Des milliers de manifestants contre l’austérité à Rome, Porto et Lisbonne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 octobre 2013

 

Contre l’austérité

                Manifestations au Portugal et en Italie

 

lundi 21 octobre 2013 , par Alessandro Vitagliano

Des milliers de manifestants contre l'austérité à Rome, Porto et Lisbonne dans Austerite capturemanifporto-300x164capture d’écran

- Environ 60 000 manifestants ont défilé à Lisbonne et Porto,

les deux principales villes du pays, à l’appel de la CGTP,

contre les nouvelles mesures d’austérité annoncées

par leur gouvernement. Des baisses de salaires, des coupes

de près de 10% dans les retraites et le recul de l’âge de départ

à la retraite à taux plein de 65 à 66 ans sont prévues

par le législateur portugais. La CGTP, la principale confédération syndicale du pays, a convoqué les manifestations

à Lisbonne et Porto, pour protester contre « l’appauvrissement des travailleurs ». Une nouvelle grève générale est

prévue en novembre.

capturemanifrome1-300x123 Italie dans Italiecapture d’écran

- Des dizaines de milliers d’Italiens ont manifesté samedi

19 octobre à Rome contre le chômage, les coupes budgétaires

et des projets gouvernementaux réalisés au détriment

du financement des services publics.

Des grèves et des manifestations avaient été organisées vendredi 18 octobre à l’appel de syndicats pour protester

contre la politique de rigueur du gouvernement de coalition d’Enrico Letta et son projet de budget pour 2014.

[Source]

 

Publié dans Austerite, Italie, Luttes, Portugal | Pas de Commentaire »

L’Italie et le populisme de Beppe Grillo

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 février 2013

 

ITALIE :

le programme de Beppe Grillo décrypté

Quel est le contenu du projet Grillo ?

 

L'Italie et le populisme de Beppe Grillo dans Italie beppe-grilloG. D. S.

Le Parti populiste pour plus d’écologie

et de démocratie directe compte désormais

108 sièges à la Chambre des députés

et 54 au Sénat. La troisième formation

politique du pays, qui a attiré les électeurs

de droite comme de gauche, est au centre

des tractations pour la formation d’une nouvelle majorité.

Le Mouvement cinq étoiles (M5S) de Beppe Grillo a obtenu 25,5 % des voix pour l’élection des députés

et 23,8 % pour celle des sénateurs. Le M5S récolte les fruits du mécontentement vis-à-vis des politiques

austéritaires et du discrédit des partis au pouvoir, incapables de juguler la crise et perçus comme

s’accaparant des privilèges. Même si Beppe Grillo estime que « l’antifascisme n’est pas de (sa) responsabilité »,

difficile de classer ce parti à l’extrême droite.

coûts de la politique

Sa principale revendication est la diminution des coûts de la politique par l’abolition du financement public

des partis, l’abolition des départements, le regroupement des petites communes. Le M5S réclame plus de

démocratie directe. Cela passe par l’abrogation du quorum pour les référendums. Les citoyens doivent participer,

via Internet, aux rencontres publiques ou à l’élaboration des lois. Beppe Grillo se fait également chantre

d’un référendum sur la sortie de l’euro, sans 
exprimer sa propre position.

Le cheval de bataille du M5S est la moralisation de la politique. Un parlementaire ne doit pas faire plus de

deux mandats, ni exercer une autre profession afin d’éviter les conflits d’intérêts. Les 
citoyens condamnés

doivent être inéligibles… Ce qui explique que Beppe Grillo n’ait pas été lui-même candidat, 
car jugé responsable

d’un 
accident de la route.

Thèmes écologiques

Outre ce chapitre qui permet de vilipender les autres forces politiques, le M5S est très attentif aux thèmes

écologiques, notamment les transports ou les énergies renouvelables. Alors que certains syndicats sont

interdits (par la Fiat) de se présenter aux élections de représentants du personnel, on ne trouve aucun nouveau

droit pour les salariés dans le programme. Au contraire, dans un discours en janvier, Beppe Grillo demandait :

« Éliminons les syndicats qui sont une structure vieille comme les partis. » Les mots ont un sens.

A lire aussi :

 

Beppe Grillo : un clown inquiétant :

extrait :

« Je sais que l’on me reprochera d’avoir tu dans ces quelques lignes toutes les bonnes idées de Grillo

mais je ne sais même plus vraiment si elles valent la peine d’être considérées. On peut vouloir redonner

le pouvoir au peuple mais si c’est en parlant des rom comme d’une «bombe à retardement», en méprisant

journalistes et syndicats, en insultant les prostituées (à chaque fois qu’il hurle, dans un cri de colère,

«porca puttana», lors d’un meeting, en utilisant publiquement le mot «puttana» comme une insulte, oui,

Grillo manque de respect à toutes ces personnes qui vivent de la prostitution), en se vantant que

les femmes de son mouvement ne sont «pas des femmes siliconées mais des femmes qui élèvent

leurs enfants» (quelle intéressante image de la femme, réduite à la maternité…), j’en passe et des bien

pires, quel sens cela a-t-il ? »

 

Définition de populisme :

Historiquement, le populisme est un mouvement politique russe de la fin du XIXe siècle qui luttait contre le tsarisme en s’appuyant sur le peuple et en prônant la transformation des communautés agraires traditionnelles.

En politique, le populisme désigne l’idéologie ou l’attitude de certains mouvements politiques qui se réfèrent au peuple pour l’opposer à l’élite des gouvernants, au grand capital, aux privilégiés ou à toute minorité ayant « accaparé » le pouvoir… accusés de trahir égoïstement les intérêts du plus grand nombre.

Pour les « populistes », la démocratie représentative fonctionne mal et ne tient pas ses promesses. Prônant une démocratie plus directe, ils ont donc pour objectif de « rendre le pouvoir au peuple ». Lorsqu’ils sont au pouvoir, les populistes peuvent remettre en question les formes habituelles de la démocratie au profit d’un autoritarisme s’appuyant sur des institutions censées être authentiquement au service du peuple.

Le terme populisme est en général utilisé dans un sens péjoratif par ses opposants, c’est-à-dire les classes dirigeantes ou les politiciens au pouvoir, pour amalgamer et critiquer tous les « archaïsmes » et freins au développement de leur politique qu’ils pensent détecter parmi le peuple.

Le terme « populisme » sert aussi à dénoncer les démagogues qui mobilisent le peuple par des promesses électoralistes ou qui flattent ses « bas instincts » comme le nationalisme, la xénophobie, voire le racisme ou qui exacerbent les réflexes sécuritaires.

Le contour du mot « populisme » est relativement flou et varie selon celui qui l’utilise. De nos jours, il est souvent synonyme de démagogie, d’électoralisme, d’opportunisme.

Source :  La Toupie

 

Publié dans Italie | Pas de Commentaire »

Dans l’Huma d’aujourd’hui : « Les Italiens face à l’austérité »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 février 2013

 

Dans l’Humanité ce jeudi, les Italiens face à l’austérité

 

Dans l'Huma d'aujourd'hui :

Dimanche et lundi, les Italiens renouvellent

la Chambre des députés et le Sénat.

Le Parti démocrate, au centre gauche,

et le Peuple de la liberté, de Silvio Berlusconi,

ont du mal à franchir le cap de l’après-Mario

Monti. Le populiste Beppe Grillo en profite.

 

A lire dans notre édition :

   – Austérité et corruption plombent les élections,

le reportage de notre envoyé spécial à Bologne

(Émilie-Romagne, Italie)

   – « La légalité est un levier clé du développement

et de l’emploi », entretien avec l’ancien magistrat,

Antonio Ingroia

   – La bataille de la Lombardie et du Sénat :

les clés du scrutin

A découvrir aussi :

Cactus, notre supplément sans concession du jeudi

Toute l’actualité sur l’Humanité.fr

 

Publié dans Austerite, Italie, l'Humanité | Pas de Commentaire »

« Osons savoir » : Parler des migrations autrement qu’en mobilisant les peurs et le rejet de l’autre

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 décembre 2012

 

Osons savoir, le site internet et le webdoc pour tout savoir des migrations

 

Ce mardi, journée internationale des migrants.

L’Humanité.fr vous fait découvrir Osons-savoir.com,

plateforme documentaire consacrée aux migrations

et son web-doc De l’autre côté.

Rencontre avec… Jérémy Cheong Chi Mo, co-auteur

et concepteur d’Osons savoir et du web-documentaire De l’autre côté,

dont l’Humanité.fr est partenaire.

Entretien réalisé par Stéphane Guérard 

Quel est l’objectif du site et de ce web-documentaire ?

Jérémy Cheong Chi Mo. La plateforme a été créée pour médiatiser les opinions et les analyses

pas assez ancrées dans le débat public, pour donner la parole à la société civile, aux associations

et organisations non-gouvernementales, aux chercheurs.

Pourquoi avoir appelé la plateforme Osons savoir ?

Jérémy Cheong Chi Mo. L’idée de cet outil est née progressivement entre 2004 et 2008.

C’était l’époque des policiers qui se postaient à la sortie des écoles pour appréhender les enfants

et leurs parents en situation irrégulière. Il y a eu en contrepoint le travail de terrain remarquable

de Réseau éducation sans frontière (RESF), puis, les discours et la politique du chiffre de Nicolas Sarkozy.

Toutes ces actualités ont bien sûr été traitées, mais ils nous a alors semblé qu’il y avait un manque

de connaissance et d’informations pour alimenter le débat public.

Surtout, il y a un manque de confrontation sur les enjeux des migrations. On en reste trop souvent

au débat technique alors que le sujet relève de choix politiques. Mais comment les comprendre si l’on

ne parle pas des flux migratoires, de la gestion du développement, des raisons qui poussent à émigrer,

des accords passés entre l’Italie et la Libye de Kadhafi pour bloquer les migrants en Afrique,

des conséquences des contrôles aux frontières.

Le débat politique en France se cantonne à conserver un carcan idéologique, à une vision nationale,

voire nationaliste des choses. Surtout, à une vision très occidentale. On ne parle pas de cet aspect

de la mondialisation que sont les migrations. On n’évoque que très rarement les questions de développement.

Toutes ces informations existent pourtant. Nous les avons regroupées pour éclairer le débat sur les migrants.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Vidéo :

Pour activer les sous-titres français, allez sur Dailymotion puis cliquez sur « subtitles » en haut sur le cadre vidéo.

 

 

Lampedusa, symbole d’une démesure

http://www.dailymotion.com/video/xurhtn

sur dailymotion

Par Osons_Savoir

Premier épisode du web documentaire De l’Autre Côté sur la situation de Lampedusa au printemps 2011.
Produit par l’association Osons Savoir et réalisé par Jeremy Cheong Chi Mo.


A consulter :

A lire aussi :

Publié dans AFRIQUE, EUROPE, Italie, l'Humanité, Libye, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaire »

Tunisie : des cartouches made in Italy utilisées pour la chasse au gibier humain !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 décembre 2012

 

Des cartouches made in Italy utilisées pour la chasse

au gibier humain en Tunisie

Par  Annamaria Rivera

Traduit par  Fausto Giudice

 

« Nobel Sport Italia produit et assemble tous les composants (…) pour réaliser des cartouches d’excellente

qualité aussi bien pour la chasse que pour le tir. La production de ces matières premières, les composants

ainsi qu’un système unique de chargement garantissent la fiabilité des cartouches NSI, qui sont proposées

depuis toujours aux chasseurs et aux tireurs du monde entier » (sic).

 

Tunisie : des cartouches made in Italy utilisées pour la chasse au gibier humain ! dans Italie gal1

« Du producteur au consommateur » : NSI revendique fièrement avoir produit plus de 3,4 milliards de cartouches

C’est ce qu’on peut lire sur le site ouèbe de l’entreprise italienne NSI – dont le siège social est à Milan 

et l’usine à San Giuliano Terme, dans la province de Pise, en Toscane. La publicité pour ses cartouches

« d’excellente qualité » vient d’avoir une sinistre confirmation fin novembre à Siliana, en Tunisie,

où ces produits made in Italy ont pu démontrer toute leur « fiabilité ».

Les policiers qui les ont tirées ont blessé presque 300 manifestants et en ont aveuglé une vingtaine.

Parmi les blessés graves, David Thomson, correspondant de France 24, qui se trouvait dans la foule canardée

par la police : malgré une opération, il garde quarante billes de plomb enkystées à une telle profondeur

dans son corps qu’il a été impossible de les extraire. L’implication de NSI dans cette sinistre affaire est prouvée

non seulement par les témoignages mais aussi par les photos : la marque de fabrique de Nobel Sport Italia

apparaît sur les tubes des cartouches à chevrotines.

Ne pouvant démentir, l’entreprise aurait affirmé que c’est sans doute une armurerie italienne qui les a fournies

à la police tunisienne, après les avoir remplies de plombs. Vous imaginez ça ? L’armurerie au coin de la rue

commerçant avec le ministère de l’Intérieur tunisienne.

Ce n’est pas la première fois que les forces de l’ordre tunisiennes tirent sur des manifestants avec des fusils

de chasse chargés de chevrotines. Elles l’avaient déjà fait les 12 et 13 juin derniers, au cours de la vague

de violences et de heurts qui avaient impliqué des salafistes et des jeunes des quartiers populaires.

[Lire la suite sur Tlaxcala]

Merci à Tlaxcala

Source : http://blog-micromega.blogautore.espresso.repubblica.it/2012/12/07/annamaria-rivera-caccia-ai-cinghiali-umani-in-tunisia-con-l%E2%80%99apporto-del-made-in-italy/
Date de parution de l’article original : 07/12/2012

Publié dans Italie, Police, Tunisie | Pas de Commentaire »

Europe : Journée de colère contre l’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 novembre 2012

 

Europe : Journée de colère contre l'austérité dans Austerite manif_3-300x150

 

 

 

 

 

 

Espagne

En Espagne, les piquets de grève agitant les drapeaux rouges des deux grands syndicats espagnols, UGT et

CCOO, ont envahi Madrid et les autres grandes villes du pays dès cette nuit. Les syndicalistes ont pris

position aux portes des usines, des commerces, des marchés de gros ou des gares pour appeler les salariés

à rejoindre le mouvement. Le pays est paralysé, des policiers anti-émeute quadrillent les grandes villes.

A Madrid notamment, des centaines des jeunes ont défile dès minuit au son des cornes de brume et des sifflets,

bloquant des artères de la capitale, obligeant les magasins encore ouverts à fermer. Des incidents ont

par la suite éclaté lorsque la police a tenté de les disperser. Sur la Gran Via, l’une des avenues centrales

de la capitale espagnole, les policiers sont intervenus pour disperser des manifestants, les repoussant

sur les trottoirs, avant qu’ils ne se regroupent un peu plus loin.

Selon le ministère de l’Intérieur, des « incidents isolés » sont survenus depuis mercredi matin dans plusieurs villes,

faisant 34 blessés dont 18 policiers, tandis que 62 personnes ont été interpellées.

L’Espagne en tête du cortège europeen contre l’austérité (vidéo)

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

Italie

Une grève de quatre heures et des manifestations dans toute l’Italie ont été organisées mercredi à l’appel

de la principale confédération syndicale, la CGIL (gauche), dans le cadre de la journée européenne contre l’austérité. 

Près d’un millier de personnes ont pris part à un cortège à Rome qui a traversé des rues du centre-ville et doit

terminer son parcours sur une petite place. A Turin et Milan, dans le nord du pays, des milliers de personnes ont

pris part à des manifestations et cortèges. Mais la manifestation principale en Italie a été organisée dans la petite

ville de Terni, en Ombrie, dans le centre du pays, en présence de la secrétaire générale de la CGIL, Susanna Camusso.

Italie : des milliers de personnes dans la rue contre l’austérité (vidéos)

 

Portugal

À l’appel de la CGTP, principal syndicat portugais, à l’origine de la grève générale, des milliers de manifestants sont

descendus dans les rues de Lisbonne pour crier leur colère contre les mesures d’austérité imposées

par le gouvernement et la « troïka ».

Selon  Armenio Carlos, secrétaire général de la CGTP, « Cette grève est une des plus grandes jamais réalisées

au Portugal. C’est la grève générale de l’indignation ! »

Des manifestations ont également eu lieu dans toutes les grandes villes du pays.

 

Grèce

Plusieurs milliers de Grecs ont manifesté à Athènes. Aux cris de : « Athènes-Madrid-Rome-Lisbonne, tout le monde

dans les rues », les manifestants brandissaient les drapeaux grecs, espagnols et portugais

 

Publié dans Austerite, Espagne, EUROPE, Grece, Italie, Luttes, Portugal | Pas de Commentaire »

Amiante – Italie : de lourdes condamnations ; France : levée des mises en examen des empoisonneurs !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 février 2012

 

Amiante :

la justice française rétive à établir des responsabilités pénales

 

Amiante - Italie : de lourdes condamnations ; France : levée des mises en examen des empoisonneurs ! dans ECONOMIE eternit_0-300x150Lourdes condamnations d’un côté, levée de mises

en examen de l’autre : les décisions contradictoires

à Turin et Paris sur Eternit ont ravivé en France

l’inquiétude des défenseurs des victimes de l’amiante

face aux réticences de la justice à établir

des responsabilités pénales.

« La différence entre l’Italie et la France, c’est l’indépendance des procureurs », a souligné, samedi, le procureur de la République

de Turin, Raffaele Guariniello lors d’un colloque à Paris sur le « désastre sanitaire ».

Ce délit, qui a permis la condamnation à 16 ans de prison des responsables d’Eternit en Italie, est inconnu en France.

Dans le système italien, le procureur peut s’autosaisir et a des moyens matériels conséquents avec une armée de magistrats

et plusieurs enquêteurs sous ses ordres, a fait valoir le procureur.

Un mois avant le verdict italien la cour d’appel de Paris avait levé les mises en examen d’Eternit et celles de cinq directeurs

d’usine en France.

La juge Berthella-Geffroy désaisie après sept ans d’enquête

Une décision qui inquiète magistrats et défenseurs des victimes d’autant que la juge Marie-Odile Berthella-Geffroy, chargée

depuis sept ans de l’enquête, en a été dessaisie.

Ironie du sort, menacé d’une plainte en diffamation, l’avocat de nombreuses victimes, Me Jean-Paul Teissonnière devrait lui être

mis en examen pour avoir traité Eternit « d’empoisonneur » dans une interview. « Je serai le seul mis en examen dans ce dossier »,

remarque-t-il, amer.

Au plan civil, « la bataille a été longue et difficile » pour obtenir une indemnisation, poursuit l’avocat, mais des « dizaines de milliers

de personnes » l’ont finalement gagnée, quitte à voir le montant de leurs indemnités réduites en appel, comme récemment à Douai.

Mais sur le plan pénal, « les parquets ont tout fait pour empêcher les poursuites devant les tribunaux », s’indigne Me Teissonnière.

« Il y a une quarantaine de dossiers » en attente. La première procédure date de 1996 mais aucune n’a abouti à un procès.

Il met en cause « le lobby de l’amiante, avec la complaisance des pouvoirs publics » qui « a voulu cacher au maximum les risques

et retarder la prévention ».

[Lire la suite]

Source : humanite2010_logo11-300x82 Amiante dans France  26 février 2012

 

Lire également :

 

Publié dans ECONOMIE, France, Italie, Justice, POLITIQUE, SANTE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

L’UMP récompense Mario Monti, le valet servile des marchés financiers

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 février 2012

 

Mario Monti désigné « Européen de l’année »:

le choix qui ridiculise l’Assemblée nationale

 

 

L'UMP récompense Mario Monti, le valet servile des marchés financiers dans Austerite italie-300x150L’Assemblée nationale a remis hier le Prix de l’Européen de l’année à Mario Monti,

chef du gouvernement « technique » de l’Italie.

N’y avait-il pas d’autres personnalités européennes à féliciter pour leurs actions ?

Un indigné espagnol ou grec ?

Une démocrate hongroise qui combat le populisme d’Orban ?

Un syndicaliste de la Fiom-CGIL qui se bat pour les droits des salariés chez Fiat en ce moment même ?

Le PCF rappelle que Mario Monti n’a pas été élu. Il a été nommé par les marchés, avec l’aval de Nicolas Sarkozy

et Angela Merkel, sans expression démocratique des Italiens. Monti a appliqué servilement les injonctions des marchés

en appliquant des plans d’austérité brutaux et injustes au peuple italien. Il ne manque pas d’air pour venir parler de son

« ambition de mettre l’Italie comme solution et non pas comme source des problèmes de l’Union européenne ».

En politique, les symboles sont importants. Ce choix couvre de ridicule l’ensemble des représentants de la Nation

et en dit long sur la conception de la démocratie de la majorité UMP.

 

Source : Site national du PCF  1er février 2012

 

Italie : une cure d’austerité sans précédent

 

Publié dans Austerite, Italie, POLITIQUE, UMP | Pas de Commentaire »

Patrick Le Hyaric : « Un recul sans précédent de la démocratie est à l’oeuvre sur notre continent »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 novembre 2011

Patrick Le Hyaric :

Source illustration : PCF Grésivaudan

Sortir des impasses de l’euro-austérité

 

Le_capitalisme_ne_recule_A4c dans Democratie

par Patrick Le Hyaric 

Ce n’est plus un petit vent mauvais qui souffle sur

l’Europe mais une tornade qui, pour le compte du

monde de la finance, aspire, déchiquette, détruit

les droits sociaux et humains acquis, pendant des

décennies,  au fil des combats sociaux des ouvriers,

des intellectuels et des créateurs.

Un recul sans précédent de la démocratie est à

l’œuvre sur notre continent.

 

Régression sociale inconnue depuis la seconde guerre mondiale, injustices, inégalités, appauvrissement,

se conjuguent avec la mise en place d’un totalitarisme d’un type nouveau, appliqué par des mandataires,

anciens commissaires européens ou de la Banque centrale européenne, aux pouvoirs spéciaux, au service

du capital financier international. Le fossé séparant les puissances d’argent et les peuples va s’agrandissant.

Ces forces de l’argent, portées par les banques privées, les fonds d’investissements, des compagnies

d’assurance, ont les mains libres grâce aux politiques libérales menées par les gouvernements successifs

de droite, mais aussi malheureusement par des gouvernements de gauche, de tendance sociale-libérale en

Europe. Elles livrent une véritable  guerre  aux peuples, qui n’épargne pas  le capital productif. Guerre avec

ses fronts économiques, monétaires entre le dollar et l’euro, et politiques, allant jusqu’à imposer à la tête

des États les mandataires de leur choix. Après l’Irlande et  le Portugal, la finance vient d’installer ses

« administrateurs judiciaires » à la direction de la Grèce et de l’Italie. Nous sommes à un moment où les

contradictions internes du capital peuvent exploser. En Grèce a été préférée l’entrée au gouvernement,

aux côtés de la droite et des socialistes,  de l’extrême-droite des colonels plutôt que la consultation du peuple

par référendum. En Italie, nous ne regretterons pas M. Berlusconi. Mais il détenait son mandat du suffrage

universel. Aujourd’hui, c’est l’ancien commissaire européen, qui a le plus poussé aux dérégulations et

déréglementations, forçat de la concurrence débridée, qui est aux affaires.

En France, à peine le Premier ministre avait-il fini d’exposer un deuxième plan d’austérité depuis l’été, que

concomitamment, la Commission de Bruxelles en réclamait un troisième et l’agence de notation nord-américaine

« Standard & Poor’s » préparait un communiqué confirmant une dégradation de la note de la France.

Depuis, on fait croire qu’il s’agit d’un accident. En vérité, c’est le révélateur du système. Un communiqué était

écrit et est parti trop tôt. Mais il était rédigé d’avance. Dans quel but ? Et pour qui ? La réponse est claire.

En dégradant la note de la France, les taux d’intérêt des emprunts de notre pays augmentent automatiquement.

Déjà l’État français emprunte à des taux d’intérêt plus élevés que l’Allemagne.

Au nom de quoi ? Aucune raison valable, sauf la voracité de la finance.

Lire la suite

 

Publié dans Austerite, Democratie, ECONOMIE, Espagne, EUROPE, FMI "affameur des peuples", France, Grece, Irlande, Italie, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Le billet de Glop Lerouge : Rendez-nous Berlusconi !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 novembre 2011

Le billet de Glop Lerouge : Rendez-nous Berlusconi ! dans Democratie text3005_0

17 novembre 2011Glop Lerouge, Secrétaire de Section

 

Rendez-nous Berlusconi !

 

Rendez-nous Berlusconi !

 

Il a foutu en l’air le droit italien du travail, Berlusconi,

et tout le monde a dit Amen ! Il a achevé de mettre

par terre l’hôpital public italien, Berlusconi, et il a été

réélu ! Il a gavé les riches, pillé les pauvres, moqué

la justice, privatisé les services publics, étalé sa

pas-bien-jeune-lubricité sous les projecteurs, et il est

resté aux manettes. Puis tout à coup, à l’automne 2011,

au crépuscule de sa vie politique, alors qu’il voguait

peinard vers sa prochaine réélection et que l’opposition italienne avait perdu tout espoir, le Cavaliere a enfin

dérapé pour de bon.

A son âge, avec son expérience des palais et sa maîtrise du bunga-bunga, il a eu comme un caprice d’enfant,

un envoûtement, une loufoquerie. Il a déclaré, lui qui s’y connaît en entourloupes, que la « monnaie unique »,

l’Euro, avait appauvri les Italiens ! Il a laissé comprendre que toutes ces mesures d’austérité, il voulait bien

faire semblant, mais c’était quand même de la connerie pure en climat de récession et de grogne sociale, et

qu’il fallait donc pas trop y compter… Et là, ça n’a pas pardonné. Le patronat et les banques ont sifflé la fin

de la recréation.

Ce n’est pas « il Cavaliere » qui a été abattu, c’est « Che Berlusca », comme l’appellent maintenant les copains

de Bologne pince-sans-rire. Et oui, Berlusconi a perdu la majorité à la Chambre des députés car les éléments

les plus ultra-libéraux de son propre parti (8 députés en pratique) ont obéi au patronat et aux banques

qui leur demandaient de lâcher le dangereux bolchévique ! C’est « Berlusconi le gauchiste » qui a été mis

en minorité…

Bilan des courses. Papandréou est tombé en Grèce pour avoir proposé un référendum. A la gueule des électeurs,

la Grèce est maintenant gouvernée par Papadimos, un ancien de la Banque Goldman Sachs soutenu par

une coalition qui va de l’extrême-droite aux socialos. Berlusconi est tombé pour avoir songé, une fois dans sa vie,

à l’intérêt du pays en retardant les mesures d’austérité, et l’Italie est maintenant sous les fers d’un autre ancien

de Goldman Sachs, Mario Monti. La Banque centrale européenne, elle, est « gouvernée » par Mario Draghi,

ancien de Goldman Sachs…

Voyons voir : les banques, Goldman Sachs la première, mettent le feu à la planète en provoquant la crise

financière. Les États, au lieu de les laisser crever, sauvent les banques et foutent en l’air les finances publiques

avec leurs plans d’aide. Les banques reprochent aux États leur endettement (qu’elles ont causé), et mettent

leurs pions, pour faire leur politique, à la tête des États. En somme, on choisit l’incendiaire pour éteindre le feu…

Les masques sont tombés. Ce qu’on appelle la « démocratie », c’est le pouvoir des banques et des patrons

au-dessus de la volonté des peuples. Ce qu’on nomme « rigueur » et « austérité », c’est enlever aux pauvres pour

alimenter les riches. Ce qu’on désigne par débat public, c’est « cause toujours, c’est le pognon qui commande ».

Combien de temps allons-nous laisser ces pyromanes faire joujou avec des lance-flammes ?

 

Publié dans Democratie, EUROPE, Grece, Humour, Italie, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy