Liberté de la presse : NON à l’abrogation de la loi Bichet demandée par R. Mallié, député UMP

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 avril 2010

Danger sur la distribution de la presse

 

Une récente proposition de loi envisage de faire abroger la loi Bichet, garante de pluralisme et de solidarité au sein du monde de la presse. A travers cette attaque, la liberté de la presse et le principe démocratique qui en est le coeur sont menacés.

Il y a 63 ans, le 2 avril 1947, était adoptée une loi progressiste commune au ministre de l’information de l’époque, M. Robert Bichet, et au député communiste Fernand Grenier. Depuis, cette dernière organise la distribution de la presse dans tout le pays en veillant à son pluralisme. Nommée loi Bichet, elle garantit la liberté de distribution des journaux quotidiens, l’égalité entre éditeurs, l’impartialité dans la distribution. Elle a impulsé un système coopératif de distribution de la presse promouvant la solidarité entre tous les journaux avec une péréquation des coûts de distribution. Cette coopérative est commune à tous les éditeurs de presse et au groupe Hachette qui se trouvait en situation de monopole avant la Libération.

 dans LIBERTES

En ces temps sombres, où tout devient désormais marchandise, la privatisation de la distribution de la presse aboutirait à ne plus distribuer la plupart, voire la totalité des journaux quotidiens parce que cette activité serait considérée comme « non rentable financièrement ». Cela reviendrait à accélérer la disparition de nouveaux titres, à commencer par « l’Humanité » qui ne pourrait pas supporter les coûts de distribution sans l’actuel système coopératif.

Or, voilà qu’en pleine crise de la démocratie et de la citoyenneté, en pleine crise économique et alors  que les anciennes « Nouvelles Messageries de la Presse Parisienne » devenues « Presstalis » connaissent de grandes difficultés, un député UMP des Bouches du Rhône vient de déposer en ce début de mois une proposition de loi pour abroger la loi Bichet. Ce même député, M. Richard Mallié, est celui qui avait proposé la généralisation du travail du dimanche.

[Lire la suite]

 

Publié dans Democratie, LIBERTES, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

Parlementaires – Juste une mise au point

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 avril 2010

Texte publié sur :    PCF Maubeuge

Mise au point (à laquelle s’associe pleinement pcfmaubeuge)

Alain Groisne, secrétaire de la section de Maubeuge du PCF :

Que l’on dénonce et combatte avec vigueur des parlementaires qui votent sans complexe des contre-réformes ultra-libérales et particulièrement nocives pour le monde du travail, quoi de plus normal !

Que l’on critique sévèrement des parlementaires de la gauche molle qui se soumettent au sirènes libérales, c’est positif !

Mais, depuis quelques semaines, une énième campagne consistant à dénigrer la fonction d’élu ou de parlementaire, parfois sur un ton prétendument humoristique, parfois sur un ton violent et haineux, surfe sur internet.

Une telle campagne développée dans une période d’élections devrait nous mettre la puce à l’oreille. Elle peut être impulsée par des groupuscules anarchistes ou d’extrême gauche mais souvent cela émane de l’extrême droite, celle-ci n’hésitant pas à qualifier la classe politique de “tous pourris” pour gagner des électeurs mécontents.

La ficelle n’est pas nouvelle : l’extrême droite française, encouragée par une grande bourgeoisie soucieuse de préserver ses privilèges, l’utilise sans vergogne depuis la fin du 19ème siècle pour diviser et tromper les travailleurs, les citoyens. Cette idéologie nauséabonde – que l’on peut qualifier de fasciste – véhicule le racisme, le rejet de l’étranger mais aussi la haine des ouvriers, des intellectuels, des syndicats, la négation des libertés et de la démocratie, le mépris de la culture et de l’école laïque, l’abaissement de la femme (1) …

Il faut donc éviter ce piège qui nous est tendu en permanence.

Après la raclée que nous avons infligé à une droite aux relents pétainistes, travaillons au rassemblement d’une gauche populaire et citoyenne, combative et antilibérale. Rassemblons-nous aussi pour inventer une alternative au capitalisme, pour construire avec et pour les citoyens un projet répondant aux exigences et aux besoins du peuple.

Pour conclure, n’oublions pas que des parlementaires se battent aux côtés des travailleurs : de la sidérurgie à la construction navale ou de la lutte des LU à Calais à celle des salariés de TOTAL à Dunkerque. Dans une période moins récente mais douloureuse, certains d’entre-eux ont même payé de leur vie leur refus de la collaboration et de la trahison : Charles Michel, Gabriel Péri, Jean Catelas, députés communistes. Livrés aux nazis par Pétain et Pucheu (ministre de l’intérieur et dirigeant du patronat de la métallurgie), ils ont été assassinés comme l’ont été de remarquables dirigeants de la CGT : Jean-Pierre Timbaud, secrétaire de la métallurgie en région parisienne, Jean Poulmarch, secrétaire du syndicat des produits chimiques, Vercruysse Jules, secrétaire de la fédération du textile (2).

Oui, soyons vigilants car le ventre de la bête immonde est encore fécond.

_______________

1 – Pour mieux tromper, l’emballage peut être populiste, nationaliste ou démagogique (les Le Pen père et fille sont des spécialistes de cette comédie)

2 – Ces syndicalistes et Charles Michel, député, ont été fusillés le 22 octobre 1941 à la carrière de Chateaubriand par représailles parce qu’ils étaient communistes.

Publié dans Democratie, POLITIQUE, Politique nationale, Politique régionale, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Liberté des créateurs : Le silence assourdissant du ministre de la Culture

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mars 2010

 L’Humanité – 20 mars 2010

Liberté des créateurs : Le silence assourdissant du ministre de la Culture dans Censure aux_malheurs_des_dames_200

Quand la littérature finit au tribunal

Par Ian Brossat, président du groupe PCF-PG au Conseil de Paris, élu du 18è arrondissement

Le ministre de la Culture s’engagera-t-il pour la liberté des créateurs ?

Un vent mauvais souffle sur l’édition. Le 9 avril prochain, au tribunal correctionnel de Paris, comparaissent l’auteur de romans policiers, Lalie Walker et son éditeur, Parigramme. Leur crime  : avoir écrit et fait paraître en 2009 un ouvrage de fiction, Aux malheurs des dames, dont l’action se situe au marché Saint-Pierre, dans le 18e arrondissement de Paris. Les propriétaires et gestionnaires du site ont entrepris une action en justice, estimant que l’ouvrage nuisait à leur réputation et à leur commerce. C’est un peu comme si le Louvre avait décidé d’attaquer Dan Brown (pour son Da Vinci Code). Ou l’office du tourisme new-yorkais, Roland Emmerich (pour le Jour d’après). Très sérieux, les requérants demandent le retrait du livre et deux millions de dommages et intérêts. Élu de l’arrondissement, ancien professeur de lettres, j’ai lu le livre. Il n’y a rien dans le texte de Lalie Walker qui étaye ces exigences, de quelque manière que ce soit. Ce n’est ni un roman à clef, ni un pamphlet, ni un essai journalistique sur le marché Saint-Pierre. Aucun rapport avec la réalité, sinon l’endroit, connu de tous les Parisiens. Aux malheurs des dames est une fiction criminelle, ni plus ni moins. Des dizaines d’autres paraissent toutes les semaines – et sont bien obligées d’être situées quelque part.

S’il est désormais interdit aux écrivains de citer un nom de lieu, une enseigne, un monument, un produit, ce sont des pans entiers de la littérature mondiale qui risquent de finir au pilon. En guise de conseil, je voudrais d’ailleurs dire aux jeunes écrivains qu’ils prennent des risques. La moindre mention négative dans un texte qui n’est pas un poème fantaisiste ou une saga de science-fiction peut coûter cher. Sauf écœurante surprise, la justice devrait laisser Lalie Walker et Parigramme en paix. Malheureusement, la tendance à la censure qui les renvoie aujourd’hui au tribunal s’accentue depuis plusieurs années. Le dernier roman paru de Régis Jauffret, Sévère, a connu quant à lui un parcours du combattant éditorial tout à fait singulier. S’inspirant de l’affaire Stern, il a effrayé le conseil juridique de Gallimard, puis celui de Flammarion avant d’être finalement publié par Le Seuil – la censure devenant autocensure. Dans le même ordre d’idées, craignant les foudres d’un procureur de la République, Frédéric Beigbeder et Grasset avaient nettoyé plusieurs pages du futur prix Renaudot 2009, Un roman français.

Face à la multiplication de ces actions judiciaires, le silence du ministre de la Culture est proprement assourdissant. À croire ses déclarations d’intention l’année dernière, il devait se battre pour les artistes et les créateurs. On sait depuis la fameuse affaire qui a opposé Marie NDiaye à Éric Raoult que sa combativité varie. Il est vrai que les écrivains ne font pas qu’écrire des livres, parfois ils parlent – et cela, c’est insupportable. Aux dernières nouvelles, Lalie Walker n’a pas fait de déclarations fracassantes contre la politique de Nicolas Sarkozy, pourtant. À moins que Frédéric Mitterrand ne soit, lui aussi, choqué, comme les propriétaires du marché Saint-Pierre, par cette phrase de l’un de ses personnages  : « Les patrons, tous des salauds  ! »

Décidément, les artistes ne respectent plus rien.

 

Pour en savoir plus

http://www.laliewalker.com/La-fiction-a-quel-prix-suite

http://www.yozone.fr/spip.php?article9801

http://arnaudh-s.blogspot.com/2010/03/le-droit-la-fiction.html 

http://action-suspense.over-blog.com/article-lalie-walker-face-au-proces-de-la-fiction-46027052-comments.html#anchorComment

 

Publié dans Censure, Culture, Democratie, IDEES - DEBATS - PHILO, Justice, LIBERTES, Solidarite | Pas de Commentaire »

Régionales 2010 : La gauche doit reconquérir les classes populaires

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mars 2010

L’Humanité – 19 mars 2010

Globalisation financière et libre-échange  : l’aggiornamento¹ attendu

Par Gaël BRUSTIER (*)

Comment la gauche peut-elle reconquérir le vote des classes populaires  ?

Après ces élections régionales, le grand impensé de la gauche française demeure la nouvelle géographie sociale du pays.

Les chiffres parlent et les faits sont têtus. La gauche n’a pas reconquis les classes populaires. 53,65 % des Français se sont

détournés des urnes dimanche dernier. 20,2 millions de Français seulement se sont donc déplacés et, parmi eux, 750 000

ont voté blanc ou nul. Seulement 44,63 % des Français ont donc émis un choix positif pour un parti ou un autre. Rappelons

seulement qu’il y avait 36,7 millions d’électeurs au premier tour de la présidentielle de 2007…

Pour la République, la volatilisation de 16,5 millions d’électeurs est un fait grave. Pour la gauche, la situation est

extrêmement préoccupante.

De victoires en trompe-l’œil en myopie historique, c’est la capacité des forces de gauche à peser durablement qui est posée.

Au-delà des légitimes stratégies adoptées par chacune des familles de la gauche française, au-delà de la non moins légitime

satisfaction du bon résultat relatif des uns et des autres, il importe de poser quelques questions fondamentales.

La gauche n’a donc pas reconquis les classes populaires.

Si l’on tient compte de l’abstention, les forces de gauche ne progressent nullement, en particulier dans la France périphérique et

majoritaire. La droite, en revanche, payant les conséquences d’une campagne confinant à l’incompréhensible, a été délaissée

par ces mêmes classes populaires qui s’étaient tournées vers Nicolas Sarkozy en 2007. Les marges de l’aire urbaine parisienne

sont ainsi marquées par un net reflux de la participation civique, bien supérieur au recul enregistré dans les villes centres.

Une fois de plus, la France périphérique, majoritaire, celle des classes populaires, des ouvriers et des employés,

s’est massivement détournée du vote.

[...]

De fait, elles [les forces de gauche] ne parviennent pas à reconquérir les suffrages de cette France majoritaire et périphérique,

de la France des usines qui ferment et dont les habitants craignent chaque semaine une délocalisation ou un plan social.

L’abstention revêt de la part de ces électeurs une dimension d’insoumission civique manifeste. Il y a pourtant, en France,

de la part des classes populaires une aspiration à voir renaître un vrai projet politique pour leur pays…

[...]

La France demeure, à 60 %, un pays d’ouvriers et d’employés. C’est à eux qu’il s’agit de parler. Si l’on veut être

électoralement efficace, il importe de penser en nombre d’inscrits et non de votants. Qu’adviendra-t-il d’une gauche qui gagnerait

avec une faible participation  ? Elle serait victime de l’hégémonie culturelle d’une droite qui, dans tout l’Occident, n’a pas désarmé,

loin de là.

Le moment historique que nous vivons incite la gauche à engager un véritable combat culturel et à retrouver les

classes populaires. En aura-t-elle la volonté  ?
 
[Article complet : humanite.fr/]

*) Coauteur de Recherche le peuple désespérément, Bourin Éditeur, 2009.

¹) Plus généralement, par extension, aggiornamento fait référence à une actualisation, une mise à jour de connaissances, de point de vue, de doctrine spirituelle, intellectuelle ou politique, visant à être plus en phase avec la société moderne et à prendre en compte ses évolutions les plus récentes.

Publié dans Democratie, Elections regionales, IDEES - DEBATS - PHILO, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

« À l’heure où Jean Ferrat n’est plus »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 mars 2010

Publié par : Plume de presse – 16 mars 2010 – Olivier Bonnet

Permalien : http://www.plumedepresse.net/spip.php?article1371

 

Marine Le Pen, détrousseur de cadavre

une

Elle a osé ! Le cadavre de Jean Ferrat à peine refroidi, avec une indécence obscène. Ces gens-là ne respectent donc rien. Jean Ferrat, justement, a prononcé un discours lors d’un banquet républicain tenu en 1997 dans son village d’Ardèche, dont il a ensuite transmis le texte, à sa demande, à un responsable de l’organisation Ras-le-Front – Voiron, Christian Borg. L’artiste y parle du Front national :

« Il m’est intolérable en effet de savoir qu’ici-même, à Antraigues, qui eut dès 89 deux députés du Tiers-Etat élus à la Convention, Antraigues dont le passé rebelle et républicain a toujours été sans faille, Antraigues centre de Résistance au nazisme, il m’est intolérable de savoir que 10% de mes concitoyens votent pour le contraire des idées de justice, de solidarité, de fraternité qui sont l’essence même de notre histoire et de la civilisation. Alors, je me dis que nous n’avons pas fait ce qu’il fallait. Qu’il faudra faire autre chose, qu’il faudra faire autrement. Je ne me résouds pas au rejet, à l’exclusion. Je ne me résouds pas à la haine. Je ne me résouds pas à la bêtise du désespoir. Ma présence ici, ce soir, parmi vous, n’a d’autre signification que de vous en convaincre et de vous assurer que, pour les combattre, je serai toujours à vos côtés !« 

Jean Ferrat n’est plus. Marine Le Pen et le Front national sévissent toujours. Pire, leurs idées ont été annexées par la clique sarkozyste, le chef de l’UMP s’étant appuyé sur leurs électeurs pour accéder à la présidence. Et il a mis en place, à travers son ministère de la Honte nationale, une politique xénophobe pour les séduire. Alors il nous faut continuer à nous battre.

manuscrit

 

Le texte intégral de l’intervention de Jean Ferrat est en ligne chez : Le(s) Suiveur(s)

 

Publié dans Democratie, POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

2e tour des régionales

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 mars 2010

Rosa Moussaoui

Les socialistes jouent la désunion en Limousin

 

Le PS fusionne avec Europe Écologie, mais ferme la porte au Front de gauche allié au NPA, contraint de

se maintenir au second tour.

 

Coup de théâtre, lundi soir, en Limousin. Alors que la conclusion d’un accord semblait en bonne voie entre la liste

PS-PRG-MRC-ADS du président sortant, Jean-Paul Denanot (38,06 %) et celles du Front de gauche-NPA (13,13 %), les

négociations ont été subitement rompues. À l’origine du clash : la minoration par le PS du poids de la liste « Limousin, terre

de gauche », conduite par le communiste Christian Audoin, dans la répartition des positions éligibles. Mais c’est surtout la

présence du NPA sur une éventuelle liste d’union en Haute-Vienne qui a cristallisé l’intransigeance de certains socialistes.

Visiblement, le veto du député maire de Limoges, Alain Rodet, et de la présidente du conseil général de Haute-Vienne,

Marie-Françoise Pérol-Dumont, a davantage pesé que les tentatives de conciliation du voisin corrézien François Hollande.

Difficile, pourtant, de justifier, sur le fond, cette exclusive. Surtout dans une région où le NPA se dit prêt, avec ses partenaires,

à jouer le jeu de la gestion régionale. « Nous ne sommes pas dans une logique d’obstruction politique. Le PS, lui, est prisonnier

de sa culture hégémonique », déplore Stéphane Lajaumont, porte-parole régional du NPA. Outre la crainte de devoir composer

avec une majorité plurielle, le PS semble désarçonné par l’audience, sur ses terres, d’une force située à sa gauche. En Creuse,

par exemple, la liste « Limousin, terre de gauche » passe la barre des 15 % dans 72 communes. Cette liste enregistre aussi de

très bons résultats sur les ex-terres chiraquiennes de haute Corrèze. « Ils redoutent de laisser s’installer en Limousin une force

politique qui ne serait pas à leur botte », analyse Laurence Pache (PG), tête de liste Front de gauche-NPA dans la Creuse. Reste

que cet épisode nourrit, au PS, un certain malaise. « C’est compliqué chez nous », admet Jean-Paul Denanot. Lequel se dit ouvert

à « un accord de troisième tour ».

Après la triangulaire de dimanche.

http://www.dailymotion.com/video/xclaf2

Publié dans Democratie, Elections regionales, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Défendre la liberté de penser et le droit d’opinion en démocratie

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mars 2010

 Envoyé par SNUipp59 – FSU
Défendre la liberté de penser et le droit d'opinion en démocratie dans Democratie Schtroumpf-21

Stéphane Bois, candidat aux élections régionales, s’est vu notifier par le rectorat sa fin de mission sous le motif d’être tête de liste aux élections régionales…
Discrimination disiez-vous ?
Quelles que soient les idées de chacun, il me semble inadmissible qu’un citoyen soit de la sorte renvoyé dans ses 22… Où se trouve la liberté de penser ?

Pétition : http://npaorleans.org/soutien/

Il faut que Stéphane retrouve ses fonctions et que ce soit l’occasion de redonner à notre administration sa neutralité.

Voici un article du Magazine « Le point » sur ce sujet.
http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2010-03-12/tete-de-liste-du-npa-remercie-pour-opinions-opposees-a-celle-du-ministere/920/0/433102

Voici un autre article évoquant la « période de réserve » et un courrier envoyé aux IEN et chefs d’établissement vers le 21 janvier.
http://education.blog.lemonde.fr/2010/01/29/devoir-de-reserve-le-soutien-de-xavier-darcos-aux-fonctionnaires-rebelles/

« Jusqu’au 1er mars, il est demandé d’éviter de participer aux manifestations publiques susceptibles de présenter un caractère pré-électoral, en raison des discussions ou des invités.
A compter du 1er mars jusqu’au 21 mars, il faudra s’abstenir de prendre part à toute cérémonie publique.
« 
L’objet de cette réserve est « de garantir la neutralité de l’état et des services publics, et de s’assurer qu’aucun fonctionnaire ne fera usage de sa fonction à des fins de propagandes politiques ».

Notre collègue Stéphane a-t-il fait usage de sa FONCTION à des fins de propagandes politiques » ? Il va falloir que l’administration le prouve… et puisse s’appuyer sur un texte législatif…

Autre motif de cette « période de réserve » : « Cette réserve est également la garantie pour les agents de l’autorité publique de leur éviter, dans le cadre du service, d’être mis en difficulté lors d’une manifestation publique au cours de laquelle pourrait naître une discussion politique. »

Stéphane aurait-il eu des problèmes dans sa fonction lors de manifestation publique ? Apparemment seulement avec l’administration…
Cela ressemble à une dérive de plus, dans les pratiques de nos institutions… Grave. Mobilisons-nous.

 

Publié dans Democratie, Education nationale, LIBERTES, PETITION, SERVICES PUBLICS, Solidarite | Pas de Commentaire »

Propos racistes du Président du Groupe UMP au Sénat

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mars 2010

Parti communiste français – 11 mars 2010

 

Propos de Longuet : un motif supplémentaire d’inquiétude sur l’avenir de la HALDE

 

Propos racistes du Président du Groupe UMP au Sénat dans Democratie arton4617-36e94

Interrogé sur France Info, Gérard Longuet a estimé ce mercredi qu’il valait mieux nommer quelqu’un du « corps français traditionnel » plutôt que le socialiste Malek Boutih à la présidence de la Halde.

Le commentaire du Président du Groupe UMP au Sénat n’est pas seulement choquant et raciste. Ce n’est plus un dérapage, c’est une chute libre.

Rappelons à Monsieur Longuet qu’il n’y a pas de corps français traditionnel. Pas de français de première classe – et d’autres, de seconde zone. Il n’y a que des hommes et des femmes libres et égaux en droits.

Ces déclarations sont un motif supplémentaire d’inquiétude au moment où le gouvernement veut détruire une institution qui a prouvé son efficacité dans la lutte contre les discriminations. La HALDE doit conserver son autonomie par rapport au gouvernement.

Le PCF réitère son exigence de clarification immédiate, de la part du gouvernement, sur l’avenir de la HALDE, ainsi qu’un engagement ferme quant au respect des missions de cette institution.

Parti communiste français

Paris, le 10 mars 2010.

 

Publié dans Democratie, POLITIQUE, Racisme - Xenophobie | Pas de Commentaire »

1...1516171819
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy