L’Édito de l’ HUMANITÉ DIMANCHE

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 mai 2011

L'Édito de l' HUMANITÉ DIMANCHE dans ETATS-UNIS cropped-patrick-le-hyaric-huma3-new2 Patrick Le Hyaric –

19 mai 2011

 

L’avenir de la gauche ne dépend pas … d’un seul homme

 

arton1549-dbfda dans EUROPE

Ainsi la vie politique ne tiendrait qu’à un fil.

Une précampagne présidentielle serait totalement bouleversée.

L’un de ses présumés candidats, non déclaré à de futures

primaires du principal parti de la gauche serait sous le coup

d’accusations très graves pour des faits se déroulant au …

28ème étage d’une chambre d’hôtel dans… le quartier de Manhattan à

New-York.

A l’heure où ces lignes sont imprimées, nous ne savons pas ce qui s’y est exactement passé, puisqu’une seule

version, celle de la police et de l’accusation, nous a été très ostensiblement présentée, faisant fi du principe de

présomption d’innocence pourtant revendiqué par le système américain. La présomption de sincérité doit tout

autant prévaloir pour celle qui a porté plainte. Comme tout être sensible et responsable, nous sommes à la fois

incrédules, abasourdis, choqués par les informations concernant M. Dominique Strauss-Kahn et leur mise en scène.

Il est à la fois l’un des hommes les plus puissants du monde, comme directeur général du Fonds monétaire

international, ancien ministre français et l’un des possibles candidats du Parti socialiste à la prochaine élection

présidentielle. C’est parce qu’il est présenté comme susceptible d’être élu Président de la République que l’affaire

prend cette ampleur.

Tout cela suscite d’ores et déjà quelques réflexions.

La première tient à la combinaison du présidentialisme monarchique et  d’un complexe médiatique et sondagier.

Elle place l’avenir d’un courant politique, voire l’avenir de la principale échéance électorale nationale, donc peut être

le devenir du pays, entre les mains d’un seul homme, à un an de l’élection présidentielle. Voilà, sur le fond,  d’où

vient cette incroyable fragilité qui nous laisse tous perplexes.

La seconde. Alors que la crise économique et sociale produit ses terribles effets, qu’elle s’accompagne de doutes,

de méfiance, parfois même de rejet vis-à-vis des responsables politiques, ces événements ne feront qu’élargir

encore plus le fossé entre « la politique » et les citoyens. Quelle aubaine pour le développement des populismes et

de l’extrémisme de droite ! Tous ceux qui au petit matin, dimanche dernier, ont complaisamment tendu leurs micros

et caméras d’abord vers Mme Le Pen, ont pris là une bien lourde responsabilité.

Lire la suite  

Publié dans ETATS-UNIS, EUROPE, FMI "affameur des peuples", France, Front de Gauche, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaire »

Ce que nous voulons !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mai 2011

 

Contribution du Parti communiste français

au programme populaire partagé du Front de gauche.

 

Parce que les Françaises et les Français attendent de nous des engagements concrets pour répondre à leurs attentes.

b14.png

ceque.jpg

A télécharger


Publié dans Front de Gauche, PCF, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaire »

Présidentielle 2012 : sondage sur le net

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 mai 2011

Vu sur : Le Post

Publié par patdu49  – 12 avril 2011

BUZZ le + grand sondage politique jamais réalisé sur le net : 

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2012

 

Comment faire le buzz, tous ensemble ?

Réunir des milliers, voir des dizaines de milliers de votants.

- en partageant simplement ce lien : http://www.pixule.com/sondage.swf?key=13442180759
mail, facebook, twitter, blog, page perso, forums, commentaires, site perso etc ..

En actualisant, la page, vous aurez les résultats des votes, instantanément, à la seconde près.

[Lire la suite sur : lepost.fr/]

 Cliquer sur le lien pour voir le sondage : http://www.pixule.com/sondage.swf?key=13442180759

 

Publié dans POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaire »

Conseil national du PCF : Pierre Laurent et la question de la candidature à l’élection présidentielle

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 avril 2011

Source : Site national du PCF – 8 avril 2011

Conseil national du PCF : Pierre Laurent et la question de la candidature à l'élection présidentielle dans IDEES - DEBATS - PHILO pierrefullRapport de Pierre Laurent au Conseil National du 8 avril 2011

Extrait : la question de la candidature à l’élection présidentielle.

 

Quatre candidatures sont soumises à notre débat.

Deux, issues de notre parti, sont en désaccord affirmé avec le choix d’une stratégie de Front de gauche. Celle d’André Gerin, député et membre du Conseil national,

défend le principe d’une candidature du PCF à l’élection présidentielle sur la base du programme qu’il a présenté dans une brochure intitulée

« Redonnons ses couleurs à la France ». Celle d’Emmanuel Dang Tran, également membre du CN, revendique une candidature « contre l’alliance avec la social-

démocratie, l’adhésion à l’Union européenne du capital, et l’effacement du PCF » . Tous deux, bien mieux que je ne pourrais le faire, s’exprimeront au cours

de nos travaux sur le sens de leur candidature.

Deux autres candidatures, l’une issue de notre Parti, celle d’André Chassaigne, député et membre de notre Conseil national, l’autre issue du Parti de gauche,

celle de Jean-Luc Mélenchon, député européen et co-président de ce parti, se sont déclarées disponibles pour représenter la candidature du Front de gauche.

Toutes ces candidatures doivent être examinées par les communistes d’ici le choix de la conférence nationale. Compte tenu de l’engagement très majoritaire de

nos adhérents dans la stratégie du Front de gauche, l’essentiel de la discussion des communistes, comme j’ai pu le constater dans les fédérations où je me suis

rendu, porte déjà sur le choix entre ces deux dernières candidatures.

André a répondu, depuis sa déclaration de candidature à la fête de l’Humanité, à de très nombreuses invitations dans les fédérations. De nombreux communistes

ont apprécié la démarche qu’il porte. Je pense qu’il s’exprimera lui aussi au cours de nos travaux. La candidature de Jean-Luc Mélenchon, soutenue par la direction

du PG et depuis dimanche dernier celle de la Gauche unitaire, a été présentée au lendemain de notre appel à candidatures fin janvier. Ces deux fortes personnalités

se sont imposées dans le débat national.

Mais je crois que chacun s’accordera à dire que notre choix ne peut être guidé par le soutien à une personnalité. L’élection présidentielle n’est pas au Parti  

communiste, au Front de gauche une affaire d’aventure personnelle.

Notre choix doit être un choix politique. Nous voulons un accord d’ensemble dont la candidature à la présidentielle est un élément. Nous voulons que cet

accord  crée les meilleures conditions de déploiement du Front de gauche. Nous savons qu’en l’état aucune de ces deux candidatures à elle seule ne clôt l’accord

d’ensemble. Chacun a des pas à faire et tout le monde entend être respecté.

Qu’est-ce qui doit motiver dans ces conditions le choix des communistes ? Nos ambitions politiques dans la période, avec les enjeux que j’ai exposés. A partir de là,

selon moi deux critères doivent prévaloir. D’abord, une volonté : aboutir à un accord qui permette à la dynamique que nous avons initiée de franchir une étape

décisive en 2012. Cela exigera, nous le savons, notre engagement total, mais cela en vaut la peine pour les raisons que j’ai données précédemment. Ensuite, une

exigence claire : le choix d’une candidature sera pour nous, a fortiori si elle n’est pas issue du PCF, conditionné à la conclusion d’un accord d’ensemble satisfaisant

nos objectifs politiques et respectant la force et la qualité de l’implantation territoriale législative du PCF. C’est essentiel pour obtenir demain le maximum de

député-es communistes dans l’intérêt des populations.

Les communistes demandent le temps nécessaire à l’évaluation de ce choix et à la finalisation d’un tel accord. Ils ont raison et nous avons huit semaines d’ici la

conférence nationale pour le faire, éléments du débat en main. Ils ne souhaitent pas que le CN conclut ce débat qui ne fait que commencer. Mais beaucoup

demandent également que la direction nationale donne son avis, non pas sous la forme d’un ultimatum, mais par souci de transparence démocratique. Ils veulent

décider en connaissance de cause. C’est justifié.

J’estime donc de ma responsabilité de livrer aujourd’hui mon opinion. Je me suis tenu au calendrier fixé en commun. J’ai progressivement construit mon opinion

à partir des avancées concrètes permises par le Front de Gauche, de l’analyse des échéances électorales abordées dans ce cadre et tous les échanges que j’ai eu

avec les communistes et nos partenaires. J’ai beaucoup évalué la situation contrairement à ce que j’entends ici ou là et je considère encore aujourd’hui que les

potentiels comme les risques de l’un ou l’autre de ces choix doivent être pesés avec sérieux jusqu’à la conférence nationale.

En les ayant pesés, je pense que la candidature de Jean-Luc Mélenchon peut être envisagée par notre parti dans le cadre d’un accord d’ensemble

avec nos partenaires, un accord qui garantisse le respect d’engagements collectifs à la hauteur des enjeux de la situation politique inédite que nous vivons,

la diversité de notre rassemblement et la place majeure de notre parti.

L’investissement par les communistes de la démarche engagée sera en tout état de cause selon moi la clé de la réussite. Je crois que notre histoire militante

commune témoigne, jusque dans nos combats politiques récents, de notre capacité à faire de la diversité d’un rassemblement sur des objectifs politiques

ambitieux une force pour déployer une dynamique populaire de grande ampleur qui permette de faire avancer nos objectifs. Je veux dire aussi à tous les

communistes que cette décision mérite le débat. Elle est, à l’étape actuelle de ma réflexion, celle qui me paraît être la plus susceptible de nous permettre de

franchir un cap dans nos objectifs. Chacun, chacune d’entre nous ici et tous les communistes devront donner leur opinion, instruire cet enjeu et prendre leur

propre décision. Et quand les communistes auront fait leur choix au mois de juin prochain, nous devrons toutes et tous être rassemblés dans l’action pour le porter.

Concernant la place et l’avenir du parti, je crois d’ailleurs sincèrement que ceux qui espèrent et regardent du côté du PCF ne comprendraient pas l’échec du

rassemblement. A l’inverse, j’ai la conviction que notre parti sortira gagnant d’une séquence où il aura tout fait pour permettre l’essor du Front de gauche.

Des camarades, je le sais, craignent notre effacement. Je les comprends et je prends au sérieux cette crainte. Certains ajoutent qu’ils ont parfois été heurtés par

certaines déclarations de Jean-Luc Mélenchon. Cela doit être entendu car il en va de l’efficacité collective du Front de gauche.

Je veux faire deux remarques à ce propos. La parole du PCF doit être respectée, et c’est de notre responsabilité comme direction nationale. Elle est

utile au rayonnement d’un Front de gauche qui, nous le savons, est et sera traversé de débats. Et, comme je l’ai déjà fait, dans les derniers mois, sur le populisme,

le débat énergétique, l’appel au rassemblement entre les deux tours des cantonales, je n’hésiterais pas à faire entendre la voix du PCF chaque fois que nous le

jugerons nécessaire. Mais je le ferai toujours avec l’esprit qui nous anime : 

mettre notre liberté de parole au service du progrès de notre rassemblement.

Autonomie et unité sont les deux faces de notre démarche.

[Article complet sur pcf.fr/]

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, PCF, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaire »

Sarkozy dans le Puy-de-Dôme : Réouverture de la chasse aux pauvres !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 avril 2011

Source : Actuchomage – 8 avril 2011

Sarko et le contrôle des chômeurs : un vrai chant du cygne

Sarko et le contrôle des chômeurs : un vrai chant du cygne

 

Il nous fatigue !

La meilleure défense des incapables étant l’attaque, passé le débat nauséabond « sur la laïcité » et les diverses

déclarations contre les « étrangers », notre président s’agite. En panne d’imagination, il se tourne vers ses

anciens boucs émissaires : nous. Mais qui marche encore dans sa combine ?

[Lire l’article sur : actuchomage.org/]

 

Sarkozy a trouvé ses coupables : les Chômeurs !

http://www.dailymotion.com/video/xi0p9n

Vidéo dailymotionPar Actuchomage

« Nicolas Sarkozy s’est prononcé jeudi 7 avril 2011 pour un renforcement des contrôles exercés sur les chômeurs, estimant qu’il s’agissait d’un élément de «justice sociale envers

les salariés et les ouvriers qui travaillent dur».

Après la stigmatisation rampante ou affichée des musulmans, celle des immigrés, voici que les Chômeurs fainéants (chers à Sarkozy) refont leur apparition, comme en 2007.

Une manière de masquer le fiasco de sa politique de l’emploi.

En 4 ans, le nombre de Chômeurs de catégorie A est passé de 2 millions à 2,7 millions, soit 700.000 demandeurs supplémentaires entre 2007 et 2011 !

La ficelle est grosse. La ficelle est épaisse.

Nous vous proposons de la couper sur www.actuchomage.org »

Publié dans POLITIQUE, Presidentielle 2012, UMP | Pas de Commentaire »

Présidentielle 2012 : Quel candidat pour le Front de Gauche ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 janvier 2011

TribunesPrésidentielle 2012 : Quel candidat pour le Front de Gauche ?   dans Front de Gauche humanite le 27 Janvier 2011

Quelle candidature pour le Front de gauche sans effacement de ses composantes ?

Des différences profondes et un débat avec Jean-Luc Mélenchon

Par Denis Durand, membre du Conseil national du PCF.

 

Sur son blog, à la date du 19 décembre, Jean-Luc Mélenchon revient sur l’appel de militants communistes « pour un rassemblement sans effacement du PCF ». Il conteste que des différences existent entre les élaborations les plus novatrices des communistes et ses propres propositions.

Signataire de cet appel, je me félicite de pouvoir ouvrir un dialogue sur ces différences dont je maintiens, contrairement à la perception que Jean-Luc Mélenchon peut en avoir, qu’elles sont profondes et systématiques. C’est en livrant aux citoyens tous les éléments du débat que nous pourrons construire des convergences, élaborer un programme populaire partagé et rassembler dans le Front de gauche.

1. Jean-Luc Mélenchon met en avant, comme élément premier de son programme économique, un « nouveau partage des richesses ». Mais cela n’est possible, à notre avis, que si l’on commence par changer la façon de produire les richesses, c’est-à-dire, en particulier, les critères qui guident les choix stratégiques des entreprises et des collectivités publiques, ainsi que leur financement. 

2. Jean-Luc Mélenchon poursuit la tradition sociale-démocrate qui voit dans l’action de l’État le moyen essentiel d’une politique de gauche. De notre côté, nous croyons qu’une autre civilisation exigera l’essor de nouveaux services publics, avec de nouveaux pouvoirs des travailleurs et des citoyens, non seulement pour la transformation de l’État, mais aussi dans les entreprises, dans les banques (en particulier au sein d’un pôle financier public), dans les services publics, dans les régions, dans les instances européennes, dans les organisations internationales.

3. Jean-Luc Mélenchon ne manque pas de critiquer la dictature de la finance mais il n’indique pas, contrairement à nos propositions, comment la conquête de nouveaux pouvoirs sur le crédit bancaire permettrait de s’en affranchir.

Ainsi, à propos de la BCE, faire référence à un objectif de « plein-emploi » ne suffit pas. Nous jugeons indispensable d’appeler à se battre pour une autre construction monétaire européenne, pour que la Banque centrale européenne réserve ses refinancements aux crédits bancaires qui financent des investissements visant une sécurisation des activités professionnelles, jusqu’à une éradication complète du chômage.

De même, suffit-il d’affirmer que la BCE « devrait refinancer les titres de la dette publique sur le marché monétaire à des conditions au moins aussi favorables » que les dettes privées ? La BCE, comme toutes les banques centrales, le fait déjà. Il faut exiger que la BCE rachète des titres publics, mais à condition que ces titres financent le développement des services publics, objectif radicalement opposé à ceux des marchés financiers et aux politiques d’austérité.

De même, nos propositions de politique monétaire sont inséparables d’une autre mesure essentielle que Jean-Luc Mélenchon ignore : la création de fonds publics régionaux pour l’emploi et la formation, outils d’intervention économique des régions sur lesquels les travailleurs et les citoyens s’appuieraient pour pousser les banques à financer des investissements favorables à l’emploi.

Dans l’entreprise, le but ne peut pas se limiter à réformer le droit du travail « pour que toutes les parties prenantes à la création de richesse (actionnaires, salariés, collectivités publiques…) aient un égal droit d’intervention dans la gestion », comme l’écrit le programme du PG. Il s’agit de conquérir le maximum de pouvoirs et de droits d’intervention des salariés pour renverser les choix patronaux et imposer des choix répondant à des critères nouveaux, visant à développer les travailleurs et les populations.

Ces pouvoirs, il faut les conquérir « du local au mondial », jusqu’à transformer les relations monétaires internationales. L’apport original des économistes communistes est de montrer comment, à partir des droits de tirage spéciaux du FMI, on pourrait remplacer le dollar par une monnaie commune mondiale. Celle-ci contribuerait à libérer l’économie mondiale des marchés financiers, mais à une condition : qu’elle serve, à travers une création monétaire au plan mondial, à refinancer les banques centrales pour qu’elles favorisent sélectivement le développement d’un nouveau crédit et pour qu’elles souscrivent des titres de dette publique finançant l’expansion des services publics. Mais si tel est notre projet, quel sens peut bien avoir la proposition, avancée par Jean-Luc Mélenchon, de « sortir du FMI » ? Il s’agit bien plutôt de se battre, avec toutes les forces disponibles, pour refondre de façon très radicale le FMI, et en faire l’institution dont l’humanité a besoin pour maîtriser les conditions monétaires d’un développement de progrès.

La confrontation de nos convergences et de nos différences doit se poursuivre. L’affirmation des propositions communistes peut aller de pair avec l’adoption de projets précis par l’ensemble des parties prenantes du Front de gauche : notre proposition de loi sur les retraites en a été un exemple. Il reste que nos différences avec Jean-Luc Mélenchon renvoient, me semble-t-il, à des pesanteurs culturelles persistantes dont la gauche doit s’émanciper. D’où l’importance du choix d’un candidat pleinement porteur de propositions précises et cohérentes. C’est la force, à nos yeux, de la candidature d’André Chassaigne pour représenter l’ensemble du Front de gauche, sans effacement des formations qui le composent, et sans viser à « dissoudre » et à « coaguler » ses composantes.

Denis Durand

Sur le même sujet, lire :

http://www.humanite.fr/25_01_2011- André chassaigne invite lePCF à se prononcer

http://humanite.fr/23_01_2011-Rencontre avec Jean-Luc-Mélenchon

 

Publié dans Front de Gauche, IDEES - DEBATS - PHILO, PCF, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaire »

Appel pour une dynamique populaire du Front de gauche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 janvier 2011

Source : patricklehyaric.net/26 janvier 2011

 

Pour une dynamique populaire du Front de gauche :

engageons nos énergies citoyennes

 

 

Appel pour une dynamique populaire du Front de gauche dans FranceIl faut chasser la droite du pouvoir en 2012. Massivement présente dans les mobilisations contre la réforme des retraites, cette exigence lance à la gauche un défi auquel elle ne peut se dérober : elle doit se rassembler pour lutter contre les effets de la crise dans laquelle nous plonge un capitalisme dépassé par sa propre cupidité et son aveuglement, et ouvrir une véritable alternative politique.

 

Ce ne sera pas facile. La désespérance et la colère ont creusé un fossé profond entre les couches populaires et la gauche, nourrissant l’abstention et la protestation sans perspectives politiques. Impossible de surmonter cet obstacle sans s’engager sur des mesures qui s’attaquent énergiquement à l’accumulation des richesses et des pouvoirs entre les mains de quelques uns et restaurent concrètement les valeurs de liberté, d’égalité, de solidarité et de justice sociale.

 

La création du Front de gauche a fait naître un espoir qui s’est manifesté aux élections européennes et régionales. Que cet espoir grandisse et il marquera le paysage politique. Il remettra les attentes populaires au centre d’une véritable alternative de gauche dont la construction dépasse sa forme actuelle pour mobiliser des millions de femmes et d’hommes dans la perspective d’un véritable Front citoyen et populaire.

 

C’est pourquoi, membres ou non de partis ou d’autres organisations démocratiques, nous souhaitons aller au-delà d’un soutien au Front de gauche pour en devenir pleinement parties-prenantes. Nous avons des idées, de l’énergie, des liens avec des milliers de femmes et d’hommes dans notre pays. Rassemblons nos forces avec pour projet de construire et de gagner ensemble. En nous engageant personnellement, nous pouvons donner naissance à une véritable dynamique politique et citoyenne.

 

Les responsabilités des partis constitutifs du Front de gauche sont essentielles. L’une d’elles, à notre sens, est de faire en sorte que soit créé le cadre qui nous permettra de nous lancer dans la bataille. Un cadre auquel il sera possible d’adhérer directement sans autre condition que de partager les objectifs fondamentaux du Front de gauche. Un cadre dans lequel nous pourrons faire valoir nos idées et démultiplier sur tout le territoire des milliers d’initiatives citoyennes de rassemblement pour faire vivre un nouvel espoir à gauche et l’enraciner.


Voir les premiers signataires et signer l’appel sur : http://dynamique-frontdegauche.fr/

 

Publié dans France, Front de Gauche, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaire »

Présidentielle 2012 : le PCF écrit à ses partenaires

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 janvier 2011

Présidentielle 2012 : le PCF écrit à ses partenaires  dans France 12 janvier 2011 – Sébastien Crépel

Présidentielle

En vue de 2012, le PCF écrit à ses partenaires 

 

 dans POLITIQUE

Présentant ses vœux, hier, à la presse, Pierre Laurent a rappelé que le débat sur le choix 
du candidat à la présidentielle ne serait tranché qu’au deuxième trimestre.

L’occasion était trop belle. En présence de nombreux journalistes venus assister à ses vœux à la presse, hier, le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, en a profité pour démentir quelques idées reçues véhiculées par les médias sur l’état de santé du PCF et les débats en cours au sein du Front de gauche en vue des élections de 2012.

  • Première mise au point : le Parti communiste « n’a pas inscrit la date de l’enterrement du PCF à son agenda 2011 ».

  • Quant à la question de la candidature du Front de gauche à la présidentielle, que des articles de presse ont présentée comme déjà tranchée, « viendra le temps du choix » au deuxième trimestre, a rectifié Pierre Laurent. « D’ici là, la candidature d’André Chassaigne (député communiste présent, hier, à ses côtés – NDLR), qui mène un travail remarquable pour porter notre conception du Front de gauche, et celle de Jean-Luc Mélenchon (coprésident du Parti de gauche) seront discutées. » Le PCF « mènera ce débat tranquillement », a assuré Pierre Laurent, et « ce qui est certain, c’est que la solution sera collective et devra respecter la place du Parti communiste ».

Le secrétaire national du PCF a écrit, hier, à ses partenaires du Front de gauche (Parti de gauche et Gauche unitaire) pour leur proposer de « travailler sans attendre à quatre questions essentielles ».

  • D’abord, l’écriture « d’un texte d’orientation fixant les ambitions politiques du Front de gauche pour 2012 ». « Pour nous, l’objectif est de battre Nicolas Sarkozy et sa majorité », de « faire gagner la gauche, d’ancrer son projet à gauche » et de « permettre la mise en œuvre de grandes transformations sociales par une nouvelle majorité politique de gauche », a exposé Pierre Laurent.

  • Ensuite, il propose la poursuite de l’élaboration du « programme populaire et partagé », engagé dans tout le pays via neuf grands forums thématiques, et la mise en place d’un « dispositif collectif » de campagne qui « récuse la personnalisation présidentialiste ». Enfin, la définition d’un « cadre commun pour les élections législatives qui doivent être menées de pair » avec la présidentielle.

« 2011 ne sera pas une année blanche, une année d’attente », a promis Pierre Laurent. « Pas une attaque sur le temps de travail, sur le statut des fonctionnaires, contre les services publics, sur la fiscalité ne se fera sans que nous n’organisions la riposte avec notre peuple », a-t-il déclaré. Réagissant à l’annonce dans « l’indifférence générale » de la distribution de 43 milliards de dividendes à leurs actionnaires en 2010 par les groupes du CAC 40, il a exigé « un relèvement immédiat et substantiel des salaires » et « un prélèvement exceptionnel sur ces capitaux » pour alimenter des fonds régionaux pour l’emploi et la formation.

Photo ajoutée par « Feignies Ensemble… »

Vœux à la presse : Discours de Pierre Laurent

http://www.pcf.fr/spip.php?article5317

 

Publié dans France, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaire »

Présidentielle 2012 : Quel candidat pour le Front de Gauche ? Appel à candidatures au PCF

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 janvier 2011

Présidentielle 2012 : Quel candidat pour le Front de Gauche ? Appel à candidatures au PCF dans Front de Gauche 8 janvier 2011 – Sébastien Crépel

 

PCF : l’appel à candidatures lancé 

 

La direction communiste a adopté une « adresse aux communistes » qui lance le débat sur le candidat du Front de gauche pour 2012. 
Les militants se prononceront 
en juin.

Les communistes sont maintenant entrés de plain-pied dans la séquence de désignation du candidat qui portera les couleurs du Front de gauche à l’élection présidentielle de 2012. Hier, le Conseil national de leur parti a adopté une « adresse » aux adhérents, en même temps qu’il a lancé l’« appel à candidatures » prévu dans les statuts du PCF. À ce jour, deux personnalités se sont déclarées « disponibles » ou « capables » de représenter le Front de gauche : le député communiste André Chassaigne, et le coprésident du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon. D’autres « candidatures qui ne s’inscriraient pas dans la démarche du Front de gauche et proposeraient un rassemblement autour du Parti communiste » seraient soumises « aux adhérents, qui décideront en connaissance de cause », a exposé le rapporteur, Jacques Chabalier.

Mais pour l’heure, la stratégie majoritaire du Front de gauche, décidée au dernier congrès, n’est pas remise en question par les communistes. Et cela, quelles que soient les « difficultés » inhérentes à la mise en œuvre d’une telle démarche de rassemblement, comme le rappelait Marie-George Buffet en réponse aux critiques exprimées quant à l’éventualité d’une candidature de Jean-Luc Mélenchon. Les prises de positions, et le « franc-parler », de ce dernier ne font pas l’unanimité, trop éloignées, pour une partie de la direction du PCF, de la démarche collective du Front de gauche.

Démenti des rumeurs du Monde

De son côté, André Chassaigne a invité à se méfier des « a priori » : « Je ne suis pas d’accord avec l’idée que le candidat du Front de gauche devrait être automatiquement communiste. Mais l’autre a priori qui consisterait à considérer qu’il existerait un “candidat incarné” non communiste n’est pas juste non plus. De quel droit peut-on dire qu’un communiste ne saurait pas rassembler ? Dans les quatre régions où le Front de gauche a dépassé les 10 % aux régionales, la tête de liste était communiste », a-t-il déclaré.

« L’adresse aux communistes laisse ouvertes toutes les possibilités, la candidature d’un communiste, celle d’une autre personnalité du Front de gauche, ou encore celle d’une personnalité extérieure aux formations du Front de gauche », a rappelé de son côté Pierre Laurent. Le secrétaire national démentant au passage les « rumeurs » parues sur le site Internet du Monde, selon lequel le PCF aurait décidé de « se ranger derrière Jean-Luc Mélenchon ». « Le texte en discussion dit explicitement que l’accord sur des candidatures du Front de gauche pour 2012 ne pourra se conclure que sur un contrat politique clair. Il propose d’amplifier ce débat sur le programme, les objectifs, les critères des candidatures, et précise que le temps des décisions viendra après, au second semestre 2011. »

Le choix final sera en effet tranché par un vote de l’ensemble des adhérents du PCF, les 16, 17 et 18 juin, sur la proposition retenue par la conférence nationale (composée du Conseil national et de délégations départementales), convoquée les 4 et 5 juin. Une procédure statutaire préférée à celle d’un congrès, chargé d’entériner le choix des communistes. Le prochain congrès aurait donc lieu à l’automne 2012, après les élections. D’ici là, le Conseil national se réunira à nouveau les 8 et 9 avril, pour lancer, en connaissance de toutes les candidatures soumises au débat des communistes, la préparation de la conférence nationale.

 

Publié dans Front de Gauche, PCF, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaire »

Présidentielle 2012 : Quel candidat pour le Front de Gauche ? Déclaration du PCF

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 janvier 2011

Site national du PCF7 janvier 2011

Rumeur du site Lemonde.fr

Déclaration du PCF

Présidentielle 2012 : Quel candidat pour le Front de Gauche ? Déclaration du PCF dans Front de GaucheAlors que le conseil national du PCF débute ses travaux ce matin, une rumeur sur le site LeMonde.fr tend à accréditer l’idée que la direction du PCF aurait d’ores et déjà décidé qu’il faut « se ranger derrière Jean-Luc Mélenchon ».

Cela n’a rien à voir avec le débat engagé par le conseil national. Le texte en discussion dit explicitement que « l’accord souhaitable sur des candidatures du Front de gauche pour 2012 ne pourra se conclure que sur un contrat politique clair. » Il propose aux communistes « d’amplifier dès maintenant ce débat sur le programme, les objectifs, les critères des candidatures que nous devrions porter en 2012. », et précise que le temps de décisions sur les candidatures viendra après, au second trimestre 2011.

Le texte propose la convocation d’une conférence nationale les 4 et 5 juin prochains, avec pour ordre du jour nos choix politiques et de candidatures pour 2012. Cette convocation ouvre dès aujourd’hui l’appel à candidatures. Un conseil national se réunira les 8 et 9 avril pour lancer, en connaissance de toutes les candidatures soumises à la discussion des communistes, la préparation de la conférence nationale.

Parti communiste français – Vendredi 7 janvier 2011.

 

Publié dans Front de Gauche, PCF, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaire »

1...3334353637
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy