Affaire Cahuzac : 15 millions d’euros au soleil suisse ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 avril 2013

 

Affaire Cahuzac : 15 millions d’euros au soleil suisse ?

 

Affaire Cahuzac : 15 millions d'euros au soleil suisse ? dans France cahuzac

Jérôme Cahuzac n’a-t-il transféré en Suisse que 600.000 euros ?

En 2009, Jérôme Cahuzac aurait tenté de déposer

15 millions d’euros dans un établissement bancaire

suisse, selon des informations de la télévision

publique suisse révélées ce dimanche.

 

 

Sur son site RTSinfo qui cite des sources bancaires, le média helvète explique que « l’établissement aurait

refusé, par crainte de complications ultérieures, Jérôme Cahuzac étant une personnalité exposée politiquement. »

Si cette somme de 15 millions d’euros déjà évoquée par Mediapart se précise, cela indiquerait que l’ancien

ministre du Budget aurait tenté de soustraire au fisc français plus que les 600.000 euros évoqués par Jérôme

Cahuzac lors de ses aveux, indique la RTS.

Aide judiciaire

Jusqu’alors, le procureur genevois Yves Bertossa a affirmé que  » la documentation saisie tend à confirmer

les explications de Jérôme Cahuzac », qui faisait état, dans ses aveux publics, d’une somme de 600.000 euros.

Cette somme aurait transité des rives du Lac Léman à Singapour juste avant que la Suisse accepte son aide

judiciaire à toute enquête étrangère concernant des affaires d’évasion fiscale. 

Selon le quotidien zurichois Tages Anzeigera, Jérôme Cahuzac avait « menti » à une banque suisse, la banque

Julius Baer, en fournissant un certificat fiscal falsifié, afin de faciliter le transfert de ses fonds cachés

de Genève à Singapour. Les informations du quotidien suisse et celles du Monde permettent de retracer

le parcours des 600.000 euros cachés de Cahuzac :

   1. En 1992, Philippe Péninque, un ami de longue date de Jérôme Cahuzac a ouvert pour lui, sous son nom,

ce compte à l’UBS Genève.

   2. Quelques mois plus tard, Jérôme Cahuzac s’est rendu lui-même à Genève et le compte a été transféré

à son nom.

   3. En l’an 2000, la petite société financière Reyl & Cie, établie à Genève, est entrée en piste.

A l’époque elle n’avait pas de licence bancaire, mais travaillait comme une société de Bourse. A ce titre,

elle relevait de la surveillance de la FINMA, l’autorité suisse de surveillance des marchés financiers. En tant

qu’intermédiaire financier, Reyl & Cie n’était pas soumise aux mêmes règles que les banques et ne devait

pas fournir de renseignement sur les détenteurs de ses comptes. La société a ouvert auprès de l’UBS

un compte « omnibus », soit un compte comprenant les fonds de plusieurs clients, seulement connus

par la banque, et parmi lesquels figurait Jérôme Cahuzac, dont l’argent est resté de facto à l’UBS.

   4. En 2009, après que la Suisse s’est déclarée prête à accorder l’aide judiciaire en cas d’évasion

fiscale, Jérôme Cahuzac a estimé que la situation devenait trop dangereuse à Genève et a demandé à

Reyl & Cie de transférer les fonds sur un compte ommnibus à Singapour, auprès de la filiale de la banque

Julius Baer.

   5. La banque Julius Baer a réagi avec prudence, écrit le quotidien zurichois Tages Anzeigera. Elle a

réclamé à Reyl & Cie, bien que rien ne l’y obligeait, un formulaire appelé « formulaire A », qui fait apparaître

le nom du détenteur des fonds. Lorsque les banquiers de Julius Baer ont vu qu’il s’agissait d’un homme

politique, ils ont demandé un document certifiant que les fonds avaient bien été déclarés au fisc compétent.

   6. Selon des recherches effectuées par le Tages Anzeiger, Jérôme Cahuzac « a présenté un certificat

fiscal falsifié ». Il a également assuré que ces 600.000 euros provenaient de son activité de chirurgien

esthétique, ajoute le journal. En conséquence, Julius Baer a autorisé l’opération de transfert de fonds.

A lire aussi :

S.G.

capturepeninque affaire cahuzac dans Fraude fiscale

capture d’écran

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo et lire l’article :

   – Le compte suisse de Jérôme Cahuzac ouvert

par un proche de Marine Le Pen

 

info.RTS.ch : historique Affaire-cahuzac

 

Publié dans France, Fraude fiscale, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Offshore Leaks, kesako ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 avril 2013

 

Offshore Leaks, kesako ?

 

Offshore Leaks, kesako ? dans ECONOMIE paradis-fiscaux

C’est une suite de révélations d’ampleur basée

sur une fuite de données concernant des sociétés

Offshore dans des paradis fiscaux.

Des millions d’informations qui devraient permettre

de mieux comprendre les arcanes de l’évasion

fiscale comme d’enclencher de nombreuses poursuites

judiciaires.

 

 

Leaks, veut dire « fuite ». Et comme dans les cas de Wikileaks, il s’agit là de larges quantités d’informations

qui ont fuité. Très larges même, puisqu’en volume, c’est 160 fois supérieur aux câbles diplomatiques

de Wikileaks. Il y a plusieurs mois, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), basé

à Washington, a reçu un disque dur contenant 260 Go d’informations d’une source anonyme. Ce sont plus

de 2,5 millions de documents, correspondances et transactions, concernant des dizaines de milliers de noms

de sociétés et d’individus provenant de 170 pays  différents, qui optimisent ou fraudent carrément,

via des offshore basées dans des Paradis fiscaux, principalement les îles vierges britanniques et Singapour.

Ces données sont traitées depuis 15 mois par 86 journalistes d’investigation du Monde entier,  issus de médias

tels que The Guardian, la BBC, le Washington Post, Le Soir ou encore Le Monde. Les premiers papiers tirés

de l’opération Offshore Leaks sont publiés ce jeudi.

En France, il y a 130 personnes impliquées, dont l’homme d’affaires Jean-Jacques Augier, l’un des trésoriers

de la campagne de François Hollande. On y trouve aussi notamment de nombreux proches de Poutine, les filles

du président de l’Azerbaïdjan. Des centaines de Belges sont mouillés selon Le Soir, 300 personnes et

70 sociétés en Suisse rapporte Le Matin, et le gouvernement grec a déjà décidé de lancer des enquêtes

sur les comptes de 103 sociétés offshores inconnues de ses services fiscaux, dont l’existence a été révélée

par l’enquête.

humanitefr évasion fiscale dans F. Hollande le 4 Avril 2013

 

Publié dans ECONOMIE, F. Hollande, Fraude fiscale | Pas de Commentaire »

Quand l’argent pourrit jusqu’à la conscience des hommes !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 avril 2013

 

Aveux de Cahuzac :

« L’argent qui pourrit jusqu’à la conscience des hommes »

 

Quand l'argent pourrit jusqu'à la conscience des hommes ! dans Austerite huma0304

Dans l’édito de l’Humanité de ce mercredi,

Patrick Apel-Muller rappelle à propos des aveux

de Jérôme Cahuzac, concernant ses comptes

cachés en Suisse et à Singapour, le mot de

Paul Vaillant-Couturier :

« Quand on est de gauche, il faut sans trêve aller

« débusquer de son repaire cette pièce de cent

sous tapie, comme le disait Balzac, au fond

des consciences ».

Les flammes de la justice léchaient déjà ses pieds;

Jérôme Cahuzac 
a préféré avouer après des mois


de mensonges la main sur le cœur. 


Le scandale politique est énorme.

L’homme qui tenait entre ses mains le budget

de la France, qui pilotait l’administration fiscale

et traquait les fraudeurs était lui-même un malfaiteur, auteur depuis plus de vingt ans d’évasions de capitaux


et de dissimulation de ressources. Il ne s’agissait pas d’une paille… Le reliquat du compte à Singapour compte

encore 600 000 euros !

C’était lui pourtant le sévère censeur des dépenses publiques, l’amateur de rigueur 
et

d’austérité quand elles touchent le menu peuple, l’apôtre du pacte Sarkozy-Merkel, à peine était-il emballé

d’une faveur rose. On se souvient de lui docte et péremptoire faisant la leçon à Jean-Luc Mélenchon

lors d’un débat télévisé. À s’en souvenir remonte irrépressiblement une mise en garde de Jaurès :


«Ne vous guindez pas trop sur des échasses de vertu ! L’équilibre est instable et les chutes douloureuses.»

Celui que déjà les courtisans au Parti socialiste désignaient comme « le meilleur d’entre nous », aura donc

menti à ses collègues du gouvernement, 
au président de la République et, plus grave encore, 


à la représentation nationale.

La faute est bien entendu personnelle, mais faut-il, quand même, s’être bien éloigné de la dénonciation

par François Mitterrand –
il est vrai il y a plus de quarante ans, lors du congrès d’Épinay –

de «l’argent qui corrompt, l’argent qui achète, l’argent qui écrase, l’argent qui tue, et l’argent qui pourrit

jusqu’à la conscience 
des hommes» !

La faute reste personnelle, mais ce brillant chirurgien qui avait conquis à la hussarde Villeneuve-sur-Lot

n’a-t-il pas jugé bien mince la transgression puisque autour de lui le profit était sanctifié et les marchés

financiers portés au pinacle  ?

Ne se trouvait-il pas encore hier un porte-parole du groupe socialiste à l’assemblée pour rendre

un hommage appuyé à la présidente du Medef pour son rôle dans l’élaboration du projet qui vise

à dynamiter le code du travail  ? Quand on est de gauche, il faut sans trêve aller « débusquer de son repaire

cette pièce de cent sous tapie, comme le disait Balzac, au fond des consciences » 
(Paul Vaillant-Couturier).

Déjà, on entend monter la marée brune 
du « tous pourri ». Le Front national se frotte 
les mains, quand bien

même celles de ses dirigeants, parmi les principaux, portent encore les traces des pots 
de confiture

dans lesquelles elles ont plongé. Trop 
de ceux qui peinent à joindre les deux bouts, qui doivent choisir entre

le plein d’essence et celui du frigo, 
qui se désespèrent de voir encore l’horizon de la retraite s’éloigner, seront

tentés de se tourner vers ceux qui prospèrent sur le désarroi. Mais ce qui est pourri 
au royaume

de France, c’est une politique impitoyable pour les pauvres et douce pour les puissants,

ce sont les financiers aux manières de rois et les fronts prosternés devant eux, ceux des politiciens

d’extrême droite notamment. Il convient au contraire de raviver 
les couleurs de la République, de donner

la primauté 
aux citoyens et de prendre pour guide l’intérêt général. Face à ce scandale d’État, la justice doit

aller à son terme. Le débat public aussi.

[Lire la suite]

 

Publié dans Austerite, France, Fraude fiscale, Jean-Luc Melenchon, Justice, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaire »

Affaire Cahuzac : l’émotion de Gérard Filoche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 avril 2013

 

Spécialiste des questions sociales au Parti socialiste depuis plus de 20 ans,

Gérard Filoche, au bord des larmes, s’est indigné des aveux de l’ancien ministre

du Budget, Jérôme Cahuzac sur LCI :

« C’est un jour de colère. Ce n’est pas possible, il était un fraudeur lui-même.

On avait un ministre du Budget qui était censé chasser la fraude fiscale ».

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

Publié dans Austerite, France, Fraude fiscale, Justice, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaire »

Civitas : L’argent public ne doit pas financer la haine

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 mars 2013

 

Civitas :

les catholiques d’extrême-droite sont-ils d’intérêt général ?

 

Civitas : L'argent public ne doit pas financer la haine dans Extreme-droite acrimed

 

Alors que la pétition de l’Ufal vient de passer la barre des 10 000 signatures et que Jérôme

Cahuzac, alerté par nos soins, a demandé à ses services un examen attentif des pratiques

fiscales de Civitas, plusieurs informations importantes méritent d’être partagées.

All Out entre dans la mêlée

Tout d’abord, l’organisation All Out1, qui s’est fait connaître en France avec une pétition pour l’ouverture

du mariage aux couples homosexuels qui a recueilli plus de 220 000 signatures, vient de lancer

une action similaire à la nôtre contre Civitas. L’argumentaire est le même : comment se fait-il qu’une

association qui œuvre à la rechristianisation de la France, qui a des discours homophobes

et des méthodes d’action plus que douteuses puisse se prévaloir d’un texte du code général des impôts

autorisant les associations agréées ou d’intérêt général à émettre des reçus-dons pour faire profiter

leurs donateurs de réduction d’impôts ? L’entrée d’All Out dans la mêlée va aider l’UFAL à faire connaître

ce scandale.

[Lire la suite sur ufal.info]

Signez la pétition : Stop au financement public de Civitas

Publié dans Extreme-droite, France, Politique fiscale | Pas de Commentaire »

CAC 40 : Ils font des bénéfices, ils suppriment des emplois et… bénéficient d’aides publiques

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 février 2013

 

Austérité

CAC 40 : pourquoi leur verser un crédit d’impôt ?

 

CAC 40 : Ils font des bénéfices, ils suppriment des emplois et... bénéficient d'aides publiques  dans ECONOMIE total

Bénéficiaires à milliards, les grands groupes profitent

d’un dispositif qui coûtera 20 milliards d’euros à l’État.

Et pendant ce temps-là, tandis que les pouvoirs publics

crient chaque jour un peu plus fort à la catastrophe

budgétaire devant le creusement des déficits, les stars

du CAC 40 continuent d’afficher d’insolents bénéfices.

 

Une première liste des bilans financiers au titre de 2012 pour une vingtaine de groupes du CAC révèle

« une tendance de fond à une stabilisation, voire à une légère amélioration des résultats », observe

un analyste, cité par les Échos hier.

La preuve par Total, qui conserve haut la main sa première place au classement de la profitabilité, avec

10,7 milliards d’euros de bénéfices (- 13 % sur 2011), suivi par BNP Paribas, avec 6,5 milliards (+ 8,30 %),

Sanofi, avec 4,9 milliards (-12,80 %), LVMH, avec 3,4 milliards (+11,70 %), EDF, avec 3,3 milliards (+5,30 %)

ou Renault, avec 1,7 milliard (-0,15 %).

Une large part de ces résultats devrait, cette année encore, être redistribuée aux actionnaires, tandis que

les salaires resteront au régime sec. Renault, par exemple, s’apprête à verser 508 millions d’euros de

dividendes à ses actionnaires, contre 384 millions en 2011. Ce qui n’empêche pas la firme de

proposer 0 % d’augmentation de salaire à ses salariés en 2013.

Ces groupes participeront-ils à la solidarité nationale, à la hauteur de leurs capacités ? Loin de là. Par le jeu

des multiples niches et de l’évasion fiscale, leur taux d’imposition reste scandaleusement faible : 8 % d’impôt

sur les sociétés, en moyenne, pour les groupes, contre 33 % pour les PME.

Mais il y a mieux, si l’on ose écrire. Les champions de l’indice phare de la Bourse de Paris comptent parmi

les heureux bénéficiaires du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (Cice). Décidée par le gouvernement

Ayrault, cette mesure. qui équivaut à une baisse du coût du travail de 6 %, représentera une dépense annuelle

de 20 milliards d’euros pour l’État.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans ECONOMIE, Emplois, France, POLITIQUE, Politique fiscale, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Évasion fiscale de Bernard Arnault : silence sur les révélations de l’Humanité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 janvier 2013

 

Bernard Arnault en Belgique

Révélations sur l’évasion fiscale d’Arnault :

il fallait lire l’Humanité il y a 6 mois !

 

Évasion fiscale de Bernard Arnault : silence sur les révélations de l'Humanité dans Fraude fiscale huma1

Dans son édition du 19 septembre dernier,

l’Humanité révélait, chiffres à l’appui,

la vaste opération d’évasion fiscale de

Bernard Arnault en Belgique.

Des chiffres tus à l’époque, soudainement

repris ce jeudi dans la presse sous forme de révélation.

Arnault : silence sur nos révélations

Remarquable discrétion des principaux médias, hier, sur l’enquête révélant l’ampleur des transferts

financiers effectués par le patron de LVMH en Belgique.

 

une-hq_6 Bernard Arnault dans l'Humanité

Hier matin, à notre connaissance, à l’exception des revues

de presse de France Inter, les principaux médias s’en sont

tenus à la « motus et bouche cousue attitude » sur

nos révélations concernant la délocalisation par Bernard

Arnault

d’une partie de son patrimoine en Belgique et la préparation,

dans ce même pays, de sa propre succession à moindres frais.

Pourtant, notre journal a publié un communiqué envoyé

à l’ensemble de la presse. Il y reprenait succinctement

nos révélations. Il indiquait notamment que « l’Humanité apporte

dans son édition de mercredi de nouvelles révélations sur les

transferts de fonds colossaux réalisés par le patron

de LVMH vers des sociétés belges.

 

 

huma190911 évasion fiscale

De 2008 à 2010, l’actif des onze sociétés belges de l’empire Arnault

– mais essentiellement LVMH Finance Belgique et Hanninvest

 – est passé de 2,2 milliards à 16,6 milliards d’euros. Celles-ci ont

bénéficié des principales déductions offertes par la législation belge !

Résultat : ces sociétés n’ont payé que 24 millions d’impôts

sur un bénéfice de 630 millions, soit un taux d’imposition de 3,84 % ».

Chez LVMH, on n’est pas au courant…

Le communiqué informait en second lieu que notre journal révélait

également « les libertés prises » par Bernard Arnault avec les obligations

légales : Pilinvest, la société mère de la fondation privée

Protectinvest, destinée à préparer la succession de Bernard Arnault

et à verser des rentes à ses héritiers, « n’a pas publié de comptes annuels en 2010 et 2011,

alors qu’elle a connu de gros transferts de fonds ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans Fraude fiscale, l'Humanité | 1 Commentaire »

« La finance se porte bien, merci pour elle ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 janvier 2013

 

Dans l’Humanité ce lundi :

Hollande, un an après son discours du Bourget

Il y a un an, le candidat François Hollande

désignait « le monde de la finance » comme

son « adversaire », lors d’un discours resté

célèbre prononcé au Bourget.

Un an plus tard, le bilan est des plus mitigés.

Si quelques réformes ont été votées,

des voix nombreuses à gauche l’enjoignent

de mener plus loin le combat.

 

A lire dans notre édition :

  – La guerre à la finance n’a pas encore eu lieu

  – Le tournant social-libéral, une réalité

  – Décryptage: 5 annonces fortes toujours à

l’état d’annonce : « une loi sur les banques »,

« changer l’orientation de l’Europe »,

« la réindustrialisation, ma priorité », « les entreprises rembourseront »,

« la réforme fiscale dont notre pays a besoin ».

  – « Renouer avec l’esprit du Bourget et le transcrire en acte », entretien avec Emmanuel Maurel,

principal animateur de l’aile gauche du PS

  – Le temps passe vite, l’édito de Jean-Emmanuel Ducoin

l’Humanité.fr

Publié dans F. Hollande, France, l'Humanité, POLITIQUE, Politique fiscale, Politique industrielle, PS | Pas de Commentaire »

Exil fiscal : Et si on remettait au programme l’abolition des privilèges !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 janvier 2013

 

SPOLIATION

Depardieu, Afflelou :

ces exilés fiscaux qui font fortune grâce à l’argent du contribuable 

 

Exil fiscal : Et si on remettait au programme l'abolition des privilèges ! dans France revolution Par Benoît Lorentz (3 janvier 2013)

Gérard Depardieu fuit en Belgique.

Alain Afflelou s’envole pour Londres.

Les deux hommes, qui ont bâti leur carrière

et leur fortune en grande partie grâce

aux subsides des contribuables

et aux cotisations sociales, refusent

de contribuer à la collectivité

« en raison de leurs facultés » financières.

 

 

En écho à leur exil fiscal, la patronne des patrons Laurence Parisot évoque un « relent de guerre civile »

et dénonce « un retour à 1789 ». Et si, justement, nous revenions à l’esprit de la Révolution ?

Ah ça ira, ça ira, ça ira… Depuis quelques jours, l’histoire se répète. Gérard Depardieu, Alain Afflelou et

consorts fuient la France, et dénoncent un climat rappelant 1789. Laurence Parisot, présidente du club

des patrons, est solidaire. Il serait intéressant que ces exilés et leurs soutiens précisent ce qu’ils redoutent

dans ce « retour à 1789 ». Craignent-ils la fin d’un régime tyrannique ? La mise en place d’une nouvelle

déclaration des Droits de l’Homme ? Ou un souffle aiguisé sur leur nuque ? Des canons sont-ils braqués

sur le siège du Medef, sur Neuilly-sur-Seine ou le parvis de la Défense ? Veulent-ils constituer à nos frontières

des armées de conseillers fiscaux et de spéculateurs financiers pour faire triompher la contre-révolution ?

Ce que redoutent ces braves patriotes, c’est avant tout l’idée d’égalité issue de la Révolution française.

Notamment l’article 13 de la déclaration des droits de l’Homme de 1789 :

« Pour l’entretien de la force publique et pour les dépenses d’administration, une contribution commune

est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés. »

Le point commun entre ces illustres personnes et leurs prédécesseurs du 18ème siècle réside dans leur fortune.

Aussi dans l’aristocratie – oligarchie dirait-on aujourd’hui – à laquelle ils se sentent appartenir.

Depardieu, pur produit des subventions publiques

Tandis que les nobles d’hier phagocytaient directement un large pan des fruits des travaux de leurs sujets,

la fortune de ces aristocrates modernes s’est constituée en grande partie grâce aux principes de solidarité

qu’ils condamnent aujourd’hui. Cette oligarchie considère qu’elle seule est légitime à déterminer ce qu’elle doit

– et ce qui serait bénéfique – à la société. Elle souhaite pouvoir distribuer la charité comme elle l’entend, et choisir

ses pauvres. Quant à contribuer « en raison de leurs facultés » à la solidarité nationale, pas question.

[Lire la suite sur Basta !]

Creative Commons License

Publié dans France, IDEES - DEBATS - PHILO, POLITIQUE, Politique fiscale | Pas de Commentaire »

Censures du Conseil constitutionnel : « Elles concernent les hauts revenus ou les revenus du capital. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 janvier 2013

 

A propos des censures du Conseil constitutionnel,…

Par Patrick Le Hyaric !

 

Censures du Conseil constitutionnel :

 

Pour Patrick Le Hyaric, Directeur de l’Humanité,

Député européen, Vice-président du groupe

de la gauche unitaire européenne, les dernières

décisions du Conseil constitutionnel posent

beaucoup de questions qui méritent d’être méditées.

Bien au-delà de la petite écume médiatique

qu’on nous envoie au visage.

 

 

 

 

Les dernières décisions du Conseil constitutionnel posent beaucoup de questions qui méritent d’être méditées.

Bien au-delà de la petite écume médiatique qu’on nous envoie au visage.

La censure de la taxation à 75 %  pour les revenus de plus d’un million d’euros a été l’objet d’une émotion légitime

de l’immense majorité des contribuables, lourdement sollicités par l’effort fiscal.

Mais,  « de l’autre côté du périph », dans les «beaux quartiers», nul doute qu’elle a été l’occasion

de sabrer le champagne au-delà des fêtes de fin d’année.

L’annulation de cet élément de justice, même si sa portée est limitée, est d’autant plus amère comparée

aux 20 milliards de recettes fiscales supplémentaires attendues pour 2013 sur la base d’un accroissement des impôts

indirects et injustes, notamment, de la TVA et les taxes sur les carburants. Au moment même, où en ce début janvier,

les familles populaires devront payer plus cher le gaz, l’électricité, les transports, les timbres, la redevance télé, etc…

Elle est odieuse si on la met en rapport aux 20 milliards d’euros de crédit d’impôts, programmés sur trois ans, octroyés

sans aucune contrepartie aux entreprises. La ristourne fiscale de 30 et 40 millions d’euros faite au fossoyeur des hauts

fourneaux de Florange en fait partie. Elle est comme un emblème de ce qu’il ne faudrait pas faire pour redresser le pays

et l’emploi. C’est sans doute pour cela que cet élément n’est pas à la une des journaux radios-télévisés ? On préfère

nous passer le mauvais film de ceux qui cherchent la nationalité belge ou russe. Faut-il en rire ou en pleurer ?

[...]

A l’examen, c’est sur la nature des mesures retoquées qu’il faut porter attention. Au détail près, toutes les mesures

repoussées ont un commun dénominateur. Elles concernent les hauts revenus ou les revenus du capital.

Censurée la «charge excessive» sur les «retraites chapeau », ces retraites en or des grands patrons.

Censurée   la «charge excessive» sur les «bons anonymes», sur les gains des «stock-options», 

sur les « actions gratuites ».

Censurée la « charge excessive » sur les rémunérations des hauts-dirigeants des grandes entreprises

de même  que  celle sur  les  « plus-values immobilières sur les terrains à bâtir» dont bénéficient

les gros promoteurs.

En réaction à ces décisions, les porte-paroles de la droite et de l’extrême-droite, associés au syndicat des puissances

de l’argent ont affiché une mine triomphale. (…)

[Article complet sur Moissac au Coeur]

 

Publié dans France, POLITIQUE, Politique fiscale | Pas de Commentaire »

1...34567...14
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy