Pierre Laurent : Mettre fin à l’évasion fiscale en Europe est une urgence

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 novembre 2014

 

Luxleaks : mettre fin à l’évasion fiscale en Europe est une urgence

 

luxleaks

  Une enquête de la presse internationale vient de dévoiler

  les accords secrets passés entre le Luxembourg et

  340 multinationales, alors que Jean-Claude Juncker était

  Premier ministre.

  Ces “rulings” contiennent une mécanique sophistiquée

  d’optimisation fiscale permettant aux grosses firmes

  de bénéficier de taux d’imposition jusqu’à vingt fois

inférieurs à la norme.

Le manque à gagner pour les recettes des États se compte en centaines de milliards d’euros

alors que Jean-Claude Juncker, qui préside aujourd’hui la Commission européenne, supervise les budgets

des États membres et impose l’austérité aux peuples européens.

Puisque ce dispositif est légal, il faut changer les règles et sortir de la logique qui permet à Apple,

Amazon, Heinz, Pepsi, Ikea, ou la Deutsche Bank, de payer moins d’impôts que le citoyen moyen.

Le parti de la gauche européenne (PGE) exige la transparence sur la fiscalité des multinationales en Europe.

L’UE doit impérativement mettre un terme au dumping fiscal consacré dans ses traités,

notamment celui de Maastricht. Il est évident que nos pays doivent se doter de mesures de lutte

contre l’évasion fiscale.

Je soutiens l’initiative des eurodéputés de la GUE-NGL qui veulent déposer une motion de censure

contre la Commission européenne au Parlement européen ainsi que la demande des députés de Dei Lenk

à la Chambre des députés d’une réunion extraordinaire du Parlement Luxembourgeois.

Pierre Laurent, Président du Parti de la gauche européenne

 

Lire également :  Luxleaks : « Des pratiques qui tournent à l’obscénité »

Publié dans ECONOMIE, EUROPE, Parti de la Gauche européenne, Pierre Laurent, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Le Parti de la gauche européenne condamne la répression contre le Parti communiste d’Ukraine

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 juillet 2014

 

Ukraine :

le PGE condamne la répression contre le Parti communiste

 

pge2

Ce mardi, le groupe communiste au Parlement ukrainien, a été dissous

sur décision du gouvernement. Le lendemain commençait un procès

totalement arbitraire et injustifié visant l’interdiction du Parti

  communiste ukrainien. 

 

Le Parti de la gauche européenne condamne avec la plus grande fermeté ces actes de répression visant un parti politique responsable et respectable. En réalité, sa seule faute est d’être la principale force d’opposition de gauche à un gouvernement d’oligarques et d’extrême droite, même pas élu démocratiquement. 

Le PGE alerte toutes les forces démocrates d’Europe. Il ne faut pas laisser les accusations mensongères de « séparatisme » ou de « terrorisme » salir un parti qui, depuis toujours, milite pour l’intégrité du territoire ukrainien et revendique la consultation démocratique du peuple sur les choix souverains politiques, économiques et stratégiques du pays. Nous devons empêcher l’interdiction d’un parti disposant d’une forte assise populaire et représenté au Parlement.

Sinon, qui sera montré du doigt demain ? Tous les citoyens critiques – et avec eux le pluralisme, la démocratie et les droits fondamentaux – sont menacés. Nous appelons tous les démocrates d’Europe à refuser ces pratiques autoritaires et à se mobiliser pour que leurs autorités nationales interviennent. 

Parti de la gauche européenne

Publié dans EUROPE, Parti de la Gauche européenne, POLITIQUE, Ukraine | Pas de Commentaire »

Mélenchon ravive les dissensions au sein du Front de gauche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 décembre 2013

 

GAUCHE

Le Parti de gauche relance la polémique électorale

 

pierrelaurentpge

La formation de Jean-Luc Mélenchon a annoncé

la «suspension» de sa participation au Parti

de la gauche européenne qui a reconduit

Pierre Laurent à sa tête. Elle ravive ainsi

les dissensions au sein du Front de gauche

en vue de 2014 et laisse ses partenaires dubitatifs.

Le Parti de gauche a ravivé ce week-end la discorde au sein du Front de gauche à l’occasion du congrès du Parti de la gauche européenne (PGE). Si son opposition à la reconduction à la tête du parti européen du secrétaire national du PCF, Pierre Laurent (réélu à 78 %), était attendue, s’y est ajoutée l’annonce surprise de la « suspension » de sa participation au PGE « jusqu’aux élections municipales ». Deux décisions qui relancent les spéculations sur l’avenir du Front de gauche, déjà en proie à de vifs débats. Depuis la fin des élections de 2012, le mouvement s’est retrouvé à plusieurs reprises uni dans la rue et ses « assises citoyennes » du 16 juin dernier avaient élargi le rassemblement à l’aile gauche du PS et à Europe Écologie-les Verts. Mais la contradiction s’y est aussi aiguisée, entre la volonté du PCF d’obtenir un changement de cap politique par le rassemblement des forces anti-austérité, et celle du PG, entre stratégie du recours et rupture totale avec « les solfériniens » en vue des prochaines élections.

La dissension s’est cristallisée sur les municipales. Et c’est encore une fois la situation parisienne que le PG a utilisée pour justifier sa prise de distance. « La clarté de notre campagne des européennes ne doit pas être mise en danger par la stratégie portée par Pierre Laurent de rejoindre la liste du PS aux municipales à Paris », a-t-il avancé dimanche dans un communiqué. Pourtant, la formation partage nombre d’orientations arrêtées par le congrès. « Nous nous félicitons des avancées sur les textes comme l’affirmation de la nécessaire rupture en Europe et non pas seulement de sa réorientation », note sa coprésidente, Martine Billard. Une réalité qui fait écho aux origines du Front de gauche, constitué en 2009 pour représenter aux européennes d’alors la gauche du non au référendum de 2005. Ce même scrutin, en 2014, aurait ainsi pu permettre le rassemblement du mouvement mais celui-ci risque d’achopper. « On ne pourra pas mettre quelqu’un qui a soutenu Anne Hidalgo », a expliqué François Delapierre, bras droit de Jean-Luc Mélenchon, à propos de la candidature en Île-de-France où le sortant, Patrick Le Hyaric, est communiste. Alors que la plupart de ses partenaires souhaitaient être prêts avant Noël, le PG joue la montre dans l’espoir que sa stratégie marque plus de points aux municipales. À cet égard, le sondage partiel de l’Ifop publié par le Journal du dimanche a de quoi inquiéter la formation qui n’obtiendrait que 6 % dans le 14e et 2 % dans le 15e arrondissement parisien.

« L’avenir du Front de gauche n’est pas assuré », aurait également confié François Delapierre. Un pari risqué sur lequel le PCF appelle à ne pas miser. « Le Front de gauche doit impulser cette dynamique (d’unité et de rassemblement – NDLR) en entrant le plus vite possible en campagne pour mettre la gauche anti-austérité en tête aux européennes », a-t-il réagi, jugeant que « la décision du Parti de gauche est incompréhensible et incohérente ». Un avis partagé par Clémentine Autain (Fase Ensemble) qui s’est dite « inquiète pour l’avenir » du Front de gauche, estimant que le « mauvais choix du PCF à Paris (n’est) pas une raison suffisante pour alimenter le climat de division ». « Nous avons la responsabilité, poursuit-elle, de construire le rassemblement pour permettre l’alternative à cette pseudo-gauche gouvernementale. » Même tonalité chez Christian Picquet (Gauche unitaire), qui juge l’attitude de son partenaire « incompréhensible alors que (nous) partageons la même volonté de refonder l’Europe », mais qui se veut rassurant. « Rien d’irréparable pour l’instant, estime-t-il, d’autant que personne n’a d’alternative au Front de gauche en son sein. »

Lire aussi :

Julia Hamlaoui

Publié dans EUROPE, Front de Gauche, Parti de gauche, Parti de la Gauche européenne, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

La Commission européenne veut jeter la SNCF en pâture au marché

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 mars 2013

 

Nous nous opposons 
à la libéralisation totale du rail

 

La Commission européenne veut jeter la SNCF en pâture au marché dans EUROPE s-n-cf

Par Jacky Hénin, Marie-Christine Vergiat, Younous Omarjee,

Patrick Le Hyaric, députés au Parlement européen (GUE/NGL).

Janvier 2013 a été une nouvelle fois l’occasion de voir les prix

des transports ferroviaires exploser pour les usagers. Refusant de

prendre en considération les conséquences des premières étapes

de la libéralisation, faite dans le prétendu intérêt des consommateurs

pour faire baisser les prix, la Commission européenne persiste et

signe. Elle vient de proposer, avec le quatrième paquet ferroviaire,

la libéralisation totale du rail pour 2019.

 

 

La Commission européenne néglige les conséquences désastreuses des premiers paquets ferroviaires,

pourtant frappantes. La libéralisation du fret ferroviaire (deuxième paquet, 2004) a conduit à une baisse

catastrophique du fret ferroviaire au profit du transport par la route, ayant un impact environnemental lourd.

La libéralisation du transport ferroviaire international (troisième paquet, 2007) a fait flamber les prix

pour les usagers. À titre d’exemple, un Paris-Bruxelles en Thalys de 1 h 15 coûte désormais 99 euros (soit près

d’un euro la minute !), la ligne ordinaire ayant été supprimée.

Ces libéralisations successives ont également entraîné une dégradation généralisée des conditions de travail

pour les salariés des entreprises ferroviaires publiques et des conditions de sécurité, qui se dégradent.

La division entre opérateurs de transports et gestionnaires de réseaux permet aux entreprises de profiter

des parts de marché, alors que la gestion du réseau de rails, coûteuse, reste bien sûr à la charge de l’État

et donc du contribuable. Symptômes classiques du capitalisme :

la privatisation des profits et la socialisation des pertes.

Comble, la SNCF lance désormais Ouigo, des trains formules charters, low-cost, avec des conditions limitées

de bagages et des trains desservant en priorité des gares en périphérie de grandes villes,

comme Marne-la-Vallée par exemple. Que les plus modestes aillent donc prendre le train en banlieue !

C’est là le signal qui est lancé.

Le train devient un luxe alors qu’il est le moyen de transport le plus écologique.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans EUROPE, France, Parti de la Gauche européenne, POLITIQUE, Privatisation, SERVICES PUBLICS, Transports - SNCF, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Renault : des négociations le revolver sur la tempe (Jacky Hénin)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 janvier 2013

 

 

Image de prévisualisation YouTube

youtube

Jacky Hénin

Publié dans Parti de la Gauche européenne, PCF, POLITIQUE, Politique industrielle | Pas de Commentaire »

Eurogroupe : « un sauvetage du capital négocié sans les Grecs » (PGE/PCF)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 novembre 2012

 

Eurogroupe :

« un sauvetage du capital négocié sans les Grecs » (PGE/PCF) 

 

Eurogroupe : « un sauvetage du capital négocié sans les Grecs » (PGE/PCF) dans Austerite arton1837

L’Eurogroupe annonce un accord sur le versement

d’une somme de 34,4 milliards d’euros à l’État grec

le 13 décembre et sur la réduction de sa dette

à hauteur d’environ 40 milliards d’euros.

Un « sauvetage » de la Grèce ? Non, un sauvetage

du capital négocié sans les Grecs, entre Angela Merkel

et Christine Lagarde. Les doux euphémismes et les enrobages

ont assez duré.

Il y a au moins trois vérités à rétablir pour comprendre ce qui se joue aujourd’hui.

  • D’abord, cet argent, fruit du travail des européens, n’ira pas au peuple grec et ne servira pas non plus

à bâtir une économie saine. Sur les 34,4 milliards, 23,8 serviront à rembourser cash les banques,

qui continueront à spéculer allègrement au lieu de financer l’économie des pays, tant que les règles ne seront

pas changées.

  • Deuxièmement, le peuple grec a déjà payé la crise de la finance. Et ces fonds ne sont dégagés

que si les « memorandums » de la troïka et les engagements du gouvernement Samaras sont respectés,

c’est à dire si les cures d’austérité sont appliquées. La crise humanitaire ne fait que commencer.

  • Dernière vérité : bloquer le financement de l’économie réelle, casser les services publics, le travail et

la protection sociale… c’est faire augmenter la dette et repousser à des dizaines d’années son remboursement.

D’où l’allègement ridicule qui devrait assurer que la dette ne dépasse pas les 124% du PIB d’ici 2020,

alors qu’elle était autour de 80% avant la crise.

Le Parti de la gauche européenne (PGE) réaffirme son soutien à SYRIZA-FSU car le redressement de la situation

en Grèce passe par un changement politique vers le progrès, et organisera en 2013 un sommet sur la dette.

Les politiques d’austérité doivent cesser, une annulation des dettes illégitimes et un investissement massif

pour relancer l’économie grecque et créer de l’emploi doivent être des priorités.

Communiqué du PCF – 27 novembre 2012

Publié dans Austerite, FMI "affameur des peuples", Grece, Parti de la Gauche européenne, PCF, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

La Gauche européenne contre l’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 octobre 2012

 

La Gauche européenne contre l'austérité dans Austerite laurent_tsipras*

PCF

Le 27 octobre, une centaine de parlementaires de la Gauche

européenne se sont réunis à Paris.

Intitulée « Parlementaires pour une alternative », cette rencontre

a permis un dialogue des élus sur les trois thèmes suivants :

   – Stratégies de résistance et alternatives aux plans

d’austérité aux niveaux national et européen

   – Comment protéger le travail

   – Comment reprendre le pouvoir sur les choix

économiques et budgétaire.

 

 

Cette journée de travail est un premier pas vers des coopérations entre ces parlementaires afin de mener
des actions communes dans les différents pays de l’UE et au Parlement européen.
*

Intervention d’ Alexis Tsipras,

président de la coalition de la Gauche radicale Syriza en Grèce

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

par

 

Intervention de Pierre Laurent

Gabi Zimmer et Pierre Laurent

Gabi Zimmer, (Die Linke/Allemagne), est présidente du groupe GUE/NGL au Parlement européen.

 

Pour Marisa Matias, vice-présidente du PGE (Portugal), qui dressait les conclusions de 
la rencontre,

il faut utiliser cette opportunité pour mettre sur pied « un groupe de travail formel au sein

de la Gauche européenne », 
afin de présenter les mêmes propositions au sein des Parlements

nationaux respectifs de chacun, à l’exemple de la lutte contre l’évasion fiscale citée

par Michel Billout, sénateur PCF, mais aussi pour s’appuyer sur l’importance 
de la première

que constitue la grève générale européenne contre l’austérité du 14 novembre.

Extrait de l’article de l’Humanité :

La gauche européenne se coordonne contre l’austérité

 

Publié dans Austerite, EUROPE, Parti de la Gauche européenne, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy