Résister : combattre pour la démocratie, la liberté, contre la barbarie et le fascisme (LDH 13)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 octobre 2014

 

Communiqué de la Ligue des Droits de l’Homme 13

Résister : combattre pour la démocratie, la liberté,

contre la barbarie et le fascisme

 

Marseille le 5 octobre 2014

Depuis plus d’une semaine c’est la grande leçon que nous donnent les Kurdes de Marseille en campant sur le Vieux Port et en allant manifester au Conseil de l’Europe, la Préfecture, sur la Canebière et dans d’autres lieux pour appeler à la conscience humaine sur le drame de Kobané en Syrie.

Ils y dénoncent les crimes de Daesh, notamment celui d’Hervé Gourdel, le double jeu de la Turquie et appellent les instances internationales dont la France pour éviter le génocide de Kobané qui se prépare malgré une coalition internationale contradictoire dont les « frappes » n’empêchent en rien le drame annoncé.

Le journal la Marseillaise, dans un article du 4 octobre, relate comment a été « reçue » une délégation par un haut fonctionnaire de la préfecture de police. Confirmé par des membres de cette délégation, ce haut fonctionnaire leur a tenu des propos indignes de la République leur contestant, entre autre, le droit de manifester pourtant reconnu par la constitution française.

Ce haut fonctionnaire leur a aussi reproché leur solidarité avec les Syriens : Kurdes, Yezidis et Chrétiens qui résistent ou sont réfugiés en Turquie avec beaucoup de difficultés alors que l’aide internationale, tant humanitaire que militaire, se fait attendre et qu’ils craignent un nouveau génocide.

Ce haut fonctionnaire, de la République laïque, qui se dit protestant a, sans doute oublié le maitre mot de Marie Durand, protestante emprisonnée au 18e siècle, repris par le Conseil National de la Résistance et maintenant par les Kurdes : Résister !

Résister à la barbarie, Résister pour la Démocratie, Résister pour la Liberté.

La Ligue des Droits de l’Homme condamne les propos et l’attitude de ce haut fonctionnaire et appelle tous les citoyennes et les citoyens, quelques soient leurs convictions religieuses, leurs nationalités, leurs couleurs de peau ou leurs convictions politiques, à manifester leur solidarité avec tous ceux qui dénoncent et combattent la barbarie. Il en va de notre Humanité.

Source :  Mille Bâbords

 

Publié dans Democratie, France, LIBERTES | Pas de Commentaire »

Contre la réforme territoriale, pour un nouvel élan démocratique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 août 2014

 

Contre la réforme territoriale, pour un nouvel élan démocratique

(Pierre Dharréville, PCF)

 

reforme-des-regions

  Devant la fédération des élus socialistes et républicains,

le Premier ministre a défendu aujourd’hui une nouvelle fois

la réforme extrêmement contestée des collectivités

territoriales qui vise à renforcer la logique austéritaire

dont il se fait le porte-parole et à porter un coup sévère

à la démocratie locale et à l’intervention citoyenne.

Il est inadmissible, alors que le débat s’est déjà déroulé

sous un feu autoritaire, que le Premier ministre essaye

de le clore avant l’heure en déclarant pour éteindre

la contestation : 

«Pensez-vous qu’il soit possible de faire mieux que le compromis trouvé à l’issue de la première lecture ?

Sincèrement j’en doute». 

 

gattaz

   Poussant plus loin, le Premier ministre a de nouveau pour cible

  les collectivités locales en exigeant d’elles de « maîtriser

  les dépenses de gestion ». On le comprend : il a déclaré hier

  devant un MEDEF gavé de dividendes que notre peuple avait vécu

  « depuis quarante ans au-dessus de ses moyens ». 

  Ainsi, il demande aux collectivités d’appliquer la politique

  austéritaire qui a été critiquée au sein même du gouvernement

et qui ne rassemble pas de majorité dans le pays.

  Cette injonction de l’État, concoctée au plan européen est inacceptable :

elle va priver les hommes et les femmes de notre pays de services dont ils ont besoin, à l’heure

où le déferlement de la crise se fait plus violent encore. 

  Nous appelons les élus et populations à résister, à faire vivre les projets qui sont nés du débat

démocratique et à refuser d’organiser l’impuissance de l’action publique.

A tous les niveaux, nous appelons à refuser la mise en œuvre de cette politique libérale et à faire

grandir des solutions de gauche, seules capables de nous permettre de vivre mieux.

A tous les niveaux, nous appelons pour cela à un nouvel élan démocratique.

Pierre Dharréville, responsable au PCF de la commission « Démocratie »

 

Publié dans Austerite, Democratie, France, Liberalisme, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

« le FN ennemi des pauvres, des chômeurs et des enfants »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 juin 2014

 

le #FN ennemi des pauvres, des chômeurs et des enfants

 

Publié par Gauche de Combat

antisocial

 

  La délibération du rapport n° 32 approuvant le règlement des activités périscolaires

  « qui réserve l’accès du service aux seuls enfants dont les deux parents travaillent,

  viole, selon A. Couquet, le principe jurisprudentiel d’égal accès au service public ». (source)

 

C’est en ses termes qu’un conseiller municipal Front de Gauche de Béziers, Aimé Couquet,  vient d’alerter le préfet de l’Hérault. Il l’interpelle également, selon le journal cité en lien, sur d’autres irrégularités, comme la diminution à postériori d’une subvention de 364 950 euros au centre communal d’action sociale (CCAS), ainsi que la mise à disposition d’un agent communal au commissariat de police, « sans contrepartie financière »,

Voilà qui en dit long, comme l’analyse plus en profondeur Matthieu Lépine, sur la stratégie du Front National…

« Le Front national se présente, et est malheureusement constamment présenté par une grande partie des médias, comme une formation politique se souciant des classes populaires. Au Front de gauche, comme ailleurs, nous n’avons pourtant de cesse que de dénoncer cette supercherie et d’en prouver l’absurdité.« 

[Lire la suite]

 

Publié dans Democratie, Discriminations, Droits de l'Enfant, Droits de l'homme, Extreme-droite, F-Haine, France, Front de Gauche, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Grand marché transatlantique : « Ce que nous savons à propos de cet accord commercial est mauvais, et ce que nous n’en savons pas pourrait être pire encore. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mai 2014

 

GRAND MARCHÉ TRANSATLANTIQUE

« Le commerce est censé construire des ponts entre les nations,

pas provoquer un désastre »

 

par Ilana Solomon 15 mai 2014

Traduction : Sophie Chapelle et Olivier Petitjean

 

GMT

  Négocié dans l’opacité, le projet d’accord

  commercial entre l’Union Européenne et

  les États-Unis inquiète.

  Pour mieux comprendre les enjeux, Basta !

  ouvre ses colonnes aux représentants

  de la société civile qui, de l’Allemagne aux

  États-Unis, en passant par la France,

l’Espagne ou l’Italie, se mobilisent.

Ilana Solomon est chargée des questions commerciales au Sierra Club, une ONG américaine

écologiste. Elle explique comment ce projet d’accord de libre échange pourrait porter

atteinte aux politiques climatiques, environnementales et sociales, aussi bien aux États-Unis

qu’en Europe. La première condition avant de poursuivre toute négociation :

« Impliquer le public dans toutes les étapes de la prise de décision. »

En réalité, les grandes entreprises veulent se servir de ce pacte pour éliminer, aux États-Unis comme dans l’Union

européenne, les mesures de protection de l’intérêt public et les normes existantes en matière d’environnement,

d’alimentation, de produits chimiques et dans bien d’autres domaines, en les stigmatisant comme « barrières

non tarifaires » ou « entraves commerciales ». Le tout dans le seul but d’amasser davantage de profits.

Cela représente une menace pour de nombreuses dispositions de protection de l’intérêt général qui affectent

directement nos vies quotidiennes. Cela contribuerait à aggraver l’un de nos défis communs – la crise climatique.

En matière d’alimentation, d’air, d’eau, de climat, l’Europe jouit généralement de niveaux de protection plus élevés

qu’aux États-Unis. Dès lors que ce soit-disant « pacte commercial » pourrait porter atteinte à l’ensemble

de ces protections, il semble que l’Europe ait encore plus à perdre que les États-Unis. La vérité, cependant, c’est

que les véritables gagnants de ce pacte seront les multinationales des deux côtés de l’Atlantique,

en quête de profits plus élevés. Les vrais perdants seront les citoyens tant du côté des États-Unis que de l’Union

européenne, et toutes celles et ceux qui sont frappés par les dérèglements climatiques.

Plus de gaz, plus de fracking

La Commission européenne, par exemple, a proposé d’inclure dans l’accord un chapitre entier dont l’optique

est d’augmenter les exportations de combustibles fossiles depuis les États-Unis vers l’UE. Il deviendrait beaucoup

plus facile d’exporter du gaz en réduisant les pouvoirs actuels du Département de l’énergie des États-Unis,

lequel n’aura même plus le droit de seulement analyser si ces exportations sont dans l’intérêt du public.

Les États-Unis seraient obligés d’approuver automatiquement toutes les exportations de gaz naturel – sans questions,

sans commentaires ou analyses, et sans délais.

Que signifierait concrètement une telle augmentation des exportations de gaz naturel pour les communautés

américaines ? D’une part, cela impliquera davantage de fracking. Le fracking, ou fracturation hydraulique, est

un processus violent visant à extraire des dépôts de gaz de schiste contenus dans des formations rocheuses,

et qui est connu pour contaminer l’eau potable, polluer l’air et causer des tremblements de terre.

Davantage de fracking signifie davantage de polluants toxiques, irrespirables et néfastes pour le climat,

davantage de menaces pour notre approvisionnement en eau potable, et davantage de risques

pour la santé publique, pour nos biens et pour notre environnement .

[Lire la suite sur Basta !]

Photo : source

Lire sur le même sujet la tribune de Pia Eberhardt du CEO.

Creative Commons License

Publié dans Democratie, Environnement, ETATS-UNIS, IDEES - DEBATS - PHILO, Liberalisme, POLITIQUE, Union europeenne | 1 Commentaire »

Traité de libre-échange transatlantique : protection sociale et droits syndicaux, des obstacles au commerce ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 mai 2014

 

ACCORD-EUROPE-ÉTATS-UNIS

Pourquoi le traité de libre-échange constitue une menace

pour le droit du travail et l’action syndicale

 

tafta1  par Rachel Knaebel 12 mai 2014

  La zone de libre échange, en cours de négociation

  entre l’Union européenne et les États-Unis, risque

  de mettre à mal les normes environnementales et

  sanitaires européennes, et de permettre

  aux multinationales de porter plainte contre les États

  européens.

 

Le futur traité constitue aussi une menace pour l’exercice du droit syndical et plusieurs protections

sociales, comme le salaire minimum. Car les États-Unis ne reconnaissent pas la plupart

des conventions fondamentales de l’Organisation internationale du travail.

La protection des travailleurs sera-t-elle bientôt considérée comme une entrave au commerce,

passible de poursuites ?

 

tafta3

  Les droits des travailleurs, l’exercice de la liberté syndicale et la prévention

  de la santé au travail sont-ils menacés par l’accord commercial en cours

  de négociation entre l’Europe et les États-Unis ? C’est ce que craignent

  les syndicats européens.

  Le traité commercial transatlantique, appelé PTCI pour « Partenariat

  transatlantique de commerce et d’investissement » – mais aussi TTIP

ou Tafta – est négocié dans l’opacité depuis juillet 2013 (Voir notre enquête). Les électeurs ne savent pas

grand chose des discussions. Les gouvernements et les députés européens en sont tenus éloignés.

C’est la Commission européenne qui négocie le traité directement avec l’exécutif états-unien.

Le traité vise à instaurer une vaste zone de libre échange : 29 États, 820 millions d’habitants, séparés

par l’Atlantique nord. Élimination des droits de douanes, suppression des « obstacles non-tarifaires » au commerce

(licence d’exportation, contrôle qualité des importations…), harmonisation des normes et des réglementations,

tels sont les sujets sur la table des négociations. Les normes européennes en matière sociale ou environnementale

pourraient ainsi être jugées trop contraignantes. Un tel traité pourra par exemple ouvrir les ports européens

à l’arrivé du bœuf aux hormones américain.

Les États-Unis, mauvais élève des droits des travailleurs

Autre point sensible : les mécanismes de « protection des investissements ». Ceux-ci permettent aux multinationales

états-unienne et européennes qui s’estimeraient « discriminées » par une réglementation de réclamer des indemnités

aux États, devant des tribunaux d’arbitrage privés, si elles jugent leur investissements mis à mal. De tels tribunaux

d’arbitrage existent déjà. Et leurs « arbitrages » se font le plus souvent en faveur des intérêts privés (voir notre article).

Grâce à eux, des entreprises européennes ont par exemple engagé des poursuites contre l’augmentation

du salaire minimum en Égypte ou contre la sortie du nucléaire décidée par l’Allemagne en 2011. La seule menace

d’une plainte, contre l’interdiction d’un produit jugé toxique, d’une technique d’extraction ou du travail le dimanche

par exemple, peut parfois suffire pour faire tomber les décisions d’États au profit des entreprises.

[Lire la suite sur Basta !]

Photo1 : Photothèque du mouvement social

TAFTA : un projet de verrouillage de la gouvernance mondiale au seul profit des grandes entreprises

Publié dans Democratie, droit du travail, ECONOMIE, ETATS-UNIS, EUROPE, Liberalisme, LIBERTES | Pas de Commentaire »

« Peut-on réinventer la démocratie ? » (l’Humanité des débats)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 avril 2014

 

En vidéo :

« Peut-on réinventer la démocratie ? »

 

Capturehumadebats

  Table ronde inédite dans l’Humanité des débats –

  L’Humanité a organisé une table ronde sur le thème

  « Peut-on réinventer la démocratie ? » au Collège de France

  rue d’Ulm à Paris entre la professeure de philosophie à l’Université

de Rennes1 Catherine Colliot-Thélène, le professeur en Sciences de l’information et de la communication

à Télécom ParisTech Pierre Musso, et le professeur au Collège de France sociologue, directeur d’études

à l’EHESS, Pierre Rosanvallon.

En pleine crise économique, sociale mais aussi environnementale, la crise politique s’approfondit avec la méfiance

vis-à-vis des partis politiques, l’abstention, les affaires, la confusion autour du clivage droite-gauche,

les votes d’extrême droite…

Le 30 mars, le scrutin s’est traduit par une faible participation jamais enregistrée à un second tour des élections

municipales, pourtant échelon démocratique appréciée des Français. Et on peut craindre un taux d’abstention

lors des prochaines élections européennes. La crise est profonde. Des liens et des imbrications intimes semblent

lier les milieux d’affaires, les marchés financiers et une partie du monde politique. Ces liens apparents ou non

traduisent un pouvoir oligarchique se jouant du suffrage universel. Autre enjeu, l’Europe néolibérale

et les « gouvernances » s’éloignent toujours davantage des citoyens. Et que dire du monde l’entreprise

et dans le travail….

[Lire la suite]

 

« La démocratie c’est le droit de résistance » / Rencontre

*

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Journal l’Humanité

Retrouvez cette table-ronde dans l’Humanité des débats, ce vendredi 11 avril :  La table ronde dans l’Humanité des débats

 

Publié dans Democratie, IDEES - DEBATS - PHILO, l'Humanité, Non classé | Pas de Commentaire »

12 avril : « ensemble, marchons pour le respect du message des urnes »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 avril 2014

 

Samedi, ensemble,

marchons pour le respect du message des urnes

 

Capturemarche contre l'austérité  Au lieu de tenir compte lucidement de la catastrophe électorale,

  le Président de la République choisit la voie d’une suicidaire

  fuite en avant. Avoir désigné comme premier ministre, celui-là

  même qui a été très minoritaire lors des primaires organisées

  par le Parti socialiste, parce que jugé trop libéral, était déjà

une inquiétante indication. Lui donner comme mission essentielle, comme il l’a confirmé dans sa déclaration de politique générale devant le Parlement, le respect du paquet cadeau de dizaines de milliards aux grandes entreprises, sans contrepartie pour l’emploi et les salaires, dans le cadre d’un plan d’austérité de cinquante milliards pris sur les dépenses de santé et une série de crédits publics utiles, dont ceux concernant les engagements pour l’école, tout en sacrifiant les budgets des collectivités locales, revient à mépriser totalement les électrices et les électeurs qui ont, de différentes manières, poussé un cri d’alarme et réclamé des choix conformes à leurs attentes. Cette déclaration est une opération visant à convaincre nos concitoyens de s’insérer et d’accepter les terribles conséquences de la guerre économique dans laquelle M. Valls veut inscrire notre pays, ses ouvriers, ses paysans, ses employés et cadres. Il a parlé comme un comptable en chef, pour faire respecter les durs critères européens et demander de tailler en pièces toute l’architecture des collectivités territoriales. Et une nouvelle fois il invente un dispositif favorisant la pression vers le bas sur les salaires, en exonérant de cotisations patronales les salariés payés au SMIC.

 

D’ailleurs, au moment où se négocie le dangereux projet de marché transatlantique, le commerce extérieur passe sous l’égide du ministre des affaires étrangères. Les services diplomatiques deviennent ainsi le bras armé commercial des sociétés multinationales et de la guerre économique. Ainsi, F. Hollande a décidé de passer en force pour complaire aux puissances d’argent.

 

La souveraineté populaire est une nouvelle fois bafouée.

[...]

Il devient urgent et indispensable de sortir de l’austérité, de rompre clairement avec les dogmes économiques des institutions européennes et de refuser le projet de marché transatlantique. Urgent de créer les conditions pour que soit respectées les demandes exprimées lors des élections présidentielles et réaffirmées de différentes manières à l’occasion des élections municipales. Urgent que soit mené  le combat acharné contre les inégalités sociales et le chômage, pour les droits humains, le respect de la souveraineté populaire et une nouvelle démocratie.

 

La grande manifestation européenne, vendredi dernier à Bruxelles contre l’Europe austéritaire a montré la voie de l’action unitaire. La confédération européenne des syndicats a lancé l’idée d’un grand plan européen de relance des investissements utiles pour le logement, le transport, la santé, l’énergie, en lien avec la création d’un fonds financier européen et une autre orientation de la Banque centrale européenne. Elle appelle à se mobiliser pour cela à l’occasion des élections européennes en mai prochain. En Espagne, les rassemblements populaires se multiplient, comme au Portugal et en Grèce.

 

Samedi prochain, 12 avril, à l’appel de deux cent personnalités et du Front de Gauche, une grande marche pour sortir de l’ornière, ouverte à tous ceux qui le souhaitent, va se déployer dans Paris. Plus elle sera large, ample, diverse, agrégeant toutes celles et ceux qui ont les valeurs de gauche au cœur et l’ambition que l’on sorte enfin de l’austérité et du chômage, et plus cela contribuera à modifier le rapport de forces pour que vienne enfin le temps d’une politique nationale et européenne alternative, avec en son cœur, l’humain d’abord.

[Article complet sur patrick-le-hyaric.fr]

 

Publié dans Austerite, Democratie, Emplois, France, Front de Gauche, Luttes, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Pourquoi le PS de Hollande a cassé (provisoirement?) la gauche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 avril 2014

 

Pourquoi le PS de Hollande a cassé (provisoirement?) la gauche

 

PS5   par Y. Quiniou

  La gauche a une longue histoire tumultueuse qui,

  après la scission de Tours, a cependant réuni le PS et le PC

  à plusieurs reprises, permettant des avancées sociales

  importantes : en 1936, à la Libération, en 1981-1983 et,

  pour une part, avec le gouvernement Jospin.

 

 

Ces conquêtes communes ont contribué à remodeler le capitalisme dans un sens plus humain et, on peut le dire, social-démocrate au sens vrai de ce terme. Mais elles n’ont été possibles qu’en raison d’un même fond idéologique basé sur le marxisme et sa critique du capitalisme, en tout cas jusqu’à la chute du système soviétique: la rupture du Congrès de Tours ne portait pas sur ce fond doctrinal mais sur le rapport à l’URSS et à la 3ème Internationale. Or tout cela, qui aurait pu continuer, est en train de s’écrouler depuis l’arrivée de Hollande au pouvoir et les élections municipales nous montrent sans conteste l’échec total qui en résulte. Pourquoi?

La première raison tient évidemment au tournant non social-démocrate mais social-libéral auquel le PS a procédé (voir mon article précédent), qui revient à faire du capitalisme l’horizon définitif de la politique, quitte à l’aménager à la marge dans un sens plus social.

[...]

La deuxième raison est la conséquence concrète de cette vision politique : le PS depuis des années n’a cessé de s’intégrer pratiquement à l’ordre capitaliste, sans le moindre recul critique. Faisant du marché et de la libre concurrence son dogme de base, il a créé le piège dans lequel il est enfermé, c’est-à-dire dans lequel il s’est enfermé lui-même: l’Europe actuelle avec son traité constitutionnel, pourtant refusé par les français et qu’on leur a imposé à  initiative de la droite et avec elle par un artifice juridique. Or celle-ci n’est guère démocratique et, surtout, elle n’a d’autre finalité que de créer un vaste marché économique permettant de valoriser le Capital par sa libre circulation et son investissement dans les pays où le « coût du travail » est bas, quitte à produire du malheur social dans les pays plus développés où les travailleurs étaient jusqu’à présent plus protégés.

Source : PCF-Grésivaudan

Article original

 

Publié dans Democratie, F. Hollande, France, Liberalisme, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaire »

« Discrimination de médiatisation » : Le Parti communiste « quasiment absent des antennes »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 mars 2014

 

« Discrimination de médiatisation »: Le PCF alerte le CSA

 

pcf_9

  Le Parti communiste français estime être

  « quasiment absent des antennes » face

  à un Front national qui « a table ouverte ».

  Le PCF a annoncé mercredi avoir alerté

le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA)

à propos de la « discrimination de médiatisation »

dont il est victime.

Le Parti communiste a annoncé dans un communiqué de presse ce mercredi avoir été reçu par le CSA.

« Lors de cette audition par la commission Pluralisme et campagne électorale présidée par Francine Mariani-Ducray

et Sylvie Pierre-Brossolette, le PCF a alerté le CSA sur la discrimination de médiatisation dans l’audiovisuel

dont il était victime ».

« Le PCF, formation fondatrice du Front de gauche, qui est représenté par un groupe parlementaire à l’Assemblée

nationale, au Sénat et au Parlement européen, et qui est la troisième force politique en termes d’élus locaux estime

être « quasiment absent des antennes ». Le PCF estime que « les radios et les chaînes de télévision doivent respecter

les exigences de pluralisme et d’équité des temps de parole entre les différentes formations politiques ». Ce qui est

donc loin d’être le cas.

Surtout si l’on compare le sort réservé au PCF avec le Front National. « Il est ainsi inacceptable que le FN, qui n’a

aucun groupe parlementaire et qui n’a que cinq maires de petites communes, ait table ouverte permanente

sur tous les plateaux de télévision et les radios ».  « De la même manière, les débats de fond comme les confrontations

d’opinion concernant les enjeux liés aux élections municipales et européennes sont dénaturés ou absolument pas

traités. Comment ne pas s’étonner de l’abstention qui risque de favoriser la droite et l’extrême droite ? », interroge

encore le PCF.

« Cette alerte utile à notre démocratie appelle une mobilisation populaire pour contrarier le conformisme dominant

et réhabiliter l’action politique citoyenne et pluraliste », conclut le communiqué.

 

Municipales. Le PCF ciblé au Blanc- Mesnil

La gauche antilibérale aurait le vent en poupe dans l’Union Européenne

Le FN et la presse : « Suis-moi je te fuis »

Publié dans Democratie, Elections municipales, France, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Vers un Internet à deux vitesses ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 février 2014

 

NEUTRALITÉ DU NET

Le Parlement européen va-t-il instaurer

l’internet à deux vitesses ?

 

internet  par Mathieu Lapprand 20 février 2014

  La Quadrature du net, association de défense des droits

  et libertés des citoyens sur Internet, sonne l’alarme.

  Un vote déterminant pour la « neutralité du net » se tiendra

  la semaine prochaine au Parlement européen.

  La neutralité du net, c’est le fait que les opérateurs

  de communications se contentent de transmettre les données

  sur le réseau internet sans les filtrer ou les discriminer – ralentir

  certains flux pour en privilégier d’autres, par exemple.

Alors que ce principe est difficilement respecté aujourd’hui par les opérateurs, le texte qui risque d’être discuté

au Parlement vise au contraire à légaliser le filtrage des flux par les opérateurs. A quelques mois des élections,

les parlementaires montrent l’influence déterminante des groupes industriels et leur mépris pour les positions

des associations citoyennes.

La Commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie (ITRE) du Parlement européen votera lundi 24 février

sur une proposition de règlement élaborée par la Commissaire européenne Neelie Kroes. Cette proposition établit

« des mesures relatives au marché unique européen des communications électroniques et visant à faire

de l’Europe un continent connecté ». En clair, le texte a notamment pour objet de définir juridiquement la neutralité

du net et ses éventuelles exceptions.

Un Internet à deux vitesses

Plusieurs commissions ont émis, ces dernières semaines, des propositions d’amendements sur ce texte,

pour protéger la neutralité du net. Mais la rapporteure du projet, Pilar Del Castillo Vera, pourrait soumettre au vote

de la commission ITRE un texte intégrant des « amendements de compromis », sans tenir compte des avancées

des dernières discussions. Résultat : « Le principe de la neutralité du Net est en phase d’être complètement

dénaturé afin de satisfaire les intérêts des opérateurs télécoms », alerte La Quadrature du net.

internet1

Le texte adopté en commission sera soumis

au Parlement. Si cette définition de la neutralité

du net était validée, ce serait la porte ouverte

pour des services internet à la carte. Les consommateurs pourraient avoir à payer à leurs fournisseurs d’accès

à Internet (FAI) des frais supplémentaires pour chaque service en ligne. Les FAI pourraient également bloquer

certains contenus, sans aucune contrôle du pouvoir judiciaire, prévient La Quadrature.

[Lire la suite sur Basta !]

Le site de La Quadrature avec les enjeux du débat : savetheinternet

Un service pour appeler gratuitement les permanences de députés.

Illustrations : http://savetheinternet.eu

Creative Commons License

 

Qu’est-ce que la neutralité du Net ?

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

 

Publié dans Democratie, EUROPE, Liberalisme, LIBERTES, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

123456...19
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy