Espagne : Les femmes de nouveau sacrifiées sur l’autel de l’obscurantisme

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 février 2012

 

En Espagne, la droite reprend sa croisade contre l’avortement

 

Par Cathy Ceïbe

Espagne : Les femmes de nouveau sacrifiées sur l'autel de l'obscurantisme dans Droits des femmes espagne-droite-300x150Le nouveau gouvernement de Madrid vient d’annoncer

qu’il reviendrait sur la loi de 2010 consacrant

« le droit à choisir la maternité ».

Dans son sillage, l’Église catholique reprend son bâton de

pèlerin contre l’interruption volontaire de grossesse.

 

L’Église catholique se devait d’apporter sa pierre à l’édifice. « Que le fait de tuer un enfant durant la période de gestation

puisse être considéré comme un droit me paraît une aberration », a déclaré, lundi, à Radio Euskadi, l’évêque de Saint-Sébastien,

Juan Ignacio Munilla. Coutumière des charges anti-IVG, l’institution espagnole ne pouvait pas être en reste dans l’actuelle

polémique. Ces dernières années déjà, elle s’était payée le luxe de « publicité » en comparant l’embryon au sphinx espagnol

menacé d’extinction. L’Église reprend donc son bâton de pèlerin, Munilla allant même jusqu’à comparer l’avortement à

« l’esclavage des Noirs » (!), grâce au 
chemin ouvert par le Parti 
populaire (PP – droite conservatrice).

Il y a une semaine, le ministre de la Justice, Alberto Ruiz Gallardon, a en effet annoncé que le gouvernement du PP, issu des urnes

le 20 novembre 2011, reviendrait sur la loi sur l’avortement de 2010. Cette dernière, promue par l’exécutif socialiste de

José Luis Rodriguez Zapatero, consacre « le droit à choisir la maternité », à l’instar du reste des lois européennes basées sur le

concept de délai, autorisant ainsi librement l’avortement jusqu’à quatorze semaines, voire vingt-deux semaines en cas

de malformation ou de risque pour la femme. Passé ce délai, considérant la viabilité fœtale, la nouvelle loi est plus restrictive

que celle de 1985 puisque la femme n’est autorisée à avorter, après avis médical, qu’en cas de

« malformation extraordinaires ou d’incompatibilité avec la vie ».

« Ce n’est pas une loi qui satisfait les féministes et Izquierda Unida (IU) », rappelle Maïte Mola, vice-présidente du Parti

de la gauche européenne (PGE) et responsable des relations internationales du Parti communiste espagnol (PCE). Longtemps

en charge des droits de la femme, la responsable estime néanmoins que les charges de la droite contre l’IVG sont

« une régression antidémocratique ». « C’est une erreur politique terrible et insupportable, explique-t-elle. Alors que les gens

sont préoccupés par un quotidien de survie en raison de la crise, la droite profite de cette situation pour faire reculer l’ensemble

des droits des femmes. »

[Lire la suite]

Source : hqhd-300x150 dans Espagne1er février 2012

 

 

Lire également

Les droits des femmes sont remis en cause par des forces conservatrices en Europe


Le vrai visage du FN

http://www.dailymotion.com/video/xo7isj

Lien en cas de problème vidéo:

http://www.dailymotion.com/video/xo7isj_louis-aliot-no-2-du-fn-veut-derembourser-les-ivg-de-confort_news?start=4#from=embed

 

 

Publié dans Droits des femmes, Espagne, Integrisme, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Espagne : L’archevêque de Grenade légitime le viol pour les femmes qui ont avorté !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 janvier 2012

 

Source : Solidarité ouvrière8 janvier 2012

Un archevêque espagnol : « Violez les femmes, parce qu’elles le méritent »

L’Express.be, 4 janvier 2012 :

Javier Martinez, l’archevêque de Grenade, a légitimé le viol pour les femmes qui ont avorté

dans son sermon de Noël.

L’auteur portugais Manuel António Pina, s’en émeut et condamne fermement ses propos

dans le Jornal de Notícias  :

Espagne : L'archevêque de Grenade légitime le viol pour les femmes qui ont avorté ! dans Espagne eveques_et_droite_tous_fascistes-300x216(évêques et droite fasciste)

Aujourd’hui comme hier, le clergé espagnol soutien de la pire réaction

« Quand il s’agit de l’intolérance, l’Église espagnole n’a de leçon à prendre de personne…

Maintenant que le [Premier ministre] Mariano Rajoy, proche de l’Eglise, a annoncé son intention d’éliminer

« la corruption de la loi laïque sur l’avortement » que le gouvernement de son prédécesseur Zapatero a fait

adopter, je me suis fait remettre l’homélie de Noël de l’archevêque de Grenade, Javier Jimenez, dans laquelle

il affirme « qu’une femme qui a avorté donne à un homme la licence absolue, sans restriction, pour abuser

de son corps, parce qu’elle a commis un péché comme si elle avait le droit de commettre ce péché»’. …

Pour l’archevêque, les crimes d’Hitler et ceux de Staline (il a oublié Franco) sont « moins épouvantables

que l’avortement ».

Dans ces moments-là, même un athée voudrait qu’il y ait un dieu pour condamner ces personnes. » (via Google Translate,ndlr)

 

Vidéo de “Las Malas Lenguas” avec le discours de l’archevêque Javier Martinez (en espagnol) :

Image de prévisualisation YouTube

 

L’homélie intégrale de l’archevêque est ici (texte en espagnol; pdf)

 

 

Publié dans Espagne, Integrisme | Pas de Commentaire »

Israël : les femmes victimes du « judaïsme taliban »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 décembre 2011

 

Israël : les femmes victimes du Dans la ville de Beit Shemesh, la discrimination envers les femmes prônée

par les « haredim »,des ultra-orthodoxes, a dégénéré ces derniers jours.

C’est dans cette même ville, située à 30 Km de Jérusalem, qu’est né

le phénomène effrayant des « femmes talibanes », juives orthodoxes

qui sont totalement recouvertes hormis les yeux, comme leurs consoeurs

des régimes les plus rétrogrades de l’Islam.

Depuis plusieurs semaines, les femmes y sont victimes d’agressions verbales

et physiques de la part des extrémistes religieux qui veulent imposer

la séparation entre hommes et femmes.

 

 

Lundi après-midi, des heurts ont éclaté entre les forces de l’ordre et plusieurs centaines d’hommes réclamant une séparation

stricte des sexes.

Dimanche, déjà, une équipe de télévision avait été agressée parce que les journalistes filmaient des panneaux enjoignant

les femmes à ne pas s’arrêter devant une synagogue. D’autres écriteaux les exhortent à se vêtir « modestement », c’est-à-dire

couvertes de la tête aux pieds, avec des manches et des jupes longues.

Image de prévisualisation YouTube

 

Le 16 décembre, Tanya Rosenblit, une jeune israélienne pourtant vêtue « modestement » a été agressée par un « haredim »

qui n’a pas supporté qu’elle se soit assise derrière le chauffeur.

Dans un reportage, diffusé le 23 décembre, un « intégriste juif » estimait qu’il était « permis de cracher sur une fille si elle n’est

pas correctement vêtue ». C’est ce qu’ a vécu, la semaine dernière, Hadassah Margolis, une petite fille de huit ans. Alors qu’elle

se rendait à l’école, elle été insultée et victime de crachats , sous prétexte qu’elle n’était pas « vêtue décemment ».

Image de prévisualisation YouTube

 

Source illustration : http://canaille-le-rouge.over-blog.com/

Lire également :

http://www.rfi.fr/une-grande-manifestation-israel-contre-segregation-femmes-imposee-ultra-orthod

http://www.lepost.fr/israel-la-revolte-de-femmes-contre-la-segregation-sexuelle-imposee-par-les-haredim-craignant-dieu.html#reactions

 

Publié dans Discriminations, Droits des femmes, Integrisme, Israel | Pas de Commentaire »

Gaza pleure Vittorio Arrigoni

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 avril 2011

« Vittorio disait toujours, ‘Restons humains’, et même dans les situations les plus difficiles.

Lorsque je lui demandais, ‘Comment peux-tu et comment pouvons-nous rester humains’ ?

Il me répondait, « Parce qu’en dépit de tout, il faut toujours conserver, au-dedans de nous,

notre humanité et l’apporter aux autres.’ »

Egidia Beretta, la mère de Vittorio Arrigoni

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Rester humain à Gaza - Décembre 2008-Juillet 2009, Journal d'un survivant

Source : Association France Palestine Solidarité – article publié le samedi 16 avril 2011

URL de l’article : http://www.france-palestine.org/article17186.html

 

Rester humains

Communiqué du Comité de pilotage de la Flottille de la Liberté 2 après le meurtre de notre camarade

Vittorio Arrigoni, à Gaza, par un ’groupe salafiste’

15 avril 2011


Le meurtre du militant des droits humains, Vittorio Arrigoni, est une tragédie pour sa famille, pour ceux d’entre nous

qui le connaissions et pour les Palestiniens qui l’aimaient et l’admiraient.

Le Comité de pilotage de la Flottille de la Liberté 2 condamne ce meurtre insensé et les gens qui l’ont commandité [1].

Ils ont volé la vie de l’un des défenseurs les plus passionnés de la justice pour la Palestine.

Ce meurtre porte tort à la lutte des Palestiniens pour la liberté et la justice tout comme à notre travail de solidarité avec ce combat.

En son honneur, nous nommerons notre prochain voyage Flottille de la Liberté-Rester humains.

Rien de ce que nous écrivons ne peut montrer l’homme qui était si plein de vie, un homme la pipe à la bouche et une casquette de marin de guingois

sur la tête. L’homme au grand sourire et au caractère doux, qui utilisait sa force physique pour tenir dans ses bras les petits enfants, plusieurs à la fois parfois.

Son rire et ses derniers mots à chaque fois que nous le voyions résonneront à nos oreilles quand nous embarquerons sur les bateaux pour repartir à Gaza à la

fin du mois de mai. Il dirait « Restons humains » et puis il sourirait et serrerait les dents sur sa pipe.

Vittorio était des nôtres dans le premier petit bateau qui est entré à Gaza à l’été 2008, l’un des 44 militants à avoir pris la mer pour protester contre le blocus

illégal imposé par Israël aux 1.5 million de Palestiniens qui vivent à Gaza. Nous allons faire de notre mieux, Vik, pour continuer ton œuvre.

La flottille retournera à Gaza en ton honneur.

 

[1] * sur les auteurs ou commanditaires du meurtre voir la Libre Belgique :

Indignation après la mort d’un Italien

Sur le même sujet :

 

Publié dans GAZA - PALESTINE, Integrisme | Pas de Commentaire »

A Bordeaux, l’extrême-droite catholique a pignon sur rue

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 avril 2010

Lu sur : A Bordeaux, l'extrême-droite catholique a pignon sur rue  dans Integrisme dazibaoueb_logo_700

publié par roland (webmaster) – 30 avril 2010

Alléluïa! Laissez venir à moi vos petits nazis!

 

Auteur : Milton Dassier - Source : Milton Dassier sur l’actu

link dans POLITIQUE

Quand le pouvoir UMP couvrait l’extrême droite catholique à Bordeaux

Le reportage de l’émission les infiltrés a bien mis en évidence l’existence de groupes d’extrême droite nazie très bien introduits dans la région de Bordeaux. Une école incriminée pour la propagation de thèses révisionnistes, antisémites et nazies. Des incitation à la haine à peine déguisés.

Bref, un véritable scandale.

La lumière serait totale si on avait des explications sur la façon dont l’administration de l’Éducation Nationale, la préfecture de Bordeaux et le maire Alain Juppé ont laissé faire.

Alain Juppé s’offusque bien tardivement non ?

Le groupe Dies Irae a pignon sur rue depuis 2002, il bénéficie de la bienveillance des autorités depuis pas mal d’années dans le cadre des bonnes relations entre la mairie de Bordeaux et le groupe catholique traditionaliste : La fraternité Pie X animé entre autres par l’abbé Laguerrie.

En 2002, malgré les protestations de la gauche, les recours devant les tribunaux, la mairie de Bordeaux a offert une église désaffectée à la congrégation d’extrême droite, l’église Saint Eloi.

Le ministre de l’intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, alerté, avait cautionné l’usage de cette église bien que de nombreuses voix se fussent élevées pour protester y compris celle de l’archevêque de Bordeaux, Mgr Jean-Pierre Ricard.

Dans le reportage, on voit clairement un cours de catéchisme qui se déroule dans l’église en question où des propos islamophobes sont tenus.

De 2002 à 2010, des cours antisémites et fascistes ont pu être dispensées aux enfants en toute impunité avec la bénédiction de la préfecture et de la mairie de Bordeaux.

[Article complet : dazibaoueb.fr/]

 A (re)lire sur notre blog :

Intégristes catholiques et extrême-droite

Vous trouverez d’autres articles dans la catégorie « Intégrisme »

 

Publié dans Integrisme, POLITIQUE, Racisme - Xenophobie, UMP | Pas de Commentaire »

« Fumer sans se cacher peut tuer »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 janvier 2010

Cet après-midi, 500 personnes ont manifesté leur soutien à la comédienne Rayhana en se rassemblant devant la Maison des Métallos à Paris.

Marie-José Sirach

Rayhana aspergée d’essence

L’auteure et comédienne, qui se produit actuellement au théâtre, a été agressé dans la rue.

 

Alors qu’elle se rendait au théâtre, à la Maison des métallos, pour jouer dans la pièce dont elle est par ailleurs l’auteure, Rayhana a été agressée dans la rue par deux hommes qui l’ont aspergée d’essence avant de lui jeter une cigarette qui, fort heureusement, ne s’est pas enflammée. Et ces mots, emplis de haine  : « On t’avait prévenue. » Quelques jours auparavant, deux individus, les mêmes au vu de leurs propos, l’avaient déjà molestée, lui lançant  : « On te prévient, on sait qui tu es. » Il faut dire que la Maison des métallos, rue Jean-Pierre-Timbaud, dans le 11e arrondissement de Paris, fait face à une mosquée d’intégristes et de fondamentalistes. Il est probable que le seul titre du spectacle lui vaut la haine de tous les intégristes de tout poil, À mon âge, je me cache encore pour fumer… (1). Cette tragédie féminine à huis clos raconte celle d’un pays, l’Algérie. Entre fous rires et larmes, la plume de Rayhana fait mouche et déchire les voiles dans lesquels certains, là-bas, ici comme dans le monde entier, voudraient draper les femmes. Rayhana a survécu à la tragédie algérienne des années quatre-vingt-dix, c’est une battante, une combattante de la cause des femmes. Très vite, les réactions n’ont pas tardé. La Coordination française de la marche mondiale des femmes a condamné « cet acte intolérable de violence et apporte tout son soutien à Rayhana, aux comédiennes de la pièce ». Fadela Amara, la secrétaire d’État, a réagi vivement, dénonçant une « agression qui nous rappelle malheureusement que la lutte pour l’émancipation des femmes et contre l’obscurantisme est toujours d’actualité » Enfin, le PCF se dit « horrifié par cet acte criminel » et exige « que toute la lumière soit faite pour retrouver ses agresseurs ». Depuis son agression, Rayhana bénéficie d’une protection policière permanente.

Marie-José Sirach

(1) Lire l’Humanité du 14-12- 2009 :

http://www.humanite.fr/2009-12-14_Cultures_Confidences-au-bain-maure-loin-des-hommes

 

 

Publié dans Culture, INFOS, Integrisme | Pas de Commentaire »

Irlande : Les intégristes musulmans doivent rire dans leur barbe !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 janvier 2010

L’Humanité - 4 janvier 2010 – Bruno Odent

Nom de Dieu, vingt-cinq mille euros d’amende  !

Une loi irlandaise entrée en vigueur ce 1er janvier interdit le blasphème sous peine 
d’une sanction d’enfer.

Tenir des propos jugés blasphématoires à l’égard d’une religion pourrait coûter jusqu’à 25 000 euros aux citoyens irlandais. La loi qui vient en effet d’entrer en application au 1er janvier interdit de formuler des critiques « trop sévères » ( ?) contre des textes considérés comme sacrés. Son article 36 créé un véritable délit de blasphème.

Dans ce pays sur lequel pèse un fort atavisme catholique, la disposition vise, on l’aura compris, à « protéger » tous les citoyens bien-pensants et assidus de la messe dominicale des réflexions insupportables des mécréants ou de ces militants laïques prêts à n’importe quelle diablerie pour détourner du droit chemin divin des millions de brebis innocentes. Faut-il y voir la tentation de faire dans le politiquement correct anti…religiophobe  ? La loi ne s’applique toutefois pas à la seule préservation des textes sacrés de la chrétienté mais concerne toutes les religions. La définition donnée au blasphème est la suivante  : « Des propos grossièrement abusifs ou insultants sur des éléments considérés comme sacrés par une religion, et choquant ainsi un nombre substantiel de fidèles de cette religion. » Une association de citoyens irlandais a décidé de réagir et d’exiger l’abrogation de la loi. N’hésitant pas à braver les foules cul-bénit locales, à peine remises, il est vrai, des récentes révélations sur le silence des évêques, des décennies durant, à propos des pratiques pédophiles avérées d’une bonne partie du clergé, elle se proclame athée et vient de mettre en ligne – suprême perversion  ? – une liste de 25 blasphèmes (1).

Signes particuliers  : les propos désobligeants à l’égard d’un Dieu, quelconque donc, ont été prononcés par 25 personnalités hors pair. Blasphémateur en chef  : le Christ lui-même dans ses déclarations les plus « tendancieuses » sur la religion juive (« Vous avez pour père le diable », évangile selon saint Jean). Le pape Benoît XVI est également en bonne position, quand il se « laisse aller » en 2006, à citer un empereur byzantin, selon lequel Mahomet n’avait apporté que « du mauvais et de l’inhumain ». Sans surprise, on retrouve Salman Rushdie, auteur des Versets sataniques dans ce panel de blasphémateurs de choc. Björk, la chanteuse islandaise, y figure également pour avoir demandé sur scène aux bouddhistes « d’aller se faire foutre ! ». Comme les Monty Python, Mark Twain, Frank Zappa, etc.

L’association baptisée Atheist Ireland, qui se bat depuis des lustres contre les références religieuses dans la Constitution irlandaise, souligne, à juste titre, que « la criminalisation de jurons » porte un « caractère moyenâgeux » et constitue le meilleur pas vers un État qui incite à la haine religieuse ou ethnique.

(1) voir blasphemy.ie

 

Publié dans EUROPE, Integrisme, LIBERTES | Pas de Commentaire »

Pas vraiment laïque… le repas annuel du maire UMP de Trets

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 janvier 2010

Bakchich.info

Des fêtes pas Trets zen

Lou Ravi / vendredi 1er janvier par Xavier Monnier

La mairie de Trets a offert son repas annuel dans la salle du centre européen du bouddhisme de Nichiren, propriété de la mouvance spirituelle Soka Gakai. Pas trop laïque…

La magie de Noël a encore opéré cette année à Trets. La petite ville de Provence, dans le sud de la France, au pays des santons s’est retrouvée à la une des quotidiens régionaux deux jours d’affilée. Le 16 décembre dans la Marseillaise, le 17 dans la Provence, avec une page entière dédiée. Las, ce n’est pas la crèche de l’Eglise qui a attiré les gratte-papiers au pied de la Sainte-Victoire. Mais une jolie polémique autour du repas annuel offert par la mairie à son personnel… dans la salle d’un mouvement religieux.

Plus précisément au centre européen du bouddhisme de Nichiren, sis à Trets, propriété de la mouvance spirituelle Soka Gakai. Une déclinaison du bouddhisme venu du Japon que de méchants rapports parlementaires et de la Milivudes (mission interministérielle de lutte contre les dérives sectaires) avaient classé dans la rubrique secte jusqu’en 2007. Et pointaient son appétence financière.

Autant de paperasses qui n’ont pas effrayé le maire UMP de Trets, Jean-Claude Féraud, au moment d’envoyer son invitation au traditionnel repas de fin d’année, dans la salle Goka. 200 mètres carrés gracieusement prêtés…

[Article complet : bakchich.info/]

 

A lire également :

http://cixi-helene.over-blog.com/article-trets-les-feraud-et-la-secte-soka-gakkai-41364792.html

http://www.prevensectes.com/rev0405.htm#31a : Le facisme souriant de la Soka Gakkai (Charlie Hebdo , Hors série n°18 par  » Charlie saute sur les sectes  » par Antonio Fischetti et Tignous, mai 2004.)

Une etude complète réalisée par Prévensectes

 

Publié dans INFOS, Integrisme | Pas de Commentaire »

Soudan : Loubna Ahmed Al-Hussein condamnée à une amende par le tribunal de Khartoum

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 septembre 2009

Cette journaliste soudanaise risquait la flagellation (40 coups de fouet) pour le port d’un pantalon. Elle avait été arrêtée, début juillet, en même temps que 12 autres femmes pour « tenue indécente ».

Loubna Hussein avait alors engagé une campagne publique pour abolir l’article 152 du Code pénal soudanais qui prévoit une peine maximale de 40 coups de fouet pour quiconque « commet un acte indécent, un acte qui viole la moralité publique ou porte des vêtements indécents ».

« Si certains se réclament de la charia pour flageller les femmes en raison de ce qu’elles portent, qu’ils me montrent les sourates du Coran ou les hadiths (paroles du prophète Mahomet) qui le stipulent. Je ne les ai pas trouvés »

Source : lemonde.fr/

48 femmes ont été arrêtées et certaines blessées lors de la manifestation de soutien qui a eu lieu à l’ouverture du procès.

Selon des sources officielles soudanaises, 43 000 femmes ont été arrêtées en 2008.

Voir le reportage de france24.com/fr/

Entretien diffusé sur France24 le 13 août dernier

http://www.dailymotion.com/video/xa5jh1

 

Loubna Hussein a ouvert un site pour faire connaître son combat, un combat contre une loi qui humilie et restreint les libertés des femmes soudanaises :   http://iamlubna.com/



Iambuna

We are the National and International Campaign to Eliminate article 152 of Sudan’s Criminal Code. This website is created in solidarity with all Sudanese women and with Lubna Hussien and the 12 women arrested on July 3, 2009 under article 152 for « indecent dress ».
We need your support. Please sign this petition to support women’s rights in Sudan.

Pour signer la pétition, cliquer sur le lien ci-dessus.

Publié dans AFRIQUE, Integrisme, Justice | Pas de Commentaire »

Laïcité : le niqab, voile intégral, ne s’inscrit ni dans les textes ni dans l’histoire musulmane

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 juin 2009

 Modifié le 26 juin

rue89.com/

Burqa et niqab : contre la dépersonnalisation indifférenciée

Par Catherine Kintzler | Philosophe | 25/06/2009 |

(Extrait)

Plus qu’un masque : une dépersonnalisation indifférenciée

Or, plus que des signes religieux, plus que des marques infamantes rivées au corps des femmes, niqab et burqa sont également plus que des masques. Ces objets, trous noirs forés dans la constitution humaine, ne se contentent pas de celer la singularité d’une personne en faisant obstacle à son identification, ils font bien davantage : ils la rendent indiscernable en permanence de toutes celles qui portent ce vêtement, lequel n’a vraiment de sens, si l’on y réfléchit bien, que par sa multiplicité uniformisante. C’est d’ailleurs sa multiplication qui alerte les élus et l’opinion. Sous nos yeux se forme une collection d’identiques sans identité personnelle décelable et non un rassemblement diversifié.

A la non-identification permanente, burqa et niqab ajoutent l’indifférenciation -le député Jacques Myard parle d’une dépersonnalisation. Imaginons que tout le monde porte le même masque (encore un masque garde-t-il figure humaine ! ), que nous soyons tous des éléments intrinsèquement indiscernables : ce ne serait plus un monde humain.

Voilà ce que sont les femmes pour le sectarisme qui les raye de la visibilité ordinaire en leur imposant une visibilité de négation : une simple collection. En la personne d’une femme, c’est donc bien l’atome constitutif de l’humanité civile et politique, sujet, auteur et finalité du droit, qui est visé : on ne voit plus, tache aveugle et aveuglante, que la trace noire de son effacement.

Je suis donc favorable à l’interdiction du port de la burqa et du voile intégral dissimulant le visage dans tous lieux accessibles au public.

Voir l’article complet : ICI

 

NON au voile intégral


« La burqa, signe sectaire »

Laïcité. L’anthropologue Dounia Bouzar rappelle que le voile intégral n’est en rien une prescription du Coran. Et met en garde contre un débat dont les musulmans seraient « à la fois exclus et victimes ».

Faut-il une commission d’enquête ou une mission d’information parlementaire, voire une loi sur le port du voile intégral (niqab ou burqa selon les versions) ? Dimanche, le président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer s’est prononcé en faveur d’une mission parlementaire, afin d’« évaluer la situation, sans stigmatiser personne ». Pour l’anthropologue et chercheuse associée au cabinet d’études Cultes et cultures, Dounia Bouzar, ex « personnalité qualifiée » du Conseil français du culte musulman (CFCM), le problème soulevé ne doit pas être relié à l’islam, car cela validerait la justification religieuse du salafisme, une secte selon elle.

Suite de l’article : ICI

Source photo : Marianne2

(flickr - Barbara Millucci - cc)

La burqa

Ce vêtement traditionnel des tribus pachtounes de l’Afghanistan n’est pas un signe religieux. Il existait d’ailleurs bien avant l’Islam. C’est le signe le plus visible de l’asservissement des femmes de ce pays.

En avril dernier, une loi a été votée légalisant le viol matrimonial en Afghanistan. Non seulement cette loi codifie et légitime des pratiques odieuses mais surtout elle relègue officiellement les femmes afghanes au rang de citoyens de second ordre. Elle légitime de multiples restrictions quant à la liberté de mouvement des femmes, elle légalise leur soumission aux caprices d’autres personnes, elle les prive de leur mot à dire dans les décisions concernant leurs enfants, et elle leur refuse l’accès à l’éducation et aux soins de santé.

A la suite des critiques retentissantes dont cette loi a fait l’objet, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Afghanistan, le président afghan Hamid Karzaï a déclaré son intention de la faire réviser. Mais vu la situation politique de ce pays, il est difficile d’accorder du crédit à cette déclaration. Et l’on est en droit de se demander pourquoi des soldats français devraient se battre et mourir en Afghanistan pour rétablir des pratiques discriminatoires qui existaient sous le régime des talibans.

Qu’est-ce qu’un hijab, un tchador, une burqa…?

20minutes.fr/

LEXIQUE – Les mots pour comprendre…

Voile: ce nom commun est issu du latin «velum». Il désigne une étoffe qui sert à couvrir, à protéger, à cacher (cf. Larousse). Plus spécifiquement, il sert à «cacher le visage ou le front et les cheveux d’une femme, pour un motif religieux» (cf. Petit Robert). Le terme «voile» s’applique donc aussi bien au voile de la mariée qu’au voile islamique que certaines femmes musulmanes portent sur la tête et les épaules, également appelé «foulard».

Hijab: Ce terme est issu de la racine hajaba qui signifie «dérober au regard, cacher». En Occident, on l’utilise pour désigner le voile. Mais c’est avant tout un concept qui désigne l’écran de la pudeur. Par exemple, le mot hijab est utilisé sept fois dans le Coran sans jamais faire référence au vêtement féminin. En revanche, il a le sens de «rideau» pour désigner l’isolement des épouses du prophète Mahomet. Cette séparation se serait ensuite étendue aux femmes musulmanes libres. On pourrait donc également traduire hijab par «dissimulation».

Tchador: ce mot persan désigne le tissu couvrant la tête et l’ensemble du corps des femmes musulmanes chiites, en particulier en Iran (cf Larousse et Robert). Cette pièce de vêtement peut être ouverte devant et laisse le visage découvert.

Tchadri: Ce mot persan désigne un voile dissimulant les femmes musulmanes de la tête aux pieds, ajouré à hauteur des yeux. Habit traditionnel en Inde, au Pakistan et en Afghanistan (cf Larousse)

Burqa: Selon le spécialiste de l’Islam Olivier Roy, il existe deux types de burqa. La burqa traditionnelle afghane, un vêtement souvent bleu qui couvre entièrement la tête et le corps, avec une grille au niveau des yeux permettant de voir sans être vu. Et le niqab, «la burqa salafiste, une invention qui vient du Golfe et du Pakistan, et qui date d’une vingtaine d’années. Là, même les pieds et les mains sont dissimulés».

C. F.

Publié dans Integrisme, Politique nationale | Pas de Commentaire »

123
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy