric Coquerel a également souligné la dérive populiste du candidat de droite, y voyant

« un clin d’œil supplémentaire au FN qui a eu l’idée de fêter Jeanne d’Arc alors que c’est la fête des travailleurs », qui n’a toutefois

« heureusement » pas réussi à « préempter le 1er mai ».

Vers un 1er mai bloc contre bloc ?

M. Coquerel déplore encore que Nicolas Sarkozy ose parler ainsi de « vrai travail » en s’affrontant aux manifestations traditionnelles

du 1er mai », 1er mai que Jean-Luc Mélenchon, lors de son discours de fin de campagne tenu hier soir place Stalingrad, a d’ores

et déjà souhaité « stupéfiant d’unité et de puissance », appelant ses sympathisants et les travailleurs à se ranger derrière les syndicats.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Front de Gauche, Jean-Luc Melenchon, Legislatives 2012, POLITIQUE, Syndicats, UMP | 1 Commentaire »

1...56789...19
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy