Florange : la nationalisation relancée par le retrait de Mittal d’Ulcos

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 décembre 2012

 

Florange :

la nationalisation relancée par le retrait de Mittal d’Ulcos

 

Florange :  la nationalisation relancée par le retrait de Mittal d'Ulcos dans France florange31

La sénatrice PS Marie-Noëlle Lienemann

et Jean-Luc Mélenchon ont demandé

ce jeudi au gouvernement d’engager

la nationalisation du site d’ArcelorMittal

de Florange après l’annonce du retrait

du dossier initial du projet Ulcos

par le groupe sidérurgique

pour des raisons techniques.

 

« Je considère, avec mes amis de l’aile gauche du PS, qu’avec l’annonce du report aux calendes grecques

du projet Ulcos, ce qui a été présenté par Mittal pour l’avenir de Florange n’est pas confirmé.

 Il faut que l’État reprenne l’affaire en main, engage la nationalisation temporaire et contacte les repreneurs

intéressés », a estimé à l’AFP l’ancienne ministre de Pierre Bérégovoy et de Lionel Jospin qui devait intervenir

au Sénat sur le sujet dans l’après-midi, tout comme Pierre Laurent, lui aussi favorable à la nationalisation

pour le PCF.

 

1 milliard pour sauver la sidérurgie

 

lienemann accord Mittal dans Front de GaucheEn ce qui concerne le coût de l’opération, « qui serait d’un milliard d’euros,

d’où vient ce chiffre? », s’est demandé Mme Lienemann. « S’il s’agit d’un milliard

pour sauver la sidérurgie en Lorraine et en France, ça se trouve », a-t-elle ajouté.

« A titre d’exemple, les bénéfices faits cette année par les autoroutes concédées

par l’État totalisent près de 2 milliards d’euros, soit deux fois ce qu’il faut

pour sauver Florange pendant plusieurs années ».

Le co-président du Parti de gauche (PG), a lui aussi demandé au gouvernement de revenir « immédiatement

au réel et (de) nationaliser le site de Florange ». « Les provocations de Mittal doivent être sanctionnées.

L’avenir du site doit être assuré. C’est la crédibilité de la France qui est en jeu », fait valoir Jean-Luc Mélenchon,

qui dénonce une « nouvelle trahison » de Lakshmi Mittal.

Prévisible trahison

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

 LE PACTE DE FLORANGE – la Parisienne Libérée

http://www.dailymotion.com/video/xvnipy

sur dailymotion

Par Mediapart

Publié dans France, Front de Gauche, Jean-Luc Melenchon, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, Politique industrielle | Pas de Commentaire »

Jean-Marc Ayrault : la démission, c’est maintenant !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 décembre 2012

 

Jean-Marc #Ayrault : la démission c’est maintenant !

 

Jean-Marc Ayrault : la démission, c'est maintenant ! dans France floran21

A gauche pour de vrai! nous n’avons rien contre l’homme Jean-Marc Ayrault.

Il nous est même sympathique. Ces hésitations lors de ses prises de paroles

en public, sa voix tremblotante le rendent humain, et nous on aime bien

l’humain d’abord. Sauf qu’un premier ministre désigné par un président élu

par un électorat de gauche, sur la thématique du changement, doit,

pour être crédible et respecté, impulser un changement de pratique

en mettant le cap à gauche. Or, la pratique politique n’a pas changé depuis le 6 mai, le cap politique non plus.

 

Commençons par le cap politique de Jean-Marc Ayrault qui s’inscrit dans la stricte continuité

de son prédécesseur :

  • Les Roms, durant l’été, sont pourchassés.
  • Le traité européen est adopté sans référendum, comme seul un Fillon avant lui avait osé le faire

sur une question Européenne aussi capitale, infligeant l’austérité au peuple.

  • Les exonérations de cotisations sociales patronales fleurissent comme les petits pains par temps

de rigueur.

pour le pouvoir d’achat des salariés.

  • Il intronise, Monsieur le premier de “gauche” la politique économique de l’offre, la pierre angulaire

de l’idéologie économique de droite.

 

Côté pratique politique, on nous avait promis le changement. On nous avait promis le dialogue social

pour défendre les salariés et leur venir en aide dans le rapport de force qui les opposent à un patronat

de plus en plus fier et autoritaire. A la place, nous avons un premier ministre qui écoute puis cède

à la moindre injonction d’un Medef, rendu puissant comme jamais grâce à une pseudo gauche totalement

conquise par la doctrine du marché financier qu’il s’agit de ne pas heurter et de comptes secrets helvétiques :

  • On promet d’appliquer la loi toute prête pour interdire les licenciements boursiers, on se rend

aux universités d’été du Medef, Ayrault cède.

  • On promet de ne pas accepter le PSE envisagé par PSA, Varin s’insurge, Ayrault cède.
  • On promet d’aligner la fiscalité des revenus du capital sur celle des revenus du travail,

des geonpis gueulent une fois, Ayrault cède.

  • On promet de bloquer le prix des carburants afin d’aider les plus faibles, les pétroliers

et les distributeurs montrent quelques muscles, Ayrault cède.

  • On promet de ne pas instaurer une TVA antisociale, Laurence Parisot l’exige, Ayrault cède.
  • On promet de nationaliser Florange pour instaurer le retour de la puissance publique

dans la politique industrielle du pays, Monsieur Mittal menace, Ayrault cède.

  • On promet la pérennité des emplois à Florange via un projet d’avenir “Ulcos”, en direct au JT

de 20h et, le lendemain, le même Monsieur Mittal rompt son engagement!

 

En définitive, Jean-Marc Ayrault est désormais désavoué par les syndicats qui parlent de trahison,

manipulé par un patronat conscient de la faiblesse politique d’un premier ministre, suffisamment

candide pour croire que personne n’a remarqué son accointance désormais éclatante avec la patronne

du Medef. 

[Lire la suite sur A gauche pour de vrai !]

 

Publié dans France, Front de Gauche, POLITIQUE, Politique industrielle, Politique nationale, PS, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Florange / Ayrault : « Quid du redressement productif ?»

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 décembre 2012

 

Florange / Ayrault :

« Quid du redressement productif ?»

 

Florange / Ayrault : « Quid du redressement productif ?» dans PCF ayrault_mittal-300x199

Les 2 heures de réunion à Matignon, entre le gouvernement

et les syndicalistes de Florange ont détricoté l’accord

de Jean-Marc Ayrault avec Mittal.

« Florange n’est pas sauvé et l’accord est une coquille vide »

ont déclaré les syndicalistes à leur sortie.

*

*

Le premier ministre est, au final, bien seul à défendre son choix sur les plateaux de télévision :

« pas de plan social », peut il répéter sans conviction. Fermeture des hauts fourneaux, diminution

des effectifs, investissements minimum… Bref, le gouvernement accepte le pouvoir du financier indien.

Quid du choix combatif de nationaliser, quid des repreneurs solides non reçus par François Hollande,

quid du redressement productif ?

La seule bonne nouvelle de la soirée, c’est que les syndicats ressortent plus unis et plus combatifs

après leur sortie de Matignon.

 Le PCF continue à exiger une table ronde et la nationalisation, condition pour porter un vrai avenir

industriel pour Florange.

Communiqué du PCF – 6 décembre 2012

Publié dans PCF, POLITIQUE, Politique industrielle, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Accord Mittal : Le Front de Gauche dénonce un marché de dupes…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 décembre 2012

 

Communiqué du Front de gauche :

Le Front de gauche dénonce un marché de dupes avec Mittal

et réaffirme la nécessité d’une nationalisation

 

Jean Marc Ayrault et son gouvernement ont renoncé à la nationalisation et préféré le scénario

d’un mauvais film dont la fin est déjà connue. Les salariés sont déçus et en colère : ce n’est pas un sursis

ou une mort lente qu’ils revendiquaient mais un vrai engagement de l’État dans le capital de Florange,

garantissant une intervention publique forte et créant les conditions d’une démocratie salariale

pour un projet industriel d’avenir.

Au lieu de cela, le Premier Ministre leur a tourné le dos en pactisant avec « le diable de l’acier »

sur de vagues promesses.

Un vrai tour de passe-passe où le loup reste dans la bergerie et promet de ne plus attaquer !

Comment le gouvernement peut-il nous faire croire aux promesses du milliardaire L. Mittal quand celui-ci

dans tous les sites belges, luxembourgeois et français privilégie une stratégie financière contre l’investissement

productif ?

Comment peut-il défendre le chiffre de 180 millions d’euros d’investissements sur le site (moins qu’à Gandrange)

quand le rapport ministériel Faure préconisait plus de 600 millions d’euros nécessaires pour relancer un projet

industriel ambitieux avec Ulcos en ligne de mire ? La presse annonce que seuls 53 millions d’euros, sur 180 millions

d’investissements promis sur 5 ans, seront consacrés à des « investissements stratégiques ».

Enfin, comment a-t-il pu renoncer à la perspective du redémarrage des hauts fourneaux dans l’accord avec Mittal,

en acceptant simplement un entretien qui couterait 8 millions d’euros par mois, 96 millions par an ?

Une nouvelle fois, les décisions prises au plus haut niveau de l’État sont une reculade devant les marchés financiers

et devant le MEDEF qui ne veut pas entendre parler de nationalisation.

Pour le Front de gauche, la partie n’est pas terminée ! 

Nous avons besoin de production d’acier en France et cela doit passer par l’amélioration des conditions

de production en intégrant les contraintes d’économie d’énergie et de moindre émission de gaz à effets de serre.

C’est pourquoi la volonté de mettre en œuvre le projet Ulcos doit être confirmé.

Le Premier Ministre doit s’expliquer. Le contenu de l’accord entre le gouvernement et Mittal doit être entièrement rendu

public. Le gouvernement ne doit pas se cacher derrière cet accord de dupes où le seul vainqueur est Mittal.

Comme à Liège, c’est la fermeture annoncée. Il faut en finir avec les tractations opaques, les mensonges :

les négociations doivent être transparentes.

Pour le Front de gauche une solution durable passe par la mise sous contrôle public et sous celui des salariés

du site de Florange

Le Front de gauche est solidaire du combat des travailleurs d’Arcelor Mittal : avec eux nous disons « on ne lâche rien »

et exigeons la nationalisation immédiate. Nous appelons d’ailleurs à signer la pétition des sidérurgistes qui porte

cette exigence.

Publié dans France, Front de Gauche, PETITION, POLITIQUE, Politique industrielle, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Yves Fabbri, « invité de la semaine » de l’Humanité : « Jean-Marc Ayrault a tourné le dos aux salariés de Florange »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 décembre 2012

 

Yves Fabbri,

Yves Fabbri est le secrétaire général de la CGT

ArcelorMittal de Florange.

Tout au long de la semaine, il est aussi l’invité

de l’Humanité.

Retrouvez-le dans nos pages jusqu’à vendredi.

 

Sa chronique de lundi :

« Je suis salarié sur le site de Florange. Alors que, sur notre territoire et tout particulièrement en Lorraine,

des milliers d’emplois sont menacés, conséquence de la mise en concurrence des peuples entre eux,

le gouvernement français a choisi de se ranger derrière la logique industrielle de Mittal qui démantèle

des outils de production partout en Europe, de l’Espagne à la République tchèque. Je me pose la question :

comment peut-on laisser nos outils de production à un prédateur qui a décidé d’éradiquer de notre sol national,

et de l’Europe entière, l’industrie sidérurgique ?

Le premier ministre doit savoir que les promesses faites par Mittal à Gandrange, à Liège… n’ont jamais

été tenues. Comment croire à celles avancées aujourd’hui lors des tractations avec le gouvernement sur Florange ?

Je me souviens encore de la première page du Républicain lorrain en 2008 :

« Sidérurgie lorraine : une belle rallonge… ArcelorMittal va investir 330 millions d’euros à Florange d’ici 2012… »

Aujourd’hui, le premier ministre parle de 180 millions d’euros (?).

Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. Je considère que ce qui est grave, c’est que Mittal sort

renforcé de cette « négociation » et va pouvoir, sans aucun problème, continuer sa politique industrielle scélérate,

qui va se concrétiser par plus de flexibilité et de productivité, et cela à moindre coût, sur le dos des salariés.

Cette décision « scélérate » aura, Monsieur le ministre, des conséquences dramatiques sur les conditions de vie

des salariés  : chômage, précarité, surendettement, pouvoir d’achat en berne… Suppression de plus de 600 postes

de travail ArcelorMittal sur les usines à chaud, plus de 100 sur Gepor, filiale du groupe qui s’occupe de la logistique.

Des centaines de licenciements chez nos 160 sociétés sous-traitantes et fournisseurs. Idem chez les intérimaires

qui étaient plus de 400. Je pense fortement que, ce 30 novembre 2012, le premier ministre a tourné le dos

aux salariés de Florange et à la région Lorraine.

  • A lire aussi :

Yves Fabbri: « Défendons les emplois, défendons l’avenir! »

Yves Fabbri. Compétitivité plus flexibilité égale précarité

 

humanite accord Mittal dans Competitivite le 5 Décembre 2012

Publié dans Chomage, Competitivite, ECONOMIE, France, l'Humanité, licenciements, POLITIQUE, Politique industrielle, PRECARITE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Accord Mittal-Gouvernement : « Déshabiller Paul pour habiller Jacques »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 décembre 2012

 

ArcelorMittal :

l’usine de Basse-Indre déshabillée au profit de Florange

 

Accord Mittal-Gouvernement : Les activités de laminage et de décapage de l’usine de Basse-Indre,

près de Nantes, d’ArcelorMittal devraient être arrêtées

et transférées vers Florange, selon l’accord entre Mittal

et le gouvernement trouvé vendredi dernier.

 

 

C’est ce qu’indique ce mardi Frédéric Gautier, délégué CGT de l’usine de Basse-Indre, qui juge cette opération

« de mauvais augure » pour la Loire-Atlantique. Selon le syndicaliste, la direction a annoncé aux syndicats

qu’aux termes de l’accord intervenu vendredi entre ArcelorMittal et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault,

les activités de laminage et de décapage de l’usine de Basse-Indre allaient être arrêtées. La baisse de production

à Basse-Indre doit entraîner un surcroît d’activité pour le laminoir de Florange, selon le syndicaliste

De 60 à 65 salariés en CDI seraient concernés par ces activités, auxquels il convient d’ajouter une vingtaine

d’employés d’entreprises de sous-traitance et une quinzaine d’intérimaires.

La direction du groupe parle d’une cinquantaine de salariés concernés au total, selon le responsable syndical.

Ces salariés seraient maintenus à Basse-Indre afin de former une équipe supplémentaire de revêtement,

a-t-il ajouté.

« On l’a amère »

L’usine emploie 546 personnes en CDI et 150 sous-traitants, selon Frédéric Gautier. Elle est spécialisée

dans la fabrication d’acier plat pour emballages alimentaires, activité aussi présente à Florange (Moselle).

« On l’a amère. On pense que le deal entre le gouvernement et Florange n’est pas de bon augure pour Basse-Indre.

Le laminage va disparaître, alors que c’est le coeur de notre métier. Il y a une grosse inquiétude pour l’avenir.

Quand Jean-Marc Ayrault dit qu’il a sauvé les deux bassins, il n’a rien fait du tout car on n’était pas inquiétés »

à Basse-Indre, a estimé Frédéric Gautier.

Les syndicats d’ArcelorMittal doivent être reçus mercredi à Matignon. La CGT a prévu d’organiser des assemblées

dans l’entreprise jeudi afin d’informer les salariés.

  • A lire aussi :

Un syndicat ukrainien dénonce les suppressions d’emplois massives chez Arcelor Mittal

 

Lionel Bellotti, délégué syndical FO de Basse-Indre explique les inquiétudes des salariés

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

par

Publié dans CGT, ECONOMIE, FO, France, POLITIQUE, Politique industrielle, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Bernard Thibault : « Je ne crois pas que Florange soit sauvé »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 décembre 2012

 

Le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault estime, comme les syndicats locaux,

que Florange n’est pas sauvée. Il a également dénoncé ce lundi matin sur France Info

« un renoncement condamnable de la part du gouvernement » dans le dossier du site ArcelorMittal.

 

http://www.dailymotion.com/video/xvkfo5

sur dailymotion

Par FranceInfo

[Lire l’article sur humanite.fr]

Publié dans CGT, ECONOMIE, Emplois, France, Politique industrielle, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Florange : le gouvernement cède à Mittal, « le maître des forges qui lamine l’emploi »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 décembre 2012

 

Florange : un nouveau renoncement des socialistes

 

Florange : le gouvernement cède à Mittal,

Le social-libéralisme du gouvernement Ayrault a encore frappé.

Ils ont encore cédé face au roi de la finance, et renoncent

à l’ambition d’une relance durable du site de Florange

et de l’industrie dans la région. Le gouvernement va peut être

éviter un plan social mais il finance avec des fonds publics

des reclassements et des pré-retraites.

Le refus de nationalisation laisse les salariés entre les griffes

de M. Mittal qui ne veut qu’éteindre les hauts fourneaux.

L’idée de la nationalisation ne doit pas être un argument

de chantage mais une volonté politique pour permettre

une installation durable d’une industrie sidérurgique dans notre pays et en Europe. Une nationalisation non pas temporaire

mais pérenne permettant un projet industriel durable pour préserver l’activité, le savoir faire, les emplois et permettant

l’acquisition de nouveaux droits aux salariés dans les prises de décisions de l’entreprise.

Nous l’avons bien compris, les agitations, les unes des journaux, les propos de M. Montebourg ne servent qu’à faire

diversion. Ce gouvernement n’entend rien et ne veut pas répondre au peuple de Gauche !! Des socialistes ont compris

d’ailleurs les mauvais choix de  leurs dirigeants et quittent actuellement le navire du social-libéralisme. Oui, ils existent

d’autres solutions, l’alternative à l’austérité, au renoncement, à la soumission au monde de la finance.

Communiqué du Front de Gauche

 

 

L’accord Mittal-gouvernement est un renoncement à l’ambition

d’une relance durable du site de Florange (Pierre Laurent)

 

florange3 dans Emplois

Après l’annonce du gouvernement, les hauts fourneaux

de Florange vont rester à l’arrêt. De nombreux emplois

sur le site continuent d’être menacés.

Le gouvernement parle d’absence de plan social mais

donnerait son feu vert à des reclassements

et des pré-retraites financés sur fonds publics.

Voilà la vérité sur l’accord annoncé entre Mittal

et le gouvernement.

C’est de la part du gouvernement un renoncement à l’ambition d’une relance durable du site.

Les fumeuses promesses d’investissements de Mittal, contraire à tous ses actes, ne sont en rien une garantie.

Mittal continue de jouer les sites français et belges, les uns contre les autres.

Le PCF comprend la colère des salariés et élus locaux devant cette démission de la puissance publique.

L’accord Mittal-gouvernement ne peut en aucun cas être un point final au dossier de Florange ni à celui de l’ensemble

de la filière sidérurgique française. Les salariés ne doivent pas être à nouveau abandonnés aux griffes de Mittal.

Je demande la mise en place immédiate d’un comité national pluraliste associant syndicats, élus locaux, parlementaires,

état, industriels et banques pour continuer dans la transparence à construire les solutions industrielles d’avenir

inexistantes après cet accord.

Par Pierre Laurent, le 01 décembre 2012

 

Pierre Laurent sur RTL le 30 novembre2012 :

« Mittal pille tout ce qu’il peut piller »

http://www.dailymotion.com/video/xvhpug

sur dailymotion

Par rtl-fr

 

Publié dans ECONOMIE, Emplois, France, Front de Gauche, Luttes, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, Politique industrielle, PS, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Rencontre nationale pour l’industrie à Lille – Discours de Pierre Laurent

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 novembre 2012

 

Lille le 24 novembre 2012 :

Discours de Pierre Laurent à l’occasion de la rencontre nationale du PCF sur l’industrie à Lille.

Seul le prononcé fait foi ( Début du discours à une minute )

 

http://www.dailymotion.com/video/xvcmez

sur dailymotion

Par

Publié dans France, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, Politique industrielle | Pas de Commentaire »

Sauver Florange, une urgence

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 novembre 2012

 

Ce lundi dans l’Humanité :

Sauver Florange, une urgence

 

Sauver Florange, une urgence dans ECONOMIE huma2611

L’ultimatum imposé à l’État par Mittal pour

trouver un repreneur arrive à échéance

le 1er décembre.

L’idée d’une prise de contrôle par l’État

recueille de plus en plus de soutiens.

Le PCF présente son plan pour relancer

l’industrie.

Dans son éditorial, Paule Masson pose

la question de la crédibilité du gouvernement

dans cette affaire.

 

Est-ce parce qu’il n’a plus le choix 
ou par conviction

politique 
que le gouvernement envisage 
la possibilité

d’affronter la toute-puissance d’un grand patron ?

Depuis que le ministre du Redressement productif,

Arnaud Montebourg, a évoqué publiquement, en fin de semaine 
dernière, la possibilité d’un « contrôle public,

même temporaire » du site ArcelorMittal de Florange, une onde de soulagement se propage. Les salariés et

syndicats réclament depuis des mois que l’État prenne 
ses responsabilités pour sauver un site sidérurgique

que tous les rapports d’expertise jugent viables. Samedi, 
des élus de Moselle, de tous bords politiques, ont

écrit 
à François Hollande pour appuyer cette solution. 
Au sein du Parti socialiste, les soutiens se multiplient.

Claude Bartolone, François Rebsamen, Marie-Noëlle Lienemann, représentatifs de courants différents, appuient

la solution de fermeté. On aimerait croire qu’une chape de plomb se soulève, qu’enfin, sur un dossier au moins,

la voie du bon sens l’emporte sur 
les projets mortifères du patronat vis-à-vis de l’industrie.

Le président de la République, dit-on, ne serait pas défavorable à une prise de contrôle par l’État 
(que les syndicats

réclament à hauteur 
de la minorité de blocage), quitte, ensuite, à revendre à un repreneur. Jean-Marc Ayrault aurait

plus 
de réticences, par peur 
de s’attirer les foudres 
des employeurs. 
À n’en pas douter, 
une intrusion 


de la puissance publique dans les affaires d’une entreprise, même temporaire, déclencherait un lobbying patronal

immédiat. 
Que gagnerait la gauche à y céder une fois de plus ?

Lakshmi Mittal est le PDG aux pleins pouvoirs d’un groupe sidérurgique mondial. Depuis des années, il usurpe

les profits considérables de l’entreprise et utilise les aides publiques pour gonfler les dividendes. Il a floué

tous les engagements pris au moment de l’OPA hostile de 2006. Il a poussé les feux d’une stratégie 
de prédation

financière au détriment des conditions 
de travail et de l’investissement dans la recherche. 
Il va là où la rentabilité

est immédiate, lâche l’acier pour se jeter sur le minerai de fer, ferme des sites en France 
et en Belgique.

Cette gestion est emblématique de tout 
ce qui fait suffoquer l’économie et plonger l’industrie.

Voilà pourquoi le gouvernement joue sa crédibilité
avec ce dossier.

[Lire la suite]

 

flor-300x148 Florange dans Emplois

Lire également : 

Florange : la nationalisation promue par les élus locaux

Publié dans ECONOMIE, Emplois, F. Hollande, France, l'Humanité, PCF, POLITIQUE, Politique industrielle, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

1234567
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy