Mater la meute de Lesley J. Wood

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 octobre 2015

 

Comment la criminalisation des manifestants se généralise

 

CaptureInrocks

“La survenance d’un drame et la mort d’un homme étaient dans la logique du dispositif [policier] mis en place”.

Cette phrase extraite du rapport de la Commission d’enquête citoyenne sur la mort du militant écologiste

Rémi Fraisse il y a tout juste un an à Sivens, témoigne de la polarisation extrême atteinte dans les interactions

entre la police et les militants en France. Mais la criminalisation des mouvements sociaux, et la répression

de plus en plus préventive de la contestation sont des phénomènes globaux.

[Lire la suite sur lesinrocks.com]

 

Materlameute

  Lesley J. Wood est diplômée de la London School of Economics

  et de l’université Columbia, militante au sein des mouvements

  altermondialiste et contre la pauvreté. Elle est professeure

  de sociologie à l’Université York de Toronto.

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, Police | Pas de Commentaire »

Le FN, avec Air France, a montré sa convergence avec le patronat (décryptage)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 octobre 2015

 

   Pourquoi le Front national est-il l’ennemi du monde du travail ?

 

demasquons-le-front-national

  Le FN, avec Air France, a montré sa convergence

  avec le patronat.

  Décryptage par Alain Hayot, délégué national

  à la culture du PCF, Valérie Igounet, historienne,

  spécialiste du négationnisme et Mourad Lafitte,

  réalisateur.

 

Marine, Marion, Jean-Marie, ou l’ordre inégalitaire établi    

par  Alain Hayot Délégué national à la culture du PCF

Le poids du lepénisme pèse lourdement sur l’air du temps. Il éclaire la vraie nature du parti du clan Le Pen,

plus uni que ne le laisse voir la tragi-comédie qu’il nous sert. Le FN donne le la au débat politique.

On le mesure entre autres aux ignobles propos de Nadine Morano ou au fait que Sarkozy prétend combattre

le FN tout en calquant sa vision sociétale sur celle des lepénistes.

[…]

Ainsi du monde du travail où la situation à Air France a montré la convergence du FN avec le patronat,

le gouvernement, les forces politiques et les médias qui s’en sont pris avec une violence inouïe aux salariés.

Là encore, les Le Pen, Philippot ou Collard ont étalé leur haine de classe. Contrairement au discours social

qu’ils tiennent, ils n’ont pas eu un mot de solidarité avec les salariés, encore moins d’attention à leur détresse

face aux licenciements. Philippot en a même rajouté en menant une charge contre les syndicats,

accusés de politiser les enjeux. Comme si l’économie et l’emploi ne dépendaient pas de choix politiques.

Ainsi des élus régionaux FN qui ont systématiquement voté contre toutes les délibérations qui allaient

dans un sens social et culturel au service des populations et des territoires et dont toutes les interventions

transpiraient la haine et le racisme.

Il est désormais clair, pour ceux qui en doutaient encore, que la dédiabolisation ne consiste pas

à changer la nature du FN. En s’adaptant aux enjeux contemporains, il s’agit une réponse d’extrême

droite, nationaliste et populiste, xénophobe et autoritaire aux peurs engendrées par la crise

capitaliste et sur laquelle la famille Le Pen est sur la même longueur d’onde.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans F-Haine, France, IDEES - DEBATS - PHILO, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Pierre Laurent face à Charles Beigbeder

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 octobre 2015

 

Capturejusticeà2vitesses

 

Air France : débat entre Pierre Laurent et Charles Beigbeder

Image de prévisualisation YouTube

Parti Communiste Françaissur youtube

Publié dans ECONOMIE, France, IDEES - DEBATS - PHILO, licenciements, Pierre Laurent, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Pierre Laurent face à Jacques Attali

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 octobre 2015

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Parti Communiste Françaissur youtube

Publié dans Chomage, ECONOMIE, France, IDEES - DEBATS - PHILO, Pierre Laurent, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Julian Mischi : Le communisme désarmé, le PCF et les classes populaires depuis les années 1970

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 août 2015

 

À propos de l’histoire récente du PCF

 

Capturelecommunismedésarmé

  Dans son dernier ouvrage, le sociologue Julian Mischi

  s’interroge sur les raisons de la perte de centralité

  des ouvriers, et des classes populaires en général,

  au sein du Parti communiste.

  «Parti de la classe ouvrière» à sa création, en 1920, comment le PCF

  en est-il arrivé à se préoccuper désormais de représenter la société

  «dans sa diversité» ?

  Quel lien peut-on établir entre cette mutation et l’affaiblissement

  de l’organisation ?

  C’est à ces épineuses interrogations que s’affronte Julian Mischi

  dans son dernier livre.

Prévenons d’emblée tout malentendu éventuel : le sociologue n’a pas lâché ses prétentions scientifiques

pour s’inviter dans les débats internes à son objet d’étude. Pour autant, et c’est heureux, sa recherche est

ouvertement motivée par l’ambition que les classes populaires reviennent au-devant de la scène politique.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Pays-Haut : l’histoire du Parti communiste français décryptée

 

Le communisme désarmé, le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, le dernier livre du sociologue

Julian Mischi, est une passionnante immersion dans le Parti communiste français. Il tente, en analysant

les sections du Pays-Haut comme d’autres régions du pays, d’en comprendre le déclin dans les années

1980-1990 puis le (léger) renouveau militant depuis 2005.

 

CaptureJulianMischi

 

  « Le déclin du PCF a renforcé la marginalisation

  politique des classes populaires, qui sont encore

  davantage exclues de la scène politique aujourd’hui.

  Ce qui renforce la capacité des partis éloignés

  de celles-ci à parler en leur nom, comme le Front

  national », explique Julian Mischi.

 

  A lire sur PCF Bassin

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, PCF | Pas de Commentaire »

Peter Mertens : Treize thèses sur le Diktat de Bruxelles, la Grèce et l’avenir de l’Europe

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 août 2015

 

Treize thèses sur le Diktat de Bruxelles, la Grèce et l’avenir de l’Europe

 

CapturePeterMertens

 

 

  Deux semaines après le Diktat de Bruxelles,

  il est temps de faire un bilan provisoire.

  C’est ce que fait Peter Mertens dans un article

  paru sur le site dewereldmorgen.be

  qu’on peut lire comme une mise à jour

  du chapitre « Grèce » de son livre

  « Comment osent-ils ? ».

 

 

Peter Mertens résume la situation en treize thèses, avec une critique sévère de la prise de pouvoir

allemande sur la zone euro, préparée depuis 2011. Mais il termine sur une note optimiste :

« L’expérience grecque a fait réfléchir des millions d’Européens, et ça, c’est une chose positive. »

 

1. Le Diktat de Bruxelles va revenir comme un boomerang sur la zone euro

 

Le Diktat de Bruxelles du 12 juillet, par lequel le gouvernement grec a été crucifié après 17 heures de négociations,

n’a rien résolu. À part le social-démocrate Jeroen Dijsselbloem, ministre des Finances des Pays-Bas,

et le séparatiste repenti, Johan Van Overtveldt (N-VA), ministre des Finances de Belgique, personne en Europe

n’en doute.

« L’euro ne s’est jamais porté aussi bien1 », a déclaré Jeroen Dijsselbloem le 14 juillet à la chaîne d’information

néerlandaise NOS. Dijsselbloem est président de l’Eurogroupe, les ministres des Finances de la zone euro.

Sa déclaration est surréaliste, mais une telle vanité peut se payer cher, même pour des sociaux-démocrates

néerlandais. Tôt ou tard, le Diktat de Bruxelles reviendra comme un boomerang frapper au visage de ceux qui l’ont

conçu. Le Diktat ne résout rien aux inégalités structurelles inscrites dans la zone euro depuis le début. Il ne résout

rien à l’insupportable crise de la dette qui en découle ici. Il ne résout rien aux déséquilibres structurels en Europe

et aux hémorragies internes dont souffre le continent. Et enfin, la situation sans issue de la Grèce n’est en rien

améliorée. Le Diktat de Bruxelles n’est qu’une couverture posée sur un feu de forêt. Tôt ou tard, la couverture

aussi prendra feu.

[Lire la suite sur ptb.be]

 

Publié dans EUROPE, Grece, IDEES - DEBATS - PHILO, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Europe : Mea Culpa (Jean Ortiz)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 août 2015

Chroniques Latines

Europe : Mea Culpa

 

Par Jean Ortiz – 7 août 2015

CaptureEurope3

  « L’UE est devenue, selon Maastricht et consorts,

  une machine de guerre contre précisément

  l’indépendance et la souveraineté des pays et des hommes. »

  Longtemps j’ai cru que pour changer les choses il vaut mieux être

  dedans que dehors, ne pas laisser la chaise vide…

  Longtemps j’ai cru que l’on pourrait peut être un jour changer

  de l’intérieur cette Europe du pognon, cette création à mes yeux

  artificielle, qui entend mettre au pas pour l’éternité et sous la botte

  allemande et de la finance, les peuples, sommés de comprendre

  que hors du néolibéralisme : point de salut. Et qu’ils se le mettent

bien dans la tête : il n’y a pas d’alternative ! Soumission et  résignation. Et  qu’ils passent sous les fourches

caudines « d’experts », de « technocrates » non élus, de traités et pactes liberticides, sinon toute tête dissidente,

comme celle de Tsipras, sera tranchée et brandie comme un trophée, écrit Ignacio Ramonet dans le « Diplo »

édition espagnole. Avertissement à tous ceux qui voudraient un changement : la BCE, le FMI, l’UE, l’OMC …

remplacent désormais les « marines », les « G’Is », l’armée allemande.

L’occupation de la Grèce par la chancelière allemande (cela fait froid dans le dos), par le FMI, l’UE et la BCE,

le traumatisme ressenti par tous les militants de gauche, m’ont interpellé(comme l’on dit). La défaite ô combien

douloureuse, l’humiliation publique, le quasi lynchage d’un dirigeant porté par son peuple, la violence, la brutalité

de la fondée de pouvoir des banques et des « trusts » allemands, m’ont beaucoup secoué.

Dans cette Europe allemande et de la BCE, nous nous trouvons pieds et poings liés, la démocratie n’y est

qu’un alibi, une feuille de vigne et les droits des peuples : du vent.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Grece, IDEES - DEBATS - PHILO, Liberalisme | Pas de Commentaire »

Les avanies de la Grèce

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 juillet 2015

 

Les avanies de la Grèce

 

Pour une contribution à l’histoire des luttes de classe en Europe au XXIème siècle.

Par Didier Gil, professeur de philosophie en khâgne au lycée Fénelon.

 

CaptureGrèce12

  Les questions critiques sont désormais celles-ci :

  par quel type de violence le grand capital mondialisé

  s’y prend-il de nos jours pour imposer les impératifs

  de son profit ou de sa rente, et contraindre

  en conséquence à la défaite tout parti de la subversion

  sur le terrain, piégé et miné, de la soi-disant démocratie

  européenne ?

  Comment, dans ces conditions, un tel parti seulement

  subversif peut-il devenir un parti vraiment révolutionnaire,

capable de succès durables, non seulement politiques mais aussi économiques ?

 

Lire l’article sur humanite.fr

 

Publié dans Grece, IDEES - DEBATS - PHILO | Pas de Commentaire »

Michel Vakaloulis : « Il faut enseigner l’histoire du syndicalisme »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 mai 2015

 

CaptureM.Vakaloulis

  A l’occasion de la fête du travail, Michel Vakaloulis,

  sociologue du travail, rappelle le rôle central et souvent

  méconnu des comités d’entreprise et évoque le rapport

  des jeunes au travail et à l’engagement syndical.

  Alors que le syndicat est souvent perçu dans les médias

  comme un élément de blocage lors d’un conflit médiatisé,

  il est avant tout indispensable à la régulation

quotidienne des entreprises souligne t-il.

 

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitésur youtube

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, l'Humanité, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Et si l’option sociale-libérale choisie par Normal Ier était une machine à autodétruire le Parti socialiste ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 avril 2015

 

Notabilisation(s)

Le bloc-notes de Jean-Emmanuel Ducoin.

L’option sociale-libérale de Normal Ier ? Une machine à autodétruire le PS.

 

macron-valls-hollande

  Désastre. Pour les journalistes aussi,

  chaque situation possède deux faces.

  L’une en pleine lumière, où l’exactitude

  et la minutie de la description s’avèrent

  à la fois possibles et nécessaires.

  Mais il y a aussi l’autre moitié dans l’ombre,

  que nous ne pouvons décrire sans forcer

  les portes du réel, souvent elles-mêmes

  emportées par l’irrésistible courant de

  conscience dès qu’elles s’entrouvrent.

 

Depuis dimanche soir, dans les états-majors socialistes (à Solférino, au Palais, à Matignon ou dans les cabinets

ministériels), tous nos interlocuteurs mélancolisent leurs propos, flirtant avec l’irrationnel, voire l’ultra-pessimisme,

comme si l’Histoire, à force de vouloir en sortir, les avait tous rattrapés à coups de crocs.

« S’il fallait raisonner par l’absurde, déclare un avocat du sérail reconverti en conseiller technique ministériel,

je dirais que nous avons subi une défaite cuisante dans laquelle chacun peut créditer sa propre analyse, et c’est

bien le drame. Nous sommes tous gagnants, car tous perdants ! »

Un ancien proche de Jean-Marc Ayrault, débarqué depuis l’arrivée de Manuel Valls, précise sans détour :

« Bien sûr que la gauche était dispersée à cette élection. Mais à quoi sert de le rabâcher pour justifier

une déculottée. L’important, c’est de comprendre pourquoi la politique du gouvernement actuel ne peut pas

rassembler sur sa gauche et plonge notre électorat dans l’abstention massive… »

Un énarque de la Cour des comptes, qui, par comparaison, se déclare plus « gauchiste que jamais depuis que Macron

a pris les commandes de Bercy » (sic), regrette pour sa part les options économiques libérales qui ruinent

« toute crédibilité auprès du peuple qui souffre » et ne renvoient que l’image consacrée d’une « gauche caviar

sur le retour ». Puis il ajoute, sans rire : « Regardez ce Macron. Il est brillant dans son genre, certes. Mais qu’y a-t-il

de gauche en lui ? Rien. Avec ce personnage, le libéral reste d’abord libéral, quant au socialiste, on se demande… »

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans F. Hollande, IDEES - DEBATS - PHILO, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaire »

12345...25
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy