Plan compétitivité : Les ménages vont payer cash !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 novembre 2012

 

Dans l’Humanité, ce mercredi,

les Français passent à la caisse pour le plan compétitivité

 

Plan compétitivité : Les ménages vont payer cash ! dans Austerite huma0711

« L’idéologie qui guide ces mesures proposées

par Jean-Marc Ayrault reste dans les sillons

du libéralisme pour qui travail vivant et secteur

public sont un coût à réduire et pas une source

de progrès », estime Michel Guilloux qui signe

l’éditorial de l’Humanité de ce mercredi.

Le moins pire est-il mieux que le meilleur du pire ? Pierre

Dac aurait sans doute eu une réponse affûtée à la question,

mais lorsqu’il s’agit de l’état du pays, de ceux qui y vivent,

y travaillent ou aspirent à travailler, le rire se fige au jaune.

Depuis un an, le Medef pariait sur le cheval Sarkozy pour

obtenir un coup de massue de 60 milliards sur les ménages

et dépenses publiques afin d’accroître, encore plus,

la rentabilité financière de ses mandants. Les Français ayant

tranché, le syndicat des grands patrons, la droite

revancharde, les « experts » à œillères de la doxa ultralibérale,

secourus par le FMI, l’OMC, la Banque mondiale et autres agences de notation financières – dont on se souvient le rôle

dans la crise des subprimes puis de la dette publique grecque – tous se sont arc-boutés sur un objectif :

ce qu’ils n’avaient pu obtenir par les urnes, ils l’obtiendraient par une offensive à la brutalité sans précédent.

Alors non, ce ne seront pas 60 milliards en une fois mais le tiers sur trois ans à partir de 2014… Il n’en demeure pas

moins que le fond de l’analyse demeure, d’où l’embarras d’une bonne partie de la droite qui ne trouve à redire que sur

la méthode, répétant en boucle la formule d’« usine à gaz », n’ayant point d’autre critique à porter au fond. Certes,

point de baisse directe et massive des cotisations sociales, donc pas d’attaque frontale de la protection solidaire comme

en rêvait la réaction. Il n’en reste pas moins que l’impôt indirect, la TVA, pèse sur les ménages et est d’autant plus injuste

que son poids est à mesure inverse de la modestie des revenus. Ajoutons la baisse des dépenses publiques, un crédit

d’impôt sans aucune contrainte hormis une « transparence » réclamée… L’idéologie qui guide ces mesures reste dans

les sillons du libéralisme pour qui travail vivant et secteur public sont un coût à réduire et pas une source de progrès.

S’agissant du secteur financier, le gouvernement envisage de séparer les activités « utiles à l’investissement et à l’emploi »

de « leurs opérations spéculatives ». Le mot spéculation fut lâché hier en un lapsus dont beaucoup auront fait leurs choux

gras mais là réside bien le cœur du problème. La majorité gouvernementale croit en l’orthodoxie de l’austérité

budgétaire – fût-elle « juste » – et espère tirer le pays du gouffre en misant sur la spécialisation de la production dans

des secteurs de « pointe ». Comme le soulignait hier Pierre Laurent pour le PCF, « les profits accrus ainsi dégagés iront

principalement vers les placements financiers et les délocalisations puisque la demande intérieure s’en trouverait encore

plus handicapée ». Nulle part il n’est question de s’attaquer aux 309 milliards d’euros qui, chaque année, vont du fruit

du travail vers les dividendes aux actionnaires et le service financier de la dette des entreprises. Ce point

aveugle nourrit depuis des années l’enfoncement du pays comme l’idée de fatalité devant la crise.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Austerite, Competitivite, ECONOMIE, France, Pierre Laurent, POLITIQUE, Politique fiscale, Politique nationale, Pouvoir d'achat, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Grèce : un journaliste arrêté pour avoir publié la liste de grands fraudeurs fiscaux

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 octobre 2012

 

Exclusif : En Grèce, il ne faut pas dire la vérité :

journaliste recherché par la police

 

Grèce : un journaliste arrêté pour avoir publié la liste de grands fraudeurs fiscaux dans Fraude fiscale hot_doc_ektakto2Par Fabien Perrier

Nouveau rebondissement dans l’histoire de la « liste Lagarde ».

Et nouvelles menaces sur la liberté d’information, en Grèce.

L’Humanité a en effet été informée que l’éditeur Kostas

Vaxevanis est recherché par la police.

Un communiqué le confirme : il indique que, sur ordre

du Procureur d’Athènes, « la police grecque exerce

des recherches pour trouver et arrêter l’éditeur du magazine

Hot Doc dans lequel a été publié la liste Lagarde ».

 

  • Dernière minute.
  • L’arrestation de  l’éditeur Kostas Vaxevanis est confirmée.

Que contient cette liste ? Environ 2000 noms de riches Grecs qui ont

des comptes en Suisse, dans la banque HSBC, échappant ainsi

au fisc de leur pays. Cette liste avait été fournie aux anciens ministres du Pasok (celui de la Défense, Evangelos

Venizelos et celui des Finances, Giorgos Papaconstantinou) par Christine Lagarde lorsqu’elle était ministre

de l’Economie, des Finances et de l’Industrie. Mais cette liste était visiblement vouée à disparaître.

L’un des ministres, G. Papanconstantinou, déclarant qu’il ne savait plus à quel fonctionnaire il avait donné le CD

contenant les noms, l’autre déclarant avoir perdu la clé USB avec les précieuses informations. Depuis, la France

se tenait prête à la communiquer si le gouvernement grec la lui demandait. Il n’en fut rien.

Alors que la Grèce sombre dans une crise sans précédent, le magazine d’investigation Hot Doc a publié les noms,

sans indiquer les comptes ni les sommes. Dans cette liste se trouvent des entrepreneurs ayant obtenu

des subventions de l’Etat grec, avant la crise, pour ne pas fermer leurs usines – comme la famille Lamaras, magna

du textile, des armateurs, des journalistes et trois personnalités politiques. Aussitôt, la police s’est mise à la recherche…

de l’éditeur de la liste. « La police le recherche. Elle l’accuse de divulguer des informations personnelles », explique

à humanité.fr Miguel Samotrakis, un des journalistes du magazine Hot Doc joint par téléphone.

« La police est même venue dans les bureaux » poursuit le journaliste.

Kostas Vaxenakis, rapidement joint par l’Humanité, s’est dit « très inquiet ».

Bref, il ne fait pas bon dénoncer la corruption alors que des personnes impliquées dans l’affaire Siemens,

par exemple (comme Michaël Christoforakos) ne sont pas inquiétées.

Alors que les mouvements sociaux se multiplient en Grèce, que la population – frappée à 25,3% par le chômage –

devient chaque jour plus pauvre, et que le rejet de l’austérité est massif, ce sont désormais les journalistes

qui semblent empêchés d’exercer leur métier. Déjà, en Grèce, certains ont surnommé Kostas Vaxevanis

le « Julien Assange Grec ». Julien Assange est poursuivi pour la publication de documents confidentiels

(câbles diplomatiques).

Cet épisode rappelle de sombres heures dans un pays sorti en 1974 de la dictature des colonels.

Lire également :

Un journaliste grec sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir dévoilé l’évasion fiscale…

 

Publié dans Fraude fiscale, Grece, l'Humanité, LIBERTES | Pas de Commentaire »

L’Édito de l’Huma Dimanche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 octobre 2012

 

DANS LA PRESSE

EDITO DE L'HUMANITE DIMANCHE - Chômage - Droit du travail dans CHOMAGE 25/10/2012

 

 dans CRISE

Résister au tsunami du chômage, respecter le droit au travail

by Patrick Le Hyaric

 

Le violent ouragan qui s’abat sur notre industrie et l’emploi n’en finit pas. De l’agro-alimentaire à l’automobile,

des banques et assurances au commerce, de l’énergie à la chimie, du textile aux transports, de la presse aux télécommunications,

un rouleau compresseur contre l’emploi et la production broie les activités et la vie de centaines de milliers d’êtres humains, de familles.

 

 dans ECONOMIE - FISCALITE

Le laminage de grands secteurs économiques a pour effet de détruire des petites et moyennes entreprises,

étranglées dans le double étau des prix que leur imposent les multinationales, devenues donneuses d’ordre,

et la difficulté d’accès à un crédit à un taux acceptable, c’est-à-dire non usuraire et donc favorable

à l’activité productive et à l’emploi.

Les procédures judiciaires de faillite s’amplifient de mois en mois et n’ont jamais connu un tel niveau.

De Doux à Pétroplus, de Technicolor Angers à Navimo, les tribunaux jugent aujourd’hui

au regard de règles comptables qui font fi des vies humaines, de celle des territoires.

L’essentiel des destructions d’emplois et d’activités provient de la diminution des débouchés tant chez nous qu’à l’exportation, elle-même

due à la baisse du pouvoir d’achat et à la compression des salaires partout en Europe. La poursuite de l’austérité salariale et des retraites,

combinée aux gains de productivité, accaparée par les propriétaires des entreprises et leurs actionnaires, annonce l’amplification

de la déflagration de l’emploi et du travail dans les semaines et les mois à venir.

Lire la suite sur PCF Maubeuge

Publié dans Chomage, ECONOMIE, l'Humanité, Politique fiscale, Politique industrielle, Presse - Medias, SOCIAL, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Partage des richesses

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 octobre 2012

 

 

Partage des richesses dans Dessin de presse 121016-taxe-art-fb539381_503249116353639_707223448_n dans Humour

 

vu sur : Moissac au Coeur

Publié dans Dessin de presse, Humour, POLITIQUE, Politique fiscale | Pas de Commentaire »

L’amie des  » pigeons  » ne croit pas à la lutte des classes !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 octobre 2012

 

Fleur Pellerin prend la défense des Pigeons contre le PCF

 

L'amie des

En première ligne pour donner des gages aux Pigeons et au Medef,

la ministre déléguée aux PME répond au PCF qui lui avait conseillé

« un stage d’immersion dans les PME, où les salariés sont en lutte

aujourd’hui, pour y découvrir certaines réalités. »

 

« Dans les PME, je ne crois pas à la lutte des classes »,

indique la ministre de Bercy au Parisien ce dimanche. 

« Tous les patrons de PME que je rencontre sont en osmose avec leurs salariés », observe Fleur

Pellerin, qui veut distinguer les chefs des petites entreprises et un patron du CAC 40 « qui après un an de mauvais

services part avec des millions d’euros ».

Cette déclaration intervient alors que le gouvernement a reculé face à la fronde des « Pigeons », créateurs d’entreprises

ou de start-up téléguidés par l’UMP et le Medef, idéologiquement contre l’alignement de la fiscalité des revenus

du capital sur celle du travail. Ceux-ci ont obtenu l’abandon de la hausse de l’imposition sur les plus-values de revente

d’entreprise.

Après la capitulation gouvernementale, le PCF, par la plume de son porte-parole d’Olivier Dartigolles, avait réagi

vivement : « Alors que le patronat, déguisé en « pigeons » comme la semaine dernière ou à visage découvert dans

les négociations en cours sur la compétitivité, mène sans frilosité aucune le combat de classe, nous conseillons

à la ministre un stage d’immersion dans les PME où les salariés sont en lutte aujourd’hui pour y découvrir certaines réalités. »

 

[Lire la suite sur .humanite.fr]

 

A lire aussi :

Publié dans France, PCF, POLITIQUE, Politique fiscale | 1 Commentaire »

Le gouvernement n’en finit pas d’envoyer des signaux amicaux au Medef

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 octobre 2012

 

Le gouvernement pigeonné par l’UMP et le Medef

 

Le gouvernement n'en finit pas d'envoyer des signaux amicaux au Medef dans ECONOMIE 2012-10-04pigeons-entrepreneursLes quelques jours d’intense lobbying sur le web des « Pigeons »,

un groupe anonyme de patrons de l’Internet et

de la communication relayé médiatiquement par l’UMP, le Medef

et la CGPME, a fait plier le gouvernement.

Ce dernier a annoncé ce jeudi matin faire marche arrière

sur la fiscalité des créateurs d’entreprise.

 

 

Le gouvernement n’en finit pas d’envoyer des signaux amicaux au Medef. Après les 40 milliards d’euros d’exonérations

sur cinq ans qu’il s’apprêterait à offrir aux entreprises en guise d’aide à la compétitivité, il annonce ce jeudi

un rétropédalage sur la taxation des plus-values liées à la revente d’une entreprise. Plus globalement, l’idée de taxer

les revenus du capital au même niveau que ceux du travail a bien du mal à passer.

Les faux-nez du Medef et de l’UMP

« S’il y a des mesures qui choquent ou sont de nature à dissuader l’investissement de ces jeunes entreprises innovantes,

il faudra y revenir », a déclaré ce jeudi le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici sur France Inter. Ce dernier a pu

annoncer la bonne nouvelle à Laurence Parisot, avec laquelle il avait rendez-vous dans la matinée. Il faut dire

que la patronne des patrons n’a pas ménagé ses efforts pour mobiliser tous ces réseaux contre le projet de loi

de finances 2013 qui, rappelons le, vise à taxer les revenus du capital au même niveau que ceux du travail.

Dans un premier temps, le Medef a réagi à travers ses canaux de lobbying traditionnel, dont son groupe de pression

« faux-nez » Croissance plus, qui compte des entrepreneurs encartés à l’UMP comme Charles Beigbeider. Les ténors de droite

se sont très vite associés à ce chœur des riches « spoliés » du projet de budget 2013, ardents défenseurs de l’esprit

d’entreprendre pourvu qu’il y ait des exemptions fiscales.

Second front sur les réseaux sociaux

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

 

Publié dans ECONOMIE, France, POLITIQUE, Politique fiscale, UMP | Pas de Commentaire »

Budget 2013 : le détail des 10 milliards de recettes fiscales en plus

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 septembre 2012

 

Budget 2013 :

le détail des 10 milliards de recettes fiscales en plus

 

Budget 2013 : le détail des 10 milliards de recettes fiscales en plus dans Austerite 2012-09-28impots-isf-150x150Le projet de budget 2013 dévoilé ce vendredi prévoit dix milliards

de hausses d’impôts sur les ménages et autant sur les entreprises.

Voici le détail des annonces gouvernementales, en attendant celles

de lundi concernant le budget de la sécurité sociale.

 

 

Ménages

 

  • Impôt sur le revenu (applicable dès 2013, sur les revenus 2012)

 

–> Tranche supérieure : les 50.000 contribuables gagnant plus de 150.000 euros annuels par part seront imposés au taux

marginal de 45%. Gain pour l’État : 320 millions d’euros.

–> Gel du barème : décidé par l’ancienne majorité pour 2012-2013, il est maintenu mais n’est pas décompté dans les 10 milliards

d’impôts annoncés vendredi. Il équivaut à une hausse de près de 2% pour les redevables, mais une décote permettra

d’épargner 7,4 millions de contribuables modestes.

–> Revenus du capital : intérêts, plus-values ou dividendes seront imposés comme ceux du travail. Le prélèvement forfaitaire

libératoire (PFL) disparaît, sauf pour certains petits épargnants. Les abattements sur les dividendes sont supprimés. Des mesures

allègeront la facture pour les investisseurs de long terme, et les avantages aux patrons de PME qui partent à la retraite sont maintenus.

Au total, cela alourdit l’impôt de 4 millions de contribuables en 2013, et d’un million de contribuables supplémentaires en 2014. Par

contre, 4,5 millions de contribuables verront leur impôt baisser. Gain : 3 milliards d’euros en 2013, puis 1,4 milliard par an.

–> Quotient familial : l’avantage fiscal sera plafonné à 2.000 euros par demi-part supplémentaire, contre 2.336 euros jusqu’ici.

Cela touchera moins de 2,5% des foyers fiscaux, aisés. Gain : 490 millions d’euros par an.

–> Niches fiscales : un foyer fiscal pourra réduire au maximum son impôt de 10.000 euros par an (contre 18.000 euros + 4% du

revenu jusqu’à présent). Une vingtaine de niches sont concernées (emploi d’un salarié à domicile, garde d’enfants, travaux du logement

en faveur du développement durable, immobilier locatif…). Certaines, qui touchent à l’Outre-mer, la niche « Malraux » sur la restauration

d’un bien classé et « Sofica » sur le cinéma, sortent du plafonnement. Gain : non chiffré.

–> Stock-options : elles ne bénéficieront plus d’une fiscalité dérogatoire. Gain : 45 millions d’euros.

 

  • Impôt sur la fortune (ISF)

Nettement abaissé en 2011, l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) est relevé. Le seuil d’entrée reste à 1,3 million d’euros, mais avec

un barème de 0,5% à 1,5%. Un plafonnement est réintroduit afin que le cumul de l’ISF et des autres prélèvements ne dépasse pas

75% du revenu. Gain : 1 milliard d’euros par an.

 

  • Taxe à 75% pour les super-riches

Elle vise pendant deux ans les revenus d’activité supérieurs à un million d’euros par an et par contribuable. Elle touche environ

1.500 personnes, qui paieront en moyenne 140.000 euros à ce titre. Gain : 210 millions d’euros par an.

 

  • Autres

Le malus sur les voitures polluantes est alourdi (gain : 177 millions d’euros en 2013) ainsi que la redevance télé, augmentée

de 2 euros.

Entreprises

[Lire la suite sur humanite.fr]


Le budget de la Sécurité sociale comprendra 4 autres milliards de prélèvements nouveaux.

–> Prélèvement sur les pensions des retraités : Les pensions des retraités imposables seront soumises

à un prélèvement de 0,15%, pour aider au redressement des comptes de la Sécu en 2013.

 

Publié dans Austerite, France, POLITIQUE, Politique fiscale, RETRAITES | Pas de Commentaire »

Les 13 milliards d’impôts sur la succession qu’Arnault voudrait planquer en Belgique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 septembre 2012

 

Les 13 milliards d’impôts sur la succession

qu’Arnault voudrait planquer en Belgique

 

Les 13 milliards d'impôts sur la succession qu'Arnault voudrait planquer en Belgique dans Belgique Baraque-a-fricComme Bernard Arnault a déjà une maison en Belgique,

qu’il profite amplement de ce Paradis fiscal,

pourquoi veut-il la naturalisation ?

Les recherches du Parti du travail de Belgique et du quotidien

Le Soir indiquent que le patron pourrait ainsi esquiver 

l’impôt sur les successions en France.

Soit plus de 13 milliards d’euros de manque à gagner pour l’État.

13,5 milliards d’euros, en comptant que Bernard Arnault ne s’enrichira plus d’ici

sa mort, c’est ce qui pourrait donc passer sous le nez de l’État français.

C’est les deux tiers de la hausse d’impôt que devront supporter citoyens

et entreprises françaises sur ces deux prochaines années.  

La fortune personnelle du patron de LVMH étant estimée à une trentaine de milliards d’euros et l’impôt sur la succession

à 45 %.

Pour avancer cette hypothèse, le PTB et le quotidien belge Le Soir ont enquêté dans les montages financiers d’Arnault.

Il a ainsi créé fin 2008 en Belgique une fondation appelée Protectinvest, dont l’un des objectifs est de protéger les intérêts

de ses héritiers. Pour rendre le montage plus opaque, Bernard Arnault ne détient pas directement la fondation, mais passe

par Pilinvest, l’un de ses gros holdings financiers basé à Bruxelles, dont il détient 99,99 %.

Cette fondation a deux utilités potentielles qui n’interviendront que lors du décès du patron : éviter la dislocation de l’empire,

et surtout esquiver les impôts sur la succession en France.

Et selon le PTB, « il existe en Belgique deux systèmes de donations aux héritiers directs  particulièrement avantageux pour

le patrimoine mobilier. Ces systèmes permettent une imposition nulle ou quasi nulle ». Et si la résidence en Belgique pourrait

éventuellement suffire à esquiver l’impôt sur la succession, le service des études de la formation de gauche rappelle que

« la convention fiscale franco-belge de 1964 assure une protection particulière aux porteurs de la nationalité belge

(et donc de la double nationalité). »

Lire également :

  • Le communiqué du PTB :

Exclusif : Arnault : les raisons de sa demande de naturalisation et les extra-largesses fiscales

belges

Source : humanite.fr  13 septembre 2012

Source illustration : Résistance.fr

Publié dans Belgique, POLITIQUE, Politique fiscale | Pas de Commentaire »

40% de revenus en plus pour les 0,01 % les plus riches

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 septembre 2012

 

INÉGALITÉS

40% de revenus en plus pour les 0,01 % les plus riches

 

40% de revenus en plus pour les 0,01 % les plus riches dans ECONOMIE 398873_photo-realisee-le-7-septembre-2012-a-paris-d-un-avis-d-imposition-sur-le-revenu-et-de-pieces-de-1-euro-300x199Par Nolwenn Weiler (10 septembre 2012)

Pendant que les pauvres – 8, 6 millions de personnes sous le seuil

de pauvreté monétaire (964 euros/mois) – ne cessent de voir leur niveau

de vie baisser, les plus riches continuent de s’enrichir.

La dernière enquête Insee sur les revenus fiscaux et sociaux révèle ainsi

qu’ « en 2010, le niveau de vie baisse ou stagne pour pratiquement toutes

les catégories de population sauf pour les plus aisées ». Entre 1996 et 2010,

le niveau de vie moyen des 10 % de personnes les plus aisées a augmenté d’environ 2,1 % chaque année, pour s’établir

à 53 220 euros par an et par personne en moyenne.

Le niveau de vie moyen de l’ensemble de la population n’a progressé que de 1,4 % pendant la même période. Le salaire moyen

des cadres augmente (en euros constants), en particulier dans le secteur financier, tandis qu’il diminue pour les ouvriers !

Quant aux revenus du patrimoine s’ils contribuent peu à l’évolution du niveau de vie de la majorité de la population,

ils représentent jusqu’à 26 % du revenu disponible des 10 % de personnes les plus aisées.

Les cadres de la finance encore plus riches

Plusieurs raisons expliquent cette augmentation ininterrompue du niveau de vie des plus riches. D’abord la distribution toujours

plus inégalitaire des salaires se double d’une augmentation de la part allouée aux dividendes. Celle-ci pesait 3 % de la valeur

ajoutée en 1977, contre 8 % aujourd’hui. Selon une analyse du sociologue Olivier Godechot, citée par notre confrère

d’ Alternatives Économiques Thierry Pech [1], ce sont aujourd’hui les cadres dirigeants de la finance qui occupent les premières

places parmi les plus riches. Il y a une trentaine d’années les capitaines d’industrie arrivaient en tête.

Un troisième facteur explique le décollage des hyper-riches : les orientations de la politique fiscale.

[Lire la suite sur Basta !]

Publié dans ECONOMIE, France, Politique fiscale, Salaires | Pas de Commentaire »

Le billet de Théophraste R.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 septembre 2012

 

« Liberté, égalité, fraternité » (c’est pour rire).

 

Le billet de Théophraste R. dans POLITIQUE breveon2876-b3e7cLe Figaro se marre : L’imposition à 75 % à partie d’un million de revenus

ne serait en fait que de 67 %, les sportifs et les artistes en seraient dispensés.

La mesure « ne s’appliquerait qu’aux revenus du travail : salaires, traitements

et primes.

Les revenus du capital – plus-values sur les cessions d’actions, d’immobilier,

dividendes, intérêts – en seraient exonérés ».

En gros, resteraient les dirigeants des grandes entreprises, qui seraient alors

tentés par l’étranger (où on les attend, tiens !).

Fabius a ponctué : « Le dispositif des 75% n’est pas destiné à être permanent ».

Sinon, l’effort national, la rigueur qui a un sens, c’est pour tous (les autres).

Théophraste R. (vétéran de la lutte contre « le vote utile »).

 

Source : img_logo_lgs-300x37 dans POLITIQUE  8 septembre 2012

URL de cette brève :  http://www.legrandsoir.info/+liberte-egalite-fraternite-c-est-pour-rire+.html

Publié dans POLITIQUE, Politique fiscale | Pas de Commentaire »

1...56789...14
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy