L’insurrection « spartakiste »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 novembre 2013

 

L’insurrection « spartakiste »

 

L’insurrection « spartakiste »  dans HISTOIRE spartakus-216x300

par Charles PAZ 

En novembre 1918, l’abdication de l’empereur allemand

ouvre la voie à un gouvernement socialiste, parlementaire.

Des centaines de milliers de personnes optent

quant à elles pour le pouvoir des conseils ouvriers…

  

Le 9 novembre 1918, alors que la Première Guerre mondiale touche à sa fin,

la Révolution allemande triomphe sans grande peine [1] : l’empereur, le Kaiser

Guillaume II, abdique. Le socialiste Friedrich Ebert est nommé chancelier.

 

 

Les socialistes proposent aux indépendants [2] de participer au gouvernement. Dans un premier temps,

ceux-ci conditionnent leur présence à la proclamation de la République socialiste allemande et à la remise du pouvoir

aux conseils. Malgré le refus du Parti social-démocrate (SPD), pour lequel le seul pouvoir légitime doit être

celui de l’Assemblée à élire, les indépendants entrent au gouvernement.

Contre le pouvoir des conseils d’ouvriers et de soldats, ils font ratifier le gouvernement provisoire (appelé Conseil

des commissaires du peuple), au motif qu’il va construire le socialisme, et ils préparent l’élection de l’Assemblée.

Les indépendants ne s’opposent pas réellement à cette politique. Les socialistes obtiennent la majorité au Ier Congrès

des conseils d’ouvriers et de soldats allemands, qui se prononce pour l’Assemblée constituante et refuse la convocation

d’un autre congrès.

Mais la préparation des élections ne fait pas taire les centaines de milliers d’ouvriers et de soldats décidés à aller

jusqu’au bout. 

[Lire la suite sur PCF Grésivaudan]

Article original

Du même auteur : Novembre 1918 : révolution en Allemagne

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

« La question des fusillés de 14-18 n’a jamais cessé d’être posée » (Nicolas Offenstadt)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 novembre 2013

 

Centenaire

Nicolas Offenstadt : « La question des fusillés de 14-18

n’a jamais cessé d’être posée »

 

L’historien, spécialiste de la Grande Guerre, revient

sur la nouvelle étape mémorielle que peuvent

représenter les commémorations du centenaire

de la der des der. 

L’idée d’engager une nouvelle étape dans la réhabilitation

des fusillés pour l’exemple semble se développer.

Qu’en pensez vous ?

Nicolas Offenstadt. Le plus important, sur cette question des fusillés, c’est de comprendre qu’elle s’inscrit

en réalité dans un processus qui s’est engagé dès l’entre-deux-guerre, c’est-à-dire que la question des fusillés

n’a jamais cessé d’être posée. Dans les années 1920 et 1930, il y a des milliers d’anciens combattants

qui militent pour la réhabilitation d’un certain nombre de fusillés et pour faire condamner ce qu’on appelait

les «crimes des conseils de guerre». Ils ont obtenu des dizaines de réhabilitations. La justice militaire,

plus généralement, ce sont les anciens combattants de 1914 qui l’ont remise en cause, à tel point qu’elle a été

réformée en 1928. Le problème dans la commémoration telle qu’elle a été engagée me semble porter sur le fait

que le gouvernement a fait le choix de commémorer à la fois 1914 et 1944. Ce double anniversaire me paraît

être une source de confusion. Par ailleurs, l’idée de célébrer la Grande Guerre en donnant l’image d’une unité

idéalisée de la nation en guerre est erronée. En fait, de nombreuses conflictualités, résistances et luttes

l’ont traversée.

Les derniers poilus sont morts. 
N’y a-t-il pas un risque d’enfouissement de la mémoire

des événements 
de la Première Guerre mondiale?

Nicolas Offenstadt. À court terme et même à moyen terme, non. C’est une mémoire extrêmement vivante

dans les familles. La génération des enfants et des petits-enfants, par exemple, est extrêmement sensible

à l’expérience des aïeux, et on ne compte pas le nombre de familles qui valorisent le souvenir des poilus,

que ce soit en conservant des objets des tranchées ou des correspondances. Il y a vraiment un intérêt très fort

qui est à la fois familial, politique et social en France comme dans le reste de l’Europe. Des milliers de projets

dans toutes les régions sont d’ailleurs en cours pour cette commémoration. 
Le problème se pose à plus long terme.

La mémoire a une histoire et n’est jamais figée. Elle vit en fonction des enjeux sociaux.

[Lire la suite sur humanite.fr]

capturesondage1-150x150 14-18 dans HISTOIRECliquer sur l’image pour agrandir

  • A consulter :

Sondage Ifop pour l’Humanité :

75% des Français pour la réhabilitation des fusillés

de la Première guerre mondiale

 

 

A lire aussi :

 

Publié dans France, HISTOIRE, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Justice pour les Fusillés pour l’exemple de la Guerre 14-18

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 octobre 2013

 

MONSIEUR LE PRÉSIDENT

RÉHABILITEZ LES FUSILLÉS POUR L’EXEMPLE

DE LA GUERRE DE 14-18

 

Motion pour la justice !

(signez la pétition en ligne sur le site de la Libre Pensée)

Justice pour les Fusillés pour l'exemple de la Guerre 14-18 dans F. Hollande 14-18

À l’initiative de la Libre Pensée, avec l’ARAC, l’UPF notamment, s’est tenu

un rassemblement à la Bourse du Travail de Paris, le 8 juin 2013,

pour la réhabilitation collective des Fusillés pour l’exemple.

 

 

200 libres penseurs, pacifistes, internationalistes, syndicalistes, élus, membres des milieux artistiques étaient

présents. Ils exigent des plus hautes autorités de l’État que cette année 2013 voit enfin la réhabilitation

collective des Fusillés pour l’exemple de la Guerre de 1914-1918. Cette injustice collective dure depuis

99 ans, il est temps d’y mettre un terme.

- vingt-trois conseils généraux : 01 Aisne, 03 Allier, 07 Ardèche, 08 Ardennes, 09 Ariège, 11 Aude,

19 Corrèze, 21 Côte-d’Or, 25 Doubs, 24 Eure, 31 Haute-Garonne, 34 Hérault, 42 Loire, 58 Nièvre,

59 Nord, 60 Oise, 65 Hautes-Pyrénées, 69 Rhône, 70 Haute-Saône, 80 Somme, 87 Haute-Vienne,

91 Essonne, 94 Val de Marne - trois conseils régionaux : Champagne-Ardennes,

Assemblée de Corse, Limousin ont pris position dans ce sens.

- De très nombreux Conseils municipaux ont fait de même.

Autour du 11 novembre, chaque année, depuis près de 20 ans se tiennent un nombre croissant de rassemblements

devant les monuments pacifistes ou les lieux de mémoire, qui voient des milliers de partisans de la réhabilitation

collective des Fusillés pour l’exemple se réunir.

Tous ces faits montrent à l’évidence que les victimes de cette tragédie barbare sont restées dans la mémoire

collective des citoyens de ce pays. L’exigence de leur rendre justice n’en est que plus forte.

Les participants considèrent que la réhabilitation doit être collective, donc publique, et prise par une déclaration

politique venant du Président de la République.

[Lire la suite sur Moissac au Coeur]

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Publié dans F. Hollande, France, HISTOIRE, POLITIQUE, Solidarite | 1 Commentaire »

« Ils nous ont dit : Vous êtes fous ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 octobre 2013

 

Sous forme vidéo, Fakir présente le dernier ouvrage de ses éditions :

« Il nous ont dit : Vous êtes fous ! » Entretiens avec Maurice Kriegel-Valrimont.

 

Image de prévisualisation YouTube

Fakirpresse

 

« Ils nous ont dit : Vous êtes fous ! » dans Culture ruffin-193x300

 

« Voilà pourquoi je publie ce livre.

Parce que, dans ces échanges avec Kriegel, et par les temps troublés

qui s’annoncent, des lecteurs peuvent puiser cette force que j’ai ressentie,

moi, à le fréquenter : d’une volonté optimiste, et néanmoins lucide.

Les jours de vague à l’âme, de découragement politique, je songe à lui :

simplement, ne pas baisser les bras. »

François Ruffin

Publié dans Culture, HISTOIRE, Litterature, POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Le 28 août 1963, c’était la marche pour le Travail et la Liberté

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 août 2013

 

Documents humanite.fr

 

         « I have a dream » par Martin Luther King

 

Le 28 août 1963, c'était la marche pour le Travail et la Liberté  dans ETATS-UNIS lutherkingDessin d’Aguila paru dans La Vanguardia, Barcelone

Le 4 avril 1968, à Memphis, le militant des droits

civiques était assassiné alors qu’il dirigeait

une manifestation contre le racisme.

L’humanité.fr publie à nouveau le célèbre discours

prononcé le 28 août 1963, en clôture de la marche

pour le Travail et la Liberté, qui avait rassemblé

plus de 300.000 Américains.

Traduction par Jacques Coubard.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

http://www.dailymotion.com/video/x2vlq1

 

mlk1 amérique dans HISTOIRE

La marche pour le Travail et la Liberté en photos

 

 

Photo extraite du livre This is The Day, du photographe Leonard Freed.

© Estate of Leonard Freed – Magnum Photos (Brigitte Freed)

 

 

Lire également :

Publié dans ETATS-UNIS, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

Jean Ooghe : Parcours d’un communiste du XXe siècle

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 août 2013

 

Jean OOGHE

           Parcours d’un communiste du XXe siècle

 

Jean Ooghe : Parcours d'un communiste du XXe siècle dans Culture 001

 

Dans un ouvrage autobiographique¹ richement illustré,

Jean Ooghe, ancien dirigeant communiste départemental,

revient largement sur son engagement militant

dans le Pas-de-Calais.

« Le Parti ne me doit rien, au contraire, je lui dois tout ! »,

rappelle volontiers André Démarez, ancien responsable fédéral.

Une posture qu’il partage avec Jean Ooghe (85 ans), l’une des figures

de proue du communisme nordiste du siècle dernier.

 

 

Comme son aîné, André Démarez s’est, lui aussi, éloigné du PCF. André et Jean sont pourtant restés

communistes dans l’âme. Aussi demeurent-ils « les meilleurs avocats de notre idéal, à l’heure où l’on perçoit

un réveil de l’Histoire, où les peuples reprennent leur destin en main. Le PCF a été affaibli, mais il existe

et a donc un avenir », lance Hervé Poly avec ce sens de la dialectique qui caractérise l’actuel patron

de la Fédération du Pas-de-Calais.

De la Libération à 1965, Jean Ooghe a contribué au rayonnement du PCF dans le département. Journaliste

à Liberté, cheminot puis permanent du Parti, responsable de la section de Billy Montigny, il épouse les causes

de son époque, aux côtés des mineurs de 1948 ou en 1963, contre le réarmement allemand, pour la paix

en Algérie en soutien notamment au communiste avionnais Léandre Létoquart emprisonné en raison

de ses convictions pacifistes…

Très vite, le Parti décèle « en lui un militant d’envergure, des qualités de meneur d’hommes », estime André

Démarez. Des aptitudes qui propulsent Jean Ooghe à la tête de la « turbulente » fédération du Pas-de-Calais

dès 1953, puis au Comité central du PCF. D’emblée, il est contraint de gérer les retombées de la destitution

d’Auguste Lecoeur encore très populaire dans le Bassin minier. Pas simple à 27 ans à peine. Jean Ooghe dirige

la Fédération jusqu’en 1965 et son départ vers la Région parisienne.

Le PCF lui confie alors la responsabilité de l’École centrale en charge de la formation des cadres du Parti.

Installé à Saint-Geneviève-des Bois dans l’Essonne, il en devient maire (de 1971 à 1990) faisant désormais

valoir un tempérament de « bâtisseur ». Jean Ooghe sera aussi conseiller général de L’Essonne et sénateur.

Retiré dans les Landes, cet ancien combattant de l’Ombre qui fit, en 1943-1944, de la Côte d’Opale et

du Ternois ses champs d’intervention privilégiés, se distingue aujourd’hui par ses travaux sur la Résistance.

Son parcours « est celui d’un homme engagé. Il le relate sans amertume, ni ressentiment. A le lire, on se dit

que c’est sacrément beau de faire de la politique lorsqu’on se place au service des gens », commente Pierre

Outerryck, historien du Parti communiste.

Un ouvrage qui nous offre de pouvoir « continuer à rêver à des lendemains qui chantent ». Ce n’est pas

le moindre de ses mérites !

Jacques KMIECIAK

¹ “Dans les drames et les rêves du XXe siècle” est diffusé par Geai bleu Éditions.

35 € 336 pages.

Contact : 06 75 68 59 61

 

Publié dans Culture, HISTOIRE, PCF | Pas de Commentaire »

Le massacre des communistes indonésiens de 1965 : retour sur un des plus grands crimes contre l’Humanité du XXème siècle

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 juin 2013

 

Le massacre des communistes indonésiens de 1965 :

retour sur un des plus grands crimes contre l’Humanité

du XXème siècle

 

Le massacre des communistes indonésiens de 1965 :  retour sur un des plus grands crimes contre l'Humanité du XXème siècle dans ASIE act-of-kill

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

L’idéologie dominante ne se contente pas de ré-écrire l’histoire,

elle pratique la mémoire sélective. A côté des crimes

qu’elle commémore, ceux attribués aux forces communistes

et progressistes, il y a ceux qu’elle passe sous silence, tente d’oublier.

La sortie dans les salles françaises du banalement sordide

« The act of Killing » nous rappelle un des plus grands massacres

du XX ème siècle, absents de nos manuels scolaires, de la scène

médiatique, du débat historique :

le massacre de masse des communistes indonésiens, en 1965.

Les cadavres remontent désormais à la surface, en Indonésie même, où toute référence

aux « événements de 1965 » était proscrite sous le dictateur Suharto et encore largement tue.

Un rapport de la Commission indonésienne des droits de l’Homme (Komnas-HAM) a reconnu

en 2012 pour la première fois le « crime contre l’humanité » qu’a constituée la répression

anti-communiste de 1965.

En l’absence d’enquête internationale, de nature judiciaire ou historique, les chiffres exacts restent

inconnus. Si les estimations ne descendent pas en-dessous de 500 000 morts,

a fourchette actuelle – reprise dans The Act of Killing– serait de 1 à 3 millions de victimes.

Le massacre s’intégrait dans un coup d’État de Suharto visant à liquider le PC indonésien (PKI),

avec le soutien bienveillant des États-Unis déterminés à éliminer une « menace rouge » qui,

après la Chine et le Vietnam, risquait de faire tomber un des États les plus peuplés du monde.

[Lire la suite]

Lire également :

 

« The act of killing » Vidéos

captureactedetuer Indonesie dans Cinemacapture d’image

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo Arte

   ♦ Indonésie :

un film où les tueurs mettent en scène leurs crimes

   ♦ Il faut voir « The act of killing », un film choc

sur la banalite du mal

*

Image de prévisualisation YouTube


Publié dans ASIE, Cinema, documentaire, HISTOIRE, Indonesie | Pas de Commentaire »

Venissieux : Une ville à l’heure de la crise

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 mai 2013

 

Dans l’Humanité ce mardi,

Vénissieux, une ville dans la crise

 

Venissieux : Une ville à l'heure de la crise dans Austerite huma2805

Au départ, il y a le suicide d’une septuagénaire

menacée d’expulsion. Puis, dans la ville, tout ce

qui ne peut plus durer remonte vite à la surface :

casse de l’emploi, réduction des dépenses publiques…

L’Humanité a passé une semaine là-bas,

à sonder les cœurs.

 

A lire dans notre édition :

   ♦ A Vénisseux, vivre sous l’austérité :

5 pages reportage sur l’emploi, le logement, les jeunes

en tension, les solidarités, ces citoyens de seconde zone,

les maîtres chanteurs et les services publics oubliés.

 

  • « Une politique municipale ambitieuse est un rempart contre la crise« , entretien avec Michèle Picard,

maire PCF de Vénissieux

  • Les combats d’une ville pour vivre debout
  • « Un cri de douleur qui jaillit en moi comme un hymne à la vie », le point de vue de Toumi Djadja,

initiateur de la Marche pour l’égalité en 1983

  • Décalage, l’édito de Maurice Ulrich

A découvrir aussi

 

A lire :   Un cri de douleur qui jaillit en moi comme un hymne à la vie de Toumi Djaidja

 

L’arrivée de la marche pour l’égalité et contre le racisme à Paris

Publié dans Austerite, France, HISTOIRE, l'Humanité, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Expo – La Valise mexicaine Capa, Taro, Chim

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 mai 2013

 

EXPOSITION

Expo photo : les secrets de la valise mexicaine dévoilés à Paris

 

Expo - La Valise mexicaine Capa, Taro, Chim   dans Culture capturevalisemexicaine2capture d’écran

 

Du 27 février au 30 juin, le Musée d’art et d’histoire

du Judaïsme (MAHJ) vous invite à découvrir

la « valise mexicaine », exposition présentant

une sélection de 4500 négatifs retrouvés

de la guerre d’Espagne.

 

 

Ces archives correspondent à des photographies réalisées entre 1936 et 1939 par Robert Capa,

Gerda Taro (compagne de ce dernier décédée brutalement en 1937 au cours d’un reportage

pendant la bataille de Brunete) et David Seymour, dit Chim.

Après avoir voyagé entre New York, Arles, Barcelone, Bilbao et Madrid… c’est à Paris que vient se poser

la mystérieuse valise mexicaine.

C’est en 2008 que ce trésor photographique est réapparu. Cette découverte confine au miracle. Trois boîtes

contenant plusieurs milliers de négatifs font témoigner dans la durée un conflit qui, à l’aube de la seconde

guerre mondiale, a jeté dans l’abîme l’Europe du XXe siècle. Elles avaient été égarées depuis… 1939.

Après un parcours invraisemblable, ces boîtes ont été retrouvées à Mexico. « Capa, Chim et Taro étaient jeunes

et pleins d’espoir. L’adaptation de la scénographie, évoquant une foule en mouvement, renforcera cette idée »

explique Patrick Bouchain, architecte et scénographe de l’exposition.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

capturevalisemexicaine3 cynthia young dans Espagne

capture d’écran

Les négatifs de Robert Capa, Gerda Taro

et David Seymour -dit Chim- pris pendant

la guerre d’Espagne illustrent la lutte

de trois photographes contre le fascisme.

*

*

*

*

*

Cliquez sur l’image (capture d’écran) ci-dessous pour voir la vidéo

capturevalisemexicaine1 david seymour dans HISTOIRE

 

expo espagne dans Photographie

La Valise mexicaine Capa, Taro, Chim

Les négatifs retrouvés de la guerre civile espagnole

Pour avoir une idée plus précise de l’organisation de cette exposition,

le musée met en ligne un dossier de presse extrêmement précis.

Publié dans Culture, Espagne, HISTOIRE, Photographie | Pas de Commentaire »

« Dans les drames et les rêves du XXe siècle »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 mai 2013

 

Dans les drames et les rêves du xxe siècle

 

Un livre de mémoires écrit par Jean Ooghe

 

Sortie prévue fin mai – début juin

Souscription¹ ouverte jusqu’au 30 juin 2013

 

Ce livre se veut une contribution au 70ème anniversaire

du Conseil National de la Résistance.

Dans un récit émaillé de nombreuses anecdotes,

Jean Ooghe réhabilite la résistance ouvrière, celle des mineurs

du Nord et du Pas-de-Calais.

Une résistance de la première heure qui a payé un sanglant

tribut et dans laquelle les communistes ont joué un grand rôle.

Le livre déroule ensuite les étapes de la vie militante

de ce fils de mineur, et notamment sa participation aux grandes

luttes ouvrières de l’après-guerre.

Enfin, Jean Ooghe évoque ses responsabilités de maire d’une ville de 35 000 habitants,

de Conseiller général de l’Essonne et de Sénateur.

Les dix années au cours desquelles il a présidé l’ANACR dans les Landes, marquées notamment

par l’édition d’une quarantaine de numéros de La Revue de la Résistance, restés dans la mémoire,

clôturent ce très beau livre.

« … La lutte contre l’oubli, ce n’est pas seulement l’affaire des résistants, mais celle de tout le monde,

tous les citoyens. Il ne faut pas oublier que la liberté est une denrée périssable. Après la crise économique

que nous vivons, il y aura inévitablement, selon moi, une crise politique. Ce qui fait le jeu des extrémismes.

C’est après la crise financière de 1929 qu’Hitler est arrivé au pouvoir… » (mai2010)

 

0011 biographie dans HISTOIRE

¹ Pour les résistants, leur famille et leurs Amis,

la souscription donne droit à un prix préférentiel

de 22 euros contre 35 en librairie.

 

Cliquez sur l’image pour agrandir

 

Publié dans Culture, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

1...34567...23
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy