Budget 2013 : Pour les députés du Front de gauche, c’est non !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 octobre 2012

 

Le Front de gauche ne votera pas le budget 2013

 

Budget 2013 : Pour les députés du Front de gauche, c'est non ! dans André Chassaigne andre_chassaigne*

 

Pour les députés du Front de gauche, c’est non.

« En l’état actuel, nous ne voterons pas la partie recettes

de ce projet de loi de finances, nous prendrons notre décision

à l’issue des débats, ce sera un vote contre ou une abstention »,

a expliqué leur chef de file André Chassaigne ce mardi.

 

 

Le député PCF du Puy-de-Dôme et président du groupe Gauche démocrate et républicaine a expliqué lors

de sa conférence de presse hebdomadaire que le texte ne taxait pas suffisamment le capital. Les onze députés

Front de gauche se sont prononcés contre le nouveau traité budgétaire européen et la loi organique qui le met en oeuvre.

« Le chemin est pris pour trouver des recettes nouvelles mais on estime qu’il ne va pas suffisamment loin. D’autant que

les recettes supplémentaires seront mobilisées pour réduire le déficit : elles ne serviront pas le peuple de France

mais préserveront les intérêts financiers européens », précise André Chassaigne.

Dans l’état actuel du projet de budget, « nous ne voterons pas la partie recettes » et nous déciderons au vu des débats,

« si nous nous abstiendrons ou si nous voterons contre » mardi prochain, a précisé M. Chassaigne.

Propositions alternatives

Dans l’Humanité de ce mardi, Nicolas Sansu, député communiste du Cher, explique que le Front de gauche porte

d’autres solutions budgétaires et annonce que ses députés proposeront des amendements en ce sens.

« La poursuite des politiques d’austérité nous emmène dans le mur, affirme ainsi le maire de Vierzon. Nous portons

des propositions budgétaires alternatives pour récupérer les milliards qui s’enfuient dans les paradis fiscaux,

qui échappent à l’impôt, afin de relancer la dépense publique et sociale sans toucher aux couches populaires et

aux classes moyennes. Nous ferons des amendements car, si on continue comme aujourd’hui, 
la gauche et le pays

iront encore plus mal demain.

 

 

André Chassaigne a dévoilé le contenu des amendements Front de gauche

 

  • renforcer la progressivité de l’impôt sur le revenu
  • durcir l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en rétablissant rétablir l’assiette et le taux antérieurs à 2007
  • taxer plus le capital, notamment via une imposition additionnelle des indemnités de départ des dirigeants

d’entreprises

  • obtenir « le dégel et la refonte totale du barème avec des tranches supplémentaires allant jusqu’à 70% » concernant

l’impôt sur le revenu

  • maintenir, contrairement aux socialistes, un amendement pour intégrer les oeuvres d’art dans le calcul

de l’ISF, en étant « ouverts à une forme de modulation en fonction de l’usage des oeuvres d’art »

 

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans André Chassaigne, Assemblee nationale, Austerite, France, Front de Gauche, Parti de gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Traité, un vote en trompe-l’œil à l’Assemblée nationale

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 octobre 2012

 

Traité, un vote en trompe-l’œil à l’Assemblée nationale (analyse)

 

Traité, un vote en trompe-l’œil à l’Assemblée nationale  dans André Chassaigne 250499_230233403769965_1842027786_n11

 

Une majorité de députés, de la gauche à la droite,

 a adopté le traité budgétaire européen, ce mardi, 

mais l’opposition témoigne d’une force inattendue.

 

Un résultat en trompe-l’œil.

Le traité budgétaire européen a été, ce mardi 8 octobre,

adopté à l’Assemblée nationale. Sur 577 députés,

568 participaient au vote, 477 votant pour, 70 votant contre

et 21 s’abstenant. 87,2% de oui au traité pourrait paraître

un succès pour les tenants du traité et particulièrement

le gouvernement.

Pression énorme

Seulement, quand on regarde le détail des votes à gauche, il s’avère que malgré les pressions, énormes ces derniers jours,

pour « convaincre », si l’on peut dire, les députés notamment socialistes de voter oui, les résultats ne sont pas ceux espérés.

En effet, le groupe PS compte 297 députés. Le gouvernement espérait que seuls 13 d’entre eux voteraient contre le traité,

la députée socialiste Estelle Grollet essayant de convaincre que ce traité « ne grave pas dans le marbre l’austérité budgétaire

et ne nous prive pas de notre souveraineté ». A l’arrivée, 20 députés socialistes ont voté contre et 9 se sont abstenus.

Chez les écologistes (17 députés) où Barbara Pompili, co-présidente du groupe, a dénoncé un traité qui instaure 

« une discipline budgétaire de fer », 12 députés ont voté contre, 3 pour et 2 se sont abstenus.

Chez les radicaux de gauche (16 députés) dont le président de groupe, Roger-Gérard Schwartzenberg, a prétendu approuver 

« moins le texte que le contexte », 14 députés ont voté pour et 2 se sont abstenus.

Des voix manquent

Alors que la majorité présidentielle, qui dispose à l’Assemblée nationale de 330 députés sur 577, espérait dépasser le chiffre

symbolique de 50 % des membres de l’Assemblée, soit au moins 289 voix en faveur du traité, ce n’est pas le cas. Certes,

elle obtient, avec 282 voix PS, radicales et écologistes, la majorité absolue à elle seule des 547 suffrages exprimés

à ce scrutin. Mais il lui manque des voix. Ce n’est pas sans raison:

  • les risques que ce traité encadre, dans une gangue austéritaire européenne, la politique budgétaire

 

  • le refus de prendre pour argent comptant le pacte de croissance comme des avancées aptes à permettre

une réorientation de l’Europe

  • les craintes au vue de la crise et des perspectives de croissance en baisse, que ces politiques ne débouchent

sur la récession, le chômage et l’explosion des inégalités sociales…

Autant d’éléments qui ont contribué à ce résultat.

[Lire la suite sur humanite.fr]


Publié dans André Chassaigne, Assemblee nationale, Austerite, Europe Ecologie les Verts, France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE, PS, UMP | Pas de Commentaire »

Dans l’Humanité d’aujourd’hui : Ce que serait un traité vraiment renégocié

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 octobre 2012

 

Dans l’Humanité, de ce mardi,

un autre traité européen est possible

 

Dans l'Humanité d'aujourd'hui : Ce que serait un traité vraiment renégocié dans André Chassaigne 2012-10-02une-hq-208x300L’Assemblée nationale débat à partir de ce mardi sur le traité

budgétaire européen.

L’Humanité développe les alternatives à ce texte austéritaire,

après la réussite de la manifestation pour un référendum

sur le TSCG dimanche à Paris.

Le gouvernement a longtemps espéré, alors que s’ouvre le débat

à l’Assemblée nationale sur le traité budgétaire européen (TSCG),

que l’adoption de celui-ci serait une simple formalité, allant même parfois

jusqu’à en banaliser le contenu. Seulement, le succès de la manifestation

des forces sociales, syndicales et politiques de gauche contre ce « traité

austéritaire » et ce dont il témoigne comme début de prise

de conscience que ce qui se joue, c’est l’avenir des politiques en France et en Europe, la vie des peuples,

a changé la donne.

Hollande n’a rien renégocié

Le gouvernement, après l’avoir nié, a dû reconnaître que le traité signé par Sarkozy-Merkel n’a pas été renégocié

par François Hollande. Seul a été obtenu un pacte de croissance, dont la modicité des retombées pour la France,

4 à 5 milliards d’euros, montre sa portée plus que limitée. Aujourd’hui, pour convaincre, ou plutôt intimider,

le gouvernement n’hésite pas à utiliser l’antienne : c’est le traité ou le chaos. Ainsi est développée l’idée que voter

pour le traité, c’est soutenir la volonté de François Hollande de réorienter l’Europe, voter contre serait un échec

pour la France et donnerait le signal négatif d’une volonté de sortir de la zone euro. Pas moins.

Pas de sortie de la zone euro

Pourtant, il n’est pas une force de gauche présente au Parlement, ceux du Front de gauche ou d’Europe Écologie-

les Verts s’opposant à ce traité, pas un député de gauche, y compris ceux du PS qui s’apprêtent à voter non,

qui veuille sortir de la zone euro. Beaucoup, comme ceux du Front de gauche, le font au nom d’une autre conception

de l’Europe et refusent d’inscrire l’austérité dans le marbre d’une loi organique.

Tous les traités qui ont été adoptés depuis Maastricht en 1992, et le TSCG ne fait pas exception, ont construit l’Europe

libérale. Ce n’est pas une fatalité… la preuve !

  • A lire dans notre édition nos alternatives à l’austérité :
  1. Une banque centrale pour l’emploi et pas uniquement contre l’inflation
  2. Une politique expansive et non l’étranglement par la Règle d’or
  3. Mettre en place une surveillance des banques européennes
  4. L’Europe sociale indispensable pourtant toujours remise à demain
  5. Changer les traités pour s’émanciper des marchés
  6. Au lieu de torpiller la démocratie, associer enfin les peuples
  7. Le besoin d’institutions qui répondent aux intérêts populaires

Mais à qui profite le traité européen?

« Le succès de la mobilisation de dimanche conforte le « non » au Parlement », entretien

avec André Chassaigne (PCF-FdG)

Edito : Grosses ficelles, par Michel Guilloux

Matignon dément tout chantage pour convertir au oui les députés nonistes

« L’hostilité ne favorise pas un débat de productif », le point de vue de Noël Mamère, député EELV

Publié dans André Chassaigne, Assemblee nationale, Austerite, Europe Ecologie les Verts, F. Hollande, Front de Gauche, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaire »

Front de Gauche : Pour l’interdiction des licenciements boursiers

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 juillet 2012

 

Assemblée : le Front de gauche s’attaque aux licenciements boursiers

 

Front de Gauche : Pour l'interdiction des licenciements boursiers dans André Chassaigne Interdiction-des-licenciements-boursiersLes députés du Front de Gauche vont déposer

rapidement une proposition de loi sur

l’interdiction des licenciements boursiers.

C’est ce qu’a indiqué André Chassaigne ce mardi lors

d’un point presse. « Il y a urgence. Il faut des avancées

législatives. Immédiatement, il faut que l’on puisse voter

une loi pour l’interdiction des licenciements boursiers,

a lancé le député du Puy-de-Dôme. Nous allons redéposer

la proposition de loi qui avait été discutée au Sénat. »

 

Pour le Front de gauche, il y a urgence à faire adopter une telle mesure tant les licenciements pour augmenter la rentabilité

des entreprises et satisfaire leurs actionnaires sont en augmentation. « Quand on parle de milliers de licenciements, on parle

en fait de dizaines de milliers de licenciements! » affirme André Chassaigne, prenant pour exemple les 8.000 suppressions

d’emplois chez PSA qui vont se répercuter chez des sous-traitants.

Pour 4 voix

« Je rappelle qu’au Sénat, il a manqué quatre voix », a ajouté le président du groupe Gauche démocrate et républicaine à

l’Assemblée nationale. Cette proposition de loi communiste avait été rejetée en février dernier à la suite de l’abstention

des radicaux de gauche.

« Avec la majorité que nous avons dans cette Assemblée, le vote de cette proposition de loi ne doit pas poser problème. »

André Chassaigne sera reçu à Matignon ce mercredi, ainsi que Nicole Borvo, présidente du groupe communiste au Sénat.

  • A lire aussi:

Coût du travail: le patronat veut le crime et l’argent du crime

Hervé Bramy: « La fermeture de PSA Aulnay n’a pas lieu d’être »

Sanofi, des centaines d’emplois menacés et 4,4 milliards de dividendes

S.G.

Source : humanite.fr 17 juillet 2012

 

Publié dans André Chassaigne, Assemblee nationale, France, Front de Gauche, licenciements, Parti de gauche, PCF, POLITIQUE, Senat, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Tourner le dos à l’austérité. Oui, c’est possible !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 juillet 2012

 

Après le vote de confiance à l’Assemblée Nationale et les menaces d’austérité annoncées

par le gouvernement, la Fédération a édité un tract :

« Tourner le dos à l’austérité.

Oui, c’est possible ! »

 

Cliquez sur l’image pour lire le tract

Tourner le dos à l’austérité. Oui, c’est possible ! dans André Chassaigne A4-TRACT_pcf_A4-web

Source : PCF Nord

 

Publié dans André Chassaigne, Austerite, Front de Gauche, PCF Nord, POLITIQUE, TRACT | Pas de Commentaire »

Intervention d’André Chassaigne – Déclaration de politique générale du gouvernement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 juillet 2012

 

Intervention d’André Chassaigne

 

Intervention d'André Chassaigne - Déclaration de politique générale du gouvernement dans André Chassaigne photo_chassaigne_0-257x300Monsieur le Président, Monsieur le Premier ministre, Chers Collègues,

Lors des scrutins de ce printemps, les Français ont souhaité tourner

la page de dix années de politique de droite. Ils ont sanctionné

une méthode de gouvernement brutale et inconséquente. Ils ont aussi

exprimé leur défiance à l’égard d’une politique économique incapable

de juguler la hausse du chômage et de relancer l’économie. Une politique

qui a aggravé les effets de la crise par la multiplication de mesures d’austérité.

L’échec est patent et le bilan du dernier quinquennat calamiteux.

La Cour des comptes soulignait, hier, que la dette a augmenté ces cinq dernières

années de près de 600 milliards d’euros, soit une hausse de plus de 40%.

La crise n’explique pas tout. Elle n’a pesé que pour un peu plus d’un tiers dans le déficit actuel. Le niveau des dépenses

publiques n’est pas non plus en cause : leur part dans la richesse nationale n’a cessé de diminuer depuis quinze ans.

Les causes des difficultés sont à chercher ailleurs, dans les choix politiques désastreux opérés en matière budgétaire

et fiscale, l’allégement de la fiscalité des plus fortunés, les quelques 172 milliards d’euros de niches fiscales et

d’exemptions sociales accordées aux entreprises, notamment les plus grandes d’entre elles, sans la moindre contrepartie

en termes d’emplois…

Indépendamment de la détérioration des comptes publics, faut-il rappeler que le chômage touche aujourd’hui près de 5 millions

de nos concitoyens ? Que le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté a augmenté de plus de 20% depuis 2002,

parmi lesquelles un nombre croissant de travailleurs pauvres ? Faut-il rappeler aussi que les plans sociaux se multiplient, tandis

que notre balance commerciale affiche un déficit de quelques 70 milliards d’euros ?

C’est donc bien d’urgence économique et sociale dont il faut parler !

Aussi, ce que les Français attendent de nous, ce n’est pas de nous engager dans la spirale de la rigueur, mais d’œuvrer au

contraire à la relance de l’activité, de nous émanciper des approches comptables pour bâtir les instruments d’une nouvelle donne

économique et sociale.

Ce qu’ils attendent, c’est que s’ouvrent des perspectives nouvelles, dans le souci de l’intérêt général et le respect des principes

d’égalité et de justice.

Nous ne le dirons jamais assez : nous n’avons pas le droit de décevoir cette espérance de changement. Nous avons une obligation

de résultat.

Et nous formulons pour cela des propositions de nature à sortir le pays de la crise et répondre aux attentes.

FDG7 dans Assemblee nationaleParmi ces propositions figure bien entendu la réorientation promise

de la politique européenne. A cet égard, les conclusions

du sommet européen qui s’est tenu la semaine dernière ne sont

guère encourageantes.

Ce sommet a certes permis la mise en place du pacte de croissance

que le Chef de l’État appelait de ses vœux. Mais sa portée est trop modeste.

Ce paquet de quelques 120 milliards d’euros, niché en annexe des conclusions du Conseil européen, n’aura pas la force

juridique du pacte budgétaire. L’enveloppe, constituée pour moitié de fonds déjà votés, ne représente au total qu’1% du PIB

européen. Cela ne suffira pas à exercer l’effet de levier attendu sur l’activité.

Cette maigre avancée se paie surtout de contreparties que nous jugeons dangereuses, disons même inacceptables.

Le donnant-donnant conclu à Bruxelles laisse en effet en l’état le fameux Pacte budgétaire. Destiné avant tout à rassurer

les marchés financiers, ce traité ne s’attaque à aucune des causes de la crise actuelle. Il en aggrave au contraire

les conséquences en durcissant les politiques d’austérité et en consacrant la mise sous tutelle européenne des politiques

économiques et budgétaires nationales.

[Lire la suite sur pcf.fr]

 

http://www.dailymotion.com/video/xrxufs

sur dailymotion.com

par LCP

Lire également :

Chassaigne: « Je ne me considere pas comme un opposant de gauche »

 

Chassaigne vu par André

http://www.dailymotion.com/video/xru7qp

sur dailymotion.com

par lejdd

 

Publié dans André Chassaigne, Assemblee nationale, France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Vote de confiance : l’abstention du Front de gauche plébiscitée par vous

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 juillet 2012

 

Vote de confiance :

l’abstention du Front de gauche plébiscitée par vous

 

page d’accueil de l’Humanité sur Facebook

Vote de confiance :  l'abstention du Front de gauche plébiscitée par vous dans André Chassaigne 2012-07-03facebook-lhumanite-300x150André Chassaigne a annoncé que le groupe (GDR)

du Front de gauche et des élus ultramarins

qu’il préside allaient s’abstenir de voter la confiance

au gouvernement Ayrault ce mardi après-midi.

Une décision comprise et partagée par les internautes

de l’Humanité, qui réclament parfois d’aller plus loin.

Les abonnés de l’Humanité sur Facebook ont donné leur avis dès lundi soir sur la controverse opposant André Chassaigne,

le président du groupe Gauche démocrate et républicaine, à Claude Bartolone, député socialiste du 93 nouveau président

de l’Assemblée nationale.

« Pour une autre vision du monde »

Pour motiver leur soutien à l’abstention, Nicolas Gouëset, comme Youri Rolland, rappelle les raisons du vote en faveur

de François Hollande au second tour de la présidentielle : « Les socialistes oublient bien vite que

bon nombre de gens n’ont pas voté pour eux mais contre l’ancienne majorité

… cqfd? »

Robert Lediable synthétise: « Je n’ai pas voté pour que le PS entérine la rigueur, ni pour

un carambar, mais pour une autre vision du monde, plaçant l’humain d’abord. »

La majorité des commentaires soulignent aussi les premières mesures peu engageantes empreinte de rigueur et d’austérité

annoncées par le Premier ministre. « Vu comment ils ont débuté, il n’y a pas de quoi

les soutenir », estime Eric Sammiez. Anne Goirand Hohl le dit autrement: « Nous ne sommes pas dans ce

gouvernement et les socialistes ne donnent aucun gage d’un changement ou d’une

réorientation majeure de la politique économique et sociale… Alors oui

à l’abstention. »

« Bartolone doit respecter le vote du groupe GDR »

Dans le détail des mesures prises par le gouvernement Ayrault, Thierry Dulon souligne le mini-coup de pouce au Smic de 2%

qui se réduit à pas grand-chose lorsqu’on lui enlève le rattrapage mécanique lié à l’inflation: « ‎0.6% d augmentation

du smic cela mérite au minimum une abstention sur la « confiance »".

Quant à « Ami Delamoselle », il rappelle Claude Bartolone à ses devoirs : « La démocratie c’est de voter ce

que l’on veut et Mr. Bartolone doit respecter le vote de ce groupe. Il n’a pas

à vouloir leur imposer ses idées. Il sort de son rôle de patron du perchoir. »

Le traité européen en ligne de mire

D’autres « followers » de l’Humanité veulent aller plus loin. Comme Martine Chamsa, qui argumente : « Personnellement,

je trouve que le groupe GDR ne va pas assez loin en s’abstenant seulement, moi

j’aimerais bien qu’il ait le courage de voter NON à la confiance pour

ce gouvernement qui veut nous mettre au ras des pâquerettes, et en particulier

les plus démunis, avec un programme ultra austéritaire, qui ne correspond en

rien à celui promis par Hollande lors de sa campagne, et encore moins à celui

du Front de gauche, l’Humain d’abord. »

« Françoise Desfemmes » pointe les échéances européennes à venir au Parlement : « Dans la logique de

« l’humain d’abord », de la 6ème république, du pouvoir au peuple, je suis pour

l’exigence d’un référendum et pour un vote contre dans la mesure où nous ne

validons pas « la feuille de route ». »

Les débats du jour concernant le discours de politique générale du Premier ministre Jean-Marc Ayrault devraient donner une suite

à ces réactions.

  • A suivre:

le compte Facebook de l’Humanité

  • A lire aussi:

André Chassaigne appelle le gouvernement et Claude Bartolone à entendre le Front de gauche

Claude Bartolone met la pression sur les communistes

Stéphane Guérard

humanite2010_logo-300x82 Vote de confiance dans Assemblee nationale

 

Publié dans André Chassaigne, Assemblee nationale, France, Front de Gauche, l'Humanité, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

123456
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy