Loi d’Avenir agricole : « C’est l’ensemble du paquet agricole qui doit sortir de cette loi »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 avril 2014

 

Loi d’Avenir agricole

Pains au levain, vins naturels et fromages fermiers

bientôt prohibés en France ?

 

paysans  par Sophie Chapelle 7 avril 2014

  Boulets aux pieds, habillés en bagnard, une cinquantaine

  de paysans se sont symboliquement rendus à la direction

  des douanes, à Lyon, le 5 avril.

  Dans leurs mains, des pains au levain, un plateau de fromages

  fabriqués avec un ferment de ferme, une bouteille de vin vinifié

  à partir de levures naturelles, un bidon de purin d’ortie…

 

« La Loi sur les contrefaçons, adoptée en février 2014, qualifie de potentielles contrefaçons les produits que nous fabriquons à partir de matière vivante, souligne la Confédération paysanne Rhône-Alpes. Tous ces produits sont susceptibles de contenir des micro-organismes brevetés, et donc d’être saisis et détruits par les douanes » (voir ce précédent article).

« Je prends les consommateurs à témoins, lance Vincent Rouzé, secrétaire de la Confédération paysanne du Rhône et producteur de fromages. 80 % des cultures dans le monde sont des cultures sauvages. Vous comprenez bien l’intention des multinationales qui se cachent derrière la loi. S’ils peuvent réussir à obtenir que c’est une contrefaçon d’utiliser une semence indigène, c’est 100 % de la production mondiale qui est sous contrôle et qui est payable ». Une semence ou une levure indigène ? Ce sont des micro-organismes issus d’un milieu naturel, à distinguer des levures et semences sélectionnées par des entreprises de l’agro-industrie. « Le vin est un produit de terroir dans lequel il y a des micro-organismes qui n’ont besoin de personnes pour vivre, ajoute un vigneron du Beaujolais présent dans le cortège. En tant que paysans, nous ne faisons qu’accompagner la reproduction gratuite du vivant et cela est interdit. »

Exception agricole générale

Tous les manifestants présents souhaitaient aussi marquer leur opposition à la logique du brevet sur le vivant. « La première personne qui a utilisé une mule ne l’a pas inventée mais a croisé un âne et un cheval, illustre Vincent Rouzé. Les paysans font cela depuis des millénaires. On croise, on sélectionne, ça fait la richesse du vivant. On organise l’appauvrissement du vivant en les réservant à des industriels qui auront le monopole. » « C’est inadmissible d’être hors la loi en faisant ce que nous avons toujours fait, lance Claire, jeune paysanne en polyculture-élevage dans le Sud-Isère. Nous refusons de devenir des bagnards ! »

Suite à l’occupation du Groupement national interprofessionnel des semences, la Confédération paysanne a obtenu la sortie des semences de ferme du champ d’application de la loi contrefaçon (voir cet article). « Mais nous exigeons plus, souligne la Confédération paysanne Rhône-Alpes. C’est l’ensemble du paquet agricole qui doit sortir de cette loi ». Alors que le Sénat examine le projet de Loi d’Avenir agricole à partir du 8 avril, plusieurs amendements ont été proposés par le Collectif Semons la biodiversité qui regroupe 22 associations et syndicats, et promeut le respect absolu du droit des agriculteurs de réutiliser et échanger ses semences, ses plants et ses animaux. Mais aussi ses ferments, levains, levures et autres préparations naturelles à base de micro-organismes…

Source : Basta !

Photo : CC Sophie Chapelle / Basta !

Creative Commons License

Publié dans Agriculture, Basta!, Politique nationale | Pas de Commentaire »

La CGT demande au gouvernement Valls une relance de l’emploi et des salaires

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 avril 2014

 

La CGT demande au gouvernement Valls une relance

de l’emploi et des salaires

 

pacte

 

  La CGT a affirmé mercredi que l’urgence

  pour le nouveau gouvernement de Manuel

  Valls était d’augmenter « les salaires » et

  de « relancer l’emploi industriel ».

 

 

« L’urgence est de répondre aux attentes des salariés en augmentant les salaires et en décidant d’un plan de relance de l’emploi industriel », a affirmé la CGT dans un communiqué peu après l’annonce de la composition du gouvernement de Manuel Valls. Pour la CGT, « les réponses apportées par le président de la République sont en total décalage avec les enjeux qui sont devant nous ».

« Avec son pacte de solidarité » le chef de l’Etat « annonce vouloir augmenter le pouvoir d’achat en baissant les cotisations sociales des salariés. Il privera ainsi notre système solidaire de protection sociale des financements qui lui sont pourtant nécessaires », estime la centrale. Le chef de l’Etat « confirme l’orientation du pacte de responsabilité » qui consiste à « transférer le financement de la politique familiale vers la fiscalité. C’est la sécurité sociale, notre bien commun, qui est attaquée », estime la CGT.

Selon la centrale, les résultats des élections municipales ont révélé un « désengagement citoyen, une sanction d’ampleur de la politique menée par le gouvernement, la montée du vote d’extrême droite et une droitisation des discours politiques ».

Lire aussi :

Publié dans CGT, ECONOMIE, Emplois, France, Politique nationale, Pouvoir d'achat, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Les collectivités locales privées de 10 milliards par l’Etat ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 mars 2014

 

Les collectivités locales privées de 10 milliards par l’État ?

 

austerite3

  Ce chiffre de 10 milliards d’euros de baisse

  des dotations de l’État aux collectivités,

  lancé ce mardi par Le Parisien, « serait aberrant

  dans sa mise en œuvre sur le territoire », a

  estimé André Laignel, secrétaire général

de l’Association des maires de France.

 

Pour le Parti de gauche, il s’agirait d’une « course aux économies sur le dos du peuple ».

 

capture_decran austerité

  Le gouvernement est à la recherche d’au moins 50 milliards

  d’euros d’économies d’ici 2017 pour réduire les déficits publics

  et pour financer 10 milliards de baisses supplémentaires

  de charges sociales et fiscales en faveur des entreprises.

  Le président François Hollande et le Premier ministre,

  Jean-Marc Ayrault, ont prévenu que les organismes

de la protection sociale et les collectivités locales seraient mis à contribution de la même façon que l’État.

« Entre le début et la fin du quinquennat, on nous parle d’une baisse des dotations versées par l’État aux collectivités

 locales d’une dizaine de milliards d’euros par an », assure le maire socialiste du Mans, Jean-Claude Boulard,

dans Le Parisien, ce mardi matin. Dans le détail, les dotations de l’État aux régions, départements et communes

sont déjà réduites de 1,5 milliard d’euros en 2014 et une réduction supplémentaire de 1,5 milliard a été annoncée

pour l’année prochaine. A cela s’ajouterait donc un nouveau tour de vis de 7,5 milliards entre 2015 et 2017.

 

ca-suffit

  Coup de rabot

  « Le chiffre de 10 milliards qui est avancé n’a été annoncé à aucune

  association d’élus et n’est avéré en aucune façon », a dit cependant à Reuters

  André Laignel, secrétaire général de l’Association des maires de France (AMF)

  et président du Comité des finances locales, qui a été reçu à ce titre jeudi

  dernier par Jean-Marc Ayrault.

Ce chiffre de 10 milliards d’euros de baisse des dotations de l’État

« serait aberrant dans sa mise en œuvre sur le territoire », a-t-il ajouté.

[Lire la suite sur humanite.fr]

A lire aussi :

 

Publié dans Austerite, F. Hollande, France, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Que dissimule «L’autonomie» des universités prônée par la loi Fioraso ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 février 2014

 

Que dissimule «L’autonomie» des universités prônée par la loi Fioraso ?

La continuité des réformes dont le but n’est pas la liberté

de chercher

 

loi-autonomie-pecresse

  Par Dina BACALEXI, Ingénieure de recherche CNRS,

  élue SNTRS-CGT, et Daniel STEINMETZ, Secrétaire

  général du SNTRS-CGT.

 

  Dans l’Humanité du 3 janvier 2014, Martin Andler et

  Laurent Daudet, responsables de l’enseignement ­supérieur

  et de la recherche au think tank Terra Nova,

  la « boîte à idées » du Parti socialiste, ont fait l’éloge

  de « l’autonomie des universités » et la promotion de la loi

  dite ­Fioraso, que la communauté scientifique a, à juste titre,

baptisée « loi LRU2 ».

La défense d’une prétendue « autonomie » (« liberté et responsabilité des universités ») n’est qu’une ­façon

d’entériner une politique qui poursuit celle de l’ère Sarkozy. D’ailleurs, l’actuelle ministre l’avait annoncé

avec une forte dose d’hypocrisie dans l’exposé des motifs de sa loi : elle adoptait une « méthode pragmatique »

sans remise en cause systématique du passé, pour « préserver un milieu académique déjà fortement déstabilisé

par la succession désordonnée de réformes (…) dont il a fait l’objet au cours du dernier quinquennat ».

Les auteurs de la tribune semblent satisfaits de cette continuité. Dans l’esprit des « grandes coalitions » à l’allemande ?

Les auteurs incitent à « faire confiance à l’autonomie ». Mais la communauté s’est sentie trahie à plusieurs reprises.

La loi LRU, promulguée par Valérie Pécresse en 2006, a inauguré le désengagement de l’État que poursuit si bien

la loi Fioraso. Elle n’a pas seulement créé les difficultés des universités par « manque de transfert des ressources ».

Elle a posé la première pierre d’un financement supposé libre, soit via une hausse des frais de scolarité,

soit par différents contrats et partenariats public-privé, qui ont ouvert la voie à une formation et à une recherche

sous influence. Ce que la loi Fioraso a institutionnalisé, en faisant du « transfert » direct et immédiat des résultats

de la recherche ­publique aux entreprises une de ses missions principales, avait commencé avant.

En incitant les universités à « devenir des centres de coûts et de profits » et à « augmenter leur chiffre

d’affaires » (les Échos du 23 janvier 2014), en affichant son accord total avec le Medef qui réclame

« le copilotage des formations » (les Échos du 8 décembre 2013, interview ­croisée avec Pierre Gattaz),

la ministre rend les armes du service public de l’université et de la recherche.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire le tract du Syndicat National des Travailleurs de la Recherche Scientifique :

« L’Inserm à 50 ans ! Entre l’autosatisfaction de la Direction et le malaise des personnels »

PDF - 206.7 ko
Tract_SNTRS_DU_INSERM_2014

Publié dans Enseignement superieur, IDEES - DEBATS - PHILO, Politique nationale | Pas de Commentaire »

« Pierre Gattaz et François Hollande se sont pacsés au plus haut niveau de la nation »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 février 2014

 

Mobilisation

Thierry Lepaon :

      « Pierre Gattaz et François Hollande se sont pacsés

       au plus haut niveau de la nation »

 

hollande infidèle

  La CGT appelle aujourd’hui à des mobilisations

  dans toute la France pour l’emploi et les salaires.

  Son secrétaire général, Thierry Lepaon, revient

  entre autres sur le pacte de responsabilité. 

  La CGT s’est dite, à plusieurs reprises, opposée

  au contenu du pacte de responsabilité annoncé

  par François Hollande lors de ses vœux à la presse.

  Cette opposition se fonde-t-elle sur le principe même

  de ce pacte, à savoir l’abandon du financement,

  par le patronat, de la politique familiale, ou bien

  sur l’absence d’exigence de réelles contreparties

   patronales à cette mesure ?

 

Thierry Lepaon. Nous sommes opposés au contenu même du pacte de responsabilité. À son orientation.

Pour la première fois, la branche famille se retrouve isolée du financement global de la protection sociale.

Elle ne sera plus financée par le travail mais par la fiscalité. À terme, c’est donc bien l’enjeu de la fiscalisation

à la fois des recettes et des dépenses. C’est un vieux rêve de la droite qui considère que le travail ne peut pas

payer le hors-travail. Sur ce point, nous sommes en opposition frontale avec le gouvernement. Ce n’est même

pas discutable. En parallèle, ça peut paraître une question de forme mais ça n’en est pas une, François

Hollande a commencé par signer le chèque. Nul besoin d’être un grand négociateur pour comprendre

que l’arme du financement est bien la dernière qu’il faut utiliser. Mais le choix de François Hollande a été

d’exonérer d’abord et de renvoyer ensuite dos à dos syndicats de salariés et syndicats d’employeurs

pour ce qui est de la négociation des contreparties.

Jean-Marc Ayrault a demandé que les organisations syndicales lui remettent, 
avant la fin du mois,


les préconisations en matière de contrepartie sociales au pacte de responsabilité.

Quelles sont celles que la CGT va mettre sur la table ?

Thierry Lepaon. La CGT a signé, avec la CFDT, la FSU et l’Unsa, un texte commun dans lequel sont déclinés

un certain nombre de points qui nous rassemblent. Mais ces orientations, que l’on porte ensemble, peuvent être

complétées par des revendications propres à chacune des organisations. L’ensemble des dispositions qui figurent

dans ce texte commun seront mises sur la table. Par tous les syndicats. Pour ce qui est de la CGT, nous allons,

en parallèle, réaffirmer nos revendications en matière de niveau de rémunération, Smic et points d’indice,

et demander la remise à plat complète des 230 milliards d’euros d’aides publiques versées chaque année

aux entreprises.

Pour le reste, la question n’est pas d’apporter des contreparties à un pacte signé entre Pierre Gattaz

et François Hollande et sur lequel les syndicats de salariés n’ont jamais été consultés.

Pierre Gattaz et François Hollande se sont pacsés au plus haut niveau de la nation, et le gouvernement

met en œuvre ce qu’ils ont décidé.

La CGT ne regardera pas par la petite porte. Il ne s’agit pas de trouver des contreparties à 30 milliards d’euros

mais bien de mettre à plat l’ensemble de l’assiette.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Austerite, CGT, ECONOMIE, France, Liberalisme, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Emploi : le pari raté du gouvernement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 janvier 2014

 

Dans l’Humanité de ce mardi :

          emploi, le pari raté du gouvernement

 

huma2801

 

En 2013, le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 6 %.

La preuve 
de l’inefficacité de la politique de baisse

du «coût du travail», que le gouvernement veut pourtant

aggraver avec le pacte de responsabilité.

Le président de la République n’aura pas tenu son pari.

Le 9 septembre 2012, sur le plateau du JT de TF1, François Hollande

promettait d’inverser la courbe du chômage d’ici à fin 2013. Objectif raté.

Les chiffres publiés hier soir par le ministère du Travail pour le mois

de décembre sont sans appel.

 

Le chômage continue de grimper inexorablement depuis mai 2011. En catégorie A, les chômeurs n’ayant pas travaillé sont 10 200 de plus sur le mois et en hausse de 5,7 % sur l’année, soit 177 800 personnes. Toutes catégories confondues (A, B et C), le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 0,5 % sur le mois et de 6 % sur l’année, ce qui représente 278 700 inscrits en plus. Au total, il y a plus de 5,5 millions de chômeurs en France.

Seul 0,8 % de croissance pour 2014

Face à ce constat d’échec, le ministère du Travail, dans un communiqué, en est réduit à se féliciter que 2013 « soit marquée par un net mouvement d’amélioration », comprendre que la hausse du chômage a été moins forte qu’en 2012 ! De son côté, Pierre Moscovici, le ministre de l’Économie, reste aussi optimiste : « La France va mieux. Il y a maintenant cette amélioration de la situation de l’emploi, une croissance qui repart mais il faut faire plus. » Pourtant, la situation ne devrait pas s’améliorer. Selon les estimations des économistes, la croissance ne devrait pas excéder 0,8 % en 2014. Or, pour créer de l’emploi, le seuil minimum de croissance est de 1,5 %. Alors que la négociation sur l’assurance chômage vient de débuter, laissant planer la menace d’une baisse d’indemnisation des demandeurs d’emploi, l’Unedic table déjà sur une hausse de 63 200 chômeurs en catégorie A.

[Lire la suite]

Sommaire

Publié dans Austerite, Chomage, ECONOMIE, Emplois, France, l'Humanité, Liberalisme, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaire »

L’Huma décrypte en infographies les mensonges sur lesquels se fondent le pacte de responsabilité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 janvier 2014

 

Compétitivité, le grand mensonge

 

huma2701

 

Jean-Marc Ayrault a reçu ce lundi les syndicats et le Medef pour lancer

le Pacte de responsabilité voulu par François Hollande et fondé

sur la « politique de l’offre ». Pourtant, les patrons eux-mêmes affirment

que la demande est le principal frein aux affaires.

 

L’Humanité décrypte en infographies les mensonges sur lesquels se fondent ce fameux pacte.

 

CaptureracketfinancierClic sur les images pour agrandir

 

  «Il nous faut produire plus, il nous faut

  produire mieux. C’est donc sur l’offre

  qu’il faut agir.» François Hollande,

  le 14janvier à l’Élysée.

  «Faux !» répondent les patrons. Pour 44 % d’entre

  eux, c’est le carnet de commandes peu fourni

  qui les met dans la difficulté, expliquent-ils

  dans la dernière enquête de conjoncture

  dans l’industrie publiée le 14 janvier par l’Insee.

 

Capturehuma  Seuls 19 % des chefs d’entreprise

  pointent l’offre, ou plus exactement

  les coûts de production,

  comme un problème. 11 % pensant

  que le problème est à la fois lié

  à la demande et à l’offre.

  Et 80 % d’entre eux disent prévoir

  leurs projets en fonction de la demande

à venir, indique le baromètre

réalisé par l’assureur-crédit Euler Hermes.

Carnets de commandes

«Les PME n’emploient que quand les carnets de commandes augmentent, a d’ailleurs reconnu Jean-François Roubaud, le président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises, mi-janvier sur BFM. Il n’y a pas de rapport direct entre baisse des charges et emploi.» Les partisans de l’offre pointent en général le fait qu’en France la demande serait déjà suffisamment dynamique et n’aurait donc aucun besoin d’être soutenue.

Avec 0,3% l’an dernier, la consommation des ménages est totalement atone. Et pas d’amélioration en vue : d’après l’Insee, les dépenses de consommation croîtront de seulement 0,1 % au premier trimestre 2014. Reste la demande extérieure. Une variable totalement incertaine. D’autant que la compétitivité prix (incluant donc le «coût du travail») explique moins de 40% de la variation des performances à l’exportation des pays de la zone euro, démontre une étude de la Commission européenne de 2013. Une invitation à agir plutôt sur les facteurs hors prix (recherche, innovation…), le positionnement de la France sur ce plan étant seulement « médian par rapport aux principaux pays développés », explique le Trésor, dans une récente note.

Retrouvez l’intégralité de notre décryptage dans l’Humanité de ce lundi

A lire aussi :

Yaves Housson et Clotilde Mathieu

Publié dans Austerite, Competitivite, ECONOMIE, France, l'Humanité, Liberalisme, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Les mensonges du pacte de responsabilité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 janvier 2014

 

Dans l’Humanité de ce lundi :

        les mensonges du pacte de responsabilité

 

huma2701

Coup d’envoi aujourd’hui des concertations sur le pacte

de responsabilité lancé par le président le 14 janvier.

Le diagnostic des maux de l’économie censé justifier

ce big bang libéral est-il le bon ?

L’Humanité engage une opération vérité.

Moins de deux semaines après son annonce par François Hollande,

le premier ministre ouvre ce lundi la concertation sur le pacte

de responsabilité. Syndicats de salariés et organisations patronales

sont reçus à tour de rôle à Matignon.

 

 

Mercredi s’ouvriront les assises de la fiscalité des entreprises. Suivront des discussions sur une réforme du financement de la protection sociale, puis un « train de mesures de simplification ». Le tout devant être conclu lors d’une « grande conférence sociale » au printemps, et soumis au vote des députés.

Bataille pour l’emploi

Au nom de la bataille pour l’emploi, le président avait dit vouloir «accélérer» et, sur ce plan au moins, il tient promesse. Mais la direction retenue est-elle la bonne ?

Un an après le crédit d’impôt compétitivité emploi, dont l’efficacité n’a pas été évaluée, faut-il baisser encore, massivement, le «coût du travail» en satisfaisant la vieille revendication patronale de suppression des cotisations famille ?

Le diagnostic à l’origine de cette politique, imputant les maux de l’économie à un problème d’offre, est-il fondé ?

Pourquoi les allégements de cotisations patronales d’aujourd’hui feraient-ils, davantage que par le passé, les emplois de demain ?…

Autant de questions méritant une ample confrontation, avant même d’envisager les hypothétiques «contreparties» sociales de ce big bang libéral.

L’Humanité verse ici sa contribution au dossier.

[Lire la suite]

Sommaire

L’Humanité en version numérique

Publié dans Austerite, ECONOMIE, F. Hollande, France, l'Humanité, Liberalisme, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Hausse du Smic : 12 euros net par mois et pas un sou de plus !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 décembre 2013

 

Smic : une augmentation de 12 euros net par mois…

 

Capturesapin

  »Cette revalorisation de +1,1% (au 1er janvier) permet d’assurer

 une progression du pouvoir d’achat des salariés dont les rémunérations

 sont les plus faibles » ose déclaré le ministre du Travail, Michel Sapin.

 Ce refus d’un coup de pouce, conforme aux recommandations du groupe

 d’experts, va à l’encontre des attentes des syndicats.

« Une décision qui nuit au pouvoir d’achat et à la croissance » déclare la CGT.

 

Le taux horaire du Smic sera porté à 9,53 euros brut contre 9,43 euros depuis le 1er janvier 2013, la hausse, qui se limite aux mécanismes légaux, porte à 1 445,38 euros le salaire brut mensuel -au lieu de 1 430,22- pour les salariés aux 35 heures, a annoncé le ministre aux partenaires sociaux. En net, pour ces salariés, cette augmentation devrait représenter environ 12 euros par mois, avec un salaire mensuel de 1 113 euros en moyenne. « Cette année, le gouvernement envisage de procéder à une revalorisation fondée sur l’application des mécanismes légaux, sans nouveau coup de pouce« , a déclaré Michel Sapin lors d’une réunion de la Commission nationale de la négociation collective (CNNC). « Cette augmentation préserve le pouvoir d’achat et l’emploi des moins qualifiés (…), alors que s’amorce l’inversion de la courbe du chômage », a ajouté le ministre du Travail. L’inflation sur un an s’élève à 0,6%.

« Se mobiliser pour attendre rapidemment 1 700 euros par mois » (CGT)

Pour la CGT, « le gouvernement s’enferme dans les préconisations du groupe expert sur le SMIC, celui-ci reprenant les thèses patronales qui font des salaires une « charge » nuisant à l’emploi. C’est pourtant par la reconnaissance des qualifications et leur juste rémunération que l’on relancera la consommation et la croissance. » « Le SMIC doit être augmenté immédiatement et atteindre rapidement 1700 euros par mois » précise la CGT dans un communiqué et elle appelle les salariés « à se mobiliser dans l’unité la plus large afin d’obtenir cette augmentation et l’ouverture de négociation sur les salaires. »

Le numéro un de FO Jean-Claude Mailly avait réclamé dimanche un coup de pouce d’ »au moins un point ». Pour lui la hausse légale de 1,1% « est très nettement insuffisante » alors que « près de 30% des salariés à temps partiel sont au Smic et notamment des familles monoparentales ».

La CFTC demandait elle aussi que le gouvernement aille « au-delà de ce que prévoit la loi, contrairement aux recommandations (du groupe d’expert sur le Smic) qui ne prennent pas en compte les augmentations de prix à venir, notamment de l’électricité et des conséquences de la hausse de la TVA ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Lire aussi :

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, Politique nationale, Pouvoir d'achat, PRECARITE, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Saint-Denis : intervention policière musclée à la Basilique, du jamais vu depuis l’intrusion de la police dans l’église Saint-Bernard à Paris en 1996

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 décembre 2013

 

À Saint-Denis,

la police expulse des mal-logés et leur soutien de la Basilique

À la rue depuis 194 jours, des mal-logés avec leur soutien se sont installés,

hier, dans la Basilique de Saint-Denis afin d’obtenir un hébergement.

Le préfet, qui refuse de les reloger, les a fait évacuer avec violence par la police.

Du jamais vu depuis l’intrusion de la police dans l’église Saint-Bernard à Paris en 1996.

 

Image de prévisualisation YouTube

voir dur youtube

Solidaires Saint-Denis

Dimanche 15 décembre, les expulsés du 50 et du 103 Gabriel Péri à Saint-Denis (93), qui occupaient la place du Caquet depuis plusieurs mois (près de la mairie), se sont installés, avec leurs soutiens, dans la Basilique de Saint-Denis pour obtenir un hébergement. Le Préfet qui refuse de les héberger, alors qu’à Saint-Denis même, un local d’accueil de 60 places vient d’ouvrir à proximité.

Pire, contre l’avis de l’Église, il a envoyé sa police évacuer la Basilique, ce qui ne s’était jamais vu. C’est la première fois depuis l’intrusion de la police dans l’Église Saint-Bernard en 1996 que cela se produit. Les policiers ont bloqué l’entrée de la Basilique toute l’après-midi. Un comble : l’ancien évêque du diocèse, le Père Olivier de Berranger, de passage à Saint Denis, s’est vu refuser l’entrée de la cathédrale par la police !

Le maire PCF, Didier Paillard, qui voulait également aussi y entrer, en solidarité avec les mal-logés, a même été molesté et menacé à l’aide d’un Taser. Le Préfet a préféré utiliser la violence plutôt que de faire appliquer le droit à l’hébergement dont il est le garant.

Une manifestation de 200 personnes s’est ensuite dirigée vers le nouveau centre d’hébergement, qui vient de s’ouvrir à Saint-Denis dans les logements de fonction de l’ancienne gendarmerie désaffectée depuis plusieurs années. Tout le monde a pu vérifier que sa taille permet tout à fait d’héberger les 27 personnes qui sont à la rue depuis 6 mois.

Les associations et organisations qui soutiennent les habitants des 50 et 103 rue Gabriel Péri exigent du Ministère du Logement qu’il décide d’héberger enfin les 27 personnes qui sont à la rue, dans le local ouvert à Saint-Denis ou tout autre lieu d’hébergement décent. Il y a urgence. Pour obtenir cet hébergement, la mobilisation continue : les soutiens se réuniront ce lundi à 19h à la salle Saint-Denys (en face de la Basilique).

Le collectif des habitants du 50 et du 103 Gabriel Péri et les soutiens (DAL, Réseau Solidarité Logement, APEIS, CCFD Terre Solidaire, Coordination des foyers de Plaine Commune, Coordination 93 de lutte des sans-papiers, EVT, LDH, MRAP, RESF, UL Solidaires, AL, Front de Gauche, NPA, PCF, PSG)

 

Lire aussi :

Publié dans France, Logement, Politique nationale, PRECARITE, Sans Papiers - Immigration, SOCIETE | Pas de Commentaire »

123456...126
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy