1914-1918 La Grande Guerre des Classes : un autre regard sur le conflit

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 novembre 2014

 

« Les causes de la Première Guerre mondiale ?

Le partage du monde et la peur du mouvement social »

 

Par Han SOETE, Nick DOBBELAERE, Jacques R. PAUWELS

 

PAUWELS 14-18 

 

Les causes de la Première Guerre mondiale étaient-elles

l’attentat de l’archiduc d’Autriche ? Ou de nobles

motivations de paix, de démocratie et de liberté ?

Non, répond l’auteur et historien Jacques Pauwels.

Depuis longtemps, les grandes puissances mondiales

la voulaient, cette guerre. Pour s’approprier des colonies

et pour en finir une fois pour toutes avec les idées

révolutionnaires qui gagnaient de plus en plus toute

l’Europe.

 

 

 

«  En général, on explique la Grande Guerre comme ceci : un coup de tonnerre dans un ciel bleu.

On prétend que personne ne l’avait vue venir, que personne ne l’avait voulue… En réalité, les nuages

de la guerre s’accumulaient depuis vingt ans. Une guerre était nécessaire. Et les élites politiques

de l’Europe la voulaient, car elles estimaient qu’une guerre allait réaliser pour elles des choses fantastiques… »

Voilà des années que Jacques Pauwels est plongé jusqu’au cou dans l’histoire des révolutions et

des guerres. Il a déjà publié de nombreux ouvrages sur le sujet.

Dans son dernier livre De Groote Klassenoorlog 1914-1918 (« 1914-1918, la Grande Guerre des classes»,

qui sera de nouveau disponible mi-novembre 2014 aux Editions Aden), un ouvrage incontournable

sur la Première Guerre mondiale, il voit deux causes principales à cette guerre : d’un côté, l’impérialisme ;

ensuite, la peur de la révolution.

« Les grandes puissances industrielles, les grandes banques et les grandes entreprises voulaient

de nouvelles colonies – ou des semi-colonies sur lesquelles elles auraient exercé un contrôle indirect

pour leurs matières premières, leur main-d’œuvre bon marché et leurs possibilités d’investissement.

Ici réside certainement l’une des principales raisons de la guerre. » Explications.

[Lire l’article sur Le Grand Soir]

ou l’interview de Jacques R Pauwels sur le blog de Jean-Pierre Anselme

 

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

La Revue du Projet : dossier spécial « La première guerre mondiale »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 novembre 2014

 

Cliquer sur l’image pour lire.

Capturerevueprojet

La Revue du projet, n°41, novembre 2014

Publié dans Culture, HISTOIRE, PCF | Pas de Commentaire »

Rencontre avec Odette Hardy à la librairie « Par mots et merveilles »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 novembre 2014

Reçu par courriel

Chers amis,

Je vous recommande cette initiative autour du livre de mon amie Odette Hardy, historienne,

sur un fusillé pour l’exemple de notre région en 1914.

Bien cordialement,

Xavier Dubois

odette Hardyfusillé vivant

 

À lire

Publié dans Culture, HISTOIRE, INFOS, Litterature | Pas de Commentaire »

La protection sociale : Remettre la vie au cœur

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 octobre 2014

 

CaptureA.Croizat

 

La protection sociale : Remettre la vie au cœur

http://www.dailymotion.com/video/xrctyt

par CGT Union localesur dailymotion

 

ambroise-croizat

 

Rappel historique des conquêtes ouvrières : la sécurite sociale

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, HISTOIRE, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Marseille : Profanation de la stèle du Groupe Manouchian par des néo-nazis

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 septembre 2014

 

Marseille. Le buste de Manouchian à nouveau profané

 

Mémoire. Des néo-fascistes ont publié sur Internet une vidéo dans laquelle

ils s’en prennent au monument qui rend hommage au résistant FTP-MOI.

En juin déjà, le buste de Missak Manouchian, commandant FTP-MOI, résistant communiste

fusillé avec ses camarades par les nazis au Mont-Valérien, avait été affublé anonymement

d’une croix gammée.

[Lire la suite sur la Marseillaise.fr]

 

A propos de Manouchian et de l’Affiche Rouge

 

afficherouge

 

  La profanation du monument érigé à la mémoire

  des résistants du Groupe Manouchian

  par des néo-nazis ne peut que provoquer l’indignation.

  Insulte à la mémoire de tous ceux et de toutes celles

  qui sont tombés victimes de la barbarie du régime nazi,

  insulte aux travailleurs d’immigrés d’hier

  et d’aujourd’hui qui ont toujours été partie intégrante

  de la classe ouvrière et de ses combats, insulte aussi

  à l’ensemble du mouvement ouvrier, cette profanation

  montre toute l’ignominie raciste, antisémite, xénophobe

  et anti-ouvrière de l’extrême-droite.

 

 

 

Un rassemblement était prévu pour protester contre cette profanation ce dimanche 21 septembre

à 17 heures au square Manouchian au Pharo (Marseille).

Pour celles et ceux qui ne connaîtrait pas l’histoire du « Groupe Manouchian »

et de l’Affiche Rouge, quelques articles :

« Au moment de mourir je proclame que je n’ai aucune haine contre le peuple

allemand et contre qui que ce soit. Chacun aura ce qu’il méritera

comme châtiment et comme récompense. Le peuple Allemand et tous les autres

peuples vivront en paix et en fraternité après la guerre qui ne durera plus

longtemps. Bonheur ! à tous ! »

(extraits de la lettre d’adieux de Missak Manouchian à sa compagne Mélinée

avant d’être fusillé, 21 février 1944)

[Lire la suite sur Solidarité ouvrière]

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

Publié dans France, HISTOIRE, Montée du fascisme, Racisme - Xenophobie | Pas de Commentaire »

Expo Feignies : « La France pendant la Première Guerre mondiale »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 septembre 2014

Capturefemmesolidaires3

Cliquer sur l’image pour agrandir

 

Publié dans HISTOIRE, Infos Feignies | Pas de Commentaire »

La première internationale des travailleurs, une grande âme

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 septembre 2014

 

La première internationale des travailleurs, une grande âme

 

tardi1

 

  par Christophe Goby

  « Jésus ne pouvait pas, c’est Marx qui est venu »

  telle est la dernière réplique de la farce de la compagnie

  L’Autre scène, adaptée de la pièce d’Howard Zinn [1]

  présentée à l’occasion des 150 ans de la première

  Internationale à Nancy le week-end du 13 au 15 juin

  2014.

 

 

 

C’est une chorale militante de Nancy qui est à l’initiative de cet anniversaire de l’Association internationale des travailleurs (AIT), dont ont fait partie Karl Marx ou Michel Bakounine mais également des acteurs importants de la Commune de Paris, comme Eugène Varlin. Un stage intersyndical entre militants de la CGT, de la FSU et de Solidaires sur l’histoire du mouvement ouvrier avait réuni quatre-vingt participants deux jours auparavant. Stéphane Thomas, militant au NPA entre autres, explique son engagement pour ses journées : « Du 13 au 15 juin j’étais à Nancy parce que c’est là que je vis. C’est aussi là que je milite : j’étais donc au week-end des 15 ans de l’AIT. Je suis d’ailleurs toujours à Nancy et toujours prêt à saisir une opportunité de faire un croche-pied au talon de fer. »

Manu fait partie des Sans Noms, cette chorale qui regroupe bon nombres de militants de Nancy dans un œcuménisme tout à gauche. Il raconte entre deux invités : « Ça entre en résonance avec les débats de l’extrême gauche. L’AIT fut la première force politique dans le camp prolétarien et sans donner prise au stalinisme et aux querelles qui suivirent. »

[Lire la suite sur PCF Grésivaudan]

Article original

 

Publié dans CGT, Culture, FSU, HISTOIRE, Solidaires, Syndicats | Pas de Commentaire »

L’Humanité Dimanche numéro spécial : 1944 – Les 100 photos de la France qui se libère

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 août 2014

 

l’Humanité Dimanche : 70e anniversaire de la Libération

 

HD2

 

  70 pages de photos et de récits

  de la Libération

 

 

Maquis, débarquements, insurrections, de la Provence à la Normandie, du Limousin à l’Alsace,

en passant par Paris… 100 photos riches en histoires, en secrets, en témoignages,

qui nous racontent les combats pour la liberté.

Un récit fort et émouvant sur un événement incontournable de notre histoire.

Dans les kiosques et chez vos marchands de journaux jusqu’au 27 aout.

 

CaptureHD

  Paris, 25 août 1944 : la fin d’une nuit de 4 ans.

  Et le soulagement, immense, dans ces mains tendues,

  dans ces visages qui s’éclairent enfin.

  1944, c’est une frénésie de vie qui traverse la population,

  même si les balles sifflent encore. La guerre n’est pas finie…

  Mais la France humiliée de 1940 retrouve sa fierté

  avec celles et ceux qui ont pris les armes pour la libérer,

  pour mettre fin aux souffrances de l’Occupation,

  laver la honte de la collaboration. Pour enfin pouvoir rêver

  de jours heureux. Cette joie se mêle parfois de larmes :

  tant de ravages, de faim, tant de prisonniers, de bombardés,

de fusillés, de déportés…

Derrière la liesse ou la bravoure, la guerre est partout dans ces photos, parfois prises au péril de la vie

des photographes.

100 images comme autant de témoignages forts pour ne pas oublier la valeur de la paix.

100 photos exceptionnelles. Récit.

Dans les kiosques et chez vos marchands de journaux jusqu’au 27 aout et en numérique.

Publié dans France, HISTOIRE, Humanite Dimanche, Photographie | Pas de Commentaire »

10 août 1944, déclenchement de la grève insurrectionnelle des cheminots à l’appel de la CGT

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 août 2014

vu sur :  CGT-Dieppe.fr

 

Soixante-dixième anniversaire de la grève insurrectionnelle

des cheminots 

 

Resistance-cheminots

 

 

  Soixante-dix ans nous séparent d’une grève historique

  pour notre pays : celle des cheminots qui, à partir

  du 10 août 1944, et sous l’impulsion de la C.G.T, allait

  par sa combativité et sa détermination contribuer

  à porter un coup fatal à l’occupant nazi et renforcer

  le mouvement vers la libération de notre pays.

 

 

Le 06 juin 1944, les alliés avaient débarqué en Normandie, et, partout en France, l’espoir de la libération avait gagné les esprits.

Pour la C.G.T l’insurrection contre l’occupant allemand est en marche. La CGT était clandestine, car dissoute à l’automne 1940 par le régime d’extrême droite de Pétain. Divisée depuis 1939, elle s’était réunifiée en 1943 dans la clandestinité. La CGT participait au CNR, que son représentant Louis Saillant présidera à partir du 11 septembre 1944, et avait des représentants au Comité Français de Libération Nationale à Alger

La fédération CGT clandestine des cheminots décida d’appeler les cheminots à la grève le 10 août 1944. Elle l’organisa dans les grands ateliers, et par région.

Cette grève insurrectionnelle des cheminots fut donc le résultat de quatre années de mobilisations et d’actions. De 1940 à 1944, les cheminots s’étaient organisés et engagés avec la C.G.T dans le processus qui les conduira à contribuer à la libération de notre pays.

La date du 10 août n’est pas choisie au hasard. Elle rappelait la Révolution Française dont la référence scandait toute les initiatives patriotiques durant l’occupation, source des pseudonymes des militants clandestin, comme Marat, Hoche; ou les noms des détachements de FTPF: Valmy, Carmagnole, etc.. Le 10 aout 1792, est en effet le jour où le peuple de Paris et ses faubourgs a déferlé sur les Tuileries, et s’en est emparé, la journée étant coordonnée par la « commune insurrectionnelle » des sections révolutionnaires.

Au soir du 10 août 1944, des milliers de cheminots sont en grève dans une vingtaine d’établissements. Dans les jours qui suivent, l’action se développe dans les gares, les ateliers, les dépôts, dans le même temps où les sabotages de locomotives et de matériels se multiplient dans toute la France.

Le 17 août 1944, le trafic ferroviaire est plus que sérieusement perturbé. Le 18 août 1944, c’est la grève générale, et l’insurrection parisienne pour chasser les nazis de la capitale.

Depuis le début de l’occupation, la démarche de la C.G.T a été d’associer partout et toujours satisfaction des revendications (ravitaillement, salaires, conditions de travail, etc.), et résistance.

Dans ce conflit, 9.000 cheminots ont péri, parmi lesquels 809 fusillés, massacrés et 1.157 morts en déportation pour faits de résistance.

Le 30 octobre 1949, la légion d’honneur et le croix de guerre avec palme étaient décernées à la S.N.C.F en reconnaissance des mérites civiques et militaires des cheminots.

**********************

Cliquer sur l’image pour agrandir

CaptureresistanceCheminots

Source

Publié dans CGT, France, HISTOIRE, Hommages, Transports - SNCF | Pas de Commentaire »

4 août 1914 – L’Allemagne envahit la Belgique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 août 2014

 

La guerre générale est déclarée le jour où 
la France enterre Jaurès…  

 

La grande guerre, les débuts

Jean-Emmanuel Ducoin – 4 août 2014

 

obsèquesJaurès

  4 août 1914.

  L’Allemagne envahit la Belgique.

  Les députés français votent à l’unanimité

  les crédits de guerre. Les députés allemands,

  sociaux-démocrates en tête, font de même

  au Reichstag.

  Le Royaume-Uni entre dans le conflit.

  À Paris, ce sont les obsèques officielles

  du tribun socialiste. (photo)

 

 

CaptureHuma040814

  Mais où donc retentit le premier coup de feu ?

  À moins que ce ne soit le bruit métallique et hurlant

  d’un canon à l’aveuglante visée ?

  Nous sommes le 4 août 1914, il y a tout juste cent

  ans.

  Une chaleur moite règne sur la partie occidentale

  de la vieille Europe, et la tension, qui n’a cessé

  de monter depuis des semaines entre les dirigeants

des empires et des gouvernements, a sombré dans le chaos diplomatique. L’heure du tocsin a sonné

et plus rien ne peut arrêter l’engrenage infernal. L’horrible vérité du fer et du sang va parler, sur un théâtre

de guerre dont on imagine, déjà, qu’il sera unique dans l’histoire des hommes.

En moins de trois jours, l’Allemagne a déclaré la guerre à la Russie, puis à la France, puis à la Belgique.

La France a lancé la mobilisation générale. Le Luxembourg a été envahi par les troupes allemandes,

qui viennent de procéder au premier bombardement aérien, à Lunéville, avant de pénétrer en Belgique

par la région d’Aix-la-Chapelle. Les combats font rage dans les forts de Liège, mais rien ne semble

empêcher la progression des forces belligérantes.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans HISTOIRE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

12345...23
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy