Répression syndicale à la Poste

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 février 2015

 

Sanctionnés pour engagement syndical :

    quand la Poste entrave les libertés fondamentales

 

par Sophie Chapelle 11 février 2015

Capturehuma1

La répression syndicale bat son plein à la Poste.

Mises à pied, tentatives de licenciements et…

révocation de fonctionnaire. Cette sanction gravissime

n’y avait pas été prononcée depuis un demi-siècle.

Un délégué syndical de Sud vient d’en faire les frais.

Son crime : ne pas avoir demandé l’autorisation

de la direction avant de s’exprimer devant des salariés.

Pour entraver l’exercice du droit syndical, la direction

 de La Poste profite du flou juridique qui entoure

l’entreprise publique devenue société anonyme.

Dans un contexte de restructuration permanente : en moyenne, 6 000 emplois sont supprimés

chaque année depuis dix ans.

Le 13 janvier, un postier, Yann Le Merrer, s’est vu notifier sa révocation par la Poste. C’est la plus lourde sanction qui puisse frapper un fonctionnaire. Du jamais vu depuis 1951, quand deux syndicalistes de la CGT avaient été révoqués [1]. Son délit ? Des faits liés à son activité syndicale dans le conflit qui a agité les Hauts-de-Seine au premier semestre 2014. Au terme de 173 jours de mobilisation, les grévistes ont notamment obtenu la titularisation de trois salariés, qui enchainaient les contrats précaires.

A l’issue de cette grève, la direction de l’entreprise publique a lancé de multiples procédures disciplinaires. Gardes à vue, mutations d’office, mises à pieds, licenciements… Face à l’arsenal des mesures disciplinaires déployées par la Poste, le cas de Yann Le Merrer, secrétaire département adjoint chez Sud PTT, est emblématique. « Il y a un principe en cas de grève, c’est celui d’aller avec les grévistes faire la publicité de la grève dans d’autres centres, souligne le postier, c’est à dire de travailler à la convergence des luttes. Et ça c’est le truc qu’ils ne supportent pas, c’est cela qu’ils attaquent aujourd’hui et c’est pour cela que je suis révoqué. » [2]

Quand la Poste ne respecte pas le Code du travail

Capturelapostesanction

Depuis 2009, aucun texte ne régit l’exercice du droit syndical à La Poste, laissant place au fait du prince. Pour les représentants des salariés, pénétrer dans un établissement peut être considéré comme un délit ! Selon la notification de sanction à l’encontre de Yann Le Merrer consultée par Basta !, six motifs ont été notifiés par la direction : « Intrusions répétées pendant des heures de service dans plusieurs établissements postaux », « prises de parole non autorisées », ou encore « absence d’information préalable des directeurs d’établissement à l’occasion de ses venues ».

[Lire la suite sur Basta !]

Creative Commons License

Publié dans Basta!, CGT, France, La Poste, LIBERTES, SERVICES PUBLICS, Sud, Syndicats | Pas de Commentaire »

Révoqué parce que syndicaliste

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 janvier 2015

 

Révoqué de La Poste pour son engagement syndical

 

Cécile Rousseau – L’Humanité – 20 janvier 2015

 

huma2001

Yann Le Merrer, militant SUD PTT

dans les Hauts-de-Seine

et fonctionnaire, a été destitué.

Une exclusion définitive pour faits

syndicaux. Du jamais-vu depuis 1951,

signant un durcissement de la répression

antisyndicale dans une entreprise

en pleine mutation.

 

Le 13 janvier 2015, Yann Le Merrer, quarante-trois

ans, fonctionnaire et secrétaire départemental

adjoint SUD PTT des Hauts-de-Seine, s’est vu

notifier chez lui par huissier sa révocation par La Poste

pour faits de grève. Du jamais-vu depuis 1951.

 

À cette époque, Georges Frischmann, secrétaire général de la fédération CGT des PTT, et un autre

syndicaliste CGT, René Duhamel, avaient été révoqués pour avoir signé une déclaration en faveur

de la paix pendant un voyage en RDA ! Si La Poste est coutumière des méthodes expéditives et brutales

envers les représentants du personnel, un cap vient d’être franchi en matière de discrimination antisyndicale.

Car les faits reprochés à Yann Le Merrer relèvent simplement de l’exercice de son mandat :

intrusions répétées pendant les heures de service dans plusieurs établissements postaux, prises de parole

non autorisées, refus de quitter les locaux en dépit des injonctions.

 «Choqué » par cette décision, le syndicaliste, coutumier des représailles de La Poste, ne pensait pas

que la direction franchirait cette ligne rouge. « Depuis 2010, je n’ai travaillé que 14 mois, j’étais mis à pied

pour mon activité syndicale ou exclu. Mais là, la révoc’, c’est le pire pour un fonctionnaire. Je ne peux même

plus trouver un poste dans la fonction publique. Cela a une charge symbolique très forte. »

Depuis la fin de la grève de 173 jours des postiers des Hauts-de-Seine, cet été, la plus longue de l’histoire

de La Poste, les sanctions tombent. Quatre syndicalistes ont été licenciés. D’autres attendent encore

leur passage en conseil de discipline. Au terme d’un conflit très tendu, les grévistes avaient arraché le report

des restructurations et l’embauche des personnes en contrat professionnel.

Pour Régis Blanchot, administrateur de SUD PTT, « avec cette révocation, un tabou est tombé. Il devient

presque impossible de mener une action syndicale à La Poste. Il faut prévenir 48 heures à l’avance

pour ­distribuer un tract, sinon on vous interdit d’y entrer ! L’ensemble des organisations se plaignent

de la répression ». Yann Le Merrer soupire : « C’est dans notre pratique d’aller voir les agents de centre

en centre, d’intervenir en cas d’urgence. Comme La Poste nous interdit tout, nous sommes en faute

en permanence. L’entreprise ne veut plus des militants de terrain, elle veut les éliminer. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

Pétition pour la réintégration de Yann Le Merrer

Publié dans France, La Poste, Luttes, Sud, Syndicats | Pas de Commentaire »

Répression antisyndicale à La Poste

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 octobre 2014

 

 La répression antisyndicale bat son plein à La Poste

 

  par Cécile Rousseau - 29 octobre 2014

postepactesocialrecalé  

  Mercredi, Sud-PTT donnait une conférence

  de presse pour alerter sur la multiplication

  des cas de sanctions de syndicalistes

  pour faits de grève.

  La discrimination antisyndicale monte encore d’un cran

  à La Poste.

 

 

Ce mercredi, Sud-PTT alertait la presse sur la montée de la criminalisation des représentants des salariés

au sein du groupe. Pour Régis Blanchot, administrateur Sud-PTT, la situation n’a jamais été aussi tendue.

« Il y a des dizaines d’agents qui passent en conseil de discipline pour faits de grève, surtout du côté

des syndicats les plus offensifs, c’est-à-dire Sud et la CGT. L’entreprise laisse pourrir les conflits

et ensuite sort la matraque. Pire, La Poste refuse même aujourd’hui toute critique de sa stratégie,

qu’elle soit constructive ou non. »

Le cas de Yann Le Merrer est  inédit. Ce fonctionnaire, secrétaire départemental adjoint du syndicat

dans les Hauts-de-Seine, passera en conseil de discipline le 30 octobre. Il risque la révocation

pour des prises de parole en public lors de la grève qui a duré 173 jours dans le département pour réclamer

la titularisation de leurs collègues en contrats aidés et dénoncer les restructurations à venir.

« Maintenant, quand on veut intervenir auprès des agents, il faut prévenir la veille, donner le motif…

La Poste est dans le refus du dialogue social ! », déplore-t-il. Si la sanction allait jusqu’au bout, ça serait

une première depuis 1953 et la révocation de Georges Frischmann, secrétaire de la CGT !

Pas moins de sept grévistes des Hauts-de-Seine sont déjà passés en conseil de discipline.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, France, La Poste, Liberalisme, SOCIAL, Sud | Pas de Commentaire »

Répression syndicale : convocation à la sûreté territoriale et 4 gardes à vue sur 5 pour les postiers du 92

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mai 2014

 

Arrêt immédiat des poursuites contre les postiers du 92 !

 

Mercredi, 21 Mai, 2014

 

postiers92

  Après 113 jours de grève, voilà à quoi ont droit les postiers grévistes du 92 :

  Une convocation à la sûreté territoriale et 4 gardes à vue sur 5.
 
  Malgré un rassemblement de solidarité de plusieurs centaines de personnes,

  c’est la criminalisation des syndicalistes en lutte qui a primé sur l’écoute

  de leurs revendications.
 
  Nous, organisations politiques, syndicales et associatives, membre du collectif

  de soutien et contre la répression 92, demandons l’arrêt immédiat

  des poursuites à l’encontre des syndicalistes et des grévistes et réitérons

  notre soutien avec leur mobilisation et leurs revendications.

 

Nous appelons d’ores et déjà au rassemblement ce jeudi soir à 18h30, devant les locaux de la sûreté territoriale

à 18h30 3/5 rue Riquet Paris 19ème.
 

Solidaires 92, FSU 92, NPA 92, PCF 92, Gauche Citoyenne 92, PG 92

vu sur : humanite.fr

source image

 

Publié dans ECONOMIE, France, La Poste, Liberalisme, Luttes, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

« Mur des cons » : l’acharnement contre le Syndicat de la magistrature

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 mars 2014

 

« Mur des cons » :

l’acharnement contre le Syndicat de la magistrature

 

mur-des-cons

 

  La présidente du Syndicat de la magistrature (SM) Françoise Martres,

  a été mise en examen le mois dernier pour « injure publique » dans l’affaire

  du « mur des cons », un panneau de photos de personnalités, principalement

  de droite, affiché dans ses locaux.

 

Le syndicat qui dénonce « une manipulation grossière qui n’a qu’un seul but : museler un syndicat qui gêne

une certaine droite ».

Dans un communiqué ce vendredi, le Syndicat de la magistrature dénonce « une manipulation grossière qui n’a qu’un seul but : museler un syndicat qui les gêne et qui a fait de la défense des libertés publiques un combat » et « l’instrumentalisation à laquelle se livre une certaine droite qui tente par tous moyens de détourner l’attention des citoyens de la mise en cause de l’ancien chef de l’État dans des affaires judiciaires ». Selon une source judiciaire, Françoise Martres a été mise en examen le 17 février pour injure publique à l’encontre du chef de file des députés UMP Christian Jacob et du général Philippe Schmitt, qui avait critiqué le « laxisme » de certains juges après l’assassinat de sa fille.

Révélée en avril 2013, l’existence de ce mur avait été confirmée par le Syndicat de la magistrature qui avait précisé qu’il avait été installé dans le local sous la précédente majorité, « à une époque où les magistrats étaient très critiqués ». Sur le panneau de photos figuraient plusieurs personnalités telles que Brice Hortefeux, Michèle Alliot-Marie, Nadine Morano, le magistrat Philippe Courroye, le criminologue Alain Bauer, l’ancien ministre et ex-entraîneur du XV de France Bernard Laporte, Alain Minc ou Jacques Attali… Les images avaient été fournies à Atlantico après qu’un journaliste de France 3, Clément Weill-Raynal, les eut filmées lors d’un tournage pour sa chaîne. Il avait été sanctionné par son employeur, qui lui avait reproché d’avoir menti sur l’origine des images, alors qu’il avait convaincu sa chaîne de les utiliser et de les commenter lui-même dans le journal télévisé après leur diffusion par Atlantico.

Dans son communiqué vendredi, le syndicat « conteste que cet affichage – qu’il n’a jamais eu l’intention de rendre public – puisse être assimilé à une quelconque publication syndicale ». « Ce sont les méthodes douteuses d’un journaliste et la diffusion par le site Atlantico.fr de cette vidéo filmée à l’insu des occupants de ce local qui sont seules à l’origine de la publicité donnée à ces image », ajoute-t-il.

Lire aussi :

Publié dans France, La Poste, SOCIETE, Syndicats | Pas de Commentaire »

« La Poste transforme les facteurs en militants du Front national »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 mars 2014

 

Des facteurs parisiens refusent d’être transformés

en militants du FN

 

Capturefacteur

  À quelques jours du premier tour des municipales,

  des postiers du 7e arrondissement de Paris ont refusé

  ce matin de distribuer un tract du Front national.

  Motif : il figurait dans un lot de publicités non mis

  sous pli, selon les syndicats CGT et SUD.

  « Que la Poste distribue ainsi de la propagande politique

  pose un réel souci. Notre règlement intérieur stipule

  que nous n’avons pas le droit de faire de la propagande »,

  observe Emmanuel Cottin, du syndicat CGT.

« D’ordinaire, la communication politique est masquée sous pli opaque », en déambulant ainsi avec des tracts du FN

sous le bras, « les facteurs risquent d’être interpellés au cours de leur tournée », « il y a un danger pour leur intégrité

physique et morale », estime-t-il.

Selon le syndicaliste SUD, Olivier Rosay, sur la quarantaine de facteurs qui travaillaient lundi sur l’arrondissement,

« au moins une douzaine ont retiré le tract avant de partir faire leur tournée ». En leur mettant entre les mains

« ostensiblement de la propagande politique du Front national », « La Poste transforme les facteurs en militants

du Front national », s’indigne le syndicat. Seul le 7e arrondissement est concerné, précise-t-il. Le tract est celui

de la candidate du Front national et du Rassemblement bleu marine aux élections municipales dans l’arrondissement,

Bernadette de la Bourdonnaye.

Principe de neutralité de La Poste selon la direction

De son côté, La Poste met en avant le « principe de neutralité ». « La Poste et Médiapost (filiale du groupe) distribuent

la propagande électorale des partis politiques lors de chaque élection. Dès l’instant ou le parti qui s’exprime n’est pas

interdit, La Poste doit les traiter avec équité », affirme le groupe. La Poste peut refuser de diffuser un contenu

seulement si celui-ci « est contraire à l’ordre public ou aux bonnes mœurs ». « La Poste ne peut refuser, ou soumettre

à des conditions particulières comme la mise sous enveloppe, le message d’un parti politique », ajoute la direction

de La Poste.

Lors d’assemblées générales lundi matin, SUD a lancé un appel « à l’objection de conscience et à la désobéissance »

et la CGT a demandé aux postiers « de ne pas toucher aux plis en attendant d’avoir des réponses de la direction ».

Selon les deux syndicats, la direction a envoyé à l’aube un huissier au centre de distribution, délocalisé dans le 15e

arrondissement, pour contrôler la préparation des documents.

Les syndicats rapportent « une très forte pression de l’encadrement ».

[humanite.fr]

 

Publié dans CGT, Elections municipales, France, La Poste, POLITIQUE, Sud | Pas de Commentaire »

Le nouveau CPPT (contrat de présence postale territoriale) : Un véritable tour de passe-passe… aux dépens des usagers, des salariés, des collectivités

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2014

 

SERVICE PUBLIC

Pour avoir La Poste, il faudra passer au guichet

 

laposte_2

  Cette semaine dans la Terre :

  La Poste, l’entreprise délaisse les territoires ruraux.

  Le contrat de présence postale territoriale assigne

  à La Poste des objectifs non financés, dont la charge

  va reposer une fois de plus sur les usagers,

les collectivités et les personnels.

Dormez, bonnes gens, tout est tranquille ! L’État, La Poste et l’Association des maires de France (AMF) ont signé

le 16 janvier le contrat de présence postale territoriale (CPPT) 2014-2016. Censé garantir l’accès de tous les citoyens

de la République à un service public postal de qualité en quelque point du territoire que ce soit, ce texte s’inscrit,

nous dit-on « dans la continuité des précédents ». On ne sait s’il s’agit de nous rassurer, tant les moutures qui ont

précédé celle-ci n’ont guère empêché la dégradation du service public, la réduction des horaires d’ouverture,

la fermeture de nombreux bureaux de poste ou leur transformation en agences postales communales (APC)

ou relais-poste, l’allongement des temps de distribution du courrier, l’augmentation du prix du timbre, la fermeture

de centres de distribution et de centres de tri…

Six départements hors-la-loi

En réalité, citoyens et salariés n’ont pas intérêt à se laisser endormir par la berceuse des gardiens des dogmes

de la concurrence et de la réduction des dépenses publiques. Car derrière des objectifs en apparence louables

et un discours rassurant, cette nouvelle mouture du CPPT a pour seule ambition d’accompagner et d’habiller

l’aggravation de la politique de dégradation du service postal et de recul du service public. Quitte à travestir

et la réalité, et les intentions de ses promoteurs. Quitte aussi à bafouer la loi. Comme le réaffirme le préambule

du CPPT, celui-ci s’inscrit dans le cadre de la loi qui depuis 1995 énonce des règles d’accessibilité précises :

jamais plus de 10 % de la population d’un département à plus de 5 km ou 20 minutes en voiture

d’un « point de contact » avec la poste. Des règles déjà discutables : quand on fait partie des 10 % en question,

et/ou qu’on ne peut pas ou plus se déplacer en voiture, comment fait-on ? Mais surtout, la CGT l’affirme :

dans six départements de la France métropolitaine (l’Eure, le Gers, le Lot, la Lozère, la Haute-Marne et la Meuse),

ces règles d’accessibilité ne sont plus respectées. Et six autres départements – l’Aube, le Cantal, la Creuse,

la Manche, la Haute-Saône et les Deux-Sèvres – sont à la limite. Autrement dit, avant même d’être signé, le CPPT

est pris en défaut.

[Lire la suite sur humanite.fr]

LaTerre

Le dossier complet à retrouver dans la Terre en version numérique

 

 

 

Publié dans France, La Poste, La Terre, Liberalisme, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Malaise dans les hautes sphères de La Poste

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 mars 2013

 

Ce mercredi dans l’Humanité :

malaise dans les hautes sphères de La Poste

 

Malaise dans les hautes sphères de La Poste dans CGT huma1303

Alors que les suicides de postiers s’accumulent,

c’est maintenant la direction de La Poste qui est

touchée par le décès de Nicolas C., cadre stratégique

du groupe, qui a mis fin à ses jours le 25 février dernier.

L’Humanité a recueilli les témoignages de hauts cadres

prêts à briser la loi du silence. Extrait.

«Notre vie de famille est totalement détruite », souffle Ilma.

Son mari, Nicolas C., cadre supérieur au sein du groupe

La Poste, a été enterré jeudi dans la plus stricte intimité.

Désormais seule avec sa fille de dix-neuf ans, elle accuse :

« Son suicide est lié au travail. Quand il est passé d’adjoint

à directeur, personne n’a été nommé au poste d’adjoint,

il a travaillé avec une équipe réduite tout en ayant

une grosse charge de travail. Il avait pourtant dit

qu’il avait besoin d’aide. Il était perfectionniste et mettait un point d’honneur à assurer son travail.

Lors de ses funérailles, ses collègues, qui l’appréciaient beaucoup, me sont tombés dans les bras. »

Ilma se souvient des premiers signes du burn-out (épuisement professionnel) chez son mari. Il y a un mois,

au travail, il avait ressenti une douleur dans la poitrine. « Il préparait un déplacement à Marseille, il avait

travaillé sur des slides Powerpoint (infographies destinées aux réunions de cadres dirigeants – NDLR)

le week-end. À la dernière minute, son boss lui a demandé de tout reprendre de zéro. Puis quand il a fait

son malaise au bureau, personne n’a eu la décence de lui appeler un taxi. La Poste s’est mal comportée. »

La suite du témoignage dans l’Humanité de ce mercredi 13 mars 2013 ainsi que l’entretien

avec la sociologue, Danièle Linhart.

[Lire la suite]

 

Publié dans CGT, France, La Poste, SERVICES PUBLICS, Souffrance au travail | Pas de Commentaire »

Nouveau drame à La Poste : assez de discours, des actes !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 novembre 2012

 

SUICIDE A LA POSTE : ASSEZ DE DISCOURS, DES ACTES !

 

Nouveau drame à La Poste : assez de discours, des actes ! dans CGT suicide_postePar Bernard Dupin, administrateur CGT du groupe La Poste

Un nouveau drame vient de se dérouler au sein même de La Poste

de La Fère dans l’Aisne où un postier âgé de 55 ans a mis fin

à ses jours en allant se pendre dans son bureau le mercredi

31 octobre après midi.

Il est intolérable qu’un agent, quel que soit son grade, sa catégorie

ou  son service n’ait d’autres recours pour se faire entendre

que d’attenter à ses jours.

Combien de drames faudra-t-il encore supporter pour que le processus

destructeur qui génère un épuisement physique et psychique des postiers soit

enfin stoppé.

 

La Poste traverse une grave crise sociale et managériale.

Humiliations et burn-out, désorganisation de l’activité, injonctions paradoxales, pathologies de surcharge :

la décision de supprimer massivement les emplois et de réorganiser sans contrôle la conduite de l’entreprise

est à l’origine d’une conduite du changement pathogène et de la dégradation de l’état de santé physique

et psychique des postiers.

D’autre part, en guise de dialogue social, La Poste connait le flicage des consignes et des activités quotidiennes,

les sanctions disciplinaires ou l’exclusion des agents qui ne peuvent suivre le rythme, la chasse aux syndicalistes

qui défendent une autre politique, l’humiliation des cadres qui refusent de faire de l’abattage.

Parallèlement, des « réorganisations » successives désorganisent l’activité et font baisser au total la qualité

de service de 50 %.

Il y a aujourd’hui plus qu’une situation d’urgence à prendre en compte à La Poste et qui nécessite des mesures

concrètes alors que les postiers sont confrontés à des discours de bonnes intentions de la part des dirigeants

de La Poste ou a un mutisme complet du ministère de tutelle qui est pourtant le premier actionnaire du Groupe.

La Direction de La Poste et les deux actionnaires que sont l’État et la Caisse des dépôts et Consignations 

doivent prendre toutes leurs responsabilités au niveau social et humain en changeant de politique et de mise

en œuvre de leur  stratégie.

[Lire la suite sur le blog de Bernard Dupin]

 

Lire également :

Nouveau suicide à La Poste : les syndicats appellent le gouvernement à intervenir

La Poste : Le Grand Dialogue a échoué (Sud PTT)

 

Publié dans CGT, France, La Poste, Souffrance au travail, Sud, Syndicats | Pas de Commentaire »

FEIGNIES : La fermeture « temporaire » de la Poste ne doit pas se transformer en fermeture définitive !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 janvier 2012

PCF-Front de Gauche Feignies

 

FEIGNIES : La fermeture Depuis fin décembre 2011, le bureau de Feignies (plus de 7 000 habitants)

est fermé « temporairement ».

Récemment, un « bureau » a été ouvert en mairie pour :

  • les boîtes postales (service payant)
  • la remise des colis et recommandés en instance
  • l’affranchissement simple des courriers

Ce bureau est ouvert uniquement de 8h 30 à 11h 30.

 

Les multiples services de la Poste doivent rester un service public de proximité accessible à tous les citoyens, notamment à ceux qui n’ont pas de voiture.

Cette fermeture « temporaire » ne doit pas devenir définitive.

N’hésitez pas à exprimer cette exigence républicaine aux élus (t° mairie : 03 27 68 39 00) et aux responsables de la Poste à Maubeuge (t° 03 27 53 71 12)

 

Publié dans Infos Feignies, La Poste, PCF-Front de Gauche Feignies | 1 Commentaire »

123
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy