Municipales 2014 : le choix de rassemblement des communistes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 janvier 2014

 

Municipales : nos choix de rassemblement sur les communes

de plus de 20.000 habitants

 

municipales-2014

  Commune par commune, les communistes ont 

  effectué leur choix de rassemblement

  aux élections municipales.

  Ils l’ont fait partout avec la volonté de défendre

  les mêmes valeurs émancipatrices, la même ambition

  de  construire des rassemblements majoritaires

  à gauche sur des luttes, des projets et des programmes

  afin de redonner le pouvoir aux citoyens et d’organiser

la résistance aux politiques d’austérité imposées par le Medef et le gouvernement.

C’est, sur cette même orientation nationale, que commune par commune, les communistes ont visé à rassembler

l’arc le plus large de citoyens avec l’objectif de battre la droite et l’extrême droite, et de faire élire un maximum

de conseiller- e-s municipaux et communautaires, de maires adjoint-e-s, de maires communistes et Front de gauche.

[Lire la suite sur Moissac au Coeur]

 

Publié dans Elections municipales, France, PCF, POLITIQUE | 1 Commentaire »

Municipales : le PCF et le PG dépassent leurs désaccords

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 janvier 2014

 

Alternative

Municipales, le PCF et le PG dépassent leurs désaccords

 

front-de-gauche1

Réunion PCF-PG vendredi dernier à Paris

  Après des mois de crise due aux différences

  stratégiques sur les municipales, le Parti communiste

  français et le Parti de gauche veulent aller de l’avant.

 

 

Après des mois de polémique, le Front de gauche est en passe de dépasser, sans les effacer, les divergences entre le PCF et le Parti de gauche (PG) quant à la stratégie des uns et des autres pour les élections municipales.

« Rassembler »

Pour le PCF, il s’agit, sans en rabattre sur la condamnation de la politique de François Hollande et les mobilisations nécessaires pour ouvrir une alternative, de «rassembler les forces de gauche pour mettre en œuvre, au plan local, des politiques utiles aux populations», comme l’a rappelé, samedi soir, sur France 2, Pierre 
Laurent, secrétaire national, dans l’émission On n’est pas couché de Laurent Ruquier.

Dans certains cas, cela peut se faire avec le PS, le plus emblématique de ces cas étant Paris, dans d’autres non, comme à Marseille. Une position qui s’est trouvée confortée au sein du Front de gauche, Christian Picquet, dont le parti de la Gauche unitaire vient de rejoindre la liste Hidalgo (PS) à Paris, déclarant sur son blog : «Dans toutes les communes où cela est possible, le Front de gauche doit s’adresser aux autres forces de gauche afin de confronter les projets et chercher les alliances qui dès le premier tour permettront de donner force à un éventuel projet commun.»

Volonté d’apaisement.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Elections municipales, France, Front de Gauche, Gauche unitaire, Jean-Luc Melenchon, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Cactus persona non grata : Saint-Just, l’extrémiste de droite conseiller régional fantôme 
en Picardie.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 janvier 2014

 

Cactus persona non grata

Saint-Just, l’extrémiste de droite n’aime pas siéger

 

Capturesaintjust  capture d’écran

  Cactus persona non grata.

  Candidat aux municipales à Paris, l’avocat, depuis toujours activiste

  d’extrême droite proche de Marine Le Pen, est conseiller régional

  fantôme 
en Picardie.

  S’il était élu au Conseil de Paris, y serait-il plus assidu qu’au conseil régional

  de Picardie ? L’avocat Wallerand de Saint-Just, envoyé par Marine Le Pen

  pour tenter de sortir le FN de la marginalité qui est encore la sienne dans la capitale

  (3,17 % aux élections municipales de 2008), n’est pas un bourreau de travail.

Il a tellement déserté les séances à la région que tous les groupes ont vu leurs moyens de fonctionnement chuter. En effet, leur montant est indexé sur la somme des indemnités perçues par tous les élus. Mais ces indemnités baissent quand ils s’absentent sans raison valable. Saint-Just s’est vu priver de 8 000 euros d’indemnité, ce qui entraîna une perte de 12 000 euros aux autres élus de la région. L’avocat parisien plaide l’injustice qui frapperait les « malheureux » comme lui exerçant des professions libérales.

L’explication est plus simple pour Ian Brossat, le chef de file des candidats du PCF sur la liste de gauche à Paris : « Patriote de pacotille, M. de Saint-Just est à l’image du FN : fort en gueule dès lors qu’il s’agit de décrocher un poste et d’être devant les caméras, totalement absent quand il faut travailler et se préoccuper du sort des Français. »

Fort en gueule et adepte dans sa jeunesse des arguments percutants. Alors qu’il faisait son droit à Assas, de Saint-Just participait aux actions du GUD (Groupe union défense), cette sorte de milice d’extrême droite qui faisait régner dans les facs des années 1970 un climat musclé.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Elections municipales, F-Haine, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Municipales Paris : NKM rattrapée par les vieux démons de la droite

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 janvier 2014

 

NKM rattrapée par les vieux démons de la droite

 

CaptureNKM  par Maud Vergnol

 Nathalie Kosciusko-Morizet se prend les pieds

 dans le tapis à Paris, confrontée aux guerres

 intestines de l’UMP et à l’appétit du FN.

 

La chance historique de reprendre Paris est en train de lui filer entre les mains. Mercredi, la candidate UMP à la Mairie est enfin parvenue à un accord avec Jean-Louis Borloo et Marielle de Sarnez, précisant davantage le poids des centristes dans tous les arrondissements, sauf le 20e où un différend subsiste. Une union loin d’être encore évidente il y a quelques semaines. Car, le 21 décembre, la publication des premières ébauches de listes par NKM avait déclenché l’ire de Jean-Louis Borloo qui estimait que les intérêts de l’UDI n’avaient pas été défendus.

Mais en donnant des gages aux « centristes », la candidate de l’UMP a ouvert un nouveau front au sein de son propre camp. Car Roxane Decorte, ancienne proche de Philippe Séguin, figure de la droite dans le 18e arrondissement, est elle aussi entrée en dissidence après avoir été sacrifiée sur l’autel de l’accord avec le Modem. « NKM me prend pour une femme de ménage. J’ai un vrai problème quand, en numéros deux et quatre de la liste publiée mardi, on a deux personnes qui ont voté pour Hollande, qui plus est des parachutés » a-t-elle fait savoir avant d’annoncer une nouvelle liste face à celle de l’UMP. L’ancienne ministre de l’Écologie avait déjà dû suspendre seize dissidents, dont le fils Tiberi, mais aussi l’homme d’affaires Charles Beigbeder. De quoi ravir le Front national, qui entend profiter de ces divisions.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Lire aussi :

 

Publié dans Elections municipales, France, POLITIQUE, UMP | Pas de Commentaire »

Paris : Nouvelle épine pour NKM : une candidate UDI occupe un logement de 60 m² dans le 17e arrondissement pour un loyer ultra-modéré de 700 euros

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 décembre 2013

 

Info l’Humanité :

     loyer ultra-modéré pour une candidate de NKM à Paris

 

valerie_nahmias

 

 700 euros pour un HLM de 60 mètres carrés dans le 17e arrondissement

 de la capitale : une élue de la droite parisienne se voit épinglée.

 Nouvelle épine pour Nathalie Kosciusko-Morizet.

 A Paris, la valse des élus de droite titulaires d’un bail dans le parc HLM de la ville

 frise l’emballement. Dernier exemple en date avec Valérie Nahmias, adjointe au maire

 du 17ème arrondissement et candidate UDI pour les prochaines municipales.

L’élue occupe un logement de 60 mètres carrés pour un loyer ultra-modéré de 700 euros mensuels.

Contactée par L’Humanité ce mercredi, Valérie Nahmias a aisément reconnu les faits. Et s’en est expliquée :

«Quand je suis arrivée de Toulon, j’étais étudiante et j’occupais un studio qui s’est transformé en deux pièces

lorsque je me suis mis en ménage, puis en trois pièces quand le foyer s’est agrandi», s’est-elle justifiée.

« Je n’ai rien volé »

«Je ne demande rien à personne et je n’ai rien volé. Mais si on m’oblige à trouver un appartement après mon élection,

je le ferai». Valérie Nahmias, qui pense être victime d’un coup bas, assure que le loyer n’est pas indu.

«Je défends des idées sociales-libérales, certes, mais là mon loyer est entièrement justifié». Elle gagnerait, selon

ses dires, 1.200 euros par mois et serait inscrite au chômage. L’élue s’est par contre refusée à indiquer les revenus

de son mari. «On a des fins de mois difficile, on vit à crédit», a encore indiqué celle qui pourrait être la future tête

de liste UDI aux municipales.

Cette révélation de L’Humanité fait suite à celle de nos confrères de 20 Minutes qui concerne Geoffroy Boulard,

un autre adjoint d’arrondissement, toujours dans le 17ème arrondissement, mais UMP celui-ci. La candidate Nathalie

Kosciusko-Morizet avait pourtant affiché la plus parfaite fermeté sur les conditions de logement de ses futurs élus :

«Aucun des conseillers de Paris élus avec moi ne sera locataire dans un logement social de la ville », avait-elle affirmé

courant novembre. « J’ai demandé à ceux qui en avaient un de le quitter. Ceux qui ne l’auraient pas fait ne seraient

pas sur la liste ».

A lire aussi :

Joseph Korda

Publié dans Elections municipales, France, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Quelle attitude vis-à-vis du PS ? Réponse à Gérard Mordillat

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 novembre 2013

 

Tribune

Quelle attitude vis-à-vis du PS ? Réponse à Gérard Mordillat

 

Quelle attitude vis-à-vis du PS ? Réponse à Gérard Mordillat dans Elections municipales malberg-231x300

Par Henri Malberg, militant communiste parisien.

Inutile de te rappeler, mais j’y tiens, le respect que je porte à ton œuvre,

à tes livres, à tes films, et au compagnonnage politique qui nous a

si souvent rapprochés. J’ai lu ton article dans l’Humanité du 6 novembre

« la gauche de droite est au pouvoir ». Je partage ta colère

contre la politique de ce pouvoir.

 

Ce que fait l’équipe Hollande, Ayrault, Valls, est révoltant et dangereux pour le peuple qui, en votant

Hollande, avait espéré le changement. Et dangereux pour l’avenir de la démocratie. Ton cri, Gérard,

est le mien. Mais je ne partage pas tes conclusions.

Je ne suis pas d’accord avec l’idée que le Parti socialiste est maintenant de droite. Si c’était le cas,

il n’y aurait pas d’autres perspectives qu’un long tunnel ou une droite alliée au Front national. Ça voudrait

dire pas d’espoir, encore pire qu’aujourd’hui.

Je pense, et j’en ai tous les jours des preuves, que la grande masse de l’électorat socialiste, la majorité

des militants socialistes et même de ses dirigeants n’en peuvent plus. Mon pari, c’est, comme à d’autres

moments de l’histoire, que le basculement se fera et que des forces beaucoup plus larges que celles

du Parti communiste et du Front de gauche peuvent être engagées dans le combat pour changer de cap.

Notre combat politique est donc essentiel.

Et, en même temps, je suis pour que le Parti communiste donne des signes politiques précis chaque fois

qu’un pas en avant est possible. Je ne suis pas pour la politique de la table rase,

de la Berezina comme tu dis.

C’est d’ailleurs ce que le Parti communiste a fait tout au long de son histoire, même dans des moments

aussi difficiles qu’aujourd’hui.

Appliqué à l’élection municipale, cela veut dire que le choix communiste, qu’il soit l’entente avec le Parti

socialiste ou sans lui, ne doit pas se traduire par une campagne antisocialiste.

Dans des municipalités de gauche sortantes, que celles-ci soient à direction socialiste ou communiste,

je suis pour que notre ligne soit fondée par un jugement sur le bilan de ces municipalités

et sur un projet conforme aux intérêts de la population.

En général, d’ailleurs, les municipalités de gauche sont et seront forcément encore plus des lieux

de résistance aux politiques d’austérité et des éléments de construction du changement politique

que nous voulons.

Pour terminer mon raisonnement, je ne crois pas qu’une campagne antisocialiste, même argumentée,

mais sans tenir compte des contradictions qui montent dans le peuple de gauche, soit le bon choix.

Elle satisferait la rage qui est en nous, mais ne contribuerait pas au basculement politique devenu

indispensable.

Quant au nombre d’élus communistes et Front de gauche, oui il m’importe. Pour l’avenir. S’il fallait

perdre tout ou presque et que je pensais cela favorable à l’avenir, je n’hésiterais pas. Mais je pense

qu’avoir des élus communistes et Front de gauche nombreux est un atout pour la suite.

En clair, mon cher Gérard, en l’occurrence, je ne fais pas « la danse du ventre », comme Jean-Luc

Mélenchon, pour qui j’ai voté au premier tour de l’élection présidentielle, en a accusé les communistes

parisiens.

Henri Malberg

Publié dans Elections municipales, IDEES - DEBATS - PHILO, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Municipales : Enquête qualitative Ifop sur trois groupes d’électeurs du PCF et du Front de gauche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 octobre 2013

 

MUNICIPALES

Front de gauche, l’espoir à l’échelle des villes

 

Municipales : Enquête qualitative Ifop sur trois groupes d'électeurs du PCF et du Front de gauche dans Elections municipales front-de-gauche-300x150

Dans une enquête qualitative menée sur trois groupes

d’électeurs du PCF et du Front de gauche, l’Ifop relève

les attentes fortes de politiques de gauche au niveau

municipal face à la déception créée par le gouvernement

et l’atout que représentent, dans ce contexte,

l’image et le bilan flatteurs des élus communistes.

Quelle place tiennent le PCF et le Front de gauche dans les esprits des électeurs de gauche ?

Quelles sont leurs attentes à quelques mois des élections municipales ?

Croient-ils toujours dans l’efficacité de la politique pour améliorer le quotidien ?

Des questions essentielles pour les responsables politiques de gauche qui, en des temps troublés, cherchent parfois

quel cap tenir. Mais des questions que les traditionnels sondages quantitatifs, aux réponses suggérées,

ne suffisent pas à éclairer.

C’est pour avoir une perception plus juste de ces réalités que le PCF a commandé à l’institut Ifop une étude d’opinion

« qualitative » : pas de statistique mais des paroles libres recueillies et recoupées parmi des panels sélectionnés.

L’institut a ainsi interrogé trois groupes d’électeurs ciblés pour l’intérêt particulier que représente leur perception :

le « cœur de cible », un groupe de Franciliens de la « banlieue rouge » (Saint-Denis, Nanterre, Bobigny, Villejuif…)

et « électeurs du PCF » ; « les électeurs de Jean-Luc Mélenchon en 2012 » interrogés à Montpellier ;

et, enfin, le groupe des « électeurs PC face à la menace FN », dans le Vaucluse, où l’extrême droite compte des élus.

Un découragement sur les questions nationales, un engagement au local

Dès les premières pages de l’étude, c’est le désenchantement qui l’emporte. Les personnes interrogées décrivent

une France en déclin, vieillissante et prenant du retard sur la marche du monde. Les comparaisons sont éloquentes :

« C’est comme l’Espagne d’il y a trente ans ; la jeunesse aujourd’hui s’expatrie », expose l’un des sondés.

La crise elle-même est sujette aux doutes : on ne sait plus si elle est « systémique », « sans précédent »…

ou un simple alibi pour faire passer la pilule de l’austérité. C’est aussi l’image d’un pays « éclaté » qui se dessine

dans les esprits. Les personnes interrogées pointent les « fractures » de la société française : riches contre pauvres ;

Paris contre province ; entre secteur public et secteur privé.

Mais attention : il s’agit là de leur vision de la réalité qu’ils vivent, pas de souhaits. Ainsi l’Ifop note que « les tentatives

de divisions (notamment entre les Français et les immigrés) (…) agacent ces électeurs, parce qu’ils les trouvent

illégitimes et porteuses de tensions négatives pour l’équilibre du pays ».

Les sondés reconnaissent une qualité au gouvernement : « On monte moins les gens les uns contre les autres,

là, on est un peu plus serein, on ne va pas chercher le voisin », note l’un des membres d’un panel. Mais cela n’empêche :

le gouvernement est principalement perçu comme n’ayant plus la main sur les décisions et ayant renoncé même

à la reprendre. « J’ai l’impression qu’ils n’ont plus les commandes », dit un autre.

Surtout, le gouvernement n’a pas su rétablir de sentiment de justice sociale. Les sondés issus de la classe moyenne

se sentent pris en étau entre les plus riches « qui s’en sortiront toujours » et les plus précaires qui bénéficient d’aides

auxquelles ils n’ont pas le droit. Même si aucun ne s’en prend à l’« assistanat », tous regrettent le constat d’un système

inefficace et mal calibré.

En résumé, c’est le portrait d’une France qui se dégrade en général qui apparaît pour chacun : « Je suis obligé

de beaucoup plus travailler pour avoir le niveau de vie que j’avais avant », lit-on. Mais, pour autant,

parmi ce « peuple de gauche », rien ne montre de propension à la mobilisation : « Se battre contre des politiques

qui ne peuvent pas grand-chose ? » interroge un participant. Dépossédés des enjeux nationaux, les sondés se replient

sur la sphère locale et y développent de nouvelles formes d’engagement, qui « semblent parfois davantage relever

d’une forme de “militance du système D” » collectivement organisée au niveau local, selon l’Ifop, que de nouvelles

formes de lutte collective.

Une demande de radicalité à gauche, et d’unité contre la droite et le FN


[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Elections municipales, F-Haine, France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Les communistes parisiens ont voté à 57% pour des listes d’union avec le PS

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 octobre 2013

 

MUNICIPALES

Les communistes parisiens choisissent l’union avec les socialistes

 

Les communistes parisiens ont voté à 57% pour des listes d'union avec le PS dans Elections municipales zamichiei-300x150

Le secrétaire de la fédération PCF de Paris, Igor Zamichiei,

lors de la conférence de presse, hier, à Paris.

Les adhérents parisiens du PCF ont voté à 57% pour des listes

communes avec le Parti socialiste dès le premier tour

aux municipales à Paris.

Une majorité moins nette que celle dégagée lors du vote du conseil départemental, preuve qu’il y a eu

« un fort débat » chez les militants, a reconnu Igor Zamichiei, secrétaire de la fédération PCF de la capitale.

Au terme d’un vote de trois jours dans les sections d’arrondissement, 57% des près de 1 200 votants ont coché

cette première option, et 43% celle de l’autonomie avec les autres principales composantes du FG, a annoncé

samedi soir lors d’une conférence de presse Igor Zamichiei.

A ce choix de listes communes avec le PS, comme le stipulait le bulletin de vote soumis aux adhérents, était assorti

un accord « Paris 2014-2020″ avec les socialistes, prévoyant que 13 sièges soient réservés au PCF au Conseil

de Paris (contre 8 aujourd’hui, sans compter les deux élus PG).

L’accord inclut aussi des propositions chères aux communistes, comme leur objectif des « 30% de logements

sociaux à l’horizon 2030 » -repris il y a quelques semaines par Anne Hidalgo-, la mise en place de la gratuité

des premiers m3 d’eau sous condition de ressources ou encore « la programmation d’embauches

nettes de personnels titulaires pour tout nouvel équipement public« . 

À lire :

l’intégralité de l’accord PCF-PS « Paris 2014-2020 : une ville pour tou-te-s » pour les municipales à Paris

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Elections municipales, France, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Municipales : Le PCF conforte sa stratégie

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 septembre 2013

LU POUR VOUS in LE MONDE.fr

 

Municipales : Le PCF conforte sa stratégie dans Elections municipales pl4

Aux Karellis, les communistes ont pris de la hauteur.

Le Parti communiste français (PCF) avait choisi

cette station de Savoie, perchée au milieu des montagnes

et des sapins, pour tenir ses universités d’été de vendredi

à dimanche.

Trois jours où il aura été beaucoup question des municipales.

« Nouvelles lois de décentralisation », « Les enjeux des prochaines élections municipales »,

« Quelle politique de transport ? » : de nombreux ateliers y étaient consacrés où se pressaient

des militants curieux.

[Lire la suite sur Moissac au Coeur]

 

Publié dans Elections municipales, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

123
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy