Discours de politique générale : intervention d’A.Chassaigne (PCF-FdG)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 septembre 2014

 

Intervention d’A.Chassaigne au nom des députés communistes et du Front de Gauche

suite au discours de politique générale de Manuel Valls, le mardi 16 septembre 2014.

http://www.dailymotion.com/video/x2633w4

Publié dans André Chassaigne, Assemblee nationale, France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Les parlementaires communistes déterminés à combattre le gouvernement des patrons

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 août 2014

 

Communiqué du groupe des députés communistes et apparentés

(Front de gauche) et du groupe des sénateurs communistes

et républicains (CRC)

 

députésFdG

La composition du gouvernement Valls2 illustre la difficulté du Président de la République

et de son Premier ministre à rassembler à gauche, y compris au sein même de la famille socialiste.

Le Président de la République s’enferme dans une voie sans issue qui, semaine après semaine,

est devenue plus étroite.

Ce remaniement, dont la seule nouveauté est la nomination d’un banquier, jeune loup de la finance

en remplacement d’Arnaud Montebourg, ressemble à un « petit arrangement entre amis ».

Ce remaniement confirme l’absence de changement de cap et la poursuite d’une politique mortifère

qui tourne le dos aux aspirations et aux attentes populaires mais qui satisfait pleinement le Medef

et le monde de la finance.

L’austérité est donc toujours à l’ordre du jour et la capitulation devant les dogmes libéraux

européens demeure le credo.

Pour leur part, les députés du Front de gauche et les sénateurs du groupe CRC resteront fidèles

à leurs engagements vis-à-vis des électeurs et du peuple de gauche.

Ils continueront de prendre toutes leurs responsabilités pour combattre la finance et les politiques

d’austérité.

Ils restent déterminés à faire émerger une autre politique avec toutes les forces qui, hier, ont contribué

à l’arrivée de François Hollande au pouvoir et qui, maintenant, exigent légitimement et démocratiquement

la mise en œuvre d’un projet économique et social alternatif pour rendre l’espoir au peuple.

Publié dans Assemblee nationale, Austerite, Finance, France, Front de Gauche, Liberalisme, PCF, POLITIQUE, Senat | Pas de Commentaire »

Réforme ferroviaire : le Front de Gauche ne la votera pas en l’état

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 juin 2014

 

chassaigne0409

  Le Front de gauche exclut de voter en l’état le projet de réforme ferroviaire,

  qui sera examiné à l’Assemblée la semaine prochaine, car il ne crée pas

  un service public unifié, a annoncé mardi son chef de file André Chassaigne.

  « Il faut une réforme ferroviaire, mais le texte n’est pas satisfaisant

  car il ne crée pas le grand service public unifié que l’on souhaite », a déclaré

  André Chassaigne lors d’un point presse, quelques heures avant le début

  d’une grève reconductible à la SNCF.

  « En outre, le problème de la dette n’est absolument pas réglé. Il faudrait créer

  une caisse de défaisance de la dette », a-t-il estimé.

  [Lire la suite sur PCF.fr]

 

Publié dans André Chassaigne, Assemblee nationale, France, Front de Gauche, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Intermittents : Des députés et des sénateurs PCF-Front de Gauche interpellent le ministre du Travail

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mai 2014

 

Intermittents :

M. Demessine et E. Bocquet interpellent le ministre du Travail

 

Captureericbocquetmichelle demessine

  Ci-dessous en PDF le courrier que Michelle Demessine,

  sénatrice du Nord, et Eric Bocquet, sénateur-maire de Marquillies,

  adressent à Monsieur François Rebsamen, Ministre du Travail,

  concernant l’accord Unédic du 22 mars dernier sur le régime

  d’assurance chômage des intermittents du spectacle.

Ils appellent le ministre à ne pas « agréer cet accord qui fait la part belle aux revendications du Médef pour permettre

d’envisager des réformes alternatives et constructives sur d’autres bases que celles d’une précarisation accrue

des intermittents du spectacle ».

Document à télécharger :  le_courrier_a_francois_rebsamen.doc

vu sur humanite.fr  – 22 mai 2014

 

Jacqueline Fraysse, Députée Front de Gauche des Hauts-de-Seine,

demande à François Rebsamen de ne pas ratifier l’accord du 22 mars

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Députés du Front de gauche

Publié dans Assemblee nationale, Austerite, Culture, ECONOMIE, France, Front de Gauche, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Marché transatlantique : la résolution européenne du Front de Gauche émiettée par le PS

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mai 2014

 

Marché transatlantique :

la résolution européenne du Front de Gauche émiettée par le PS

 

Assemblée nationale

 

Sarah Sudre – 21 Mai 2014

 

chassaigne

  La résolution européenne exigeant la suspension des négociations

  transatlantiques, rédigée par les députés « Gauche Démocrate et Républicaine »,

  sera débattue demain matin à l’Assemblée nationale.

  Seul bémol : André Chassaigne, président du groupe, ne reconnait plus

  son texte, totalement édulcoré par les commissions des affaires

  européennes et étrangères.

Maître de l’ordre du jour de l’Assemblée nationale, permis par la « niche parlementaire », André Chassaigne, président du groupe « Gauche démocrate et républicaine » et membre du Parti communiste, était prêt à défendre haut et fort sa proposition de résolution européenne contre le marché transatlantique, rédigée également par François Asensi, Alain Bocquet, Bruno Nestor Azerot, Huguette Bello, Marie-George Buffet, Jean-Jacques Candelier, Patrice Carvalho, Gaby Charroux, Marc Dolez, Jacqueline Fraysse et Nicolas Sansu, débattue en séance publique demain dans l’hémicycle.

« Fier de ce texte », avant que les commissions des affaires européennes et étrangères du gouvernement ne s’en emparent, André Chassaigne évoquait « sa responsabilité politique, de mettre sur la place publique ce grand sujet ; à un moment où le gouvernement français et l’Union européenne entament des négociations avec les Etats-Unis dans la plus grande opacité ». Mieux, à quatre jours des élections européennes, le président de GDR se satisfaisait de « placer le Tafta au cœur du débat parlementaire pour sortir les Français de l’obscurité ». En dénonçant les dangers du marché transatlantique, il espérait un vote majoritaire de l’Assemblée en faveur de cette résolution européenne. Mais ça, c’était hier.
Retournement de situation. Aujourd’hui, André Chassaigne s’est exprimé, devant la presse, avec amertume. Écœuré de la manière dont le texte, proposé par le Front de Gauche et certains députés EELV, a été modifié par les commissions des affaires européennes et étrangères du gouvernement, à tel point qu’il ne reconnait plus ses écrits, il a annoncé, le ton éreinté : « Si rien ne bouge dans le débat demain, nous voterons contre ce texte. Entre le dépôt de notre résolution et le résultat de celle-ci après le passage dans les mains de la commission des affaires étrangères, il y a un faussé. Nous ne voterons pas pour un texte qui a été destitué de sa substance ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans André Chassaigne, Assemblee nationale, France, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Le gouvernement perd sa majorité absolue

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 mai 2014

 

PARLEMENT

Le gouvernement perd sa majorité absolue

 

Frédéric Durand – 2 mai 2014

 

CapturePlacide

En totalisant 265 voix sur 497, Manuel Valls réussit

à faire voter son plan de rigueur et perd,

dans la foulée, la majorité absolue détenue jusqu’ici

par le PS à l’Assemblée nationale.

Pas une voix ne devait manquer. Mais la pilule

des 50 milliards d’euros de réduction du budget

de l’État était visiblement trop dure à avaler.

 

 

Malgré quelques concessions de dernière minute, 41 députés du groupe socialiste à l’Assemblée nationale n’ont pu

se résoudre à voter pour, préférant l’abstention. S’il n’a pas remis en question le vote du texte, ce désaccord

au sein du PS fait perdre au gouvernement la majorité absolue qu’il détenait jusqu’alors. « Nous tenons à féliciter

et à réaffirmer notre soutien aux députés socialistes qui ont refusé, malgré les pressions subies, d’apporter

leur concours à un texte contraire aux engagements qu’ils ont pris devant les électeurs en 2012 », peut-on lire

sur le site des « socialistes contre l’austérité », où figurent quelque 3 500 signatures de responsables et militants

de toute la France. Ils s’ajoutent à la centaine de parlementaires qui avaient lancé un appel réclamant

un « contrat de majorité » au gouvernement. Si tous parmi ceux-là n’ont pas choisi de tenir tête jusqu’au bout

à l’exécutif, leurs velléités n’en éclairent pas moins le malaise qui grandit dans les rangs de la majorité.

« 41 voix, c’est très en deçà du potentiel contestataire », note Rémi Lefebvre, politologue et spécialiste du PS,

qui constate désormais « un vrai décalage entre le centre de gravité idéologique du groupe PS à l’Assemblée

et la ligne gouvernementale ».

CapturePlacide1

 

D’autant que, pour arriver à leurs fins, les proches

du président comme du premier ministre ont exercé

une pression asphyxiante sur les parlementaires

jusqu’au dernier moment. « En allant très vite, Manuel Valls

a contraint les députés à abattre leurs cartes, analyse

Rémi Lefebvre.

 

Tous n’ont pas osé convertir leur contestation en vote contre, face à un premier ministre qui fait ses premiers

pas à Matignon. S’il avait proposé ce vote dans un mois, sans doute se serait-il heurté à une plus forte

opposition. » Mais en obtenant sa majorité sans les voix de la droite et du centre, Manuel Valls évite le scénario

catastrophe.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Assemblee nationale, France, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaire »

Gouvernement Valls : toujours plus dur contre les faibles (A. Chassaigne)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 avril 2014

 

Gouvernement Valls : toujours plus dur contre les faibles

 

planvalls  par André Chassaigne

  Le pacte de responsabilité et ses 50 milliards de coupes

  dans les dépenses publiques, présenté en urgence

  par le Gouvernement de Manuel Valls, est un coup de force

  contre le pouvoir d’achat des plus modestes.

  Pour appuyer ce constat dramatique, partons d’un exemple concret.

  A l’automne dernier, lors du débat sur la réforme des retraites

  à l’Assemblée nationale, le choix de repousser de 6 mois la revalorisation

  annuelle des pensions de base, du 1er avril au 1er octobre, avait été

  à deux reprises rejeté majoritairement grâce à une forte implication

  des députés du Front de Gauche. La Ministre des Affaires sociales

et de la Santé avait alors contraint les députés à deux reprises à émettre un nouveau vote pour rétablir ce report,

véritable racket contre les retraités.

planvalls1

Non seulement, le nouveau gouvernement de Manuel Valls

entérine ce recul du pouvoir d’achat pour les retraités

de notre pays, mais il prolonge en réalité ce gel

pour une période supplémentaire de 12 mois.

Ainsi, les pensions de base ne seront pas revalorisées

par rapport à l’inflation cette année, et le décalage

de six mois étant déjà effectif, les pensions de base

seraient donc gelées jusqu’au 1er octobre 2015 !

 Faisant fi de la sanction des municipales, le Président de la République et son nouveau

Gouvernement ont décidé d’amplifier le coup de barre à droite.

Manuel Valls entérine au pas de course un choix politique désastreux pour les plus faibles, sans tenir compte

des effets à venir sur la vie d’une majorité de nos concitoyens, déjà rendue si difficile. Il accélère même le siphonnage

des ressources des plus pauvres, pour mieux encourager les plus riches dans leur boulimie financière.

[Lire la suite sur le blog d’André Chassaigne]

 

Publié dans André Chassaigne, Assemblee nationale, Austerite, France, Front de Gauche, La Terre, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Loi de sécurisation de l’emploi : loi qui envoie toujours plus de salariés à Pôle emploi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 janvier 2014

 

Sécurisation de l’emploi

            La loi qui envoie plus de salariés à Pôle emploi

 

ani_2  par Cécile Rousseau

 

  Lors d’une table ronde à l’Assemblée

  nationale, des juristes et salariés ont

  dressé un premier bilan négatif de la loi

  sur la sécurisation de l’emploi adoptée

  en juin dernier. 

 

La loi de sécurisation de l’emploi à l’heure du premier bilan. Mercredi, lors d’une table ronde organisée

par le groupe gauche démocrate et républicaine (GDR) à l’Assemblée nationale, des experts ont décortiqué

les effets négatifs de la loi du 14 juin 2013.

Présentée par le gouvernement à la fois comme un instrument de souplesse pour les entreprises

et de sécurisation pour les salariés, elle a au contraire facilité les licenciements, le chantage

à l’emploi via les accords de maintien dans l’emploi, ainsi que les mobilités forcées.

Hervé Tourniquet, avocat spécialisé en droit du travail, cite un exemple concret de ces dérives.

  « Chez Mahle Behr, équipementier automobile en Alsace, 162 salariés ont refusé un accord

   de maintien dans l’emploi (cinq jours de RTT en moins et le gel des salaires jusqu’en 2015,

   en contrepartie de zéro suppression de postes pour deux ans – NDLR) ; du coup, ils seront

   licenciés individuellement pour motif économique. Cette loi a permis d’éviter de payer

   un plan social au lieu de conserver des postes ! »

L’entreprise Air liquide a aussi sauté sur l’occasion pour dégraisser plus vite. Christian Granday, délégué

syndical central CGT, égrène :

   « 110 emplois sont supprimés dans le soudage, 191 chez Alfi, la plus grande filiale du groupe…

   Nous craignons que les réorganisations ne se banalisent. Par exemple, dans la filiale France industrie,

   après des échanges bien encadrés d’une durée de trois mois, la direction a appliqué unilatéralement

   son plan social. »

De fait, les entreprises se sont jetées sur la nouvelle procédure simplifiée de plan de sauvegarde

de l’emploi (PSE). Deux tiers des PSE sont aujourd’hui « négociés » avec les syndicats et ensuite validés

par l’administration, ce qui rend plus difficile leur contestation en justice. La négociation collective, censée

être un facteur de progrès social, est ici détournée de sa fonction.

 [Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Assemblee nationale, droit du travail, ECONOMIE, Emplois, France, Liberalisme, licenciements, SOCIAL | Pas de Commentaire »

IVG : Suppression de la notion de « détresse » inscrite dans la loi Veil

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2014

 

L’Assemblée nationale renforce le droit à l’IVG

 

assemblee

  Les députés de gauche ont voté ce mardi soir,

  avec le soutien de quelques voix de droite,

  la suppression de notion de « détresse » inscrite

  dans la loi Veil sur le recours à l’interruption

  de grossesse, malgré l’opposition farouche

des plus rétrogrades de droite et d’extrême-droite.

Fait rare à une heure si tardive, l’hémicycle était garni d’une centaine de députés, pour débattre de cet article 5 de la loi-cadre sur l’égalité hommes-femmes, combattue par une majorité de la droite dans le sillage des anti-IVG. Sur les bancs de l’UMP, la majorité des orateurs, souvent des membres de l’Entente parlementaire pour la Famille très actifs il y a un an contre le mariage pour les couples de même sexe, ont plaidé pour supprimer une « modification dogmatique » remettant en cause « l’équilibre » de la loi Veil et conduisant à une « banalisation de l’avortement ».

Déremboursement

Deux jours après une importante « Marche pour la vie », ils ont aussi reproché à la majorité de vouloir diviser les Français et de vouloir se « ressouder » autour d’un sujet de société entre « sociaux-démocrates, gauche, Front de Gauche qui n’ont plus grand chose en commun sur le plan économique et social ». Une quinzaine de députés UMP a même appelé à voter pour le déremboursement de l’IVG par la Sécurité sociale. L’amendement, avec lequel le président du groupe a rappelé son « désaccord », a heureusement été massivement rejeté. Ce qui n’a pas empêché le député et médecin, Bernard Debré de se dire « écœuré » par cette initiative.

Mais des élues du groupe UMP comme Nicole Ameline ou Françoise Guégot ont défendu la disparition de la notion de « détresse ». « Dénier aux femmes la capacité de décider serait un recul juridique et une défaite de la pensée », a lancé l’ancienne ministre de la Parité, pour laquelle si la France « ne sert pas la cause du droit des femmes, elle trahira sa tradition ».

La gauche fait bloc

La gauche elle a soutenu cette disposition depuis son introduction par les députés socialistes en décembre et défend même « haut et fort » le droit à l’IVG depuis sa remise en cause en Espagne. « Des tas d’hommes et de femmes espagnols vont peut-être avoir envie de descendre dans la rue pour ne pas laisser passer la loi chez eux car en France on leur a dit qu’on était solidaires », s’est exclamée la députée communiste Marie-George Buffet.

Socialistes, écologistes ou communistes ont fait bloc pour défendre « un toilettage » d’une « formulation devenue obsolète » de la loi Veil, clamer le droit des femmes à disposer librement de leur corps et dénoncer tout diktat d’un « ordre moral » et toute tentation de « retour en arrière » sur l’IVG, à un temps d’ »aiguilles à tricoter » et de « faiseuses d’anges ». Le « courage » de Simone Veil pour imposer sa loi en 1975, marquée par des débats violents dans l’hémicycle, ont été évoqués par beaucoup, surtout à gauche.

Nombre des oratrices et orateurs de gauche, y compris le chef de file des députés PS Bruno Le Roux, ont souligné qu’une IVG n’était « jamais un acte banal » mais une « décision douloureuse » et qu’une femme n’y recourait pas « pour le plaisir » ou comme « moyen de contraception ». La ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem a notamment souligné que « l’IVG est un droit à part entière et pas une simple tolérance assortie de conditions ».

A lire aussi :

S.G.

Publié dans Assemblee nationale, avortement, Droits des femmes, France, POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Égalité femmes/hommes : quelle loi pour aller où ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 janvier 2014

 

Égalité femmes/hommes : quelle loi pour aller où ?

(Marie-George Buffet)

 

Marie-George-Buffet

 

  Le débat sur la loi égalité entre les femmes et les hommes a démarré

  hier soir à l’Assemblée Nationale. Une telle loi est nécessaire car l’égalité

  n’est toujours pas réalisée, au travail, dans la famille, dans la société.

  Une loi cadre pour la faire avancer est donc la bienvenue.

  C’est ce que j’ai dit hier au nom de notre groupe en insistant

  sur les améliorations à apporter :

 

  • contre le temps partiel imposé afin d’avancer vers l’égalité professionnelle,
  • pour améliorer la loi sur les violences adoptée en 2010 sur le droit au logement des femmes victimes

de violence et la nécessité de délivrer l’ordonnance de protection dans l’urgence,

  • pour faire avancer la situation des femmes étrangères et pour œuvrer à la parité avec le scrutin

proportionnel qui seul permet la parité comme l’expérience le montre dans les scrutins où il existe.

Pour l’instant, le gouvernement et la majorité socialiste a refusé tout amendement coercitif

permettant de dissuader les entreprises d’embaucher à temps partiel. Pourtant, c’est une des raisons

majeures de la différence salariale entre les femmes et les hommes.

Aujourd’hui, le débat devrait se poursuivre mais nous déplorons le peu de cas fait à une loi sur l’égalité

entre les femmes et les hommes. La reprise du débat est en effet aléatoire, 22, 23, 0 heure, après le débat

sur d’autres lois intercalées ainsi au milieu de ce qui devait être une loi historique pour les droits des femmes.

Décidément j’attendais autre chose pour les femmes et pour le débat démocratique de la représentation nationale !

Publié dans Assemblee nationale, Droits des femmes, France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

12345...7
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy