Fréjus, le loup s’habille en grand-mère (Cactus)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 avril 2014

 

Cactus

Fréjus, le loup s’habille en grand-mère

 

loup

  Persona non grata.

 

  Tombé dès l’adolescence dans la marmite de l’extrême droite,

  le nouveau maire FN de Fréjus, David Rachline, vingt-six ans,

  se déclare aujourd’hui « modéré ». Tu parles Charles (Maurras) !

 

C’est à quinze ans à peine que, selon ses dires dans Var Matin, David Rachline a entendu une voix, celle de « quelqu’un qui me semblait dire des choses justes et apporter des solutions assez pertinentes ». Ce père spirituel était Jean-Marie Le Pen. Son vrai père, juif « plutôt de gauche », décédé en 2003, le jeune David l’a tué (au sens freudien de l’expression) en se disant plutôt admirateur du royaliste et antisémite Charles Maurras et en adhérant au Front national de la jeunesse (FNJ). Il en devient rapidement le secrétaire national et abandonne ses vagues études de droit au profit d’un poste de permanent au FN. Ce qui l’amène à de sulfureuses fréquentations : une photo, retrouvée par l’Express, le montre posant fièrement aux côtés de Manuel Andrino Lobo, chef de Falange, un groupuscule fasciste, héritier des sinistres Phalanges franquistes.

Un autre de ses mentors est le fumeux rouge-brun Alain Soral qui lui a donné un coup de main lors d’une cantonale partielle en 2008, année clé dans la carrière du jeune activiste. Il prend part à un ouvrage politique collectif (Jeunes Nationalistes aujourd’hui) dans lequel il défend la « prime à la naissance » – à l’époque 5 000 francs réservés aux parents français – qui avait valu aux Mégret, qui l’avaient instaurée à Vitrolles, une condamnation pour discrimination. Cette année-là, il fait également son entrée au conseil municipal de Fréjus au sein duquel ce fils d’Ukrainien, né dans la commune voisine de Saint-Raphaël, réaffirmera ses positions anti-immigration. On notera aussi au conseil régional Paca, où il est élu depuis 2010, que le jeune David s’est lamenté lorsqu’il a été question d’ériger un mémorial de la Shoah au camp des Milles où furent emprisonnés, avant déportation, des milliers de juifs et d’antifascistes.

Maurras, Soral, autant d’erreurs de jeunesse, comme Rachline qui s’est arrondi, tout du moins physiquement, semble aujourd’hui le suggérer, en déclarant vouloir « rassembler tous les Fréjussiens, quelles que soient leur religion ou couleur de peau » ? On a quand même du Le Pen à le croire !

 

Philippe Jérôme

Publié dans F-Haine, France, municipales 2014, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Second tour des municipales : déclaration du PCF

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mars 2014

 

Second tour des municipales : déclaration du PCF

 

Le second tour des élections municipales acte indéniablement la poursuite de la mobilisation de la droite avec des victoires significatives. La politique du gouvernement a démobilisé l’électorat de gauche plongé dans la déception et le désarroi. Le Parti socialiste perd de nombreuses villes, parmi elles des terres historiques de la gauche. Le Front national, largement surreprésenté dans le débat politico-médiatique, gagne quelques villes, bien trop, majoritairement sur la droite.

Dans ce contexte et après avoir fait élire 94 maires de villes de + de 3500 habitants au premier tour, le Parti communiste français n’est pas épargné par les gains de la droite, eux-mêmes alimentés par des transferts d’électeurs venus du Front national. Le PCF enregistre des pertes dans plusieurs départements. C’est une bien mauvaise nouvelle pour les populations qui se retrouvent ainsi privées de boucliers locaux contre l’austérité. Pour autant, le Parti communiste français reste le troisième réseau national de maires, conserve des villes importantes et gagne Aubervilliers, Montreuil et Thiers.

Le bilan à tirer à chaud de ces élections municipales est l’urgence absolue de changer de politique, à commencer par le pacte de « irresponsabilité » dicté par le MEDEF et la commission européenne. Ce pacte est totalement étranger aux valeurs de la gauche et du monde du travail, il est l’expression de la dérive politique du gouvernement qui conduit aux résultats de ce scrutin municipal. Sans changement politique, le remaniement ministériel sera totalement hors sujet pour le peuple et le pays.

D’ores et déjà le PCF et le Front de gauche organisent une riposte à la droite pour un changement de cap à gauche. Ils donnent rendez-vous le 12 avril prochain dans la rue pour un sursaut politique à toutes les forces progressistes et à tous celles et ceux qui ont le cœur à gauche. Le Parti communiste français et le Front de gauche vont engager toute leur énergie et leurs forces dans la campagne européenne à venir, notamment dans le combat contre le grand marché transatlantique pour stopper net l’avancée de la droite et offrir une réelle alternative à gauche.

 

Publié dans France, municipales 2014, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

2e tour des municipales : La sanction du PS confirmée

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mars 2014

 

La sanction du PS confirmée,

sur fond de désertion massive des urnes

 

huma3103

Selon les premières estimations, les socialistes perdraient

des villes phares comme Saint-Étienne, Pau ou encore Limoges.

Le PCF gagne Onnaing. Le FN remporte des villes du Sud est,

mais échoue dans l’Est, à Forbach.

Le gouvernement avait sept jours pour convaincre, mais peu d’arguments

pour y parvenir. D’abord arc-bouté sur le déni de la sanction infligée

le 23 mars, le chef du gouvernement n’a finalement lâché que d’infimes

concessions au regard de l’ampleur du désaveu, qui s’est d’abord exprimé

par un record d’abstention pour un premier tour d’élections municipales :

36,45 % (+ 3 points par rapport à 2008).

 

Dans l’ensemble, l’appel à la mobilisation des dirigeants de gauche pour contrer le danger de droite n’a pas été entendu, et l’abstention devait battre à nouveau des records. Selon les instituts de sondage, celle-ci aurait atteint, en fin de journée, entre 38 % (Harris Interactive, OpinionWay et Ipsos) et 38,5 % (Ifop, CSA et TNS Sofres), contre 34,8 % au second tour de 2008.

Reims, Quimper, Limoges, Nevers, Saint-Étienne basculent

C’est donc la mort dans l’âme qu’une partie des maires socialistes sortants s’apprêtaient à rendre les clés de leur ville au camp adverse. Selon les estimations d’avant-second tour, le PS pouvait perdre jusqu’à 90 villes, principalement au profit de la droite, en ballottage favorable dans des villes comme Strasbourg, Amiens ou Angers. Sans espoir d’être élus à la tête de la mairie à Marseille, les socialistes comptaient encore sauver Toulouse et Paris, et s’appuyer sur une probable réélection de Gérard Collomb à Lyon, où le dépouillement des bulletins venait à peine de commencer à l’heure où ces lignes étaient écrites. Mais les espoirs s’évanouissaient à Reims (46,2 % pour l’UMP contre 42,7 % à la sortante PS, selon Ipsos), à Quimper (56,6 % à l’UMP), conquises en 2008, et à Saint-Étienne (40,7 % au PS, contre 47,5 % à la droite), à Limoges et à Nevers. Seul lot de consolation, Avignon basculait de droite à gauche (47 % pour la gauche, 34 % pour le FN, 18 % pour l’UMP) en début de soirée, mettant à mal du même coup les ambitions du Front national et Dijon, Rennes, Metz, Brest et Boulogne-sur-Mer restaient à gauche

Du côté de la droite, en revanche, on surjouait la victoire, après, outre le regain de Reims et Quimper, les basculements historiques de Tourcoing, ville socialiste depuis 1912, et de Roubaix, dans la banlieue de Lille, où l’UMP et l’UDI n’avaient en revanche que très peu de chance de bousculer Martine Aubry. À l’autre bout du pays, à Pau, François Bayrou savourait une victoire longtemps attendue avec 62,6 %, tandis que Nîmes restait à droite.

Le PCF garde Vierzon, Dieppe, Arles

Quant au PCF et à ses alliés du Front de gauche, qui ont plutôt bien résisté au premier tour, avec une centaine de maires réélus, les premiers résultats de ce soir confirmaient ce mouvement, avec des résultats positifs dans plusieurs villes importantes. Arles, Martigues, Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône), Dieppe (Seine-Maritime), Longueau (Somme), Vierzon (Cher) garderont un maire communiste, et Onnaing (Nord) en regagnera un.

En revanche, Calais, que le PCF espérait conquérir, restera à droite et Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne) perd son maire communiste au profit de la droite, tout comme Houdain (Pas-de-Calais), Gisors (Eure) et Aubagne (Bouches-du-Rhône). Dans la Loire, le PCF conserve la mairie de Firminy, mais aurait perdu Saint-Chamond. À Unieux, la liste du maire communiste sortant Christophe Faverjon l’a emporté d’une courte avance sur l’opposition de droite. En Meurthe-et-Moselle, les communistes auraient été réélus à Villerupt. En revanche, la communiste réunionnaise Huguette Bello était annoncée battue à Saint-Paul, à La Réunion.

Le FN gagne Béziers mais échoue à Forbach et Perpignan

Au FN, les espoirs se concentraient sur une quinzaine de villes que le parti de Marine Le Pen espérait faire basculer, principalement en Moselle, dans le Var, l’Hérault et le Gard. Arrivé en tête à Béziers au premier tour devant l’UMP et le PS, le candidat soutenu par le FN, Robert Ménard, l’aurait emporté. Tout comme Beaucaire, Villers-Côtterets, Hayange, Cogolin, Le Luc et Le Pontet et Fréjus. En revanche, outre Avignon passé au PS, le maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol (UMP), garderait les clés de la ville (55,3 %), que voulait lui enlever l’extrême droite. Même chose à Forbach, où le bras droit de Marine Le Pen, Florian Philippot, échoue à gagner la mairie, qui resterait au PS.

Lire aussi :

Sébastien Crépel – humanite.fr – 30 mars

 

Publié dans France, municipales 2014, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

2e tour des municipales à Feignies

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mars 2014

Feignies  :

 

  • Liste Chantal LEPINOY 42.52%
  • Liste Patrick LEDUC 33.63%
  • Liste Jean-Luc SPORTA 23.84%

 

Municipales : soyez informés des résultats ville par ville

 

 

Publié dans France, Infos Feignies, municipales 2014, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Municipales : les médias ont-ils favorisé le FN ? (Basta !)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 mars 2014

 

Pluralisme

Municipales : les médias ont-ils favorisé le FN ?

 

par Ivan du Roy 28 mars 2014

 

vote

  Le 19 mars, la chaîne de flux d’infos BFM TV s’était faite rappeler à l’ordre

  par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Son traitement de l’actualité

  politique nationale posait problème à cause du « faible accès à l’antenne

  des représentants de l’UMP et du Parti socialiste » et de « la persistance

  de la surreprésentation du Front national ». Pendant le mois précédant

  la dernière semaine de campagne, BFM TV avait consacré 1h16

d’antenne aux élections municipales, dont près de la moitié (33 mn) au FN : deux fois plus que l’UMP, trois fois plus que le PS, huit fois plus que les écologistes. La chaîne s’était faite tancer par plusieurs médias de gauche, dont Regards.

BFM TV s’est, depuis, rattrapée. Son plateau a consacré 4h30 de plus aux élections municipales pendant la dernière semaine de campagne, selon le CSA, qui vient d’actualiser les chiffres de temps de parole fournis par les chaînes. Les apparitions des leaders frontistes ne monopolisent plus l’antenne : sur l’ensemble de la période, du 10 février au 21 mars, leur temps de parole est redescendu à 10%, (soit une bonne demi-heure, 26 minutes pour EELV et 17 minutes pour le Front de gauche) derrière le PS et l’UMP. Les proportions sont sensiblement les mêmes chez les chaînes concurrentes i-Télé et LCI. Précisons que les parts d’audience de ces trois chaînes ne dépassent pas 3% (en moyenne, sur l’année 2013), soit un flux d’environ 700 000 téléspectateurs, en moyenne, qui suivent leurs émissions plus de 5 mn – 450 000 pour BFM TV, 200 000 pour i-Télé, 45 000 pour LCI.

France Info favorise le PS, Europe 1 ne convie pas le Front de gauche

De leur côté, les chaînes « généralistes » ont consacré beaucoup moins de temps aux candidats en campagne dans leurs JT nationaux ou leurs magazines : 47 mn pour France 2, 29 mn pour France 3 (les émissions régionales ne sont pas comptabilisées). Chacune a accordé 17% de ce temps d’antenne au FN, soit 8 mn 27 secondes pour France 2, à comparer avec les 13 mn offertes au PS, les 10 mn à l’UMP, et les deux petites minutes laissées aux formations du Front de gauche (Parti communiste et Parti de gauche) et à EELV. Les chiffres de TF1 n’ont pas été communiqués.

Sur la fin de campagne, le problème vient, selon le CSA, des radios. « Des déséquilibres persistants sur plusieurs radios généralistes ont été constatés et le Conseil a formulé des mises en garde à Europe 1, France Info, Radio Classique et RTL », pointe le CSA. Les micros de France Info ont ainsi été largement monopolisés par le PS : 2h15 sur près de 5h d’antenne consacrées à la campagne. Soit 45% du temps, contre 27% à l’UMP, 9% à EELV, 8% au Front de gauche et 4% au FN. Avec une audience cumulée de 8% fin 2013, France Info capte plus de 4 millions d’auditeurs occasionnels (nombre de personne qui ont écouté la radio au moins une fois en novembre et décembre).

A Europe 1, les candidats du Parti communiste et du Parti de gauche n’ont pas eu accès aux studios pendant le mois qui a précédé le 1er tour. Les socialistes ont ainsi pu s’y exprimer pendant 1h (42% du temps), contre une demi-heure environ pour la droite et l’extrême droite. Au contraire, RTL – près de 6 millions d’auditeurs occasionnels – a accordé autant de temps au Parti de gauche qu’à l’UMP, au PS et à EELV (5 mn). Mais c’est sur Radio Classique que les leaders du FN ont été le plus longuement invités, plus que tous leurs adversaires : près d’un tiers du temps de parole. Entrecoupé de symphonies de Wagner ?

Source : bastamag.net

Illustration ajoutée par nous

Creative Commons License

Publié dans municipales 2014, POLITIQUE, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

Gérard Filoche invité de Jean-Jacques Bourdin

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 mars 2014

 

Capturermcfiloche   Cliquer sur l’image (capture d’écran) pour voir la vidéo

  Invité de Jean-Jacques Bourdin ce mercredi,

  le socialiste Gérard Filoche a poussé un coup

  de gueule contre la politique du président

  et du gouvernement.

  Membre de la direction du PS, il a réclamé

  « une vraie politique de gauche ».

 

Publié dans F. Hollande, France, municipales 2014, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaire »

2ème tour des municipales à Feignies : Panique à bord !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 mars 2014

 

Après avoir essuyé un refus de la part de Jean-Luc Sporta (divers droite), M. Leduc appelle à la rescousse

« les communistes de Sambre-Bavaisis » censés apporter leurs lumières aux électeurs finésiens,

sans doute incapables de juger par eux-mêmes.

Rappel de la déclaration publique des candidats de la liste PCF-Front de Gauche

et de la cellule communiste de Feignies :

                   « …absents du second tour (nous) ne donnons aucune consigne de vote »

Que chaque citoyen de Feignies se prononce en fonction des projets concrets présentés par les différents listes.

*

Pour information, les candidats de la liste PCF-Front de Gauche ont reçu un courrier posté dans une enveloppe

du Conseil général dans lequel M. Jarosz reprend les rumeurs colportée par certains, accuse les communistes

de vouloir l’“assassiner (politiquement)” et appelle à voter pour Patrick Leduc

« qui aide Jean Jarosz à gagner à Feignies depuis 1989!!!! »

M. Jarosz oublie sans doute qu’il a été élu en 1977 grâce à l’aide des communistes de Feignies.

 

 

 

Publié dans Infos Feignies, municipales 2014, POLITIQUE | 1 Commentaire »

L’édito de l’Humanité : La « percée » ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 mars 2014

 

L’édito : La « percée » ?

 

Par Jean-Emmanuel Ducoin.

« La vraie question serait plutôt la suivante désormais : à force de poser ses pas sur le tapis rouge, Marine Le Pen et ses affidés parviendront-ils, à terme, à briser le plafond de verre politique et sociologique sur lequel ils buttent depuis le milieu des années 1990 ? »

La réalité, oui. Mais juste la réalité alors… Depuis dimanche, toute la médiacratie réunie pour le pire a décidé d’agiter le « chiffon rouge » du Front national, comme si « la percée » réalisée dans de nombreuses villes était le seul tremblement de terre électoral vécu par la France ce 23 mars. La prétendue « percée » est non seulement à relativiser, mais elle n’existe pas, à l’exception notable de quelques endroits. Les chiffres officiels du ministère de l’Intérieur sont têtus. Au total, le FN n’a pu présenter des listes que dans 596 communes, souvent au prix de tripatouillages que la République réprouve. Le résultat national s’avère très faible : 4,65 % (et non 7 % comme annoncés), soit 1,2 million 
de votants. Comment parler de poussée irrépressible ?

Nous ne nierons pas – surtout ici dans ces colonnes – le danger que constitue le poison lepéniste, bien au contraire. Mais la paresse des éditocrates, la soumission à la communication politique à la merci du poujadisme ambiant et, plus profondément encore, l’effacement concerté de la « question sociale » nous lassent et nous navrent, car ils braquent les projecteurs uniquement sur les conséquences d’une situation de crise, jamais sur ses causes. Cette manipulation à grande échelle ne date pas d’hier. Depuis quelques mois, la promotion des leaders frontistes dans les médias a atteint un tel degré de démesure que nous pouvons parler d’une forme de harcèlement contre l’idée que nous nous faisons de la démocratie. Le FN a bénéficié de 26 % du temps de parole sur l’ensemble des huit chaînes de télévision comptabilisées par le CSA. Un véritable scandale qui contredit la loi et toutes les règles dites d’égalités représentatives. À climat pourri, méthodes pourries.

La vraie question serait plutôt la suivante désormais : à force de poser ses pas sur le tapis rouge, Marine Le Pen et ses affidés parviendront-ils, à terme, à briser le plafond de verre politique et sociologique sur lequel ils buttent depuis le milieu des années 1990 ? Posée autrement : sommes-nous réellement sortis du diagnostic brutalement verbalisé un certain soir du 21 avril 2002, quand un pan entier de la Ve République et de son cœur social s’est effondré ? L’interrogation se pose avec d’autant plus d’intérêt – donc d’inquiétudes – qu’il ne faudrait pas oublier que nous ne sommes plus dans l’avant-2012, quand la France était encore atteinte dans ses fondements les plus nobles par le sarkozysme, qui conjuguait les confusions idéologiques ultradroitières à tous les temps en flirtant 
avec les syllogismes maurrassiens et vichystes, au plus grand bonheur de la famille Le Pen, qui pouvait ainsi, en toute impunité, revendiquer la paternité de dérives accréditées par la droite « traditionnelle ». Comme à Villeneuve-Saint-Georges, la porosité FN-UMP n’est plus à démontrer…

 

PSdébacle

 

  Depuis 2012, donc, la France a vécu une alternance.

  Et c’est bien le problème. Dans un contexte de crise sociale

  et de mondialisation aveugle, qui écrase les souverainetés

  nationales, ce changement ne s’est soldé pour l’instant

  que par des promesses trahies, des espoirs déçus à gauche

  et une atomisation sociale encore plus forte au fil 
des mois,

  qui poussent au dégoût et à l’abstention.

 

Pour toute réponse, on nous propose encore le « front républicain », mêlant droite et gauche dans un magma informe,

sans principe et sans perspective politique. L’histoire nous a enseigné un invariant :

quand l’extrême droite se met à parler de social, le danger lui aussi devient extrême.

François Hollande et ses ministres, qui se comportent avec une arrogance mortifère contre le peuple

de gauche, ont-ils oublié que ce qui ne sort pas socialement sort politiquement, un jour ou l’autre ?

Publié dans F. Hollande, France, municipales 2014, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaire »

Municipales : Un parfum de soufre à Clamart (Hauts-de-Seine)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 octobre 2013

 

Investiture FN de Marionnaud à Clamart : « un fumet peu ragoutant »

 

Municipales : Un parfum de soufre à Clamart (Hauts-de-Seine) dans Extreme-droite putois-275x300

Le Groupe chinois AS Waston qui possède l’enseigne Marionnaud a fait savoir

qu’il se désolidarisait des prises de position qui « n’engagent que (lui) »

Bernard Marionnaud. L’ancien patron de l’enseigne de parfumerie sera

effectivement le candidat du FN à Clamart. A 2 mois des fêtes de Noël,

cette candidature fait tâche pour le groupe de distribution de parfums.

 

 

Cette investiture du FN dévoile le véritable visage du parti d’extrême droite, seulement intéressé par l’argent

et le pouvoir. Présenter à Clamart un ancien patron qui a vendu ses magasins pour qu’ils finissent par appartenir

à un groupe étranger ne manque pas de sel. Des ventes successives qui se sont traduit par des centaines

de licenciements malgré les promesses de ne pas supprimer d’emploi…

Oubliées les déclarations sur le nécessaire protectionnisme pour défendre les intérêts français. L’escroquerie

politique qu’est en réalité le Front national éclate au grand jour et fait éclore un fumet peu ragoutant.

« Tête haute, mains propres » tel était le slogan du parti d’extrême droite. « Tête basse, mains pleines »,

voilà le nouveau slogan du FN, version Marionnaud.

Olivier Dartigolles, Porte-parole du PCF

Publié dans Extreme-droite, F-Haine, municipales 2014, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Municipales 2014 : le PCF met ses choix en débat

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 octobre 2013

 

municipales 2014

En direct : municipales : le PCF met ses choix en débat

 

Municipales 2014 : le PCF met ses choix en débat dans France fete-meeting-300x150

Huit cents animateurs communistes locaux de toute

la France se réunissent à Saint-Denis, samedi,

pour débattre de leur stratégie en vue des élections

de mars 2014. 

 

C’est une réunion très attendue que tient le Parti communiste, samedi, aux Docks de Paris, à Saint-Denis

(Seine-Saint-Denis). Huit cents animateurs de section, élus locaux et membres de la direction nationale du parti

y débattront de la stratégie à adopter aux élections municipales, en tenant compte du contexte local de chaque

ville. Le Conseil national du PCF se réunira le lendemain à huis clos pour valider les décisions prises la veille,

mais une chose est sûre : la stratégie définitive retenue dans chaque localité (participation à une liste de large

union à gauche ou liste de rassemblement à l’initiative du Front de gauche) sera le fait des communistes

des sections concernées, à l’issue d’un vote.

Meilleure stratégie à adopter

Cette assemblée nationale des animateurs de section intervient dans un contexte où le débat agite toute la gauche

et, en son sein, le Front de gauche, sur la meilleure stratégie à adopter aux municipales.

Du côté du PS, qui dirige dans l’union avec les communistes et d’autres forces la plupart des villes à majorité

de gauche, la stratégie officielle est au rassemblement dès le premier tour, même si celle-ci s’annonce dans les faits

à géométrie variable, certains candidats à l’investiture du PS ne faisant pas mystère de leur intention de présenter

des listes contre des maires communistes sortants, comme en Seine-Saint-Denis et en Seine-Maritime.

Le Parti de gauche (PG), quant à lui, a d’ores et déjà annoncé son intention de présenter des listes autonomes

vis-à-vis du PS dans les villes de plus de 20 000 habitants, et presse son partenaire communiste de se joindre à lui.

Majorités de gauche en construction

Sur son blog, le secrétaire national du PCF est revenu, jeudi, sur « le débat dans le Front de gauche (qui) s’est animé

ces dernières semaines ». « Les habitants de nos communes jouent gros. Et c’est à eux que nous devons penser

avant toute chose », estime-t-il. « C’est sur notre capacité à faire rayonner le plus loin possible, dans des majorités

de gauche en construction, des objectifs de sécurisation sociale face à la crise que cela se jouera », poursuit Pierre

Laurent, et non « sur l’unique critère, à (ses) yeux très réducteur, de l’autonomie de listes par rapport au PS ».

Le dirigeant communiste souligne qu’au PCF, « plus s’approfondit le débat, plus la communauté d’approches,

qui n’exclut pas des configurations diverses, se renforce » autour « d’une seule et même démarche déclinée

dans l’intelligence des rapports de forces locaux ».

Un collectif lance un appel.

Clémentine Autain (Fase), Jean-Jacques Boislaroussie (Alternatifs), François Calaret (Gauche unitaire), Ingrid Hayes

(Gauche anticapitaliste) et Stéphanie Treillet (Convergences et Alternative) ont appelé, jeudi, dans une tribune,

à construire des « listes ouvertes à l’initiative du Front de gauche » aux municipales, avec « des sections locales du PS,

d’Europe Écologie, du NPA » quand « les conditions peuvent être réunies pour construire un accord ».

Sébastien Crépel

  • A lire aussi :

Au Front de gauche, le rassemblement pour les municipales fait polémique

Municipales 2014. Précision de Roger Martelli


Publié dans France, Front de Gauche, municipales 2014, Parti de gauche, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy