26 janvier 1939 : Barcelone tombait aux mains des franquistes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 janvier 2009

Il y a 70 ans, Barcelone tombait. Plus de 500 000 personnes passeront la frontière pour tenter d’échapper à la répression. 275 000 seront internées dans des camps (Argelès, Saint-Cyprien, Bram, Gurs). Le camp de Gurs « accueillera », comme l’indique la plaque apposée à l’entrée « 23 000 combattants espagnols, 7000 volontaires des Brigades internationales, 120 patriotes et résistants français, 12 860 juifs immigrés internés en mai-juin 1940, 6500 juifs allemands du pays de Bade,    12 000 juifs arrêtés sur le sol de France par Vichy« .

La Guerre Civile espagnole, qui avait éclaté le 18 juillet 1936, se terminera  en mars 1939, avec la chute de Madrid après 28 mois de résistance. Au cours de ces  33 mois d’enfer plus d’un million de personnes trouveront la mort. Grâce au soutien des Etats-Unis pendant la Guerre Froide, Franco règnera d’une main de fer sur l’Espagne jusqu’à sa mort en 1975.

De nombreuses commémorations marqueront ce soixante-dixième anniversaire de la « retirada », la retraite. A l’heure de ces manifestations, n’oublions pas les millions de réfugiés d’aujourd’hui, réfugiés de guerres, réfugiés de la misère, réfugiés de l’inégalité dans le monde…

Pour plus d’infos : voir le site No Pasaran  et Rue89 qui publie ce jour un article de Nestor Romero

Dans son numéro 23 de juillet 2006, La Revue  de la Résistance éditée par l’A.N.A.C.R des Landes a consacré un dossier rendant « Hommage aux Guerilléros espagnols ». Voici un extrait de l’hommage du Président de l’ANACR des Landes aux combattants espagnols :

(Ils furent) « Les précurseurs de la lutte contre la malédiction du fascisme. Car, il faut s’en souvenir, ils furent les premiers à affronter les armes à la main le franquisme, ce fascisme ibérique, héritier des traditions d’intolérance et de cruauté de l’Espagne de l’Inquisition. Un fascisme ibérique qui partageait avec le national-socialisme du 3e Reich le même mépris pour la vie humaine et qui, comme lui fit couler des rivières de sang pour imposer et consolider sa dictature. Un fascisme ibérique qui prétendait comme ses acolytes de Berlin et de Rome, rayer de l’histoire le temps des lumières, c’est-à-dire les idées de liberté, d’égalité et de fraternité qui firent la grandeur de la Révolution de 1789. Oui, c’est l’honneur des républicains espagnols d’avoir été, les premiers à combattre militairement, la peste brune qui allait, quelques mois plus tard, déferler sur toute l’Europe. Et alors que les grandes puissances laissaient étrangler l’Espagne républicaine, Dolorès Ibarruri, plus connue sous le nom de La Passionaria, de passage à Paris, en 1938, pouvait lancer ce cri d’alarme : « Aujourd’hui, c’est nous, demain, ce sera vous ! » Pour le malheur des peuples, cet avertissement devint vite réalité… »

 

 

Publié dans EUROPE, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

L’HISTOIRE DE FRANCE A LA RESCOUSSE D’HORTEFEUX ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 janvier 2009

L'HISTOIRE DE FRANCE A LA RESCOUSSE D'HORTEFEUX ? dans HISTOIRE arton3356-87eed

Par : Bureau de presse
Mis en ligne : 14 janvier

On peut s’interroger sur les motivations du Président Sarkozy de vouloir créer un musée de l’Histoire de France pour « renforcer l’identité nationale ».

On savait que l’Histoire et sa transmission étaient au cœur des préoccupations de la droite : on a découvert le candidat UMP à la Présidentielle vilipendant mai 68, puis le chef de l’Etat nous présentant un front Populaire délesté des luttes et conquêtes sociales. Plus récemment on a assisté à une célébration de Guy Môquet choisissant sciemment la figure du héros national au mépris et détriment du résistant et militant communiste.

Aujourd’hui il semble que Nicolas Sarkozy veuille pousser plus loin son désir de réécriture et d’utilisation de l’Histoire. Jusqu’à nous faire oublier celle du mouvement ouvrier et de la gauche pour mieux nous intégrer à son libéral populisme ? Jusqu’à nous faire accepter un modèle de société « pacifiée » et sans conflits pour mieux contenir toute velléité de rupture à sa politique ?

Il est certain que c’est là l’un de ses objectifs avoué.

A nous de faire de l’héritage des Lumières, de la Révolution Française, comme des résistances et combats pour le progrès social et la démocratie un bien collectif qui demeure et s’accroisse. Le PCF s’engagera dans ce sens.

Marie-Pierre VIEU, Membre du Comité exécutif national du PCF

Paris, le 13 janvier 2009.

 

Publié dans HISTOIRE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

1...1920212223
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy