Conférence pour les 80 ans du Front Populaire par Pierre Outteryck

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 juin 2016

 

Capture.PNGFrontpopulaire1

Publié dans HISTOIRE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

7 juin 36 : « VICTOIRE SUR LA MISÈRE ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 juin 2016

 

A lire sur : la-bas.org/

 

Capture.PNGFrontpopulaire

Publié dans France, HISTOIRE, Luttes | Pas de Commentaire »

Il ya cent ans, Verdun

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 février 2016

 

De toutes les batailles de la Grande Guerre, celle de Verdun reste, dans notre mémoire nationale, la plus importante :

c’est d’ailleurs la seule qui figure au programme d’histoire des collégiens. Comment expliquer ce statut exceptionnel ?

 

Il y a cent ans, Verdun

 

CapturehumaVerdun

 

 

 

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Qui n’a pas fait Verdun n’a pas fait la guerre », disent les survivants

 

CapturehumaVerdun1

 

 

Cliquer sur l’image pour lire l’article.

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

« L’école des colonies » de Didier Daeninckx : un livre dont le propos résonne brutalement avec l’actualité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 janvier 2016

 

L’école des colonies de Didier Daeninckx

 

lecole_des_colonies   L’école des colonies de Didier Daeninckx,

  paru le 14 octobre 2015 aux éditions Hoëbeke

 

 

  Dans son dernier ouvrage, L’école des colonies,

  Didier Daeninckx s’attaque violemment au mythe

  des bienfaits de la colonisation en matière scolaire.

 

 

 

  Qu’enseignait-on dans les écoles des colonies, en Algérie, en Afrique sub-saharienne, en Asie,

  aux Antilles, quand l’empire français s’étendait sur 11 millions de kilomètres carrés et comptait

  48 millions d’habitants ?

  Quel était le pourcentage d’enfants indigènes scolarisés ?

  Que cherchait-on à former : des citoyens, une élite, de bons et loyaux serviteurs ?

 

Une leçon d’histoire [1]

Dans un livre abondamment – et magnifiquement – illustré de documents de l’époque, manuels scolaires,

planches pédagogiques de « L’Office colonial scolaire », cartes géographiques et économiques, photos,

l’auteur répond à ces questions, et à bien d’autres, de manière extrêmement concrète et étayée.

Ces nombreuses planches sont plus que des illustrations. Elles sont sources de commentaire possible

sur ce que représenta la colonisation pour le colonisateur comme pour le colonisé.

Au-delà de son texte, qui est une analyse globale, Didier Daeninckx laisse au lecteur le soin de réfléchir

à chaque document et de se forger lui-même son opinion.

[Lire la suite sur ldh-toulon.net]

Lire le compte-rendu de cet ouvrage sur le site des 4acg

Publié dans Culture, France, HISTOIRE, Litterature | Pas de Commentaire »

15 août 1945 : Philippe Pétain ­reconnu coupable de haute trahison et d’intelligence avec l’ennemi par la Haute Cour de justice.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 août 2015

 

Capturehuma21733

 

  A l’occasion du soixante-dixième anniversaire

  de la condamnation de Pétain, en tant que chef

  de « l’Etat Français » le 15 août 1945,

  l’Humanité revient sur cette page de l’histoire

  et ce qu’elle renvoie pour notre présent.

 

Décomplexés…, l’édito de Michel Guilloux

 

  ♦ La collaboration au nazisme en Europe :

Pétain et les autres

 

  ♦ Il y a soixante-dix ans, le procès de Pétain

et pas du pétainisme

 

Pétain hante toujours la droite francaise

Publié dans Extreme-droite, France, HISTOIRE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

La Résistance a besoin de toutes ses couleurs

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 mai 2015

 

Aujourd’hui, 4 grands résistants entrent au Panthéon. Nous les saluons fraternellement.

Pour ce qui est de la tentative d’effacement de l’apport des communistes dans la résistance

par l’actuel président, F. Hollande, nous, nous n’oublierons pas ! (PCF Nancy)

 

       La Résistance a besoin de toutes ses couleurs


 Capturehuma21677

 

A lire dans l’Humanité de ce mercredi 27 mai :
Un numéro spécial de l’Humanité

*
La Résistance a besoin de toutes ses couleurs

 

♦  À l’occasion de la Journée nationale de la Résistance,

Geneviève Anthonioz de Gaulle, Germaine Tillion, Jean Zay

et Pierre Brossolette entrent au Panthéon aujourd’hui.

♦  En excluant la résistance communiste, les autorités

affaiblissent le sens de l’événement.

♦  Les réactions des historiens Frédéric Genevée,

Roger Martelli et Denis Peschanski.

 

 

L’éditorial de Patrick Apel-Muller :

La rose OU le réséda

« L’histoire à mains nues prend place au Panthéon, le temple glacé des grands hommes, où deux femmes viendront rejoindre un silence très masculin. »

L’histoire à mains nues prend place au Panthéon, le temple glacé des grands hommes, où deux femmes viendront rejoindre un silence très masculin. Germaine Tillion, Geneviève Anthonioz-de Gaulle, Jean Zay et Pierre 
Brossolette sont quatre facettes d’un courage qui a conduit des hommes et des femmes, une poignée d’abord dans l’hébétement d’une défaite, à relever la tête, à refuser l’ordre noir, à jouer leurs vies pour l’avenir. Le ferment semé a levé et la France a fait nation, combattants des villes et des campagnes, résistants immigrés et antifascistes de toujours. Des ruines a surgi le progrès social ; de la misère une dynamique économique et d’invention démocratique.

La leçon de la Résistance vaut pour plus d’une journée. Elle fut rappelée avec éclat, il y a quelques années, par quelques-uns de ses acteurs illustres dans un texte, « Créer c’est résister. Résister c’est créer », qui valait comme un appel à refuser les injonctions au fatalisme, de résignation à l’impuissance, de démission devant la loi des puissants. Et comme une invitation avec René Char, à composer « l’avenir sans croire au poids qui décourage ». Durant les quatre ans de cendres, de sang et de deuils, les animateurs des maquis surent aussi confluer, sans renoncer à leur histoire ou à leurs rêves, adoptant le vers d’Aragon : « Fou qui songe à ses querelles au cœur du commun combat. »

Cette leçon-là, hélas, n’a pas été retenue par le président de la République, qui, choisissant d’incontestables héros, a décidé de retoucher la photo et de ne retenir aucun des communistes qui furent pourtant au premier rang des soldats de l’ombre et des martyrs. Dommage d’avoir choisi de séparer « la rose et le réséda » et d’avoir préféré la querelle à l’histoire.

humanite.fr

Publié dans HISTOIRE, PCF | Pas de Commentaire »

À l’origine du 1er Mai : Lucy Parsons, la veuve des martyrs de Chicago

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 mai 2015

Hernando Calvo Ospina – l’Humanité – 29 avril 2015

 

À l’origine du 1er Mai : Lucy Parsons, la veuve des martyrs de Chicago

À l’origine du 1er Mai
CaptureAlbertetLucyParson

 

  Le 1er mai 1886, la grève est lancée à Chicago.

  Le 4 mai s’abat la répression.

  Jugés, quatre hommes sont pendus dont Albert

  Parsons. Sa femme, Lucy, poursuivra la lutte

  jusqu’à sa mort. À 88 ans, la police la considère

  toujours comme une menace « plus dangereuse

  que mille insurgés ».

 

 

1ermaichicago

En hommage aux cinq martyrs de Chicago,

le Congrès des ouvriers socialistes qui se tenait

à Paris en 1889 instaura le 1er mai comme

la Journée internationale des travailleurs et

des travailleuses.

L’année suivante, cette journée fut commémorée

pour la première fois.

Lucy Parsons était déjà connue comme la « veuve

mexicaine des martyrs de Chicago ».

 

 

Fille d’un Indien de l’Alabama et d’une Mexicaine noire, Lucy Gonzalez naquit esclave en 1853, dans un hameau

du Texas, un territoire qui, cinq ans plus tôt, faisait partie du Mexique. Orpheline à trois ans, on l’envoya

dans les champs de coton dès qu’elle fut en mesure de travailler. À dix-neuf ans, elle épousa Albert Parsons.

Quasiment considérés comme un couple illégal, car la mixité raciale était pratiquement interdite dans les États

du Sud, ils faisaient partie du petit nombre d’activistes pour le droit des Noirs. Pour ces deux raisons,

les menaces de mort à leur encontre les obligèrent à partir pour Chicago en 1873. Pour survivre, Lucy

confectionnait  des vêtements pour femmes et il travaillait dans une imprimerie. Elle se mit à écrire

pour des journaux syndicaux, sur des sujets tels que le chômage, le racisme, ou le rôle des femmes

dans les organisations politiques.

La militante Lucy fut très bien accueillie par les ouvrières, notamment dans les fabriques textiles, là

où l’exploitation était la plus féroce. Avec le soutien d’Albert, elle participa à la création de l’Union

des femmes ouvrières de Chicago, reconnue en 1882 par l’Ordre des nobles chevaliers du travail.

Un grand triomphe : jusqu’alors, le militantisme féminin n’était pas admis.

La lutte pour la journée de huit heures devint la principale revendication nationale. Les travailleurs

appelèrent à une grève pour le 1er mai 1886.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Hernando Calvo Ospina Auteur de Latines, belles et rebelles, aux Éditions 
le Temps des Cerises.

2015, 200 pages, 15 euros.

 

Capturelucyparson1

 

 

 

 

Publié dans ETATS-UNIS, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

Robert Guédiguian rédacteur en chef de l’Humanité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 avril 2015

 

humanite-24-04-15

 

Le cinéaste de Marius et Jeannette a passé

la journée à la rédaction. Arménie, FN,

François Hollande, engagement communiste,

droits des malades, migrants, culture, etc.

De nombreux sujets d’actualité l’ont inspiré.

 

Robert Guédiguian, rédacteur en chef

d’un jour : « Je fais appel à l’intelligence

et au coeur »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Robert Guédiguian :

   «Les identités ne s’opposent pas, elles se superposent»

 

CaptureR.Guédiguian

  Le cinéaste est le rédacteur en chef

  exceptionnel de l’Humanité du 24 avril,

  un numéro spécial consacré à la mémoire

  du génocide arménien.

  A cette occasion il revient sur son enfance,

  son histoire familiale, la place de l’Arménie

  dans ses films et son engagement infaillible

  pour une humanité plus juste et solidaire.

 

Écoutez l’entretien.

 

« La reconnaissance du génocide arménien dépasse les Arméniens, c’est pour l’humanité entière »

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitésur youtube

Réalisation : Abrahim Saravaki

 

 

Publié dans HISTOIRE, l'Humanité | Pas de Commentaire »

Quelques dates qui ont marqué l’histoire de Sambre et Meuse

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 avril 2015

 

Capturesambreetmeuse17

Par La Voix du Nord

Publié dans ECONOMIE, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

70e anniversaire de la libération d’Auschwitz

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 janvier 2015

 

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitésur youtube

 

Le 27 janvier 1945, l’Armée rouge libérait quelque 7 000 survivants des camps d’Auschwitz-Birkenau

en Pologne. En cinq années, plus de 1,1 million d’hommes, de femmes et d’enfants meurent

dans le plus grand camp de concentration et d’extermination nazi.

La libération de tous les camps sera achevée quatre mois plus tard. L’Humanité ouvre ses archives

à l’occasion de cette journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

« Jusqu’au dernier : la destruction des juifs d’Europe », documentaire diffusé ce soir

sur France 2 à 23h10. « On croit tout savoir du génocide des juifs mais l’on connaît

en réalité peu les étapes qui l’ont précédé. »

C’est sur ce postulat que Blanche Finger et William Karel ont bâti cette série documentaire,

dont le premier volet est diffusé ce lundi, pour le 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz.

Entretien avec la coréalisatrice.

 

Vidéos INA.

Libération des camps d’extermination d’Auschwitz-Birkenau

 

auschwitzliberation2701

  Le 27 janvier 1945, l’Armée Rouge libérait

  quelque 7000 survivants des camps d’extermination

  d’Auschwitz Birkenau.

  Mais ils seront plus de 1,1 million à ne jamais

  en revenir.

  Retour en images avec l’Institut national de l’audiovisuel

  (INA).

 

Voir les vidéos

 

Henri Krasucki à propos de « la marche de la mort » d’Auschwitz

 

CaptureKrasuckiINA

 

  Vidéo INA. L’ancien résistant et leader de la CG

  raconte la marche de la mort d’Auschwitz à laquelle

  il a participé, c’est-à-dire l’évacuation du camp

  qui a accéléré la mort de la moitié des prisonniers

  qui ont dû marcher 80 km dans le froid sans s’arrêter.

 

Ce grand témoin de l’histoire du XXe siècle explique qu’en tant que résistant et donc de « soldat sans uniforme »,

il s’attendait à la mort , ce qui lui permettait de garder une certaine dignité.

Henri Krasucki affirme n’avoir jamais perdu sa confiance en l’homme grâce à tous les gens qu’il a vu essayer

de survivre dans les camps. Mais il dit connaître le prix de la liberté et de la dignité.

[Voir la vidéo]

 

Voir le dossier  : 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz

 

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

12345...23
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy